Skip to main content

Full text of "Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Pyrénées-Orientales"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



I 




] 



INVENTAIRE-SOMMMRE 



4PCHIVES DÉPAETEMEINTALES 



v^— - 



ANTERIEURES A 1790, 

RÉDIGÉ PAB M. ALART, ARCHIVISTE. 



PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



ARCHIVES CIVILES. — SE RIE B , 



TOME PREMIER. 




PARIS, 

IMPRIMERIE ET LIBRAIRIE ADMINISTRATIVES 

DE PAUL DUPONT. 

1881. 



f 









V 



A 






;/ 






■t^ 



PRÉFACE 



Le fonds de la Chambre du Domaine est le plus important des Archives des Pyrénées-Orientales, tant qu 
point de vue historique qu'en ce qui concerne la défense des droits et des intérêts particuliers et publics du 
pays. 

La Chambre du Domaine a succédé, au moment de Tannexion de la province, à la Procuration royale de Rous- 
sillon et de Cerdagne. 

Cette administration, qui était inconnue dans les pays, soumis à la domination française, s'occupait, en 
principe, de conserver et de gérer le domaine royal. Son chef était le fondé de pouvoir, le procureur du sou- 
verain, d'où lui venait son nom de Procureur royal. 

On sait que, dans la société féodale, les détenteurs de l'autorité étaient enclins à confondre leurs droits privés 
et leurs attributions politiques. Ils tendaient à rattacher au domaine tous les services publics^ et à considérer 
les eaux et forêts, les impositions, la justice même comme des soi^rces de revenus analogues aux propriétés 
foncières. 

Obéissant à cette tendance générale, le Procureur royal en vint à s'immiscer plus ou moins directement dans 
toute l'administration de la province. 

Les concessions de droits domaniaux, notamment les concessions d'arrosage, qui ont de nos jours une im- 
portance si considérable, et les établissements d'usines émanaient de lui. C'est lui encore qui procédait aux in- 
féodations, lui qui approuvait les rôles dressés par les syndicats des canaux, qui autorisait Texploitation des 
mines. Il s'occupait des pacages royaux et des ports. Il avait la surveillance des édifices, châteaux et forteresses 
du Roi ; le soin de leur entretien, de leurs réparations et de leur armement lui était dévolu. Il nommait les offi- 
ciers de justice et de police des villes royales ou des villes seigneuriales tombées en commise. Il était chargé 
de percevoir les revenus publics, de recueillir les biens vacants, de saisir les épaves ou les esclaves fugitifs, de 
solder les employés des divers services. 



On peut se rendre compte, par cet aperçu sommaire, de la diversité des affaires auxquelles se rapportent les 
documents de la Procuration. Il n'est pas une branche des sciences historiques que ces documents n'intéressent: 
le chroniqueur, l'archéologue, le juriste curieux des usages passés trouvent également à y puiser de nombreux 
et de précieux renseignements. Comme toutes les administrations de la société féodale, la Procuration royale 
était armée d'un pouvoir judiciaire ; elle avait sa juridiction spéciale, la Cour du Domaine, devant laquelle étaient 
portés un grand nombre de litiges, les uns à cause de leur nature même, les autres par suite de la condition 
sociale des intéressés. 

La corporation des meuniers de Perpignan, par exemple, et les titulaires des bénéfices royaux, ainsi que tous 
les officiers et employés de la Procuration étaient justiciables de la Cour du Domaine. Ce tribunal se composait 
en outre du Procureur royal qui le présidait, d'un assesseur ou juge du Domaine, d'un avocat, d'un procureur 
fiscal et, dans les causes graves, de quatre jurisconsultes. 

Procuration et Cour du Domaine furent abolies avec toutes les hautes juridictions locales par un édit daté de 
Saint-Jean-de-Luz, le 11 juillet 1660. La chambre ou consistoire du Domaine fut successivement détachée du 
Conseil Souverain et lui fut réunie ; mais l'histoire de ces vicissitudes appartient plutôt au volume suivant, où 
sera inventoriée la série des manuels de cette époque. 

Les archives du Domaine se composent en grande partie de registres où sont copiés les actes importants con- 
cernant cette administration ou émanés d'elle, de notules tenues par les notaires attachés à la Procuration, de 
manuels où ces mêmes notaires inscrivaient au fur et à mesure une analyse des affaires qui étaient traitées à 
la Cour. 

Ces archives furent organisées une première fois au mois de janvier 1614. Elles ont beaucoup souffert pen- 
dant la Révolution ; une quantité considérable de titres fut employée à la fabrication des gargousses. Elles 
restèrent ensuite abandonnées pendant assez longtemps, furent transportées en 1833 à la bibliothèque munici- 
pale de Perpignan et réintégrées dix ans après à la Préfecture. 

Le fonds de la Chambre du Domaine a été classé et en grande partie analysée par mon regretté prédécesseur, 
M. Bernard Alart : les articles 1-420 de l'inventaire sommaire sont de lui; les trois suivants sont dus 
à H. Dehodencq. 

Auguste BRUTAILS. 

Perpignan^ mai 1886. 



Département des Pyrénées-Orientales. 



INVENTAIRE-SOMMAIRE 



DES 



ARCHIVES DÉPARTEMENTALES ANTÉRiEÏRES A 1790. 



SERIE B. 



(Cours et JoHdlctloiis. — Parlementa, Bailliages, Sénéchaussées et antres Jaridletlons secondaires. Cours des 

Comptes, Cours des Aides, C^nrs des Honnales.) 



{ 



Chambre du domaine du Roussillon. 

B. 1. (Registre.) — lo-folio, 348 feuillets, papier. 

94ft-l99l. — Procuration royale de Majorque. 
Bubrica gênerai del archiu del real patrimoni; « in- 
c ventaire et rubrique générale des registres, livres de 
« fiefs, manuels, notules de notaires et autres actes con- 
« cernant l'accroissement et Tintérét du domaine royal 
« dans les comtés de Roussillon et Cerdagne , corn- 
ac mencé (en 1613) par Michel Rodo, bourgeois et notaire 
« de Perpignan, et aujourd'hui (1630) alguasil de Sa Ma- 
« jesté dans la principauté de Catalogne et dans lesdits 
<c comtés, suivant les ordres de Sa Majesté, et continué 
<( par le même, à Barcelone, par ordre et sur la demande 
« du noble Jean de Llupia-y-de-Seragossa , conseiller 
« de Sa Majesté, procureur royal et féodal, et commis- 
se saire général des amortissements dans lesdits comtés ; » 
inventaire continué par François Borrell, mercader imma- 
triculé de Perpignan et écrivain de la maison et de la cour 
du domaine de Sa Majesté, dans lesdits comtés ; « avec la 
< recherche et arrangement des comptes des procureurs 
« royaux (de 1335 à 1646) qui sont aux archives du do- 
« maine du Roy en Roussillon, faits par Joseph Bosch, 
« notaire royal et coUégié de Perpignan et greffier du do- 
€ maine, en l'année 1728. » — Indication très-sommaire, 
commencée en catalan et terminée et français (avec tables 
des noms de lieux), des titres contenus dans le fonds dit 
communément de la procuracio real et plus tard de la 
Chambre du domaine. Presque tous ces documents exis- 
tent encore, à Texception des « comptes des procureurs 

Pyrénées-Orientales. — Série B. 



« royaux » et d'un petit nombre de registres, entre autres 
de celui intitulé Liber feudorum B, où la rubrique si- 
gnale divers titres relatifs aux seigneuries de Canet, d'IUe 
et de Mosset ; — les donations : du lieu de Planés- en-Con- 
fient à l'abbaye de Fontfroide, par le roi Alphonse d'Aragon 
(1180) ; de divers droits sur le lieu de Conjuncta (Sainle- 
Colombe-sur-Thuir), en faveur du prieuré de Castellnou; 
—les concessions : du droit de construire une forteresse à 
Sainte-Marie des Abelles, en faveur de Guillaume de Pau ; 
des justices de Céret, en faveur de Pierre de Queralt ; de 
celles de Bages, en faveur du fils d'Hugues de Llupia ; — 
le privilège accordé aux habitants de Salses d'ouvrir le 
grau de leur étang, chaque année, après la fête de Saint- 
Julien, martyr, etc. 

B. 2. (Registre.) — In-folio, 14 feuillets, papier; latin. 

945-1 tti9. — Privilèges de l'abbaye de La Grasse. — 
Diplôme du roi Charles le Chauve, confirmant au monas- 
tère de Sainte-Marie-sur-Orbieu et à son abbé Hélias le 
Vilar Septen^brianum in valle Quitanica, la cellule de 
Palma^ sur le bord de la mer, et d'autres possessions ; — 
bulle du pape Gélase II, confirmant à Bérenger, abbé de La 
Grasse, ses possessions et églises dans les diocèces d'Albi, 
de Carcassonne et de Gerona ; l'église Saint-Cyprien de 
Cucxon (Cuxus), au diocèse de Narbonne ; celles de Saint- 
Étienne et Saint-Vincent d'Estagell, de Saint-Martin de 
Cornella, de Sainte-Marie de la Font, de Saint-Félix et de 
Saint-Saturnin de Pezilla, de Saint-Étienne (sur Tet), de 
Saint Mamel, de Sainte-Marie et Saint-André de Rivesaltes, 
de Sainte-Colombe (près de Salses?), de Sainte-Marie de 

1 



t 



y 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Tholuges, de Sainl-Cyr de Canoas, de Saint-Martin de 
Canoa, de Saint-Pien-e de Prades, des monastères de Saint- 
Martin de Canigo et de Saint-André de Sureda, au diocèse 
d'Elne; les églises de Saint-Pierre de Llnars et Saint- 
PieiTe de Burgual, la villa Einzor et Rosset, au diocèse 
d'Urgell ; les églises de Saint-Pierre de Merenchs, Saint- 
Vincent d'Ax et Saint-Saturnin d'Atzat, au diocèse de Tou- 
louse. — Chartes de Jacques Y\ roi d'Aragon : confirmant 
à Benoît et à Bernard, abbés de La Grasse, lés justices et 
autres privilèges que leur abbaye possède en Roussillon et 
Gonflent; — concédant des privilèges justiciers et des 
droits d'herbage dans les pasquiers royaux, en faveur de 
Bérenger, évoque d'Elne, des abbés de La Grasse et de 
Fontfroide, de Jaubert, abbé de Saint-Michel de Cuxa, de 
Pierre, abbé de Canigo, de Raymond, abbé d'Arles, de 
G., abbé de Saint-Genis, et des prieurs de Cornella, d'As- 
pira, de Sainte-Marie-del-Camp et de Sainte-Marie de Scr- 
rabona. — Charte de Jacques I", roi de Majorque, con- 
firmant lesprivilégCsSde La Grasse, en faveur de Raymond, 
abbé, et de Pierre Ermengald, prieur claustral dudit mo- 
nastère; — lettres .du môme prince à Auger, abbé de La 
Grasse : ordonnant de faire « crier l'host » dans tous les 
lieux et châteaux que son monastère possède en Roussillon, 
afin que leurs habitants se tiennent prêts, avec leurs armes 
et du pain pour quinze jours, à suivre le Roi partout où 
il l'ordonnera (128o) ; — déclarant que l'host fournie par 
certains hommes des châteaux et lieux du monastère de La 
Grasse situés en Roussillon et Confient pour suivi^e le Roi 
(de Majorque) en Catalogne « contre les ennemis de l'église 
« romaine et de l'illustre seigneur roi de France, » a été 
accordée volontairement, à la prière du Roi et par grâce 
spéciale (datée du château de Carmenso, le i 1 des calendes 
de juin 1289).— Chartes de Sanche, roi de Majorque, 
confirmant à Guillaume, abbé de La Grasse, les privilèges 
justiciers de ses possessions en Roussillon, avec droit d'y 
ériger des fourches en pierre ou en bois ; — autorisant les 
habitants de Canohes à construire une forteresse, ou clau- 
sure, pour la sécurité de leur ville en temps de guerre ; — 
accordant à frère Pierre, chambrier de La Grasse, le droit 
d'établir dans la ville de Rivesaltes des gardes pour empê- 
cher la sortie des objets prohibés, à la place de ceux que le 
Roi y avait placés. — Lettres de Jacques H, roi de Majorque, 
à frère Pierre d'Hautpoul, prévôt de Pezilla, le priant de 
faire préparer vingt-cinq hommes de Pezilla et quinze de 
Cornella-de-la-Rivière, lesquels iront « après s'être bien 
« munis d'armes, de pain et du nécessaire, » se joindre 
pour deux mois à Thost royale où se trouvent déjà 
tf les autres hommes des lieux ecclésiastiques du comté 
<r de Roussillon, » pour soumettre les rebelles qui se 
défendent dans le château de Montella en Cerdagne 



(1330); — chartes du même prince: concédant à P. Ber-^ 
nard, chambrier de La Grasse, à Bernard de Rivesaltes, 
chevalier, et à Guillaume de Codalei, bourgeois de Per- 
pignan, le droit de prendre chacun une eyminate de 
leurs terres situées à l'arrosage de Rivesaltes, pour y faire 
un jardin, à la condition « qu'ils se contenteront de cette 
tf concession et ne demanderont la franchise d'arrosage » 
pour aucune autre de leurs propriétés; — relative au che- 
valier Bernard de Rivesaltes, majordome de la maison de 
la reine de Majorque, auquel le chambrier, seigneur de 
Rivesaltes, conteste le droit d'acquérir des propriétés rotu- 
rières dans cette ville, à cause de sa noblesse. (La fin de 
cette pièce manque.) 

B. 3. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin ; 5 pièces, papier ; latin ; 

1 scean. 

S9i-i09Y« — Comtes de Cerdagne et de Besalu. — 
Diplôme du roi Carloman, confirmant au monastère de 
Sainte-Marie in valle Asperia (Arles), et à Tabbé Sunie- 
fred, l'église Saint-Jean de Riard, le lieu de Polestros, la 
cella de Colso (Cos), celle de Saint-Martin sur le ravin 
Fulonicas, avec les lieux de Comolarias et Paneniares 
(Panissars) la cella Saint-Cyprien en Confient, le lieu de 
Palatiolum sur le Riu-Ferrer, avec droit de pêche jusqu'à 
Palalda, la cella Saint-Quentin, avec les Bains et le vilar de 
Cotalet, les pacages de Val Caiialèse, Serra-Vernet, Co- 
malada, Madalaut et autres ; et dans le pays de Besalu, la 
cella dite Casa-Mauri de Saint-Romain, celles de Saint- 
Michel de Cerasia et de Saint-Pierre, sur la rivière Sambuca 
(la Muga), avec leurs dépendances. (Copie du xiii* siècle.) 
— Donations en faveur du monastère • de la Grasse et 
de l'abbé Witiza : de la villa d(» Cedret, avec l'église de 
Saint-Pierre en Cerdagne, par Relindes « autrement ap- 
pelée Richica ; » — de la villa de Roset, dans la vallée de 
Cerdagne, par Bella et son fils Rcginiund, vicomte. — 
Donations : du vilar Palatiolum d'amont, situé dans Tadja- 
cence du viens d'Eina, faite à l'église d'Elne et à Tévêque 
Alnierand par Bcntio, comte (de Roussillon) ; — de la villa 
de Fulols (Fillols) au monastère de Saint-Michel et Saint- 
Germain de Cuxa, par Seniofred, comte (de Cerdagne). — 
Concession du port (pacages) dit Coma de Vacca de Freser> 
faite au monastère de Saint-Jean (des Abadesses) et à Tab- 
besseFregeburge, parOliba, comle de Besalu, « pour com- 
« pléter l'échange qu'il avait fait avec elle des montagnes 
« de Melan pour celles de Camprodon. » — Ventes d'une 
vigne et d'une medalada de viorne situées dans le comté 
de Roussillon, au territoire de Villa Godorum ou Maleolas, 
faites à Bernard, comte de Besalu, par Guifred et Erme- 
truictes, son épouse, et par Aured et son épouse Sennira. 
— Serment de fidélité prêté par Raymond-Bernard, fils de 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

Guisia, à son seigneur Guillaume, comte de Cerdagne, fils 
de la comtesse Adala, pour les châteaux de Joch en Gon- 
flent, de Saint-Martin, de Miralles et de Cheralt en Cerda- 
gne (vidimus de 1416, scellé du sceau de Ferdinand P*", roi 
d'Aragon). — Donations faites par Guillaume « surnommé 
« Jorda, » comte de Cerdagne, pour la fondation du prieuré 
de Sainte-Marie de Gornella-de-Conflent, de Tordre des 
chanoines réguliers de Saint-Augustin. 

• 

B. 4. (Liasse.) — 9 pièces, parchemin; latin. 

t001-114i. — Comtes de Roussillon. — Ventes 
faites : par Pons et Gontfreda, son épouâe, à Bernard, 
comte (de Besalu), d'une pièce de terre située à Villa Go- 
dorum, vel Maleolas, confrontant une terre de Guillabert, 
comte (de Roussillon) ; — par Arnald et Elo, son épouse, 
au monastère de Saint-Pierre de Camprodon, de diverses 
propriétés situées à Villa Godorey id est Malliolas^ Tune 
confrontant une terre appartenant au nommé Bonospars, une 
autre située au Puig-Jenest, confrontant une propriété du 
comte Willabert. — Conventions entre Pons, comte d'Empo- 
ries, fils de la comtesse Gila et Gilabert, comte de Roussillon, 
fils de la comtesse Adalaiz, avec serment de respecter les châ- 
teaux occupés ou les gages proposés de part et d'autre ; ces 
gages sont : la moitié de Tévéché d'Elncet de la vicomte de 
Roussillon, les abbayes de Saint-Étienne et de Saiot-Genis, 
les châteaux de Salses, de Vultraria et de Saint-Christophe, 
et la seigneurie d'Alamans, en Roussillon ; la cité d'Em- 
pories, l'abbaye de Saint-Pierre de Rodes et les châteaux 
de Rechesen, Rochaberti, Charmanço, Chania, Rochamora 
et FonoUères, en Empordà. — Serment de fidélité prêté 
par Guillaume de Salses, fils de Sibille, à Gaufred, comte 
de Roussillon, pour le château de Salses ; — engagement 
du tiei*s des leudes de Perpignan, fait au même comte 
par Guillaume de Salses « pour onze onces d'or, un 
« manse et 400 sols de Malgone ; » — lettre de Guillaume- 
Gérard et d' Arnald, c frères du Temple de Salomon, » au 
comte Gaufred, lui déclarant qu'ils ont donné à leurs frères 
du Temple l'héritage ou « honneur » de leur ftière, situé 
au territoire de Perpignan ; le comte confirme la donation, 
moyennant 40 sous rousillonnais qu'il devait aux frères 
-du Temple ; — donation faite par le comte Gaufrid et son 
fils Guinard, à Pons-Bernard de Vilaclara et à ses enfants, 
de « l'honneur » qu'ils tenaient pour Gauzberl d'Avalri, au 
territoire de Sainte-Marie de Palau, en échange de 20 sous 
de monnaie rosselle et d'une « albergue de trois chevaliers, 
« de trois écuyers et de deux septiers d'avoine », qui était 
engagée audit Pons pour 80 sous de la même monnaie. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. S 

B. 5. (Liasse.) — 8 pièces, parchemin; 2 pièces, papier; latin. 

1145-1 199. — Comtes de Roussillon. — Accord fait 
devant Guillaume de Fulhà, Bérenger de CoUioure, Bé- 
renger de Vilarnau et autres, entre Bernard Bérenger, 
vicomte de Tatzo et Hugo, son fils, et Gaufred, comte de 
Roussillon, relativement à a l'honneur » de Pujols ; les 
premiers renoncent à cet honneur, qu'ils restituent au 
comte, tel qu'il le possédait « le jour où la guerre s*est 
« élevée entr'eux; » celui-ci pardonne tout le mal qu'ils 
lui ont fait à cette occasion. — Le comte Gaufred et 
Ginard, son fils, confirment à Sichard « l'honneur » qui 
avait appartenu à Guillaume Sichard et dont celui-ci avait 
laissé l'usufruit à son. épouse Adaled « lorsqu'il partit 
« pour Jérusalem ; » — accord ^ fait entre le comte Gau- 
fred et Guillaume de Castell Rossello, par l'arbitrage des 
prohomens de Perpignan et de frère Arnald de Saint- 
Cyprien, de la milice, du Temple, au sujet du ruisseau des 
moulins de feu Raymond Vincent ; les frais d'entretien de 
barrage et du canal seront supportés par les hommes de 
Castell Rossello, pour une part, par les Templiers et par 
les tenanciers et autres ayants droit de Perpignan, pour 
deux parts ; si ces derniers s'y refusent, les premiers auront 
droit de « faire saisir les vannes des moulins » jusqu'à ce 
que la dépense soit faitjs ; — conventions entre le comte 
Gaufred et son fils Girard, d'une part, et quatre seigneurs 
roussillonnais « à Toccasion de la présente guerre de 
<r Raymond de Saint-Laurent et de son frère Guillaume ; » 
Bernard de Montesquiu fournira au comte dix chevaliers 
avec leurs vivres, et il donne en garantie le fief tenu par 
Bérenger de Guardia ; Bérenger d'Orle fournira trois che- 
valiers et engagera son fief de Perpignan tenu par Gora- 
bald de Malloles ; G. et R. de Saint-Laurent reçoivent du 
comte le fief tenu auparavant par Bernard et Pons de Saint- 
Hippolyte, moyennant un don de i ,000 sous malgonais, 
l'obligation de fournir dix chevaliers avec leurs vivres 
« pendant la présente guerre » et cinq seulement en tout 
autre temps, en donnant comme garantie « l'honneur » 
qu*ils possèdent à Sainte-Marie de Castell Rossello ; — 
serments de fidélité pour le château de Salses, prêtés par 
Guillaume d'Apia, fils d'Adaled, au comte Gaufred, fils 
d'Agnès, et à Girard, comte de Roussillon, fils de Tren- 
cavelle. — Procès-verbal de remise du château de Salses : 
« L'an du Christ mclxv, aux ides de février, 2* férié, vers 
€ midi, Girard, comte, a réclamé le château de Salses à 
€ Guillaume d'Apia qui ^vait juré de le lui remettre tant 
« qu'il serait tenu par lui ou par tout autre en son nom ; 
« mais il n'a pas voulu le lui remettre, et cela, en présence 
€ de G. de Castell Rossello, de Seguier de Paracols, de 
« B. de CoUioure, de Bernard de Tatzo, d'Adémar de 



h 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



« Hossety d'Arnald de Canavelles, de G. de Montroîg, 
(( de Raymond de Juhëgues, de Bérenger de Llupia et de 
« Pierre Arbert. Ensuite, il le lui a remis le x* jour,viiij' des 
« Kal. d'octobre, férié v*, vers la neuvième heure. » — 
Testament de Girard, comte de Roussillon, par lequel il 
institue son héritier universel c son seigneur Tldefonse, roi 
t d'Aragon, qui n*y avait aucun droit » (copie sur par- 
chemin de l'an 4187). 

B, 6. (Liasse.) — 1 pièce, parchemin ; latin. 

tt41-111fl« — Charte de Raymond Bérenger, comte 
(le Barcelone et, par la grâce de Dieu, dominateur du 
royaume d'Aragon, qui, vu Tapprobation donnée par Ro- 
bert, maître du Temple, à son projet de « constituer la 
« milice du Christ contre les Maures d'Espagne, » et pour 
le salut de rame de.son père, « qui a été chevalier et frère 
« de ladite sainte milice dans la règle et Thabit de laquelle 
« il a fini glorieusement sa vie, > donne à la chevalerie 
du temple de Jérusalem ses châteaux de Montso, de Mont- 
gandi, de Calamera et de Barbera, l'honneur de Lub-Sanç 
de Belxich, t avec qui les chevaliers devront s'entendre, » 
ses droits sur les châteaux de Remulins et de Corbins, 
toute la dîme que l'Ordre voudra prendre dans ses États, 
1,000 sous de rente annuelle à Osca et autant à Saragosse, 
la dîme de tout ses acquêts, le cinquième de tout ce qu'il 
conquerra sur les Sarrasins, avec promesse de ne jamais 
faire la paix avec les Maures sans le consentement des 
chevaliers, avec exemption de tous droits de leude, de 
<îOUtume et de passage ; donnée à Gerona, pendant le concile 
célébré par Guy, cardinal-diacre et légal de l'église ro- 
maine, es mains d'Ébrard, maître de France, de Pierre de 
Rouere, maître de Provence et d'une partie de l'Espagne, 
des frères Othon de Saint-Omer, Hugues de Bezan, Pierre 
d'Arzac, Bérenger de Zeguinoles et Arnald de Sornia, 
de l'ordre du Temple ; des évêques de Saragosse, d'Osca, de 
Vich, de Roda et de Gerona, de Grégoire, archevêque élu 
«le Tarragona ; des abbés Fortunio de Mont-Arago, Pierre 
de Ripoll, Bérenger de Saint-Félix (de Gerona), et d'autres 
prélats; d'Amald-MIro et d*Artal, comtes de Pallars, de 
Bernard, comte de Comminges, de Pierre, comte de Bigorre, 
(ie Galcerand de Pinos, de Raymond de Vila-de-3fuls et 
d'autres seigneurs ; ladite charte confirmée par Ildefonse, 
roi de d'Aragon, comte de Barcelone et de Roussillon et 
marquis de Provence, à Saragosse au mois d'août de l'ère 
(d'Espagne) 1210, et par Raymond Bérenger, comte de 
Provence, frère du Roi. 

U. 7. (Liasse.) — i3 pièces, parchemin; 1 pièce, papier; latin ; 2 sceaux. 

1199-1195. — Chartes d'IIdefonse, roi d'Aragon, 
marquis de Provence, comte de Barcelone et de Roussil- 



lon, concernant : le serment de fidélité prêté par Guil- 
laume d'Apia, pohr le château de Salses ; — la donation 
d'un champ situé près de la villu d'Ix, par Pierre, abbé de 
Canigo, en échange des droits, censives et usages que le 
Roi recevait sur les manses de Da, Sahorra, Joncet Por- 
cinyans et Set et sur deux bordes de Comes appartenant 
audit monastère ; — la promesse faite aux habitants de 
Perpignan de ne plus permettre d'établir de nouveaux 
manses, ouvroirs, bancs ni tables sur la place de cette 
ville, ni rien qui puisse gêner le marché, sauf en temps de 
foire, moyennant i,000 sous de Malgone payés par les pro- 
priétaires des manses, ouvroirs, tables et bancs existants ; 
— la franchise des leudes accordée aux habitants de Puig- 
cerda, à la condition qu'ils entoureront leur ville de mu- 
railles (copie de 1637, avec sceau de la commune de 
Puigcerda) ; — la concession t en fief honoré sans aucun 
« usage ni service », faite à P. Raymond de Ribera et à sa 
postérité, de tout « l'honneur qu'il possédait à Perpignan 
« et dans tous ses territoires, » consistant en une con* 
damine, deux champs et une manse ; -^ la fondation à Te- 
roi de l'hôpital du Saint-Rédempteur pour le rachat des 
captifs, et son union à l'ordre des Frères d'Alfambrc, con- 
sentie par Rodric Gonsalvo, commandeur de Castillc ; les 
deux ordres réunis auront désormais leur siège principal 
à Terol, et suivront la règle de Cîteaux ; le Roi leur donne 
le lieu de Castellot, avec exemption de lezdes, péages et 
autres droits, et « un homme avec tous ses biens > dans 
chacune des cités, villes, châtellenies et vallées royales 
d'Aragon, de Catalogne, de Provence et du comté de 
MilhaUjRouergue et Gévaudan; — Tinféodationdu château 
de Torena à Bernard de Torena et à Raymond son fils, et 
la confirmation de tout ce qu'ils tenaient auparavant pour 
le comte de Pallars (copie de 1351 avec le sceau de roi 
Pierre III, roi d'Aragon) ; — la concession en fief, en fa- 
veur de Pons de Lilet, du château de Mont-Réal, situé à 
Puig-Balados, avec la moitié des revenus du lieu et un 
« labourage » d'une paire de bœufs, à la condition de 
fournir un chevalier à l'iiost du Roi ; ~ la concession à 
vie du chrueau royal de Salses et de divers revenus à 
Saint-Laurent et à Saint-Hippolyte, en faveur de Raymond 
de Saint -Laurent, qui devra tenir « cinq vaillants hommes 
« nuit et jour audit château, jusqu'à ce qu'il soit bien 
« peuplé; » — la concession faite à l'abbaye de Canigo, 
« du pasquier d'Odello et du penturatge que le Roi y reçoit 
« sur les bestiaux étrangers; » — la donation des châ- 
teaux de Saint-Laurent et de Saint-Hippolyle, faite au Roi 
par Raymond de Saint-Laurent ; — l'autorisation accordée 
à Pons Rigaud, maître du Temple dans les parts de Pro- 
vence et des Espagnes, de dessécher l'étang de Bages et 
de le mettre en culture. 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 5 



B. 8. (Liasse.) — 9 pièces, parchemin ; latin. 

ilSl-t^Ol. — Chartes de Pierre I", roi d'Aragon : 
confirmant, moyennant 5,000 sous barcelonais, aiix sei- 
gneurs de Torrelles, Pons de Vernet,, Raymond de Castel] 
Rossello, Raymond de Torrelles, au prieur d'Espira, ainsi 
qu'aux chevaliers et « prohomens » qui y habitent, la 
força (forteresse) commune qu'ils ont construite, pourvu 
qu*il n'en provienne pour le Roi aucun danger, dommage 
ni rauberia ; — autorisant Raymond de Canet à construire 
nner força dans la paroisse de Sainte-Marie de Pabirans ou 
dans celle de Saint-André de Bigeranes, pourvu que le Roi 
n'en ait à souffrir aucun dommage ni roberia : Raymond 
promet de ne pas exporter de blé par mer. — Vente d'une 
vigne située dans Tadjacence de Banyuls-sur-Mer {de Ma- 
rithimo), au prix de 30 sous de bonne monnaie de Barce- 
lone, avec lods payés à Bernard. Terrer, bailli royal, qui 
déclare avoir reçu 2 deniers par sou pour le compte du 
Roi, et 12 deniers pour le bailliage. — Vente du lieu 
d'Ascaro en Gonflent, avec tous droits utiles et honorifiques, 
faite par le roi Pierre P' à Bernard, abbé de Fontfroide, au 
prix de 40,000 sous barcelonais. — Sentence rendue dans 
l'église Saint-Jean de Perpignan, par Guillaume, évoque 
d'Elne, au sujet des châteaux de Saint-Laurent et de Saint- 
Hippolyte, possédés par dame Fina, veuve de Raymond de 
Saint-Laurent ; celui-ci les avait donnés au roi Ildefonse; 
mais le roi Pierre, son fils, avait renoncé à celte donation : 
révêque décide « que le Roi se trouvant âgé de moins de 
« 20 ans, avait erré en ce cas par excès de jeunesse ; » il ré- 
serve en conséquence les droits de la couronne pour l'avenir 
et casse la renonciation. — Traité de paix juré en la cour 
royale de Vich et confirmé par le roi Pierre l" , entre 
G.-B. de3Ianlleu,R. de Talamancha, Raymond de Gurbet 
autres, d'une part, et G. de Sentelks, B. de Vilagelans et 
ïiutres seigneurs, à la suite de guerres, d'emprisonnements, 
pillages de maisons et autres méfaits survenus entre eux. 
— Charte du roi Pierre P^ accordée à la prière de Guil- 
laume Gras à qui ledit Roi a donné le château de Collioure, 
confirmant à Tordre du Temple et à Folch de Montpesat, 
précepteur du Mas Deu, des possessions à Tatzo d'amont 
et d'aval , léguées par Bérenger d'Orle. — Privilège de 
Pierre I" en faveur des habitants de Collioure, portant : 
franchise de lezdes, péages, droits de poids et mesures, 
de venrella (droit sur les fromages), de tragin (services 
d'ânes et autres bétes de somme) ; exemption d'host et de 
chevauchée, excepté dans le comté de Roussillon, et par 
nier, de Barcelone à Montpellier ; concession des bois 
et pacages, de la rivière de Sainte-Marie au coll de Perello, 
et de la mer à la Vall de Saint-Martin ; abolition du ju- 
gement du feu et de l'eau, et de toute intestia, cugncia^ et 



exorchia (stérilité) ; établissement d'un marché général 
chaque mardi, et d'une foire de sept jours à la mi-ca- 
rême : « toutes personnes de juifs passant en ce lieu par 
terre ou par mer, seront franches comme à Barcelone ; » 

— ordre à tous marchands et voyageurs passant ordinaire- 
ment par le chemin de la Clusa, de passer désormais avec 
leurs marchandises et effets par Collioure et par Banyuls. 

B. 9. (Liasse.) — 14 pièces, parchemin ; latin. 

t!9iS-li94i. — Nunyo-Sanche, seigneur de Roussillon, 
Vallespir, Gonflent et Cerdagne. — Vente faite à Nunyo- 
Sanche, par Raymonde, fille de Guillaume de Crexell et 
épouse de Guillaume de Castellnou, de tous les droits que 
son père avait à titre d'engagement sur le château de 
Saint-Laurent, moyennant 18,000 sous de Malgone, pour 
lesquels ledit Nunyo donne en garantie tous ses revenus 
dudit château, sauf les droits d'host et chevauchée, de 
guerre et de paix, de bouatge, de monetatge et dq naufrage, 
« et le bailliage dudit lieu tenu par Jorda, son notaire; » 
Raymond de Cervera, précepteur du Mas Deu, demeure 
chargé de faire exécuter cette convention. — Levée de la 
saisie mise sur « l'honneur » de Jazbert de Palasol, en fa- 
veur de Bernard de N*Aldiartz, pour 120 sous de Malagone. 

— Guillaume de Castell renonce à tous ses droits sur les 
descendants et sur la masade de R . Cardo de Torrelles, en fa- 
veur de Nunyo-Sanche, dont ils deviendront hommes « pro- 
pres et solius; » — le même reconnaît tenir en fief pour 
ledit seigneur la moitié de son château situé dans la cellera 
(enceinte) de Torrelles ; — Arnlad de Corbera et Raymond 
Desitjat, tous les deux de Torrelles, se font, eux et leurs 
descendants, hommes propres et « solius » de Nunyo-San- 
che, dont le viguier, Ferrand de Norvaïx, reçoit pour cha- 
cun 10 sous de Malgone « comme entrée du présent hom- 
mage, » avec promesse de payer tous les ans 12 deniers d; 
la même monnaie. — Affranchissement de tout droit 
d'exorquia ou de stérilité, en faveur des habitants de Cor- 
nella-de-Conflent, pour 300 sous de Malgone. — Privilège 
pour les habitants de Clayra, portant exemption d'exor- 
quia, de leudes, vet de vin, droits de pasquier et autres 
avantages, règlement pour la succession des. intestats et 
des étrangers, abolition du duel {bellum) et du jugement 
par l'eau froide ou chaude, par le feu ou le fer. — Échange 
fait entre Arnald, abbé d'Arles, et Nunyo ; le premier cé- 
dant sa villa des Bains, avec droit d'y établir une foire et 
un hôpital sans chapelle, et de construire un château ou 
fortification sur le « puig » qui la domine, moyennant une 
rente annuelle de 310 sous de Mal^^one sur le macel (bou- 
cherie) de Perpignan, et des droits sur un habitant de cette 
ville et sur ses descendants. — Testament de Nuyno-San- 



6 archivb:s des py 

che : il veut être enseveli dans la maison de Bajoles, de 
Tordre de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem ; il donne 
la moitié de la leude de Collioure pour réparer le port de 
cette ville; il ordonne la restitution de plusieurs nefs prises 
aux Plsans, et de la dîme de Collioure enlevée à Tépouse 
de Bérenger Sacrista de Malloles ; il remet au jugement de 
Téglise la question de la saisie des biens de Bernard-Guil- 
laume de Clayra, qui a été condamné comme hérétique; il 
prescrit l'affranchissement de Ferrer « qui fut sarrasin et 
« aujourd'hui est chrétien, » et la vente des châteaux de 
Clayra et de Puig-Balados et d'autres « honneurs, » pour 
payer les dettes par lui contractées envers Bernard-Guillem 
de Villefranche , Galcerand d'Urg, Guillaume d'Aniort, 
Guillaume Adalberl, Pons d'Alenya, comte de Salses et 
autres, une dette de 800 sous aux mazellers (bouchers) de 
Perpignan « pour les dépenses faites aux noces du roi 
« d'Aragon ; » il laisse ses biens de Caslille à dame Terasia 
Lopis ; il fait quelques legs à dame Sancia Nunis, sa fille ; 
il abandonne la dtme de Saint-Jacques-d'Ergolisa à l'abbaye 
de Cuxa, et institue exécuteur testau) entai re le roi d'Ara- 
gon, qui doit lui succéder en Roussillon et Cerdagne. 

B. 10. (Liasse.) — 14 pièces, parchemin; 3 pièces, papier; latin; 

1 sceau. 

m 

19198-1 tess. — Chartes de Jacques I", roi d'Aragon : 
confirmant les privilèges et franchises des habitants de 
Collioure ; — concédant à l'ordre du Temple, en récom- 
pense des services rendus par frère B. de Campans, com- 
mandeur de Miravet et de toute la Ribera et lieutenant du 
maître, par frère Pons Manescalc et les autres frères du 
Temple « qui sont venus avec un grand nombre de leurs 
« chevaliers armés, en l'host et conquête du royaume de 
«Majorque, » et avec le consentement des évêques de 
Barcelone et de Gerona, de ]\unyo-Sanche, de Pons-Hug, 
comte d'Empories, de Guillaume de Mocrada, de Ferrer de 
Saint-Martin, curateur de Gastonnet de Béarn, et d'autres 
nobles, chevaliers, citoyens et hommes du peuple (populis) 
venus à ladite conquête, le château vulgairement appelé 
Almodayna des juifs avec ses dépendances et sa mesquita^ 
le tout situé dans la cité de Majorque et attenant « à la 
a part de la ville des hommes de Marseille et de Tarra- 
«( gona, » un terrain hors la porte dite Bap-el-Belet, et le 
port dit Almonecir, situé hors de la ville, vers le midi ; — 
confirmant : aux habitants de Qucrol, de Quers et de Coft- 
Vessill des droits de boisage, avec eaux et pacages dans la 
forêt de Campcardos; aux juifs habitants du Puig de Per- 
pignan, la propriété des maisons et palus qui leur ont été 
assignés, avec franchise de foriscapi (droit de mutation) 
s'ils les vendent à des juifs ; — portant vente à frère Jean 
de Pelencan, régisseur de la cabane du Mas Deu, et à lor- 



RÉNÉES-ORIENTALES. 

dre du Temple, une portion délimitée des pacages des 
montagnes de Prats « sauf les droits, pacages et tous usa- 
« ges et cortals de tous les hommes de Prats; » — portant 
restitution des biens de Pons de Vernet, condamné comme 
fauteur des hérétiques, à Pons de Vernet, son fils, moyen- 
nant 22,000 sous de Malgone ; — confirmant : les posses- 
sions du prieuré de Cornella-de-Conflent, en Boussillon^ 
Capcir, Gonflent et Cerdagne ; le fief du château de Saint- 
Hippolyte, à Guillaume-Baymond de Castell et à ses frères; 
— commettant Pons Guilhem de Villefranche à la recherche 
des fiefs royaux dans le Gonflent, la Cerdagne, la vallée de 
Prats, le Bipollès et dans toute la viguerie de Camprodon; 
lui substituant Bertrand Geli et Bernard Farex de Ville- 
franche ; — confiant le même office à Arnald de Gravalosa, 
citoyen de Menresa, pour les fiefs du diocèse de Vicb ; — 
déclarant que les subsides et services fournis parles richs- 
homens et chevaliers de Catalogne « en aide de la guerre 
« que le Roi se propose de faire aux Sarrasins, » ont été 
concédés volontairement et à titre de don pur et gratuit; — 
confirmant aux habitants chrétiens de Xativa, Gandia, 
Murviedro, Paniecola, Morella, Segorbe et autres villes du 
royaume de Valenèe la pleine propriété de leurs maisons, 
ouvroirs, châteaux, alqueries, tours et autres héritages , 
avec confirmation de Pierre II, roi d'Aragon. — Sentence 
arbitrale, entre l'infant Jacques, héritier désigné du Rous- 
sillon, et les Templiers, au sujet de la juridiction de ces 
derniers dans leurs possessions situées en Roussillon. 

B. 11. (Liasse.) — 9 pièces, parchemin; 2 pièces, papier; latin. 

1999-1309. — Chartes de Jacques I", roi de Major- 
que, comte de Roussillon et de Cerdagne et seigneur de 
Montpellier, portant : — concession à la communauté de 
Collioure des coutumes de la ville de Perpignan « telles 
« qu'elles sont écrites dans le livre de la cour du bailli de 
« cette ville ; » — défense aux procureurs dq^comte d'Empo- 
ries de percevoir le droit de « bovatge » pour le roi d'Ara- 
gon, dans la vallée de Banyuls, que ledit comte tient en fief 
pour le roi de Majorque ; — inféodation des justices civiles 
et criminelles, du mère et mixte empire et de toute juridic- 
tion dans tout « l'honneur » d'Urg, depuis la rivière d'Aja 
jusqu'à celle d'Alp, en faveur de Raymond d'Urg; de 
celles du lieu de Saltegal , du château de Thoys, des 
vilars d'Adam et de Palarees et de leurs dépendances, de- 
puis les montagnes de Planées jusqu'à la rivière Lavaner, 
au territoire de Mataplana, en faveur de dame Blanca 
d'Urg, sa mère ; — établissement d'un seul et nouveau 
marché à blé à Perpignan, près de la porte d'Elne et des 
fossés de la vieille ville ; — inféodation d'une maison et 
d'une boutique situées devant la place du blé nouvellement 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. 

établie à Perpignan , en faveur des Templiers , et de 
frère Guillaume d'Abelars, commandeur du Mas Deu ; — 
concession du nouveau macell établi à Villefrancbe de 
Confient, contenant vingt-deux tables, dont six destint^es 
k la vente de la viande de bouc et de cbèvre, en faveur de 
six macellers (boucbers) de cette ville, moyennant un cens 
annuel de 700 sous de Malgone ; ledit macell, qui servira 
aussi à la vente du poisson et de toutes viandes fraîches 
ou salées, confronte les murs et le cimetière de la ville et 
les tables des cordonniers; — commission à frère Jacques 
d'Ollers, de l'ordre du Temple, ef à Pierre* de Bardol de 
Perpignan, procureurs généraux du Roi, de bailler en 
emphytéose une tenance, anciennement vigne, jardin et 
trille (verger), situés dans la ville de Perpignan et ayant 
appartenu aux frères de la Pénitence de Jésus-Christ ; — 
concession aux consuls, prohomens et communauté -de 
Perpignan, avec défenses : d'importer par terre ou par 
mer aucun vin étranger, dans le Roussillon, le Vallespir et 
le Conflent ; d'apporter ni vendre dans la ville de Perpi- 
gnan ou dans sa banlieue, depuis le château de Vernet et 
les lieux de Malloles, Bajoles et Mas-de-la-Garriga du 
Temple (sur Reard), aucun vin étranger qui n*ait été fa- 
briqué dans ladite ville, avec faculté seulement d'y appor- 
ter et vendre de la .vendange et des raisins provenant de 
tous châteaux et lieux de Roussillon et Vallespir , moyen- 
nant compensation pour les 15 liv.*es de Malgone que le 
Roi recevait tous les ans comme droit de « botatge, » sur 
tout le vin étranger introduit à Perpignan ; — inféodation 
des justices civiles et criminelles du château et territoire 
de Sainte-Colombe (sur Thuir), en faveur de Bernard de 
Palauda ; — bail emphytéotique, en faveur de Guillaume 
de Puig-Orfîla, de Collioure, d'un domaine, avec droit 
d'arrosage , chasse et autres droits, faisant partie de l'al- 
queria royale dite de Beni-Azar, au territoire de Bunyola 
(dans l'île do Majorque), avec redevance annuelle d'un 
bon morabotin en or « anfussin, » un prix d'entrée de 
18,000 sous royaux de Valence, et l'échange d*un cens de 
50 morabotins que ledit Guillaume recevait tous les ans 
sur diverses maisons et terres de Bunyola ; — concession 
aux habitants de Cirach de prendre Teau qui descend de 
Fuylols (Fillols) et de la faire conduire sur leur territoire 
pour l'arrosage de leui*s propriétés, pendant les mois de 
mars, avril et mai, avec réserve des droits des habitans de 
Cornella et de Villefranche. 

B. 13. (Liasse.) — 4 pièces, parchemin; 3 pièces, papier; latin. 

1808*1810. — Chartes de Jacques P', roi de Major- 
que : — concession des justices civiles et criminelles du 
lieu d'Euveitg, en faveur de Raymond Xatmar d'Enveitg, 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 7 

donzell ; — annulation d'une ancienne concession d'arro- 
sage faite aux habitants d'Eus et de Marquexanes par 
l'abbé et le chambrier de La Grasse, seigneurs de Prades, 
et renouvellement de ladite concession, au nom du Roi. — 
Testament du roi Jacques P", fait le 8 des ides de fé- 
vrier 1305 dans la chambre royale du château de Perpi- 
gnan, par lequel il nomme « manumisseur » sou fils 
Sanche, assisté des évoques de Majorque et d'Elne, et de 
nobles Pierre-Galcerand de Pinos, Pierre de Fonollet et 
Raymond de Canet; il laisse une rente annuelle de 1,400 sous 
de Barcelone à son fils aîné, frère Jacques, de l'ordre des 
Frères Mineurs; les fiefs de Froutignan, Omelas, Castries et 
autres châteaux sis vers l'Hérault, à son fils Ferrand, avec 
divers revenus sur la ville de Montpellier ; et institue son 
héritier universel ledit Sanche, dans le royaume de Major- 
que, les comtés de Roussillon et Cerdagne, le Barida, la 
vallée de Ribes, le Conflent et le Vallesph*, Collioure, le 
château de Lates, la ville et baronnie de Montpellier, et le 
fief du Carladès, avec recommandation spéciale de tenir 
en bon état le port de Port-Vendres et d'y entretenir tou- 
jours pendant la nuit, sur la tour qui y est coustruite, un 
ffaraho (feu), du 8 septembre à la fête de la Pentecôte 
(copie de 1324, sur parchemin). — Inféodation des justices 
des châteaux de Liés et de Travessères, en faveur d'Arnald 
de Puig, donzell. — Compromis et sentence arbitrale con- 
firmant aux habitants de Sainte-Léocadie des droits de pa- 
cage sur une partie du territoire d'Err. — Concession aux 
habitants de Vinça du droit d'être jugés dans leur ville, 
même pour des délits commis hors de leur territoire dans 
des limites déterminées. — Echange par lequel le cheva- 
valicr Pierre de Sancta-Eulalia cède au roi de Majorque 
ses dîmes et autres revenus de la Tour Cerdane et de la 
vallée de Querol, et reçoit des procureurs royaux un revenu 
annuel de 94 muids de seigle, bonne mesure du marche 
de Puigcerda, une rente annuelle de 40 livres de Barce- 
lone, et une indemnité de 300 livres une fois payée. 

B. 13. (Liasse.) — 8 pièces, parchemin; 8 pièces, papier; 

1 sceau ; latin. 

1819-1 894. — Chartes de Sanche, roi de Majorque. 
— Inféodations : du château de Paracols, en Taveur du 

• 

chevalier Pons de Caramany qui, par le môme acte, est 
créé. baron avec bannière et tous autres privil<^.ges et insi- 
gnes de noble capdal ; — des justices du château de Quc- 
ralt et des lieux d'Arceguel et d'Arancer en Barida et de 
leur territoire, excepté celles du vilar de Muntzer, en fa- 
veur d'Arnald de Sagua ; — de celles du vilar d'Olopde, 
en faveur du chevalier Raymond Ses-Puyola. — Lettre de 
frère Gérard, prieur général de Tordre de Sainte-Marie du 



8 ARCHIVES DES PYRÉNÉESrORIENTALES. 

Moiit-Carmel, à la reine Sclarmonda, veuve de Jacques P' 
de Majorque, relative à des fondations de messes dans les 
couvents de cet ordre à Montpellier et à Perpignan. — 
Concessions de droits de pacage et de boisage dans la forêt 
de Campcardos, à tous les habitants de la vallée de Querol 
comprenant les lieux de Querol, Quers, Cort-Yessill, la 
Tour, Rialtès, Llinars, Cedret et les maisons dels Moratos 
d'Isavayls. — Conventions avec Jacques, abbé de Fontfroide, 
pour la construction et Tentretieu du ruisseau des moulins 
de Turasur TAgli. — Transaction entre le roi de Majorque 
et frère Arnald de Soler, de Tordre de l'hôpital de Saint- 
Jean de Jérusalem, au sujet des biens qui avaient appartenu 
aux Templiers dans File de Majorque et dont le Pape a fait 
don audit ordre : le Roi prend une somme de 23,500 sous 
)*oyaux majorquins sur les revenus desdits biens qu*il a 
déjà perçus depuis leur mise sous séquestre jusqu'au jour 
de la donation faite par le Pape, une rente de 9,000 sous 
de la même monnaie à prendre sur diverses alqueries et 
autres possessions du Temple situées dans File, et une 
rente de 3,000 sous de Barcelone, sur le château de Saint- 
Hippolyte en Roussillon ; tous les autres biens et droits 
des Templiers situés dans Tile de Majorque resteront à 
Tordre de THôpital, ainsi que les ornements des églises et 
chapelles, le reste du mobilier des anciens Templiers 
ayant été donné au Roi par le Pape. — Vente d'une mai- 
son située au Puig de Saint -Jacques de Perpignan, faite 
par maître Barthélemi Torric, phisic (médecin) du roi de 
)lajorque, en exécution d'une oi*donnance royale qui a en- 
joint à tous les tisserands de Perpignan d'aller s'établir 
sur ledit Puig, avec iods payés à Pierre de Mosset, che- 
valier, lieutenant de bailli royal en cette ville; — nouvelle 
ordonnance royale déclarant que les ordres donnés à tous 
les tisserands de Perpignan de s'établir sur le Puig de Saint- 
Jacques ne seront jamais retirés (avec sceau pendant). — 
Notification faite à dame Geralda, veuve de noble Guil- 
laume de So, de lettres royaux lui enjoignant de présenter 
à bref délai ses titres et réclamations sur le château de 
Calce, une rente de 50 eymines d'orge et deux roues de 
moulin ; une première demande faite par cette dame avait 
été déjà rejetée c comme inepte, » mais le roi ayant eu 
< l'imprudence » de s'engager à lui payer 1,000 livres 
petits tournois pendant le procès, et Geralda < s'étant 
« vantée » de le faire durer longtemps, il lui est signifié 
qu'après le délai indiqué le Roi se tiendra quitte de cet en- 
gagement. — Permission à dame Timbergue de Guardia et 
à noble Guillaume de Canet, son fils, de faire construire 
un moulin à farine sur le ruisseau royal qui passe au ter- 
ritoire de leurs châteaux de Rodés et de Ropidera. — Let- 
tre de Jacques II, roi d'Aragon, « amiral et capitaine gêné- 
« rai de la Sainte Eglise Romaine, » à son cousin, le roi 



Sanche, lui demandant de faire restituer à Isabelle, veuve 
de Raymond de Palauda, et à ses enfants les biens qu'elle 
réclame sur le territoire de Thuir, détenus par Guillaume 
de Palauda ; — renvoi de cette demande à Pierre de Fo- 
nollet, vicomte d'IUe, lieutenant du Roi dans les comtés 
de Roussillon et Cerdagne < et autres terres cismarines. » — 
Échange entre le roi de Majorque et Guillaume de Canet» 
autorisé à racheter les anciennes possessions et dépendan- 
ces de la baronnie de Canet et déjà possesseur des lieux 
de Canet, Sainte-Marie- la-Mer, SaUagosa, Llo, Roca-de- 
Villech, Rodés et Ropidet*a ; le Roi lui cède le lieu de Tor- 
relles avec le territoire de Juhègues, et reprend le lieu de 
Sallagosa et les châteaux de la Roca-de-Villech, de Llo, 
de Rodés et de Ropidera ; — création du titre de vicomte 
pour Tancienne baronnie de Canet, en faveur de Guillaume 
de ^Canet, fils de Ponts de Guardia, avec union ou con- 
cession à ladite vicomte de droits justiciers et autres sur 
les châteaux et lieux de Sainte-Marie-la-Her, Torrelles, 
Yilallonga, Vilamau d'amont, Saint-Michel de Furques, 
Saint-Nazaire, Alenya, Theza, Cornella-de-Bercol, Vila- 
rasa, Mossellos et Yilanova-de-Raho. — Statut royal qui 
défend expressément Taliénation des biens-fonds en faveur 
des mainmortables, sous peine de confiscation. 

B. 14. (Liasse.) — 13 pièces, parchemin ; 4 pièces, papier ; lalin. 



1899-1 844. — Chartes de Jacques II, roi de Major- 
que. — Ordonnance de Guillaume de Pau, chevalier, lieu- 
tenant dans les comtés de Roussillon et Cerdagne du roi 
Jacques et de Philippe de Majorque, son oncle et tuteur, 
rendant exécutoire un rapport (en catalan) rédigé par qua- 
tre prohomens de Perpignan chargés par les comdaissaires 
des resclauses (barrages) de la rivière de la Tet de dési- 
gner les propriétés qui auront à contribuer aux frais des- 
dits barrages ; ledit rapport condamne toutes les propriétés 
y dénommées et comprises entre le pont de Pera (de la 
Pierre) et le barrage construit sur la rive gauche de la ri- 
vière, vis-à-vis le château de Sainte-Eugénie, à payer dé- 
sormais une pugesa par livre, au lieu d'une maille qu'elles 
payaient anciennement, pour Tentretien des barrages. — 
Confirmation d'une rente de 50 livres de Barcelone sur les 
scrivanies (notariats) publiques de Perpignan en faveur du 
chevalier Roger de Rovenach. — Vente d'agriers, censives 
et droits seigneuriaux tenus c en fief honoré » sur diverses 
propriétés situées au territoire de Toluges, faite aux pro- 
cureurs royaux par Ricolf Oliba, bourgeois de Perpignan, 
et Sclarmunda, son épouse, au prix 47â livres 13 sous et 
4 deniers de Barcelone. — Supplique adressée au pape 
Clément VI par les procureurs de Tévôque d'Elne, expo- 
sant divers griefs contre le roi de Majorque, accusé d'avoir 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. 

attenté aux libertés et prérogatives ecclésiastiques, en re- 
fusant audit évoque le serment de fidélité prêté par ses 
prédécesseurs, en s'eraparant du fief du château d'Avalri 
et des hautes justices de Bages qiii appartiennent à ladite 
église ; « ledit Roi n*a plus conservé de clercs tonsurés 
« parmi ses officiers auxquels il a même défendu, surtout 
« aux notaires, de porter la tonsure sur la tête, » etc. 
— Vente pour un an, par le roi de Majorque, de l'impo- 
sition des terres cismarines (Roussillon et Cerdagne) à 
percevoir sur les ventes qui se feront dans la ville de 
Perpignan et à CoUioure, de couleurs, d'étoffes de laine, 
de cordoan et cuyram, de safran, de poivre, de gingem- 
bre, de cire et de toute espèce d'épicerie, d'or et d'argent, 
de perles et pierres précieuses, de soie, de mercerie^ de 
peaux, de verrerie, etc., ladite vente faite à sept marchands 
de Perpignan, au prix de 9,630 livres de Barcelone. — 
Cession de la baronuie de Cortsavi, du château de la Bas- 
tida (en Vallespir) et des dîmes de Prats, faite par Bernard 
de So au roi de Majorque, en échange des châteaux de 
Calce et de Millas, avec le droit de faire passer dans ce 
dernier lieu le nouveau chemin qui va de Perpignan vers le 
Confient. — Concessions d'arrosage avec l'eau du ruisseau 
royal de Thuir, accordées : à Jacques Scuder, pour son do- 
maine du Mas-de-la-Garriga (sur Reard) ; — à Mallol Ca- 
dany, de Perpignan, pour onze eyminates de terre situées 
au territoire de Malloles. — Donations faites par le roi 
Jacques II, à son frère, l'infant Ferrand de Majorque, de la 
seigneurie de Verneten Roussillon, et de certains droits de 
fief sur les châteaux de Millas et de Calce ; — vente des- 
dits droits sur Calce faite par l'infant à Jean de So, vicomte 
d'Evol, qui en fait prendre possession par son procureur, 
Dalmau dez Volo. — Confirmation d'une sentence portant 
indemnité en faveur du prévôt de Canohes, à l'occasion 
des dommages causés par le ruisseau de Thuir à ses terres 
€t à son moulin de Canohes. — Assignations : de censives, 
à prendre sur des maisons situées à la Parayria petite et à 
la Parayria vieille de Perpignan, et dépendant du Roi, au 
bénéfice institué en l'église de Sainte-Marie-du-Pont de 
cette ville, par Sclarmunda, reine de Majorque ; — du 
tiers de la dîme de Montesquiu, appartenant au Roi, au bé- 
néfice fondé par le roi Sanche dans l'église de la Real de 
Perpignan. — Protestation par laquelle noble Sanxo de 
Mallorques, familier et domestique du roi Jacques II, 
chargé du soin de l'infant Jacques et de Tinfante Isabelle, 
déclare au Roi que « dans le cas où le roi d'Aragon entre- 
€ rait en votre terre, je ne me séparerai de vous de mon 
« gré, ni de ma volonté, mais seulement si j'y suis forcé, 
« sur votre commandement exprès et si vous le voulez. 
« Que je sois donc excusé de vous laisser en ces présentes 
« affaires, et je vous requiers que, dans le cas où vous 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 9 

< auriez à combattre, il vous plaise livrer les infants à un 

< autre, pour que je puisse être à côté de vous ; » dont 
acte passé devant le Roi, à Perpignan, dans la chambre 
des timbres du château royal, en présence de Jean de So, 
vicomte d'Évol, d'Artald de Pallars, de Bérenger de Vilar- 
ragut, de Pierre-Raymond de Codalet, et de Pons de Llu- 
pia, chevalier majordome. 

B. 15. (Registre.) — In-folio, 117 feuillets, parchemin , latin. 

tt6&-t8«4l. — Liber feudorum A; — « primer libre 
de feus del any MCCLXV, LXVI, LXVII, apellatde la A. » 

— Chartes d'IIdefonse, roi d'Aragon, inféodant à Pierre de 
Domanova la maison d' Aspira, construite par Pierre Ysarn, 
et donnant à l'abbaye de Sanctes-Creus toutes les truites 
fraîches et salées que le Roi reçoit et perçoit en Cerdagne. 

— Donations : par Guillaume-Rernard de Paracols, des 
pacages de Vall Maran, Subiran et Roda, à l'abbaye de 
Poblet ; — par Pierre de Domanova, de ses droits sur les 
pacages de Cardid,Rocha Colomera, Conjesta, Ventola, 
Plana de Tremes-Rius et Castelar, à l'abbaye de Sanctes- 
Creus. — Chartes : de Pierre P% roi d'Aragon, autorisant 
Pons de Vernet à construire une forcia en son fief d'Orto- 
lanes ; inféodant ladite forcia au prieur d'Espira-de-l'Agli ; 

— de l'infant Pierre d'Aragon, héritier de Catalogne, dé- 
fendant la pêche dans Vexecada de la Madro appartenant à 
Guillaume Esquillat, aux territoires de Real et de Formi- 
guères ; — de l'infant Jacques, héritier de Cerdagne, con- 
firmant à Bérenger de Soler, d'Ur, chevalier, des droits 
féodaux sur divers « manses ou albergs » situés à Dr, 
Fjori, Llo et Vilalobcnt; à Arnald de Gavarret, prêtre, 
d'Alp, au nom de son fils, Jean de Gavarret, un fief honoré 
« qui fut jadis un manoir de chevalier, » dans le lieu 
d'Alp ; — de Jacques r% roi d'Aragon, nommant Raymond 
Fort, seigneur de Bellpuig, commissaire, Raymond de Mo- 
rer, prévôt de Lillet, juge, et Guillaume Clément, de Puîg- 
cerda, écrivain, pour les affaires des fiefs royaux de Cerda- 
gne; — de Jacques!*', roi de Majorque, portant concession 
d'un terrain au-dessous de Puigcerda pour y construire 
des moulins à foulon et à farine, avec prise d'eau dans la 
rivière du Sègre, en faveur de Jacques de Cadell ; inféo- 
dant le château de Coma et le vilar de Stenills, à Pons de 
Caramany, chevalier ; — de Sanche, roi de Majorque, 
concernant le fief du vilar d'Anglars, en Capcir. — Sen- 
tences rendues par Pons Guilhem de Villefranehe, Bertrand 
Gilles, porter (porteur, messager) royal, Bernard Fareix 
de Villefranche, Raymond Fort, Raymond de Banyuls, 
chevalier, et Arnald Vola, commissaires royaux pour la re- 
cherche et le jugement des questions féodales en Gonflent, 
Capcir, Cerdagne, Barida, vallées de Ribes et de Prats et 



PYRI^NÉES-ORIE:>iTALKS. — SÉRIE B. 



9 



10 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



YÎguerie de Camprodon, conceinant l'allodialité ou la féo- 
dalité des terres et droits possédés dans ces pays : par le 
commandeur de Thôpital du Coll d'Ares ; — par le prévôt 
de Sainte-Marie-de-Marinyans ; — par les abbés de Saint- 
Pierre-de-Caraprodon , de Saint-Laurent-du-Mont , de 
Sanctcs-Creus, de Serrateix, de Saint- Jacques-de-Jocou, 
de Saint-Pierre-de-la-Portella, de Saint-Jean (des Abades- 
ses), de Saint-Marlin-de-Canigo, de Saint-Michel-de-Cuxa, 
de Saint-Saturnin-de-Tavernoles ; — par l'abbesse de 
Sainte-Marie-de-Vall-Laure; — par les prieurés de Paiera, 
de Saint- Jean-dc-Fonts (diocèse de Gerona), de Llado, de 
Saint- Jacques de Fronlinyà, de Serrabona, de Marcevol, 
de Saint-Jacques de Calahons, de Riquer, et de Lucià ; — 
par le doyen de Ripoll ; — par l'hôpital de Sainte-Suzanne 
de Ramer, dépendant de la préceptorie de Capolleig, de 
Tordre de Thôpital de Jérusalem ; — par le prieur de l'au- 
tel de Sainte-Catherine, érigé dans le monastère de Ripoll; 

— par les hôpitaux du pont de Bar, d'IUe, et de Puig- 
cerda ; — par Taumône fondée à Villefranche par Arnald 
de Bardol ; — par le doyen de l'église de Tolo ; — par les 
deux chapelains de Sainl-Eticnne-de-Bar ; — par le com- 
mandeur de la maison de Sainte-Marie de la Perxa; — par 
l'aumônier du monastère de Ripoll ; — par l'éveque et le 
chapitre d'Urgell ; — par Bernard de Caslello, de Ville- 
franche, pour des possessions à Campoma, Fornols et 
Crosels (paroisse de Molitg), Évol et Angostrina; — par 
Guillaume de Cassanyes, chevalier, pour le tiers du vilar 
de Billerach; — par Pons de Castlar, au château deCastlar 
en RipoUès ; — par Guillaume Bêla, de Lordat, à Anez en 
Cerdagne; — par les habitants de Villefranche de Gonflent, 
dont les noms suivent : Pierre de Scrabon, pour des pos- 
sessions à Fulhà; Barthélemi Oroald et Vidal Fabre, k 
Porcinyans ; Jean Tort, à Formiguères et à Riutort; Jausbert 

m 

de Capcir, la moitié de la dîme de Valceraj Guillaume de 
Conillach, à Jujols, Fulhà, Paracols, vilars d'Anglars et de 
Sposolla, Prats de Balaguer et Sahorra; Pons de Conillach, 
une part des dîmes de Fulhà ; Bernard Esquillat, les dîmes 
de Fontrabiosa, le vilar de Puig en Capcir et « trois feux 
« ou manses » à Via ; Bernard Cerda, un cortal à Sauto ; 
Pons de Serabon, à Serdinya ; Guillaume de La Rocha, 
dîmes de Sallagosa ; Raymond Tholosa et Arnald de Conil- 
ach, à Sauto, Juncet et Eus ; — par Bernard Miro, à Évol ; 

— par Raymond de Mitjavila, Pierre Royre, Arnald et Pierre 
Jacme, Guillaume de Valcera, Pierre Carbonell, Bernard 
Giscafre, Raymond Texidor, Martin Cabater, de Vinça, 
possessions diverses ; — par Guillaume Cantamessa, cha- 
pelain de Codalet, pour des possessions à Joch, Avel- 
lanet et à Eus ; — par Arnald de Cos, d'Ax , à Quers, 
Cortvassill , vilar de Cases , Feners et Nahuja ; — par 
Julien Batllessa, Arnald Sautzina et Raymond d'Oltre- 



calra, de Rujarda ; Raymond Tixidor et Guillaume Bé- 
renger, de Vilella; Arnald Persona et Guillaume Sifre,. 
d'Estoher, à Joch et à Vilella ; — par R. Pellicer, de Vil- 
lefranche, à Soanyes, Fulhà et Marians; Jean Lobaner,. 
deux demi-manses à Sansa ; Pierre Vinyogol, le tiers des 
dîmes à Sallagosa;. — par les habitants de Puigcerda : 

Pierre Ferrand, possessions à Seneja, Sainte-Léocadie et 

• 

Prats (en Cerdagne) ; Bernard Tascher, à Campelles; Guil- 
laume del Prat, à Pi, Ail et Alf ; Guillaume de Vich, à 
Marmyans ; Pierre d'Isogol, un manse à Dorres ; Pierre 
Cerda, « un manse divisé en trois feux, » à la Tour (vallée 
de Querol) ; Arnald Geli, à Feners ; Bernard de Morer, à 
Tolo, Baltarga et Beders; Bonmacip, à Saint-Martin 
d'Aravo ; Raymond Aurer, à Ger, Saga et Quexans ; Pierre 
de Riba, à Py et à Quexans ; Jean Ferrer, prêtre, à Saga; 
Pierre-Raymond Ros, le vilar de Pegeroles et un manse à 
Err; Ar. Amell, à Ger; Bernard den Aiam, un manse à 
Sallagosa ; Bernard d'Odello, le manse de Nefell ; G. Cebo- 
lera et G. d'Onzès, les vilars d'Esposolla et de Real avec 
la dîme de Puig, en Capcir ; Cerda de Querol, à Enveitg et 
Seneja ; Pierre Rigat, des moulins à foulon sur la rivière 
d'Aravo ; Raymond Tascher, deux parts du tiers des dîmes 
de Porcinyans ; Pierre d'Onzès, à Soriguera, Vilangoli et 
Onzès ; Pierre de Serraclai^a, à Caborriu-de-Tolo ; Pierre 
Jouer, une borde à Pedra, des possessions à Ysogol, Sainte- 
Léocadie, Osseja et Travesseroles ; Pierre Mercader, le 
sixième des dîmes de Llivia; Pons d'Ur, à AU et Ur ; Arnald 
Muntaner, le tiers des dîmes de Salteguel ; Bernard Estève, 
des maisons à Puigcerda ; André den March, des manses à 
Osseja; Guillaume Adroer, à Sallagosa; Pierre Lobet, à Pa- 
lan ; Raymond de Talltendre, à Sanavasire ; Raymond Poch, 
Bernard d'Estol, Bernard Barailla, Guillaume Johan, Bar- 
thélémy de Canal, Pierre de Vilalobent, Pierre Borrell, 
« traginer,* » Pierre de Soriguera , Guillaume de Pena, 
Pierre-Etienne Gombau, Arnald Veciat, Guillaume Calvo^ 
Sibille Mir, Guillaume de Ger et Pierre Moreta, des posses- 
sions au territoire de Pallerols ; — par divers habitants de 
Camprodon, Besalu et Ripoll, possessions dans le Ripoliès; 
— par Bernard de Coll, fils de Pierre de Coll, chevalier, 
pour divers droits à Bolos et autres lieux ; — par Sancia 
Marti deç Erola, à Canavelles.; — par Pierre Lauret, à Ar- 
lètes; — par Jean de N'Agnes, de Valmanya, à Vinça; — 
par Arnald de Mazana, à Via, Sallagosa, et Err ; - par 
Pierre de Colonie, de Ripoll, pour des manses à Gurguja 
et à Crosells en Cerdagne ; — par Pierre Baille, pour un 
cortal à Sauto ; — par Arnald de Cascails, de Berga, à Sa- 
navastre ; — par Perpenya de Sorreg, de Ripoll, pour des 
revenus dans la vallée de Ribes ; — par Arnald Guilhem, de 
Queraibs, à Fustenyà; —- pai* Raymond Ug, de Roset, « pour 
« un homme propre eisoliu j> à Marinyans; —par Arnald 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. -*- 

Ça Cavdieria, de Mosset, pour des dîraes à Mosset ; — par 
Mathieu Ferracer, de Veniet, pour les forêts de Scales et 
de Matha-de-Villar qui lui ont été vendues par dame 
Marquesa de Mosset et Ademar, son fils ; — par Bérenger 
d'Arro, Jean Calvet, R. Jordana, d'Arro, à Llivia, Gurguja 
et Err; — par Bérenger d'En, pour des revenus et droits 
seigneuriaux à Riutort; — par Raymond Vidal, de Fulhà, 
à Fulhà et Vilella; — par Bernard de Riutort, pour le 
bailliage de Riutort ; — par Jean Poncia, R. Morato, Ber- 
nard Fabre, et Pierre Durand, de Jujols, pour des posses- 
sions à Jujols et Flaça ; — par Jean d'Aravo et Guillaume 
Adroer, d'Alteio, à Saga ; — par Raymond Ricard, de Vall 
Sadoyla, et Bernard Guarners, de Vall Famelga, à Sainte - 
Léoeadie; — par divers habitants de Bellver, Anaz, Cabor- 
m, etc., à Ail, Saga, Alp, Bellver, Mossoll, Sanavastre, 
Ger, PruUans, Nerelia, Aniula, Prats, Bolvir, Bor, Py, 
Anaz et Alp, en Cerdagne ; — par Raymond de Morer à 
Envayls, paroisse de Tolo ; — par Dalmau de Caborriu, 
donzell, à Caborriu; — par Pierre Clément, fils de frère - 
Pierre Clément, de Tordre des Frères Prêcheurs, et 
Raymond Clément, fils bâtard de Sibille Geralda, tous les 
deux de Puigcerda , pour divers droits et possessions à 
Monmuluz, Aniula et Caldegas ; — par Bernard Amell, de 
Cortvassill, pour les moulins du Cortal-de-Portea ; — par 
Guillaume et Bernard Ballester, d*Osseja, àPalau, Nahuja, 
Coma, Osseja ; — par Bernard Sifre, clerc, à Finestret ; — 
par Arnald Castla, et G. Traginer, à Sahorra ; — par Jean 
Ponça, à Mentet ; — par Ferrer Lobet, à Guills ; — par 
Volo, à Canavelles ; — par R. Ça Clausa et Radulf Elic- 
send, à Fulhà; — par Guillaume Comdor, pour deux man- 
ses à Flori ; — par Paladoî de Coma, à Flori et Llivia ; — 
par Raymond de Ces Cases, à Gurguja ; — par Jean Guido, 
de Ripoll, pour des dîfnes dans la vallée de Ribes; — par 
Bernard de Sant-Feliu, pour le vilar d'Auren dans la pa- 
roisse d*Anez ; — par divers habitants d'Eus et de Vernet, 
à Eus et à Cornella-de-Conf!ent ; — par Guillaume Esquil- 
lat, et son fils, pour le vilar d'Odello en Capcir ; — par 
Guillaume-Pons de Ger, donzell, pour la forêt de Ger ; — 
par Arnald de Prat, pour un raanse à Cortvassill; — par 
Jean Pujol, à Vilanova en Capcir; — par G. Amalric, à Py 
en Confient ; — par Bérenger de Sovila et Pierre Fabre, à 
Angostrina ; — par Pierre Croseyls, à Sallagosa ; — par 
Raymond de Quers et Pierre Bonfill, à Quers ; — par Bar- 
thélemi del Prat et Bérenger Borrell, deRiâlles; Guillema 
Adrouer et Bérengère Vives, de la Tour, pour diverses 
propriétés dans la vallée de Querol ; — par Raymond Clé- 
ment et Arnald Mercader, pour des droits seigneuriaux in- 
divis, à Vilanova (de Cerdagne), Isavals, Angostrina, Cal- . 
lastre et Sallagosa; — par Guillaume Mercader, de 
Puigcerda , pour une manse à Sancta-Eulalia ; — par 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 1 1 

Raymond d'Enveitg, chevalier, pour deux parts des dtmes 
de la Tour de Querol, Quers et Rialtès ; — par Bernard 
Tasquer, de Puigcerda, pour des possessions à Prats, Yso- 
gol, Soriguera et Pjillerols, en Cerdagne, et à Foriiols en 
Gonflent ; — par Raymond de Casafranca et l'église de 
Sainte-Marie de Belloch, à Dorres; — par Pierre Vilangoli 
et Raymond de Cabrera, à Ur ; — par Raymond Escuder, 
de Nahuja, pour une manse pour lequel il fait tous les ans 
un cens « d'une livre de poivre, » — par Raymond de 
Pont, pour un moulin à la Tour de Querol ; — par Pierre 
Tolo « fils d'un chanoine de Tolo », pour des possessions 
à Bellver. — Concession de droits de boisage aux Bachs 
de Moxera, de Viver et de Grua, et dans la vallée de Vila- 
Ermans, en faveur des habitants d'Angostrina, par Pierre 
Mercader et Raymond Ferrer, de Puigcerda. 

B. 16. (Registre.) — In-folio, 170 feuillets, parchemin, latin. 

119 6- 1841. — Liber feudorum C. — Aveu de Mi- 
nimilla, dame de Pla de Corts, qui déclare tenir en fief de 
son seigneur Oliba , comte (de Besalu) , les justices de 
« son alleu » de Pla de Corts, Boscheros, Vilarcell, Olius 
d'amont et d'aval, Palau et Casteled. — Confirmation féo- 
dale des albergues, botajes, pasquiers, justices et autres 
droits seigneuriaux, ainsi que de toutes les forteresses 
existantes ou à construire dans le pays de Vallespir, à 
l'exception de celles des paroisses de Prats et de Thuir et 
du monastère d'Arles, faite à Guillaume-Udalguer, vi- 
comte de Castellnou, et à Ermessende, son épouse, par 
Rayraond-Béreuger, comte de Barcelone, de Besalu et de 
Cerdagne. — Inféodation faite par Guirard , comte de 
Roussillon, à Bérenger de Vilarmila, de toutes les justices, 
pâtures, cultures et albergues que ledit comte possède 
« justi»ment ou injustement » en l'adjacence de Sainte- 
Marie de Vilarmila et que ledit Bérenger de Vilarmila te- 
nait déjà en gage pour 81 morabatins mercatiers bom ; — 
donation de vignes allodiales situées à Oi*tafa et de trois 
manses situés à Vilanova-de-Raho, par Grimald d'Ortafa à 
Guinard, comte de Roussillon qui les lui inféode et lui 
concède en outre en fief les pasquiers, avec les cogocies 
(amendes pour adultère) et homicides (amendes pour 
meurtre) des habitants d'Orîafa. — Aveu des châteaux de 
Miralles et de Queralt, fait au roi Ildefonse d'Aragon, par 
Bernard d'Aragall. — Confirmation féodalefaite parNunyo- 
Sanche, seigneur de Roussillon et Cerdagne, à Raymond de 
Canet, fils de Ccrdana de Rodés, des châteaux de Rodés, Mos 
set, laBastida (de Mas Garda), de la forcia (fortification) qui 
esit en l'église de Fulhà, et de tous les honneurs, forte/esses, 
châteaux et possessions tenus jadis en fief par Pierre de 
Domanova, grand-père maternel dudit Raymond; et comme 



12 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



ladite Cerdana est décédée ab intestat^ Nunyo fait aban- 
don, moyennant 7,000 sous barcelonais couronnés, de tous 
les droits qui lui revenaient sur celte succession en vertu 
des usages de Barcelone, -r- Aveux de Pierre de Vila- 
' longa, fils de Bremond, lequel ayant vendu à Pons d*Alenya 
et à Bernard Bonet, frères, un terço de la leude de Perpi- 
gnan qu'il tenait en fief pour Bernard de Moutesquiu, re- 
connaît tenir en fief pour ce dernier, et comme compensa- 
tion, un cbamp « de son propre alleu » situé à Villallonga- 
de-la-Salanca : — de Bernard de Montesquiu, qui, tenant 
aussi ledit terço en fief pour Nunyo-Sanclie, reconnaît tenir 
de lui le même champ aux mêmes conditious. — Donation 
des îles d'Iviya et de Formentera, par Jacques I'^, roi 
d'Aragon, à G. 'archevêque élu de Tarragoua, à la condi- 
tion qu'avant la prochaine fête de Saint-Michel de septem- 
bre, il ira conquérir ces îles avec ses nefs et son host 
(décembre 1234). — Reconnaissances faites à Nunyo-San- 
che, par Guillaume, vicomte de Caslellnou : pour les châ- 
teaux de Montdony, Montalba et Serrallonga, sous-inféodés 
à Bernard-Hugues de Serrallonga ; — pour les châteaux 
de Llupia, Montauriol, Bcllpuig et Corbera. — Inféodation 
faite par Jacques I", roi d'Aragon, à Guillaume Du Soler, 
chevalier, des hommes, femmes, censives, usages et autres 
droits que ce dernier « tenait précédemment en libre et 
f franc alleu » au Soler d'amont. — Échange de la vallée 
de Banyuls cédée par Jacques P% roi d'Aragon , à Pons- 
Hugues, comte d'Empories, moyennant le tiers des leudes 
et des mesurages, et le cinquième des plaids et justices de 
la ville de Perpignan, et 30 eymines d'orge perçues tous les 
ans sur la ville de Rivesaltes, droits que le comte tenait de 
Raymond de Vilademuls, sou grand-père maternel (eu ca- 
talan). — Inféodation d'un « honneur culte et inculte » 
aux territoires de Millas, Corbera, Vallventosa, Greolera et 
lieux circonvoisins, par* Pons de Vernet, à Guillaume de 
Tautahull, moyennant 4,200 sous barcelonais. —Promesse 
d'acquitter le cens auquel il est tenu pour les dîmes de la 
paroisse de Villech, faite par le chevalier Vidal de la Roca- 
de-Villech à Thomas de Cau, doyen de Cerdagne et sei- 
gneur de la maison de Tolo. — Aveu fait au roi Jacques P*" 
d'Aragon, par le chevalier Bérenger de Saint-Je^n, pour ce 
qu'il possèdeàSaint-Jean-Pla-de-Gorts,à CéretetauVoIo. 
— Confirmation des fiefs possédés par Vidal de La Roca 
dans la vallée de la Roca de Villech, par Galcerand de 
Pinos. — Aveu fait à Guillaume de Canet par Adémar de 
Mosset, pour le château de Mosset construit sur le Puig de 
Curts, avec les justices et autres droits en dépendants. — 
Prestations de foi et hommage, reconnaissances féodales et 
aveux, faits à Jacques P*", roi de Majorque, ou à ses procu- 
reurs ; par Hugues, comte d'Empories, pour la vallée de 
Bânyuls, le château de Céret, et ce qu'il possède dans l'île 






de Majorque ; — par Jean de Rocafoll, pour les châteaux 
iVAlbaiiicis et de Cornolsech ; — par Pierre et Arnald 
Canyot, prieurs d'Espira-de-l'Agli, pour le château de Pena 
et" le lieu d'Ortolanes; — par Arnald de Gortsavi, pour la 
dîme qu'il reçoit dans sa vallée de Prats ; — par Guil- 
laume, vicomte de Castellnou, pour le château de Céret et 
celui de Corbera qui est sous-inféodé à Bernard de Corbera 
et que le Roi pourra occuper pendant trois ans ; — par 
Jauzbert, vicomte de Castellnou, pour toutes les forclos 
(forteresses) construites ou à construire dans le Vallespir ; 

— par Pierre et Jacques de Millas, fils d'Arnald de Millas, 
pour le château de Néfiach ; — par Bernard, archevêque 
de Tarragona, pour les îles d'Iviça et de Formentera, don- 
nées par le roi Jacques d'Aragon, à Guillaume de Montgri, 
élu de Terragoua ; — par Hugues de Mataplana, archidia- 
cre de Barcelone, pour^ce qu'il possède dans l'île de Ma- 
jorque ; — par Arnald de Llupia, fils de Gauccrand de 
Céret, pour la moitié par indivis du château de Maurellas ; 

— par dame Marie, veuve du chevalier Bernard de Brulhà^ 
pour tout ce qu'elle avait acheté du chevalier Gaubert de 
Durban , à Torrelles et à Sainte-Marie-la-Mer ; — par 
Pierre-Guillaume de Tautahull, pour diverses possessions 
à Tautahull ; — par BéatrLx, épouse de Bernard Saleua^ 
pour les agriers, quarts et autres droits qu'elle a sur la 
mansate de Jean Marches, de Perestortes, dépendante du 
château de Tautahull ; — par Bernard Roger, de Peres- 
tortos, pour diverses propriétés à Perestortes ; — par 
Pierre Torrelles, fils d'Arnald Catala, pour divers nianscs, 
censives, persayries, quarteries et autres droits qu'il pos- 
sède à Torrelles ; — par Simonne, veuve de Bernard de 
Sainte-Marie, et Arnald Buffart, bailli de Bula, pour di- 
vers revenus qu'ils possèdent à Toluges ; — par Raymond 
de Castell, chevalier, pour « la moitié du sixième des dî- 
mes », divers revenus et censives, un m anse et la moitié de 
l^cellera de Laucata, le tout sis à Torelles; — par Gaubert 
de Cascastel , fils du chevalier Raymond de Cascastel^ 
< pour la moitié du sixième des dîmes », divers revenus,, 
censives et perseyries, un manse et la moitié de la cellera 
de Laucata^ à Torrelles; — par le chevalier Bernard de 
Vallauria et Dalman, son frère, Tun pour les trois quarts,, 
l'autre pour le quart des justices et des revenus du four 
d'Argelès « et des poitrines des bœufs et des vaches qui 
« meurent de quelque manière que ce soit dans ladite ville 
« et en son territoire, » à eux appartenant comme héri- 
tiers de Bérenger de Terrades, leur oncle ; — par Arnald 
Bertrand, fils du chevalier Arnald Bertrand, pour une 
maison, le tiers de la dîme de la mer et de l'étang, à Tor-» 
relies, le cinquième de la dîme des terres et autres rêve- 
nus de Tautahull; — par Bernard de Saint -Mamet^ 
donzell, pour le château et divers droits qu'il possède à 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

Torrclles, sauf une part des dîmes qu'il tient en fief pour 
Pons de Guardia, seigneur de Canet ; — par Raymond de 
Palauda^ chevalier, pour les justices, pacages, albergues, 
domaine et seynoriu de Vilarmila ; — par Arnald de Po- 
sols, fils du chevalier Raymond de Posols, pour un cens 
de 12 deniers et d'une oie qu'il reçoit sur un jardin et un 
cellier situés à Torrelles ; — par Jacques Roger, pour dis- 
verses propriétés situées à Perestortes et tenues au cens 
annuel d'une albergue de trois chevaliers; — par Pons de 
Caramany, chevalier, au nom d'Hélène, sa fille, pour un 
champ situé à Vilallonga-de-la-Salanca, à elle inféodé par 
Bernard de Montesquiu qui le tient en fief pour le roi de 
Majorque ; — par dame Jeanne, épouse du chevalier Bé- 
renger Surd et fille de Pierre de Camerada, pour des cens 
et renies sur des maisons et bordes situées à Perpignan ; 
— par Arnald Texidor, pour divers cens sur des maisons 
d'Ille ; — par Gérald d'Ardena, chevalier, pour tous les 
Immeubles qu'il possède au territoire d'Ille, à l'exception 
d'une part de dîme et d'une tour bâtie dans son manse d'Ille, 
lesquelles sont tenues en fief pour les héritiers de Galce- 
rand d'Urg : son fief fait au Roi, tous les ans, une albergue 
de cinq chevaliers, cinq chevaux et quatre écuyers ; — par 
Raymond Xatmar, fils du chevalier Raymond-Guillaume 
d'Enveilg, pour la tour de Pimorent, des dîmes et tasques 
dans la vallée de Querol, sous-inféodées au chevalier Jac- 
ques de Sancta-Eulalia ; deux parts de la dime de la Tour 
(de Querol), sous-inféodées au noble Arnald de Saga, avec 
des censives de truites et de bois ; des tasques, quarts et 
autres droits à la Tour (de Querol), sous-inféodés à Pierre 
d'Agcr, donzell ; neuf manses à Ur ; — par Sibille, dame 
d'Ortafa, veuve du chevalier Guillaume de Durban, pour 
une part de dîme et le Puig dit de VEsgleyUy à Ortafa ; — 
par Guillaume de L'Era, pour une manse à Alp ; — par 
Béatrix, veuve de Guillaume de Castellnou, pour le châ- 
teau d'Ultrera ; — par Pierre-Guillaume, fils du chevalier 
Guillaume de Tautahull, pour des agriers, dîmes, maisons 
et autres possessions à Tautahull, Millas, Corbera et Vall- 
ventosa, et trois manses à Artsos dépendant du château 
de la Bastida ; — par Guillaume Saquet et Bernard Marti, 
pour des cens sur des maisons bâties dans le ténement dit 
Colomina d'En Comte deSalseSj situé à Perpignan « en de- 
« hors des vieux murs; t> — par Ava, veuve de Guillaume, 
vicomte de Castellnou, pour le château de Vernet près de 
Perpignan ; — par Bernard de Palauda, fils du chevalier 
Raymond de Palauda, pour diverses possessions tenues « en 
fief honoré p à Montesquiu, Thuir et Vilarmila ; — par 
Blanca, fille de Pons de La Clusa, pour le château de la 
Clusa et divers fiefs à Palauda, Céret et Rayners ; — par 
Arnalda, veuve de Gerald de Saint-Pons et fille de Pierre 
Toache, bailli de Salses, pour divers droits et possessions 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 13 

à Salses, Barres et Garrius ; — par Jean Mansa, Pierre 
Antoni, Ricsende Aostena, Guillaume Garcia, Bernard de 
Caiastres, Etienne Fabre, Guillaume Squot, Jacques Cami, 
Guillaume Ferrer, Pierre de Pipius, Aladayde Truies, 
Jean Mir, Guillaume Bonafos, Jeanne Puster et J/san Pera- 
mon, habitants de Salses, pour divers jardins, champs, vi- 
gnes, feixes et autres pièces de tefre, à Salses; — par 
Roderic, archevtque de Tarragona, pour le tiers par indi- 
vis du château d'Iviça et la moitié par indivis des tles 
d'Iviça et de Fermentera ; — par Jean Bastit, pour les 
censives de la Colomina dite « de Pierre Comte de Sal- 
ses, » à Perpignan ; — par Clémence, dame d'Ortafa, 
épouse de Bérenger de Perapertusa, pour divers droits et 
possessions à Vilanova-de-Raho et à Ortafa ; — par Hu- 
guet de Talzo, fils du chevalier Bernard de Tatzo, pour la 
moitié de la dîme de CoUioure ; — par Raymond de Riba, 
pour le lieu de Py et le vilar de Vilella en Cerdagne ; — 
par Gaston, comte de Foix, vicomte de Béam et deCastellbo, 
pour les châteaux de So et de Queragut et tout le pays de 
Donasa, les lieux d'Estavar, Bajanda et Ëvol, et divers 
droits et possessions en Capcir, Cerdagne et Barîda, pro- 
venant de l'ancienne vicomte de Castellbo; compromis 
entre le roi de Majorque et ledit comte Gaston, relatif au 
fief du château de Liés saisi par le viguier de Cerdagne 
« en raison des crimes commis par feu Raymond de Tra- 
« vessères et par les habitants dudit château ; » — par les 
manumisseurs de Bérenger de Palma, sacristain de l'église 
Saint-Jean de Perpignan, pour le cens d'un manse situé 
dans a la Colomina d'En Comte de Salses; » — par Ferrer 
Palet, du Volo, pour divers jardins, maisons et autres pos- 
sessions, entre autres « un lieu où l'on fait des meules de 
« moulins, » le tout situé au Volo ; — par le bénéfice 
des Saints-Innocents fondé dans Téglise d'Orle, pour les 
censives qu'il possède audit lieu ; — par Guillaume Jorda, 
de Vernet, chevalier, pour des censives sur la « Colomina 
d'En Comte de Salses ; » — par Pierre-Guillaume de Tau- 
tahull, pour divers droits et possessions à Tautahull; — 
par Raymond de Crexell, pour un manse et autres pro- 
priétés à Vilallonga-del-Mont ; — par Bérenger d'En 
chevalier, pour deux bordes à Ria, la dîme et autres droits 
à Éroles, Arlètes et Orbanya, dans la vallée de Conat ; — 
parPerela, chevalier de Prats en Vallcspir,pourun champ et 
la borda Rossinyola situés à Prats; — par Simon de Llupia, 
pour la moitié par indivis du château et lieu de Maurellas; 
— par Arnald, évêque de Barcelone, pour ses possessions 
dans l'île de Majorque ; — par Eymeric de Bossagas, da- 
moiseau, pour le château de Montbazenc, au diocèse de 
Maguelone, à lui aîf]partenant à titre de dot à lui constituée 
par dame Fizes, son épouse ; — par Bérenger de Peraper- 
tuza, donzell, pour une part de dîme à Millas et Néfiach • 



14 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

— par Guillaume de Vivers, pour la juridiction et toutes 
les justices civiles de son château de Vivers ; — par Dal- 
mau de Caslellnou, pour le château et força de Montbran 
et de la vallée de Saint-Martin; — par Jazbert, vicomte 
de Castellnou, pour le château de Vernet; ■=— par Saorra de 
Perves, donzell, tuteur de Jacques d'Aragall, pour le châ- 
teau de Toleriu et la dîme de Berguja ; — par Guillaq^me- 
Galcerand de Cabrenç, pour le château de Rayners ; — 
par Bérenger Germa, marchand, de Perpignan , pour a le 
fief honoré » qu'il possède par indivis avec Bernard Eybri, 
aux territoires de Toluges, Canohes, Thuir, Soler d'amont 
et d*avall, Orle et Sainte-Eugénie ; — par Raymond de 
Fulhà, pour la moitié de la dîme de Fulhà; — par 
Raymond de Valespirans, bailli de Sa-Guardia, tuteur 
et au nom de Pierre de Colonge, pour le « mas d'en Bo- 
net » au vilar de Gurguja et « le mas d'En Lana » au vilar 
de Roset (Rohet) ; — par Bernard d'Aragall, donzell, pour 
le château de Toleriu et la dîme de Berguja en Barida; — 
par Guillaume d'Aragall, donzell , pour divers droits à 
Estoyl et la dîme de Cortaus (en Cerdagne) ; — par 
Raymond Ses-Puyola, chevalier, pour la moitié du vilar 
d'Olobde et deux parts des dîmes d'Hix ; — par Pierre 
Vinyogol et Bernard, son frère, pour deux parts des dîmes 
de Sallagosa ; — par Guillaume de Rocaberti, prévôt de 
l'église de Tarragona, pour ses possessions dans les îles 
d'Iviça et de Fermentera ; — par Raymond de Cascall, ha- 
bitant de Berga, pour le tiers des dîmes d'Uruç; — par 
Sibille, épouse de Bernard Bonshom, de Perpignan, pour 
la moitié de la seigneurie de Maurellas avec diverses pos- 
sessions à Céret, Llaurè et Saint-Jean-Pla-de-Corts ; — 
par Perella, chevalier de Prats, pour la borde Rossinyola 
et le « chef » du château appelé castell d'Eti Perelay dans 
la vallée de Prats ; — par Bérenger de Canavelles, donzell, 
pour diverses mansates et le sixième de la dîme d'Orbanya; 

— par Agnès, veuve de VilaT de Vilar, chevalier, pour 
divers revenus et les persayries qu'elle reçoit à Torrelles, 
depuis le lieu dit C/ofa jusqu'au Grau de Salses; — par 
Pierre Toues, de Puigcerda, pour le bailliage de Nahuja ; — 
par Raymond de Goell, chevalier, pour les honneurs, pos- 
sessions et justices qu'il possède dans la paroisse de Saint- 
Martin d'Albera/ — Inféodation du château de Bula-de- 
Terranera à Pierre de FonoUet, par le roi Jacques P' de 
Majorque qui l'a acheté à Hugues, comte de Pallars et sei- 
gneur de Berga et de Mataplana. — Transaction entre le 
roi Jacques de Majorqne et le prieur de Cornella-de-Con- 
flent, au sujet des droits qu'ils perçoivent par indivis sur 

m 

les pasquiers de Gonflent, Capcir et Cerdagne. — Presta- 
tions de foi et hommage et reconnaissances féodales, faites 
au roi Sanche de Majorque, ou à ses procureurs : par Guil- 
laume de So, chevalier, seigneur de Roquefort, pour divers 



droits et manses situés à Riutort et sous-inféodés à Ber- 
nard Tort, de Villefranche-de-Conflent; — par Arnaldde 
Saint-Estève, pour diverses bordes à Montesquiu ; — par 
Bernard de Palauda, pour ses honneurs et possessions de 
Montesquiu, Thuir et Vilarmila ; — par Huguet de Tatzo, 
chevalier, pour la moitié -de la dîme de Collioure, et ce 
qu'il possède à Jujols ; — par Jazbert, vicomte de Castell- 
nou, pour le château de Vernet, les forteresses du Valles- 
pir et les justices de Pontella, Saint-Feliu d'amont et 
d'avall, Camèles , Corbera, Quexans , Sainte-Marie de 
Fontcuberta, Montauriol d'amont et d'avall, Prunet, Saint- 
Pierre de la Serra, Sainte -Colombe de Moniauriol-des- 
Illes, Teulis, Croanques, Casafabre et Céret ; — par Guil- 
laume de Vivers, donzell, pour les justices du château de 
Vivers ; — par Amald Bernard, donzell, fils du chevalier 
Raymond de Fulhà, pour divers djoits sur les vilars de 
Montelià, Nohèdes et Orbanya dans la vallée de Conat; — 
par Amald de Llupia, pour ses revenus d'Argelès ; — par 
Bernard de Vallauria, chevalier, pour la tour de Perabona, 
située au coll de Massana, et livres de Barcelone à lui 
assignées, pour la garde de ladite tour, sur les 10 livres 
que la ville d'Argelès paye tous les ans au roi de Majorque 
en compensation du vet de vin de ladite ville; — par Ber- 
nard de Saint-Mamet, donzell, pour le château qu'il pos- 
sède à Torrelles ; — par Arnald de Posols, chevalier, pour 
la censive qu'il reçoit sur un jardin ; — par Pons de Cara- 
many, chevalier., pour le château de Coma, le vilar de 
Stanils et un champ situé à Vilallonga-de-la-Salanca ; — 
par Bernard Vinyogol, de Villefranche, pour deux parts des 
dîmes de Sallagosa ; — par Arnald de Cortsavi, chevalier, 
pour les justices de son château de Cortsavi, et des dîmes 
dans la vallée de Prats ; — par Hugues, comte d'Empo- 
ries, pour son fief de Céret, la vallée de Banyuls et les 
honneurs et droits qu'il possède dans l'île de Majorque; — 
par Sibille Bonshom, pour la moitié du château de Mau- 
rellas ; — par Pierre et Jacques de Millas, frères, cheva- 
liers, pour le château de Néfiach, et le dernier pour le 
champ dit clama d'amunt situé à Millas ; — par Pierre 
Sala, pour le bailliage de la Saionia du château de 
Sahorra; - par Raymond de Fontaynes, chevalier, pour 
les dîmes de la vallée de Mosset ; — par Bérenger de Pe- 
rapertusa, chevalier, pour des portions des dîmes à Millas 
et Néfiach ; — par Bernard Eybri, marchand, de Perpi- 
gnan, pour diverses possessions tenues en fief honoré à To- 
luges et lieux circonvoisins ; — par Guillaume d'En, che- 
valier, pour des agriers et des « cens de deniers et de 
marrans » (béliers) à Riutort, divers revenus au vilar de 
Conat, une part des dîmes aux vilars d'Arlètes et de Val- 
lans, des bordes et manses à Orbanya et à Ria, et le manse 
d'£n Fugues dans la Vallée de Sabolera en Cerdagne ; — 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — 

par Jacques Estève, de Puigeerda, pour le vilar d'Aniula; 
— par Béatrix, vicomtesse de Rocaberti, fille et héritière 
universelle de Bernard-Hugues de Serrallonga, pour le 
château de Rayners, les justices et autres droits et posses- 
sions du lieu de Serrallonga, du château de Cabrenç, des 
lieux de Fontanils, Vilaroja, Vilar Castelar, château de 
Montalba et vallée de Mondony, Palalda et la cellera (en- 
ceinte fortifiée) de Costoja; — par le chevalier Perela, de 
Prats ; Guillaume Roger, de Perestortes ; Bérenger Saleua, 
de Rivesaltes ; Raymond de Goell, donzell ; Gaufrid de 
Cruilles, prévôt, et Guillaume, archevêque de Tarragona; 
Bérenger de Saint-Jean, donzell; Guillaume de Corbiach, 
chevalier, et Seguier Saliner, de Salses, pour des fiefs 
déjà reconnus au roi Jacques V' ; — par Francisca, veuve 
du chevalier Guillaume de Ribes, pour le fief de Serrât, 
sous-inféodé k Bérenger-Guillaume d'Argilagers, le châ- 
teau, le bailliage et la viguerie de la vallée de Ribes ; — par 
Bernard de So, chevalier, pour le château de Sauto, et le 
vilar de Creu en Capcir ; — par Ademar de Mosset, pour 
la seigneurie de Mosset ; — par Arnald de Puig, donzell, 
pour les justices des châteaux de Valielles, de Liés et de 
Travessères ; — par noble Geoffroy du Pont, chevalier, 
seigneur de Ribayriac et coseigneur de la vicomte de Tu- 
renne, procureur de noble Isabelle de Rhodes, vicomtesse 
de Carladès, son épouse, pour la vicomte de Carladès ; — 
par Gaston, comte de Foix, vicomte de Béarn et de Cas- 
tellbo et seigneur de Montcada, pour les châteaux de So et 
de Queragutet toute la terre de Donaza, les lieux d'Evol, 
Estiivar et Bajanda, et les c'.iâteaux de Liés et de Traves- 
sères ; — par Raymond de Calders, chevalier de Clayra, 
pour ses possessions de Toluges; — par Bérenger-Guil- 
laume d'Argilagcrs, pour quatre hommes avec leurs des- 
cendants habitants au vilar de Serrât, paroisse de Fus- 
tiiiya ; — par le commandeur de l'hôpital d'Ille, pour 
ses possessions à Mentct et cinq manses à Sahilla ; — par 
Raymond Ferrand, de Puigeerda, pour un manse à Prats 
(en Cerdagne) ; — par Raymond de Palauda, pour ce qu'il 
possède à Montesquiu , à Cérel et à Vilarmila ; — par 
Bérenger dez Coll, chevalier, pour tout son honneur de 
Beuat d'amunt et d'avayl et de Sous (dans la vallée de 
Prats) ; — par Bernard de Vallerosa, donzell, pour le tiers 
de la dîme et le quart de l'agrier qu'il reçoit au territoire 
de Thuir ; — par Hugues de Mataplana, comte de Pallare, 
pour le fief honoré du château de Tozes, les manses de 
Fornells et de Pinosa, la vallée de Neua, et le fief de Dénia 
(Dorria?); — par Sibille, comtesse de Pallars, pour le 
château d'Arseguel, tenu en fief honoré; — par Guillaume 
et Bernard Prebost , frères , de Villefranche-de-Conflent, 
pour leurs possessions à Canoha ; — par Pierre de Bolvir, 
donzell, pour une part des dîmes d'Uruç, diverses pro- 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 15 

priétés à Urg, un manse à Tallendre et le nianse de Na- 
vescart; — par Guillaume de Vivers, donzell, pour le 
château qu'il possède à Torrelles ; — par Raymond 
Franch, marchand, de Montpellier, pour « la dix-huitième 
« partie des coupes sesteyrales des blés, farines, légumes 
« et châtaignes d'Italie ou de Lombardie, perçues dans la 
« ville de Montpellier; » fief à lui vendu par le donzell 
Salomon de Falguières, seigneur du château de Falguières, 
héritier de Simon de Castanet, bourgeois, de Montpellier ; 

— par Thomas de Bereny, pour les bailliages de Brnguera 
et de Planoles (dans la vallée de Ribes) ; — par Malgaulin, 
comte d'Empories, pour la vallée de Banyuls et le lieu des 
Abolies ; — par Bernard de Corbiach, donzell, pour le tiers 
de la dîme de Vinça; — - par Bertrand de Saint-Marsal, che- 
valier, pour le château de Montner ; — par Raymond Em- 
bertat, de Puigeerda, pour une propriété à Hix ; — par 
Guillemet de Narbonne, fils d'Amalric, vicomte de Nar- 
bonne, pour le château, la vallée et la Bastida de Mosset ; 

— parRaymond-Xatmard'Enveitg, chevalier, pour la dîme 
d'Enveigt, de Feners, desCases,de Bena et de Salith ;lap^s- 
cada (pêche) de quinze jours dans l'étang de Lanos, des por 
tiens de dîme à Sancta-Eulalia, à la Tour et à Rialtes ; les 
parades d'Ovela et de Sagramorla ; des possessions à Saint- 
Martin d'Aravo ; un moulin à Sancta-Eulalia, l'étang de 
Lanos, trois manses à Ur, un demi-manse à Flori, deux 
manses à Salteguel, Teau du moulin d'Enveitg, neuf al- 
berchs à Ur et à Flori, des manses à Cortvessill et un re- 
venu de 25 livres sur les scrivauies de Puigeerda ; — par 
Guillaume de Canet, pour les châteaux et lieux de Canet, 
Saint-Michel de Furques, Rodés et Ropidera; — par 
Pierre-Raymond de Codalet, fils émancipé du chevalier 
Bernard de Rivesaltes, pour une rente annuelle de cent 
cinquante eymines d'orge sur les moulins de Saint-Estève ; 

— par Arnald de Millas, donzell, seigneur de Palmes, 
pour ses revenus de Néfiach ; — par Guillaume Palet, 
écrivain de Perpignan, pour ses possessions du Volo; — par 
Jean Cadell, pour le droit de fortifier son vilar de Pegeroleî> 
(en Barida) ; — par François de Ribes, donzell, pour le 
bailliage, la viguerie et autres droits de la vallée de Ribes; 

— par Pierre Batlle, chevalier, pour le lieu de Castell- 
vell avec sa devèse ; — par Raymond de Palauda, pour 
ses possessions à Montesquiu et à Thuir; — par Pons 
d'Avinyo, chevalier, pour tout ce qu'il possède à Sainte- 
Marie des nies ; — par Pierre Jouer, de Puigeerda, pour 
onze manses à Nahuja, les dîmes de Travesseroles et di- 
vers revenus à Bellver ; — par Bernard de So, pour tous 
les biens et droits que Pons-Guilhem de Villefranche et 
son frère, Raymond Guilhem, possédaient à Angostrina, 
Llivia, Gurguja et Cereja, entre autres un cens annuel de 
1,130 truites à Angostrina; — par Jacques de Millas, 



16 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



donzeli, poifl* la moitié du château de Néfîach ; — par Vi- 
lanova de Novelles, donzell, pour divers droits à Orbanya 
et dans la vallée de Conat ; — par Bérenger de Saint-Jean, 
pour deux parts de la dîme de Saint-Jean-Pla-de-Corls ; 
— par Guillaume Mercadcr , de Puigcerda , pour le 
sixième de la dîme de Llivia ; — par Raymond Roitg, de 
Perpignan, pour diverses possessions h Toluges ; — par 
Guillaume de Tornaboyx, chevalier, et Bernard Roitg, 
chevalier, seigneur en partie du château de Castel-Fizel en 
Fonollet, pour un cens de 50 livres de Barcelone assigné à 
chacun d'eux par l'infant Ferrand de Majorque sur les re- 
venus des bains de Montpellier ; — par Bernard Guilhem, 
chevalier, pour les justices de son château de Toren ; — 
par Sibille, fille et héritière de Jazpert, vicomte de Cas- 
tellnou, pour toutes les forteresses du Vallespir ; — • par 
Francisca, veuve du chevalier Guillaume de Ribes, pour 
le vilar de Sous, le champ del Prat, la borde Rossinyola et 
le chef du château d'En Percla ; — par Jacques Boer, de 
Villefranche, pour des censives, agriers, manses et autres 
possessions à Vilella, Joch, Rigarda, Yinça, Sahorla et 
Soffronys ; — par Raymond Roitg, de Prats, pour les vi- 
lars de Benat d'Àvayl et Benat d'Amunt, à lui légués par 
son oncle maternel Bérenger dez Coll, chevalier, avec let- 
tres royaux qui autorisent ledit Raymond à acquérir ce 
fief, bien qu'il ne soit ni noble, ni chevalier ; — par Guil- 
laume de Palauda, donzell, pour ses possessions à Montes- 
quiu, Thuir et Vilarmila; — par Jaubertde Fulhà, donzell, 
pour un fief dans la vallée de Conat ; — par Hugues de 
Canavelles, pour le château de Cerola, tenu à une albergue 
annuelle pour sept chevaux ; — par Simon de Maurellas, 
donzell, pour une partie du château de Maurellas; — par 
Dalmau de Castellnou, pour le château et la força de Mont- 
bran et la vallée de Saint-Martin ; — par Philippe, fils du 
roi Jacques de Majorque, trésorier de l'église Saint-Martin 
de Tours et doyen de Sainte-Marie de Tolo, pour des cen- 
sives à Sanavastre et diverses possessions à Sayg, en Cer- 
dagne, léguées à ladite église de Tolo par le chevalier 
•Pierre de Rius. — Concession des justices du château de 
Saint-Hippolyte, faite par le roi Sanche à Arnald Trauer, 
docteur es lois ; — inféodation du château de Vilallonga- 
de-la-Salanca, à Pierre de Bellcastell, chevalier ; — auto- 
risation accordée à Malgaulin, comte d'Empories et vi- 
comte de Bas, de sous-inféoder la baronnie qu'il tient 
en fief pour le Roi dans l'île de Majorque; — vente du 
bailliage de Vernet , au roi Sanche , par Jean Fahena, 
au prix de 160 livres de Barcelone. — Reconnaissance 
féodale faite par Guillaume de So , de Roquefort , che- 
valier, à Bernard de So, seigneur d'Évol, pour la moitié 
des dîmes de Formiguera, Riutort, Caselles, Sposolla et 
Gualba, le tiers de celles de Paracols et de Molitg, un fief 



à Campoma et Fornols, un manse à Puig et un autre à 
Anglars. — Prise de possession, au nom du roi Jacques II 
de Majorque, du château et de la força de Monlbran dans 
la vallée de Saint-Martin appartenant à noble Dalmau de 
Castellnou. — Aveux de foi et hommage prêtés au roi 
Jacques II ou à ses procureurs : par Raymond Tholosa, de 
Villefranche, pour la moitié des dîmes de Sauto et de Fet- 
ges ; — par Guillaume Des Fonts, chevalier, et Pierre de 
Tornaboyx, donzell, pour une rente de 80 livres sur les 
bains de Montpellier ; — par Pierre de Colonge, de Ripoll, 
pour le manse d'En Bonet, à Gurguja ; — par Durand de 
Vilanova, prieur d'Espira, pour le lieu d'Ortolanes et le 
château de Pena ; — par Bernard de Vallauria, donzell, 
pour la tour de Perabona et divers droits sur Argelès ; — 
par Ferrer Dalmau, donzell, de Céret, pour une part sur 
le château de Maurellas ; — par Pons, évoque de Barce- 
lone, Gaston, évêque de Gerona et son chapitre, pour des 
possessions à Majorque. — Cession de tous les droits de 
Guillaume de Narbonne, seigneur de Montaigu, sur la val- 
lée de Mosset, au roi Jacques II, en échange des châteaux 
de Plexan et d'Adissan, situés dans la baronnie d'Omelas ; 
— inféodation de la vallée de Mosset et de la Bastida de 
Mascardà, en faveur d'Adémar de Mosset. — Conventions: 
pour la prise d'eau du ruisseau d'arrosage et des moulins 
de Rivesaltes ; — pour la juridiction de Pia ; — pour établir 
dans une position plus sûre le village de Tura , menacé 
par les eaux de la rivière de l'Agli ; — sentence arbitrale 
prononcée parles procureurs royaux, relative à deux parts 
des dîmes de Sallagosa tenues en fief pour l'évoque d'Ur- 
gell. — Privilège royal accordé par le roi Jacques II, por- 
tant établissement d'un second four dans la ville d'Argelès 
011 il n'eu existait qu'un à deux bouches devenu insuffi- 
sant, et concession d'une maison pour le pesage des blés 
et des farines ; — échange entre Adémar de Mosset et le 
même roi : le premier cède tous les biens et droits qu'il 
possède aux territoires du Volo, Monlesquiu, la Roca et 
NiJolères, et reçoit « en fief honoré » le bois de Millas et 
tous les cens et droits du Roi sur le territoire du « lieu de 
Saint-Martin de la Riba (sur Tet) qui sera désormais un 
château et en aura le titre et les droits ; » — conven- 
tions avec Roger-Bernard de Foix, vicomte de CastcUbo, 
relativement aux honneurs d'Urg, Err, Alp, Bolquera, 
Talltendre, Joch et autres dépendances des anciennes vicom- 
tes de Gonflent, Cerdagne etBarida ; — inféodation du châ- 
teau de Jujols à Dalmau de Tatzo, donzell. 

B. 17. (Registre.) — In-folio, 35 feuillets, papier, latin. 

t99f-i9tl9. — Processus antichs del patrimoni L 
— Enquêtes, transactions et sentences de Jacques Mascaros, 



SÉRIE B. - CHAMBRE DU DOMAINE. - 

de Rivesalles, procureur du roi de Majorque, et de 
Guillaume Parayre, juge des fiefs, alleux et autres droits 
royaux de Roussiilon et Vallespir, pour la recherche des 
biens aliénés sans le consentement du souverain et tombés 
en commise, concernant : diverses propriétés possédées à 
Salses par Pierre Ferrer, Ferrer Gar, Bernard Coma, Jean 
Mansa et Bernard de Canegatz, de Salses ; — un jardin 
possédé par Guillaume Fizel, un champ de Guillaume Ca- 
valer, et une terre d'Àrnald Àdalmars, à Saint-Laurent- 
de-la- Sa lança; — une vigne de Pierre Figuères , un 
champ d*Ermengarde, veuve de Guillaume Âlamayn, une 
terre de Barthélemi Pages, un champ possédé par les Tem- 
pliers, et une maison de Jean Cayrat, à Saint-Hippolyte ; 

— les château et lieu de Mudagons vendus à Tabbaye de 
Villelongue (diocèse de Carcassonne), par Arnald de Mos- 
set, fils du chevalier Âdémar de Mosset et de dame Gue- 
ralda ; Tabbaye est représentée au procès par frère Bernard 
Bonhomme, prieur de la Grange de la Gari*iga-sur-rÀgli; 

— un patus « situé hors de la clôture du Call, » possédé 
par Bondie Coen de Lunel, juif de TÂljama de Perpignan ; 

— les terres et droits possédés au château de Torrelles 
par dame Marie de Brulhà ; — un patus situé près des 
Frères Mineurs de Perpignan, possédé par Guillaume Bar- 
tomeu, menuisier ; — deux maisons construites à Perpi- 
gnan dans Tancien champ de Jean Saquet, appartenant, 
Tune à Arnald Montagut, Tautre à Raymond Jorda, cor- 
donnier, cette dernière inféodée jadis par frère Bernard, 
prieur de Saint-Martin de Perpignan. 

B. 18. (Re^stre.) — In-folio, 29 feuillets, papier ; latin. 

1999-1 «H^. — Processus antichs del patrimoni IL 

— Enquêtes et sentences du procureur et du juge des fiefs, 
alleux et autres droits du roi de Majorque, en Roussiilon 
et Vallespir, pour la recherche des biens aliénés sans au- 
torisation, concernant : — un patus dans le ténement de 
Jean Saquet, possédé par Perpinya de Palauda, à Perpi- 
gnan ; — un moulin, des mansates, honneurs et autres 
propriétés à Estagell, possédés par Marquesia, fille de Guil- 
laume d'Ortos et épouse de Pierre Oliba, de Saint-Paul ; — 
un champ ou pradal (prairie) de Bernard Sclusa, à Thuir ; 

— une maison et diverses terres avec dîmes et agriers, d'Ar- 
nald de Trivilach, à Toluges ; — une maison ou ouvroir 
de Barthélemi Malsera, menuisier, à Perpignan, près de 
la Vassa ; — des terres de Bernard de Bajoles et de Pierre 
Malras, à Salses ; — le château de Saint-Estève et le lieu 
de Saint-Mamet, occupés par Bernard Marti, de Thuir ; — 
le fief du lieu de Vilarmila, appartenant à Raymond de Pa- 
lauda, chevalier ; — des vignes et autres propriétés situées 
à Saint-Mamet, possédées par Guillaume Sala, Castello 

PtRÉNÉÇS-OrIENTALES. — SÉRIE B. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 17 

Vinal, Raymond Batlle, boucher, et Crestiana, veuve de 
Bérenger Crestia, brassier. 

B. 19. (Registre.) — In-folio, 49 feuillets, papier; latin. 

1 9119-1 904l« — Processus antichs del patrimoni IIL 

— Sentences rendues par Bernard Dalmau, juge, à la re- 
quête de Guillaume de Capellades et de frère Jacques d'Ol- 
lers, de Tordre du Temple, procureurs du roi Jacques de 
Majorque, au sujet des biens de divers Roussillonnais qui 
avaient pris parti pour le roi d'Aragon lors de la guerre 
à lui faite par Philippe III, roi de France, allié du roi de 
Majorque ; tous ces individus sont déclarés « émigrés en 
« pays ennemi, » traîtres, rebelles et coupables du crime 
de lèse-majesté, et leurs biens sont confisqués au profit du 
domaine royal, sur lequel les sentences ordonnent le paye- 
ment de diverses dettes ou créances, en faveur de Pierre 
Angles, de Céret, sur les biens de Bernard del Forn ; — 
de Pierre Fabre, dllle, sur Pierre Patau, de Millas ; — 
des frères Guitart, Bernard-Raymond de Puig Saric, des 
juifs Momse-Samiel-Asser de Lunel et Cresque Rendit, et 
de Marie Vjlallonga qui réclame ses gages de deux années 
comme servante, sur les biens de Jacques Mascaros, de 
Rivesaltes ; — de Geralda, fille de Pierre Gonter, d'Avalri, 
pour les droits qu'elle a sur les biens de son père ; — de 
Pierre Fabre de Capcir, Raymond Gavela, Ermengaud 
Gros, la femme Arnalda et Bérenger de Calce, pareur, sur 
les biens d'Arnald Rayner; — de Guillaume Domenech, 
Bernard Carao, fils d'Oliver Menestral, de Rayners, le juif 
Vital de Soal, et Ermengarde, fille de Pierre Franch, de 
Castellnou, sur les biens de ce dernier ; — d'André Des 
Soyll, Perpenya de Puig-Maurela et Pierre Talabosc, sur 
Bernard Ysarn; -^ des juifs Vives et Mosse, fils de Jucef 
de la Grassa, pour des créances sur Pierre Raxac ; — de 
Bernard Pelicer, de Céret, sur Bernard Salât ; — du juif Vital 
Astruc et des chevaliers Guillaume de Vivers et Bérenger 
de Corbera, sur Pierre de Sanagossa ; — de Bérenger d'Oms, 
fils de Bernard d'Oms ; Guillaume Bach, les frères Deuder, 
Ferrer Dalmau, Guillaume Sanche et Bernard Andreu, de 
Céret; André Baro, d'Ortafa; Pierre de Puig-Busca, de 
Thuir, le juif Salomon David, et Pierre Rocha, de Puig- 
cerda, sur les biens de Guillaume, vicomte de Castellnou ; 

— d*Arnald Gang, une créance de 125 sous barcelonais 
couronnés, prix des meules par lui livrées à Bernard Es- 
quelat, bailli de Céret et procureur dudit vicomte, pour les 
moulins de Céret; — de Pierre d'Aleyt, cordonnier, 
< 43 sols de Malgone pour 13 paires de souliers; » des juifs 
Vives de la Grasse et Dulcet Astruch, et Peyrona, veuve de 
Pierre Babo, pour diverses créances sur Pierre Auger, de 
Comella-de-la-Rivière ; — de Jean et Raymond Frener, 



18 



frères, pour le prix des armures par eux fournies au che- 
valier Dalmau de Castellnou ; — de Bërenger Cabal, et la 
femme Peralada, d'Elue, créances sur Tarchidiacre de Vai- 
lespir; — de Bernard Barrera, mercier, pour une hypothèque 
sur la dîme d'Odello confisquée à Pierre de Vilalta ; — de 
Paytavina, habitante de Perpignan , veuve de G. Arnald de 
Llivia, créance sur Bernard Guilhem de Viliefranche; — 
de Guillaume de Céret, sur les biens de noble Jazbert de 
Castellnou ; — de Bérenger de Céret, prêtre, sur R. Serer, 
de Céret; — de Bernard Gran, sur noble Arnald de Cort- 
savi ; — de Perpenya Roma, sur Guillaume Pesilla; — de 
Guillaume de Castello, apothicuire, et du juif Bofil Vilal 
Bonet, sur G. Rocalba, de Pontella; — d* Arnald de Saint- 
Marsal, chevalier, pour le château de Bellpuiô' et ses dé- 
pendances, qu'il tenait en fief pour le vicomte do Castell- 
nou ; — de Pierre de Cornella, pour une créance, Bérenger 
Corbera, tailleur, pour fournitures d'habits, Arnald de 
Grasels, sellier, pour armures fournies ; Bérenger Estève, 
de Perpignan, pour un prêt de 350 sous, sur les biens de 
noble Ermangaud d'Urg ; — de Ferrera , épouse dudit 
E. d'Urg, et ses filles, Ermessenda et Ava, pour un legs 
de 1,500 sous à elles fait par leur mari et père ; — de 
Pierre-Raymond d'Orle, écuyer de noble dame Raymoiide 
de Canet, au nom de dame Cécile, veuve de Bertrand de 
Buada, pour une créance sur Arnald de Serrallonga, archi- 
diacre de Vallespir ; — de Sima de Malgur, juive, pour 
48 sous prêtés à Dulcia, épouse de Pierre Montaner, « émi- 
« grée en pays ennemi ; » — des femmes Astruga, de Cé- 
ret , et Marie de Saint-Jean , pour leurs gages comme 
pediceque (servantes), Raymond de Cortades, pour une 
fourniture de neuf mesures de froment, sur les biens de 
Pons Bonet; et pour une ceinture rouge du prix de 25 sous, 
fournie au môme par Bernard de N'Aldiarde qui produit, 
pour justifier sa créance, le livre de comptes de son ou- 
vroir, liber rationum operatorii ; — d'Arnald Pons , de 
Pontella, considéré comme « traître et émigré en pays en- 
fle nemi » et dont les biens avaient été confisqués et mis en 
vente; il justifie son absence par le motif d'un voyage 
qu'il a fait chez un de ses parents dans le royaume de Va- 
lence, et obtient la suspension de la vente de ses biens et 
le retrait des criées déjà faites à cet effet. 

B. 20. (Registre.) — In-folio, 54 feuillets, papier; latin. 

A994L. — Nota de Bernard de Ponts. — Procédures el 
enquêtes testimoniales faites par devant Raymond de Quai- 
pan, prieur de Saint- Jacques de Fronlenyà , Bérenger de 
Bianya et noble Raymond d'Anglaria, juges arbitres, élus 
par Raymond Folch, vicomte de Cardona, et Bernard-Guil- 
laume de Portella, d'une part , Raymond-Roger, comte de 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

Pallars, Raymond d'Urg, Pons, prévôt de Solsona, et Guil- 
laume de Castellvell , chevalier , d'autre part, au sujet 
de la succession de feu Arnald-Roger, comte de Pallars; 
Le procès a pour objet les réclamations de Bernard-Guil- 
laume de Portella, fils de Bernard et petit-fils d'un autre 
Bernard de Portella, sur la succession du comte Arnald- 
Roger héritier de Pierre de Berga ; il expose que son 
grand-père laissa son héritage à son fils, Raymond de Por- 
tella, qui devait consacrer les revenus de la succession^ 
pendant vingt ans, au payement des dettes de son père ; 
cette condition n'ayant pas été remplie, le roi Jacques P* 
d'Aragon saisit cet héritage qu*il donna à Raymond de 
Guardia, ou de Pinos, dont le fils, Pons de Guardia, céda 
les droits à Bernard, frère de Raymond de Portella et père 
de Bernard-Guillaume. Ce dernier réclame diverses indem- 
nités basées sur ce que Gucralda, fille de Raymond de 
Portella, n'aurait fait aucun abandon de droits sur les châ- 
teaux de Portella, de Palmcrola, de la Rocha de la Quarr, 
de Geronella, de Querol, de Biure, de Mont-Major et de 
Mariés; que le comte de Pallars aurait construit un châ- 
teau sur le Puig-Erbezes, dans la paroisse de Pedret, mal- 
gré les engagements contraires de ses prédécesseurs ; que 
le môme comte aurait causé au moins 100,000 sous de 
dommages dans une guerre privée par lui soutenue contre 
le père du réclamant ; que Pierre de Berga, donf ledit 
comte est héritier, n'aurait pas aidé et défendu, comme il 
s'y était engagé, ledit Bertrand de Portella dans la guerre 
privée que lui firent Raymond de Guardia, G. de Josa, 
Pons de Cervera et leurs valeiors ; enfin, sur ce que Ber- 
nard de Portella aurait vendu à Pierre de Berga son 
château de Carzia pour 4,300 morabatins, c'est-à-dire à un 
prix inférieur de moitié à la valeur dudit château qui est 
estimé à 150,000 sous barcelonais de tern. 



B. 21. (Registre.) — In-folio, 60 femliets, papier; latin. 

t80i-t809« — Procuracio de Mallorques A. — Actes 
de frère Jacques d'Ollers, de l'ordre du Temple, Pierre de 
Bardoyl et Pierre Matfred, procureurs de Jacques P% roi 
de Majorque. — Baux à ferme des droits et revenus du 
Roi à Salses, Millas, Saint-Laurent-de-la-Salanca, Clayra, 
Opol {Opidtm), Tautahull, Torrelles, Estagell, Montesquiu, 
Vilallonga-de-Mont, Valarqueix, Saint-Jean et Saint-Mar- 
tin d'Albera ; — concessions à acapte ou emphytéotiques, 
reconnaissances, affranchissements d'agrier, et réductions 
de cens et autres redevances, de diverses propriétés tenues 
pour le Roi à Perpignan, Montesquiu, le Volo, Saint-Es- 
tève-del-Monestir , Saint-Laurent-de-la-Salanca , Argelès, 
Tautahull, et Torrelles. — Concessions à acapte : de ta- 
bles du mazell (boucherie) de Perpignan ; — des moulins à 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. 

foulon situés entre Baho et Saint-Ëstève, à G. d'ÀIbars et 
à Pierre Miquel, de Perpignan ; — de la borde de Camp 
Lebrer, au territoire de Saint-Jean d*Âlbera ; — à Perrot 
de Burges, mercier, et à Raymond Savina, bourgeois, de 
Perpignan, d'un terrain c où était située la Scola ou Syna- 
€ gogà des juifs de cette ville ; » — de la borde ou manse 
de] Reynartj à Maurellas ; — de deux patus situés sur la 
place de Llivia; — d'un palus situé à Torrelles, à Pierre 
Tinard, avec droit d'ouvrir une portella dans le mur de la 
ville y attenant,' par laquelle 11 pourra passer et sortir, 
excepté en temps de guerre ; — à Jean Campolaye, du Per- 
tus, d'un patus quod consuevit esse locus publicus doinini 
regi^y dans la paroisse de la Cl usa. — Concessions d'arro- 
sage de pièces de terre situées à Malloles, de l'eau du ruis- 
seau des moulins royaux; — à Tanyères, de l'eau des 
moulins de Pierre Faba et d'En Fasena. — Affranchisse- 
ments de tous droits d'hommage et de servitude, faits au 
nom de Dalmau de Rocaberti, en faveur de Bremunda, fille 
de G. Pelegri, et de Volona, fille de Bernard Bordell, de 
Banyuls-dels-Aspres ; — affranchissements au nom du 
Roi, en faveur de Tolosa, fille de Jean Albaric, de la pa- 
roisse de Saint- Jean d'Albera, épouse de Pierre Cams, de 
Solans. — Remboursement de 10,006 tournois d'argent 
prêtés en cour de Rome, au nom du roi de Majorque, à 
Raymond, évêque d'Elue, par Guillaume de Guilelmia, 
marchand, de Figeac. — Jleconnaissances féodales faites 
par Raymond Tasquer, pour le bailliage des tasques, cens 
et dîmes perçus par Jacques de Sancta-Eulalia, dans la 
vallée de Querol; — par Perpinya Besaldu, pour l'arrosage 
d'une terre située à Baho ; — par Arnald de Cassanyes, 
donzell, pour tout ce qui lui a été -donné à Orbanya par 
Guillaume de Fulhà, donzell ; — par Guillaume d'Argila- 
gers, pour le vilar de Serrât à lui vendu par les manumis- 
scurs de Raymond de Travessères, donzell. — Cession au 
Roi, par Pierre Planella, de ses droits de foresteria sur la 
forêt de Ses- Alades, dans la vallée de Prats. — Ventes faites 
au roi de Majorque par Astruga, fille d'Amald de Brûla, 
marchand de Perpignan, et nièce de Guillaume de Puig- 
d'Orphila, de Collioure, de maisons dans la ville de Lates ; 
— d'un cens « de 14 masmutines senars d'or bon et fin » à 
percevoir sur des tables de la boqueyria de Perpignan, 
légué à l'aumône commune de cette ville par Pons d'Alenya, 
bourgeois ; — du tiers des tasques, dîmes et autres droits 
des vilars de Sabolera, Puig et Osseja, vendu par Arnald 
d'Olon, donzell; — du bailliage et de l'arrière-dîme d'Opol, 
par G. Rosco ; — du quart de la dîme de Fulhà, par le 
chevalier Raymond de Fulhà ; — de maisons et censives à 
Perpignan, par les Templiers ; — d'un demi manse à For- 
miguères, par Arnald de Boan , de Puigcerda ; — d'un 
terrain pour le ruisseau des moulins à farine de Saint-Es- 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 19 

tève ; — de maisons à Thuir, Millas, Saint-Hippolyte et 
Saint-Laurent-de-la-Salanca ; — du bailliage de Gonat, 
par Bérenger Lauret; — d'une maison, à Argelès, sauf le 
cens annuel « d'une fogassa de trois oboles » fait aux hé- 
ritiers du chevalier Raymond Strader, de Besalu. — Tran- 
sactions au sujet : de la dtme et de la prémice de la gar- 
rigue de Saint-Estève, avec Bertrand de Malacb, prieur, et 
Pierre Boiser, curé, de Saint-Estève-del-Monestir ; — des 
pasquiers de Gonflent et Capcir, avec le prieur de Cor- 
nella. — Baux à ferme : des pâtures et pâturages de Coma 
de Vaches ; — de la leude perçue entre le château de la 
Roca et le Yolo, avec le tiers de la leude furata; — de la 
leude grossa, des sorties et entrées aux portes ; — de la 
leude du bois, des foires de la Saint-Barthélemi et de la 
mi-carême, et de la leude de tout bétail vendu dans le 
macell de la ville de Perpignan. — Payements faits aux 
procureurs de la reine Sclarmunda de Majorque par les 
fermiers des moulins royaux, de la leude du marché au 
blé, des agriers et cens de blé reçus à Perpignan et à Mal- 
loles, ces revenus se trouvant engagés à la Reine jusqu'à la 
somme de 35,000 sous barcelonais. — Lods et confirma- 
tion : d'une vente de terres situées à Vinça, en faveur de 
Raymond Vidal, de Mosset; — d'un champ situé près de 
l'église de Sainte-Marie de Nuria, en faveur de Pierre Pas- 
cal, chapelain. — Ventes en faveur du Roi : « de la leude 
« de manechs et de tous fruits portés à Puigcerda, depuis 
€ l'après-midi du mercredi jusqu'au vendredi matin de 
c chaque semaine, » ayant appartenu à Raymond-Guil- 
laume d'Enveitg ; — de la moitié du château d'Arestot, 
vendue par frère Ermengaud Gras, prieur des Frères Prê- 
cheurs de Perpignan, et par Guillaume Fabre, exécuteurs 
testamentaires de noble Raymond d'Urg ; — du lieu dit 
tle de Manaxella, dans l'étang royal de Salses, avec droit 
de pêche depuis l'Ile du Roi jusqu'à la pointe de Codolera, 
vendu par Jean Salandrin, de Frontignan ; — de diverses 
censives sur des propriétés sises à Perpignan, par les ma- 
numisseurs du chevalier Guillaume Jorda, de Vernet ; — 
de la part de leudes, péages, pacages et autres revenus, 
possédée par Dalmau de Castellnou, à Salses et à Barres. 
— Vente de deux manses situés à Saint-Martin de Bocra, 
en faveur de P. Galcerand de Pinos. — Quittances faites 
aux procureurs royaux : de la dîme du domaine de la Lau, 
par Dalmau de Castellnou et Bernard Lobera, chapelain de 
Sainte-Marie de Mollet (Montferrer) ; — d'une pension de 
100 livres de Barcelone, que le roi de Majorque fait à Ber- 
nard Amat, de Cardona ; et d'un payement de 3,200 sous 
sur 22,000 dus par le Roi sur la vente du château de For- 
nills (diocèse de Gerona), vendu audit Amat par Bernard 
de So, chevalier, fils de Guillaume de So ; — de 20 livres 
de Barcelone pour l'indemnité pavée à Jean de Rus, de 



20 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

Puigcerda, « qui a été arrèlé à Onzès, en temps de trêve, 
« par les gens de noble Jausbert, vicomte de Castcllnou, 
« lesquels Tont amené au château de Ribes alors occupé 
« par ledit Jausbert, et ont exigé une rançon de 100 sous 
< après une détention de sept semaines. » — -Vente de 
terrains situés à Orle et à Malloles, pour le passage du 
nouveau ruisseau des moulins possédés à Malloles et à 
Perpignan, par le Roi, François de Caldes, Raymond et 
Guillaume de Bardol, frères, Pons d'Atxat, donzell, Guil- 
laume de Codalet, Raymond Ribera et Thôpital de Perpi- 
gnan. — Achat, au nom du Roi : de patus et de terrains, 
près du cimetière de Sainte-Marie de la Real, « pour y 
c construire la maison du salin ; » — de cinq fosses situées 
sur la place découverte « devant la place couverte du 
« marché au blé » de la ville de Perpignan, et pouvant 
contenir 500 eymines d'orge, vendues par Bernard d*Al- 
phodioy pareur ; — de deux autres fosses, au môme en- 
droit, l'une des 5 eymines d'orge , par Pierre Faseua, 
homme de loi, l'autre de 76 eymines d'orge, par R. Cas- 
tello, boucher ; — d'une autre fosse, de 100 eyniines et 
plus, située devant l'entrée du manse de Jean Vidal , à 
Perpignan, vendue par G. Barrau, barbier. — Vente d'une 
certaine quantité « d'orge du Roi, » à Guillaume Benêt, 
d'Anyils. — Quittance du prix de vente du château de 
Gavarret, vendu par noble Galcerand de Pinos à Raymond 
Ferrer, de Puigcerda. — Concession royale, en faveur des 
habitants de Jujols, du droit de pacage avec faculté de 
prendre du bois, de l'herbe et de la tesa (bois de pin servant 
à l'éclairage domestique) pour leur usage, dans la forêt de 
Conat ; — payement de 220 livres par la communauté de 
Prades, pour la vente à elle faite de l'eau des sources de 
Gorner et de la rivière de la Tet, pour l'arrosage des 
terres. — Lods de ventes de terrains situés à Pezilla, faits 
par Arnald de Bessach, religieux de la Grasse et prévôt de 
Pezilla, pour le passage de l'eau qui va aux moulins du 
Roi, de l'évêque d'Elne, de l'abbé de Cuxa, du monastère 
de Fontfroide, du prieuré d'Espira, des religieuses de 
Saint-Sauveur de Perpignan, des donzells Arnald et Guil- 
iaunie du Soler, frères; de Jean Pascal, du Soler ; de Jas- 
bert, vicomte de Castellnou; de Pierre Vidal de Perpignan, 
de l'archevêque de Narbonne, et des chevaliers Bérenger 
Surd et Bernard de Montlaur. — Quittances faites par Ju- 
cef etBonastruch Azday, frères, Bonj uses Abraham d'Agde, 
Ali Davi et Salomon de Port, juifs de Perpignan, de diver- 
ses sommes dues par les habitants de Bula-Terrauera pour 
le comte de Pallars, leur seigneur. — Autorisations accor- 
dées : à Bérenger Tordères, barbier, et G. Massa, du Volo, 
de construire en leur ouvroir une portalera sur le pont 
par où l'on entre dans la cellera de cette ville; — à Bar- 
thélemi de La Tour, cordonnier, de bâtir une maison « sur 



c le sol de deux tables, » moyennant un cens annuel 
de 18 deniers qui remplacera le droit c de leude appelée 
« marge que le Roi reçoit à Perpignan. » — Payements 
faits à Pierre Mestre, procureur de la reine de Majorque, 
sur le produit des leudes du macell , de la marge, des 
fruits, du bois et des chevaux, de la leude grosse, de la 
sortie des portes et du pesage du fer, des tabulages du 
macell du Cali des juifs, et de la place de la Poissonnerie 
neuve, du tabernage ou botelage du vin, et des foires de la 
ville de Perpignan. 

B. ±2. (Registre.) — In-folio, 49 feuillets, papier; latin. 



tSOS-f 81 6. — Procuracio de Mallorques B. — Actes 
de Pierre de Bardol, Pierre Matfred, Arnald Vola et Hu- 
gues de Cantagrill, procureurs de Jacques l*' et de Sanche, 
rois de Majorque. — Concessions à acapte ou en em- 
phytéose, réductions de cens et lods de vente de maisons, 
vignes et autres propriétés domaniales situées à Saint-Es- 
tève, Montesquiu, Millas, Thuir, Perpignan, Saint-Lau- 
rent-de-la-Salanca, Canoha, Salses et Clayra. — Baux à 
ferme des revenus royaux de Salses, Saint-Laurent-de-la- 
Salanca, et TautahuU. — Vente du sixième des dîmes 
d'Orbanya, de censives et droits de moulin et du tiers des 
agriers de blé et de vin, et du pacage dit de Belurtz, dans 
le même territoire, faite aux procureurs du Roi, par G. de 
Vedrinyans, Guillaume d'En, chevalier, et frère Ferrer 
Real, gardien des Frères Mineui*s de Villefranche-dé-Con- 
flent, manumisseurs de Pierre Lauret, bailli de Conat. — 
Reconnaissances féodales et aveux en faveur du Roi, faits 
par Jean Tasquer, de Puigcerda, pour certaines redevances 
sur un manse situé au territoire dels Cadartz, dans la val- 
lée d'Alp, et sur une borde située au Vilar d'Urg ; — par 
Guillaume Mascaros, de Rivesaltes, pour divers cens sur 
des maisons à Perpignan dans la rue de la Fruiterie ; — 
par Raymond Seguer, pour un moulin à deux meules jitué 
à Salses. — Accord pour l'acquisition des droits de Pierre 
de Sancta-Eulalia, dans la vallée de Querol et sur la 
Tour Cerdane ; — vente du lieu de Saint-Sébastien de 
Font Rabiosa, par Bernard de So, chevalier; — bail à 
ferme des revenus du Roi à Millas, consenti à Salamies 
Bonet, juif d'Ille, et à trois autres juifs de Perpignan, au 
prix annuel de 373 livres ; — mise en vente de maisons 
que le roi Jacques de Majorque avait achetées dans la cel- 
lera de Thuir « pour agrandir le château ou habitation 
« qu'il possède dans cette ville », ledit Roi ne voulant 
plus continuer cette construction ; — sentence arbitrale au 
sujet des indemnités réclamées par les fermiers des pas- 
quiers royaux du Confient. — Ventes, en faveur du Roi : 
de censives sur des maisons situées au Puig de Perpignan, 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE.— 

par Hagaes Sapor, bourgeois, et remise des titres de ces 
propriétés ; — de droits sur les dîmes et moulins d'Or- 
banya, par le donzell Bérenger de Canavelles ; — de six 
exiges (fosses à blé), situées à Perpignan. — Lods de ter- 
rains achetés par les habitants de Rodés pour la cons- 
truction de leur ruisseau d*arrosage. — Payement de 
60,000 sous aux manumisseurs de noble Raymond d'Urg, 
pour la vente qu'ils ont faite au Roi des lieux d'Urg, Adaç 
et Salteguel. — Quittance de 20,992 tournois d'argent, 
faite par la reine Sclarmunda aux procureurs royaux qui lui 
avaient prêté cette somme pour acquitter les dettes de 
son fils, Tinfant Ferrand de Majorque, y compris 74 tour- 
nois d'argent « prix de diverses grâces à elle accordées 
« pour ses propres affaires par le pape Clément V. » 
— Échange de terres à Thuir, entre le roi Sanche et 
Raymond de Palauda, sacristain de Thuir, frère et procu- 
reur du chevalier Bernard de Palauda. — Achat « d'un 
« Puig et ses dépendances, situé au-dessus de Téglise et 
« près du cimetière de Campells » et sur lequel le Roi 
vient de faire construire une tour avec lisse. — Conces- 
sions à acapte de terrains à cultiver dans le bois royal de 
Saint-Guilhem de Combret, dans la vallée de Prats ; — . 
d'un lieu dit Esclap d'amont dans ladite vallée, pour y 
construire un moulin à scie, avec droit de prendre les 
eaux et bois nécessaires dans les dépendances de cette 
usine, en faveur de Pierre Dec Prat ; — d'une devèse au 
territoire de Saint-Estève, en faveur de Jacques Matfred, 
marchand, de Perpignan. — Vente au Roi des droits et 
revenus de feu Pierre Lauret, au vilar d'Arlètes. — Auto- 
risation accordée à Bernard Dec Gau, de Collioure, « de 
« construire, sur la voie ou place qui est devant sa maison, 
« trois aiguilles en pierre, codercols et ciment, pour sou- 
« tenir un porche qui est devant la porte de sa dite mai- 
« son ; » — réduction d'agrier, pour un ténement « de 
2,408 cannes « carrées, » possédé à Perpignan par Jacques 
Maurell. — Vente d'un champ situé à Espira, faite au Roi 
et à Bernard, prieur d'Espira, pour le ruisseau (de Rives- 
altes). — Autorisation accordée à Guillaume de Ribes et 
à un autre pareur de Perpignan, de construire un moulin 
sur le ruisseau royal des moulins de Saint-Estève, entre 
les moulins à foulon d'En Nadal et le pont de Saint-Ma- 
met. — Achats, au nom du Roi : d'un champ vendu par 
Marie, épouse de Jean d'Atxat, donzell de Perpignan ; — 
d'une maison « où doit, dit-on, être construite la scribania 
€ publique, sur la place de les Gualines, » à Perpignan. 
— Caution donnée au roi Sanche, au nom de Gueral3 de 
Rocaberti, par Arnald de Cortsavi, Arnald de Castellnou, 
seigneur de Castell Rossello, Bernard d'Orriols, seigneur 
d'Alborns, Bérenger d'Oms, seigneur d'Oms, Guillaume 
Dec Fonts, Pierre Batlle et Jean Ribcra, chevaliers, et par 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 21 

Bérenger de Saint-Jean, donzell, pour la dot (de 60,000 sous 
barcelonais menus de tern) de dame Gueralda de Rocaberti, 
promise en mariage au noble Guillaume de Canet. — 
Quittance de 2,600 livres de Barcelone, faite par Guil- 
laume Nieyl, marchand de Majorque, au nom de l'infant 
Ferrand. — Concession d'arrosage pour une terre de Jean 
Cerda, pareur, avec l'eau du ruisseau comtal de Perpi- 
gnan. — Echange de rentes et censaux sur diverses maisons 
situées à Perpignan , entre les procureurs royaux et 
Raymond Blanca, pareur. 

B. 23. (Registre.)— In-foUo, 11 feuillets, papier; latin. 

t99t-t89G* — Juridictions du Vallespir. — Privi- 
lège de l'infant Jacques de Majorque, concédant à Guil- 
laume, vicomte de Castellnou, toutes les justices civiles et 
criminelles avec mère et mixte empire dans les paroisses 
de Poutella, Saint-Feliu d'amont, Saint-Feliu d'avall, Cor- 
bera, Camèles, Sainte-Marie de Font-Coberta, Saint-Jac- 
ques et Saint'Cucufat de Quexans, Sainte-Marie de Mon- 

• tauriol d'amont, Saint-Saturnin de Montauriol d'avall, 
Sainte-Colombe de Hontauriol-des-IUes, Saint-Étienne de 
Prunet, Saint-Pierre de la Serra, Saint-Jean de Teulis et 
Sainte- Agnès de Croanques, les hosts et chevauchées des 
habitants de la paroisse de Casafabre, et toutes les justices, 
excepté celles du mixte empire, dans les dépendances du 
château de Céret. — Transaction entre le roi Jacques P' de 
Majorque et Raymond, abbé d'Arles, attribuant à ce der- 
nier toutes justices, même celles du mixte et mère empire, 
des hommes et femmes qui habitent dans la ville d'Arles, 
et les justices civiles et criminelles seulement sur les 
hommes et domestiques {nunciï) des manses et bordes si- 

. tués hors de ladite ville et dans ses paroisses de Sainte 

w 

Sauveur et de Saint-Etienne; les justices civiles et crimi- 
nelles des habitants de la paroisse de Sainte-Marie de 
Costoja et de la vallée de Saint-Laurent de Cerdans qui en 
est une dépendance, le Roi se réservant toutes les justices 
du mère empire sur les habitants de la cellera et lieu de 
Costoja où l'abbé n'aura que les justices réelles. — Inféo- 
dations : des justices légèreSy « c'est-à-dire celles qui ap- 
« partiennent aux magistrats inférieurs et municipaux 9^ 
du lieu de Riunoguers, à Gallarda, veuve d'Arnald de 
Saint-Jean, et à ses enfants; — des justices civiles du 
château de Vivers, à Guillaume de Vivers, chevalier, et de 
celles du château de la Clusa, en faveur de Blanca, fille 
de Pons de Capmany ; — des justices civiles et criminelles, 
hautes et basses, du château de Cabrenç et de la paroisse 
de Serrallonga, et des basses justices du vilar Gastelar et 
des lieux de Vilaroja, Fontanils, Montalba et vallée de 
Mondoyn, Palauda et Rayners, en faveur de Guillaume- 



*22 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

Galcerand de Cabrenç ; — des justices des paroisses d'Ar- 
ços et de Bula d'amont, en faveur d'Arnald de Cortsavi. 
— Inféodation de toute la juridiction avec mère et mixte 
empire de la paroisse de Sainte-Marie de Molet et du ter- 
ritoire du château de Hontferrer, ainsi que du manse dit 
de Sa Palma, situé dans la paroisse d'Arles, faite par San- 
che, roi de Majorque, en faveur de noble Dalmau de Cas- 
tâlnou ; avec la condition que, dans la partie comprise 
entre le coll de Paraber et le Puig de Mont Alen, ledit 
Dalmau ne pourra exercer sa juridiction que sur ses man- 
ses et bordes du lieu de Pegueroles, le manse de Pierre de 
Benat, les manses d'En Ventes, les deux manses dits de 
Za Lan et leurs dépendances ; les habitant;^ de la vallée de 
Prats et ceux de Montferrer conserveront leurs anciens 
droits de pacage dans toute cette partie du territoire; enfin, 
le concessionnaire ne pourra en aucun temps établir au- 
cunes forteresses, populations, fortifications, ni garnisons 
sur le Puig de Mont Alen, dont la majeure partie est com- 
prise dans la paroisse de Sainte-Cécile de Cos. — Lettre 
de Guillaume de Ganet, lieutenant du roi Sancbe, à Amald 
Ça Garrigua, sous-viguier de Vallespir, ordonnant d'élargir 
le bailli d'Arles qui avait été arrêté, à l'instance dudit 
sous-viguier, pour avoir imposé une amende à un habitant 
de cette ville « accusé d'avoir reçu un perdreau pris au 
lacet, » et pour avoir condamné un autre habitant de cette 
ville « qui n'avait pas voulu faire moudre une demi 
« eymine de blé aux moulins du monastère. » — Sen- 
tence rendue par Philippe de Majorque, trésorier de Saint- 
Martin de Tours et tuteur du roi Jacques II, en faveur de 
Guillaume, abbé d'Arles, contre le sous-viguier de Valles- 
pir qui s'opposait aux poursuites de la cour d'Arles contre 
un étranger qui avait commis un délit dans cette ville ; le 
régent de Majorque arrête que les poursuites se feront à 
Arles et par la cour de cette ville où l'abbé possède la 
mère et mixte empire. 



B. Î4. (Registre.) — In-folio, 27 feuillets, papier ; catalan. 

1880. — Criées pour la ferme des droits du roi Jac- 
ques II de Majorque, concernant : les produits et revenus 
du poids du fer, du mahel, du mesurage et poids du blé, du 
botatge, du four royal avec le cens que fait En P. Reueyl 
pour son fourneau, du droit des raisins et de la crida de 
Collioure ; le fermier de la crida ou criée devra coucher 
chaque nuit au château où il sonnera de la trompette ou 
nafll, une fois à rentrée de la nuit, une autre fois à 
l'aube ; — les revenus de Toluges,avec les justices civiles, 
la moitié des lods non féodaux, et les cens de blé vendus 
au Roi par Ricolf Oliba ; — les moulins royaux de Tolu- 
ges, avec l'arrosage des possessions qui s'arrosent de Veau 



du ruisseau desdits moulins, en s'entendant avec les pro- 
priétaires des terres d'Orle et de Canohes ; — les revenus 
de Llauro, du Volo et de Tresserra, d'Argelès, de Montes- 
quiu, de Salses et de Salvaterra (Opol) ; — le pacage et les 
roseaux du bois royal de Clayra ; — la leude du Volo et 
de son territoire ; — les revenus de Saint-Estève, avec les 
justices civiles et 50 eymines d'orge à prendre sur les 200 
que les colomines payent en censive ; le Roi se réservant 
les échoites {escahutes) , confiscations , exils et rehemsos 
(affranchissements) d'hommes et de femmes, les intesties, 
exorquies et acaptes ; — la leude d'Estagell, avec le cens 
que les habitants font pour le pacage ; — les moulins à 
farine dudit lieu, possédés par indivis avec le chambrîer de 
la Grasse; — les revenus de Calce, où le fermier ne pourra 
faire aucun four à chaux ; — les moulins à farine, possé- 
dés par indivis avec le prieur d'Espira, à Pena et à Rives- 
altes ; — les revenus de Tautahull, avec le cens de blé 
payé par En Hot de Corbons pour sa lauraso (terres en 
culture), le Roi se réservant le bois del Naret ; — Ves- 
cribania^ les justices civiles, le bailliage ou brassatge qui 
appartenait à R. Oliver, et les autres revenus de la Rocha; 
le Roi se réserve la part qu'il a sur les moulins de Brulhà 
« que l'eau a emportés, » et excepte de la ferme une rente 
faite à G. d'Alenya, ainsi que le droit perçu « pour le 
« château et pour l'arrière dîme, par En Arnau Sa-Garri- 
« gua, bailli naturel du lieu de la Rocha ; » —les revenus 
de la vallée de Prats, avec le pacage du Tech, la molina 
de fer (forge) de la Conca, les foresteries des bois royaux, 
« et le pacage de Comalada où le fermier pourra envoyer 
5,000 bêtes, sans compter les agneaux et les chevreaux ; » 
le Roi réserve ses droits sur la molina de Sanct-Guilhem et 
sur les « agrers des oiseaux de chasse. > 

B. 25. (Registre.) — In-folio, 48 feuillets, papier; latin. 



t88l« — Manuel de Raymond Ymberty notaire à 
Perpignan. — Quittance de 300 florins d'or, payés par le 
procureur et facteur de la commune de Barcelone à Jean 
Bota, damoiseau et citoyen de Marseille, pour le prix de 
vente de la moitié d'une galée appelée Sancta-^Margarita 
mouillée au port de Collioure ; — ventes : d'un champ 
situé au territoire de Castell Rossello, au lieu dit porta 
major; d'une terre au lieu dit Gibra-Sanch (territoire de 
Malloles), avec lods de frère Raymond de Candell, prieur 
de Bajoles; d'une maison située à Perpignan, à Harien 
Ugotin, marchand de Montpellier; — quittances des legs 
faits par Bernard Motoner, teinturier de Perpignan, à frère 
Amald de Perestortes, du couvent des Carmes, et à d'au- 
tres maisons religieuses de cette ville ; — quittance de 
70 tournois d'argent pour lesquels Guillaume Nicolas, de 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

Rialmon (diocèse d'Albi), s'était engagé à recueillir, dans 
le diocèse d'Elne, pendant le carême seulement, « les 
« confréries et autres aumônes )» de Thôpital de Sainte- 
Marie du Puy (en Velay) ; — procuration pour aller re- 
couvrer en Sardaigne, Sicile, Naples et autres lieux, les 
biens et créances de Raymond Dayana, pareur de Perpi- 
gnan, décédé outre-mer; — vente d'une vigne située à 
Bajoles, avec lods d'André de Bardol, bourgeois de Perpi- 
gnan ; — collation du bénéfice de Tautel de Sainte-Aga- 
the dans l'église de Cornella-de-la-Rivière, faite par frère 
Guillaume-Pierre de Hautpoul, prévôt de Pezilla. — Ven- 
tes de draps de Perpignan ; — de laine, à Pierre Cistero, 
pareur ; — de roja (garance) à un teinturier, par Pierre 
Borrô, marchand de celte ville. — Confirmation faite aux 
consuls de Garrius par frère Guillaume de Puy-Ciuran, 
moine de Saint-Hilaire (diocèse de Carcassonne) et prévôt 
de Nidolères et de Garrius, de la vente du tiers des bans 
faite jadis à cette communauté par le prévôt Vincent 
d'Onos, mais dont il n'existait aucun acte ; — engagement 
d'une nourrice, à Perpignan; — bail à ferme des revenus 
perçus à Elne par Raymond de Puyols, chanoine et suc- 
centeur de la cathédrale; — reconnaissance d'une dette, 
devant témoins et en la maison d'habitation de Bernard de 
Vernet, juge ordinaire de la cour du bailli de Perpignan, 
par Jean de Cantallops^ marchand, « lequel n'entendait 
« rîen, mais savait bien parler et écrire; » on lui présente 
une obligation écrite en langue laïque (catalan) qu'il lit et 
qu'il promet de solder ; — dissolution de la société com- 
merciale formée entre Pierre Motoner et Pierre Ermengau, 
pareurs de Perpignan, et partage des fonds et des créances 
parmi lesquelles figurent 84 onces de carlins dé Sicile qui 
devront, après recouvrement, être déposés in tabtda seu 
trapezato (banque) de Pierre Cadany, marchand, de Perpi- 
pignan ; — vente d'un pré situé à Vilarasa, en faveur de 
Boneta, épouse de Guillaume Des Fonts, chevalier. 

B. 26. (Registre.) — In-folio, 98 feuillets, papier; latin. 

4«SO-t88t. — Manuel dit de Guillaume Fabre, no- 
taire à Perpignan. — Actes de lods, d'échange et de 
concessions faits par Mathieu Palanca, André Guiter, 
Raymond Tolosa et Jacques Rusquet, procureurs de Jac- 
ques II, roi de Majorque, concernant des censives, maisons 
et autres propriétés tenues en directe seigneurie pour ledit 
Roi, à Perpignan, Malloles, Toluges, Thuir, Vilarasa, 
Saint-Estève, Millas, le Volo, Tautahull, Salses , Saint- 
Laurent-de-la-Salanca et Vinça. — Ventes faites au do- 
maine royal ; des droits dits onzièmes et neuvièmes perçus 
par Jacques Mulaca sur quelques propriétés de Montes- 
quiu ; — de maisons et terrains situés dans la poblacio 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 23 

nova de Prats-de-Molo, par le sacristain et les trois autres 
hebdomadiers de Téglise de cette ville; — d'une maison,, 
à Perpignan, par Ermengald d'Alenya, donzell, seigneur 
d'Avalri ; — du vilar d'Aniula, situé dans la paroisse de 
Ger, par François Estève, de Puigcerda; — d'un cens sur 
une maison située à Coliioure près de la maison appelée 
Derassana, -^ Lods de ventes de terres tenues en directe 
seigneurie, faits par l'hôpital des pauvres de Perpignan ; 

— par Bernard de La Clusa, seigneur de Capmany, au 
nom de son fils Raymond, coseigneur d'Alenya ; — par 
Marquesa, tutrice de son fils Raymond de Castellnou, sei- 
gneur de Castell Rosello ; — par dames Boneta, veuve • 
d'Arnald de Vilar, Gualarda, épouse de Raymond de Junya^ 

et Sclarmunda, épouse de Galcerand de Vilarig, par 
Jacques de Mora, chevalier, Othon de Perestortes, et 
autres coseigneurs de Vernet ; — par frère Arnald d'Oms,. 
commandeur du Mas Deu, et Bérenger Batlle, évéque 
d'Elne. — Ventes : d'une maison située au Puig de Perpi- 
gnan, faite par Barthélemi Amfos, peintre ; — du manse 
dit Sendreu Sa Riera, dans la vallée de Prats; — d'une 
maison près des moulins du Roi, à Perpignan, avec usage 
de l'eau et d'un pont ou passage sur la rivière de la Vassa. 

— Concession faite par les procureui's royaux en faveur 
de Raymond Barrera, cordonnier, de Perpignan, d'un ter- 
rain sur la place de la Caulaceria vella pour y tenir une 
« table de choux, jardinage, oignons et tout ce qui con- 
« cerne l'office de caulacerie et d'ortolanie. » — Autorisa- 
tions accordées : à Raymond Sauri de pratiquer une ouver- 
ture dans le mur du lieu de Vernet, près du ton (fossé), 
pour le passage de l'eau destinée à l'arrosage .d'un vei-ger; 

— à Pierre de Clayra, chevalier, de clôturer un terrain qui 
longe la rue du Call des juifs de Perpignan, et d'y con- 
struire des maisons et ouvroirs ; — à Laurent Malloles, 
apothicaire de Perpigiiian, d'avancer une aiguille en pierre 
qui est à l'angle de son ouvroir dans la rue de l'Argenterie; 

— à Terrena Castellô, apothicaire, de Perpignan, « de 

< fermer au dessus de terre, avec des planches, » ses 
trois tables situées devant son ouvroir ou habitation, sur 
la place de la Caulaceria. — Cédule présentée au procu- 
reur royal < siégeant à la Trésorerie , près de la cour 
« royale, à Perpignan, » par Bernard d'Albera, s'intitulant 

< bailli naturel du lieu d'Albera > où il possède en cette 
qualité des moulins et des bordes qui, depuis 60 ans et 
plus, sont libres et francs de toute exaction de cens, et 
sur lesquels le nouveau prévôt du Vilar exige aujourd'hui 
des droits de tasque et de brassatge; le prévôt la traduit 
devant l'official d'Elne , et celui-ci, procédant par voie 
d'excommunication, a déclaré ledit Bernard excommunié 
et l'a privé des sacrements {ejecit a divinis), « au péril de 
a son âme et détriment de sa réputation ainsi que de la 



24 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



c dignité royale, » car lesdits bailliage, bordes et moulins 
sont tenus pour le Roi. Le procureur royal répond que Ber- 
darn d*Albera est tenu de défendre sa cause à ses frais, 
puisque c'est lui qui a les bénéfices de ses bordes, moulins 
et bailliage ; cependant, s*il veut les céder au Roi, celui-ci 
se chargera du procès ; dans le cas contraire, et s'il refuse 
de se défendre lui-même, le Roi saisira ses bordes et mou- 
lins c pour défaut et négligence ». 

B. 27. (Registre.) — In folio, 120 feuillets, papier; latin. 

tSS9-tS89« — Notula regia de François Ferrer, 
notaire à Perpignan. — Actes de vente et d'échange de 
maisons, censaux, tables, terres et autres propriétés te- 
nues en directe seigneurie pour le roi de Majorque, à Per- 
pignan, Malloles , Saint-Ëstève , Hontesquiu, Vilarasa, 
Collioure, Tautahull, Prats-de-Mollo, Saint-Laurent-de- 
la-Salanca, Bellpuig et Néfiach, avec lods des procureurs 
royaux, Raymond Tolosa, chevalier, Pons Nadal, Michel 
Amarell et Bernard Geli. — Vente d'un champ situé à 
Castell Rossello, confrontant avec une possession de Bé- 
renger, évêque de Christopolis ; — autorisation de con- 
struire un moulin à vent à Collioure, accordée à Jacques 
Ermangau ; — vente d'une rente sur une maison sise à 
Perpignan, par Euna, veuve de Pieire-Arnald de Cascas- 
tel, donzell, seigneur du château de Fonteouverte ; — 
vente d'une maison au Puig de Perpignan, par Pierre Davi, 
donzell, fils du chevalier Bernard Davi. — Quittance de 
100 réaux d'or dits de France, faite au roi Jacques II de 
Majorque par Ludrigo de Montpesat, donzell, procureur de 
noble dame Timborchs (Tiburge) veuve d'Aymeric, vicomte 
de Narbonne, pour le reste du prix d'une « certaine quan- 
< tité de matzem (bagages) du château de Castellnou. > — 
Vente d'une maison située à Perpignan, faite par le couvent 
des Augustins de cette ville c à qui elle était acquise de 
€ droit comme appartenant à feu Guillaume Exolin, reli- 
t gieux profès dudit couvent ; » — reconnaissance d'une 
dette de 293 livres, en faveur de Pierre -Raymond de Co- 
dalet, chevalier, seigneur de Pontella et majordome du roi 
de Majorque ; — cession de censaux au bénéfice fondé 
dans l'église de Sainte-Marie-del-Prat-d'Argelès par le 
chevalier Dalmau de Valauria. — Vente faite à Bernard 
Rexach, de laRoca, de tout le bailliage ou brassa tge et cen- 
sives, perçus au territoire du château de la Roca et dans 
la dtmerie de Saint-Pierre de Thuir, par Guillaume Claus- 
tra, marchand de Perpignan. — Baux emphytéotiques de 
plusieurs pièces de terre situées à la garrigue de Saint- 
Ëstève, faits par Guillaume Adalbert, marchand de Perpi- 
gnan. 



B. 28. (Registre.) — In-folio, 93 feuillets, papier, latin. 

tSSG-tS4S. — Airendaments de rendes reyals. — 
Baux à ferme, reconnaissances et payements des revenus du 
roi de Majorque, concernant : les moulins royaux de Vernet; 

— les moulins dits Casa/ de Saint-Michel, Casal-Real, Ca- 
sais de Saint-Georges, de Saint-Paul, de Saint-Christophe, 
de Saint-Pierre, et Casai des JuifSy situés dans les fossés de 
la ville de Perpignan, près de la porte dite d'Elne, avec le 
septième du prodiiit de l'arrosage de Teau desdits moulins 
au-iessous de Canohes ; — les revenus de la Roca, Cort- 
savi, Castellnou, Bellpuig, Toluges, Vernet, Argelès, 
Saint-Laurent-de-la-Salanca, Salvaterra, Salses, Tauta- 
hull, Montesquiu, le Volo, Collioure, la Bastida, Montbolo; 

— le bois de Clayra, situé entre le ruisseau de R. Nègre 
et TAgli ; — les quatre casais des moulins royaux de 
Thuir ; — le taulatge du macell du call de Perpignan; — le 
pacage de Comalada ; — les leudes de Collioure et d'Esta-, 
gell. — Payement au donzell Odet de Dom d'un cheval 
qu'il a perdu « lorsque l'armée {siolium) royale est allée 
« s'emparer du château et du lieu de la Jonquera ; » — k 
Bernard Aybri, marchand de Perpignan, de 427 livres dues 
par le vicomte Jazpert de Castellnou, dont la vicomte a été 
achetée par le roi de Majorque. — Bail à ferme du pacage 
delNaret de Tautahull. — Cautionnement fourni par Ber- 
nard Palme, marchand de Narbonne et patron d'un navire 

< en arrêt » dans le port de Collioure, pour le payement 
des droits de lezde qu'on lui réclamait « parce que ladite 
« nef avait traversé les mers royales de Collioure, en ve- 

< nant des ports de Chypre vers Aigues-Mortes. » — 
Raymond, vicomte de Canet, ayant déjà accordé au roi de 
Majorque deux vingtièmes <c sur tous les hommes soumis à 
« sa domination, leurs revenus, leurs terres et leur profit, » 
concède en outre au même souverain une arrière-dtme à 
prendre sur ses dits vassaux. — Baux à ferme et quittan- 
ces des vingtièmes et arrières-dîmes perçus par le roi de 
Majorque sur les lieux de Llotes, Castell-Rossello, Orle, 
Passa, Lo Camp et Vilamulaca, le vilar de Serrât et la val- 
lée de Ribes, Vingrau, Saint-Cyprien et la Tour, Èlne, Pa- 
lol (sur Céret), la Selva et Bregos, Saint-Jean~Pla-de- 
Corls, la Pausa (Pava), Forques, Tordères, la Cluia, Alenya, 
Vilanova-de-Rauter, Cornella-de-la-Rivière , Thuir, la 
vallée de Prats, Nidolères, Céret, les Bains (d'Arles), Re- 
glella, Sainte-Colombe (sur Thuir), Brulhà, Codalet-près- 
d' Arles, Llauro, Tatzo d'amont, Theza, Vilarnau d'amont, 
Cabestany, Clayra, Corbera, Bajoles, Calmella, Vilaclara, 
Millas, les Fonts, Saint-André, Saint-Estève, Saint-Hippo- 
lyte, le Soler d'amont , Salvaterra, Malloles, Néfiach, 
Canohes, Saint-Jean-la-Cella, Anyils, Coniella-de-BercoI 
et Salses. — Payements de pensions accordées à « dame 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

€ Catherine, demoiselle de rillustrissime dame Constance, 
t reine de Majorque, et fille de dame Geralda Péris d'Ada- 
€ ger, mère nourrice de ladite Reine; » ces payements 
sont faits sur le produit du vingtième d*Elne et de la leude 
de Collioure. — Lods des procureurs royaux confirmant 
l'aliénation de diverses rentes et propriétés tenues en di- 
recte seigneurie, à Puigcei-da, Tartera, Pedra et Borr, en 
Cerdagnc, Perpignan, Salses, TautahuU et Vilallonga-dcl- 
Mont. 

B. 29. (Registre.) — Grand in-folio, 46 feuillets, parchemin; latin. 

i999. — « Capbreu, » ou papier terrier de Collioure : 
— reconnaissances de maisons, moulins, vignes, jardins et 
autres possessions situées au territoire de Collioure, faites à 
Guillaume de Capellades, procureur féodal de Jacques P% 
roi de Majorque ; — (sur la première page, est une minia- 
ture représentant, à gauche, le roi de Majorque assis sur un 
trône; adroite, le procureur royal revêtu d* un manteau 
noir orné d'une croix rouge, recevant le serment d'un per- 
sonnage qui, un genou à terre et tenant un gant à sa main 
gauche, étend sa main droite sur une feuille de parchemin 
où on lit les noms des quatre évangélistes ; il est assisté de 
deux témoins, et un scribe dresse l'acte de reconnaissance 
où il a déjà écrit le nom de Porrassa ; le premier article 
est celui de Raymond Porrassa). — Les reconnaissances 
mentionnent : dans la ville de Collioure, le Port d'amont 
et le Port d*avall, la Colomina royale. Je Puig Musart, la 
Rua nova, la Place avec tables et ouvroirs, le Macel et le 
Puig ; — liors de la ville, Téglise de Sainte-Marie entourée 
de jardins, Thôpital des pauvres et la maison (fes Lépreux; 
on ne trouve que des vignes à Porl-Vendres ; — les divers 
quartiers du territoire sont appelés Col l d(; la Fossa, Coll 
de Sure, Coll de les Portes, CoU de Baçells, Coll de Perdi- 
guer, le Dozi, Coma-Xeric, terme de Olla, Coma de Gari, 
Vall de Pintes, Biarre, Raixach, Casai Daurat, la Guardia, 
Casai de Jeuns, Castel Bataler, Ravaner, etc. — Parmi les 
habitants ou propriétaires de Collioure, figurent les familles ; 
Aselm, Aulomar, Ami], Agades, Alis, Adroer, Auriol, 
Adalbert, Agosti, Andreu, Arbossera, Amenler, Aguilar, 
Alamany, Arentiga, d'Asilan, AguUo, Amoros; Laurent 
Barber, génois (jenoesius)^ Bec, Bernât; Pierre de Bua- 
dela, Huguet de Banyuls, possédant « une maison avec tou 
< (fossé), pour laquelle il fait un cens de deux livres de 
€ poivre; » Cocliure Bonifasi, Bras, Burgada, Boter, Bre- 
mund ; Dossolina, veuve de Jean de Banyuls ; André de 
Basela, Blanca, Des Bauc, Berga, Jean de Bauciges, Bu- 
garre, Jean de Bolos, Boscha, Des Bure, Pierre de Brulhà, 
Jean Des Banys, Arnald de Benages ; Guillaume de Céret, 
Costa, Caseles, Castanyer, Costanya, Cortal, Capmany, 
Crosela, Cordavert, Calmila, Caldarer, Casaldava, Cerda, 

Ptrénées-Oriemtalbs. — Série B. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 25 

Cortes, Clusela, Cardona, Causit, André de Condamina, 
Caner, Guillaume de Cocliure, Co.valer, Comar, Bernard de 
Centeles, Contast, Bérenger Des Coyl, Codalet, Candalf, 
Carrera, Codina, Cos; Deuslafe, Tatzo Domenech, Durand, 
Donat, Daniel, Dalmau, Cocliure Dalfî ; Embrard, Estève, 
Ermengau, Pierre de Sancta-Eulalia, Bartsalona veuve de 
Castello Escofet, Ferrer d'Esceris, Ergulos, Guillaume 
d'Estremol ; Fabro, Fma, Franc, Fort; Bevenguda de 
Freixa, et Cocliure Freixa ; Fuster, Pierre de Foix, Feliu, 
Ferriol, Ferrer; Gerald, Raymond de Sent-Geli, Galadera, 
Geii, Gaucelm, Gari, Guitard, Bernard de Geronn, Garau, 
Galincrs, Des Gau, Gotmar, Gibors, Gironell , Guilheni, 
Gran, Gandolf, Guillaume de Sanct-Genis, Guila, Castello 
Gêner; Hicart /"ws/f rÎMS ; Jaubert, Julia, Saurina, veuve de 
Bernard Joglar, Jaume ; Guillaume de Ledè, Guillaume de 
Llança,LauseIa,Laurigo, Limos, Lanter; Montaner, Molina, 
Marques, Morera, Miro, Perpenya Malasogra, Raymond de 
Matacas, March, Menresa, Menestral, Moner, Mas, Mora, 
Marti,Molis, Bernard de Montbaulo; Pascal Nichola,Noguer: 
Oliver, Orlat, Oler, Pons d'Ortapha, Oliba,Ortola,Ordivel; 
Peric, Pola, Palomer, Peniu, Pelegri, Raymond de Py (de 
PiwTi), Pellicer, Pons, Pascal, Prima, Perpenya, Pages, 
Porcel, Palos, Pugelal, Pagua, Porta ; Quatre, Guillaume 
de Sent-Quirc, Pierre de Quillà, Bernard de Requesen, 
Rossel, Jean Riambau. Roig, Bernard de Rayners, Ros, 
Roqueta, Renard ; dame Ermengarde, épouse de Pierre de 
Rebesos, chevalier ; Bernard de Ribes, Rostany, Roma- 
guera. Ramona, Ridaure, Royre, Ribera, Rabasser, Rc- 
seler ; Salamo, Sola, Salada, Sabater, Deulosal Selva, Co- 
cliure Sposola, Saurell, Sansa, Sa-Vayl, Sa-Serta, Sa-Font, 
Sa-Vola, Sobira, Pierre de Sales, Servcra, Vidal de la 
Selva; Thomas, Teulari, Turquera, Tort, Tenturcr, Torrè, 
Trobat, Torres, Torner ; Vêla, Vesola, Vesia, Vich, Vayls; 
Bérenger do Vilajusega. — Jacques Perramon possède une 
vigne avec parades (engins de chasse) pour prendre pigeons 
ou xaixells. — Reconnaissances de plusieurs moulins si- 
tués au lieu dit Ravaner. 

B. 30. (Registre.) ~ Grand in-folio, 36 feuillets, parchemin ; lauii. 

i999* — « Capbreu » d'Argclès : — reconnaissances 
de nianses, mansates, bordes, maisons, ouvroirs, solers, 
femoras (fosse à fumier), jardins, vignes et an ires posses- 
sions situées à Saint-Pierre-de-la-Cellera, Saint-Laurent- 
del-Mout et Sainte-Marie- del-Prat, au territoire d'Argelès, 
faites au procureur féodal et allodial du roi de Majorque; 
— (sur la première page, est une miniature repré.- entant la 
prestation de serment d*Amat Roquera d'Argelès ; le no- 
taire est occupé à tailler son calamuSy et tient sur ses ge- 
noux une feuille où il a déjà écrit le mot Amatus). — Les 



26 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIENTALES. 



redevances nieBliannées consistent en sous et deniers de 
Maigone, mesures et punyères de frouient, orge et mil, pour 
droit de cossura on bailliage; Ibgasses (pains) de la valeur 
de 3 oboles, poules chapons, œufs, pemes (jambons) de 
cochons, pour les masades ; carterons de vin, pour le droit 
de botage ; livres de poivre, pour les maisons et ouvroirs, etc. 
— On trouve dans la ville le Macel et la place Rodona, des 
tours aux Portes d'Elnc el de Sainte-Marie; dans le terri- 
toire, les lieux dits port de Ravaner, Puig d*Orphila, Vall 
Domenegal, et tout uo quartier planté de vignes appelé 
Yila Veilla et Castel YeiJ. — Les reeonnaissances sont 
faites par les familles et les personnes dont les noms sui- 
vent : Aulen, lean d*Arago, Guillaume de N'Âstruga, Al- 
berc, Argilers, Ayema, Bernard d'En Anems, Arnisclc, 
Axnau, Arenda ; Baro, Bach, Barona, Botot, Borrel, Bonet, 
Beroat, Besso, Barrau, Bniguera, Bataler, Bosso, Balo, 
Deulosalvi Bonhome, Blanquet, Bas, Brulhà, Bages, Bona- 
dona, Bianya, Baruteler, Bernisso, Boera, Beatriu; Carbo, 
Camprodon, Carreres, Clario, Clusela, Catalana, Coyl, Ca- 
rameles, Cassanya, Causida, Cugulera, Calasil , Cellera, 
Canya, Carus, Carlo, Coma, Certes ; Dozana, Durand, Doso ; 
Escuder, Estève ; Fabre, Fuster, Forner, Fabressa, Font, 
Faucilera, Fauso, Feliu, Forcia, Ferrer ; Garnera, Gleisa, 
Griffe, Guitard, Garriga, Gensana, Gilabert, Gallard, Gau- 
sio, Gros ; Pierre deî Hospital ; Jauberta, Juglar, Juer, Jau- 
me, Julia, Altemir Johana, Jorda ; Bernard de Saint-Lau- 
rent, Lucha, Laureta, Perpenya Lanter, Laurens; Mas, 
Messeger, Brulhà Mener, Mestrc, Miquel, Mcra, Massota, 
Mares, Barthélemi de Sent-Madir, Massot, Mai*ti, Mongat, 
Maurel, Maler, March; TatzoNeyrona, Perpenya Narbona; 
Oliver, Ortola, Oler, Oliba ; Pages, Pellicer, Paloma, Tatzo 
Perchera, Peyro, Pau, Patau, Pals, Puig, Palars, Castello 
de Py, Perer, Pagan, Pascal, Bernard Paulet d*Apia, Pas- 
sera, Tatzo Pila; Julien Queranussa; Roquera, Rigau, 
Ruyra, Reig,Renart, Rostany, Tatzo Romeu,Riber&,Ilau- 
cha, Roder, Roca, Rossellè ; Tatzo Scolana, Pierre Sicart, 
Saurina, Sartre, Jean de Sol a, Scriva^ Sobirana, Slranea, 
Sag, Sa Coma, Serena, Sibilla ; Guillaume Tatzo, Tarrach, 
Texidor; Urgelis; Verdera, Vacher, Vermeil, Vails, Vi- 
dal, Guillaume Verelianda, Bernard Valauria, Tatzo Vilar, 
et Pierre Ymbert, d'Argelès ; -^ Pierre Jaunie et Pierre 
Blanc, de la Vallée de Saint-Martin ; — Ferrer Gasona, 
Pierre Oliver et Raiinond Manibert, du lieu de la Pausa 
(la Pava); — frère Ai nald, commandeur de Thôpital des 
pauvres d'Argelès possédant, en cette qualité, trois mai- 
sons, un ouvroir et irois pièces de terre, et une autre mai- 
son « au nom de l'église de Saint-Pierre (de la Cellera). » 

B. 31. (Registre.) — Crand in-folio, 30 feuillets, parchemin; latin. 

tlt^té — « Capbreu de Tautahull : — reconnaissances 



de maisons, mansatcs, femarasses, ortals, ortels, vignes el 
autres possessions situées au territoire de Tautahull, fait€6 
à G. de Capellades, procureur des fiefs et autres droits du 
roi de Majorque ; — (sur la première page est une imi- 
niature représentant un feudataire qui, un genou à terre, 
place ses deux mains dans celles du procureur royal re- 
vêtu d'une robe rouge ; le notaire a déjà écrit sur un par- 
chemin les mots Noverint universi), — Les redevances 
consistent en agriers et cossures de blé, pesé à la mesure 
de Narbonne {mediam quarteriam ordei ad rectam men- 
suram de Narbona^ item qiLarta pars unius quarterie fru- 
menti ad predidam mensuram) ; carterons de vin et de 
moût, fromages, œufs, pemes de porc, etc. — Les recon- 
naissances sont faites par des habitants de Tautahull : 
Aleta, Andreu, Autzena, Aranyo, Adeniar, Jean d'Aragon ; 
Baus , Berard, Brugeroles, Barrot , Bruna , Bels, Bertho- 
meu; Cornais, Causit, Comalo , Catala; Escuder, Estè- 
ve; Figera, Fallu, Fabre; Gregori, Grife, Garbes, 
Graus ; Julia ; Marti, Miquel , Mira , Moix ; Pierre d'Oms ; 
Palars, Padern; Roig, Raseyre, Resplandi ; Sabater, Pierre 
de Stela, Jean de Stela, et le donzell Pierre-Guillaume de 
Stela ou de TaltahuU ; Tiramoles, Tolo ; Vernet, Vintro et 
Volo ; — de Vingrau : Raymond Descaus , Cassanyes , 
Estève, Belon, Geli,* Laye, Susau, Pascal, Pierre et Jean 
Marti, ut Jean de Vingrau fils de Jean de Na Ramona ; — 
Le dernier feuillet contient les coutumes du château , et 
commence ainsi : Hec sunt consuetvdines castri de Taltano- 
Uo, que sunt interomnes hommes predicti castri et domini 
régis Maioricarum : scilicet quod homines qui non sunt 
domini regis^. qui manent in dicto Castro faciunt dicto do- 
mino régi duas jouas (journées de travail) quolibet anno , 
scilicet unam jouam in simenterio (semailles) et aliam in 
stivo, tamen si habent animalia cum quibus possint tabo- 
rare; les autres articles se rapportent aux obligations 
imposées auxdits habitants, pour la moisson, « l'œuvre des 
« murs hors du château, les œuvres du barri (faubourg) , 
« le port des meules du moulin, le guet, » etc. Cinq d'en- 
tre eux reconnaissent qu'ils sont tenus de faire tous les 
ans, le jour de Sainl-Genis, un cens d'une poule, une 
fogassa, « un feix de jonc; une spadada, une cabada et une 
plantada » (irois journées pour la culture des vignes) , et 
une quartère d'orge. 

B. 3«. (Registre ) — Grand in-folio, 22 feuillets, parchemin; lalin. 

It9t. — « Capbreu » d'Estagell : — reconnaissances : 
de mansates, boi^des, cabanes, et autres possessions situées 
au territoire d'Estagell, quelques-unes à Tautahull, tenues 
en directe seigneurie ou chargées de redevances pour le 
roi de Majorque; — des redevances de la moitié d'une 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 27 

Travau, Toisa, Tt)rrellan; Vicens, Clayra Valer, Vilar, 
Volo, Vidal, Yanric et Ysarn. 



perna de porc peuvent être changées en 12 deniers de 
Malgone, une demi-migère de vin, pour 3 deniers , quale 
magis domino régi placuerit, etc. — Les reconnaissances 
sont faites par les familles suivantes qui résident à Estagell : 
Andreu, Artau, Amalric, Ayguin, Adroer, Beatriu, Bonet, 
Blsbe, Pierre BatUe, Berenguer, Vesia Boix, Berthomeu ; 
Cuxos, Celarer, Casais, Capdevila, Mathieu de Cassanyes , 
Cogunya, Durand, Estève, Forner, Fabre, Gasc, Girina, 
Garcia, Guifre, Guit, Juer, Hesseger, Molet, Mir, Laurent 
de Millas, Membrat, Berenger d*Ortos, Padern, Pastor, 
Perer, Pons, Pleus, Pages, Puyol, Jean Raynard, Raseyre, 
Ramon, Rusquet, Riba, Ricolf, Sabater, Scriva, Seguer, 
Pierre dfe Na Stephania, Segura, Sinta, Salverat, Sargant, 
Siraon, Sa-Rocha, Besalu de Stagell , Tibant, Truyart, 
Troter, Arnald de Teresach ; Vidal, Vingrau et Ycart. (Le 
4" feuillet manque,) 

B. 33. (Registre. j— Grand iu-foiio, 22 feuillets, parchemin; latin. 

!•••. — Capud breue de Sa7icto Laurencio : — re- 
connaissances de mansates, bordes, maisons, ruptes, sa- 
lines et autres possessions situées à Sainl-Laurcnt de la 
Salanca, faites à G. de Capellades, procureur du roi de 
Majorque ; — (sur la première page, est une miniature re- 
présentant une prestation de serment entre les mains du 
procureur royal revêtu d'un manteau noir orné de la croix 
rouge, en présence du Roi, du notaire et de deux témoins ; 
l'un de ces derniers a déjà, ôté son gant pour prêter serment). 
— Les reconnaissances sont faites par Arnald Vesia, de 
Torrelles, et par divers membres des familles suivantes qui 
sont toutes de Saint-Laurent : Pierre d'Alborns, Amil, 
Asalmurs, Audric, Alegre, Aguser, Asam, Ademar, Aurus, 
Asalbert ; Etienne Des Boix, Bonafos, Pierre de Barres, 
Borrabeu, blader, Beliga, Bastel ; Contast, Caranc, Celerer, 
Gerda, Comte, Cavaler, Conomina, Conil, Cardo, Castela ; 
Domenec ; Estrebo, Ermengau ; Eymeric, possède des 
bordigols (pêcheries) dans Tétang de vSaises : Fabre, Fon- 
tanya, Franc, Fizel, Fornels, Forment; Gomaric , Guil, 
Gualo, Gros, Guiraiid, Ganter, Gaucelm, Geli, Guiter; 
Hualguer ; Jaubert, Jauzbert, Julia, Jocr, Jaume, Jorda ; 
Andreua, épouse de Raymond Johan ; elle possède une 
borde pour laquelle elle fait un cens annuel d*une joua et 
deux demi-journées d'homme, Tune pour la moisson. Tau- 
ire pour battre le blé ; Mata, Macip, Mas, Miquel, Mir, 
Mola, Nifiac, Oliver ; Pierre de Perelos, Pelicer ; Riu, Ra- 
holf, Riba ; Jean Royg ; il est tenu de faire quatre journées 
d'homme au temps de la moisson, deux joues, s'il travaille 
avec ses animaux, sinon non, et quatre journées avec une 
bête, deux à la moisson et deux pour porter du sel ; Sinfred, 
Sauri, Sala, Sapte, Pierre de Saragossa ; Tort, Taverncr, 



B. 34. (Registre.) — Grand in-folio, 56 feuillets, parchemin; Ittin. 

t999-i998. — « Capbreu » de Clayra et de Millas : 

— reconnaissances de propriétés diverses situées à Clayra, 
Millas et Nefîach,faites à frère Jacques d*Ollers, de Tordre 
du Temple, et à G. de Capellades, procureurs du roi de 
Majorque ; — (sur la première page est une miniature 
représentant une prestation de serment par une femme, en 
présence d'un seul témoin et du notaire). — Les reconnais- 
sances de Clayra ne comprennent que vingt-huit familles, 
entre autres, celles de Bernard Blanquet, Laurent Corbera, 
et Raymond Roig de Modagons ; — celles des propriétés 
de Millas comprennent : un habitant de Llotes, huit de 
Saint-Feliu-d'amont, trois de Saint-Feliu-d'avall, cinq de 
Cornella-de-la-Rivière , trois d'Ille, sept du château de 
Caladroer, huit de Montner, vingt-quatre de Nefiach, et 
plus de cent cinquante de Millas, parmi lesquels figurent : 
Raymon d'En Ot, Pierre Perona, Raymond de Pleus, 
Bernard d'Helies, Raymond Scaner d'Arsà, Pierre Boixo, 
Pierre Davi, Pierre Montalba , Guillaume Capdelayre, 
GuillaumeNicolau , Ferrer Beloc; Jacques de Millas, 
donzell ; Bernard Mener , Pierre de Mojoy, Donat , 
diacre ; frère Raymond, précepteur de l'hôpital de Millas ; 

— le possesseur du bénéfice ecclésiastique fondé par feu 
Durand dans l'église de Sainle-Eulalie de Millas ; — frère 
Pierre, convers du monastère de Sainte -Marie de Jau et 
grangcr de la maison de Saint-Martin delaRiba, etc. — Les 
redevances consistent en censives, joues, brassatges, ca- 
valatges, dîmes, trasses ou tragins, journées aux murs, au 
ruisseau, aux moulins, etc. Berenger Guerra, de Millas, 
fait, pour sa mansate, une albergue de quatre chevaliers, 
avec quatre écuyers et un domestique [troteritis) ; — Jean 
Joli, tient la fabrega (maréchallerie) de Millas, in qua do- 
minus rex recipit quolibet anno unas ferraturas equi in 
festo Natalis Domini, elkimplius débet ferrare quemlibet 
pedemanimalisde familia Dni régis pro duobus denariis; 

— mention d'un moulin à foulon à Millas, d'un quartier 
appelé « camp de la Batala, » d'un champ au lieu dit 
c Escota si plan » (écoute s'il pleut), etc. 

B. 35 (Liasse.) — 13 pièces, parchemin; latin. 

944-it99. — Domaine de Salses, possessions de La 

Grasse. — Donations : d'un alleu situé dans le comté de 

Roussillon in villa SalsinaSj faite par Sidila à l'abbé Sonier 

et à Sainte-Marie sur le fleuve Orbieu, surnommée in Valle 

Equitania; — d'une part de la fontaine majeure de Salses et 



28 



de l'alleu qui Tavoisine, à Robert, abbé, et à Pierre, cham- 
brierde La Grasse, par les nommés Raymond, Roger, Ber- 
nard et Bérenger, moyennant un cheval, « la moitié d'un 
autre cheval, » cinq sous de monnaie rosselle « et une 
goiielle d'ysimbrnu; » — d'une part de la fontaine de 
Salses,* de son moulin et de sa pêcherie, par Benoît, reli- 
gieux de La Grasse, lils de Pierre Oliba ; —d'une munneria 
et partie du moulin de la fontaine Majeure et Extrême de 
de Salses, par Mir-Raymond, et son frère Pierre. — Ventes : 
d'une partie de la fontaine Exlremera de Salses et du 
moulin qui y est, faite audit abbé, par Raymond-Othon de 
Vilaseca, Em, son épouse, et Olhon, leur fils; — d'une 
terre située à Salses, au lieu dit Coma d'Agudel. — Donation 
faite à Robert, abbé de La Grasse, par Pierre-Bernard 
d'Avalri et Flandina, son épouse, de leur alleu de la fon- 
taine, des poissons et du moulin de Salses, tenu en fief 
par Guillaume-Raymond deSaint-Hippolyte,qui abandonne 
aussi ses droits moyennant un cheval valde bonum et 
obtimtim. — Ventes : de deux jardins situés à Salses, près 
de Vestrada publica^ faite à Bérenger, abbé, et à Arnald, 
chambrier de La Grasse, par Raymond Ysarn, de Salses; 
l'un au prix de soUdos XXX de melcuires, et XLV solidm 
deRuselSy et duas eminas mercatales de fimmenti, et uno 
sacco nouo et uno sestario de uino ; l'autre pour soUdos 
nonaginta de denariis rossels, et lll eiminas mercadals de 
forment ^'et II de oi'di, et uno sac, et VU sesters de vini, et 
lll aines et demiga de nadiu (1120); — d'un champ situé 
à Salses et du manse dit d'Albudecha qui se trouve engagé 
pour 6 livres d'argent fin au poids de Perpignan, faite par 
Arnald-Guillaume de Salses « partant pour Saint-Jacques, » 
à Arnald-Vital, chambrier de La Grasse, qui donne pour 
prix 23 onces d'or fin au poids de Perpignan el unas pelles 
de drogrilUs ad Beatncem uxorem dicti Arnaldi. — In- 
féodation du bailliage de La Font-Dame de Salses, faite 
par Raymond de Malvers, chambrier de La Grasse, à Isarn 
et à ses descendants, avec droit de pêche, etc. — Echange 
de tous les biens et droits possédés à Salses par le mona- 
stère de La Grasse, à l'exception de l'église de Sainte- 
Colombe et du manse y att Miant, fait par l'abbé Raymond 
àlldefonse, roi d'Aragon, pour un cens annuel de 35 eymi- 
nes d'orge que le Roi re^^evaii à Rivesaltes, les altiergues 
et arrière-albergues de Pezilla et de Cornella, un manse 
dans la ville de Salses et une vigne à la Garriga. 

B. 36. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin ; laiin. 

i!t9i-t89i. — Domaine de Salses, étang et Font7 
Dame. — Concession emphytéotique faite par Guillaume 
de Puig d'Orphila, procureur du roi de Majorque, à Ber- 
nard et Jean Saland, frères, de Frontignan, et à Barthé- 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

lemi Ysarn, de Saint-Laurent-de-la-Salanca, d'une partie 
de l'étang royal de Salses ou de Saint-Laurent, comprise 
entre les lieux ditsDosdiles, Ile-du-Roi,Codeîcraet Pointe- 
de-la-Correga, avec droit exclusif d'y établir « des boinii- 
gols manegères et balestes » pour la pêche ; — les frères 
Saland, propriétaires des bordigols et balestes ou pêcheries 
de l'étang de Salses, depuis l'Ile-du-Roi, jusqu'à l'île de 
Manexella, prennent pour associé ledit B. Ysarn, en lui cé- 
dant le quart de lewvs droits de celte pêcherie. — Conces- 
sion à titre d'emphytéosc faite par le roi Sanche de Major- 
que, à Pierre et Jaubert Seguer, frères, de Salses, du droit 
exclusif de pêche et de baillie de La Font-Dame de Salses, 
avec défense à qui que ce soit, lorsque ladite fontaine sera 
close, d'y pêcher, ni en ses barrières et limites, ni à trente 
dextres en avant dans l'étang royal de Salses, après que les 
poissons auront commencé d'entrer en ladite fontaine et dans 
son canal; et ce, pour tenir compte auxdits frères Seguer 
de la lédion intervenue dans la vente de ladite fontaine, qu'ils 
avaient été obligés de faire au roi Jacques de Majorque, à 
la suite des bans et oppressions qu'ils avaient dû subir. 



B. 37. (Liasse.) — 43 pièces, parchemin ; latin. 

194G«i9G9. — Domaine royal de Salses. — Bail em- 
phytéotique d'un pâtus situé au-dessus de la ville, fait par 
Pierre Toache, bailli de Salses pour le roi d'Aragon, avec 
le conseil et la volonté des prohomens de ladite ville, 
Pierre Saliner, Bérenger Capell, Guillaume Cabas et autres; 
— actes d'échange et de vente de diversespropriétés par 
Jean Malras, Raymond Criveler, Jean d'Opol et autres ha- 
bitants de Salses. — Reconnaissances de vignes et autres 
biens-fonds situés à la garrigue de Salses, faites par quel- 
ques habitants de cette ville et par vingt-cinq habitans du 
lieu de Tura, à Salvador, chanoine de Barcelone, procureur 
des fiefs et alleux du roi d'Aragon ; — lods de vente de 
ténenients situés à Salses, et provenant des « chevaleries » 
que Raymond-Bérenger, Arnald Roig et Ermengald de La 
Tour tenaient en fief pour le Roi; — vente d'une maison 
en franc-alleu, située dans la ville de Salses; — testament 
d'Arnalda, veuve de Guillaume Fausla, de Salses, avec 
legs en faveur de l'église de Saint-Jean de Barres, le pont 
de l'Agli, l'hôpital et la léproserie. 

B. SS (Liasi>e.) — 31 pièces, parchemin; ialin. 

19G9-I994. — Domaine royal de Salses. — Con- 
cessions en emphytéose de denariates et eyminades de 
garrigue, pour y faire du pain ou du vin, au lieux dits 
Coma-Lobar, Lo Pla, La Pera Blanca et Claper de Juseus 
(Juifs), dans le territoire de Salses, faites à des habitants 



r 



SÉRIE B. — CHAMhRE DU DOMAINE. — 

de Tupa, Clayra et Saint-Hippolyte, par le bailli de Salses, 
au nom du roi d*Âragon, et par Guillaume, vicomte de 
Castellnou, et son frère Dalmau de Castellnou, en leur 
propre nom. — Contrat de mariage de Guillema, fille de 
Barres Bérenguer, avec Pons Coma, de Salses. -— Sen- 
tence arbitrale, rendue par Tinfant Jacques, héritier dési- 
gné de Roussillon et Majorque, au sujet du droit réclamé 
par les habitants de Salses, contre le prieur d'Espira, de 
faire dépatlre leurs troupeaux au lieu dit Cositotz, jusqu'à 
la Font-de-Vinoles; Tinfaut confirme à la commune de 
Salses le droit de dépaissance, selon Tusage, dans ledit 
quartier et jusqu'à la cime des montagnes de Vingrau, en 
étendant le même privilège à ceux des habitants de Gar- 
rius qui dépenJent de la paroisse de Salses. — Vente d'un 
champ en franc-alleu, à Laurent Gros, de Salses. 

B. 39. (Liasse.) — 60 pièces, parchemin ; latin. 

i99G-i990. — Domaine royal de Salses. — Ventes 
de droits «t de septième charge de raisins » et d'agrier sur 
certaines propriét(^s de Salses, par Pierre Malras et Pierre 
Ferrer. — Concessions emphytéotiques de vignes et de 
parties de garrigue, aux lieux dits Claper del Juheu, Coma 
Lobar, Camp-Dolent, Camp-de-la-Cruç, lo Teulet et Mas 
Vell. faites, selon les bonnes coutumes de Salses, à des ha- 
bitants de Tura, Rivesaltes, Clayra, Saint-Hippolyte et 
Garrius, par Pierre Toache, bailli de Salses pour le roi de 
Majorque, et Guillaume de Sparraguera, bailli de ladite 
ville pour Dalmau de Castellnou, en réservant aux deux 
seigneurs, par indivis, les droits d'agrier et de lods. 

B. 40. (Liasse.) — 36 pièces, parchemin; 1 pièce, papior; lalin. 



1 994-1848. — Domaine royal de Salses. — Actes 
de reconnaissance, ventes, baux en emph^téose et lods, 
de maisons et autres propriétés situées à Salses et à la 
Garrigue et tenues pour les rois de Majorque ; — délimita- 
tion des territoires de Salses et de Saint-Hyppolite, réglée 
par Arnald de Saint-Jean, chevalier, viguier de Roussil- 
lon, au nom du Roi, seigneur de Salses, et par les procu- 
reurs des Templiers, de 'Bernard de Monlaur et de Pierre 
de Castell, seigneurs de Saint-Hippolyte; la limite traverse 
le pré communal des habitants de Garrius et de Saint- 
Hippolyte ; — concession de 13 eyminates ou 19,600 cannes 
carrées (de Montpellier) de garrigue, et de 5 autres eymi- 
nates de vacants, le tout au territoire de Salses, faite par 
les procureurs royaux en faveur de Bernard Durband, fa- 
milier du Roi, à charge de défrichement et de mise en 
culture dans un délai de deux ans ; la seconde concession 
se compose de deux puigs situés dans une propriété culti- 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 29 

vée appelée Champ-de-Matabecan, qui appartient aux reli- 
gieux cisterciens de La Grange de Vespella : Teyminate 
est évaluée à 1,800 cannes carrées de Montpellier. — Pierre 
de Bardol et Hugues de Cantagrill, procureuj's du roi San- 
che de Majorque, sur la recommandation à eux faite par 
Amalric, vicomte de Narbonne, et par Jaspert, vicomte de 
Castellnou, autorisent Raymond Gros, d*Azillan, habitant 
de Salses, à construire dans cette ville un fourneau où il 
pourra faire cuire chaque jour un carleron de farine de 
froment, et en outre, des ortocreates, des formatgades, des 
viandes, poissons et autres comestibles, avec défense d'y 
faire cuire aucun de ces dernieis objets pour les fêtes 
de la Noël, de Pâques et de la Pentecôte. — Charte de 
Jacques H, roi de Majorque, faisant don d*une rente de 
2 livres de Barcelone à Pierre Borrô, maître racional de la 
cour, en compensation de la taxe qu'il devait payer pour 
faire pacager cinq cents bêtes, brebis ou chèvres, dans les 
pasquiers de Salses ; — Pierre Borrô cède cette rente aux 
consuls de Salses, et comme les deux livres susdites ne 
représentent pas exactement la taxe à laquelle il est im- 
posé par cette commune sur la contribution de 30 livi*es 
qu'elle paye au Roi, pour les droits de pacage, il pourra 
désormais envoyer gratuitement six cents têtes de bétail 
aux pasquiers communaux, au lieu de cinq cents. 

B. 41. (Liasse.) — 8 pièces, parchemin; latin. 

tlt59-t99t. — Domaine de Salses ; titres de la fa- 
mille Toache. — Ventes et concessions emphytéotiques de 
terres situées à Salses, consenties par Pierre Toache, Fina, 
son épouse, et Arnalda, leur fille ; — confirmation féodale 
de tous les droits et biens possédés à Salses, Garrius et 
Barres, par ledit Pierre Toache : détail des propriétés ; 
item, dans ledit fief royal se trouve la motte de Gastell- 
Vell avec ses appartenances, possessions et droits, la- 
quelle provient de la chevallerie de Raymond Bérenger; 
— reconnaissance dudit fief, faite au roi Jacques de Ma- 
jorque, par Arnalda, veuve de Gérald de Saint-Pons, au 
nom de son fils, Pierre Toache ; — acte de procuration 
faite par Pierre Toache, fils d' Arnalda et deGerald, à Guil- 
laume Gasaud, clerc de Salses et chapelain de Saint-Jean 
de Barres, pour exhiber les titres de son fief aux procu- 
reurs du Roi. — Vente faite au Roi de Majorque par Pierre 
Toache, de tous les biens et droits possédés et reconnus en 
fief par son grand-père maternel, à Salses et dans son 
territoire, au prix de 3,750 sous couronnés de Barcelone. 

B. 42. (Liasse.) — 10 pièces, parchemin ; latin. 

It49-i9tft. — Seigneurie de Saint-Hippolyte* — 



30 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Gaubert de Saint-Hippolyte et son frère Arnald, donnent 
en fief à Gauzelm de Leucate, la moitié de « ]*lionneur, » 
hommes et alleux que ce dernier possédait dans leur sei- 
gneurle, et qu'il venait de leur céder. — Etat des fiefs 
tenus pour le seigneur de Saint-Laurent de la Salanca, par 
Pierre de Cornella, Benrand de Vilallonga, BcreugtM' de 
Guardia, Guillaume-Raymond de Juhègues, Raymond de 
Saint-Hippolyte, Pierre-Bernard de Puig-Ûtrer, etc. — 
Contrat de mariage de Rengarde, fille de Pierre Riquin, 
avec Guillaume Bernard, portant donation d*une manse 
située à Saint-Hippolyte et d'autres propriétés à Pia. — 
Vente d'un champ dit du Bolidor, situé à Saint-Hippolyte, 
faite par Raymond Marti de Juhègues, avec réserve de la 
directe seigneurie à Pierre, seigneur de Saint-Laurent, et 
à ses frères Bérenger et Raymond. — Engagements : de 
terres tenues pour Pierre de Saint-Laurent, pour 48 sous 
barcelonais bons, et si cette monnaie baissait ou dimi- 
nuait de titre ou de poids, il sera rendu, à leur place, des 
morabatins lupins en bon or et au juste poids de Perpi- 
gnau,au compte de 7 souspour chacun d'eux (octobre 1195); 

— d'un champ tenu pour Pierre de Saint-Laurent et son 
fWre, Bérenger de Palasol, pour 35 sous barcelonais bons, 
et si la valeur de cette monnaie baissait, on rendra des 
morabatins marins ou melechins en or bon et fin, ajuste 
poids de Perpignan, au compte de 7 sous barcelonais pour 
chacun d'eux (mars 1202); — d'une vigne, tenue pour 
dame Ermessende Rainarda, pour 70 sous barcelonais qui 
seront remboursés, s'il le faut, en marcs d'argent de Per- 
pignan, chacun équivalant à 48 sous barcelonais (août 1208). 

— Vente d'une terre, à Saint-Hippolyte, tenue pour 
Raymond de Cabarets; — concession d'un champ, au même 
territoire, par Guillaume-Raymond dez Caslell, chevalier. 

B. 43. (Liasse.) — 9 pièces, parchemin ; latin. 

tltft9-t84it. — Domaine de Saint-Laurent-de-la- 
Salanca. — Ventes et concessions de pièces de terre si- 
tuées à Saint-Laurent, tenues en directe seigneurie pour 
Briton Acelm, seigneur de cette ville, et plus tard, pour le 
roi de Majorque, avec lods de leurs baillis, Pierre Aimeric, 
Barthélemi Isarn et Bérenger Figuères ; — en 1268, 
250 sous de Barcelone valent au change 200 sous de Mal- 
gone. 

B. 44. (Liasse.) — 11 pièces, parchemin ; latJi. 

i9tO-ISt9« — Domaine de Vilallonga-de-la-Salanca. 

— Les exécuteurs testamentaires de dame Hélène, veuve 
de Simon de Vilallonga, et leurs pupilles, Alissende et 
Aladayde, engagent an champ situé dans la paroisse de 



Saint-Marcel de Vilallonga, avec garantie de Jacques de 
Vallgonnora, à Guillaume de Vilarasa, dans le cas où ce 
dernier viendrait à être dépossédé du manse avec tour, 
jardin, fonrcî leurs dépendances, un sarrasin, uneânesse, 
des censives, rgriers, quarts, quints, droits seigneuriaux, 
fiefs et alleux, situés aux territoires de Malloles et d'Orle, 
et k lui vendus par Icsdits manuroisseurs au prix de 
8,876 sous barcelonais couronnés ; — dame Alissende et 
le chevalier Pauquet de Bellcastell, son mari, renoncent, 
en faveur du roi de Majorque, à tout hommage et servi- 
tude corporelle de Bernard Isarn, de Vilallonga, en se 
réservant toutefois l'hommage et tous autres droits sur ses 
enfants nés ou à naître, et sur tous ses biens et posses- 
sions. — Concessions emphytéotiques de diverses pro- 
priétés situées à Vilallonga et tenues en directe seigneurie 
pour le roi de Majorque. 

B. 45. (Liasse.) — 11 pièces, parchemin; latin. 

t099-II94. —Domaine de Torrelles. — Vente faite 
à Raymond Gozfred, fils de Girberga, par Ëibrin Durand et 
Froinali, son frère, de tous leurs alleux situés dans le comté 
de Roussillon et dans les adjacences de Sainte-Marie de 
Villa luJaicas (Juhègues), Saint-Julien de Torrelles, Saint- 
Laurent, Saint-Hippolyte, Sainte-Marie de Cabestany et 
Saint-Vincent de Bajoles, pour 30 soHdos de dennrios ros- 
sels^ les vendeurs se réservant seulement leur alleu d'Orle 
avec un champ et une medalada d'une vigne. — Distribu- 
tion de Théritage de Guillaume, fils de Gombald de Tor- 
relles, entre Bernard Massot de Juhègues, les chevaliers de 
Garardia ou Garardcncs au nombre de six, et Raymond de 
Peralada, faite par Pons de Vernet, Raymond de Saint- 
Lauren, Arnald de Torrelles, Guillaume de Saint-Félix, 
Bernard de Saint-Hippolyte et autres prohomens. — Con- 
cessions de terres situées à Torrelles, par Jorda de Rocha- 
fort et Raymond de Peralada, en faveur de Jean Calvaz. — 
Donation en franc-alleu de deux pieds d'olivier dans un 
jardin situé à Torrelles, près du castel de Raymond de Pe- 
ralada, avec le droit de les remplacer « s'ils tombaient par 
< l'effet du vent, » faite à Raymond Oliba, par Hugues (de 
Torrelles), en compensation de deux autres pieds d'olivier 
que celui-ci a fait couper ad limina mei castri, — Échange 
d'une terre située à Torrelles et tenue en fief pour Bertrand 
de Vilallonga, fait par un nommé Raffard à Bernard Su- 
gner, pour diverses pièces de terre, entre autres une cor- 
nalada d'un champ, tenues en franc-alleu. — Bail em- 
phytéotique d'un manse, en faveur d'Arnald Comte, par 
Raymond de Peralada. — Vente du manse de Pierre Ra- 
dulf, de Torrelles, faite par Béatrix et Bernard Du Soler, 
son mari, à Ermengaud de Vernet ; — vente faite audit 



SERIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. 

Errucn^'Eud et à Rixende, son épouse, par Bertrand de 
Viiallonga, de tout l'honneur qu'il possède à Torrelles, 
champs, vignes, maisons, et easals, jardins et ortals, etc., 
pour 700 sous de Malgone ; — Bertrand de Buada, son 
frère Pierre-Raymond, et leur mère EUiarde, donnent à 
Eruiengaud de Vernet tout Talleu qui leur est venu de 
Raymond Peitavi ; ils le reçoivent de nouveau en fief dudit 
Ermengaud et s'engagent à le lui maintenir envers et 
contre tous, excepté contre le viguier de Torrelles. 

B. 46. (Lia.sse.) — 18 j^iècâs parcbf'min; lalin. 

tt99-t904* — Domaine de Torrelles. — Ventes 
faites à Ermengaud de Vernet : des manses de Pierre Pau- 
let et de Pierre Joli, de Torrelles, par Bernard de Viia- 
llonga, moyennant un fief situé à Vilallonga-de-la-Salanca; 

— d'un quinta situé dans la ville de Torrelles, au quartier 
appelé Gerardia, par Guillaume de Castelinou, petît-fils 
de Gozbert Guillaume, dont le manse occupait jadis le 
même terrain. — Guillema, fille de Raymo^nd Gherard et 
de Clara, donne son caste! de Torrelles en franc-alleu à 
Ermengaud de Vernet, et ce seigneur le restitue en fief à 
cette dame et à Raymond Sarrier, son mari. — Vente de 
tout l'honneur possédé à Torrelles par Raymond de Cor- 
nella, hommes, femmes, terres, salines, etc., eu faveur 
d'Ermengaud de Vernet et d'Ava, son épouse. — Contrat 
de mariage de Saurimunda, fille de Marie de Peralada, 
épouse d'Arnald d'Avinyo, avec Ermengaud de Vernet : 
Saurimunda apporte en dot des droits et revenus à Tor- 
relles, Saint-Étienne (del Pi?), Viiallonga, Sainte-Marie- 
la-Mer etBigueranes, et Ermengaud lui donne son château 
de Barres avec tous ses revenus de Salses et de Garrius. 

— Engagement des droits d*Hugues de Torrelles, sur un 
jardin situé dans cette ville, près du château de Peralada. 

— Inféodatiou de diverses propriétés, à Torrelles, en faveur 
de Pierre Texidor, par Ermengaud de Vernet, Saurimunda 
son épouse, et Pons de Vernet, fils d'Ermengaud. — Con- 
trats de mariage : de Raymond de Castell Rossello, et de 
Saurimunda, fille de Marie de Peralada; celle-ci apporte 
en dot tous ses biens de Torrelles, et son mari lui fait do- 
nation de son honneur de collis Profundis (Cosprons) dans 
le territoire de Saint-Jean de Banyuls de Marende, et de 
ses droits sur le territoire de Sainte-Marie de Palaciolo 
(Palol) ; — de Gauzberta, fille de Marie de Peralada et 
d'Arnald d'Avinyo, avec Arnald de Foxà. — Vente du 
château de Peralada, situé à Torrelles, et de biens et re- 
venus sis à Viiallonga et à Sainte-Marie-la-Mer, faite par 
Marie de Peralada et sa fille Gauzberta^ à Raymond de 
Castell-Rossello, pour 10,00t) sous barcelonais ; — inféo- 
datiou du bailliage de Torrelles par ledit Raymond, en 



— PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 31 

faveur de Pierre Batlle. — Ventes de manses situées à Tor- 
relles, faites par Pierre-Bernard, fils de Guillaume deCas^ 
tellnou, eu faveur de Pons de Vernet, et de Raymond de 
Castell-Rossello. 

B. 47. (LiaMO.) — te pièces, par&heitiin; latin. 



I90G-t9tS. — Domaiiiie de Torrelles. — Vente d'un 
champ par Guillaume Savaric ; — reconnaissance féodale 
d'une terre par Guillaume-Bernard de Saint-Hippolyte^ , 
faite à Raymond de Castell-Rossello, devant la poite du 
château dudit seigneur, à Torrelles; — concessions en 
emphytéose de manses et de terres situées au lieu dit au 
Tor, faites par ledit seigneur et par Raymond, son fils, ea 
faveur deTorrellan Joli, Guillaunne Devi et Pierre Éruard. 
— Accord entre Pons de Vernet, Raymond de Ca^eil- 
Rossello et Raymond de Torrelles, au sujet des justices, 
cautions de droit et plaies, mesurage, marché, leude et 
four de Torrelles. — Ventes : de < ruptes » situées au ter- 
ritoire de Torrelles, par Ferrera, fille d'Arnald Oliba de 
Btgueranes, en faveur de Pons de Vernet ; — d'un champ en 
franc-alleu, par dame Gaudion, sœur de Bernard de Glar- 
mont. — Donation de neuf manses et d'autres biens oa 
droits à Torrelles, Viiallonga, Mudagons, Saint-Félix de 
Saint-Estève-del-Pi, Sainte-Marie-la-Mer et Bigueranes, 
faite par Saurimunda, fille de Marie de Peralada et épouse 
d'Arnald de Mosset, à Pons de Vernet, qui les restitue eu 
fief à cette dame. — Béatrix, fille de Bernard Sunner, de 
Torrelles, renonce à tous ses droits sur un champ, en far- 
veur de Raymond de Castell-Rossello. — Dame Brunis- 
sende, veuve de Raymond de Torrelles, promet de payer 
dans un délai de six mois une somme de 500 sous barce- 
lonais qu'elle doit à R. Eimeric de Clayra, et donne pour 
caution Raymond de Castell-Rossello, qui offre en garantie 
tous ses biens meubles et immeubles, honneurs et avoir, 
même ses bœufs et vaches de labour et leurs teaux, cpi*il 
met hors la trêve du seigneur roi. 

B. 48. (Liasse.) — 25 pièces, parchemin ; latÎD. 

t!ttB«I94G. — Domaine de Torrelles. — Inféodations 
de propriétés situées à Torrelles, en faveur de Perpenya, 
de Pierre Durand et de Bérenger de Barres, par Raymond 
de Castell-Rossello; — concession du bailliage de Tor- 
relles, par Raymond de Castell-Rossello et Ermessende, 
son épouse, à Pons de NaRaucadora. — Guillaume Sallner 
se met sous la sauvegarde de Pons de Vernet et, avec Tau- 
torisalion de frère Cabot, précepteur du château de Saint- 
Hippolyte (de l'ordre du Temple), promet de tenir en bon 
état l'entrée de son manse situé à Raxac dans la ville de 



32 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



TorrellQs, de manière que les gens à pied puissent y passer 
librement; — Raymond Adhemar se fait homme dudit 
Pons de Veruet ; — achats et concessions de terres par le 
même seigneur. — Concession de plusieurs manses situés 
à Torrelles et tenus en fief honoré, faite à Âdalsende, 
épouse d'Arnald Catala, par Pons de Vernet ; — sentence 
arbitrale déclarant que Bérenger Mestre et ses descendants 
demeureront hommes dudit seigneur, et que s'il a un se- 
cond enfant, fils ou fille, il sera homme de THôpital de 
Bajoles (de Tordre de Saint-Jeau-de-Jérusalem). — Galce- 
rand d'Urg promet que celui de ses fils qui épousera Cer- 
dana ou Ricsende, nièces de Raymond de Canet, tiendra 
en fief pour ce seigneur les biens que Raymond de Castell- 
Rossello avait possédés à Torrelles. — Ventes à Pons de 
Veruet et à Jusiana, son épouse : d*un manse, par dame 
Mataplana et Bérenger de Cardia; — du tiers du four de 
Torrelles. — Sentence rendue par Arnald, chapelain de 
Sainte-Marle-la-Mer et juge de Pons de Vernet, condam- 
nant à une amende de 150 sous de Halgone Tacquéreur 
d'un champ concédé par eniphytéose sans autorisation de 
ce seigneur. — Pons de Vernet reconnaît Jausbert d'Ille 
et Guillaume de Palasol, fils de Jozbert de Palasol, comme 
seuls héritiers de leur oncle, Bérenger de Gardia, et leur 
donne en fief tout ce que ce dernier possédait à Torrelles; 

— ceux-ci vendent leurs droits sur ce fief à Arnald d'iUe 
et à Brunissende, son épouse. — Vente d'un champ, dit de 
Paliol, en faveur de Bonet Eybri. — Pons de Vernet af- 
franchit Guillaume et Pierre Bonet, de Torrelles, de toute 
queste, force, tolte, joua, trassa et autres mauvais usages, 
et de l'obligation où ils étaient de fournir caution pour 
leur seigneur, pourvu qu'ils s'engagent eux et leur posté- 
rité à faire toujours leur résidence à Torrelles. 

B. 49. (Liasse.) ~ 18 pièces, parchemin; latiu. 

tit49-iitGi. — Domaine de Torrelles. — Ventes de 
patus situés dans la ville de Torrelles et dans la cellera de 
Pons de Vernet, et de champs tenus en directe seigneurie 
pour ce seigneur, pour dame Blanche de Corbera, dame 
Adalsende et son fils Hugaet. — Concession du bailliage 
de l'aucie:! château dit de Peralada à Arnald Amillot, par 
Ermengaud d'Urg, et Ricsende, son épouse, et reconnais- 
sance de ce fief à Guillaume de Canet. — Changement d*un 
cens annuel de 50 anguilles en un cens de huit migères de 
sel, à payer pour deux terres situées à Torrelles, tenues 
pour Ermengaud dllle. — Autorisations données à Pons 
de Vernet, par trois habitants de Clayra, de faire passer 
par leurs propriétés le ruisseau qui doit amener Teaudes 
moulins de Pierre de Camerada aux moulins de Torrelles; 

— vente faite au même seigneur par frère Pierre Benêt, 



au nom de Vidal, abbé de Villelongue (au diocèse de Car- 
cassonne), du droit de faire passer ledit ruisseau à travers 
les terres dudit monastère, situées au territoire de Muda- 
gons, moyennant 50 sous ou dix émines d'orge ; cession de 
deux champs et d'une colomine situés au territoire de 
Saint-Estève-del-Pi, avec droit réservé audit abbé de con- 
struire un moulin sur ledit ruisseau à son passage à Muda- 
gons. — Abandon fait par Pons de Vernet, en faveur des 
habitants de Torrelles, du droit qu*il avait de les contrain- 
dre (inviti) à faire cuire leur pain dans son four, avec li- 
berté pleine et entière à l'avenir d'avoir des fours chez eux, 
à la condition que chaque habitant devra fournir une jour- 
née de travail par an au ruisseau des moulins de cette 
ville. 

B. 50. (Liasse.) — 17 pièces, parchemin ; latin. 

tift9-t«ei. — Titres de la famille de Vernet. — 
Engagement d*une vigne située à Saint-Hippolyte, pour 
50 sous de monnaie de Malgone. — Inféodation d'une mai- 
son située à Saint-Laurent, par Pons de Vernet et son fils 
Ermengaud, en faveur de Raymond de Saint-Laurent et 
de Guillaume, son frère. — -Donation faite par Ermengaud 
de Vernet, à Guillaume, abbé, et à Arnald, « moine ermite » 
du monastère de Sainte-Marie de Gondon (appelé aussi de 
Cadon et de Cadons dans le môme acte), d'une très-grande 
pièce de garrigue qu'il possède avec Guillaume de Pia, au 
territoire de Salses, avec faculté d'y établir un monastère, 
ou dans tout autre lieu du domaine dudit Ermengaud qui 
leur paraîtrait plus convenable. — Ventes, en faveur d*Er- 
mcngaud de Vernet : de tous les droits possédés par !a 
famille Saquet sur les enfants de Bernard de Vallcaulera, 
de Juhègues ; — de tout ce qu' Arnald de Solans possède en 
franc-alleu dans les adjacences de Saint-Sébastien de Mu- 
dagons, de Sainte-Eugénie de Lebeia et de Saint-Félix de 
Saint-Estève-del-Pi. — Raymond Sebaslia se fait homme 
d'Ermengaud de Vernet, avec son manso et ses biens situés 
à Mudagons, et donne à ce seigneur un cens de 6 sous 
qu'il recevait sur deux habitants de ce hameau. — Con- 
cession d'un manse situé à Mudagons, par Ermengaud de 
Vernet et Ava, son épouse. — Engagement d'un champ 
tenu pour Pons de Vernet, le marc d'argent fin de Perpi- 
gnan étant compté pour 48 sous de Barcelone (1198). — 
Bernard Rossell, de Sainte-Marie la-Mer, se reconnaît 
homme de Pons de Vernet, et promet de lui payer une oie 
tous les ans pour ledit hommage. — Bail à ferme des re- 
venus du château de Vernet ; — vente d'un jardin situé au 
territoire de Salses dans l'horta de Barres. — Vente faite 
à Pons de Vernet par Raymond et Guillaume Aban, frères, 
de tous les biens et droits à eux légués au territoire de 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

Vernet, par Hugues de BaVres. — État des fiefs et reve- 
nus tenus pour Pons de Vernet à Saint-Feliu d'Avall. — 
Lettre de frère Pierre de Cadireta et de frère Bernard de 
Bac, inquisiteurs des États d'Aragon, par laquelle ils con- 
firment à Pons de Vernet la restitution à lui faite par Jac- 
ques, roi d'Aragon, et par l'infant Pierre, de tous les biens 
de son père condamné comme hérétique. — Acte^'échange, 
entre Pons de Vernet et Pons-Hugues, comte d'Empories, 
par lequel le premier abandonne ses châteaux et lieux de 
Torrelles, Vernet, Millas et Tautahull, ses droits et actions 
contre Guillaume de Canet, son beau-fils, ses revenus de 
Salses, Barres et Céret, et tout ce qu'il possède en Rous- 
sillon et Vallespir, en échange du château et de la ville de 
Cadaquers et de tous les droits de leude et autres que le 
comte d'Empories y possédait ; Pons de Vernet se réserve, 
sa vie durant, Tusufruit de sa maison du château de Tor- 
relles où il demeure maintenant, des étables où il tient des 
bétes et sa paille, de la maison de l'ancien four, des mou- 
lins et du jardin y attenant, de la dimedes poissons et ses 
revenus fonciers de la même ville, ceux de Millas et de 
Tautahull, du château de Mudagons et d*un fief qu'il tient 
pour Jausbert de Gastellnou; le comte s'engage à acquitter 
le remboursement de la dot d'Ermessende, épouse de feu 
Ermengaud de Vernet, fils de Pons, les dettes et legs de 
Jusiana, épouse de Pons, et la dot de ses filles, Alamanda 
et Brunissende. 

B. 51. (Liasse.) — 3i pièces, parchemin; lalin. 

I9G9-I998. — Succession de Pons de Vernet. — 
Concession du bailliage de Torrelles à Arnald Davi par 
Pons-Hugues, comte d'Empories; — engagement pris par 
le bailli et par la commune de Torrelles de donner à Jean 
Joli et A. Argent, à raison de la justice, 13 ey mines d'orge 
par an, 3 deniers pour chaque justice (ban) de gros bétail, 
1 denier pour les bans des brebis, et pour ceux des hommes 
12 deniers le jour et S sous la nuil, à la condition que, 
pendant la moisson, ils n'iront réclamer des gerbes pour 
personne, et ne se livreront à aucun travail autre que de 
veiller à ce que la volaille ne nuise à aucune propriété ; — 
bail emphytéotique d'une table ou étal située sur la place 
de Torrelles; — sentence rendue par Arnald Costa, juge 
du comte d'Empories, à la requête du bailli A. Davi, con- 
damnant Jean Ros, de Torrelles, à payer le cens qu'il doit 
pour le manse dit d'En Carreres. —Quittance de 3,400 sous 
de Malgone, payés par l'infant Jacques de Majorque à-frère 
Raymond Roger, sacristain de Sainte-Marie-de-Roses, et à 
frère Arnald Piquer, prieur des Frères Prêcheurs de Per- 
pignan, sur le^prix du château de Tautahull, vendu audit 
infant par le comte Pons-Hugues. — Confirmation de l'an- 

Pyrën^es-Orœntales. — Série B. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 33 

cien fief dit de Gardian en faveur du chevalier Bertrand 
d'Ule, fils d'Arnald d'Rle. — Vente du château de Tor- 
relles, pour 80,000 sous de Malgone, faite par Hugues, 
comte d'Empories, fils du comte Pons-Hugues, à Tinfant 
Jacques, qui s'efigage à payer à bref délai le prix de cette 
vente, ainsi que 70,000 sous pour lesquels le même comte 
lui a vendu le château de Millas, en offrant comme fidéjus- 
seurs Jaufre, vicomte de Rocaberti, et plusieurs habitants 
de Perpignan et de Collioure : les actes de ces deux ventes 
seront déposés, jusqu'à ce que le payement soit effectué, 
entre les mains de frère Raymond de Tallada, commandeur 
de la maison du Temple de Castellô ; — quittances fournies 
par frère Raymond, abbé de Saint-Pierre de Rodes, Ber- 
nard de Vilanova et Guillaume de Pau, chevaliers, exécu- 
teurs testamentaires du comte Pons-Hugues, déclarant 
que, pour le prix des ventes susdites, l'infant Jacques a 
payé 400 sous dus à Pierre Fabre, de Cursavi; 50 livres à 
Gausbert Roig, de Castellô; 2,700 sous, à Colin Bertrand, 
de Montpellier ; 35 livres à dame Adalays, fille de Guil- 
laume de Guardia, de Peralada, ainsi que d*autres sommes 
dues par ledit comte, et, parmi les legs de feu Pons de 
Vernfet, 2,000 sous à frère Pons de Vernet, son petit-fils, 
religieux au couvent des Frères Mineurs de Perpignan; 
50 livres à frère Arnald Real, gardien du même couvent ; 
500 sous à Pierre Jorda, de Vernet; 1,000 sous aux habi- 
tants de Céret, 400 sous à l'ordre de la Pénitence de Jésus- 
Christ, de Perpignan ; 500 sous à l'œuvre du Pont de la 
Tet et de l'Aumône, de Perpignan ; 200 sous à Raymond 
Marti, d^Ortafa; 5,000 sous à Guillaume de Castelinou; 
30,000 sous à dame Alamanda, fille dudit Pons de Vernet. 
— Pleins pouvoirs donnés par le comte Hugues à Arnald 
de Lletrera, chevalier, pour mettre Tinfant Jacques en 
possession du château de Torrelles. — Confirmation du 
bailliage de cette ville à Arnald Davi, par l'infant. 

B. 52. (Liasse.) -— 41 pièces, parchemin; 1 pièce, papier; latin. 

t999-I89I. — Domaine royal de Torrelles. — Vente 
de divers honneurs et revenus de Torrelles et de la leude 
du Grau de Salses, faite par Gaubert de Uurban à dame 
Marie, veuve de Bernard de Brulhà, qui s'engage à recon- 
naître que tous ces biens sont tenus en fief pour le roi de 
Majorque ; — vente de tout ce fief, avec la leude du Grau 
de Salses et de la plage de Torrelles, et de divers droits à 
Sainte-Marie-la-Mer et à Bigucranes, en laveur de Pierre 
Davi, de Torrelles, pour 3,440 sous de Malgone; — vente 
d*une partie de la dtme des poissons de la mer et de 
l'étang de Torrelles, faite au domaine royal par Arnald 
Bertrand, donzelK — Reconnaissances des fiefs possédés à 
Torrelles par Pierre Torrelles, fils d'Arnald Catala, et par 

5 



^ 



3& 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIENTALES. 



Raymond d'Drg, fils d'Ermengaud d*Upg. — Concessions 
emphytéotiques de diverses propriétés, et entre autres de 
quelques parties, couYerts et patus, de l'ancien château dit 
de Pons do Vernet, dans la cellera de Torrelles, faites par 
les procureurs royaux ; — reconnaissances de diverses 
terres tenues à Torrelles par divers habitants, par Ermen- 
gald Barrau, précepteur de Thôpital de Saint-Laurent, et 
autres. — Ventes : de parcelles de terre, pour le nouvel 
exaugador (déversoir) du moulin royal de Torrelles, par 
frère Guillaume Ademar, précepteur de Thôpital de cette 
ville, et par la veuve de Pierre Pals ; — d'un terrain pris 
pour la « sale » que le Roi a fait construire dans la cellera. 
— Saisie de divers immeubles, pour défaut de payement de 
cens, faite par Raymond Amillot^ bailli des revenus du 
chevalier Raymomi d'Urg, en présence du bailli royal de 
Torrelles. — Vente faite au roi Jacques de Majorque, par 
Raymond d'Urg, de son château dit de Peralada, de ses 
droits, dîmes et autres revenus, pour 13,000 sous barcelo- 
nais couronnés. — Reconnaissance faite aux procureurs 
royaux par les donzells Pierre Amald et Gaubert de Cas- 
tell, frères, pour « le fief de la moitié du sixième des dîmes, 
« parsayries, agriers et autres revenus » qu'ils possèdent 
à Torrelles, et pour la moitié de la cellera (enceinte) dite 
de Laucata^ située dans cette ville. — Pierre de Bardol et 
Hugues de Cantagrill, procureurs du roi Sanche, concè- 
dent en emphytéose à André Guiter, de Torrelles, habitant 
à Perpignan, un champ appelé Castelas de Perelada dans 
lequel se trouve un castellasceum terreum, situé au terri- 
toire de Torrelles, moyennant un cens annuel de 20 sous 
barcelonais, une entrée de 100 livres ot réserve du droit 
de lods, avec faculté, pour le tenancier, d'arroser ledit 
champ avec l'eau des moulins du Roi, et de construire dans 
ledit castellas tels édifices qu'il jugera à propos. 

B. 53. ^Liasse.) — 13 pièces, parchemin; latin. 

It9t-i889« -— Familles dcMudagons et de Puig. — 
Engagement de deux récoltes d'un champ situé à Toluges, 
pour 134 sous de Malgone dont 50 valent un marc d'ar- 
gent fin, poids de Perpignan, fait par Guillaume de Canohes, 
avec le consentement de son seigneur Arnald de Mudagons, 
et de Bérengerde Vilarmilà; — vente de tous les biens et 
droits possédés à Canomals par Jorda de Mudagons, en fa- 
veur de Pierre Albenca; — ventes de propriétés en franc- 
alleu, aux territoires de Canomals et de Lebeja. — Codi- 
cilles de Pierre de ToIukcs, mettant son épouse et son fils 
sous la protection de son neveu, Pierre de Radiguères, qui 
leur est substitué en cas de décès sans descendance légi- 
time. — Vente d'un champ à Jean, chapelain de Pia, par 
Bernard Jaume, chanoine de Saint-Jean de Perpignan, qui 



déclare avoir dressé lui-même l*acte de ce contrat. — Vente 
faite par Pierre Vidal, en faveur de Guillaume Aspat, d'un 
manse et ses dépendances dans les adjacentes de Saint- 
Cyr de Pia et de Saint-Saturnin de Tapia, le tout tenu en 
fief par Guillaume Patau, chevalier, de Pia. — Ventes de 
terres situées à Saint-Saturnin d'Ortolanes et à Sainte-Eu- 
génie de l^beia, tenues en directe seigneurie pour Béren- 
ger de Puig, chevalier, Pierre de Puig, son fils, et dame 
Scarrunya, mère de ce dernier. — Bérengerde Puig, che- 
valier, casse et déclare nul un lods de vente d'une pièce 
de terre tenue en directe seigneurie pour lui au territoire 
de Castell Rossello, ledit Ibds ayant été fait au temps de 
la discorde et rébellion contre la tutelle de Philippe de 
Majorque, par les gens à ce délégués par le Conseil du Roi ; 
il confirme ladite acquisition en son propre nom et comme 
seigneur direct de cette propriété. — Quittance de la dot 
de Jeanne Vilanova, épouse de Pierre Codalet, de Pia. 

B. 54. (Liasse.) — 33 pièces, parchemin; latin. 

t9ill-lS49* — Seigneurie foncière de Vernet. — Do- 
nations, ventes et autres transactions concernant diverses 
propriétés, entre autres des moulins à farine et à foulon» 
situées à Vernet et tenues pour les co-seigneurs de ce terri- 
toire, dame Béat'rix de Bellestar, Arnald de Novelles» 
Pons de Vernet, Pierre et Ricolf Oliba, Arnald Llobet, 
Raymond Talo, l'Aumône de Perpignan; Raymond de 
Vilar, Raymond d'Urg , Jacques de Mora (de Murediné),. 
Raymond de Junya, Jean Fahena et Galcerand de Vilarig, 
chevaliers, Guillaume de Fùrques et Perpenya Roma. 

B. 55. (Liasse.) — 24 pièces, parchemin; latin. 

ilt99-IS44. — Domaine royal de Clayra. — Vente 
d*une pièce de terre pour le nouveau ruisseau qui conduit 
l'eau de Tura jusqu'à Clayra et Saiut-Hippolyte. — Testa- 
ment de Bérenger de Caldcrs, chevalier, de Clayra, et 
vente d'une colomine par les tuteurs de Raymond de Cal- 
ders, son fils, en faveur de Guillaume Eybri, marchand, 
de Perpignan. — Actes d*achat de propriétés situées dans 
l'adjacence de Sainte-Eugénie de Lebeia, contrats de ma- 
riage, quittances de dot et autres titres privés de la famille 
Blanquet, de Clayra; quittance de 15 livres couronnées de 
de Barcelone, faite par le père et le frère de Guai*sende, 
à Bernard Blanquet, qui avait promis de payer cette somme 
parce, que eam, ut dicitur^ cognoverat carnaliter ; — 
payement de Tallaitement d'un fils d'Antoine Blanquet, 
pendant un an sept mois et dix jours, pour 4 livres de 
dite monnaie dont 65 sous valent un marc d'drgent fin de 
Perpignan. 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 



35 



B. 56. (Liasse.) — 8 pièces, parchemin; 4 pièces, papier; latin. 

tlS9-i84t. — Accord entre Bérenger de Burgueset 
Raymond Batlle, de Vernet, au sujet d'ane vigne située à 
Perestortes. — Concession faite par Pons dllle, à Artald 
de Castellnou et aux autres seigneurs de Millas, du droit de 
prendre six meules (monnatas) d*eau au territoire de Ue- 
glella et de la conduire, à partir des moulins que ledit 
Pons doit construire à Nefiach, jusqu'aux moulins seigneu- 
riaux de Miilas ; les habitants de cette dernière ville auront 
une meule d'eau pour l'arrosage de leurs terres, le reste ap- 
partiendra aux habitants de Nefiach; — vente faite par 
Bernard d'Axat, chevalier de Reglella, à Pons de Vernet, 
seigneur de Millas, du droit d'établir la prise d*eau du 
ruisseau des moulins de cette ville entre deux propriétés 
dudit Bernard, au territoire de Reglella; — concession 
d'un manse, par le même, en faveur de Pierre Cerda, de 
Reglella. — Concession en emphytéose d'une briqueterie, 
avec porche et aire, près de la Tet, à Millas, faite par les 
procureurs royaux, avec un cens annuel de 100 tuiles. — 
Ventes : d'un censal de 15 sous sur un jardin de Saint- 
Estève-del-Monestir; — d'une vigne à Perestortes, tenue 
pour Pierre de Perestortes, chevalier ; — d'une maison, à 
Tautahull. — Déclaration des procureurs royaux, consta- 
tant que les tenanciers arrosants de la plaine de Rivesaltes 
ont construit à leurs frais le barrage de leur ruisseau sur 
la rivière de l'Agli et ont pourvu à son entretien, selon 
l'engagement qu'ils avaient pris à cet égard. — Supplique 
adressée à Jacques II, roi de Majorque, par les consuls de 
Tautahull, exposant que, selon l'usage de celte commune, 
ils payent le quart des olives pour les oliviers plantés dans 
les terres tenues pour le Roi, tandis qu'ils ne donnent que 
le onzième pour ceux des terres tenues pour Pierre de Pe- 
restortes, le prieur de Tautahull et les autres seigneurs; 
ils demandent, en conséquence, que le Roi réduise aussi 
cette redevance à ce dernier taux, pour que les terres 
tenues pour lui puissent s'améliorer et qu'il en retire des 
foriscapis (droits de lods) plus considérables ; — aveu féo- 
dal, fait par Bernard de Rivesaltes, fils du chevalier de 
même nom, qui reconnaît tenir pour ledit Roi, seigneur du 
château de Tautahull, divers droits d'agriers et autres rede- 
vances perçus au territoire de Perestortes et possédés an- 
térieurement par Jean Mascaros, de Rivesaltes, pour les- 
quels il fait tous les ans la moitié d'une albergue de trois 
chevaliers ; reconnu dans la maison du prieuré de Saint- 
Estève-del-Monestir, en présence des chevaliers Arnald de 
Lordat et Jean de Saint- Jean, conseillers, de Raymond de 
Pallarols et de Riquelm de Vernet, donzells et servants 
d'armes. du Roi, et de Bernard de Puig-Auluch, son se- 
crétaire. 



B. 57. (Liasse.) — 16 pièces, parchemin ; 1 pièce, papier; latin. 

ti94-iS**. — Domaine do Canet. — Vente faite 
par dame Saurimunda, fille de Bérengère de Juhègues 
et épouse de Ferrer du Soler, à Raymond de Canet, de 
tout l'honneur de Saint-Cyprien, qu'elle tenait de Raymond 
de Redorta, son premier mari ; — aveu de Pierre de Do- 
manova, reconnaissant tenir en fief pour Guillaume, 
vicomte de Castellnou, les églises dTlle, de Vinça, de Ro- 
pidera, d'Espira, d'Estoher, de Seners, de Mosset, de Fulhà, 
d'Anyer (?) et le lieu de Creu. — Donations faites par dame 
Stéphanie de Fulhà, épouse de Pierre de Bulela, k Guerald, 
son petit-fils, de sa forteresse de Fulhà tenue eu fief pou 
le prieur de Cornella, des lieux de Via et de Cavalera, et 
de tous ses autres biens, à l'exception de ceux de Belloch 
et d'Obag, qu'elle laisse à ses filles, ainsi que certains 
revenus de Via tenus en fief pour son seigneur Raymond 
de Canet. — Dame Raymonde, veuve de Raymond, donne 
à Guillaume de Canet, son fils, tous ses droits et revenus 
de Sainte-Marie-la-Mer, Canet et Calce. — Sentence 
rendue par Raymond Guilhem, sacristain de l'église d*Elne, 
délégué par le roi Jacques de Majorque, au sujet des droits 
et juridictions réclamés par Vidal-Arnaud de La Roca, 
contre Raymond de Canet, seigneur de La Roca de Vilech. 

— Réquisition adressée par Jazpert, vicomte de Castellnou, 
à Raymond de Canet, pour qu'il ait à reconnaître le fief 
des églises de Confient tenu par Pierre de Domanova, son 
prédécesseur. — Reconnaissance du fief de deux parts 
des dîmes de Porcinyans tenues par le chevalier Vidal- 
Guillaume de La Roca, pour le seigneur de Cantt. — Re- 
connaissance féodale des églises et biens de Confient dits 
de Domanova, faite au vicomte de Castellnou, par Arnald 
de Corsavi, pour les droits qu'il a sur ce fief en vertu du 
testament de Guillaume de Canet, ou d'une donation à 
lui faite par sa sœur Gueralda, épouse de Guillau>ae de 
So. — Quittances fournies à Hugues de Cantagrill, commis 
par le Roi à l'administration des biens, et droits des sei- 
gneurs de Canet : — de 10 livres pour 43 migers de blé 
dus par Raymond de GarJia, fils de Galcerand de Pinos; 

— de 3S0 sous dus par Raymond de Canet à Raymond 
d'Urg; — de legs ou dettes de Guillaume de C:inet, par 
Bernard de Saint-Mamet, donzell, Gaucelm de Vilallonga, 
chevalier, le sacristain de l'église de Mosset et le prieur 
d'Espira-de-l'Agli; — de sommes dues par Pons de 
Guardia, seigneur de Canet, à Pierre de Valiespirans, 
moine de Ripoll ; à Pierre d'Orle, uiarchand, de Perpi- 
gnan ; à divers habitants de Vilafranca-de-Penodès et de 
Vallmoll, arrêtés et rançonnés par ledit Pons au lieu dit 
Ciutat près d'Urgel, et à un marchand de Lérida à qui il 
avait extorqué 1,150 tournois d'argent et une mule ; à des 



36 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



habitants dePardines, dont il avait saisi les troupeaux ; au 
chapelain du château de Guardia et à des habitants de 
Buadella, pour dettes et dommages ; à Bérenger de Coll, 
chevalier de la vallée de Prats,5 livres prêtées à un donzell 
de sa maison t qu*il fit entrer dans Tordre (du Temple); ». 
à frère Raymond de Cuardia, de la ci-devant milice du 
Temple, frère dudit Pons, pour un legs que Thomasia, leur 
mère, avait fait à leur sœur Marquesa, alors abbesse de 
Saint-Marie de Vallaura. — Reconnaissance féodale du 
château de Mosset, faite à Guillaume de Canet, fils de 
Pons de Guardia, par Ademar de Mosset. — Vente faite au 
roi Sanche de Majorque, par Guillaume , vicomte de 
Canet, de tous les fiefs et arrière-fiefs par lui possédés en 
Cerdagne, Barida, vallée de Rib'es et Capcir, provenant de 
Tancienne famille de Pinos, pour 55,000 sous barcelonnais : 
lesdits fiefs consistant en général endtmesdans les lieux de 
Beders, Isogol, Samsor, Llivia, Gurguja, Dorria, Odello, 
Ger, Vilamanya, Campelles, Caborriu, Vilavedre, Palau, 
Anez, Vedrinyans, Valsera, Onzès et Caldegues. 

B. 58. (Liasse.) — 49 pièces, parcbemiD; 3 pièces, papier; latin. 

4 4 «9-1840. — Seigneurie de Castell-Rossello. — 
Engagement de deux récoltes d'une vigne située à Cabes- 
tany, par Pierre de Castell-Rossello, pour 12 sous rossels, 
« en comptant la valeur de 13 rossells pour 12 meli/urs ; » 
— inféodâtion de la dîme de Vilallonga-del-Mont à Bernard 
deSaragossa, par Raymond de Castell-Rossello ; — dona- 
tion du fief du château de Juhègues tenu pour le seigneur 
de Castell-Rossello, à Pons Pauc, son oncle. — Vente d'une 
vigne située à Bajoles, en faveur de dame Raymonde, veuve 
de Pierre de Camerada, de Perpignan. — Ventes, conces- 
sions et reconnaissances de propriétés diverses au territoire 
deGastell-Rossello,tenuesendirecteseigneuriepourBéatrix, 
veuve de Guillaume de Castellnou et pour Arnald de Cas- 
tellnou, leur fils, seigneurs de ce château. — Requête 
présentée à Pons de Caramany, lieutenant du roi Sanche 
de Majorque, par Arnald de Castellnou, se plaignant d'une 
invasion armée qui aurait été faite par le viguier de Rous- 
sillon dans le château d'Ultrera, sous prétexte d'y arrêter 
des malfaiteurs étrangers que ledit Arnald y aurait recueil- 
lis; avec la réponse de Pons de Caramany déclarant que le 
Roi a le droit de poursuivre dans ce château et sur tout 
autre point du Roussillon lesdits malfaiteurs accusés d'avoir 
commis des assassinats en France, et sommant ledit Arnald 
d'avoir à les livrer immédiatement, sans quoi il sera pro- 
cédé rigoureusement contre lui, ses biens, ledit château 
d'Ullreraet les rebelles. — Suppliques adressées à Pierre- 
Raymond de Codalet, majordome du roi Jacques II de 
Majorque^ par le procureur de dame Marquesia, veuve 



d' Arnald de Castellnou, incarcérée dans les prisons de la 
viguerie de Perpignan, ainsi que son fils, Raymond de Cas- 
tellnou, seigneur de Castell-Rossello, sa fille Éléonore, et 
les gens de sa maison, sous l'inculpation d'avoir mis ou fart 
mettre le feu aux moulins dits d'En Gasald ; il y est dit que 
cette affaire étant purement civile et les inculpés étant 
de telle condition qu'ils ne peuvent être détenus en pa- 
reille prison, on doit les mettre en liberté, sous caution. 

B. 59. (Liasse.^ — 16 pièces, parchemin; latin. 

II99-I800. — Contrats divers d'habitants de Per- 
pignan. — Contrat de mariage « selon la coutume des 
« chrétiens, » entre Pons et Flandina, fille de Pierre et de 
Narbonna, avec dot, pour celle-ci, de deux maisons situées 
dans le « diocèse (paroisse) de Saint-Jean de Perpenya; » 

— engagement d'un champ au lieu dit Herber^ pour 
12 sous melgureses. — Donations : d'un manse dans la 
ville de Perpignan, sur la strata publica qui va de Saint- 
Jean au Mercadal; — d'un sol pour y construire un inanse^ 
en faveur de Pierre de Gallag. — Engagement d'un jardin, 
en faveur de Bonet, qui est appelé Bisbe (episcopiis), et 
de son épouse, pour 84 sous de monnaie melguriensis 
qui seront remboursés de unas carnestoltes Xlme (carême) 
in alias. — Concession emphytéotique de deux pièces de 
vigne au territoire de Malloles, faite par Bérenger Tizon, 
de Tuluges, avec l'autorisation de Gombald de Malloles et 
de Raymond Sacrista. — Engagement d'Un manse, en 
faveur d'Etienne Sabors ; — donation de propriétés à 
Perpignan et à Malloles, entre autres une pièce de terre 
près de l'étang Godo)\ pour cause de mariage entre Béren- 
gère Menget et Jean Pascal ; — engagement d'un ouvroir 
à Perpignan, en faveur de Pierre Bord. — Constitution de 
dot faite par Arnald Batlle à son fils Bernard-Arnald, à 
l'occasion de son mariage avec Stephania, fille de Clerana, 
épouse dudit Arnald, ladite dot consistant en un manse à 
Perpignan, diverses créances à Salses, et 700 sous bar- 
celonais entre Texnères (Tanyères) et Malpass (Bonpas). 

— Pierre-Raymond Coc reconnaît que Pierre Boffill (Bono 
Puero) fils de Jean Peregri a dépensé 600 sous bacelonais 
pour améliorer quatre bordes et un champ qu'il lui a en- 
gagés. — Concessions: d'un pâtus, par Martin de Trilar, 
bailli de Perpignan pour le roi d'Aragon; — d'une maison 
située dans le « Manse d'en Serra » près de la « porte de 
N'Albenca, » par Bérenger de Palma, sacristain de Saint- 
Jean, avec lods de Pierre Adalbert, bailli de Perpignan 
pour le roi de Majorque; — d'un jardin, par Raymond 
d'Ur, de Perpignan; — d'un terrain pour bâtir des mai- 
sons, en faveur de Guillaume Tholosa, tisserand, par les 
procureurs royaux. — Reconnaissances de liradors (ter- 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 

rains pour étendre ou faire sécher les draps),faitespardes 
pareurs de Perpignan, en faveur de Jacques de Mora, che- 
valier, et de Ferrer Oiiba. 

B. 60. (Registre.) — in-4<>, 95 feuillets, papier ; latin. 

tSOS. — Procès- verbal dressé par trois commissaires 
délégués par le roi de Majorque^ à Toccassion d'un procès 
entre les propriétaires des redevances et autres droits perçus 
dans la partie de la ville de Perpignan appelée Coiomina 
d'Ën Comte de Saises, lesdits commissaires « étant allés 
de maison en maison, pour voir quels sont ceux qui possè- 
dent et occupent des maisons, des pâtus et des manses 
dans ladite Coiomina, en commençant par la maison de 
Jean Baslit : ladite visite comprend les coronels ou quar- 
tiers dits d'Ën Bastit, de Jacques Batiner, cordonnier, de 
Pierre Gasch, peaussier, de Pierre Oler, poissonnier, de 
Raymond d'Orle deMalloles, de Bérenger Fabre, meunier, 
de Raymond Mir, de Pierre Serda, de Bernard Sabater et 
d*Ën Asaut : — exhibition des actes de concession ou 
d'-achat et autres titres de chaque propriété ; — les Frères 
de Captifs établis dans le quartier d*Eu Bastit, « ont pré- 
« sente un acte fait au nones de Janvier Tan du seigneur 
< 1227, par lequel Pierre Comte de Salses, par pure libé- 
« ralité et en rémission de ses péchés, donne au seigneur 
« Dieu et aux pauvres qui sont appelés Pauvres de la Mi- 
« séricorde, et à frère Pierre Nolach, recteur desdits pau- 
« vres, 5 cannes et 3 palmes, mesure de Montpellier, d*un 
c pfttus -qu'il avait eu Tadjacence de Saint-Jean de Perpi- 
« gnan » ; un acte de vente d*un manse avec toutes ses 
dépendances dans le même quartier, faite ei^ 1262 pai* 
r Aumône de Perpignan à frère Guillaume de Bas, com- 
mandeur de la maison de Perpignan pour la Rédemption 
des captifs, etc. 

B. 61. ^Liasse.) — iS pièces, parchemin; i pièce, papier; laliii. 

IS09-tS49. — Ventes et contrats divers concernant 
des maisons et autres propriétés situées à Perpignan, avec 
lods des baillis royaux de cette ville, Bérenger de Saint- 
Paul et Pierre de Mosset, donzell ; — ventes : d'un ouvroir 
ou table de mercerie, en faveur de Guillaume de Boscaros ; 
— d'une citja ou fosse à blé, par Huguet de Bellvesi^ juris- 
consulte ; — d'une maison située au Puigde Saint-Jacques, 
en faveur d'un tisserand, « attendu que le roi Sanche a 
« ordonné que les tisserands devraient tous habiter dans 
« ce quartier. ^ — Réductions de censives, et concessions 
faites par les procureurs royaux : d'une ortolanie ou 
caulaceria située sur la place que le roi Sanche a fait 
construire à Perpignan près du Macell, à la requête et 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 37 

grande instance des jardiniers de cette ville ; — d'une 
table sur la place de la Poissonnerie neuve, pour y découper 
et vendre toutes viandes, à l'exception de celles de chèvres 
et de brebis et des viandes malsaines et dont la vente est 
interdite sur les autres places. — Testaments : de Saurimun- 
da, veuve de Raymond Aurer, bourgeois de Perpignan, in- 
stituant héritier universel son frère Guillaume de Cugugnan, 
seigneur de Calms ; — de Bevenguda, épouse de Bernard 
Masada, travailleur, de Perpignan, portant legs à sa fille 
d'une terre située au lieu dit la Cava d'En Guinard. — 
Requête adressée à Bérenger de Vilâragut, lieutenant du 
roi de Majorque, par les fermiers des droits d'imposition 
de la ville de Perpignan, afin de soumettre à la taxe les 
couleurs employées par les teinturiers de cette ville pour 
la teinture des étoffes. 

B. 62. (Liasse.) — SI pièces, parcheinîo ; latin. 

I9S9-I88S. — Aveu féodal de Marguerite, veuve de 
Guillaume Roig, boucher d'Ëlne, et de ses deux fils, se 
reconnaissant hommes propres et solius de Guillaume de 
Puig-d'Orphila, de Collioure ; — acquisitions et reconnais- 
sances de terres à Elne, en faveur de G. de Puig-d'Orphila; 
— concessions : d'ouvroirs et de tables de pareurs dans 
la rue de la Parayria Nova de Perpignan, faites par le 
même ; — d'un cortal à Collioure, par Jacques de t^uig- 
d'Orphila, et dame Alamanda, sa mère. — Reconnaissances 
d'emplacements dits tiradors, par des pareurs de Perpignan, 
en faveur de Ferrer Oliba, bourgeois, et de Jacques de Mora, 
chevalier. — Ventes de maisonsdansla même ville, tenues 
en directe seigneurie, pour Pierre Scarrer, marchand, 
Guillaume Faba, jardinier, Bernard Marti et Bernard Sa- 
quet, bourgeois, Jean de N'Audiartz et dame Agnès, veuve 
de Vilar, chevalier, de Torrelles. — Partage delà succession 
de Pierre Roma, marchand de Perpignan, entre ses sœurs 
Garsende, veuve de Bernard de N'Audiartz, Jeanne, veuve 
de maître Pierre Geli, chirurgien, Marie, veuve de Jacques 
de Saint-Nicolas, marchand de Montpellier, et les enfants 
mineurs de Perpenya Roma, frère du défunt. — Vente 
d'une maison située au Puig de Perpignan, par Salomon 
Mosse,juif, habitant de cette ville. — Donation de diverses 
rentes sur des maisons de Perpignan, en faveur de Pierre 
Durband, par son frère Raymond, fils et héritier uni- 
versel de Bernard Durband, familier du roi de Marjorque. 

B. 63. (Liasse.) — 17 pièces, parchemin; latin. 

1140-4841.— Malloles et Orle. — Concession de 
deux vignes situées au territoire de Malloles, par Arnald 
Pons et Saura, son éoouse, à la condition, pour le tenan- 



38 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

cier, de les travailler et de porter le quart de la récolte à la 
maison du concessionnaire, dans la villa de Malloles; — 
engagement d'un champ situé dans les adjacences de 
Sainte-Marie de Tuluges et de Saint-Ëtienne d*Orle, tenu 
pour Arnaid d*Orle, Ârnald de Sainte-Eugénie et Guerald 
d'ille ; — vente d'une vigne à Malloles, en faveur de Bé- 
reager Sinfre et de son épouse Bona Domina. — Engage- 
ments : d'un moulin situé à Orle, par Pelegri de Malloles et 
Ermengarde, son épouse, en faveur d'Arnald Mestre, avec 
l'autorisation d' Arnald d'Orle et de ses frères; — d*un 
jardin, par Arnald d'Orle et Béatrix, son épouse ; — du 
bailliage d'Orle, en faveur d' Arnald Toisa, par Pons d'IUe 
et Arnald de Malloles, son frère, pour 100 sous barcelo- 
nais qui seront remboursés au besoin en morabatins marins 
ou melechins de bon or et juste poids de Perpignan, en 
comptant un morabatin pour 7 sous barcelonais (novem- 
bre 1191). — Engagement pris par Guillaume de Canet, 
portant que Gerdana, son épouse, ne réclamera aucune 
partiede l'boaneur d'Orle vendu à Guillaume de Montes- 
quiu ; — vente de droits sur deux vignes situées à Orle, 
par Pierre-Raymond de Malloles, fils d'Ermengarde Pele- 
grina, en faveur d' Arnaid Toisa, de Malloles ; — contrat 
de mariage de Saura Paiesa, du Soler, et de Bernard Cerda, 
d'Orle, avec don de deux terres dont une située au lieu dit 
ValUs aurea^ au territoire d'Orle ; — vente d'une cave 
avec ciga située dans la cellera d'Orle, avec lods de Guil- 
laume de Montesquiu et de dame Saurina, veuve de Ber- 
nard de Montesquiu ; — donation faite par Arnald de Mon- 
tescot, chevalier, seigneur d'Oms, à son fils Bernard d'Oms, 
de tout Thonneur d'Orle qu'il avait acheté de Bernard 
Guilhem de Villefranche et qu'il avait déjà donné à feu 
Bernard d'Orle, fils dudit Arnald. — Bail à ferme des 
droits et revenus possédés h Orle par Jaubert Du Soler, fils 
de Guillaume Du Soler. — Confirmation par le procureur 
du roi d'Aragon, en faveur de Sautell, juif, fils de Mosse 
Samiely de la vente d'une colomina située au territoire de 
Saint-Étienne (del Monostir?), faite jadis à Samiel Vidal, 
grand-père dudit Sautell, par Guillaume de Montesquiu. 
— Ventes de vignes au territoire de Malloles, l'une tenue 
pour Guillaume Savina, jurisconsulte, l'autre située au 
lieu dit Coyl d'Aus, tenue pour Jean Agost, de Perpi- 
gnan. 



B. 65. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin; latin. 

lilS-IS^O* — État des engagements faits en faveur 
d'Arnal-Bernard , feudataire de Reimund Deusde, entre 
autres par Pierre-Bernard Tidu, chevalier, à Toluges, Orle, 
Canohes et au Soler : et isti denariis sunt rossellos, et va- 
lent LX. solidm de isti denariis prescnpti, wiam libram 
de plata fma. — Engagement de droits sur un manse du 
Soler, avec l'autorisation de Ferran Du Soler et de son 
frère, Guillaume Jorda ; — contrat de mariage d'Ermen- 
garde Barona et de Pierre d'Cxons, avec donation de pro- 
priétés à Toluges et au Soler, tenues pour Guillaume JorJa, 
archidiacre (d'Elne) ; — vente d'un moulin situé au Soler« 
faite à Ferrand Du Soler, chevalier, par Bérenger Pelfort, 
du Soler-d'Amont, avec réserve de droits seigneuriaux en 
faveur de l'évêque d'Elne et de dame Geralda de Vilarnau. 
— Ventes : d'un mallol situé à PoUestres, tenu pour Gar- 
sende, épouse de Pierre Salvat, maçon, de Perpignan; — 
des récoltes d'une vigne située à Toluges, pendant trois ans; 
le tenancier devra chaque année podare^ cavare, magen- 
care et scaucelare et omnia alia dccencia facere in dicta 
vinea. 

B. 66. ^Liasse.) — 17 pièces, parchemin; latiu. 



B. 64. (Registre.) — In-folio, 10 feuillets, parchemin; latin. 

I899-IS85. — Actes de vente de pièces de terre si- 
tuées en l'adjacence de Sainle-Marie-de-Tuluges, au lieu 
dit Estany, en faveur de Ricolf Oliba, bourgeois de Perpi- 
gnan, presque toutes tenues pour le roi de Majorque, avec 
lods des procureurs royaux, Raymond Tholosa et Jacques 
Rusquet. 



4I4«-IS«1f. ^ Thuir et Sainte-Colombe. — Vente 
d'un manse situé in comitatu BatsUlionensi (Besalu), en 
l'adjacence de Saint-Picrre-de-Thuir, pour 6 sous rossels ; 
— sentence rendue, in foro de- Tuir, par le Conseil des 
probi homines^ composé de Guillaume-Bernard de Para- 
cols, Arnald, archidiacre d'Elne, Raymond de La Tour, 
Raymond de Montpaiau et deux autres, condamnant Pierre 
de Vallcrosa à faire hommage à Bérenger d'Avinyo, pour 
la colomina dite du Lac. — Vente d'une terre située dans 
la vicomte de Valiespir, au territoire de la villa de Cerubi 
daual (Curubi). — Contrats divers relatifs à des propriétés 
situées à Sainte-Colombe, Thuir et Llupia, tenues en di- 
recte seigneurie pour Bernard de Palauda, chevalier, 
Raymond de Palauda, donzell, et Raymond, fils de ce der- 
nier, seigneurs de Sainte-Colombe. — Prorogations accor- 
dées par les procureurs royaux à Guillaume de Galiinères 
et à Raymond Xatmar, chevaliers, pour le payement de 
60,000 sous dus au roi de Majorque par Gerald de Roca- 
berti et pour lesquels ils s'étaient engagés à rester en otage 
dans la ville de Thuir jusqu'à complet payement. — Obli- 
gation de ilâ livres faite par Pierre Mas, de Thuir, au roi 
Jacques U et à Philippe de Majorque, son oncle et tuteur, 
pour la ferme du moulin royal situé près de la porte de la 
Font, à Thuir. 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. - 
B. 67. (Liasse.) — 23 pièces, parchemin ; latin. 

t994-tS4S. — Ventes, réductions de cens, et con- 
cessions en emphytéose de diverses propriétés situées à 
Vilanova-de-Raho, tenues, les unes en franc-alleu, d'autres 
pour Pierre Adémar, Guillaume Guitard et Etienne Jau- 
bert, de Vilanova, le fils de Pons Canohes, familier du roi 
de Majorque, maître Guiraudde Riu, jurisconsulte de Per- 
pignan, et Bernard Besaldun, de Villefranche-de-Conflent; 

— aliénations d'une aire et autres parcelles de terre, pro- 
venant de la maison des lépreux de Vilanova, faftes par 
les procureurs et syndics de cette communauté. 

3* 68. (Liasse.) — 15 pièces, parchemin; latin. 

4499-I890. — Testament de Raymond Oliba, por- 
tant legs de terres à l'église de Saint-Étienne-Villerare (sic). 

— Engagements : des moulins dits de Salzig, au territoire 
d'Elne ; — de toute la batezo (récolte de blé) de la ville de 
Boaça, par Amald Gauzbert, fils d'Arnald de La Tour et 
petit-fils de Guillaume de Salses. — État de l'honneur, des 
usages et cens possédés au territoire de Saint-André-de- 
Bages, par Arnald Sigfred, de Malloles. — Sentence arbi- 
trale, rendue par Guillaume Jorda, archidiacre de Gonflent, 
Guillaume de Vflarasa et autres, entre Pierre de Torrelles 
et Bernard d'Alenya, au sujet de l'honneur possédé jadis à 
Boaça par Raymond de Redorta. — Vente d'un jardin à 
Vilarasa, tenu pour dame Béatrix de Vilarasa. — Conces- 
sion en emphytéose d'un manse et masade ou borde situés à 
Saint-Nazaire, par Guillaume Adalbert. —Aliénation d'une 
terre située à Banyuls-dels-Aspres, vendue « comme pur 
« et franc-alleu, » et néanmoins confirmée par le seigneur 
Dalmau de Rocaberti qui hoc laudavit et firmavitpro alodio 
francho et habuit suumjus (1271). — Ventes : d'un pâtus 
dans la ville basse d'Elne, tenu pour Seguier de Peraper- 
tusa ; — de deux jardins, en franc-alleu, situés à Alenya 
et baillés à cens par l'acquéreur, Guillaume de Pujol, ci- 
toyen d'Elne; — d'un champ en franc-alleu, dans l'adja- 
cence de Saint-Étienne-de-Vilarasa. — Concessions emphy- 
téotiques : d'une terreàElne, par Pierre Caner; — de 
trois éyminates de champ au territoire de Mossellos, par 
Guillaume de Puig, donzell, seigneur du château de Mos- 
sellos. — Vente d'un champ en franc-alleu au territoire de 
Saint-Martin-de-la-Riba (sur Tech), avec lods de Bérenger 
de Perapertusa, seigneur d'Ortafa, qui renonce à tous 
droits de borde ou de masade sur cette propriété. 

B. 69. (Registre.) — In-4o, 23 feuillets, parchemin; catalan. 
iSOO. — « En lany M. CGC. fonc fet aquest libre de 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 39 

« les rendes que lo S. Rey pren al castell de Gobliure. 
« Primerament los forns de Gobliure, etc. » — État et tarif 
des droits et revenus du roi (de Majorque) dans la ville de 
Collioure : leude de terre, dîme du poisson, droit de bou- 
cherie ; le roi a la langue et 8 deniers de tout bœuf, vache 
ou veau, tué ou vendu à Collioure ; — droits sur les grains, 
les olives, les fours, la scrivania (greffe), la justice, les 
lods, etc. — Leude du sel ; — leude de mer : tout juif ou 
sarrasin paye 1 sou ; — droits sur les draps d'Avignon, de 
Lérida, de Gênes, de France, de Rras (Arras?); figueis 
d'Alacant, de Tortosa, de Dénia, de Malica, de Mallorca et 
de Valencia ; alun de Canigo, « obra de terra de Barcelona, 
« obra de terra de Melica; » — tout marchand doit pré- 
senter sa monture une fois l'an, quand il vient de Catalo- 
gne ; — droits sur les vins : une obole par migerole de vin 
de Marseille, 8 deniers par muid de vin de Tarascon ou d^ 
Roussillon, 8 deniers et une obole par muid de vin de Nar- 
bonne, 5 deniers pour celui d'Agde, un denier par chargé 
de vin de Collioure ; — le botatge se prend comme il suit : 
le Roi prend 1 denier pour chaque charge de vin qui sort 
par terre, et une maille pour chaque barrai, et cela ne s'ci - 
tend que des étrangers, car les gens de cette ville ne payent 
rien. On ne paye rien non plus pour 1& vin tiré de Collioure 
ap artenant aux chevaliers, aux ecclésiasiiques, au Temple, 
à l'Hôpital ou à quelque maison religieuse. 

B. 70. (Liasse.) — 2 pièces, parchemin ; i pièce, papier ; latin. 

tS9ft-t849. — Enquête testimoniale faite, à la re- 
quête de Jean de Banyuls, contre les fermiers du maneg 
(dîme) du poisson perçu par le Roi à Collioure, au sujet 
d'un dauphin péché dans le ^ bras > ou partie de mer appelé 
Calaso ; sentence du juge de Collioure déclarant que les- 
dits fermiers n'ont aucun droit sur ledit dauphin, ni sur les 
poissons péchés dans ladite partie de mer qui appartient 
en propre et franc-alleu audit Jean de Banyuls. — Enquête 
testimoniale faite par deux écrivains de Collioure, à la re- 
quête du procureur royal Raymond Tholosa, au sujet de la 
perte que prétendait avoir éprouvée le fermier du mesu- 
rage de cette ville (1336); il en résulte que, dans les deux 
dernières années, il y a eu grande abondance de blé en Rous- 
sillon ; il y a eti pour ce motif, et aussi par crainte de la 
guerre des Gfrtfois, peu d'arrivages étrangers : un navire 
chargé de froment de Thonis (Tunis), et un autre de Sicile, 
pour Jean Barrera et Pierre Taverner, de Perpignan; parmi 
les dépositions, se trouve celle de Jacob Fresol, juif de Col- 
lioure. — Donation de tous biens meubles et autres, faite 
par Rotland Quatre, fils d'Asselm Quatre, de Collioure, en 
faveur de son oncle Pierre-Asselm Quatre. 



&0 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



B. 71. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin; latin. 



I990-tS8S. — Actes de vente : d'une pièce de terre 
et d'une maison à Angeles, tenues pour le roi de Majorque; 
-»— d'une borde dite d'En-Arnald-del-Pui^? située an terri- 
toire de La Roca-d'Albera, en faveur de Guillaunie Roig, 
de Torrents, sauf le droit du roi en un carton d'avoine et 
2 sous de cens annuels, 3 sous pour la perna (jambon), 
18'deniers pour l'agneau niajench, 6 deniers pour le guet 
(gueyta), et une paire d'œufs chaquQ vendredi, depuis le ven- 
dredi saint jusqu'à la fête de Saint- Jean de juin ; le onzième 
des raisins des vignes de ladite borde, le huitième des rai- 
sins et olives du quinta^ la taxe et le brassage des autres 
récoltes et le droit de lods, pour le roi et pour le donzell 
Pierre de Saint-Martin ; — d'une eyminale de terre dite 
Camp-Jel-Aur, située à Montesquiu, par Bernard de Tor- 
ques, donzell, en faveur de Bérenger du Mas-d'Amont, avec 
lodst de Guillaume de Perapertusa, chevalier et châtelain 
du château de Montesquiu pour le roi de Majorque ; — 
d'une autre terre au même territoire, avec lods de Michel 
Amarcll, procureur royal. 

B. 72. (Liasse.)" 9 pièces, parchemin; latin. 

HLl* 0ièele-49a9. — Vicomte de Castellnou. — 
Prestation de serment et hommage à Guillaume, vicomte 
(de Castellnou) et archidiacre (vicecomite vel archidiacono)^ 
(ils de Vidiana, par Raimund Bracads, fils de Bellissendis, 
pour les castels de Castellnou, de Pena, de Montdon (Mont- 
dony) et de Sserralonga (sic), — Vente d'une terre en franc- 
alleu au territoire de Ponlella, par Pons de Polestres. — 
Hommages prêtés à Guillaume, vicomte de Castellnou, fils 
de Saurina: — par Arnald et Pons de Santa-Fe, pour leur 
château de Sainte-Marie de Montauriol de la Vila d'Amont; 
— par BuTuard-Hugues de Serrai ionga, fils de Raimurida, 
pour les châteaux de Montdony, de Serrallonga (;t de Cas- 
tellnou; — par Guillaume Basto, d'Ortafa, pour son fief 
ou honneur d'Ortafa. — Enquête testimoniale reçue par 
Pons Pauc et P. de Vilallonga, clerc, commis par Pons- 
Hugues, comte d'Empories, pour savoir si les droits de 
Guillaume de Castellnou sur le lieu de Saint-Feliu-d'AvalI 
lui venaient de son titre de viguier de Vallespir; les té- 
moins produits constatent que ledit Guillaume avait donné 
cette terre à sa fille mariée avec Bérenger de Botonac qui 
en avait été expulsé, au nom du roi d'Aragon, par Pons de 
Santa-Fe. — Vente de tous les droits et revenus possédés 
par Dalmau de Castellnou au territoire de Saiute-Mariede- 
Juhègues, ainsi que du castrum sive locum in qu» consuevit 
esse castrum ipsins loci , en faveur de l'infant Jacques, 
héritier de Majorque, pour 2,250 sous barcelonais. — Acte 



par lequel Guiliema Martina, épouse de Bernard Du Puig, 
se reconnaît femme propre et soUutty ainsi que tous ses 
descendants, du chevalier Ermengaud Des Fonts, pour une 
demi-masade qu'elle possède au lieu dit ad Coryuncta dans 
ladjacence de Sainte-Colombe (sur Thuir). — Testament 
de Jauzbert, vicomte de Castellnou, par lequel il institue 
héritier son frère Guillaume, et fait manumisseurs son 
second frère, évêque de Gerona, Tévêque de Valence et le 
comte d'Empories : fait à Valence, en présence de Bernard 
de Grexel, chevalier, Guillaume de Corbo, chevalier, Pierre 
de Girona, écuyer, et Barthélemi del Castell, témoins ici 
écrits de la main de Técrivain soussigné, cum ipsi tiesciant 
scribere. 

B. 73. (Liasse.) — 10 pièces, parchemin; latin. 

ttU9^ÈM99. — Vicomte de Castellnou. — Cession 
de tous les droits d'hommage et de services réels ou per- 
sonnels auxquels les hommes de Salses et de Barres sont 
tenus envers Guillaume, vicomte de Castellnou, en faveur 
de son frère, Dalmau de Castellnou, garantie par frère 
Arnald de Castellnou, maître du Temple en Aragon et 
Calalogne, et par Jausbert de Botenach, abbé de Saint- 
Félix-de-Gerona. — Concession de deux terres situées à 
Sainte-Colombe (sur Thuir), par Ermengaud Des Fonts, 
chevalier. — Confirmation des droits justiciers et autres 
de la vicomte de Castellnou, par Tinfant Jacques de Ma- 
jorque, en faveur du vicomte Guillaume. — Hommages 
et reconnaissances féodales en faveur du même vicomte : 
par Guillaume de l'Hospital, de Rigarda, pour tout ce qu'il 
possède au lieu appelé Vilarzel dans la paroisse de Sainte- 
Colombe de Montauriol ; — par dame Béatrix de Llauro 
et dame Blanche, sa fille, épouse de Bertrand dTlle, pour 
le fief honoré du château et de la força de Llauro ; — 
par Ermengald de Llupia, fils et héritier de dame Fina et 
de Gaucerand de Céret, pour « le château et força du lieu 
€ de Montauriol-d' Amont, situé dans la paroisse de Sainte- 
« Marie dudit Montauriol en Vallespir, » et pour la moitié 
du château de Llupia dont l'autre moitié est possédée par 
indivis par Arnald de Llupia, fils de Bernard de Llupia. 
— Concession faite par dame Ava, épouse de Guillaume, 
vicomte de Castellnou, en faveur de Vallespir del Perer, 
« de la devèse des poissons » de la rivière du Perer, dans 
la paroisse de Saint-Pierre-de-Cérel, depuis le moulin d'En- 
Savina jusqu'au lieu appelé jadis moulin du Mas-del-Bosc, 
avec défense à toute personne, même audit vicomte, de 
pêcher dans cette devèse; plus, de toute la foresterie ou 
garde du Bois-Majeur.de Céret confrontant avec la forêt de 
Rayners, dans lequel personne ne pourra couper du bois 
01 des arbres » sans votre autorisation, excepté nous et ledit 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — 

seigneur Guillaume pour notre usage, ainsi que les habi- 
tants de Céret et de sa paroisse qui en ont eu i*usage jus- 
qu'à ce jour. — Défense faite par le procureur de Jausbert, 
vicomte de Castellnou, à Eymeric de Bellvesi, de payer à 
noble dame Âva, mère dudit vicomte, les droits de lods 
dus pour l'acquisition des biens possédés à Vernet par 
dame Guillema de Novelles, attendu que ces biens sont 
tenus en fief pour ledit Jausbert. — Hommage féodal fait, 
junclis manibus et ore obsculando, à Ava, veuve de Guil- 
laume de Castellnou et dame de Céret, par Sibille, veuve 
de Guillaume de Durban, chevalier, pour un lîef de quatre 
manses et une colomine situé à Ortafa, tenu précédemment 
par Pons d'Ortafa, premier mari de Sibille, pour Pons de 
Vernet, père de la vicomtesse Ava. 

B. 74. (Liasse.) — 25 pièces, parchemin; lalin. 

4t99-IS09. — Vicomte de Castellnou. — Aveux 
féodaux faits à Jazbert, vicomte de Castellnou, par Aruald 
Du Soler, donzell, fils de Ferrand Du Soler, chevalier, pour 
ses possessions du territoire dit de Saint-Pierre , adja- 
cence de Sainte-Eugénie, au-dessous du château du Soler ; 
— par Arnald-Bertrand de Gorbera, donzell, au nom et 
comme tuteur de Berengcr de Gorbera, son neveu, pour 
le château de Gorbera, tenu en fief honoré, avec promesse 
de défendre ,ce château contre tous les gens du monde, 
sauf le seigneur roi, Tévêque d'Elne et le seigneur de 
Gortsavi; — par Dalmau des Fonts, fils d*Ermengald, 
pour son fief du Vilar de la Rocha dans la paroisse de 
Gamèles, avec obligation de fournir une bête d'host ; — 
par Bérenger d*Oms, chevalier, fils de Bernard, seigneur 
d'Oms, pour huit manses et deux bordes dans la paroisse 
de Saint-Jean- d'Oms; — par Bérenger d'Oms, chevalier, 
seigneur de Galmella, pour ses dîmes, droits justiciers et 
autres sur divers manses des paroisses de Saint-Pi erre-de- 
la-Serra, de Galmella et de Telet; — par le chevalier Arnald 
de Llupia, pour la moitié du château et des dîmes de Llu- 
pia. — Charte de Jacques II, roi d'Aragon, renonçant en 
faveur de Jazpert, vicomte de Castellnou, aux obligations 
imposées à ce dernier par le roi Alphonse II d'Aragon 
lorsqu'il lui fit don des châteaux de Galp et d'Altea dans 
le royaume de Valence, châteaux que ledit vicomte vient 
de vendre à Roger de Loria, amiral du roi d'Aragon, pour 
60,000 sous royaux de Valence.— Inféodations : des jus- 
tices civiles de Montauriol-d' Amont, en faveur d'Ermen- 
gald de Llupia ; — de celles du château de Gorbera, en 
faveur de Pierre-Raymond, seigneur dudit château, par 
le vicomte de Castellnou. — Vente des droits de leude, 
péage, pacage, directes, seigneuries et autres redevances 
possédés à Salses, en son étang et ses fontaines, et au 

Pyrénées-Orientales. — Série B. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 41 

lieu de Barres in quo consueverunt esse villa et castrum^ 
faite par Dalmau de Castellnou, avec le consentement de sa 
sœur Saurina de Besses, et de son épouse Beatrix, en 
faveur de Guillaume de Saint- Vincent, chevalier, de Bé- 
renger Sa-Riera, citoyen de Barcelone, etdeBerenger-del- 
Mas, chanoine d'Urgell, pour 24,000 sous barcelonais de 
tern ; revendus deux ans après au roi de Marjorque, pour 
40,000 sous barcelonais de tern; — obligation du vicomte 
Jaspert, pour faire valoir ladite vente. — Hommage féodal 
prêté par vingt-neuf habitants du château de Vernet, et par 
le bailli du lieu, Jean Faseua, à Jazpert, vicomte de Cas- 
tellnou ; — concession d'une terre au territoire de Vernet 
par ledit seigneur, en faveur d' Arnald Trauer, juriscon- 
sulte de Perpignan. 

B. 73. (Liasse.) — 9 pièces, parchemin; lalin. 

4S09-IS94. — Vicomtéde Castellnou. — Concession 
en fief honoré des droits d'albergue et de pacage de Pezilla 
et de Cornella-de-la-Rivière, faite par Jazbert, vicomte de 
Castellnou, à Huguet Sapor, bourgeois de Perpignan, avec 
un prix d'entrée de 7,000 sous barcelonais; — reconnais- 
sance féodale des justices civiles et criminelles, mère et 
mixte empire de la vicomte de Castellnou et de toutes ses 
dépendances, faite au roi Sanche de Majorque. — Aveux 
féodaux faits audit vicomte : par Raymond-Andreu d'IIle, 
pour tout ce qu'il possède à Saint-Feliu d'Amont et 
d'Avall ; — par Bérenger de Perapertusa, donzell, sei- 
gneur d*Ortafa, pour quatre manses et une colomine tenus 
pour l'ancienne famille de Vernet et pour leur héritière 
Ava, mère de Jazbert de Castellnou. — Ventes de terres, 
â Vernet. — Saisie de la seigneurie de Pontella par le vi- 
guier de Roussillon, et ordonnance du roi Sanche, rendue 
à la requête du vicomte Jazbert, portant que François 
d'Anglada, marchand de Nîmes, sera mis en possession 
dudit lieu, conformément à la décision dudit vicomte qui 
lui devait une certaine quantité d'argent, — Lettre du roi 
Sanche à Bernard Guilhem, seigneur de Toren et viguier 
de Roussillon, rappelant qu'après le décès de Jazbert, vi- 
comte de Castellnou et pour le payement de ce qu'il devait 
audit roi, les châteaux de Saint-Feliu d'Amont et d'Avall 
ont été vendus pour 5,275 livres ; mais comme il est en- 
core dû 2,000 livres à Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille, 
sur la succession dudit Jazbert, parce que celui-ci n'avait 
pas tenu la promesse qu'il avait faite de marier sa fille, 
Francisca de Castellnou, avec le fils dudit vicomte d'Ille, 
il est ordonné de faire vendre aux enchères publiques les 
droits de fief possédés jadis par les vicomtes de Castellnou 
sur les châteaux de Gorbera et de Llupia; —vente du droit 
de fief sur le château de Gorbera, en faveur de Pierre de 

6 



42 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIEiNTALES. 



Fonollet, vicomte d'Ille, pour 15,000 sous barcelonais. — 
Lettre de Pierre de FonoIIetà dame Agaès, veuve de Pierre- 
Raymond de Corbera et tutrice d*Aruald de Corbera, son 
fils, lui enjoignant de le reconnaître comme seigneur suze- 
rain du château de Corbera et comme successeur du der^ 
dernier vicomte de Castelinou, en vertu de Tacquisition 
qu'il vient de faire dudit château (en catalan) ; — refus de 
la dame de Corbera; — nouveaux ordres émanés du roi 
conformes à la réquisition du vicomte d'ille ; — Agnès de 
Corbera, considérant qu'elle ne peut être égale à ses su- 
périeurs et qu'elle ne peut ni ne doit résister aux ordres 
du roi, et craignant aussi, non sans raison, de voir se re- 
nouveler les malheurs que ce château de Corbera a déjà 
soufferts à l'occasion de ce droit de fief, fait l'aveu féodal 
demandé et livre son château à Sicard de^ Solage, procu- 
reur du vicomte dllle. 

B. 76. (Registre.) — - In-folio, 10 fenillels, papier; latin. 

t9tU. — Capbreu, ou papier terrier de Saint-Feliu- 
d'Amont et de Saint-Feliu-d'Avall. — Reconnaissances 
faites au nobilissime seigneur Pierre de Fonollet, vicomte 
d'IUe, seigneur desdits lieux, pour des maisons dans la 
cellera de Saint-Feliu-d' Amont, des masades et autres pos- 
sessions. — La plupart des habitants du premier village 
se reconnaissent propres, « solius et amansats », faisant 
deux sous pour le cens appelé du porc de Saint-Pierre (de 
juin), des journées au ruisseau des moulins, d'autres pour 
battre le blé ou pour le porter aux stges (fosses) du sei- 
gneur ; — plusieurs habitants de Saint-Feliu-d'Avall doi- 
vent rhommage quia consueveramus esse homt7ies domini 
Régis» — Reconnaissances : d'un moulin à quatre meules 
par André Passerat, prieur de Saint-Feliu-d'Amont ; — 
d'une maison, par Félix Gilabert, sacristain de Saint-André 
de Saint-Feliu-d'Avall, etc. 

B. 77. (Liasse.) — 3 pièces, parchemin; latin. 

ISt9-i84t, — Lettres : de Philippe de Majorque, 
trésorier de Saint-Martin de Tours, oncle et tuteur du roi 
Jacques II de Majorque, requérant pour la troisième fois 
Dalmau de Castcllnou, de venir, dans quinze jours au plus 
tard, dans la ville de Thuir, reconnaître les fiefs qu'il tient 
pour le roi et lui prêter hommage et serment de fidélité; — 
du viguier de Roussillon, sommant le même seigneur de 
comparaître dans le même délai en la cour de la viguerie 
de Perpignan, pour y répondre aux accusations de meur- 
tres, incendies, dévastations et autres crimes commis par 
ledit Dalmau au temps de l'opposition faite à l'administra- 
tion de la tutelle dudit tuteur, et en outre, d'avoir fait 



I assassiner par le bâtard de Castellnou, frère Bernard de 
Corbera, chanoine del Camp, Jacques Sicard, juge royal et 
Guillaume Cerezol, de la paroisse deLlotes; d'avoir fait 
saccager le Mas-<le-Candell, dont la juridiction appartient 
au roi; d'avoir menacé d'aller, avec ses gens, empêcher le 
juge de la cour royale d'intervenir dans une affaire entre 
le donzell Guillaume d'Oms et En Dotre de Sainte-Colombe; 
d'avoir fait arrêter et mettre aux fers un huissier de la cour 
royale dans l'exercice de ses fonctions, etc.; — l'officier 
chargé de notifier ces assignations se présente à la porte du 
château de Montferrer, mais le châtelain, Raymond Sagar- 
riga, lui en défend l'entrée, en déclarant que Dalmau de 
Castellnou n'est pas dans ce château ; il se refuse d'ail- 
leurs à toute notification, et comme le courrier se disposait 
à déposer les lettres à la porte, le châtelain l'en empêche 
avec menaces, et dictits cursor perterritus his verbis non 
fuit ausus dictas litteras dimittere. — Reconnaissance du 
fief de Montauriol-d' Amont faite au roi Jacques II de Ma- 
jorque, en sa qualité de seigneur de la vicomte de Castell- 
nou, par Huguet de Llupia, fils du donzell Huguet et petit- 
fils d'Ermengaudde Llupia. —Réduction à un cens annuel 
de 18 deniers, des censives de blé, vin et argent faites 
tous les ans par Pierre-Martin Coloma, de Pezilla, à Bé- 
renger de Perapertusa, pour l'albergue dite de Castellnou. 

B. 78. (Registre) — Petit in-4o, 44 feuillets, papier ; latin. 

tS8S-IS4l. — Procès de Pierre Raynald, procureur 
du roi de Majorque, contre noble dame Françoise de 
Queralt, veuve de Pierre de Queralt, sur la mouvance du 
château de Céret réclamée directement par le domaine; 
— la dame de Céret établit qu'elle tient ce château pour 
Jaufrc, vicomte de Rocaberti, qui le tient directement pour 
le roi, et elle produit pour justifier sa prétention deux 
actes d'hommage prêtés audit vicomte par ses procureurs 
Guillaume Du Volo, chevalier, de Céret (en 1327), et Ray- 
mond de Timor (en 1330). 

B. 79. (Liasse.) — 7 pièces, parchemin ; laiin. 



4t€9-t889. — Baronnie de Cabrenç. — Conventions 
entre l'abbé d'Arles et Bertrand de Buada, concernant les 
usages et droits perçus par ce dernier dans son fief deCos- 
toja. — Remise du château de Serrallonga et de la Rocha 
de Mondony, à Jausbert, vicomte de Castellnou, par son 
feudataire Guillaume-Hugues de Serrallonga. — Testament 
de Guillaume-Hugues de Serrallonga partant pour la croi- 
sade (1267), faisant des legs à diverses églises du Haut- 
Vallespir; ordonnant de supprimer le costel (carcan) qu'il 
a le premier et tout récemment fait établir dans la cellera 



SÉRIE B. -- CHAMBRE DU DOMAINE. 

de Gostoja où il n*y en avait jamais eu; mandant que quatre 
de ses filles se fassent religieuses; réglant divers cas de sa 
succession relativement aux châteaux de Moutdony, Mont- 
alba, Palauda, Rayners, Serrallonga, Ribelles, Cavalera, 
Fontanils et autres fiefs, et instituant héritier universel 
de Thonneur de Cabrenç son fils Bernard-Hugues. — Con- 
ventions entre Guillaume, vicomte de Castellnou, et Ber- 
nard-Hugues de Serrallonga, au sujet de la mouvance féo- 
dale des châteaux de Palauda, Montalba, Fontanils, Ser- 
rallonga, Artigues, Palol, Saint-Paul et Cabrenç, et de la 
démolition de diverses fortifications qui y ont été élevées 
sans autorisation du seigneur suzerain ; — renouvellement 
de ces conventions entre les fils des premiers contractants, 
Jazbert^ vicomte de Castellnou, et Guillaume-Gaucerand de 
Serrallonga. — Protestation faite par le vicomte de Cas- 
tellnou devant Jacques P"^ roi de Majorque, au sujet d'une 
tour nouvellement construite par Guillaume-Gaucerand^ 
entre Montalba et la Roca de Montdony. — Aveu féodal 
fait au roi Sanche par Béatrix, vicomtesse de Rocaberti, 
fille et héritière de Bernard-Hugues de Serrallonga, pour 
les hautes justices du château de Cabrenç et de Serra- 
llonga, certaines juridictions du lieu de Fontanils, et les 
basses justices du Vilar Castelar de Vilaroja, Montalba, 
Palauda, Rayners et vallée de Montdony ; — procuration 
faite par la même dame de Cabrenç à Bernard Fabre, 
de Montalba, pour prendre possession du château de 
Rayners qui doit être restitué par Jacques H, roi de Ma- 
jorque. 

B. 80. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin ; 1 pièce, papier ; latin. 

t94S-iSS9, — Baronnie de Cortsavi. — Donation 
d'un ténement avec droit de pacage au territoire de Cort- 
savi en faveur de labbaye de Vallbona, par dame Ermes- 
sende de Cortsavi, Bernard-Hugues de Serrallonga, son 
mari, et leurs enfants Olivier de Termens, Guillaume-Hu- 
gues de Serrallonga et Raymond de Serrallonga. — Re- 
nonciation à certains droits de pacage en faveur du prieuré 
d'Espira de TAgli, par Raymond de Rocafort, bailli de 
Cortsavi. — Lods de Taliénation d'un fiefdans les paroisses 
de Cortsavi et de Buia-d'Amont, en faveur de Bérenger de 
Buada; — vente du Mas de Riu-deç-Mig, faite par Arnald, 
seigneur du château de Cortsavi, à Guillaume de Bosque- 
rons, d'Arles; — aliénation d'un terrain avec deux mou- 
lins, près de la rivière de Bula, dans la paroisse de Saint- 
Pierre-de-la-Serra, avec lods d' Arnald de Cortsavi, de 
frère Grimaud, abbé de Saint-Michel de Cuxa et de Ray- 
mond, prieur de Sainte-Marie-de-Serrabona. — Reconnais- 
sance d'une maison à Prats-de-MoUo, tenue en fief pour 
le roi de Majorque, par Barthélemi Clapera; — conces- 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. A3 

sion d'une vigne au territoire de Cortsavi tenue en directe 
seigneurie pour le Roi de Majorque. 

B. 81. (Registre.) — Pelit in-i», 50 feuillets, papier; Utin. 

t SS0-ISS9. — Procès de la communauté du bailliage 
de la Bastida dépendant de la baronnie de Cortsavi pos- 
sédée par le roi de Majorque, pour maintenir aux habi- 
tants la liberté où ils étaient de faire moudre leur froment, 
orge, aeigle et autres grains où ils voulaient, avant que 
feu Bernard de So, dernier seigneur dudlt lieu, y eût fait 
construire un moulin banal ; — sentence du juge du do- 
maine royal, portant que lesdits habitants seront rétablis 
et remis en possession de la liberté et franchise de faire 
moudre leurs blés et grains quelconques dont ils jouissaient 
avant que le noble Bernard de So les eût forcés et con- 
traints (per impressionem et coactè) d'aller aux moulins 
par lui établis dans la juridiction du château de la Bastida. 

B. 82. (Begislre.) — In-foUo, 77 feuillets, parcbemio ; latin. 

• •©•ï-t»»!» — Capbreu et livre de reconnaissances 
publiques faites par les personnes suivantes, de tous les 
manses, bordes, moulins, terres, maisons ou alberchs tenus 
pour l'illustrissime seigneur roi de Majorque dans la 
Vallée et paroisse des saintes Juste et Ruffine de Prats 
(de Mollo), et des censives, tasques, dîmes, agriers et re- 
devances faits pour lesdits honneurs et possessions audit 
seigneur roi, commencé le samedi 12 des Kalendes de juil- 
let l'an du seigneur M. CGC. XX. VII ; fait par mandement 
du T. Rév. PerpenyaPedrolo, procureur dudit seigneur roi 
et de réminent seigneur Philippe de Majorque, son oncle 
et tuteur légitime ; — In Primus vilare de Ayatis^ etc., 
comprenant les Vilars des Ayades (La Preste), de Puig Ven- 
tes, d'En Cabatz et de Teylet, de Vayl Fornès, de Puig 
Morela, de Gironeyla, de Brugat et Moners, de Vinyes 
Planes, de Vilaplana, des Sigges, de Miralles, de Sanct- 
Guillem, de Valmanya, de Benat, et la ville de Prats (de 
Mollo.) 

B. 83. (Liasse.) — 14 pièces, parchemin; latin. —Une bulle en plomba 

ti59-i9S9» — Etablissements religieux. — Enga- 
gement de trois récoltes d'une vigne aux lépreux de Per- 
pignan, a vos meselis eiectus (sic) foris uille qui iLOcatur 
Perpinianit pour 65 sous de Malgone. — Donation de 
pacages au territoire d'Orbanya, faite en faveur des Tem- 
pliers du Mas Deu, par Guillaume-Bernard de Paracols; — 
aveu féodal de dîmes et autres possessions, à Canomals, 
tenues par Pierre et Hugues de Torelle^, fils de Radulf de 



44 



Màlpas, pour le prieur de Sainte-Marie de Ripoll. — 
Échange entre les Templiers du MasDeu, et fr^re Bernard 
de Cateil-Bisbal, commandeur de Saint- Vincent-de-Bajoles 
de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jërasalem, 
de tous les biens et droits possédés par les premiers à Ca- 
bestany, Castell-Rossello et Bajoles, pour les droits pos- 
sédés par le second à Bages. — Vente du lieu de Nidolères, 
avec droit de pacage sur une partie du territoire de Mont- 
esquiu, et autorisation de construire des moulins sur la 
rivière du Tech, faite par Bernard de Montesquiu à frère 
Arnald, abbé de Saint-Hilaire, au diocèse de Carcassonne. 
— Affranchissement des droits de quart, tiers, dîme et 
prémice de deux terres situées à Vilallonga-de-la-Salanca 
et à Castell-Rossello, fait par Pierre, prieur d'Espira-de- 
TAgli : le tenancier devra faire un cens annuel de deux 
eymines et un carto d'orge ras ad mensuram ferratam de 
Aspirano, — Lods de vente d'un jardin à Vemet, faite par 
frère Guillaume Fera, prieur de Sainte-Marie de la Garriga- 
sur-l'Agli. — Bail emphytéotique d'une partie de la Co- 
lomina de la Salanca, située à Vilarasa et provenant de 
feu Pons d'Alenya qui avait laissé tous ses biens à l'Aumône 
commune de Perpignan : ce legs n'a pas été autorisé par 
le Roi de Majorque qui a exigé que toutes les terres allo- 
diales de cette succession, situées à Alenya, Vilarasa et 
Boaça, seraient concédées moyennant une redevance d'une 
demi-eymine d'orge par eyminate au profit de l'Aumône 
commune, et d'un cens de 6 deniers avec droit de lods 
pour le Roi. — Reconnaissance de deux pièces de terre 
situées à Llupia, en faveur de Pierre de Banch, prieur de 
Saint-Pierre-de-Castellnou. — Actes de procuration faits 
par Bernard, archevêque de Narbonne, en faveur de maître 
Arnaud Docès, jurisconsulte, de Bernard Tardiu, doyen de 
l'église collégiale de Saint-Paul-de-FonoUet, et de Martin 
de Rinach, prieur de Tinforde, pour comparaître en justice; 

— déclaration de ces deux derniers, par laquelle ils renon- 
cent à tout appel interjeté par ledit archevêque, à l'occasion 
de Jean d'Arago, accusé d'homicide et détenu dans les 
prisons de Pia, d'où il avait été retiré par ordre de Bernard 
Davi, viguier de Roussillon. — • Bulle du pape Jean XXII, 
commettant le doyen de Saint-Paul-de-Fonollet et le prieur 
4'Alet, pour connaître d'un appel formé par dix habitants 
de Tautahull accusés d'avoir frappé et blessé Guillaume 
Gras, prêtre dudit lieu, contre Tofficial de Termes qui les 
avait cités à comparaître « à trop bref délai. » — Vente 
d'une vigne tenue pour l'église de Sainte-Cécile-de-Garrius; 

— bail à ferme des revenus de la chapellenie de l'église de 
Saint-Jean-Pla-de-Corts, consenti par Bernard Andreu, 
chapelain, au prix annuel de 32 livres de Barcelone. 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

B. 84. (Liasse.) — 24 pièces, parchemin; lalÎD. 



4 04 9-18 89. — Fiefs et domaines du Contient. — 
Ventes de vignes, aux territoires de Taurinya et de Sego- 
danniano (Serdinya). — Engagements : d'un honneur dans 
la villa de Fullos {Fillols),par Guillaumme de Burg, en 
faveur de Bérenger de Cardona, pour 100 sous barcelonais 
qui seront payés en morabatinos aiarios boni auri et justi 
ponderis, chacun de ces derniers valant senô solido et 
medii (tl66); — d'une vigne au territoire de Fulhà tenue 
en droit de quart pour Pierre de Fulhà, pour 20 sous bar- 
celonais, avec stipulation que si cette monnaie barcelonaise 
était altérée pour le litre ou le poids, il serait payé en 
échange très obtimos morabetinos Itipinos haiars de bono 
auro et recto penso (H95). — Inféodalions et concessions 
de dîmes et d'un champ sis à Fillols, tenus par Raymond 
de Pallerols pour Guillaume de Tuluges et pour le comte 
de Cerdagne. — Reconnaissance d'un verger sisàVinça, 
en faveur de Bernard de Corbiach, donzell. — Nomination 
de Bernard Patau, de Villefranche, en qualité de procureur 
de Saura, veuve du chevalier Bernard d'Estoher, et de 
Marguerite , épouse de Bérenger Morat, de Villefranche, 
pour reconnaître un fief de dîmes deFurnulsetdes manses 
de Campoma, dont la directe seigneurie est réclamée par le 
roi de Majorque, Hugues de Tatzo elle seigneur de Roquefort. 
— Vente d'une table du macell de Villefranche, et d'une 
clause située à Cornella, au lieu dit Rivière-de-Caball. — 
Aveux féodaux faits à Pierre Raynaud, procureur des fiefs 
royaux : par trois habitants de Vernet, pour des champs 
situés à Cornella, au lieu dit les Querines ; -- par Bernard 
Calva et Bernard Bérenger, de Prades, pour deux posses- 
sions, au territoire de Canoha, Tune d'elles étant tenue de 
donner passage aux habitants de Catllar ; — par quatre 
habitants de Sahorra et un autre de Py, pour diverses 
propriétés situées au territoire de Sahorra, au lieu dit als 
Arenys. 

B. 85. (Cahier.) — In-foUo, 6 feuillets, papier ; latin. 

4195-4881. — Fief dels Horts. — Engagement du 
Vilar dels Horts situé dans la paroisse de Serdinya, hommes, 
femmes, censives et autres droits allodiaux, fait par Guil- 
laume d'Avinyo et sa famille, à Bernard Guilhera père, de 
Villefranche, pour 700 sous de Malgone; — vente du 
même lieu en faveur de Bernard GUilhem, faite par 
Arnald d'Avinyo, au prix de 3,050 sous malgonais ; — 
confirmation de cette vente par Guillaume-Raymond, frère 
d' Arnald, et par leur père Guillaume-Bernard d'Avinyo ; 
— vente dudit vilar, par Pons Guilhem, fils de Bernard, à 
Jean Durand, jurisconsulte de Perpignan, pour 6,000 sous 



SÉRIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — 

barcelonais couronnés ; déclaration du vendeur portant que 
cette aliénation comprend aussi des droits et revenus aux 
lieux de Serdinya, Goncet, Marinyans, La Juardia, Mirles 
et Plaça, quoique Tacte de vente n'en fasse pas mention ; 
— vente du lieu dels Horts, faite à Bernard de So, par 
Jean Durand, pour 7,000 sous barcelonais; — ce domaine, 
cédé pour le même prix à Pons d'Ille, donzell, est défini- 
tivement vendu par celui-ci audit Bernard de So, seigneur 
de Cortsavi, et, en son absence, au donzell Raymond 
d'Avinyo, son procureur. 

B. 86. (Liasse.) — 10 pièces, parchemin ; latin. 

49S9-ISS9. —Fiefs de Ralleu et de Bordoll, en 
Gonflent. — Inféodation du tiers de la dîme d'Âraled et de 
Bardoil, faite à Bérenger Guilhem, de Villefranche, par 
Bernard d'Orle ; — concession d'un manse situé à Bordoll, 
en faveur de Pierre Jaume^ par Bernard Guilhem ; — con- 
firmation faite par Gaucerand d'Urg à Bernard Guilhem, 
de Villefranche, de la vente consentie à ce dernier par 
Pierre de Berga, concernant divers droits et revenus aux 
lieux des Plans, Ayguatebia, Canavelles, En, Nyer, Ma- 
rians, Soanyes et Escaro; — hommage prêté à Bernard 
Guilhem, par Jean de Bordoll ; — vente d'un palus et d'une 
tour situés à Villefranche in vico Sa7îcti Jacobi, en faveur 
de Pierre de Sarabeu, par Pons Guilhem, fils de Bernard, 
pour 500 sous barcelonais valant au change 400 sous de 
Malgone. — Vente du sixième des dîmes de Ralleu et de 
Bordoll, en faveur de Jean Tort, de Villefranche, par Aruald 
de Fulhà, chevalier, Alasaix, son épouse et Michel de 
Fulhà, religieux de Guxa; — confirmation de cette vente 
par Raymond de Posols, commissaire des fiefs du roi de 
Majorque ; — concession en fief honoré de trois muids de 
seig!e et trois d'orge, à prendre sur les moulins d'Évol, 
faite par le donzell Bernard de So, aux chevaliers Raymond 
et Arnaud-Bernard de Fulhà, père et fils. — Inféodation 
de l'eau qui vient de Caudiers, pour l'usage d'un moulin 
au territoire d'Ayguatebia, faite à Gérald Viader, de 
Villefranche, par noble Xatbert de Barbayran, chevalier, 
seigneur du château de Ralleu; — cession de tous droits 
sur ladite eau qui devra être prise au lieu dit Bach-de-Teyx, 
faite par Bernard Viader, fils du premier concessionaire, à 
Guillaume Cerda et Guillaume Moner, d'Ayguatehia, avec 
réserve de droits seigneuriaux en faveur du roi de Ma- 
jorque devenu seigneur de Ralleu. — Vente d'une maison 
et d'une vigne au lieu de Gerola, sous la directe seigneurie 
d'Huguet de Canavelles, donzell. 

B. 87. (Cahiers.)- In-folio, i3 feuillets, papier; latin et catalan. 

t<l4a«tS99, — Seigneurie d'Ayguatebia. — Dona- 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 45 

tions :de l'église de Saint-Félix-d'Ayguatebia et de diverses 
possessions au même lieu, faite par Gerberga, fille de 
Guisla, vicomtesse (de Gonflent ?), en faveur de son fils 
Guillaume-Raymond; — de maisons et autres biens dans 
ladite paroisse, en faveur des chanoines de la cathédrale 
d'Urgell,par Bérenger-Ricard, Sanla-Guillaume, et autres. 
— Déclarations testimoniales faites dans l'église de Cor- 
nella-de-Gonflent, devant les juges du comte de Cerdagne, 
sur les dernières volontés de Pierre-Guillaume, décédé 
dans la terre de Castille, au lieu nommé Palencia, lequel a 
légué son église de Saint-Félix et de Saint-Ermengaud 
d'Aygualebia à l'église d'Urgell ; — cession de tous droits 
sur ce domaine, faite par Guillaume-Àrnald de Fulhà, en 
faveur de Guillaume, évêque d'Urgell; — confirmation de 
cette possession, en faveur de Bernard, évoque d'Urgell, 
dans un plaid tenu à Talltorta, en présence de Guillaume, 
comte de Cerdagne, et d'autres seigneurs. — Enquête sur 
la juridiction, l'ost et la chevauchée réclamées par le roi de 
Majorque dans les lieux d'Ayguatebia et Payais qui appai*- 
tiennent au chapitre d'Urgell, faite à Villefran(fhe, en la 
cour de Pierre de Castell, chevalier, viguier de Gonflent et 
Capcir, par mandement de Pierre de FonoUet, vicomte 
d'IUe, lieutenant du roi Sanche. 

B. 88. (Liasse.) — 8 pièces, parchemin ; lalin. 

I804-I34I. — Domaines et fiefs du Capcir. — Sen- 
tence arbitrale rendue par Amalric, vicomte de Narbonne, 
et Pierre de Fonollet, nommés par Jacques P% roi de Ma- 
jorque, et par Gaston, comte de Foix et vicomte de Béam 
et de Castellbo, au sujet des juridictions possédées par ce 
dernier en Cerdagne et Barida en qualité de vicomte de 
Castellbo, et pour le règlement des limites entre les comtés 
de Cerdagne et de Foix et le pays d'Andorre, ainsi que sur la 
délimitation entre le pays de Capcir appartenant au roi de 
Majorque, et les terres du Savartès et du Donazà appar- 
tenant au comte de Foix; — remise du château de Que- 
ragut par Raymond de Durban, procureur du comte Gaston, 
à Pons de Caramany, viguier de Cerdagne et procureur du 
roi de Majorque, qui en fait de nouveau la remise ainsi 
que du château de So au même Raymond de Durban, 
après les avoir occupés pendant dix jours au nom du roi 
de Majorque, comte de Cerdagne, qui était, en cette qua- 
lité, seigneur suzerain de la terre de Donazà, tenue en 
fief par le comte de Foix, en sa qualité de vicomte de 
Castellbo, succédant aux anciens vicomtes de Cerdagne. — 
Capbreu (papier terrier) des bordes et autres possessions 
tenues au lieu de Creu, en Capcir, pour Bernard Squillat, fils 
de Guillaume Squillat, de Villefranche. — Obligation con- 
sentie par Bernard Pastor, écrivain de la terre de Capcir, 



46 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



à Pierre Garriga, procureur royal, au sujet d'une arrière- 
dîme à lui vendue par le domaine. —Vente delà cinquième 
partie de la molina (forge) de fer de Formiguères, par 
Raymond Roig, dé Prats-de-Mollo, en faveur du roi de 
Majorque. — Hommage prêté au roi Jacques II, dans la 
chambre du château royal de Perpignan, par Hugues Squil- 
lat, donzell, fils du chevalier Bernard Squillat, pour le fief 
du Vilar-de-Rial (Real) en Capcir, tenu en entier pour le 
roi à l'exception de trois manses et de la moitié des dîmes 
tenus en fief pour le comte de Foix. 

B. 89. (Liasse.)— 8 pièces, parchemin ; 2 pièces, papier ; latin. 

.4I4a-4S85. — Fiefs de Cerdagne. — Cession du 
Manse du Puig, faite par Guillaume-Raymond à Bérenger- 
Arnald d'Ille, qui lui donne en fief la moitié de la dîme de 
Conangle et deux muids de récolte mesurés ad mensuram 
cerdaiiam merchadalem; — engagement des censives et re- 
venus possédés par Pierre de Za-Bulela, dans les paroisses 
d'Hezerr '(Err) , Nahuja, Challegues (Caldegas), dans la villa 
d'Arro et dans celles de Caborriu et Vall-Famelga (paroisse 
de Sainte-Léocadie), en faveur de Guillaume Balesler, 
d'Osscja ; — accord entre Pierre de Bulela et Raymond 
d'Enveitg au sujet du fief des manses de Caborriu dans la 
paroisse de Sainte-Léocadie. — Donation d'un « quadre » 
de terre situé à Pallerols, faite par Raymond de Pallerols, 
chevalier, à Pierre de Lillet qui le vend, le même jour, à 
Pierre Forner, de Puigcerda, pour 12 sous de Malgone. — 
Chartes d'affranchissement : des droits de mutation d'al- 
leux, accordées aux habitants de Mcranges et de Jerul par 
Raymond de Caslellbo ; — des droits d'exorquia, intestia 
cugucia, questes, bouatges et autres servitudes, en faveur 
des habitants de La Serra-de-Meranges, par Roger, comte 
de Foix et vicomte de Castellbo; — confirmation de ces 
privilèges par Jacques II, roi de Majorque, devenu seigneur 
de la vallée de Meranges, à la condition que les habitants 
iront s'établir au lieii dit Prat-Secha où il se proposait de 
bâtir une forteresse ou une tour. —Vente du droit de pa- 
cage d'une devèse située au territoire d'Ur, faite par 
Raymond de Vinça aux habitants de Puigcerda. — Contrat 
de mariage de Sibille, fille de Bernard de Figols, chevalier 
d'Eller, avec Guillaume de Luertères, qui reçoit en dot 
S marcs d'argent et les honneurs dits de Sala et d'Orden, 
situés à Eller quos nos tenemus ad proprium vomer nos^ 
trum, et pour lesquels il prête hommage à son beau-père. 
— Aveux féodaux : faits à Guillaume d'En, chevalier, 
viguier du roi Sanche de Majorque, par Guillaume et Roger 
d'Adaç, frères, pour le tiers des dîmes de Seneja, Senil- 
1ers et Saint-Martin-d'Aravo, et pour le manse den Fabre 
situé à Adaç; — à Guillaume Devi, procureur royal, pour 



un champ situé à Pallerols, par Bernard Borrell, de Puig- 
cerda. — Demande d'un délai pour la reconnaissance des 
dîmes des montagnes de Beua, dans, la paroisse d'Enveitg, 
dont la directe féodale est réclamée par l'évêque d'Urgell 
et par le roi de Majorque. 

B. 90. (Liasse.) — 3 pièces, parchemin; un cahier in-folio, 10 feuil- 
lets, papier; latin. 

I804-IS84.— Fiefs d'Urg, en Cerdagne.— Quittances 
des payements faits par les procureurs du roi Jacques P' 
de Majorque sur le prix de la vente consentie audit Roi, 
par Hugues de Mataplana, comte de Pallars et seigneur de 
Berga et de Mataplana et par Blanche d'Urg, sa mère, de 
toutes leurs possessions de Cerdagne et Barida : — à Guil- 
laume et à Bernard d'Aragall, donzells, pour la moitié du 
château d'Arestot, qu'ils ont vendue au Roi; — aux ma- 
numisseurs de Raymond d'Urg, 8,000, sous pour la vente 
de Tautre moitié dudit château, et 40,000 pour la vente du 
château de Ralleu; — à Pierre de Fonollet, seigneur d'Ille, 
petit-fils de Blanche d'Urg, pour ses droits de succession ; 

— àAlissende de Barbayran, religieuse du monastère de 
Sainte-Marie-d'Eula et sœur d'Hugues de Mataplana, pour 
une rente viagère qu'elle recevait sur la dtme de Ralleu ; 

— àHuguet de Tatzo, chevalier, Guillaume Grau, bourrelier 
de Perpignan, Huguet d'Ille, chevalier, à divers habitants 
d'Argelès, à Yssach Abram, juif de Puigcerda, à Angevina, 
juive de Villefranche, et autres, pour diverses dettes du- 
dit comte de Pallars. — Estimation de la valeur des man- 
ses, bordes, et autres possessious qui appartenaient jadis 
à Raymond d'Urg, dans les lieux d'Urg, Vilar-d'Urg, Sal- 
teguel, Escadartz, Sola, Puig-de-na-Delia, Riu, Quexans, 
Alp, Pallerols, Torrents et Sancta-Eulalia, en Cerdagne : 
il y a dans le bailliage de feu R. d'Urg trente-six hommes 
amamats^ sur lesquels le Roi a aujourd'hui les justices 
criminelles, les questes, hosts, chevauchées et bans ; — 
ils font une rente qui vaut 15 livres, et les directes seigneu- 
ries s'élèvent à la valeur de 25 livres de rente. 

B. 91. (Liasse.) — 5 pièces, parchemin; 1 pièce, papier; latin. 

49t5-I844. — Domaines de Cerdagne, Barida et 
vallée de Ribes. — Chartes des privilèges et franchises 
accordés par Nunyo-Sanche, seigneur de Roussillon et 
Cerdagne, aux gens qui viendront s'établir dans la poWa- 
cio qu'il vient de fonder au Puig-de-Bellver, dans la pa- 
roisse de Sainte-Marie de Telle en pays de Barida, privi- 
lèges augmentés par les rois Jacques P' d'Ai'agon, 
Jacques II de Majorque, et Pierre III d'Aragon. — Aveux 
féodaux faits aux procureurs du roi de Majorque : pour 



SÉRIE B. — PROCURATION 

une terre dans la paroisse de Saint-Satumin-de-Caborriu 
et une colomine au territoire de Talo ; — par Bernard des 
Vilar, fils du donzell Bérenger des Vilar, pour le tiers des 
dîmes du Vilar-d'Urg et pour trois manses situés au lieu 
de Torrents, paroisse deSalleguel. — Aveu féodal fait par 
Guillaume-Raymond de Santa-Eulalia à Pierre d'Enveitg, 
pour diverses redevances de grains et d'argent à Urg, 
Quexans, Alp, Ger , Soriguera et autre lieux de Cerdagne, 
cédées jadis par le roi de Majorque à Pierre de Santa- 
Eulalia, en écbange des revenus possédés par ce dernier 
à la Toar Cerdana et dans la vallée de Querol. — Bail à 
ferme des revenus du roi de Majorque dans la vallée de 
Ribes, consenti pour un an au prix de 130 livres de Barce- 
lone par Guillaume d'Araieu, procureur royal. 

B. 93. (Registre.) — Petit in-go, 40 feuillets, parchemin ; 

catalan. 

HLIII® siècle. — Capbreu assumât de totes les rendes 
reyals dels lochs e vilnrs de la Yall de Ribes (terrier pris 
de tous les revenus royaux des lieux et hameaux de la 
Vallée de Ribes), comprenant les lieux de Queralbs, Par- 
dines, Fustenyà où Ton cite un moulin draper (à foulon), 
Betet, Massana et la paroisse de Sainte-Marie-de-Ribes; 

— les redevances sont partagées entre le Roi et Guillaume 
de Ribes. — Ce registre entièrement rédigé en calalan fut, 
d'après une note mise sur la première page, « recouvré 
« par Arnaud Porta, directeur de la procuration royale, 
« qui le fit relier, pour la conservation du patrimoine 
« royal (vers 1400). » 

B. 93. (Liasse.) — 23 pièces , parchemin ; latin. 

4090-4S4S. — Actes de Catalogne. — Inféodatiou 
de Téglisc de Saint-Cyprien-d'Aqualonga, à Pierre-Miro de 
Castell-Bagnaries, par Raymond-Guillaume de Montcada. 

— Partage de l'alleu dit de Turre Cortesa dépendant de 
La Torre d'Eral, entre Raymond de Castel-Radolf et ses 
frères. — Sentence arbitrale, rendue par Guillaume, 
évêque d'Ausona (Vicb), Raymond de Cabrera, chanoine, 
A. de Tavartet et Guillaume de Foxa, dans le procès entre 
Bérenger de Tavertet et Raymond d'Angles, au sujet de 
Thonneur de Camp-Lebo, situé dans la paroisse de Saint- 
Martin de Calm (1222). — Vente des dîmes de Cabisso et 
et de Getariu, faite à Guillaume de Sexan^ chevalier, 
par Guillaume de Montagut, chevalier, son gendre. — 
Inféodation des dîmes des paroisses de Madrona et de 
Marola, faite par Jacqueline de Cespujola et Raymond 
de Saint-Saturnin, son mari, en faveur de Bérenger 
Oliba, deBerga; — reconnaissance d'une albergue dans 
la paroisse de Saint-Julien de Laur, en faveur de Bernard 



ROYALE DE MAJORQUE. 47 

d'Angles.-— Echange entre Geronell de Costa, de Tortella, 
et Bernard Segui de Sales, chevalier, le premier cédant 
sa terre de Masuleu dans la paroisse de Cabisso, le second 
son alleu de Clapers. — Ventes de manses et d'un« stall » 
avec jardin, dans la paroisse de Saint-Privat-de-Bas en 
faveur d'Arnald Segui, chevalier, avec lods de dame 
Sibille, vicomtesse de Bas et épouse d*Hugues d'Empories. 

— Confirmation de ventes faites à PieiTe de Coll, cheva- 
lier de Sales, par Arnald, fils du chevalier Bernard Sexan. 

— Vente des maisons ou « statge » de Saint-Privat-de-Bas 
anciennement appelées Sala de Sent-Privat, faite par 
Blanche de Sant-Romà, à dame Élicsende, veuve du che- 
valier Guillaume Alamany. — Quittance dotale faite par 
Saurimunda, fille du chevalier Dalmau de Minyana, épouse 
de Guillaume de Vilatenim, de Saint-Laurent-de-Samuga. 

— Vente du moulin dit de Malayn, sis à Camprodon. — 
Transaction entre Bernard de Centelles et sa mère Élic- 
sende, fille de Bernard de Bellpuig, d'une part^ et Guil- 
laume-François de Saint- Vincent, d'autre part, au sujet 
des biens et droits de feu Bernard de Manlleu sur l'hon- 
neur de Py (en Barida), et sur les lieux de Manlleu, Oris, 
Cardona, Besora, Tagamanent et Massanos. — Quittances : 
de la dot de Blanche, épouse de Bernard de Sallent, ci- 
toyen de Menresa, fille du chevalier Pierre d^Medalla; 

— d'un payement fait à Blanche, épouse d'Arnald d'Arenys, 
chevalier. — Sentence rendue par Raymond lîe Vilaragut, 
prieur de Galtcr, au sujet des tailles et questes imposées aux 
habitants de La Tour-d'En-Erau, par l'infant d'Alphonse 
d'Aragon, comte d'Urgell. — Achat de maisons situées 
au Puig de Saint-Etienne d'Ull (vicomte de Bas), par 
Pierre Alamany, chevalier. — Pardon accordé par le bailli 
du lieu de Rupit, au nom de Raymond-Roger de Pallars 
et de Sibille, son épouse, à divers habitants de Camp-Lebo^ 
paroisse de Calm, pour toutes les peines par eux encourues 
pour avoir aidé et conseillé Raymond des Artigues-Basses 
qui était banni du territoire de Rupit. — Cession de tous 
droits sur les châteaux de Montsere, Peçoneda, Vilanova 
et Penafreta, situés dans la Gonca de Tremp, faite par 
Jacques de Talarn à son frère Acard, pour 2,000 sous Jac- 
quais; —vente du château d'Aramuntet du Mas-de-Fijes- 
Sccas, dans la viguerie de Pallars, consentie par Acard de 
Talarn, fils du chevalier Jacques de Talarn, en faveur du 
roi Pierre III d'Aragon, pour 140,000 sous Jacquais. 

B. 94. (Registre.) — In folio, 100 feuillets, papier ; latin et catalan. 

1959- fSS5. — Registre xvn de la Procuracion Real. 

— Lettre du roi Jacques P' d'Aragon, défendant de 
faire passer ailleurs que par Estagell, les marchandises 
du Roussillon transportées vers Limoux , Saint-Paul et 



48 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Alel. — Ordonnances, provisions, concessions et notes di- 
verses du roi Jacques V de Majorque et de ses procureurs, 
presque toutes rédigées en catalan^ concernant: — le prix 
de ferme des étaux et tables des mahels (boucheries) de 
Perpignan ; — les redevances faites au Roi par les tenan- 
ciers d*Ortolanes ; — le prix des actes faits aux scribanies 
de Perpignan; — le droit d'usage du bois de Campcardos, 
en faveur des habitants de Quers, Cortvassill et vallée de 
Querol ; — l'obligation pour les juifs de Perpignan de 
moudre leur blé aux moulins du Roi ; — la chute d'eau 
établie au-dessous des moulins à foulon de Saint-Estève ; 

— l'exemption du droit de pasquier pour trente bêtes, en 
faveur de tout berger employé par un maître qui jouisse 
de la même franchise ; — la garde des salins de Cauet et 
de Saint-Laurent-de-la-Salanca; — le passage de l'or et 
de l'argent en espèces, au Volo et à CoUioure ; — les dis- 
positions testamentaires de H"''' Elisabeth, fille du Roi, 
et notamment le legs qu'elle a fait à son frère Jacques qui 
était alors religieux dans le couvent des Frères-Mineurs de 
Perpignan (1309) ; — la solde des chevaux et cavaliers em- 
ployés au service du Roi ; — les prises d'eau des ruis- 
seaux des moulins d'Ille et de Millas; — l'établissement 
des banniers ou gardes ruraux en Roussillon ; — les coupes 
à faire dans la forêt de Querença ; — Tintitution de gardes à 
Millas et à Tautahull, pour empêcher la sortie des grains ; — 
la pêche, au Grau de Saint-Laurent et de Saint-Hippolyle; — 
les charités à faire aux couvents des ordres mandiants, aux 
hôpitaux, aux lépreux et femmes repenties de Perpignan. — 
Ordonnances, etc., du roi Sanche de Majorque et de ses pro- 
cureurs, concernant : l'exploitation des forêts des Ayades 
(La Preste) et de Saint-Guilhem, dans la vallée de Prats- 
de-Mollo ; — la défense de chasser dans la forêt royale de 
Millas ; — l'autorisation accordée aux habitants d'Orbanya, 
Nohèdes et Montella, de couper un certain nombre d'ar- 
bres dans la forêt de Coma-Preona; et aux habitants de 
Py, dans là forêt de Garravella; — les appointements de 
Peric de LUvia, châtelain de La Tour-Gerdana; — l'inven- 
taire du mobilier de la chapelle de Sainte-Marie du châ- 
teau royal de Tautahull; — le fermier d'Opol, accusé 
d'exactions illégales; — la pension de 350 livres accordées 
à frère Raymond Ça Guardia, ex-commandeur du Mas- 
Deu, après la suppression de Tordre du Temple ; — l'ar- 
rière-dîme imposée sur la vallée de Ribes, pour la forti- 
fication de Campelles ; — l'établissement d'une moline de 
fer et d'un moulin à scie dans la Goma-de-Lancer (vallée 
de Prats); — la nomination de gardes du ruisseau royal 
de Thuir, et d'un écrivain public à Torrelles ; — l'autori- 
sation accordée à Arnald Trauer de prendre de Teau au 
ruisseau de Glaira, pour ses moulins de Saint-Hippolyte; 

— la désignation des carrères ou chemins publics du ter- 



ritoire de Salses; — la défense d'employer aux scribanies 
de Perpignan aucun écrivain portant couronne (tonsuré) ; 
parce que l'un d'entre eux s'était fait couronner à l'occa- 
sion d'un procès qu'il avait avec un pareur de Perpignan ; 

— mais ledit R. Ymbert ayant quitté la tonsure et ayant 
promis qu'il ne la raserait plus, il a été de nouveau admis 
auxdites scrivanies; — la charge donnée à Bérenger Guila, 
prêtre, de dire la messe dans la chapelle des repenties de 
Perpignan, au lieu de faire le service dans la chapelle du 
Roi, pour la part qu'il a eue sur les bieus des juifs ; — la 
remise de menottes, colliers et chaînes de fer, pour les 
prisons du château de Bar, de Salses, de Thuir et de la 
Murada de Perpignan; — la garde de la devèse royale de 
Tautahull; — les droits d'arrosage du ruisseau de Rives- 
altes ; — la défense de payer aux châtelains d'Opol, Tau- 
tahull et autres châteaux royaux, leur salaire pendant les 
jours où ils seront absents de leur poste ; — l'autorisation 
de construire un moulin à farine sur le ruisseau de Ger- 
bera, au territoire de Saint-Michel-de-Llotes; — la nomi- 
nation d'un écrivain, pour la sous-viguerie de Vallespir ; 

— la garde des forêts possédées en Gonflent par l'abbé de 
Guxa; — la leudc du marché du Volo; — les droits de 
mesurage payées par lesPisans, à Golliourc et à Majorque; 

— letarifdelaleude des foires, des boucheries et boulan- 
geries de Perpignan; — le barrage à établir sur TAgli, 
pour les moulins du Tura; — l'arrosage des jardins de 
Glayra; — la prise d'eau concédée à la ville de Puigcerda, 
pour l'arrosage des terres; — les droits de criée hf Argelès, 
et la dîme du poisson perçue à Gollioure par les succès- , 
seurs des Templiers; — la distribution des places pour le 
nouveau marché de Salses; — les droits du gardien des 
ports de Port-Vendres et de Gollioure; — la construction 
de moulins sur le ruisseau de Gorbera, à Ropidera, Boule- 
ternère et Graciera ; — la construction du pont de Pera- 
caus sur l'Agli, et la franchise du droit de barre pour les 
habitants de Salses et de Garrius; — les droits de leude 
payés à Gollioure, par les Génois et par les habitants de 
Tortosa; — la recherche de mines d'argent à Sahorra; — 
les charités ordonnées en faveur des frères Prêcheurs de 
Puigcerda; — les droits de pasquier perçus à Mosset; — - 
la largeur que devront avoir les draps de Montréal, Fan- 
jaus, Trcbes, La Grasse et Garcassonne, pour être admis 
en Roussillon; — l'obligation imposée à tout individu qui 
voudra jouir des franchises de Perpignan, de résider au 
moins six mois dans cette ville; — le défrichement des 
garrigues d'Opol et de Salses, et la délimitation des pâtures 
del a Goraa-de-Montperos entre les habitants de ces deux 
communautés ; — l'autorisation de construire des molines 
de fer et des moulins à scie, à Gombret et à Formiguères; 

— la prise d'eau du moulin à foulon de G. Rog, à Mal- 



SERIE B. — CHAMBRE DU DOMAINE. — 

loles; — la défense de couper des arbres propres à la 
construction des navires dans les forêts des Alades et de 
Saint-Guihem; — les journées imposées à divers habitants 
de Prats-de-Mollo, pour les réparations et travaux d'entre- 
tien du château royal de cette ville; — la nomination de 
baillis à Estagell, Millas, Toîuges, Vernet, le Volo, Ca- 
safabre, Tura et Vingrau, et de forasters (gardes-bois) à 
Prats; — le droit d'hosl et chevauchée possédé par Jean 
Gadell, sur les châteaux de la Bastida (de Prullans) et de 
Pena-Cadell; — l'autorisation donnée à Bonjorn del Barri, 
juif, de faire partie de raljaina de Perpignan, de voyager 
et trafiquer librement dans tous les Etats du roi de Major- 
que, et de ne porter sur ses habits ni la roue ni aucuu 
autre signe qui puisse le faire reconnaître comme juif, 
« attendu, est-il dit, qu'un pareil signe, si vous le portiez, 
pourrait vous occasionner divers dangers et périls réels et 
personnels lorsque vous devriez aller çà et là pour votre 
négoce, propter quasi commune odium judeorum, i> — Or- 
donnances et autres actes des procureurs de Jacques U, roi 
de Majorque, concernant : la nomination des écrivains de la 
cour du bailli de Perpignan; — la garde des forêts de 
de Prats-de-Mollo, et de la devèse royale du Naret située 
à Tautahull ; — la remise des clefs de la tour du château 
de Vernet; — la garde de l'église de Saint-Feliu-d'Avàll, 
confiée à P. de Tornaboix, en qualité de châtelain ; — 
Vautorisation donnée aux consuls de Vernet de faire 
cueillir Therbe des vignes, du 15 avril au 15 mai; — la 
nomination d'un juge à Estagell ; — l'engagement pris par 
un homme de Guillaume de PalauJa, donzell de Thuir, de 
racheter une de ses filles dans un mois au plus tard, pour 
la marier et rétablir h Montesquiu, ou elle sera femme 
royale; — les cautions fournies : par divers habitants de 
Perpignan, pour une dette de Nicolas de Saint-Just, tréso- 
rier du dernier Roi; — par un habitant du Donezan, accusé 
d'hérésie et détenu dans la mura de Perpignan; — la 
nomination de douze écrivains ou notaires qui seront seuls 
admis à instrumenter pour les prêts d'argent faits par les 
juifs dans la ville de Perpignan. — Liquidation de la dot 
de Madame Marie, veuve du roi Sanche et épouse de Jac- 
ques d'Exerica; une pension do 2,212 livres lui sera 
servie tous les ans sur la leude de Gollioure. — Chartes des 
franchises et pensions accordées au chevalier Roger de 
Kovenac, lieutenant du roi de Majorque à Montpellier. — 
Confirmation d'une vente en faveur de l'aumône fondée à 
Villefranche par Arnald de Bardoyl et Guillaume de Ve- 
drinyans. — Défense faite par Tofficial de Perpignan aux 
écrivains de cette ville de recevoir aucun acte en la cour 
de son officialité, sans son autorisation; — état des con- 
tributions des villes et lieux royaux du Roussillon, pour le 
salaire des juges forains. — Ordonnance du roi Jac- 

PyRÉNÉES-OrIENTALES. — SÉRIE B. 



PROCURATION ROYALE DE MAJORQUE. 49 

ques II, relative à l'élection des secrétaires de l'Aljama 
des juifs de Perpignan. — Déclaration du procureur royal 
défendant de prendre de l'eau du ruisseau de Rivesaltes 
avec des comportes, pour arroser les oliviers. 

B. 95. (Registre.) — In-folio, 149 feuUlets, pipier ; latin et catalan. 

t98S-t34i. — Registre V de la Procuracio real^ de 
îetres del Rey En Jacme de Mallorques, comte de Rossello 
e de Cerdanya e senyor de Muntpeller. — Confirmation 
des privilèges des Hospitaliers de Saint- Jean de Jérusalem, 
par Jacques P% roi d'Aragon, et par les trois rois de Ma- 
jorque. — Fondation d*anniversaires pour l'âme du roi 
Sanche de Majorque, dans les couvents des FF. Mineurs et 
des FF. Prêcheurs de Perpignan, par Ferrer de Canet, son 
ancien majordome. — Ordonnances, mandements et lettres 
de Jacques II, roi de Majorque : faisant remise de toutes 
dettes envers le trésor, à Ademar, seigneur de Mosset; — 
portant : liquidation des sommes dues aux villes de Per- 
pignan, Collioure et Villefranche, comme indemnité des 
pertes subies lors de la rébellion contre la tutelle de Phi- 
lippe de Majorque; — abolition des mauvais usages, dans 
la communauté de Llo; — donation du lieu de Vernet à 
l'infant Ferrand de Majorque, frère du Roi; — saisie du 
cautionnement déposé chez un changeur de Perpignan par 
le patron d'un navire génois, pour payer ses droits de leude 
à Collioure; — concession des justices de Saint-Jean-la- 
Cella, à Dalmau de Banyuls, chevalier; — règlement des 
droits d'usage dans les forêts de la vallée de Conat« en 
faveur des habitants de Villefranche ; — maintien des droits 
de Pierre d'Enveitg sur les dîmes d'En vert.,' et d'Ur; — 
obligation pour les marchands de cochons de payer les 
droits de leude à Estagell; — indemnité à Guillaume 
Tholosa, sag (huissier) d'Argelès, pour certains dommages 
personnels qu'il a soufferts dans l'exercice de ses fonctions, 
et remise à Bernard de Vallauria, écuyer du Roi, d'une 
part des amendes encourues par quelques individus, à cette 
occasion; — ordre aux procureurs royaux de remettre à 
Bernard de So, seigneur de Millas, tous les actes, capbreus 
et autres écritures, relatifs à celte seigneurie ; — défense 
à quelques boulangers de Perpignan, de nettoyer leur blé 
et de mettre aucun embarras sur les ponts du ruisseau royal 
près de la poissonnerie neuve; — autorisation royale ac- 
cordée à Ademar, seigneur de Mosset, de faire enlever, 
malgré l'opposition formelle des proiiureurs royaux, douze 
arbres qu'il avait fait couper dans la forêt de Coma-Pregona 
(vallée de Conat) ; — concession de chaux aux consuls de 
Castelinou, pour la réparation du château de ce village; — 
remise de droits de forescapi (mutation) dus au Roi par 
Jean Vola, banquier ; la veuve de Jacques Escu Jer, ancie^ 

7 



50 

notaire et conseiller du Roi; François de Liupia, huissier- 
d^armes; la veuve du donzell Raymond dcl Castell; le 
donzell Pierre Davi; Pierre Amoros, deCollioure; le cou- 
vent des Carmes de Perpignan; Guillema, épouse du 
donzell Raymond de Soler; Guillaume d'Alenya, chevalier; 
François de Montalba, ministrerius du Roi; Fina, veuve 
du chevalier Bernard Squillat; Berenger d'Alenya, don- 
zell; pour les terrains pris par les consuls de Prats-de- 
Mollo, pour la construcliou des murailles de leur ville; 
pour une maison à Perpignan, vendue à l'infant Ferrand 
par révêque de Majorque; pour le Mas Durban situé à 
Salses, acheté par Jean Fahena, chevalier ; pour les lieux 
de Croanques et deTaulis, vendus par Guillaume Dez Volo 
à sa sœur Sibiile, épouse de Bremond de Serabou ; — 
règlement de la comptabilité du patrimoine royal, laquelle 
sera divisée désormais en trois sections, savoir : Majorque 
et îles adjacentes, Roussillon et Cerdagne, Montpellier et 
dépendances; — demande adressée à Tévêque d'Elne, pour 
réprimer les abus de certaines gens qui ne prennent la 
tonsure que pour se livrer au négoce et se soustraire aux 
contributions; — ordre de payer 1,000 livres à Tinfant 
Ferrand qui part pour l'île de Chypre; — consignation de 
la leude de Colliourc et de certains revenus de Clayra, Puig- 
cerda , Querol , Bellver, Llo, Llivia^ Angostrina et autres 
lieux, pour la provision et les dépenses de la maison de 
Constance, reine de Majorque; — concessions d'arrosages 
à prendre au ruisseau royal de Thuir : pour oO eyminates 
de terre au Mas-de-la-Garriga (territoire de Perpignan et 
Malloles) en faveur de Jacques Escuder; pour 30 eyminates 
de terre de la métairie de Raymond Tholosa, aux terri- 
toires de Thuir et Castellnou; pour quelques propriétés du 
chevalier Pierre- Raymond de Codalet, seigneur de Pon- 
tella; pour les terres de Bernard Borga, de Castellnou; 
pour le couvent des Carmes de Perpignan (un fllet d'eau); 
pour le territoire de la vicomte d'Ille dont le possesseur, 
Pierre de Fonollet, entrera pour un tiers dans les dépenses 
de construction et d'entretien de certains travaux, et pourra 
prendre dans ledit ruisseau toute l'eau qui s'y trouvera anrès 
que l'on aura pris la quantité nécessaire pour sept meules 
de moulin; — règlements pour le partage de l'eau entre les 
propriétaires arrosants de Thuir et de Perpignan ; pour 
l'aqueduc qui conduit l'eau au couvent des Carmes; pour 
l'arrosage des jardins situés dans la ville de Perpignan, 
entre les portes d'Elne et de Canet ; pour les dommages 
occasionnés aux moulins du prévôt de Canohes; — cession 
d'une partie de chemin aux consuls de Rodés pour y faire 
passer leur ruisseau d'arrosage; — concessions d'eau : en 
faveur du monastère de Jau , pour l'arrosage du Mas de 
Cavenach, en prenant Teau du Verndoble à Tautahull; — 
en faveur d'Aruald de Lordat,pour sa propriété de Clayra; 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

— ordres adressés aux eonsuls de Clayra, pour la construc- 
tion d'un barrage au-dessus des moulins, et à ceux de 
Rivesaltes pour la réparation de la prise d'eau de leur 
ruisseau ; — établissement d'une contribution annuelle de 
12 deniers pour livre sur tous les revenus pécuniaires ou 
commerciaux, et d'un droit de cabessatge (capitation) 
par personne, sur tous les juifs des Etats du roi de Ma- 
jorque ; droits réduits de moitié par une charte postérieure; 

— exemptions du cabessatge, et privilèges accordés, en 
faveur d'Issach Honet, Natan Samiel et ses gendres, Daui 
Bonjorn del Barri, Mossé Alphaquim, phisic (médecin) , 
Mossé de Saverdun, juifs de l'Aljama de Perpignan, Vidal 
Cohen^ phisicia d'Ille, et Astruch Comte, de Puigcerda; — 
remise à Astruch Vital Cresques, à Bonnet Vital, son 
frère, et à leur mère Astrucha, juifs de Perpignan, de tout 
ce qu'ils pourraient devoir à Toccasion d'une accusation du 
crime d'usure intentée contre eux ; — prestation de ser- 
ment par les secrétaires ou collecteurs de l'Aljama des juifs 
de Perpignan; — approvisionnement des tours de Montalé, 
de Prats (de Mollo), de Segura et de Campelles; — déli- 
mitation du territoire de la châtellenie de Puig-Baledos^ et 
indemnité pour le notaire de ce ressort; — nominations 
de châtelains du château et de la vallée de Querol, des 
châteaux royaux de Perpignan, de Salvaterra (Opol), de 
Montesquiu^ de Collioure, de la Jonquera, de Tautahull 
et de Cortsavi, des tours de Saint-Christophe-d'Albera, de 
Montalé, de Prats-de-Mollo, de Madaloch, del Far (à Tau- 
tahull) et du clocher de Costuja; — fixation du salaire des 
servants (garnison) de la Jonquera, de Bellegarde et du 
château de Perpignan; — indemnités pour chevaux tués 
ou perdus au siège de la Jonquera, en faveur de. noble 
Jourdain de Ravat; de Roger-Bernard deFoix, vicomte de 
Castelbo ; d'Arnald, seigneur de Corbera, et de Raymond de 
Pallarols ; — nomination de baillis royaux à Conat, Esta- 
gell, Thuir, Clayra, Saint-Laurent-de-la-Salanca, le Volo, 
Argelès, Rodés et Ropidera; de sous-viguiers de Vallespir 
et de Barida; d'un geôlier à Viilefranche ; de Pons-Anselme 
Quatre, en qualité de gardien du port de Collioure; de 
gardes des ruisseaux de Thuir et de Rivesaltes, et du bois 
royal de Clayra; d'Apparici de Fontanes, en qualité d'écri- 
vain ou notaire de Vinça, après qu il aura subi son examen 
à la chancellerie ; — attribution de 2 livres à chacun des 
douze huissiers de la cour du viguier de Roussillon, pour 
qu'ils aient à chaque fête de Noël des habits neufs (à deux 
couleurs?) bipartiti; — pensions viagères, mises à la re- 
traite et indemnités diveises, comportant en général les 
frais d'habits, vivres, chandelle et droit de manger à la cour, 
en faveur de Sclarmunda de Fontanes qui a allaité, pendant 
quelques jours après sa naissance, le fils aîné du Roi ; d'Ar- 
nald Sa-Costa, chevalier ; de Catherine, < demoiselle de 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

(( la reine » et filie de Gueralda Pcriç d'Adaguer, nourrice 
du Roi; d'Arnald Salât, Kaymond Escuder et Bernard Rot- 
lan, anciens fauconniers du Roi ; de Guillaume Ramon, 
ancien sous-aumônier de la Reine; de Bernard Serra, ex- 
sergent d*armes du Roi; de Messiot, barbier du Roi; de 
Raymonde, veuve de Jean Bianya, ex-caraérière de la Reine; 
de Guillaume March, religieux Carme; d*anciens porters 
(messagers) royaux ; de Pierre Borrô, mestre racional (chef 
des dépenses) ; — pensions viagères de 12 deniers par jour, 
€11 faveur de Jean del Pi, de Pierre Boquer et autres, qui 
ne peuvent plus vivre sans danger en Roussillon, parce 
qu'ils ont opéré l'arrestation de Pierre Oleros; — ordre de 
payements divers, en faveur : de Bernard d'Oltracamps, 
menuisier de Perpignan, à Toccasion du mariage de sa fille; 
de Pons de Caramany, seigneur de Paracols ; de Jean de 
Gadell, camerlench du Roi; de noble Bertrand de Fonollet; 
d'Alamanda, veuve du chevalier Arnald de Mora (de Mm- 
redine) ; de Bernard de Vilaragut; de Mosse Jacob Ferras- 
se], juif, pour trois alariogia (horloges?) qu'il a fournis; 
de Sibiile de Llupia, religieuse du couvent de l'Eula; 
de Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille et grand camerlench 
du Roi; de François de Llupia, huissier d'armes du Roi ; 
de Garsende, épouse du chevalier Arnald de Lordat, vice- 
chancelier; des FF. Prêcheurs de Perpignan, pour un legs 
à eux fait par Jaspert, vicomte de Castellnou; d'Amalrich, 
vicomte de Narbonne; de Bernard de Barriach, phisic du 
Roi; des couvents de Belloch (à Peralada) et de Saint- 
Félix-de-Catinis; de Garin de Castellnou, soigneur d'Ap- 
chier, pour le payement de la. vicomte de Castellnou ; de 
Pierre Tholosa, de Villefranche, et de Bernard Clergue, 
marchand florentin, créanciers du Roi; — donation à vie 
des revenus de Ralleu, en faveur de Jean de So, vicomte 
d'Evol; — indemnité de 80 livres accordée à Hugues de 
Fonollet, docteur es lois, in succursum festi celebrati ra- 
cionesui doctoratus ; — remise des sommes dues par les 
habitants d'Orle et de Cabestany, pour frais de repas pris 
chez eux par le Roi, sicut possumusjure nostro annis sin- 
gulis; — conversion des rentes affectées aux bénéfices 
fondés dans les églises Saint-Jean, Notre-Dame-du-Pont, 
Saint-Jacques, Saint-Mathieu, Sainte-Croix du château 
royal, dans les couvents de Sainte-Claire et de Sainte- 
Madeleine de Perpignan, dans la chapelle du château de 
Tautahull, par les rois Jacques I®*^ et Sanche de Majorque 
et par la reine Sclarmunde, et au bénéfice fondé dans 
l'église Saint-Jacques de Cortsavi par Bernard de So ; — 
ordre de payer au geôlier de la cour du bailli de Perpignan 
les frais de détention de Guillaume Romaguera et de 
Jacques Toisa, de Portel, qui ont été livrés par l'inquisiteur 
des hérétiques ; — enquête sur la demande de concession de 
la juridiction civile de Tatzo-d'Amont, faite par Raymond de 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 51 

Tatzo, chevalier. — Concession d'une pension viagère faite 
par l'infant Ferrandde Majorque à son écuyer, Guillaume 
Dec Fonts, donzell, pour qu'il puisse faire un bon mariage, 
r— Supplique des consuls d'Argelès, pour être autorisés à 
appliquer les aides de la boulangerie à l'œuvre du clocher 
de leur église; — vérification des comptes de Guillaume 
Adalbert, procureur général de la maison du Roi. — Cau- 
tion fournie au sujet d'un berger détenu dans les prisons 
du châtelain de Força Real, pour avoir coupé du bois dans 
les dépendances de ce château. 

Procuration royale des Comtes de Roussillon et de Cer- 

DAG.NE. 

B. 96. (Registre.) — In-folio, H5 feuillets, papier; latin 

et catalan. 



1844-1 84&« — Processus antichs del PatrimonilV. 
— Procès jugés en l'audience du juge du patrimoine royal 
de Roussillon et Cerdagne, devant la commission instituée 
par Pierre lïl, roi d'Aragon et de Majorque, à la suite de 
la saisie des États de Jacques II, dernier roi de Majorque, 
concernant: — les réclamations de dot faites par Rlancheet 
Ërmessende, sur les biens de Raymond de Pallarols, doa- 
zell deFiilols, leur fils et époux, condamné comme rebelle 
et partisan de Tex-roi ; — diverses obligations contractées 
par Pierre Raymond de Codalet, chevalier, Raymond de 
Ranyuls, abbé d'Arles, noble Jean de So, Jean Mata, Per^' 
penya Ymbert, Arnald Pera, familiers de l'ex-roi de Major- 
que ; — les appointements de six anné<3s dus à Bernard PI, 
ex-juge de Roussillon; — une somme de 1,008 florins d'or 
due à Jacques de Copis, florentin, par le fils de Tinfant Fer- 
randde Majorque, neveu du roi de Chypre ; — les pertes su- 
bies par le fait de l'cx-roide Majorque, par les fermiers de 
la leude de Salses, du droit des raisins de CoUioure^ et des 
moulins royaux de Perpignan ; — la demande faite par le 
donzell Raymond de Palauda, pour la délimitation des ter- 
ritoires de son château de Sainte-Colombe et de Castell- 
nou ; — un vol commis, aux environs de Leucate, par les 
agents du roi Jacques, pendant le siège de CoUioure ; — 
la restitution du bailliage de Formiguères à Sclarmunda, 
veuve de Raymond d'Exalada ; — une créance de Pierre de 
Noguer, jurisconsulte de Puigcerda, sur les biens de Ray- 
mond Ysogol, de Cerola ; — les réclamations faites : par des 
marchands de Morella et de Mçnresa, pour les pertes occa- 
sionnées à leure facteurs de Perpignan, lorsque Tex-roi de 
Majorque avait fait saisir dans tous ses États les biens des 
sujets aragonnais ; par un marchand de Puigcerda à qui le 
châtelain de Collioure avait saisi 40 charges de blé, lors 
de rentrée de Tex-roi en Cerdagne; par Bérenger de Puig- 



52 

sech,deMontesquiu, qui avait recruté et entretenu pendant 
soixante jours sur les montagnes d*Alberaet de Soreda dix- 
huit clients (soldats) et plusieurs autres gascons, pour le 
compte de Tëininent Jacques de Majorque; — la supplique 
adressée par Pierre Salvet,deMentet, âgé de quatre-vingt ans 
et ruiné par la dernière guerre, qui demande le mobilier 
abandonné à Perpignan par son fils qui a pris parti pour 
Tex-roi ; — la plainte portée par Guillaume Moros, cuisinier 
de la reine ii^fie d*Aragon, au nom de la Glle d*un marin 
de Barcelone qui venait d'épouser Michel Sparra, de Per- 
pignan; ce dernier, qui était déjà marié et qui a aujourd'hui 
deux épouses vivantes, a pris les armes et a suivi l'ex-roi, 
lorsqu'il a envahi la Cerdagne, ses biens ont été confis- 
qués et sa seconde femme réclame la dot qu'elle lui avait 
apportée ; — les réclamations présentées contre le domaine, 
par l'acquéreur d'un moulin situé à Villefranche; par Ber- 
nard Croses, marchand de Toulouse, qui avait fourni un 
quintal de plume de vulve appelée molsa (mousse) pour les 
infants de Tex-roi ; par un boucher de Perpignan, qui avait 
livré 20 quintaux de viande salée au chevalier Guillaume 
de Perapertusa et au donzell Monet del Castell, pour leur 
tenir lieu du sou (solde) à eux dû par le roi de Majorque. 

— Criées faites à Perpignan par mandement de Vincent de 
Saint-Paul, commissaire du roi d'Aragon, accordant un 
délai de trente jours, pour présenter leur titres et réclama- 
tions, aux créanciers de quarante quatre individus déclarés 
traîtres ou rebelles et partisans de Tex-roi de Majorque, 
et dont les biens ont été confisqués : la liste comprend 
trente individus de Perpignan, un de Cerola, trois du Volo, 
deux de la Roca, un d*Elne, un de TautahuU, un de Ville- 
franche, les deux frères Estalat, Bernard d'Oms du châ- 
teau d*Oms, et les deux frères Raymond et Ârnald de Pal- 
larols. 

B. 97. (Registre.)— in-folio, Idâ feuillets, papier ; latin et catalan. 

1848-1840. — Registre VIII de la Procuracioreal: 

— Capitol de letres reals aci registrades del any 
}L CCC. XLV. — Ordonnances, provisions et lettres de 
Pierre III, roi d'Aragon et de Majorque, presque toutes 
adressées à Michel Âmarell et à Bernard Ramon, procu- 
reur royaux des comtés de Roùssilion et de Cerdagne : — 
maintenant toutes les dispositions prises précédemment par 
l'ex-roi Jacques de Majorque sur les fonds qui provien- 
draient de l'impôt du monetatge de l'île de Majorque ; — 
affranchissant pour dix ans les habitants de la Roca d'Al- 
bera de tous droits de leude et de péage ; — portant nomi- 
nation : d'Arnald Camalera, gardien du port de CoUioure ; 
de François Poda, juge des châteaux du Roùssilion ; de 
Pierre Roma, avocat fiscal de Perpignan, Roùssilion, Val- 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

lespir et Collioure; de François Ça Era, de Menresa, bailli 
du Volo ; de Bernard Isarn, de Vinça, bailli de Maurellas; 
de Raymond Ferrer, de Figuères, châtelain du château de 
Calce ; de Pierre Va Ucspir, juge de la vigrerie de Pioussil- 
Ion ; de Dalmau de Fluvia, citoyen de Valence, obrer ou 
cequier majeur du ruisseau royal de Thuir; de Bernard 
Cabestany, donzell de Cervera, sous-bailli de Collioure; de 
Pierre d'Estoher, donzell, bailli de Vinça; de Raymond 
Palomer, draçaner du draçanal (arsenal) de Collioure ; de 
Guillaume de Lunat, garde ou cequier du ruisseau de la 
ville de Perpignan et des eaux qui y sont déversées par le 
ruisseau de Thuir; — portant commission de la murada 
(prison) de Perpignan, en faveur de Peiico del Castell, de 
Cervera, qui avait perdu la main droite à Argelès, en ai*»- 
mant une grande balliste destinée au siège de Collioure ; — 
affranchissant Bernard Pujela, bailli de Lladd, de toutes tail- 
les, questes, toltes, assises, péages, leudes, et de toute obli- 
gation de sortir au cri de Via fors pour aller aux hosts et 
chevauchées ; — autorisant Perpenyade Puigsech à recons- 
truire, jusqu'à la hauteur de là palms, un corral situé 
hors des murs du Volo, à la condition de laisser un pas- 
sage libre entre cette bâtisse et les fossés de la ville ; — 
portant nominations de châtelains, capitaines ou comman- 
dants : François de Ribes, du château de Segura et de la 
tour des Corbatères (dans la vallée de Ribes) ; Jean de 
Montalcet, de Querol ; Ximenès d'Esparça, de Llivia ; Lope 
de Puyo, de TautahuH; Arnald de Saint-Marsal, de Ria; 
François Vives, de Força-Real ; Ferdinand de Molton, de la 
Tour Cerdane; Dominique de Puig-Molto, d'Evol; — 
accordant 100 livres à l'œuvre d'une chapelle que font con- 
struire, sur le Puigde Malloles, les héritiers de Pierre Ri- 
bera, Pierre Arnau, apothicaire, et Pierre Arnau, menui- 
sier, de Perpignan, lesquels, sur ledit puig, avaient été 
cruellement et presque inhumainement livrrs au supplice 
de la mort par ordre de Jacques de Majorque, parce qu'ils 
n'approuvaient pas ses injustices ; — ordonnant de cons- 
truire une chapelle sur l'emplacement occupé par la tente 
du roi d'Aragon (pendant le siège d'Elne), lorsque l'ex-roi 
Jacques de Majorque, vint se remettre en son pouvoir ; — 
autorisant la reconstruction d'une église située hors des 
murs de Canet et détruite (en 1343) par ordre de frère 
Guillaume de Guimera, pour la défense de celte place ; — 
portant nomination de châtelain du château royal de Per- 
pignan, en faveur de Guillaume de Reliera, gouverneur de 
Roùssilion et Cerdagne, avec faculté de confier le comman- 
dement de cette place à Guillaume de Perves ; — portant 
nominations de châtelains ; Ximenès d'Esparça, de Querol; 
Arnald de Saint-Marsal, d'Evol; Dominique de Puig-Molto, 
c de deux tours situées au-dessus de Villefranche; » Pierre 
Ranseyll(deXativa),de la tour de laGuardia, au territoire 



SEHIK B. — PROCURATION ROYALE DES 

(le CoUioure ; François de Bianya, de Castellnou ; Benoit 
Tuiscle, d*EvoI ; Jean de Hontalcet^ de la Tour Cerdane ; 
Dominique de Puig-Molto, de Puig-Baledos ; Pierre So- 
brino, des tours de Villefranche ; — établissant, conjointe- 

m 

ment avec Tabbé de Fontfroide, un bailli pour les lieux de 
Tura et de Canomals ; — ordonnant de payer aux Hospi- 
taliers de Saint-Jean de Jérusalem la dîme de tous les re- 
venus du Roi en Roussillon, Gonflent et Cerdagne, ancien- 
nement perçue par le commandeur du Mas-Deu (de l'ordre 
du Temple) ; — -défendant de laisser sortir sous aucun 
prétexte, de la maison de la Procuration, aucuns registres, 
livres ou autres écritures ; — ordonnant aux procureurs 
royaux de se faire remettre immédiatement et par voie de 
contrainte, s*il le faut, les livres de comptes et administra- 
tions des juifs qui se trouvent en Roussillon et Cerdagne, 
et de tenir ces registres enfermés et bien gardés jusqu'à 
nouvel ordre ; — prescrivant d'acheter une vigne, au terri- 
toire de Perpignan, dans laquelle on a, ces jours derniers, 
dressé des fourches pour y pendre un homme : Tactc d'a- 
chat , la quittance du prix et les autres documents relatifs 
à cette propriété seront déposés in archiva nostro de Per- 
pignan, où les autres actes sont conservés ; — portant re- 
mises de droits de lods, en faveur : de Guillaume Rostoll, 
apothicaire, de Perpignan, pour deux tables par lui ache- 
tées au maccU majeur ; de Roger Adaç, de Puigcerda, pour 
. la vente de dîmes à Saint-Martin d'Âravo, de trois hommes 
du Vilar d'Envalls et d'un homme du Mas de Saignera ; de 
Pons de Llupia, chevalier, pour la vente d'une maison à 
Perpignan, tenue en fief par Dalmau des Fonts ; d'une mai- 
son achetée pour élargir le pont de la Porte dite d'En 
Costa, à Perpignan; — portant règlement pour l'exploita- 
tion et la conservation des forêts royales et autres de 
Roussillon et Cerdagne, et pour la visite de celle de Que- 
rença qui appartient à l'abbaye de Cuxa ; — maintenant 
des appointements, des pensions viagères et diverses fa- 
veurs accordées à d'anciens serviteur des rois Sanche et 
Jacques : à Guillaume d'Enveitg, ancien huissier d'armes ; 
à Bernard Estève, ancien fauconnier ; à Raymond Ermen- 
gau, Mathieu Palancha, Arnald Miro, Guillaume Ça Costa, 
Jean Fazena, Perpenya Bencset, Martin Nebot, Gerald 
d'Ule, Bérenger de Vilaragut, Guillaume Roig, chevalier, 
Guillaume d'Ôms, seigneur de Cahnella ; à Raymond Em- 
blard ; à François Jana, ancien bailli de Thuir et de Vinça; 
à Roger de Rovenach, chevalier; à Bérenger de Saint-Mar- 
sal ; à Pons de Garamany, seigneur de Paracols ; à Fran- 
çois de Bellcastell, chevalier ; à Ârnald Montaner, docteur 
es lois; à Arnald de Lordat, ancien vice-chancelier ; à Ber- 
nard de Vilarich, chevalier; — portant restitution des 
biens de maître Arnald, « minius » de l'ex-roi de Major- 
que, avec indenmité de 80 sous à ceux qui l'ont arrêté ; 



COMTES DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



6.H 



— prescrivant de prendre sur les biens des communes ou 
des individus rebelles de la Cerdagne 20,000 sols dus 
par le roi d'Aragon à Gonsalve de Gastellvell, gentil- 
homme de sa chambre ; — de payer certaines sommes : 
à Pierre Clariana, tailleur de Perpignan, qui avait re- 
connu de bonne heure que la justice était du côté du roi 
Pierre, et avait en conséquence fait tous ses efforts et 
même beaucoup dépensé pour le triomphe de sa cause ; 

— à Bernard d'Avinyo, qui défendait la tour Cerdane 
et avait perdu tous ses effets et vêtements à Puig- 
cerda, lors de l'invasion de Jacques de Majorque ; — à des 
marchands de Montpellier, pour le sel qui leur avait été 
enlevé à Canet par frère Guillaume du Guimera, lieutenant 
du roi d'Aragon, lorsqu'il s'était emparé de cette place ; 

— à des marchands de Perpignan, pour le bois que l'ex- 
roi de Majorque leur avait pris pour la fortification de cette 
ville; — à Barthélemi Bouer, de Vinça, pour ce qu'il avait 
dépensé pour l'entretien du ruisseau de Thuir « où il avait 
été employé depuis le commencement » ; — à Bernard 
Scuder, de Caudiès, pour le bois qu'il avait fourni au roi de 
Majorque pour des machines de guerre aujourd'hui possé- 
dées par le roi d'Aragon ; — au prévôt de Canohes, l'in- 
demnité qui lui est due pour les dommages portés à ses 
moulins par le ruisseau de Thuir ; — portant exemption 
de tout droit de leude et de barre pendant deux ans, en 
faveur de Bernard Corrcger, de Saint-Paul de FonoUet, 
pour tout ce qu'il exportera du Roussillon sur une seule 
monture et pour l'usage de sa maison, en récompense des 
services par lui rendus aux courriers et agents du roi d'A- 
ragon ; — concernant les appointements et pensions de 
Guillaume Ballesta, châtelain de Llo ; de frère Barthélemi 
Ferrer, inquisiteur de Majorque, Roussillon et Cerdagne ; 
de Guillaume Canal, châtelain de Segura; de Bérenger de 
Rocasalva, châtelain de Bellver ; de Ferrer de Canet, ma- 
jordome du Roi ; de Bernard Geli, ancien trésorier royal ; 
de Pierre Amill, bailli de Vinça; de Guillaume Alissen, de 
Montesquiu ; du châtelain de Canet ; du garde majeur des 
bois de Gonflent, Capcir et vallée de Conat ; du gouver- 
neur de Roussillon et Cerdagne ; de François Aladcrn, 
châtelain de Salses ; des gardes de la Tour de Puig-Musart 
(à Collioure) ; de Guillaume Adalbert, bailli de Perpignan ; 
de Pierre-Galcerand de Pinos, capitaine du comté de Cer- 
dagne et châtefain de Llivia;de Guillaume Conill, baiUide 
Saint-Laurent-de-la-Salanca ; — ordonnant de payer : à 
Bernard Pellisser et à François Estève, de Perpignan, ce 
qui leur est dû sur la baronnie de Cortsavi; à Bernard 
Aybri, ce qu'il a dépensé pendant trois mois qu'il vient de 
passer à la cour ; aux fermiers du poids du fer de Collioure, 
ce qu'ils ont fourni pour les galères royales armées dans 
ce port ; — ordonnant : de rembourser à François Viader, 



51 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



<ie Villefranche, le capital d'une rente qu'il recevait sur 
une maison de Bernard Patau dont tous. les biens ont été 
confisqués au proQtdu Roi pour certains crimes et infamies 
par lui commis; — de mettre Pierre Pardi de la Costa et 
Pierre Jorda d'Orries, en possession des biens possédés à 
Tautahull par André Guiter, déclaré rebelle ; — de livrer 
les biens de K. Adalbert, à Jean Sabata, gentilhomme de la 
maison du Roi ; — de mettre le séquestre sur les biens de 
Raymond Gaveila, Bernard Puigdauluch, Pierre Companys 
et autres rebelles ; — de payer les appointements du sous- 
viguier de Barida avec les biens des rebelles qui se trou- 
vent dans son ressort ; — chargeant Jean Ros, balistarius, 
de visiter tous les châteaux du Roussillon, pour inspecter, 
réparer et réformer les ballistes de chacun d'eux ; — dé- 
clarant Michel Amarell innocent des accusations dont il 
avait été l'objet et le réintégrant dans ses fonctions de pro- 
cureur général du Roi en Roussillon, avec ordre de lui 
payer toutes les pensions à lui accordées par les rois San- 
che et Jacques, et notamment le traitement qui lui était 
encore dû pour les fonctions de procureur général exer- 
cées pendant quatre ans sous ce dernier Roi ; — autorisant 
les procureurs royaux du Roussillon à contracter un em- 
prunt à S sous pour hvre d'intérêt ou barata par an (août 
1345); — attribuant aux enfants de Raymond Ça Costa une 
rente perpétuelle de 2,000 livres sur les châteaux et au- 
tres biens de tous ceux qui ont pris part à l'attaque faite 
par Jacques de Majorque contre Puigcerda et le comté de 
Gerdagne ; — ordonnant : de payer aux Hospitaliers de 
Saint-Jean de Jérusalem le prix de leur palais ou maison 
de CoUioure et de la chapelle de Sainte-Marie-Madeleine 
qui s'y trouvait comprise, le tout ayant été pris pour les 
fortifications et fossés du château royal de cette ville ; — 
d'inféoder au prieur de Cornella-de-Conflent un patus de 
lanclen château contigu à ce monastère ; — accordant à 
Bernard Faberzan, lieutenant du châtelain de Leucate, et 
à son fils, leur vie durant, la liberté d'extraire du Rous- 
sillon, chaque année, 200 charges de blé et tous les légu- 
mes qu'ils voudront, sans payer aucun droit, et de tenir 
200 têtes de bétail en toute franchise dans les pasquiers 
de ce pays ; — portant indemnité sur les biens des rebel- 
les, en faveur de Dalmau de Fluvia, sous-viguier de Ba- 
rida, lors de l'invasion de Jacques de Majorque; — ré- 
glant les droits de passage dus pour les troupeaux envoyés 
aux pasquiers de Vallespir par l'hôpital de Perpignan; — 
faisant remise, pour cinq ans, de tous les droits perçus sur 
les actes de cinq notaires de Collioure ; — maintenant aux 
habitants de Guills le droit de prendre l'eau de l'étang de 
Malniu pour leurs moulins et pour Tarrosage de leurs 
terres; — ordonnant de livrer à frère Bérenger Amoros, 
chapelain du Roi, tout le bois dont il aura besoin pour re- 



faire la toiture de sa chambre dans le couvent des frères 
Mineurs de Perpignan, en le prenant, s'il le faut, dans les 
machines de guerre ; — confirmant à Guillaume d'Alenya, 
chevalier, le droit d'acheter des biens au territoire de 
Salses, sans payement de lods ; — accordant à Bernard 
Oliba, chanoine d'Elue et assesseur des consuls de Perpî- 
gnan, qui avait été exilé par Jacques de Majorque, la 
faculté de vendre 10,000 sous de ses biens sans payement 
de lods; — concédant 2,000 sous barcelonais sur les biens 
de donzell Arnald de Llupia, en faveur de Guillaume de 
Reliera, pour acheter un cheval ; — ordonnant la saisie 
des chapellenies occupées à Perpignan par les prêtres Ber- 
nard Baro et Pierre Terrena, qui viennent de prendre la 
fuite, et sont suspects de la criminelle faction et conspira- 
tion qui se préparait contre la personne du Roi et la sûreté 
du Roussillon ; — portant don de 2,000 sous en faveur de 
Guillaume de Puig, chevalier, en aide des frais de sa nou*- 
velle chevalerie; — engageant : les revenus deBellverà 
Guillaume Roig, chevalier, pour 2,000 livres prêtées au 
Roi ; la leude de Collioure et les revenus des biens de di- 
vers rebelles, à Pierre de Bardol, de Perpignan , pour 
500 livres qu'il a également prêtées ; — exemptant les ha- 
bitants de la Roca du payement de droits de lods ; — ac- 
cordant à Mossc Jacob Ferrussol, Juif de Perpignan, la 
faculté de faire moudre son blé où il voudra *; — ordonnant 
de faire de nouvelles recherches pour connaître exactement 
tous les biens des rebelles de Gerdagne ; de payer sur les- 
dits biens 1,500 sous que le Roi doit à Jean-Pierre de Mur, 
chevalier de sa maison ; — portant donation : de tous les 
châteaux et autres biens du rebelle Arnald de Llupia, en 
faveur de Michel Pierre Çapata, pour deux parts, et de 
Jorda Pierre d'Urries, pour l'autre part; des biens du re- 
belle Bérenger de Cases, de Perpignan, en faveur de Martin 
Ximenès de Thaust , sous-dépensier de la Reine ; de 
10,000 sous sur les biens de divers rebelles, et du droit 
d'entretenir 800 têtes de bétail dans les pasquiers de Rous 
sillon et Gerdagne, en faveur de Thomas de Marça, con- 
seiller du Roi; des lieux d'Évol, Sauto, la Bastida et 
autres fiefs en Gonflent et Capcir, en faveur de Bernard- 
Guillaume d'Entença ; — accordant à Bérenger Amoros, 
de Collioure, la faculté d'acheter pour 10,000 sous de biens 
francs de lods, à la charge d'avoir un cheval et des armes 
pendant un an et de faire un mois de service à ses frais en 
Roussillon, s'il en est requis par le gouverneur ; — ordon- 
nant : de rechercher si les habitants du Volo sont tenus ou 
non de fournir, tous les ans, un repas au Roi; de fortifier 
les châteaux de Bellver, de Collioure et de Perpignan ; 
d'entretenir des espions pour surveiller les menées de Jac- 
ques de Montpellier (c'est le seul titre que le roi d'Aragon 
donne désormais au roi de Majorque qu'il avait dépossédé 



SÉKIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROTJSSILLON ET DE CERDAGNE. 



55 



de ses États) ; — maintenant BérengerMiramhell, de Thuir, 
dans la jouissance d'une concession d'arrosage faite par 
Tex-roi de Majorque, malgré l'opposition des procureurs 
royaux qui prétendaient que toutes ces concessions étaient 
annulées par le fait de la dernière conspiration dudit Jac- 
ques de Montpellier ; — concédant, pour dix ans, le greffe 
du patrimoine royal, à Guillaume de Perellos ; — resti- 
tuant à deux marchands de Carcassonne les droits perçus 
sur deux charges d'armures par eux achetées à Perpignan 
pour la défense du royaume de France ; — portant don 
de 3,000 sous en faveur du procureur royal Bernard Ra- 
mon, pour avoir renoncé à la donation que le Roi lui avait 
faite des biens de Raymond de Vilallonga, donzell de 
Saint-Hippolyte ; — ordonnant : de réparer la chambre dite 
de la Reine, au château royal de Collioure; de tenir le 
port de Port-Vendres en bon état et de le nettoyer comme 
précédemment; d'entretenir un observateur sur le Puig 
de Biarra, pour surveiller la mer, et une barque armée 
pour veiller, la nuit, à l'entrée du port de Collioure ; d'a- 
cheter des terrains dans la partie de cette ville appelée 
Puig-Mausart, pour y établir de nouveaux habitants ; de 
retenir un mois de plus les cavaliers qui se trouvent en 
Roussillon, et d'armer les galères royales de Collioure, à 
cause des bruits qui courent sur les projets de Jacques de 
Montpellier ; — accordant auxj uifs de l'Âljama de Perpi- 
gnan la libertjé de faire moudre leur blé où ils voudront ; 
— maintenant Bernard Tixa en possession de la châtelle- 
nie de la tour du Coll de la Porta^ qui lui avait été concé- 
dée à vie par le dernier seigneur de Cortsavi ; — portant 
donation d'une rente de 500 livres sur les revenus de Rous- 
sillon, en faveur de Nicolas de Jamville, comte de Terrano- 
va; — confirmant, pendant dix ans, à Arnald Camallera sa 
nomination à l'emploi de gardien du port de Collioure ; — 
affranchissant les habitants de Thuir de tout payement de 
leude au Volo ; — donnant : à Martin de La Fita 3^000 sous 
majorquins, à prendre sur les biens des partisans de Jac- 
ques de Montpellier condamnés comme factieux et dont 
quelques-uns ont déjà subi le dernier supplice ; à Alaman 
Ferez de Verdun, employé à la scrivanie du Roi, tous les 
biens de Jean David, (juif) convers qui a été accusé du 
crime d'hérésie et vient d'être brûlé à Perpignan ; à Pierre 
de Mora, une créance qu'il avait sur François d'Oms ; — 
ordonnant de fonder dans la principale église de Perpignan 
et dans la cathédrale d'Elne deux bénéfices de IS livres 
cliacun ; moyennant cette fondation,le Pape a absous le Roi 
de tout ce qui a été fait dans la ville de Perpignan, ou à 
Majorque, par Philippe Boil, gouverneur de cette île, en ar- 
rêtant des religieux ou des clercs qui ont été soumis à la 
torture et dont quelques-uns, qui n'étaient que simples 
tonsurés, ont été condamnés au dernier supplice, pour 



avoir participé à la conspiration de Jacques de MontpUlier; 
— mettant à la retraite Bernard de QueV, lapicide et 
mattre des œuvres royales en Roussillon ; — portant rè- 
glement pour le salaire des châtelains et le nombre des 
gardes des tours ei châteaux royaux des deux comtés; — 
ordonnant de remettre Jean Fernandez Munyos et Bernard 
d'Oizinelles en possession de Tétang dit Stanyer de Pon- 
tella ; — portant don de 5,000 sous en faveur de Michel 
Amarell, procureur royal, pour le dédommager du tiers 
des biens de Raymond de Vilallonga qui a été reconnu in- 
nocent et a recouvré toute sa fortune ; — autorisant la ville 
d'Argelès à s'imposer extraordinairementpour la construc- 
tion d'un canal d'arrosage qui doit prendre l'eau du Tech 
au-dessous du Volo et l'amener à Argelès, selon l'engage- 
ment pris par le Roi lors de la red.lition de cette ville ; — 
prescrivant de transférer au bois de Clayra une partie des 
paons et des lapins du château de Perpignan ; — contenant 
diverses dispositions pour la vénerie, la nora (noria) et la 
clôture du figueral du château royal de Perpignan; — or- 
donnant de payer à Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille, 
toutes ses rentes et pensions, dues depuis le jour où il fut 
arrêté par Jacques de Majorque jusqu'à celui où ce demiei' 
s'était livré au roi d'Aragon; — portant ordre d'expédier 
à la cour (à Valence) deux tonneaux du meilleur vin rouge 
que l'on pourra trouver â Perpignan ; — prescrivant de 
construire le portail de la chapelle du palais royal de Va- 
lence avec du marbre de Villefranche-de-Conflent. — Let- 
tres : de la reine d'Aragon, demandant qu'on lui envoie de 
Perpignan trois onces de perles pour les vêtements de ses 
filles; — du boutelier de la Reine, demandant pour ladite 
dame deux charges du meilleur vin de Roussillon ; — 
nouvelle demande de deux charges de vin, faite aux pro- 
cureurs royaux de Roussillon, parce que « sabet que la 
senyora reyna no quier heure de otro vino sino del que 
vient de Perpinan. » 

B. 98. (Registre.) — Grand in-folio, tô reuillcls, parchemin ; latin. 

184&-I84II. — Capbreu (terrier) de Forniiguères. — 
Reconnaissances des manses, bordes et autres possession > 
tenues en dire cte seigneurie pour Pierre III, roi d'Aragon et 
de Majorque ; — les redevances doivent être portées à 
Caudiès, Puigcerda, Cornella et Villefranche-de-Conflent, 
au choix des fermiers; — Pierre Gurguja jeune paye un 
cens d'un denier et une obole pour un ruisseau qui passait 
devant sa maison dans le village de Formiguères, lequel 
ruisseau a été abandonné et rompu par les procureurs 
royaux actuels et par les autres habitants ; - Pierre Borda 
paye 2 deniers et 1 obole chaque année, pour le cens du 
ruisseau dudit lieu appelé Ruisseau- Vieux. 



56 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

B. 99. (Liasse. ^^ — 3 pièces, parchemin ; 1 pièce, papier ; latin. 



1844-18&e« — Chartes de Pierre III, roi d'Aragon 
et de Majorque : nommant Michel Âmarell et Bernard Ra- 
mon, procureurs du patrbnoine royal des comtés de Rous- 
sillon et Cerdagne et des terres de Collioure, Vallespir et 
Confient; — confirmant aux habitants d*Elne le droit de 
faire pattre librement leurs troupeaux, avec tous les voisins, 
depuis le lever jusqu'au coucher du soleil; — commettant 
Guillaume Boxeda, procureur des fiefs, à la recherche et 
perception de tous les droits de commise et d*aliénation 
dans les deux comtés. — Échange de censives, droits de 
lods et autres redevances perçus par le domaine au terri- 
toire de Toluges, pour divers cens perçus par Bernard 
Aybri, bourgeois, à Perpignan, Malloles, Bajoles et Cabes- 
tany; — quittance du droit de quart perçu par le fisc sur 
la succession de feu Pierre Fabre, prôtre d'Opol. — Sen- 
tence arbitrale rendue par le donzell Raymond de Perellos, 
condamnant les fils de Jean Fernandez Munyos à délaisser, 
moyennant 200 florins d*or, le château de Pontelià à Fran- 
çois de Bel icastell, seigneur de Yilallonga : ce domaine, 
confisqué sur Pierre-Raymond de Codalet, avait été donné 
par le Roi audit Fernandez et à Bernard d'Olzinelles; mais 
Pierre d'Aragon avait disposé d'un bien qui ne lui appar- 
tenait plus, attendu qu'il avait déjà engagé la terre de Pon- 
telià pour 6,000 livres en faveur de pierre Fuster, de Va- 
lence, qui avait cédé ses droits à François de Bellcastell. 

B. 100. (Registre.) — In-folio, 97 feuillets, papier; latin et catalan. 

1 810-1859. — Procuracio real, registre J/Jf. —As- 
signations de rentes faites par Sanche, roi de Majorque, en 
exécution des dispositions de la reine Sclarmunda, sa mère, 
en faveur du couvent de Sainte-Claire de Perpignan, con- 
tenant entre autres une rente viagère de 100 sous en faveur 
de Sclarmunda, religieuse de ce couvent, fille naturelle de 
l'infant Ferrand. — Concession d'une rente annuelle de 
318 livres faite par le roi Jacques de Majorque, en faveur 
de Pierre de FonoUet, vicomte d'Ille; — abandon de 
40 sous sur les 30 livres de rente que Pierre Borrô, maître 
racional dudit Roi, recevait sur les pasquiersde Salses, fait 
à cette communauté, avec réserve, en faveur dudit Borrô, 
de la faculté de faire pacager six cents botes à laine ou 
chèvres dans ce territoire. — Ordonnances, provisions et 
lettres de Pierre III, roi d'Aragon, portant nominations de 
châtelains : deCaMellnou, pourPauquetde Bellcastell; de 
Ria, pour Arnald de Saint-Marsal ; de Querol, pour Guil- 
laume-Raymond de Sanla-Eulalia; du château de Perpi- 
gnan, pour Arnald de Vilaric; de la tour du Far, pour 
Açnar Lopez de Pueyo; de Conat, pour Pierre Parayre, de 



Villefranche; deBellpuig, pour Arnald de Banch, de Fi- 
guères ; de Puig Balados, pour Arnald de Saint-Marsal; 
de Força Real, pour Thomas de Marça; — nomination de 
baillis : à Saint-Laureat-de-la-Salanca, en faveur de 
Jacques Prats qui a rendu de grands services comme espion 
dans la ville de Montpellier, qu'il a été obligé de quitter ; 
de Clayra, pour Jacques Oliva; d'Estagell, pour Açnar 
Lopez de Pueyo ; de Toluges, pour Bernard Fabre ; de 
Salses, pour André Campels ; de Bellpuig, pour Pierre de 
Puig-Bolquer, pareur de Perpignan; — ordre de restituer 
une caisse saisie dans la ville de Collioure à Pierre Bonpas, 
de Perpignan, qui avait quitté sa patrie pour ne pas se 
révolter contre le roi d'Aragon, et s'était fait citoyen de 
Valence ; — autorisation d'acheter des propriétés pour 
300 livres, sans payer droit de lods, en faveur de Pierre 
Vaquer, marchand de Perpignan, qui a souvent prêté de 
l'argent sans intérêt aux procureurs royaux; pour 1,000 li- 
vres, en faveur de Vincent de Saint-Paul, jurisconsulte de 
la môme ville, qui avait été banni par Jacques de Montpel- 
lier, parce qu'il favorisait l'acte de justice du roi d'Aragon; 

— reconnaissance définitive en faveur des juifs de Perpi- 
gnan, de faire moudre leur blé dans celui des moulins 
royaux de cette ville qu'ils jugeront à propos ; — ordre de 
payement de 1,000 livres à l'abbaye de Vallbona, pour la 
réparation du raonastire; — commission donnée à Pauquet 
de Bellcastell, de conduire les machines et engins de guerre 
nécessaires pour assiéger le château de Ria qui persiste à 
se défendre au nom de Jacques de Montpellier; — règle- 
ment pour le nombre et le salaire des officiers royaux de 
Roussillon et Cerdagne, châtelains, gourverneurs,viguiers, 
juges, inquisiteurs de l'hérésie et procureurs royaux; — 
nomination de Guillaume Aybri, bourgeois de Perpignan, 
aux fonctions de procureur royal ; d' Arnald d'Éril, à celles 
de gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne; 
d' Arnald Gerald, à celles de lieutenant des procureurs 
royaux en Cerdagne; de Guillaume Vingrau, à celles d'obrer, 
inspecteur et garde du ruisseau de Rivesaltes; — ordre de 
payement d'anciennes pensions et rentes accordées : à Guil- 
laume Gaujos; au fils de Bernard de Barriach, professeur 
en médecine; à Anne de Perestortes, épouse du donzell 
François d'Oms ; à Arnald de Lordat, vice-chancelier du 
dernier roi de Majorque ; à Anne, habitante de Perpignan, 
filleule de la reine Constance; à Pierre Mas, de la même 
ville, cuisinier des rois Jacques I*', Sanche et Jacques II; 

— remboursement à François de Saragossa, chevalier, des 
sommes que son père avait prêtées à Jaspert, vicomte de 
Castellnou, et pour lesquelles la baronnie de Castellnou 
avait été engagée ; — autorisation, accordée aux juifs de 
rAljaaia de Perpignan, de contracter un emprunt de 
1,000 sous; — donations : de 500 sous à Berengère,épouse 



SÉRIE B. ^ PROCURATION ROYALE DES 

de Riqueim de Vernet, en récompense de ses services et 
de son dévouement au roi d'Aragon; de SOO sous à Guil- 
laume de Massanos, de Queralps, pour la résistance qu'il 
a faite lors de la dernière invasion de Jacques de Montpel- 
lier dans le Gonflent ; — mandats de payement des salaires 
dus à Arnald de Saga, viguier de Gerdagne; François 
Vives, châtelain de Força Real; Arnald de Roca, sous- 
viguier de Vallespir ; Raymond de Barbera, châtelain de 
GoUioure; Bérenger de Rocasalva, châtelain de Bellver; 
Raymond Pages, garde de la devëse royale de Perpignan ; 
Bernard Cabestany, sous-bailli de Gollioure; Pierre Galce- 
rand de Pinos, châtelain de Llivia ; Martin Lopez de Luna, 
chef du guet de la cour du bailli de Perpignan ; — confir- 
mation de l'office de crieur de Gollioure, en faveur de Pierre 
Araill, sa vie durant; — dons : de 18 livres, pour marier 
une fille d' Arnald Bugarell, écrivain de la procuration 
royale ; — d'une indemnité, au fermier de la barque du 
Volo, pour avoir fait passer les troupes du Roi venues en 
Roussillon pour expulser Jacques de Montpellier; — ordres : 
de restituer à un marchand de Narbonne 347 charges d'orge 
qu'il exportait du Roussillon sans autorisation royale et 
saisies, pour ce motif, dans les eaux de Gollioure et d'Ar- 
^elës; de compléter les travaux des fossés et du château de 
Gollioure; de payer, pendant un an, Thabillement de quatre 
genetz (domestiques) laissés à Perpignan par le roi d'Ara- 
gon ; de remettre la maison de la trésorerie royale de Per- 
pignan à Bernard Tolza, écrivain de la procuration ; — dons : 
de 2,000 sous à prendre sur les biens des rebelles, en 
faveur de Pierre Tacho qui a été commis à la recherche 
desdits biens; d'une pension viagère de 1,000 livres, à 
Jean Nicolau, domestique du Roi; — ordres : d'envoyer 
une bonne personne auprès du chevalier Jacques Lemosy, 
conseiller du roi de France, pour rechercher les biens de 
ceux qui ont pris part à la dernière tentative faite en Gon- 
flent par Jacques de Montpellier; — de portera quarante 
hommes la garnison du château de Perpignan; — de payer 
à Astruch Bonet, juif de cette ville, le travail qu'il a fait et 
les services qu'il a rendus à la procuration royale ; — 
nouveau règlement pour le salaire des châtelains du Rous- 
sillon, fait par une commission composée d' Arnald d'Éril, 
gouverneur, Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille, Ademar de 
Mosset, Garcia de Loris et Raymond de Vilafranca,'cheva- 
liers ; — affranchissement du payement de leudes en faveur 
des habitants de Figuères; — nominations : de Jaspert de 
Tregura, à l'office d'assesseur du gouverneur, à la rési- 
dence de Perpignan; —de Pierre-Raymond Arnau, à la 
sous-viguerie de Vallespir; — de Ferrer Gau, au sous- 
bailliage de Gollioure ; — de Bernard Sautze , juriscon- 
sulte de Perpignan, à l'office d'avocat des pauvres; — ordre 
de payer à Pierre-Guillaume de Stany-Bos, camérier de la 

PyRKNÉKS-OrIENTALES. — SÉRIE B. 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE GERDAGNE. 57 

reine Éléonore d'Aragon, les pensions à lui accordées par 
le roi Sanche de Majorque ; — pleins pouvoirs accordés à 
Guillaume de Bellera, gouverneur des comtés de Roussil- 
lon et Gerdagne, de pourvoir au remplacement des officiers 
et notaires desdits comtés, presque tous décédés qui fere 
omnes decesserunt à la suite des pestes et maladies sur- 
venues en diverses parties du monde ; — nominations : 
de Jacques Nègre, notaire de Perpignan, à l'office de pro- 
cureur fiscal du Gonflent; — d'Huguet de Slany-Bos à la 
châtellenie de Ria; — de Bernard Ça-IUa, à celle de 
Gonat ; — de Bernard de Scales, à celle de Montesquiu ; 

— de Pierre Adalbert, bourgeois de Perpignan, à celle de 
la Roca ; — de François de Perellos, à celle de TautahuU ; 

— de Bernard Serra, à celle d'Opol ; — de François de 
Maguessa, de Gastellô d'Empories, à celle de Montesquiu ; 

— de Dalmau d'Ullastre, à celle de Ria; — de Pierre de 
Tautahull, à celle deGortsavi; — de François de Ribes, à 
celles du château de Segura et de la tour des Gorbatères ; 

— de Jean Matheu, de Perpignan, à celle de Bellegarde ; 

— commissions : de sous-viguier de Vallespir, en faveur 
d'Antoine de Surell ; —de garde des forêts du Gapcir,pour 
Bernard Bosom, de Ribes; — de forestier du bois de 
Glayra, pour G. Gastellô, de Saint-Feliu-d'Avall ; — de 
garde et répartiteur de l'eau du ruisseau de Thuir, pour 
Pierre Ferrer ; — de gardien de la porte ferriz (de fer) du 
château de Perpignan, pour Bérenger Thomas ; — ordre 
aux châtelains de Gortsavi, Gastellnou, Bellegarde, la 
Roca et Montesquiu, de se tenir constamment à leur poste; 

— réduction d'un cens perçu par le domaine sur une mai- 
son de Perpignan où le propriétaire veut établir un hôpital; 

— ordres: de payer à Eymeric de La Via ce qui lui est dû 
pour avoir rempli l'office de lieutenant du gouverneur 
depuis le décès d' Arnald d'Éril; — de confier à Ximenès 
Garcia de Morella le soin de la nora, des lapins, cerfs, 
oiseaux et autres animaux qui se trouvent au château de 
Perpignan ; — remise d'une partie-du prix d'affermé des 
revenus de Gollioure à l'un des fermiers, à cause des pertes 
occasionnées par la peste générale qui, par la volohté de 
Dieu, a sévi sur les Ëtats d'Aragon comme sur les terres 
des autres princes du monde, et s'est surtout appesantie 
dans la région de Gollioure; — modération des contribu- 
tions auxquelles avaient été condamnées la plupart des 
communautés de Gonflent et Gerdagne, pour avoir favorisé 
la dernière tentative faite dans ces pays par Jacques de 
Montpellier ; cette grâce, motivée par l'extrême misère 
des populations à la suite des pestes générales qui ont sévi 
sur la plupart des États du monde, concerne les commu- 
nautés de Puig-Balados, Formiguères, Serdinya, Fulhà, 
Veniet, Gornella, Gonat, Guissà, Aurellà, Prades (modéra- 
tion de 6,000 livres sur 30,000 , et Vinça qui ne devra 

8 



5S ARCHIVES DES PY 

payer que le tiers de Tarnèrc-dîmc que cette communauté 
était condamnée à verser pendant dix ans; — nomination 
dArnald de Puig, en* qualité de gardien de la murada 
(prison) de Perpignan et d'huissier de l'inquisition; — con- 
cession d'arrosage pour le jardin du prieuré des religieuses 
de Saint-Sauveur de la même ville; — ordre de remettre 
les garnisons du Roussillon sur le pied où elles étaient du 
temps du roi Sanche, à cause des faveurs que la justice et 
la fortune viennent de donner à la cause du Roi (par la 
mort de Jacques de Montpellier, tué dans sa tentative contre 
nie de Majorque); — concession de 7,000 livres sur le 
minerai extrait du Gonflent, en faveur des habitants de 
ViUefranche, pour les aider à solder les intérêts de 
28,000 sous qu'ils doivent aux héritiers du barcelonais 
Arnald de Bastida; — remise des droits de succession dus 
au Roi par l'abbé de Saint-Jean-des-Abadesses qui a hérité 
des biens du chevalier Raymond Roig, de Prats, son frère; 
— concessions de pensions viagères : sur la leude du Volo, 
en faveur de frère Galcerand de Fonollet, commandeur du 
Has-Deu: — sur les revenus de la Bastida et de Bellpuig, 
en faveur des religieux Carmes, Pierre Riu et Bernard Geli, 
chapelains du Roi; — ordre de fournir sur les revenus du 
Roussillon 30,000 livres par an, pour l'entretien des in- 
fantes Constance et Jeanne, qui résideront désormais au 
château de Perpignan ; — nomination de Jean Volona, 
lapicide, et de Pierre Carrera, menuisier, tous les deux de 
Perpignan, pour la visite, la garde et l'entretien des châ- 
teaux et maisons du Roi situés en Roussillon, avec charge 
d'y exécuter tous les travaux de maçonnerie, charpente et 
menuiserie, sous les ordres de Guillaume Araarell, obrer 
majeur du château de Perpignan. — €harte de Pierre III 
datée de Perpignan, à l'occasion de la naissance, dans cette 
ville, de Jean, son fils aîné (!•' janvier 1350) : en ce jour so- 
lennel, dit-il, qua communiter soient afferri et dari plu- 
ribtis munera grandia per magnâtes, il fait donation à la 
reine Éléonore des lieux du Yolo et de Montesquiu. 

B. 101. (Cahier.) — In-folio, 16 fenillets, papier; catalan. 

tS49-I858. — Vérification des comptes des procu- 
reurs royaux de Roussillon et Cerdagne, Guillaume Aybri, 
Pierre Nadal, Guillaume Bonet et Pierre Gerau ; observa- 
tions et rectifications concernant diverses dépenses relati- 
ves au salaire des châtelains et autres officiers, à la ferme 
des revenus royaux, etc. — Sommas payées : à Albert Sa 
Trila, pour la solde de trente-neuf hommes à cheval ar- 
més, à raison de 8 sous par cheval armé, pendant un mois ; 
- à R. Terratz, de CoUioure, pour conduire dans le comté 
crEmpories les gins (machines de guerre) de Collioure ; — 
h Arnau Dec Banch, pour faire construire une porte au 
château de Bellpuig, etc. 



HENEES-ORIENTALES. 



B. 102. (Cahier.) — In-folio, 6 feuillets, papier; latin. 

tSft4* — Fragment d'un manuel d'actes de N. N., no- 
taire à Villefranche-de-Conflent. — Actes de vente de 
maisons et autres propriétés situées : à Fulhà, sous la di- 
recte seigneurie de Pierre Durand, jurisconsulte de Perpi- 
gnan, et d* Arnald-Bernard de Fulhà, donzell; — à CatUar^ 
Codalet, Yillefranche et Serdinya, avec lods de Guillaume 
Bonet, procureur royal. — Baux à ferme des revenus pos- 
sédés à Sahorra, Fulhà, Yillefranche, Sansa, Serdinya et 
Py, par frère Guillaume Vilara, camérierdeSerrabona; — 
des revenus de la cure d'Osseja occupée par Michel Fustet^ 
chanoine d'Urgell ; — vente d'une vigne au lieu dit Serra de 
Sant'Clemens (territoire de Fulhà), par le donzell François 
de Rocafort; transaction entre ce dernier et le titulaire du 
bénéfice fondé dans l'église Saint-André de ViUefranche 
par Pierre de Billerach, au sujet de censives ; — réduction 
de cens faite par Michel Tort, de ViUefranche, seigneur de 
Jujols; — quittance du prix d'une cloche fondue pour l'é- 
glise de Finestretpar les stanyers Raymond Gros, de Perpi- 
gnan, et Jean Quer, de ViUefranche. 

6. 103. (Registre.) — In-S», 19 feuillets, papier; latin. 

I8ft4. — Reconnaissances de terres, manses et autres 
propriétés tenues en directe seigneurie du Roi, dans les 
territoires de Sahorra, Fulhà, Canoha, Cornella, Flaça, 
Jujols, Rodés, Ropidera et Vinça en Gonflent, Vilanova et 
Formiguères en Capcir, Perestortes en Roussillon, faites à 
Guillaume Boxeda, procureur féodal du roi d'Aragon. — 
Hommages prêtés : par Arnald-Bernard, donzell, fils de 
Jaubert de Fulhà, pour ses fiefs de Montellà, Nohèdes et 
Orbanya, dans la vallée de Couat ; — par Pierre Julia, de 
ViUefranche, pour les dîmes de Vallans, Éroles et Riutort; 
— par Michel Tort, pour la seigneurie de Jujols et divers 
revenus à Canoha ; — par le procureur du précepteur de 
Gapoleg et de Sainte -Suzanne-de-Ramer, pour une part 
des dîmes d'Enveitg; — par Raymond Ça-Rocha, donzell, 
pour le lieu d'Anyer, le vilar de Porcinyans et le château 
de la Roca, situés dans la paroisse de Saint-Jacques 
d'Anyer; — par frère Pierre, prieur de Notre-Dame-de- 
Serrabona, pour le manse de Casa-Sus d'Urg, et diverses 
possessions à Quexans (en Cerdagne) et à Sahorla; — pai' 
Jacqueline, fille de Jacques Berenger, de ViUefranche, 
pour la moitié de quatre manses situées à Fornols et 
aujourd'hui divisés en sept feux, dont deux sont inhabités. 

B. 104. (Registre. — Grand in-folio. 33 feuillets, parchemin : latin. 

ISftV* — Capreu ou terrier de Salses. — Reconnais- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

sances des maisoas, vigaes et autres propriétés possédées 
dans la ville, au barri (faubourg) et dans le territoire de 
Salses, en directe seigneurie du roi Pierre d*Aragon, par 
des habitants de Salses, Salvaterra (Opol), Tura, Rivesal- 
tes, Saiut-Laurent, Garrius et Saint-Hippolyte. 

■ 

B. i05. (Registre.) — In-folio, 30 feaiUets, papier; latin. 

t8ft«-I8ft9« — Notule d*André Romeu, notaire de 
Perpignan, attaché à la cour du patrimoine royal de Rous- 
sillon et Cerdagne. — Actes de quittances, de procurations, 
6t autres contrats concernant des affaires pailiculières de 
divers habitants de Perpignan ; — procuration faite par 
François Bonsenyor, clerc de Perpignan et chapelain de 
réglise de Sainte-Thècle près de cette ville, pour échanger 
ce bénéfice ; — quittances des appointements de Bérenger 
Ysern, avocat fiscal, et de noble Guillaume de Sellera, 
gouverneur des deux comtés ; — sentence rendue par le 
gouverneur, assisté de Jaspert de Tregura, son assesseur, 
d'Arnald Terrena, sacristain d'Elne, de Jean Vola, bailli de 
Perpignan, de Raymond Cerda, assesseur du viguier de 
Roussillon et des autres membres du Conseil du gouver- 
neur, portant que les juifs Maymon Momet et Samiel Ca- 
racosa, qui ont été élus en qualité de secrétaires de l'al- 
jama de Perpignan, ne seront pas admis à refuser cette 
charge sur le motif qu'ils l'ont déjà remplie à diverses repri- 
ses et que leurs anciens comptes n*ont pas été encore ap- 
prouvés ; — ventes de terres à Tanyères et à Pia, tenues 
en directe seigneurie pour le donzell Bérenger Amoros ; — 
reconnaissance de propriétés situées à Bages, en faveur 
d'Huguet de Llupia, seigneur de ce village; — bail à loyer 
d'une maison située dans le call des Juifs de Perpignan et 
attenante à la maison du Conseil de Taljamade cette ville, 
passé pour deux ans par les secrétaires de l'aljama à Ya- 
coub Rossell, juif ; — notification faite au gouverneur par 
Guillema, veuve d'Arnald de Saint-Marsal, d'une lettre du 
Roi qui ordonne de remettre cette dame en possession des 
lieux de Saint-Marsal et de Montuer occupés présentement 
par François de Perellos, majordome du Roi ; — recon- 
naissances de diverses propriétés faites à Guillaume Boxeda, 
procureur des fiefs royaux, par des habitants de Quers et 
de Cortvassill dans la vallée de Querol ; — confirmations, 
parles procureurs royaux : de la vente de propriétés situées 
à Bellver, en faveur de Guillaume de Riumajor, de Cahor- 
riu ; — de la vente des dîmes de Queralps faite à Jean 
Merles, marchand, de Ripoll, par le donzell François de 
Montclar. — Bernard Ysern de Thuir, contre lequel une 
plainte a été portée à la cour du viguier par frère Nicolas 
d*Urg, prévôt de Joch, et par Bernard Feylo, son associé, 
qui prétendaient avoir été insultés sur la voie publique, dé- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 59 

clare qu'il est entièrement innocent des faits qui lai sont 
imputés ; mais sachant, d'autre part, que deux de ses amis 
avaient fait, à son insu, un traité de paix avec les plai- 
gnants, par lequel ils juraient en son nom qu'il s'abstien- 
drait de toute attaque contre ledit prévôt et son associé, le 
donzell Pierre d'Estoher, frère Bernard de Tatzo, cham- 
brier de Cuxa, Bernard Pujol, de Joch, et ses enfants, il 
donne son adhésion à la convention qui est intervenue, et 
prête serment. — Le parchemin qui sert de couverture au 
registre, porte une commission de tabellion en faveur de 
Pierre Andreu, de Tura, au diocèse d'Elne, donnée par le 
pape Clément, dat. in priaratu de Grausello prope Malautth 
nam Vasionen. DiocesJi. nonas novemb. pontificatus nos- 
tri anno qtuirto. 

B. 106. (Registre.) — in-folio , 48 feuillets, papier; latin. 



tSft9-18ft9. — Notule d'André Romeu, notaire, de 
Perpignan. — Contrats divers entre particuliers et ventes 
de propriétés situées aux territoires d'Ail (en Gerdagne), 
Vespella, Tura, Juhègues, Garrius et Perpignan; — testa- 
ment de Guillaume Dotre, de Thuir; — quittances des 
droits de vérification payés à Bérenger de Vernet, cheva- 
lier, Pierre Borrô, bourgeois de Perpignan, et Pierre Du- 
rand, docteur en l'un et l'autre droit, commissaires du Roi 
pour enquêter contre les officiei*s royaux qui ont été en 
exercice dans la viguerie de Roussillon et Vallespir pen- 
dant le dernier trienni (espace de trois ans), par François 
Bedos, donzell, bailli de Collioure, Etienne Garrius, baUH 
de Salses, Marc Llaurador, bailli du Yolo, Raymond Sa- 
crista, bailli d'Opol, Arnald-Guillaume Sagarriga, bailU 
d'Argelès, et Arnald Vais, bailli de Thuir ; — déclaration 
de la femme d'un pareur de Perpignan par laquelle elle 
reconnaît, après enquête faite par elle-même et parsa belle- 
sœur, que frère Sperandeu de Saint-Martin , religieux fran^ 
clscain du couvent de Perpignan, est complètement inno- 
cent des attentats aux mœurs que l'opinion publique l'ac- 
cuse d'avoir commis contre deux de ses filles âgées de six 
à sept ans; — François Luquès, chanoine du monastère 
d'Espira de l'Agli, cède pour deux ans à Bernard Luquès» 
notaire de Perpignan, sa provision canonicale annuelle con- 
sistant en dix-huit fromages, 16 livres de viande salée, et 
15 sous barcelonais pour ses vêtements; — déclaration faite 
par Cécile Marsale, femme de la Pénitence et suivant le 
tiers ordre à Perpignan, par laquelle elle refuse devant 
le procureur des fiefs et le commissaire des amortissements 
de consentir à la vente d'une maison située à |Perpignan 
faite par seize autres femmes do la Pénitence, habitantes 
de ladite ville et y suivant la même règle ; — procuration 
i faite par Constance, reine de Sicile etlduchcsse d* Athènes et 



60 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



de Néopatras.àgéedequartorzeans, et par Tinfante Jeanne, 
âgée de douze ans, filles du roi Pierre d*Âragon, par laquelle 
ces deux princesses chargent Bernard Poiueta, écrivain de 
leur cour, de prendre possession en leur nom des lieux et 
villes que le Roi leur père leur a donnés ou doit leur donner, 
en compensation des lieux de Yilareal, dans le royaume de 
Valence, Granyen, Roures et Ahuer, en Aragon, qui leur 
appartenaient et que le Roi vient de donner, le premier à 
Henri, comte de Transtamare^ et les trois autres au cheva- 
lier Alvaro Garcia d'Albernos (d'Huesca, 14 décem- 
bre 1367) ; — commission royale donnée à Guillaume de 
Reliera, gouverneur de Roussillon, et à François dePerel- 
los, conseiller du Roi, pour mettre à exécution les dona- 
tions en franc-alleu des lieux de Vinça en Gonflent, Glayra 
et Saint-Laurent-de-la*Sa]anca en Roussillon, faites par le 
Roi en faveur des deux infantes; — protestations des con- 
suls et habitants de ces trois villes, portant que, selon 
leurs anciens privilèges jurés par le Roi actuel, ces lieux 
doivent faire partie du domaine de la couronne dont ils ne 
peuvent jamais être séparés sous aucun prétexte; ils né 
prêteront que contraints et forcés les serments de foi et 
hommage réclamés aujourd'hui au nom des infantes ; — 
prise de possession de ces trois villes par Bernard Pometa, 
procureur des infantes, et confirmation à chacune d'elles 
des aides sur la viande, le vin et les marchandises dont le 
privilège leur avait été accordé par le Roi, leur dernier 
seigneur, pour l'extinction des dettes locales ; prestation 
de serment par les habitants , et aussi par Bernard de 
Corbiach, donzell, domicilié à Vinça, Ârnald de Lordat et 
Arnald de Llupia, chevaliers, Bertrand de Sauto, donzell, 
et Bérengère, veuve du donzell Arnald Estève, domiciliés 
à Glayra; — lods de vente à Thuir, au nom de frère Pierre- 
Arnald de Perestortes, prieur de Gatalogne, de l'ordre de 
Saint-Jean de-Jérusalem. 



B. 107. (Registre.) — In-folio, 44 feoillets, papier; ImUd. 

t844-t3ft9. — Notule d'André Romeu, notaire 
îi Perpignan. — Contrats de mariage : de Jacma, fille de 
(i. Gèlera, marchand de Perpignan, avec Bonanat Fogasser, 
pareur ; — de Marguerite, fille de Pierre Gerald, marchand, 
avec Jean Bonet, pareur, de la même ville. — Procurations 
données par Bernard, abbé de Saint-Pierre de Gamprodon, 
Bérenger Sa-Glusa, commandeur de Saint-Martin de Per- 
pignan (ordre de la Merci), et autres. — Prêts d'argent par 
des juifs. — Ventes de terres et autres propriétés, à Saint- 
Laurent-de-la-Salanca et à Perpignan. — Quittance de 
droits de lods d'un moulin donnée par Raymond, abbé de 
Vallbona, en faveur d'Arsende, fille du donzell Pierre 



d'Urg et épouse de Bérenger de Vivers, donzell. — Lettres 
patentes du roi d'Aragon, portant qu*après la donation 
qu'il a faite des lieux de Vinça, Glayra et Saint-Laurent, 
aux deux infantes Gonstance et Jeanne, ses filles, en com- 
pensation des lieux de Vilareal, Granyen, Roures et Ahuer, 
dont le revenu annuel est estimé à 15,000 sous barcelonais,, 
il a été reconnu que le revenu des trois premiers lieux si- 
tués en Roussillon ne s'élève qu'à 11,140 sous; en consé- 
quence, les 3,860 sous qui manquent, pour parfaire lesdits 
15,000 sous, seront payés tous les ans aux infantes, sur 
les revenus royaux de l'aljama des juifs de Perpignan, avec 
privilège sur toutes autres consignations ^ue le Roi aurait 
déjà pu faire sur ces mêmes revenus, même en faveur de 
son tailleur pour le payement de ses vêtements. — Paye- 
ment de 100 sous fait au procureur royal par Pierre, car- 
dinal de Sainte-Anastasie, nouvellement pourvu de l'archi- 
diaconat de Gerdagne, dans Téglise d'Urgel, et, à ce titre, 
investi du fief de Talo, qui avait appartenu au donzell Ber- 
nard d'Alp. — Délibération de la corporation des pareurs 
de Perpignan, prise par les deux préposés et par soixante- 
dix-sept autres membres présents, pour proposer des mo- 
difications à une sentence du gouverneur, qui avait décidé 
que les préposés des pareurs pourraient sceller tous draps 
écrus, sans intervention des préposés des tisserands, en 
accordant à ces derniers le même droit. — Prise de pos- 
session de deux maisons dans le call des juifs de Per- 
pignan, en vertu d'une sentence du juge du patrimoine 
royal. — Sentences arbitrales relatives : à la dot de Gécile 
Perela, épouse de Pierre Domenech, de Prats-de-MoUo ; 

— à des blessures faites à Jacques Mora, notaire de Perpi- 
gnan, par Bernard Tinyol, prêtre, et quatre autres habi- 
tants du Volo. — Vente d'une rente par Huguette, veuve 
du donzell Bérenger Batlle, seigneur]] de Gastellvcll, pour 
payer un legs de 10 livres fait par son mari à un habitant 
de Peralada. — Quittance d'une rente annuelle de 1,000 sous 
sur l'aljama des juifs de Perpignan, assignée par le Roi à 
l'infant Jean, son fils, duc de Gerona et comte de Gervera. 

— Lettre des infantes Gonstance, reine de Sicile, et 
Jeanne, sa sœur, autorisant leur trésorier à remboureer 
annuellement aux communautés de Vinça, Glayra et Saint- 
Laurenty une rente de 3,000 sous à prendre sur les reve- 
nus que lesdites infantes reçoivent sur ces seigneuries, et 
ce, en considéiation de 21,000 sous que lesdits lieux vien- 
nent de prêter aux deux princesses. — Gharte du roi 
Pierre d'Aragon, du 5 des ides de novembre 1344, par 
laquelle il donne à la reine Marie, son épouse, la ville de 
Vilareal, dans le royaume de Valence, qu'il venait de rache- 
ter, au prix de 15,300 livres, de l'infant Raymond-Bérenger, 
comte d'Empories; la reine avait prêté au Roi 57,000 sous 
pour ce rachat (parchemin servant de couverture}. 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

B. 108. (Liasse.) — 13 pièces, parchemin; an cahier in-S», 6 feuillets, 

papier; latin et catalan. 

18ftft-ISft9* — Aides de Sardaigne et de Castille. — 
« En ce cahier sont écrits tous les lieux royaux des vigue- 
c ries de Roussillon et de Confient, le nombre des feux de 
« chacun d'eux et les sommes que chacun d'îceux doit 
« payer pour l'offre faite par le Bras royal, pour la défense 
« de la Sardaigne, à raison de 13 sous par feu. » Perpignan 
est imposé à raison de 2,675 feux ; Villefranche pour 341 ; 
Thuir, 289 ; Llotes, 10 ; Prats-de-Mollo, 188 ; Trcsserra, 
28; Maurellas, 56; le Volo, 139 ; Montesquiu, 105 ; Col- 
iioure, 449; Argelès, 189; Salses, 94; le château d'Opol, 
35 ; celui de Taulahull, 36 ; Llauro, 6 ; Toluges, 14 ; Ro- 
dés, 55; Conat,43; Cornella-de-Conflent, 33; Vinça, 118; 
Clayra, 121 ; Saint-Laurent-de-la-Salanca, 47 ; Fulhà, 33 ; 
Formiguera, 50 ; Puig-Baladors, 83 ; etc. — Commission 
donnée par le roi d'Aragon à Ermengaud Marti, bourgeois 
de Perpignan, pour recouvrer dans le diocèse d'Elne le 
don annuel de 24 sous par feu, consenti pour deux ans 
par le bras ecclésiastique, en aide de la guerre injustement 
soulevée et plus injustement encore continuée par le roi 
(le Castille. — Quittances des payements faits audit com- 
missaire, par les communautés de Matamala et Conangles 
(en Capcir), la Vall-del-Feu, Guissa, Aurclla, Cclra et Bor- 
doll ; Marians et Soanyes ; Llonat et les Vilars (los Masos) ; 
Glorianes et Soffrunys ; En ; Vallestavia ; Serrabona ; Fil- 
lois qui paye 24 livres pour les homines dépendant du 
monastère de Cornella, et 18 pour ceux de l'abbaye do 
Cuxa. 

B. 109. (Registre.) — In-folio, 58 feuillets, papier ; latin. 

t8ft9« — Manuel de Bernard Luquès, notaire à Perpi- 
gnan, intitulé Adjudes de UniversUats per guerra, conte- 
nant les quittances des payements faits par les villes et 
lieux royaux de Roussillon, Cerdagne et vallée de Ribes, 
pour les aides ou subsides de la guerre contre le roi de 
Castille, et aussi d'une somme de 1,982 livres 9 sous 4 de- 
niers et 1 obole de Barcelone, versée par les chevalière 
Bérenger d'Oms et François de Bellcastell, collecteur de 
la solde de vingt chevaliers armés et de dix alforrats 
fournis au Roi pendant deux mois, en aide de ladite guerre, 
par les nobles, chevaliers et privilégiés de Roussillon et 
Cerdagne. — Quittances de courriers et autres menues dé- 
penses, au compte de la procuration royale. — Vente d'une 
vigne par les exécuteurs du testament de Jean Costa, bailli 
d'Oçle, qui a légué tous ses biens à l'église dadit lieu. — 
Testament de Barthélemi Puig, Jardinier de Perpignan. — 
Bail à ferme des revenus possédés par l'abbaye de Vallbona, 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 61 

à Tatzo, Argelès, Saint-Cyprien et la Tour (d'Elne), fait 
pour quatre ans par frère Raymond, abbé, pour le prix 
annuel de 38 eymines de froment. 

B. 110. (Registre). — In-folio, 98 feuillets, papier; latin et catalan. 

I80I-I8II0* — Registre XII de la Prociiracio real. 
— Sentence arbitrale concernant la colomina dite ctd'en 
Johan Bastit » située hors des anciens murs de Perpignan, 
tombée en commise par cessation de payement des droits 
d'entrée^ d'affranchissement et autres, dus par Jean Bastit 
et ses prédécesseurs, au donzell Guillaume Jorda, qui te- 
nait cette colomine en fief pour le roi de Majorque. — Con- 
vention entre le roi Sanche de Majorque et Bernard, prieur 
d'Espira-de-l'Agli, pour l'établissement d'un bannier por- 
tant bâton aux armes du Roi, et chargé de la garde des 
terres et garrigues dans le territoire dudit monastère. — 
Confirmation de la vente faite aux habitants de Forques, 
par les procureurs du roi Jacques II de Majorque, du cens 
annuel en blé et argent vulgairement appelé « cens de ve- 
geriu » (de viguerie), et perçu par le Roi sur quelques 
communautés et sur diverses personnes des pays de Rous- 
sillon et Vallcspir; la part du cens de Forques, consistant 
en 5 eymines et 3 mesures d'orge et 40 sous par an, est 
rachetée pour 83 livres 6 sous 8 deniers. — Sentence du 
commissaire délégué par le chevalier Guillaume de Pau, 
lieutenant du roi Jacques II dans les parts cismarines, con- 
firmant à Guillaume de Puy-Ciuran, religieux de Saint- 
Hilaire et prévôt de Garrius, le droit de nommer en sondit 
lieu de Garrius un bailli, un bannier, un sag (huissier) et 
un juge, en réservant aux cours royales du viguier de 
Roussillon et du château de Salses leur ancienne juridic- 
tion dans le même territoii^e. — Chartes, privilèges, ordon- 
nances et lettres du roi Pierre III d'Aragon, portant : con- 
cession d'une pension viagère de 50 livres en faveur de 
Roger de Rovenach, ex-conseiller de Jacques de Montpel- 
lier ; — commission de châtelain de Castellnou, pour Pau- 
quet de Bellcastell, chevalier ; — nomination d'assesseur du 
gouverneur de Roussillon, pendant cinq ans, en faveur de 
Jaspert de Tregura ; — abandon du droit de « forisrapi » 
(mutation), en faveur de Thomas de Marça, chevalier, au- 
diteur à la cour, pour les rentes qu'il a achetées sur la 
« parayria » de Perpignan. — Réduction à 15 livres paya- 
bles pendant quatre ans seulement, au lieu de 25 livres par 
an payables à perpétuité, de la redevance due par les habi- 
tants d'Opol, pour l'usage du droit de pacage dans leur ter- 
toire, et ce, à cause des dernières mortalités (peste de 
1348) et des dettes qui ont obéré cette communauté. — 
Concession pendant sept ans, en faveur des habitants de 
Maurellas, des revenus de la part dudit lieu appartenant à 



e2 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

feu Bérenger Dalmau, et pour l'achat de laquelle lesdits 
habitants ont donné au Roi 10,000 sous barcelonais. — 
Liberté pleine et entière, donnée aux habitants de la châ- 
tellenie de Puig-Balados, de prendre ou de couper du bois 
vert ou sec, pour leur usage, dans toutes les forêts du 
Capcir et de la ch&tellcnie, pendant quatre mois de chaque 
année, à partir du 1*' novembre. — Règlement général 
portant réduction du nombre des garnisons et places fortes 
des deux comtés de Roussillon et Cerdagne, vu la pacifi- 
cation de ces pays, et diminution du salaire de la plupart des 
officiers royaux ; établissant que l'un des deux procureurs 
royaux sera toujours pris parmi les habitants natifs de Per- 
pignan, qu'un de leurs lieutenants résidera en Cerdagne, 
un autre en Confient, que le viguier de Cerdagne devra ha- 
biter le château de Llivia, etc. — Commissions : de reguier 
du ruisseau de Thuir, depuis Vinça jusqu'à Boule, en fa- 
veur de Pierre Amalrich, de Vinça ; — de bailli d'Argelès, 
pour Gonsalve Quarassa. — Ordre donné à Guillaume Ama- 
reil, « obrer » du château de Perpignan, de rendre ses 
comptes chaque semaine. — Nomination de châtelain de 
Bellegarde, en faveur de Bernard-Guillaume de Savaures. 
— Reconnaissance en faveur de Raymond de Pallars, châ- 
telain de CoUioure, d'une dette de 18,000 sous prêtés au 
Roi pour diverses dépenses, entre autres, 5,000 sous pour 
les ponts aqueducs du ruisseau de Thuir. — Règlement 
pour les pensions dues à Ademar de Mosset et à François 
de Ribes, et pour le traitement de Bernard de Serra, châ- 
telain de Salses. — Concession pour un an, accordée aux 
habitants d'Opol et de Salses, de faire des défrichements 
dans les garrigues et vacants domaniaux de leurs terri- 
toires, en considération du service spontané qu'ils viennent 
de faire pour le Roi. — Assignation "d'un revenu annuel de 
30 sous,pour Thuile de deux lampes d'argent que le Roi de- 
vait offrir à l'autel de l'église Saint- Jean de Perpignan, par 
suite de la pénitence à lui imposée par le souverain pontife 
qui l'avait excomunié, pour avoir fait arrêter et détenir pen- 
dant quelque temps {ut assei*ebatur) feu Bernard Alanya, 
nonce du Saint-Siège. — Ordre de payer sur les revenus de 
la Roca, qui ont beaucoup diminué depuis la dernière 
peste, une pension viagère de 30 sous due à Alamanda 
d'Axat, veuve de François Juher, de Perpignan, nourrice 
de l'infant Jacques, fils de l'ex-roi de Majorque. — Con- 
cession faite au vicomte d'Ille de la moitié des droits de 
mutation de Perpignan et de son territoire, jusqu'à complet 
payement de 15,000 sous dus audit vicomte,pour ses droits 
sur le ruisseau de Thuir, et de 17,000 sous pour Téglise de 
Canet rasée par ordre du Roi ; l'autre moitié des droits sus- 
dits sera seule consacrée à la réparation des canaux des 
moulins de Perpignan . — Dispositions prises pour la répa- 
ration de la maison royale de la prison de Perpignan. — 



Ordre de payer à Francisca, épouse du chevalier Thomas 
de Marça, une pension payée précédemment à Bertrand de 
Saiut-Marsal. — Privilège en faveur dudit Thomas de 
Marça, portant que jamais le Roi, ni aucun de ses officiers, 
quel qu'il soit, ducs, marquis, comtes, vicomtes, nobles, 
vervessors, chevaliers, citoyens ou autres, ne pourront 
prendre pour s'y loger, ni occuper, pour quoi que ce soit, 
sa maison d'habitation située à Perpignan, confrontant le 
« gramenar » (glacis) du château royal et le cimetière de 
Saint-Mathieu. — Ordre d'affermer aux enchères publiques 
la < scrivania » de la cour du viguier de Roussillon, qui a 
cessé de l'être depuis la grande mortalité de 1348. — In- 
demnité des dépenses faites par Thomas de Marça, pour 
l'approvisionnement et l'armement de Força-Real, à l'époque 
où l'on craignait une attaque de la part de Jacques de Mont- 
pellier. — Concession d'une somme de 12,000 sous à An- 
dré de Fonollet, vicomte de Canet et d'Dle. — Ordre d'en- 
tretenir le bois de Clayra, que la négligence des procureurs 
royaux a laissé dépérir ; d'affermer les fruits des propriétés 
que Pierre Blan doit acheter au nom du Roi, pour agrandir 
la devèse du château royal de Perpignan, et d'en employer 
le revenu à la clôture de ladite devèse. — Commission de 
châtelain de Bellver, pour Bernard-Guillaume de Saint- 
Estève. — Concession de la châtellenie et du bailliage de 
Tautahull et de tous leurs revenus à François de Perellos, 
jusqu'à complet payement de la somme de 40,000 sous 
barcelonais et d'une rente viagère donnée à Catherine, sa 
femme, par la reine Constance de Majorque ; — payement 
en faveur d'Aymeric, vicomte de Narbonne, de ce qui lui 
était encore dû pour la vicomte de Castellnou, vendue par 
Tiburge, sa mère, à Jacques II, roi de Majorque. — Colla- 
tion à vie de l'office d'écrivain majeur de la maison de la 
procuration royale, en faveur de François Gaucelm, écri- 
vain de Perpignan, en remplacement de Guillaume de 
Comes, nommé procureur royal. — Ordre aux procureurs 
royaux de réintégrer dans leurs archives les « capbreus » 
faits par leurs prédécesseurs et qui se trouvent encore chez 
divers notaires ; de renouveler les «capbreus» des revenus 
royaux, et d'exiger que les écrivains de Perpignan qui se- 
ront employés à ce travail fassent à leurs frais et dépens 
toutes les écritures qui s'y rapportent, ainsi qu'il en a été 
usé précédemment. — Obligation pour les notaires de Per- 
pignan de tenir désormais, pour l'expédition des mêmes 
actes, deux seuls registres (notule et protocole), afin d'évi- 
ter toute fraude dans la déclaration des actes reçus. — Dé- 
fense à tous navires, autres que ceux des États d'Aragon et 
des Vénitiens, d'exporter du sel, en quelque quantité, que ce 
soit, et surtout de le porter aux Génois, nos ennemis pu- 
blics ; tout étranger ne pourra extraire du sel que moyen- 
nant un droit de 10 sous par muid. — Commissions : de 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDÂGNE. 



63 



juge du Vallespir et de la vallée de Prats» en faveur de 
François Poda, juriste de Perpignan ; — de juge du patri- 
moine royal du Roussillon, en faveur de Michel Fustet, 
chanoine d'Urgell; — d'officiers du château royal de Perpi- 
gnan. — Maintien d'un traitement de 10,000 sous, accordé 
précédemment à Guillaume de Bellera^ pour ses fonctions 
de gouverneur des deux comtés et de commandant du châ- 
teau de Perpignan. — Attribution à la maison de Tinfant 
Jean, filsatné duRoi, d'unsupplément annuel de23,000sous^ 
à prendre : 6,000 sur les revenus de Roussillon et Cer- 
dâgne, 10,000 sur Taljama des juifs de Majorque, et 7,000 
sur la procuration l'oyale de cette île. — Concession à vie 
de la châtellenie de Salses, avec un salaire de 30 livres par 
an, en faveur de Bernard d'Atxat, donzell, héritier de sa 
sœur Alamanda, nourrice de l'infant, fils de T ex-roi de 
Majorque. — Nomination d'un réguler à Thuir, avec charge 
de répartir, en temps de sécheresse, les eaux du ruisseau de 
Thuir entre les arrosants de cette ville, de telle sorte qu'il en 
reste au moins c une meule d'eau », pour la noria du châ- 
teau royal de Perpignan, nonobstant toutes concessions 
contraires. — Demande de 1,000 livres sur les revenus 
des deux comtés, somme dont le Roi a absolument besoin 
pour son expédition de Sardaigne. — Règlement des sa- 
laires : d'Arnald de Perapertusa, grand fauconnier, qui 
devra pourvoir à l'entretien de deux faucons et de deux 
lévriere et podencs (putois) ; de Martin Dacin, garde desdits 
chiens; de deux fauconniers à cheval et de quatre autres à 
pied ; daté d'Alquer (Àlgheri en Sardaigne), pendant le 
siège, le 16 novembre 13o4. — Ordonnance de Tinfant 
Pierre, comte de Ribagorça et des Montagnes-de-Prades, 
lieutenant général du Roi dans les parts cismarines, attri- 
buant à l'infant Jean, duc de Gerona, les pensions que Ro- 
ger de Rovenach et autres, aujourd'hui décédés, rece- 
vaient sur les revenus du Roussillon. — Lettres, ordon- 
nances et provisions royales : attribuant à l'infant Jean une 
rente de 10,000 sous, sur les revenus de la vallée de Ribes, 
perçue auparavant par Nicolas de Jamville, comte de Ter- 
ranova, qui vient de mourir dans le pays de Naples; — 
confirmant une pension accordée à Anna, juive «converse», 
filleule de Constance, reine de Majorque. — Privilèges : 
autorisant Castello Patau à exporter en France ou ailleurs 
deux charges de minerai de fer du Confient par jour, sa 
vie durant, sans payement de péage, passage, leude ou 
autres droits, et ce, en récompense des services qu'il a 
rendus pendant la guerre dans l'île de Sardaigne, où il a 
constamment servi avec deux chevaux armés, et pour la 
blessure à lui faite par c la machine » de la ville d'Algher, 
lorsqu'il gardait et défendait la bastide d'où le Roi se pro- 
posait d'attaquer ladite ville (13S5) ; — autorisant ledit C. 
Patau à exporter, en tout autre jour de la semaine, les 



charges de minerai non extraites à cause des jours de fête; 
— maintenant à Raymond de Perellos, une pension de 
sa livres échue à son épouse, qui a succédé à Roger de 
Rovenach; — accordant une pension de 10,000 sous à son 
conseiller François Roma, docteur es lois, pour services 
rendus en cour de Rome, « d'autant plus, ajoute le Roi, que 
vous n'avez reçu de nous, tant que vous avez été en notre 
cour, aucune pension ni aucun vêtement ; » — autorisant 
Vidal Nathan, juif, de Perpignan, à ouvrir dans sa maison, 
située dans le call de cette ville et confrontant la ruelle dite 
« Carrer Non », une porte pour communiquer avec cette 
rue, attendu qu'il y a déjà dans ledit call quelques maisons 
qui ont déjà des sorties semblables sur ladite ruelle ; — 
concédant à vie la châtellenie de la Roca à Pierre Adal- 
bert, bourgeois de Perpignan, en récompense de services 
rendus en Sardaigne; — confirmant à Pierre Bon pas, de 
Perpignan, l'office de garde du ruisseau ou « cequia » de 
Thuir, dans la ville et « horta » de Perpignan ; — resti- 
tuant à Pons de Caramany, François de Bellcastell et Pons 
de Llupia, chevaliers et conseillers du Roi, à Bernard de 
Yallauria et à Gerald d'Ille, donzells, les pensions qui leur 
avaient été supprimées ; — maintenant leui*s rentes aux 
couvents des Carmes et de Sainte-Claire de Perpignan ; — 
portant à 93 livres par an le salaire de frère Jacques Do- 
menech, inquisiteur de Roussillon, Cerdagne et tle de Ma- 
jorque ; — réunissant l'emploi de bailli de Rodés à celui de 
châtelain du même lieu. — Nominations : d'André Puig aux 
fonctions de préposé des ouvriers employés aux travaux du 
château royal de Perpignan, et de garde du ruisseau de 
cette ville ; — de Bérenger Ysern, juriste de Perpignan, aux 
fonctions de juge du patrimoine royal. — Ordonnance 
royale, abolissant le privilège accordé jadis par Jacques de 
Montpellier aux notaires de Perpignan, et décrétant que, 
conformément à l'ancien usage, il n'y aura dans cette ville 
que deux scribanies, dirigées chacune par un notaire por- 
tant titre de « maître de scribanie », lequel examinera et 
corrigera les actes publics et testaments reçus par les 
divers notaires, et y apposera son « signuni », établira les 
taxes à percevoir pour les recherches ou expéditions d'an- 
ciens actes déposés dans sa scribanie, dont il gardera seul 
les clefs, et aura en outre le droit de déterminer la nature 
particulière d'actes que chacun des notaires « novices » 
pourra recevoir; les notaires des cours de la «governacio, » 
des procureurs royaux, du patrimoine royal, des appels, 
du viguier de Roussillon, du bailli de Parpignan, du con- 
sulat et de la «clavaria» (trésorerie) de cette ville pourront 
seuls rédiger leurs actes dans leurs scribanies respectives, 
en dehors desdites deux scribanies publiques. — Conces- 
sion d'une rente viagère de 3,000 sous, sur les revenus de 
la vallée de Ribes, en faveur du chevalier Bertrand de Ver-- 



64 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIENTALES. 



niola, conseiller du Roi, pour services rendus dans la guerre 
de Castillc, reportée plus tard sur la leude de Puigcerda. 

— Ordres de payer : sur les revenus du bois royal de 
blayra, le salaire d'Arnald de Perapertusa, grand Coutel- 
lier du Roi ; — sur les revenus de Saint-Laurent-de-la- 
Salanca, la pension viagère due à François de Bellcastell, 
chevalier ; — sur les revenis de Salses, celle de François 
Roma, vice-chancelier. — Donation des lieux de Vinça, 
Clayra et Saint-Làurent-de-la-Salanca, en faveur des 
infantes Constance, reine de Sicile, et Jeanne ; les revenus 
annuels de ces trois lieux se trouvant inférieurs à celui de 
15,000 sous, que lesdites infantes retiraient des lieux don- 
nés par le Roi au comte de Transtaniare et au chevalier 
d*Albornos^ il leur est donné d'abord un supplément de 
1,000 sous, à prendre sur Taljama des juifs de Perpignan ; 
mais le Roi reconnaît, quelques jours aprës,'que les revenus 
de cette aljama ont été déjà consignés par lui à son tail- 
leur, pro vestitu persone nostre^ et comme compensation, 
il donne aux Infantes une rente perpétuelle de 4,860 sous 
barcelonais sur les revenus du « pasqueratge » des pas- 
quiers royaux de Confient, ce qui fera le complément des 
15,000 sous dont elles jouissaient précédemment. — Assi- 
gnation de 7,000 sous sur les revenus d'Argelès, accordés 
à l'infant Martin, au lieu de ceux de Saint-Laurent qui lui 
avaient été d'abord donnés. — Commission de forestier des 
bois du Confient, pour Guillaume Sartre Jolivet, de Codalet. 

— Réintégration de Guillaume Amarell dans ses fonctions 
d'obrer du château royal de Perpignan, d'où il avait été 
écarté par les suggestions de quelques envieux. — Assi- 
gnations : des revenus du «macell juif » du call de Perpi- 
gnan, à Abraham Juceff, juif de Gerona, pour les services 
qu'il a rendus au Roi et à la reine Éléonore ; — d'une 
rente sur la leude de Perpignan, en faveur du noble Pons 
de Caramany. — Commissions : de l'un des emplois de 
garde de la porte du château de Perpignan, en faveur de 
Sanche Garcia de Horello, boulanger de la Reine ; — de 
châtelain de Rodés, pour Raymond de Perellos. — Don 
d'une pension de 9 livres à Jean de Paris, ministrarius 
du Roi. — Guillaume Mercer, écrivain de Perpignan, est 
nommé à l'office de châtelain de Castelluou, en remplace- 
ment de Pauquet de Bellcastell, et reçoit en outre commis- 
sion de notaire et écrivain pour ledit château et son terri- 
ritoire. — François de Cervia, chevalier, lieutenant du gou- 
verneur, nomme Pierre Masquero à l'office de châtelain 
de Cortsavi, en remplacement d'Arnald Mir, qui a pris la 
fuite et a été condamné au bannissement pour certains 
crimes, qu'il a, dit-on, commis. — Ordres du Roi : de 
payer sans retard à Henri, comte de Transtamare, une 
pension de 25,000 sous qui lui a été accordée sur les re- 
venus de Cerdagne ; — de reporter sur les revenus de 



Prats-dc-Mollo, Cortsavi, Bellpuig, la Bastida et Conat, les 
pensions accordées à l'infant Jean, et de lui attribuer la 
pension du donzell Bernard de Yallauria, qui vient de dé- 
céder ; — d'ajouter au traitement de Pierre Bajoles, châ- 
telain de Llivia, une redevance annuelle de 12 muids de 
seigle, payée par les habitants de cette ville pro bada et 
guayta (pour garde de nuit et guet). 

B. 111. (Registre.) — la-folio, 74 feaillets, papier; latin et catalan. 

tseo. — Arrendaments, — Baux à ferme des re- 
venus et droits royaux, faits par Guillaume Comes, procu- 
reur royal, concernant : les agriers de grains et de raisins, la 
boucherie, la poissonnerie, < le taulatge » de la poisson- 
nerie neuve, les moulins à foulon situés dans la ville, les 
tables de « caulasseria » (jardinage) de la place du Pont- 
d'en-Bastity la scrivania de la cour du viguier de Roussil- 
lon et celle des premiers et seconds appels, à Perpignan ; 

— la dîme de l'étang de Salses, et celle de la Bastida ; — 
les revenus d'Argelès, de Llauro et de la vallée de Prats, 
avec son « forestatge » et sa « scrivania » ; — les pacages 
du Tech et de Comalada; — les revenus de Cortsavi et do 
ses pasquiers ; de la Bastida, de Castellnou, de Bellpuig et 
du pacage du bois de Calvell ; de Toluges, de Salvaterra 
(Opol) ; — la leude et les moulins d'Estagell ; — la scriva- 
nie de Salses ; — les fours neufs et vieux de Villefranche ; 

— les revenus de Sahorra, de Fulhà, de la Sajonia-de-Con- 
flent, de Formiguera et de la forêt de la Matha, de Puig- 
Baladors; — la dîme deMatamala; — le droit de pasquier, 
en Confient ; — la traite du minerai de fer exporté du Con- 
fient, consi^ant en un droit de 12 deniers par charge ; — 
les revenus de la vallée de Conat, et ceux des lieux et terri- 
toires de Vilella, Rodés et Ropidera ; — les moulins à fa- 
rine de Rodés ; — le droit sur les bois pris dans la forêt 
de Querença ; — les revenus de la vallée de Ribes ; — le 
pacage de Coma-de- Vaques ; — la leude, le poids, le mar- 
ché, les moulins et les scrivanies de Puigcerda ; — les re- 
venus du Pré et de la ville de Llivia; — la « Sajonia » de 
Cerdagne; — la dtme de Llo ; — les revenus d'Angostrina, 
de Sallagosa, de VallçaboUera, de la vallée de Querol, de 
Bellver, de Llo, de Salteguel, d'Arestot, de Marangcs, de 
Prats et Bolvir, de la vallée de Villech, des lieux de Bar, 
Musser et Alt, du vilar de Niula; — la dtme d'Isogol ; — 
le droit de passage de Sant-Marti. — La plupart des reve- 
nus de la Cerdagne sont affermés à des juifs de Puig- 
cerda. 

B. 112. ^Registre.) — In-folio, 48 feuillets, papier ; latin. 

tStthitSIlO* — Nottde de Jacques Cases, no- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

taire à Thuir. — Assignation d^me rente de 30 livras, sur 
le foar de Thoir, faite en faveur de Sibille de Uupia, ab- 
besse de i'Eula, par Sanche, roi de Majorque, en exécuUoa 
des dernières volontés de la reine Sclarmunda, sa mère 
(1319) ; — lettre de la reine Éléonore d'Aragon, à qpi le 
lieu de Thuir a été donné pfo caméra (pour douaire), 
ordonnant à Bérenger de Relat, son trésorier, de payer les 
400 sous qui constituent ladite rente, en faveur de ladite 
Sibille de Llupia; — quittance faite à ce sujet par le 
procureur de sœur Piiilipa, abbesse de TËula. — 
Baux à ferme et quittances de la scrivanie de la cour , 
des moulins, du macell, du droit d'arrosage et autres 
revenus de Thuir, au nom de la reine Éléonore. — 
Lettre du lieutenant du gouverneur de Roussillon, enjoi- 
gnant au procureur de la reine de faire nettoyer et réparer 
à ses frais le ruisseau de Thuir, depuis cette ville jusqu'à 
Sainte-Cécile, en le rendant responsable des dommages que 
sa négligence pourrait occasionner aux moulins, figueral 
^t prés du château royal de Perpignan. — Payement de 
40 livres 2 sous fait par le procureur de la reine, pour 
quatre-centronze hommes employés à ces travaux, à raison 
de 3 sous par journée d'homme. — Testament de Ramona, 
épouse de Pierre Fabre, de Thuir ; — obligations, prêts d ar- 
gent par des juifs, à 4 sous pour livre, ventes et autres con- 
trats, relatifs à des habitants de cette ville et des lieux cir- 
convoisins; — lods de terres tenues pour François de 
Bellcastell, seigneur de Pontella, Bérenger d'Oms, cheva- 
lier, Bérenger de Codalet, bourgeois de Perpignan, et Guil- 
laume Pilos, prieur de Saint-Pierre de Castellnou. — Vente 
d'un moulin à deux roues, situé à Trullas. — Guillaume, 
fils de feu Guillaume Servadun, de Thuir, se donne, lui et 
ses biens, à la maison des Lépreux de cette ville, à la condi- 
tion qu'il y sera entretenu toute sa vie, ainsi que la per- 
sonne qui le sert ; mais cette donation sera nulle, et il sera 
libre d'aller résider où il voudra, si Dieu lui fait la grâce de 
le guérir de la lèpre, qim, ut dicitur, nunc patior ; le len- 
demain, il fait son testament, par lequel il fonde un béné- 
fice ecclésiastique à Saint-Pierre de Thuir, et veut être en- 
terré au cimetière de la chapelle Saint-Cyprien, près de 
cette ville, s'il vient à mourir dans ladite léproserie ; dix- 
huit jours après, par acte fait à Perpignan, il charge le 
prêtre Jacques Yles et Ray monde Yles, sa mère, l'un et 
l'autre administrateurs de la léproserie de Thuir, de vendre 
les biens qu'il a légués à cette maison ; mais la léproserie 
renonce à ce legs qu'elle considère comme onéreux, en fa- 
veur de Guillaume Ysern, qui donnera 50 livres à la maison 
des Lépreux, et demeurera chargé des soins que l'état de 
G. Servadun pourra réclamer : approuvé par les consuls, 
et par douze jurats de Thuir. — Sentence arbitrale rendue 
par les curés de Sainte-Colombe (sur Thuir) et de Llupia, 

Pyrénées-Orîentales. — Série B. 



COMTÉS DE ROOSSILLON ET DE CERDAGNE. 65 

condamnant Félix Gilabert, de Perpignan, dont la femme 
est décédée à Thuir, à payer 60 sous au sacristain et aux 
hebdomaçhei^s de l'élise Saint-Pierre de cette ville, pour 
tous droits sur les vêtements, joyaux et ornements que por- 
tait la défunte, consistant en une robe, un tablier {ewrtapia), 
deux voiles de soie, deux coiffes ouvrées, une ceinture 
avec Jiourse, une paire de souliers et de bas, des patenôtres 
d'ambre, up surtout de malines et une mante en drap vert. 

— Procès- verbal dressé par Pierre Arnau, bailli, assisté 
dçs trois consuls de Thuir et de deux témoins, contre 
Pierre Péguilhem, pareur de Thuir, habitant de Perpignan, 
qu'ils trouvent dans sa maison située dans la première 
ville, avec sa femme et le reste de sa famille, et auquel ils 
déclarent que, comme il ne fait pas dans la ville de Perpi- 
gnan la résidence continue qu'il est tenu d^ faire, ils ne 
le considèrent pas comme un véritable habitant de Perpi- 
gnan et le porteront désormais comme habitant réel de 
Thuir. . 

B. 113. (Registre.) — lu-folio, 43 feuillets, papier; latin. 

taftS-tses. — Notule d'apoches (quittances) et 
autres actes de la procuration royale de RoussiUon et de 
Cerdagne, reçus par François Gaucelm, notaire. — Paye- 
ments faits par G. Bonet, G. Comes et Jean Vola, procu- 
reurs royaux, pour les pensions viagères, rentes et salaires 
des châtelains, reguiers, assesseur du gouverneur et autres 
officiers royaux ; pour diverses dépenses relatives : à Tar- 
mement et approvisionnement des châteaux ^e Perpignan, 
Força Real, Castellnou et BeUegarde ; — à la réparation 
des moulins royaux de Perpignan, du ruisseau de Thuir, de 
la maison de la Procuration, etc. ; — à G. Troyn, apothi- 
caire de Perpignan, 3 livres 7 sous pour deux rames et de- 
mie de papier « lombart », pour en faire les livres de la 
procuration royale; — à Bertrand de Salanova, donzell et 
écuyer de Tinfante Jeanne, 12 livres pour un anneau où 
est une pierre appelée saphir, qu'il a vendu à ladite dame ; 

— à un grand nombre de courriers, expédiés de Perpignan 
à Carcassonne, Montpellier, Rodez, Avignon et autres 
parts, pour avoir des nouvelles des grandes Compagnies, 
savoir où elles étaient, où elles allaient, et si cçs mauvaises 
gens {maies gens), se proposaient d'entrer en RoussiUon ; 

— à Guillaume de Pugacler et Raymond Ferrer, < cônes- 
tables », le premier de trente hommes de Molïns-de-Rey, 
le second, de vingt hommes de 'Vilafranca-de-Penedès, 
engagés pour la garde du château de Perpignan, etc. — 
Lods de ventes de possessions, tenues : pour le Roi, à 
Rodés et à Fonniguères ; — pour Thomas de Marça, à 
Saint-Feliu d'Avall. — Concessions accordées par les pro- 
curem's royaux : à Bernard Arseguel et à Jacques Comes, 

9 



66 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



de Pnigeerda, de prendre dans le ruisseau de cette ville, 
potir l'usage de leurs maisons, un filet d'eau, passant par 
Touverture ou œil d'un denier bareelonais ; — à un habi- 
tant de Perpignan, d'établir un ponl-leyis devant sa maison, 
sur le ruisseau royal de cette ville. — Bail emphytéotique 
d*un moulin à scie, dans la forêt de Lancer (vallée de 
Prats-de-MoUo), consenti par Bernard de llargarit, pro* 
cureur de Tinfant Jean, seigneur de cette vallée. 

B. 114. (Registreà) —Grand in-folio, 46^feQiUet8, parchemin; latin. 

tSa4-tS0S. — Capbreu ou terrier des possessions 
tenues pour le roi d'Aragon dans la ville du Volo et dans 
son territoire; — entre autres reconnaissances^ celles de 
maisons situées dans la Cellera^ dans les quartiers dits la 
Colomina^ rues de la Jonquera, de Perpenya^ de Riu 
Serda^ etc. ; — un moulin à foulon au lieu dit Manar de 
Malalbereh ; — c une roue du moulin à farine dit de VaU 
c manyay entre la roue qui appartient au prieur del Camp 
« et celle de BerengerPerona; b — un moulin à huile, re- 
connu par Raymond de Furques^ donzell du Volo, etc. 

B. 115. (Registre.) — In-folio, 24 feoillets, papier; latin. 



U — iVo^tt/^ d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
«— Obligations et ventes de propriétés à Perpignan, Pia et 
Tura; — à Vernet en Roussillon, tenues pour Berenger 
de Pontos, chevalier, Marguerite, épouse de François Roma, 
chevalier et docteur es lois, et Huguette, épouse de Seguier 
de Perapertusa, seigneur de Montalba; — quittances de 
rentes et de salaires, faites à la procuration royale, par 
Galcerand de Yilarig, chevalier; Pierre Yesia, réguler d'une 
partie du ruisseau de Thuir; Guillaume Audes, faisant 
fonctions de châtelain d'Opol^ au nom du chevalier Fran- 
çois Çagarriga. — Testament de Sperta, veuve de Guillaume 
Perona, de Thuir. — Présentation faite à Tévéque d'EIne, 
pour un bénéfice fondé dans Téglise de Thuir, en l'autel de 
Saint-Laurent, par Pierre Pastor, prêtre. — Criées faites 
à Castellnou, au nom du chevalier Berenger de Castellnou, 
bannissant de ce territoire trente personnes de Thuir « pour 
« divers crimes qu'elles y ont commis; » — lettres d'Arnald 
dT)rchau, faisant fonctions de gouverneur, et de Pierre- 
Guillaume de Stanybos, vigaier de Roussillon, citant ledit 
* baron de Castellnou et son bailli à comparaître en leur cour, 
pour usurpation des juridictions royales; — lettres du roi 
Pierre III d'Aragon, obtenues à la requête dudit Berenger, 
portant que celui-ci annulera ses criées de bannissement, 
et que les officiers royaux retireront leurs poursuites ; — 
criées faites par le bailli de Castellnou, par lesquelles les 
trente individus en question « seront proclamés débanniSy 



c et il leur sera permis et ils pourront aller, entrer, sortir 
« et rester audit lieu de Castellnou et en son territoire^ 
c ainsi qu'ils pouvaient le faire avant ledit bannissement. > 

— Sentence arbitrale relative aux pacages de Saint-Hippo^ 
lyte, et au droit réclamé par les habitants de Garrius, d*y 
envoyer leurs bêtes de labour sous certaines conditions; 

— appel contre une sentence du juge du bailli de Perpi- 
gnan, rendue à la requête des trois consuls de Tura, contre 
Pierre Aurus, habitant de Perpignan, par laquelle il était 
déclaré que le susdit ne faisait pas sa résidence dans cette 
ville et qu'il ne pouvait jouir de ses franchises et privi^ 
léges. 

B. 116. (Registre.) — In-folio, 48 feuillets, papier; latin. 

lsaft-tS«9«—iVotttfe d'André Romeu, notaire & Perpi- 
gnan. — Contrats divers concernant Perpignan, Vernet, Le- 
beja, Thuir, Perellos, Vilanova-de-Raho, etc. — Quittances : 
des droits dus. à la chancellerie royale, par Michel Fustet, 
jurisconsulte de Perpignan, et notamment 18 livres 5 sous 
pour le sceau pendant d'une charte royale ; — d'un legs 
de 10 écus d'or fait & l'église de Terrats par François de 
Llupia, fils du chevalier Pons de Llupia. — Testaments : de 
Pierre Olivier, apothicaire de Yillefranche, avec un legs de 
80 sous c pour un mantel de sendat qui servira à l'image 
c de la vierge Marie dans ma chapelle des Fr. mineurs 
c de cette ville; > — dcGrasida, épouse de Guillaume 
Yinyes, boulanger de Perpignan. — Pardon de blessures, 
consenti par un jardinier de Perpignan, en faveur d'un bar- 
celonais, avec serment prêté à Maymon Sableda, lieutenant 
du châtelain du ch&teau royal de cette ville. — Chartes du 
roi Pierre III d'Aragon, confirmant aux habitants de Querol 
le droit d'usage dans tous les bois de leur bailliage et val- 
lée, à l'exception de la forêt de Mont-Arruf et de la devëse 
de la Tour Cerdane; — procès suivi à ce sujet en la cour 
du Patrimoine royal; — sentence finale qui maintiennes 
droits en question. — Décision de la cour du Patrimoine 
royal, relative aux droits de ban pour les pâtures, dans le 
territoire de Canomals ou de Saint-Sauveur. — Procura- 
tions, pour divers objets, faites par les consuls de Fitou, 
Clayra, Bonpas et Montesquiu. —Contrat de mariage d'Ar- 
naldaMiafre,avecPonsJaguinta(Giginta), de Tura. — Quit- 
tance du prix d'affermé des revenus du prieuré de Saint- 
Pierre de Castellnou, faite par frère Guillaume Pilos, 
prieur. — Confirmation du bail à ferme des revenus du 
prieuré de Saint-Estève-del-Moneslir, consenti pour deux 
ans, à noble Arnald d'Orchau, au prix annuel de 170 livres 
barcelonaises de tern, par le procureur de Nicolas, cardi- 
nal de Sainte-Marie in via lata, jouissant dudit prieuré. — 
Lettre de l'infant Jean, lieutenant général du roi d'Aragon, 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

à Pierre-Guillaume de Stanybos, viguierde Roussillon, ré- 
clamant les pièces d'un procès, à la suite duquel Pierre 
Gros, de Tura, a été condamné à une amende de 10 livres, 
f pour rixe, > ledit infant « s' étant réservé de décider sur 
« ladite condamnation. > — Collation d*un bénéfice fondé 
dans le couvent de Sainte-Claire de Perpignan, faite par 
Pierre, évêque d'Elne, à Pierre-Raymond Juher, clerc ton- 
suré. — • Lods de vente d*une esclave enceinte, nommée 
Antonia, de la race des Tartares, âgée d'environ 23 ans, 
consentie au prix de 22 livres barcelonaises de tern^ à un 
apothicaire de Perpignan, par un autre apothicaire de la 
même ville, qui l'avait achetée d'un marchand de Barce- 
lone. 

B. 117. (Registre.) — In-folio» 48 feuillets, papier; latin. 

±9BH't9B9.— Notule d'André Romeu, notaire à Per- 
pignan. — Ventes et autres actes concernant des maisons et 
autres propriétés situées à Vernet, tenues en directe seigneu- 
rie pour Arnald deVerniola; àOrtolanes, pour frère Pierre 
Andreu, prieur du mas de la Garriga ; à Tura, pour l'abbaye 
de Fontfroide. — Ventes : du mas dit Belles Polies^ situé au 
territoire d'Opol ; — d'un cens sur un héritage de Vilella 
en Confient; — d'une table du macellàe Perpignan. — 
Déclaration faite à Perpignan dans la chapelle des saints 
Narcisse et Christophe, par laquelle Jean Penquoit, damoi- 
seau, fils de Jean Penquoit, aussi damoiseau, du diocèse 
d'Hereford, énonce que, se trouvant, lors de la dernière 
guerre faite par le prince de Galles et duc d'Aquitaine, 
contre Henri, roi de Castille, panni les gens d'armes dudit 
prince, il a fait prisonnier un chevalier Castillan nommé 
Alvaro Garcie d'Albornos, qu'il a remis à Jean Clerch, da- 
moiseau anglais, et ce dernier s'est engagé à rendre la li- 
berté au prisonnier, moyennant une rançon de 47,500 flo- 
rins d'or, dont 13,500 ont été déjà versés ; ledit Penquoit 
cède le reste de la rançon à Jean Clerch, ainsi que tous ses 
droits et actions sur le prisonnier (2 janvier 1368). — 
Quittance d'une rente faite par la communauté de Salses, 
à Alissende, veuve du donzell Raymond d'Ardena. — Pro- 
curation de deux juifs de Perpignan, faite à un de leurs co- 
religionnaires, pour forcer, par toutes voies de droit, l'abbé 
de Vallbona à confirmer une vente faite en leur faveur 
par un habitant de Tatzo d'avall. — Vente d'une esclave 
Tartare lora (jaune), âgée de 30 ans ou environ, consentie 
pour 28 livres 1 sou barcelonais, à un tailleur de Perpi- 
gnan, par Vinça Amill, de CoUioure, qui l'a achetée du pa- 
tron d'une barque d'Antoine Deodat, de Marseille, consul 
des Catalans dans cette ville. — Lettres du roi Pierre d'A- 
ragon relatives : à la franchise des leudes du Voîo et de 
Maurellas, en faveur des habitants de Céret; — à une 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE, 67 

femme de Bellver, accusée d'assassinat et demandant, « à 
c cause du manque d'experts en droit dans le pays de 
c Cerdagne, » la faculté de prendre un avocat et d'fitre 
jugée dans la ville de Perpignan in gua est copia juri$ pe- 
ritorum et tibi poterit de jure suo hicidius hostendere : une 
sentence intervenue à la suite prononce Tacquittement de 
Taccusée. — Appel d'une sentence du bûUiage de Perpi- 
gnan, par laquelle un forgeron de cette ville, était con- 
damné à rendre à la femme Jeanne un enfant naturel, pour 
lequel il devait faire une pension de 15 sous pai* mois : 
l'appelant prétend qu'il n est pas le père de cet enfant^ 
quoique ladite Jeanne l'ait ainsi déclaré, car elle a fait 
aussi pareille déclaration pour un étudiant de Toulouse et 
pour plusieurs autres individus. 

B. 118. (Registre.) — la-foUo, 46 feuUlets, papier; latin. 

tsa9. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Lods de vente d'une terre située à Malloles et tenue pour 
Nicolas, cardinal de Sainte-Marie in via lata^ archidiacre 
de Vallespir et chapelain de Sainte-Marie d'Oltrera. — Ap- 
pel porté contre un jugement du viguier de Roussillon, qui 
condamnait Blanche, veuve de Guillaume Des Puig, donzell, 
seigneur d'Alenya et de Mossellos, à rembourser 22,000 
sous prêtés à son mari par Bernard Sa Clusa, donzell, sei- 
gneur de Capmany. — Ordonnance du roi Pierre III d'A- 
ragon, qui applique au Roussillon un statut de la princi- 
pauté de Catalogne, d'après lequel la prescription est ac- 
quise contre toute obligation envers des juifs, après un 
délai de six ans : le statut en vigueur, émané du dernier 
roi de Majorque, ne la portait qu'à cinq ans. — Appel de 
Catalana, veuve du donzell Raymond Sa Rocha, et dame 
de Jujols, d'une criée du viguier de Confient, qui assimi- 
lait quelques individus de Jujols aux habitants de Ville- 
franche, et leur accordait les mêmes droits d'usage dans 
les forêts de Conat. — Sentence du juge de la cour de 
Thuij*, qui autorise une nouvelle expédition d'un acte dé- 
posé dans la scribania de cette ville, « quoique ce titre fût 
c déjà rayé (barra^um} sur la notule du tabellion, in slgnum 
9 quod jam inde fuit abstractum aliud instrumentum. » 

— Procès à la cour du] Patrimoine, avec une charte du roi 
Pierre d'Aragon, qui confirme aux habitants de Llo la 
pleine propriété des forêts et pacages de leur territoire, 
révoque comme illégale une concession de partie d'iceux 
faite par le procureur royal, eu faveur des habitants de 
Sallagosa, Rohet et Vedrinyans, et néanmoins condamne la 
communauté de Llo à rembourser à ces derniers 420 sous 
par eux versés au domaine pour obtenir ladite concession. 

— Réclamations : de dettes de Jacques Sala, marchand de 
Barcelone, contre les héritiers du chevalier Berenger de 



68 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Saîat-Jean, seigneur de Saint-Jean-Pla-de-Corts ; — de 
Bernard de So, chevalier, et de son fils, Jean de So, contre 
les consuls de la ville de Perpignan, qui sont allés manu 
armataethostiliter dans la ville de Hillas appartenant aux- 

* 

dits seigneurs. — Privilège royal relatif au boisage, en 
faveur des habitants de Querol. — Perico de Pla, trésorier 
Hu Roi, délivre quittance à Raymond de Perellos, cbeva* 
lier, et à Jean Vola, procureur royal, chargés de vendre des 
revenus du Roi en Roussillon, pour payer les 22,000 flo- 
rins d*or d* Aragon, dus par ledit roi à noble Bertrand Du 
Guesclin (de Clerquino), duc de Transtamare et comte de 
Longueville et de Burgia, d'une somme de 9,150 florins 
pris sur les ventes de la leude majeure et de la leude des 
poissons de Perpignan, et de la fontaine de Salses (13 avril). 

— Vente de rentes du bénéfice fondé à Saint-Jean de Per- 
pignan par Bernard Mafre, jardinier. — Cession au do- 
maine d'un moulin à farine appartenant à Âmald Luquès, 
èl construit à Perpignan, près de la porte de Bages, sur 
le ruisseau ou cequia de Thuir, moyennant une rente de 
19. livres, qui sera faite par les moulins possédés à Rives- 
altes par le chevalier Pierre-Guillaume de Stanybos. 

B. 119. (Registre.) — In-folio, SOBfeuillets, papier; latin. 

tSBS. — Notule d* André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Ventes de propriétés à Vernet, Tura et Canohes; — re- 
connaissances de diverses possessions situées à Toluges, 
tenues pour Alamanda, épouse de Berenger de Vallobera, 
apothicaire de Perpignan, fille de Pierre Tardiu, pareurde 
Thuir. — Appels : d'une sentence de l'official d'Elne qui 
condamnait Saurina, fille d' Amald Luquès, notaire de Per- 
pignan, à célébrer authentiquement son mariage avec Jean 
Geraud, delà même ville; — d'une sentence rendue en 
ftiveur de la dame de Jujols contre quelques anciens habi- 
tants de ce lieu qui s'étaient faits hommes jurés de Ville- 
franche. — Enquête testimoniale faite à Perpignan au sujet 
do la vente aux enchères publiques opérée dans cette ville, 
sur la place des Richshomens et devant la loge, de la nef 
Santa-Maria Bojiayre mouillée à Port-Vcndres et appar- 
tenant à des patrons de Catlari (Cagliari en Sardaigne). — 
Bail à ferme des revenus possédés à Fillols et à Prats en 
Gonflent, par Guillaume Nègre, de Perpignan. — Actes re- 
latifs à la levée de l'interdit mis par l'évêquc d'Elne sur la 
ville de Perpignan et autres lieux du Roussillon, à la suite du- 
quel le gouverneur et le viguier avaient fait saisir les tem- 
poralités de l'évéché et du chapitre d'Elne ; — lettre du roi 
Pierre III d'Aragon qui enjoint à ces officiers de restituer 
tout ce qui a été saisi et de remettre tout dans l'ancien état 
à Elne, la Tour, Saint-Cyprien, le Soler, TruUas et Baxas, 
révêque ayant consenti à suspendre l'interdit; — frère 



Amald, abbé de Saint-Genis de Fontaynes, vicaire générât 
et procureur de l'évêque, autorise l'official de Perpignan à 
faire sonner les cloches dans cette ville et dans les autres 
paroisses frappées d'interdit. — Consentement donné par 
Pierre Gallard, prieur de Sainte-Engracia, et par un autre 
religieux de l'abbaye d'Arles, à l'élection de Raymond de 
'Guixan , en remplacement de l'abbé Amald, décédé. — 
Quittance de la contribution due par la communauté de 
Saint-Laurent-de-la-Salanca, qui a été taxée pour sa part 
à raison de quarante-sept feux, pour la levée de mille sol- 
dats envoyés en Cerdagne pour le service du Roi. 

B. 120. (Registre.) — In-foUo, 50 feaiUets, papier; latin. 

tSC9« — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Ventes de maisons et autres propriétés situées & Rives- 
altes, Tura, Orle, Vernet, Pia, Castell Rossello, Cabes- 
tany, Trullas, Maurellas et Perpignan. — Transaction 
entre les fermiers de la cure de Salses et la communauté 
ecclésiastique de cette ville. — Testaments : de Guillaume 
Blanquet, de Clayra; — de François Piquer, jurisconsulte 
de Perpignan. — Permis de pacage dans les pasquiers de 
Roja, accordé par le monastère de Fontfrpide. — Quittance 
de 14 livres 7 sous payés au châtelain de Puig-Balados et à 
treize soldats [clientes) qui ont conduit à Perpignan un ha- 
bitant de Calce accusé de meurtre. — Consentement donné 
par les donzells Berenger de Perapertusa, seigneur d'Or- 
tafa, Pierre de Perapertusa, François de Bellcastell et 
Raymond de Furques, pour que la tutelle de leur parent 
Jean de Ribes, fils de feu Guillaume de Ribes, soit donnée 
au chevalier Pauquet de Bellcastell, son aïeul. — Vente 
d'une esclave, pour 24 livres, faite par un pareur de Per- 
pignan à un autre pareur de cette ville. — Collation d'un 
bénéfice fondé dans l'église Sainte-Marie-du-Temple, à Per- 
pignan. — Quittances des fermes du droit de bulle ou de 
sceau sur les draps ou étoffes de laine fabriqués ou vendus 
à Perpignan, Céret, Arles, Villefranche, Prats-de-Mollo, 
Cabrenç, Serrallonga et autres lieux, faites par Bernard 
Luquès, collecteur ou receveur des droits dits de la Gêné-- 
ralité dans les comtés de Roussillon et Cerdagne. — Do- 
nation de la scrivanie de la viguerie de Gonflent et du bail- 
liage de Villefranche, faite à Arnald Fogars, de Vinça, par 
Amald Luquès, notaire de Perpignan, qui la possédait en 
vertu d'une concession royale. 

B. 121. (Registre.) — In-folio, 96 feuillets, papier ; latin et catalan. 

t8t9-t8ifO. — Registre XX de la Procuracio real. 

— Privilèges du roi Sanche de Majorque portant conces- 
sion des pacages de Salses aux habitants de cette ville ; — 



SÉRIE B. —PROCURATION ROYALE DBS 

pennettaiit à Bertrand de Saint-lfarsal, chevalier, seigneur 
de Montner, et aux habitants de ce lieu, de ^aîre pacager, 
le jour seulement et avec défense expresse d'y couper du 
bois, dans une partie de la devèse de Força Real. — Chartes 
de Jacques II, roi de Majorque, maintenant aux habitants 
de Bolquera leurs anciens droits d*usage dans les pasquiers 
de Confient et de Capcir; — concédant à son plàsic (mé- 
decin), Bernard de Barriach, la chute d*eau du ruisseau de 
Thuir au lieu dit YEstayn den Gaveylla. — Ordonnances, 
pragmatiques, provisions et lettres du roi Pierre DI 
d*Aragon, concernant : — les grades et salaires des offi- 
ciers royaux de Roussillon et Cerdagne; — les droits de 
pacage, en faveur du lieu de Bolquera; — Tautorisation 
donnée à Jean de Hora, donzell de Majorque, de vendre à 
des laïques, généreux (nobles) ou non, les censives et 
antres droits qu*il possède à Perpignan et qu*i] tient en fief 
honoré pour le Roi. — Commission de lieutenant du pro- 
cureur royal en Cerdagne, Barida et vallée de Querol, pour 
Bernard de Serra. — Réunion dès deux offices de procu- 
reurs royaux de Roussillon et Cerdagne en un seul, qui 
est confié à Jean Yola^ bourgeois de Perpignan (27 nov. 1360} ; 
— commission de procureur des fiefs^ donnée à Jean Nègre, 
sur décès de Guillaume Boxeda. — Ordres : de payer à 
Jacques de Majorque, neveu du Roi, une rente de 
20,000 sous; — de donner toutes garanties aux consuls de 
Viuça, Saint-Laurent et Clayra, pour les sommes qu'ils ont 
avancées au Roi et à ses deux filles les infantes Cons- 
tance et Jeanne, leurs dames, savoir : 21,000 sous pour 
racheter Targenterie de la reine Marie, mère desdites in- 
fantes, engagée pour ladite somme à Pons de Vilaragut, 
et 37,620 sous employés à Tarmemeat des galères qni de- 
vaient conduire ladite reine-infante Constance à son ro>aume 
de Sicile ; — de maintenir à Tinquisiteur, à son adjoint et 
à leur écrivain, leur traitement de 93 livres par an; — de 
faire reconnaître les bordes du lieu de Planoles, aliénées 
sans autorisation ; — de prendre toutes précautions, sur 
la nouvelle « que le comte d'Armagnac et son fils, Jean 
« d'Ârmagnac, sous la couleur et renommée qu'ils doivent 
« aller au secours du pape, se préparent à envahir le Rous- 
« avec 18,000 glaives; » on prendra tous les revenus de 
cette province pour la mise en bon état des places fortes, 
en suspendant le payement de toutes rentes et pensions, 
même celles du comte de Transtanmre. — Concession à 
vie de la châtcllenie de Castellnou, à Bernard d'Axtat, 
donzell. — Lettres : de François de Cervia, vice-gouver- 
neur des deux comtés, à François Sagarriga, viguier de 
Roussillon, pour faire remettre Sibîlle, fille du donzell Guil- 
laume Dez Fonts, en possession d'une rente de 30 livres 
dont son père avait joui sur les revenus de Vemet et de 
Calce; — du procureur de l'infante Jeanne, autorisant les 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 69 

consuls de Vinça à s'imposer une arrière-dfane pour ré* 
parer les remparts de leur ville, et ceux de Clayra à s'im- 
poser un vingtième pour le payement de leurs dettes. — 
Confirmation d'un ancien privilège relatif aux pacages, en 
faveur des habitants de Queralbs et de Fustinya (vallée de 
Ribes). — Pragmatique qui attribue au seul procureur royal 
la connaissance des biens vacants en Roussillon et Cer- 
dagne, et défend à tous officiers et juges des châteaux et 
lieux royaux de connaître des questions relatives au do* 
maine royal. — Ordre de payer à Raymond de Perellos; 
huissier d'armes du Roi, une rente perpétuelle de 1,000 sous 
que Roger de Rovenach, son beau-père, recievait sur les 
scribanies publiques. — Lettre du Roi au procureur royal, 
mandant de lui expédiera Barcelone quatre charges du meil* 
leur vin muscat qu'il y ait à Perpignan. — Commissions 
de gardes des passages et objets prohibés, pour les terri- 
toires de Perpignan, Argelès, Salses,Estagell, Villefranche, 
Vingrau et Tautahull, données par Jean Vola, procureur 
royal, à Toffice duquel « le roi vient d*unir la maîtrise des 
« ports, passages et objets prohibés, précédemment oc- 
<c cupée par Jean Blanch. » — Nominations de forestiers 
(gardes) pour les forêts royales de Conflenr, Capcir et Cer- 
dagne. — Création d'un office d'obrer des bâtiments et 
constructions du Roi, en Cerdagne; -— augmentation du 
salaire de Raymond de Perellos, châtelain et bailli de 
Rodes ; — défense d'exporter du poisson frais ou salé, et 
de faire passer en France ni dans le comté de Foix des 
chevaux, des armes, de la poix, du goudron, du suif, de 
l'étoupe, des grains et légumes, — Ordre de réparer les 
châteaux de Bar et de Llo, dans la crainte d'une nouvelle 
invasion des Compagnies; — de suspendre la levée d'un 
droit d'un denier pour livre sur tous les objets importés ou 
exportés par les Génois à Collioure. — Commission de lieu- 
tenant du procureur royal en Confient, en faveur de Raymond 
de Cîistcllo, remplaçant Jean Nègre, décédé. — Lettres et 
ordres du Roi conceiTîant : l'augmentation du salaire de 
Bernard d'Atxat, châtelain de Castellnou, et de Pierre So- 
brino, châtelain de la Tour del Far;— l'armement du châ- 
teau de Bellegardc, « par crainte des Compagnies; » — la 
commission de châtelain du château de Perpignan, donnée 
à Raymond Alamany de Cervellon, chevalier, vice-gouver- 
neur des deux comtés; diverses mesures militaires qui 
doivent être pri^^es en Cerdagne par Pierre-Galcemnd de 
Pinos, capitaine dudit pays. — Lettre de l'infante Jeanne, 
réintégrant Raymond Nègre en ses fonctions de bailli de 
Saint-Laurent-de-la-Salanca dont il avait été suspendu 
par suite d'accusations qui sont reconnues mal fondées. — 
Commission de réguler du ruisseau de Thuir jusqu'au ponl 
del TorOj pour Pierre Vesia, jardinier de Perpignan. — 
Fondation, dans l'église de Saint-Jean de Perpignan, du troi- 



70 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIENTALES. 



sième et dernier des bénéfices auxquels le Roi était tenu 
pour obtenir la levée de rexcommunication lancée contre 
lui par le Souverain Pontife, quia^ dit le Roi, certis cousis 
quoidam clericos in eomitatu Rossilionis feceramus per 
sententiam morti tradere. — Collation du bénéfice dit 
de Sainte-Agathe fondé dans la chapelle du château de 
Rodés. — Prestation de serment d'un nonce (servant) de 
Toffice du gardianat des ports et passages. -^ Con- 
cessions emphytéotiques du four banal de Vinça et de 
pièces de terre en son territoire, faites à Pierre Felip-Ma- 
theu, par Tinfante Jeanne, dame de ce lieu; — nomination 
de Bernard de Coxi)iach, donzell, à TofSce de bailli de 
Vinça. — Ordre de payer au chevalier Bertrand de Verniola 
une pension viagère de 3,000 sous & prendre surles re- 
venus royaux de Conat et de Salses. — Donation des biens 
du donzell Raymond de Castellet € qui s*est révolté contre 
le roi », et de son épouse, en faveur du donzell Pierre 
de Perapertusa. — Concession à vie de la châtellenie de 
Bellegarde, en faveur de Bernard Sovilles, de Banyoles. — 
Défense faite au viguier de Roussillon et au bailli de Per- 
pignan de contraindre à l'avenir les écrivains et autres 
employés de la procuration royale à marcher avec les hosts 
de cette ville, de les établir à quelque poste que ce soit, ni 
de leur faire faire le guet ou des patrouilles de nuit. — 
Autorisation donnée aux consuls de Salses de faire, pen- 
dant six mois seulement , 130 éyminates de cloua (tan) 
dans les vacants et garrigues de leur territoire. — Ordre 
au bailli de la Roca d*Àlbera de faire payer les droits dus 
au Roi jusqu'au jour de la prise de possession de ce lieu 
par Guillaume Morey, à qui il a été vendu. — Lettres du 
Roi : commettant son trésorier, Bernard d*Olzinelles, pour 
recevoir le serment de fidélité et d'hommage de Sibille, 
épouse du donzell Ra^nnond-Michel de Turd, qui a acheté 
les fiefs de Serrât et autres lieux dans la vallée de Ribes, 
vendus par les héritiers de Guillaume d'Argilagers ; — con- 
férant la châtellenie et le bailliage de Salses à Mathieu 
d'Asco, de Rivesaltes; — autorisant Michel Fustet, cha- 
noine d'Elne, à acquérir, sans payer aucun droit d'amortis- 
sement, pour iOO livres de rentes en biens immeubles; — 
nommant Perico de Marça châtelain de Força Real; — 
accordant un délai d'un an pour le payement des droits 
dus au Roi par Jaspert de Tregura, conseiller et promoteur 
de la cour royale, acquéreur de la baronnie de Paracols; — 
portant révocation de ses fonctions , contre Bernard Bons- 
hom, forestier des bois et pasquiers royaux de Confient, 
Capcir et Cerdagne, quia esvagabundu^ cum meretricibUrS ; 
— suppression du salaire attribué à Jean Volona, masestre 
d'obra de pera (maître des constructions en pierre) du châ- 
teau royal de Perpignan; — sauf-conduit pour Struch Davi 
Choen, Jusse Tovia, Davi Jacob Choen, Mahir Samiel, juifs 



de Perpignan» pour aller, en compagnie de leurs serviteors 
juifs, dans les pays de France « où ils espèrent exercer le 
c négoce avec plus de profit que dans nos terres , » sous 
la condition de laisser à Perpignan leurs femmes et iears 
enfants et des garanties suffisantes pour le payement des 
contributions auxquelles ils seront astreints comme membres 
de l'Aljama de cette ville, pendant leur absence. — Bail à 
cens fait par Bernard de Margarit, dépensier de l'infant 
Jean, pour l'établissement d'un moulin à scie dans la forêt 
de Seyman (vallée de Conat), avec usage des eaux et bois 
de ladite forêt, en faveur d'Arnald Luquès, notaire et écri- 
vain royal. — Lettres du Roi conservant un salaire de 40 li- 
vres au châtelain de Bellegarde qui» « par exception, » 
réside constamment dans ce château; — portant restitution 
à Jean de Paris, ministrarius du Roi, d'une rente sur 
les scrivanies de Perpignan qui avait été conférée c par 
oubli » à une autre personne ; — défense à l'official de 
Perpignan d'exercer aucune juridiction sui- les chape- 
lains du château et des autres bénéfices royaux de cette 
ville; — nomination de Jacques Costa, notaire <le 
Perpignan , aux fonctions d'écrivain de la proca- 
curation royale, à la place de Raymond Sanç de Galisanç, 
décédé; — partage des revenus de la vallée de Ribes, entre 
le Roi et François de Ribes; — donation à l'infant Jean, 
lieutenant général des États et pays d'Aragon, de tous les 
revenus royaux de Rjussillon et Cerdagne, à l'exception de 
la seca (monnaie) de Perpignan, des rentes alfectées aux 
travaux d'entretien du château de cette ville, des aljames 
des juifs, et des lieux possédés par la reine Ëléonore et par 
l'infante Jeanne. — Actes relatifs : à la vente des lieux de 
Salteguel, Ovella eV.Segramorta, cédés par le domaine à 
Jacques de Pailars, seigneur de-Mataplana, pour 18,000 sous 
barcelonais; — à la vente du four et des autres revenus 
royaux d'Argelès, et des scrivanies de Perpignan, aliénés à 
pacte de rachat, en faveur de François de Castlari, citoyen 
de Barcelone, et de Bernard Luquès, notaire de Perpignan. 
— Lettre de l'infant Jean, gouverneur général, aux officiers 
royaux de Roussillon et Cerdagne, leur ordonnant c à 
(( cause des compagnies qui menacent d'entrer dans ces 
c comtés malgré le Roi et son lieutenant, » de mettre en 
bon état de défense les forteresses et châteaux royaux, et 
de faire entièrement abandonner les lieux appartenant aux 
églises, rwhS'homens et chevaliers, s'ils ne peuvent être 
bien défendus. — Ordonnances d'Ermengaud Marti, bour- 
geois de Perpignan, procureur royal et mattre des ports, 
concernant : la garde des passages sur la côte et à la fron- 
tière; — la nomination de baillis à Tresserra, Estagdl et 
Tura ; — la répression des usurpations pratiquées en Con- 
fient, en matière d'arrosage ; — l'exercice de la pêche dans 
les eaux royales. — Saufs-conduits poui' un an, accordés à 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Hayr Mosse Asser et à Davi Coben, jnifsde Perpignan, qai 
▼ont commercer en France. — Criées défendant Texporta- 
tion de Tor, de Targent, du cuivre et autres métaux ouvrés 
ou non, des barcelonais gros ou menus, des jacquais ou 
i^ax de Valence, et de toute monnaie eu or ou en argent; 
c il plaît seulement au roi que Ton exporte où Ton voudra 
c les florins d'Aragon frappés actuellement » (1369). <*- 
Convention entre Pierre Blan, procureur de l'infant Jean, 
et trois entrepreneurs, pour foire du charbon pendant dix 
ans, dans les forêts de la vallée de Gonat. 

B. lia. (Registre.) -* In-foUo, 44 feuillets, papier ; latin et catalan. 

ISf •• — ' Baux à ferme de revenus royaux de Rous- 
flillon et Gerdagne, consentis pour deux ans par Ermen- 
gaud Martin procureur royal. — Le prix de ferme s'élève, 
par an, à 33 livres de Barcelone, pour les revenus de 
Toluges; la leude d'Estagell, 90 livres; revenus d*Opol, 
60 livres ; les moulins dits Stremers, à Salses, 46 livres ; 

— la leude de Yillefranche, 26 ; les revenus de Sahorra, 
22; ceux de Formiguera, 48 ; ceux de Fulhà, 9 livres 
B sous; — les revenus des châteaux de Rodés et de Ropi- 
dera^ à 70 livres; le fermier doit payer entre autres choses 
30 sous au guet du château de Rodés ; — la traite du 
minerai de fer du Confient, passant en France, 30 livres ; 
chaque charge paye un droit de 12 deniers ; — le fores- 
tatge du bois de Querença, 43 livres 40 sous; — les re- 
venus de Llivia,405 livres; — ceux de Querol, 486 livres; 
ceux de Llo, K7; ceux de Sallagosa, 32; ceux de Vall 
Sabotera, 47; ceux de Bellver, 90; etc.; — l'herbe du 
pré de Llivia> affermée pour 5 livres par an, à Jean de 
loyha, viguier de Gerdagne. 

B. 123. (Registre.) -^ In-folio, 94 feaiilets, papier; latin. 

tS90* — Notule d'André Romeu, notaire & Perpignan. 

— Ventes, acensements et autres actes concernant des pro- 
priétés diverses tenues pour le Roi ou pour d'autres sei- 
gneurs à Perpignan, Tautahull, Toluges, Formiguères, 
Vîlella, Tura, etc. — Quittances faites par le procureur 
royal, aux collecteurs des droits des Généralités ; — paye- 
ments faits par le même aux propriétaires des rentes via- 
gères consenties par les communautés de Roussillon, Val- 
lespîr et Confient, en exécution d'une délibération des Corts 
tenues à Barcelone. — Prestation de foi et hommage par un 
habitant d*Orbanya, à dame Brayde, fille de Guillaume de 
So et épouse de Jean d'Âvellanet. — Ventes : de diverses 
possessions situées au diocèce de Gerona, par Bertrand de 
So, camérier de l'abbaye de Cuxa ; — de la dtme de 
Cmells, dans la paroisse de Sallagosa, par Raymond 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE GERDAGNE. 7i 

de Junya, chevalier, en faveur de Bernard Paylars, mercier 
de Puigcerda ; — de dîmes et autres droits féodaux à Ria 
et lieux voisins, cédés pour 43,200 sous à l'abbé de Cuxa, 
par Brunissende, fille du donzell Bernard d'Enveitg et 
épouse de Bernard d'Oms; — d'une esclave de la race 
des Tartares, âgée de douze ans, vendue pour 22 livres, 
à un drapier de Perpignan. — Quittance de 45,000 sous, 
employés aux arcades qui conduisent l'eau du ruisseau de 
Thuir an château royal de Perpignan; — Procès entre le 
domaine et les religieuses de Saint-Sauveur, au sujet des 
censives réclamées des deux parts sur des maisons de Per* 
pignan ; — lettre de l'infante Jeanne aux consuls de Saint- 
Laurent de la Salanca, à propos d'une rente de 500 sous 
qu'ils devront payer désormais à Bernard Catala, son cha* 
pelain ; — lettre du roi Pierre III à Azbert Ça Trilla, lieu- 
tenant du gouverneur, et à son assesseur, leur ordonnant 
expressément de faire poursuivre avec toute rigueur la 
commune de Perpignan qui doit certaines rentes aux in- 
fantes Jeanne et Constance; le Roi est « très-emerveillé » 
des lenteurs de ces deux officiers» et ne peut s'expliquer 
c comment il se fait qu'ils aient résisté à ses ordres et 
c qu'ils aient préféré déplaire au roi, à ses filles et à la 
c justice, plutôt qu'aux consuls de Perpignan et à Tin- 
c justice >• — Lods des ventes de la haute juridiction de 
Calce, faites à Arnald de Verniola par les héritiers de l'in- 
fant Ferdinand de Majorque. — Indemnité payée à Guil- 
laume Guilabert, prieur de l'église de Tautahull, par les 
consuls de ce lieu, pour les dommages portés à son prieuré 
par noble Jean Martin de Luna, « lorsqu'il se trouvait audit 
c lieu de Tautahull avec les otages du comte de Trans- 
« tamare. > 

B. 124. (Registre.) — In-folio, 50 feuillets, papier; latin. 

ISIff. — - Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
— Ventes : de diverses propriétés situées à Perpignan, 
Malloles, Rivesaltes, Tura et autres lieux, confirmées par 
Ermangaud Marti, procureur royal; — du bailliage de 
Fustenya, dans la vallée de Ribes ; — des lieux d'Aranser, 
Mucer, Alt, Soveg et Queralt, en Barida, tenus en fief 
pour le vicomte de Castellbo et pour le Roi, vendus à Ray- 
mond de Junya, chevalier, par dame Béatrix, fille d'Ar* 
nald de Saga et épouse de Bérenger d'Oms, seigneur de 
Mosset ; — de rentes sur le lieu de Torrelles, vendues par 
le donzell Pierre Sa Roca au chapelain du château royal 
de Perpignan. — Procès intenté par Raymond, abbé de 
Saint-Martin de Canigo, contre divers habitants propres, 
tf solius amansats et affocats » de ses lieux de Llonat, le 
Royre, Avellanet et Juncet, qui s'étaient faits hommes as- 
sermentés de Villefranche-de-Conflent; — lettre du roi 



72 

Pierre IIl d'Aragon, portant que les susdits seront consi- 
dérés comme jurés de la ville royale de Villefranche, dans 
le cas seulement où ils y résideraient constamment avec 
leurs épouses « et y tiendraient toujours. un feu », excepté 
au temps de la moisson et de la vendange. — Privilèges de 
r infant Jean, lieutenant général du Roi, concédant à Rol- 
land Luquès et à Guillaume Vinyes, fkquers (boulangers) 
de Perpignan, « qui font des pains bien supérieurs à ceux 
« des autres boulangers de cette ville, parce que, outre 
€ la supériorité de leur industrie, ils n'emploient que le 
c froment le plus pur et le plus cher, sans le mélanger à 
« quoi que ce soit », le droit de vendre leurs pains à un 
poids d'.une once en moins par dînerée, à la condition d'of- 
frir, chaque jour, en signe « de reconnaissance, » quatre 
dîncîrées de leur dit pain, audit infant, au Roi ou à la Reine, 
lorsqu'ils se trouveront à Perpignan. — Convention entre 
Antoine Safont, dit Baster, orfèvre de Perpignan, et Pierre 
Dez Pla, employé à Ja trésoierie royale, pour la façon d'un 
calice avec patène en or, du poids de 6 marcs et demi d'or. 

— Vente de deux esclaves blanches baptisées et de race 
Tartarfe, achetées, l'une par un prêtre de Castello d'Em- 
pories au prix de 30 livres, l'autre âgée de seize ans, au 
prix de 23 livres, acquise par un habitant de Perpignan. — 
Payements faits au procureur royal par les tenanciers arro- 
sanls et par les propriétaires des moulins de Vernet. — 
Donations : de la scrivanie de la ville et vallée de Prats-de- 
Mollo, faite aux consuls de ladite ville, par Raymond Sa 
Carrera, à qui l'infant Jean l'avait concédée ; — de la scri- 
vanie de la cour du viguier du Roussillon, cédée par Guil- 
lanime Cofi'olent à Arnald Luquès, écrivain du Roi. 

B. 125. (Registre.)— In-folio, 54 feuillets, papier; latin. 

t»1«, — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Concessions à acapte et lods de vente de diverses pro- 
priétés situées à Salses, Tautahull, Fulhà, Perpignan et 
Maurellas, tenues pour le roi d'Aragon ; — à Tura, pour 
l'abbaye de Fontfroide ; — à Saint-Hipolyte, pour Blanche, 
veuve du chevalier Guillaume Des Puig ; — à Theza, pour 
Béatrix, épouse de Bérenger d'Oms. — Attestation d'un 
hôtelier de Perpignan, au sujet de deux frères mineurs de 
la province d'Aragon « qui ont été logés pendant quinze 
« jours dans son hôtellerie, publiquement, tranquillement 
« cl honnêtement, avec l'habit de leur ordre, comme il 
c convient à des religieux. » — Mise du pennon royal sur 
la forteresse des Abellcs appartenant à Bérenger de Pau, 
par suite de la saisie de la vallée de Banyuls sur Jean, 
comte d'Empories; — lods de la vente d'une partie du fief 
dit de Vallauria dans ladite vallée, faite par le donzell 
Guillaume de Pau en faveur de Jean Morera, de Banyuls, 
et confirmée par le procureur royal. 



ARCHIVES DÈS PYRÉNÉES-OftIENTALES. 



B. 126. (Registre.) -* la-folio, 60 feaUlets, papier ; latin. 

tS99« — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
— Contrats de particuliers et actes du procureur royal con- 
cernant : la concession de parcelles d'un ancien chemin a)i 
territoire d'Ortolanes ; — la vente de diverses propriétés 
situées à Vernet, Salses, Perpignan, Thuir, Salvaterra 
(Opol), Rivesaltes, Llauro, Cabestany, Toluges et Banyuls- 
del-Marende ; — des concessions d'eau du ruisseau de 
Thuir pour Tarrosage de divers jardins, à Perpignan; —les 
droits de foriscapi (mutation) dus au Roi : par Francisca, 
épouse de Pierre Onzés, et fille du chevalier Pierre d' A releu, 
laquelle ayant hérité, pour sa légitime paternelle, du vilar 
d'Odello (enCapcir) estimé à 200 livrer, doit 10 livres pour 
droit de fief c selon la constitution de Gervera ; > — par 
Bernard Mestre, hôtelier de Villefranche, pour une portion 
des dîmes de Ralleu à lui vendue par Agnès, fille du don- 
zell Galcerand d'Ënveitg ; — par Guillema, veuve d' Arnald 
de So, fils de Bernard, vicomte d'E vol; — par Jean d'Avel- 
lanet, pour l'acquisition des dîmes de Fulhà. — Conces- 
sion d'une prise d'eau dans la rivière de la Tet pour une 
c moline de fer (forge) à deux feux là établir au territoire 
de Ria, en faveur de Pierre de Vilanova, de Perpignan, 
écrivain de l'office de la dépense du seigneur duc (l'infant 
Jean, duc de Gero:ia). — Aveu féodal de droits seigneu- 
riaux au territoire de Vernet et d'une tour située dans 
le château dudit lieu, fait par le chevatier Bérenger de 
Pontos à Bertrand de Verniola, seigneur de Vernet. — Tes- 
tament de la veuve de François Fosta, verrier de Perpi- 
gnan, contenant un legs de lisons à la confrérie des com- 
pagnons de Saint- Antoine, « s'ils veulent m'y recevoir » 
si aculer mi volen. — Quittance de 77 livres, pour étoffes 
de laine et teintures vendues par un teinturier de Perpignan 
à Christophe de Junta, marchand de Florence. — Vente 
d'une esclave de race Tartare et de son fils âgé de dix à 
douze jours, cédés pour 49 livres 10 sous, à Bérenger de 
Vallobera, apothicaire, de Perpignan. — Sœur Laurence 
Hugueta, de l'ordre de la Tiercc-règFe, fait donation de la 
maison qu'elle habite à Perpignan, à sœur Jeanne Fia- 
mengua, de Paris, religieuse du même ordre : à la mort de 
celle-ci, cet immeuble retournera aux héritiers naturels de 
sœur Laurence. 

B. 127. (Registre.) — In-foUo, 48 feuilleto, papier; latin 

iSli-iSIfS. — Manuel d'André Romeu, notaire à 
Perpignan. — Dépôt des sommes destinées à la fondation 
d'un bénéfice ecclésiastique dans- la chapelle du château de 
Perpignan, par André de Fonollet, vicomte d'IUe et de 
Canet, pour l'âme de son épouse (qu'il avait tuée); — paye- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

ment fait parle môme, pour les fief réclamés par le do- 
maine à l'occasion de la vente de la haute juridiction de 
Vilallonga-de-la-Salanca, aliénée par Raymond de Canet, 
son prédécesseur, en faveur de François de Bellcastell. — 
Le procureur royal concède aux propriétaires des moulins 
et aux arrosants de Vernel la faculté de reconstruire, dans 
le territoire de Saint-Feliu, un barrage pour la prise d'eau 
de leur ruisseau construit anciennement au territoire de 
Pézilla et détruit par les dernières inondations. — Quit- 
tances de la ferme de la cbapellenie de Gastell Rossello, 
consenties par le titulaire, Jean de Jaurens (du diocèse de 
Limoges) ; — payement des droits de leudc par Pierre 
Gerau, patron d'une nef de Barcelone, pour avoir traversé 
à trois reprises différentes les mers comprises dans le leu- 
daire de Collioure. — Appel au viguier de Roussillon, con- 
tre un malfaiteur banni par l'infant Jean, et réfugié dans le 
château de Canet dont le seigneur lui prête aide et appui. 

— Concession faite par le procureur royal en faveur de 
Bernard Mancu, notaire de Perpignan, autorisé à construire 
un moulin à deux meules dans son jardin, avec faculté de 
se servir de l'eau du ruisseau dit de Saint-Estève, toutefois 
sans préjudice des droits des arrosants ; — autorisations 
du même, en faveur de divers habitants de Perpignan, pour 
arroser leurs propriétés avec Teau du ruisseau de Thuir. 

B. 128. (Registre.) — In-folio, 68 feuillets, papior; latin. 

i898. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Ventes, testaments et autres contrats, à Perpignan, 
Perellos, Salses,Tura, Vernet, Tatzod'Avall,etc. —Vente 
d'une esclave de race tarlare, cédée pour 30 livres à un 
coutelier de Perpignan, par la prieure et tout le couvent des 
religieuses de Saint-Sauveur de cette ville qui l'avaient 
acquise pour le service de leur monastère et l'y reconnais- 
sent impropre. — Achat d'une maison à Perpignan, au prix 
de 5,000 sous, par Thomas de Calment (ou deChaumont ? 
deXaumon}y ménétrier de l'infant Jean, duc de Gerona. — 
Contrat de mariage de Pierre Girona, peintre, neveu de 
Guillaume Girona, peintre de Perpignan. 

B. 129. (Registre.) — In-folio, 38 feuillets, papier; latin. 

t8et-t894. — Actes d'André Romeu, Pierre Tort et 
autres notaires.— État de divers fiefs tenus pour le Roi, en 
Cerdagne et en Capcir. — Lettre d'Ermcssende, épouse 
de Bernard-Guillaume de Foxa, à noble Bérenger de Cas- 
tellnou, qu'elle requiert de venir lui faire hommage pour 
les fiefs qu'il tient pour elle dans la paroisse d'Armentera. 

— Legs de 40 sous de rente pour Tentretien d'un patron 
' ou oratoire construit dans le cimetière de Sainte-Marie de 

PyR1%NÉES-0rIENTALES. — SÉRIE B. 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 73 

Puigcerda. — Charte duroi Pierre III d'Aragon, relative à 
une rente de 200 livres que Tordre de Saint-Jean de Jéru- 
salem recevait sur les revenus royaux du Roussillon et de 
Cerdagne, au lieu du dixième des mômes revenus, reçu 
anciennement par le commandeur du Mas Deu, de Tordre 
du Temple. — Vente de la moitié de la seigneurie 
de Bellestar, faite par Jean de Bellcastell à dame 
Beatrix, épouse de Bérenger d'Oms. — Protestation du 
comte d'Empories contre la saisie du fief des Ahelles. 
— Quittances : de 36 livres 1/2 payées par la com- 
munauté de Prades, « pour la chevalerie et le mariage de 
« Tinfant Jean, duc de Gerona», avec Jeanne, fille de 
Philippe, roi de France; — de six tasses et six écueiles 
d'argent, mises en gage à Perpignan par Bertrand, abhé de 
Saint-Michel de Cuxa ; — des droits de fief dus par le 
donzell Pierre de Cuxusà qui Bertrand d'Axat, donzell de 
Ropidcra, avait fait donation de tous ses biens de Ropidera, 
Rodés, Vilella et Croses; — du salaire de Guillaume de 
Scxan, châtelain de Puig-Baledors. — Reconnaissances et 
inféodalions de diverses propriétés tenues pour le Roi à 
Juncet, Fulhà, Sahorra, Rodés, Villefranche et Cornella de 
Confient. — Bail à ferme des revenus royaux de la vallée 
de Ribes. — Ordonnance royale portant défense à tous 
avocats et procureurs du Roussillon et de la Cerdagne de 
prêter leur ministère dans quelque cause que ce soit con- 
cernant les régaiies, juridictions et droits royaux, sans en 
avoir demandé et obtenu Tautorisation du Roi ou de ses 
officiers. 

B. 130. (Registre.) — In-folio, 48 feuillets, papier; latin et catalan. 



1809-1894. — Fets del patrimoni summaris. — 
Enquêtes sommaires sur divers faits relatifs au domaine 
royal, concernant : les droits du Roi sur la cinquième meule 
du moulin dit d*en Atsat ; — la perception de la dîm e du 
poisson pris dans Tétang de Salses ou de Saint-Laurent ; — 
Tenlèvement de pierres à chaux sur les bords dudit étang, 
opéré par Pauquet de Bellcastell « pour Tœuvre des murs 
de Vilallonga-de-la-Salanca; » — la construction d'un 
patus à Argelès; —la valeur des biens possédés ancienne- 
ment au Soler d* Amont par le chevalier Guillaume de 
Soler ; — un calice d'argent donné à Téglise Sainte-Marie 
du château de Tautahull par Jean Martinès de Luna ; — 
les bans h imposer, dans le cas ou le Roi mettrait des gardes 
pour les objets prohibés, dans les terres des barons et che- 
valiers de Roussillon et Cerdagne; — les dommages portés 
à un pont construit sur le ruisseau des moulins de Rives- 
altes; — un ruisseau nouvellement construit à Elne pour 
Tusage de divers moulins; « Il y a douze ans environ, dé- 
« pose Pierre Maynada, comme je venais d'un moulin à 

10 



7i 



« farine qne je possède aa territoire d'Elne, je rencontrai 
<c Mgr Pierre La Planella, alofô évéque de celte cité, qui 
c venait de la Tour, et nous vinmes à parler des améliora- 
c tiens qui pourraient se faire en cette cité. Je dis qu'il y 
« en avait de possibles , notamment pour Toftice des 
« parears. Mgr l'évéque me dit : JEt comment pourrait-on 
€ faire? — Voici, monseigneur; il n'y aurait qu'à diriger 
c Teau du fossé de la cité vers mon moulin ; on y pourrait 
« alors faire des moulins à foulon. — El pourrais-tu le 
« faire, me dit monseigneur? — Certainement, et je le 
f voudrais bien. — Eh bien I me dit monseigneur, venez 
« dîner avec moi, et ensuile nous en causerons etc., » — 
Payements faits par les communautés deSalvaterra, Tauta- 
hull,Salses,Tresserra, le Volo, Maurellas, Llotes, Argelès, 
Casafabre, Prats-de-Mollo, Thuir et Collioure, en aide des 
frais du mariage de Tinfant Jean avec Jeanne, fille de Phi- 
lippe VI, roi de France. 

B. 131. (Registre.) — In-folio, 94 feuillets, papier; latin. 

1895. — Notule d* André Romeu, notaire à Perpignan. 

— Actes de procuration faits par le commandeur du Mas 
Deu et par des habitants de Perpignan, pour réclamer à 
Narbonne des troupeaux enlevés par des sujets français. — 
Ordre de saisir divers revenus possédés en Roussillon par 
Pierre Blan, conseiller du Roi, qui n'a pas encore pu ren- 
dre ses comptes de la ferme, à lui consentie pour trois ans, 
« des florins d'Aragon frappés dans les monnaies [seques) 
« royales de Saragosse, Valence, Barcelone et Perpignan. » 
Ordres et lettres du Roi et du capitaine général du Rous- 
sillon, concernant une contribution imposée aux commu- 
nautés d'Arles, Prats-de-Mollo, Codalet-de-Vallespîr, les 
Bains, Saint-Laurent-dels-Gerdans et Cortsavi, pour les 
obliger à se pourvoir d'armes et de vivres, lors de l'inva- 
sion de l'infant de Majorque. — Concessions emphytéoti- 
ques du procureur royal, concernant : une partie du four 
banal de Salses ; — l'arrosage de diverses propriétés à 
Perpignan et à Vcrnet ; — le figueral de la nora du châ- 
teau royal, etc. —Ventes d'esclaves; une femme d'origine 
grecque, âgée de trente-cinq ans, vendue pour 27 livres 1/2* 
deux autres de race tartare, l'une baptisée, vendue pom* 
30 livres, Tautre âgée de seize ans et nommée Quergues 
« en sa langue » {in lingua sua Quergues), vendue pour 
23 livres à dame Boneta, veuve de noble Pons de Llupia. 

— Quittance des bénéfices dus à un pareur de Villefranche- 
de-Conflent pour des marchandises expédiées à Damas. — 
Ventes : d'une propriété à Clayra, provenant d'Arnald de 
Lordat, chevalier; — d'une rente sur les moulins des 
Quatre-'Casals de Perpignan, appartenant à Bérenger de 
Codalet, bourgeois de cette ville ; — de 172 quintaux de 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

fer ouvré, pour 301 livres 15 sous, vendus par le donzell 
Pierre de Font-Jonconsa à Bérenger d'Oms ; — d*une rente 
sur une propriété située à Labeja, près du Viel AglU en 
faveur du bénéfice fondé dans la chapelle du château royal 
de Perpignan par André de Fonollet, vicomte d'Ille et de 
Canet. — Copie de la concession du bailliage de Saint- 
Nazaire dépendant de la commanderie de Bajoles, faite par 
frère Pierre-Arnald de Perestortes, prieur de Catalogne, 
de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en faveur de Pierre 
Argent (3 des ides d'août 1349) : celui-ci vend son bail- 
liage à Raymond Girau, du consentement de frère Arnald 
Gitard, commandeur de Bajoles. 



B. 132. (Registre.) — In-folio, 30 feuillets, papier; latin. 

tsifif. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
-— Ventes : d'une vigne tenue pour le bénéfice fondé dans 
la chapelle du château de Perpignan par Bérenger Oliba, 
familier du roi de Majorque ; — d'un patus dans la môme 
ville, près de la porte des Cornes, acheté par le donzell Bé- 
renger d'Oms ; — d'un ouvroir, dans la parayria corrable 
de Perpignan, tenu pour le donzell François de Tregura ; 
— de propriétés, à Sahorra, tenues pour le Roi, — Actes 
de Bérenger deMagarola, procureur royal, concernant : le 
payement des droits de foriscapi de diverses maisons si-, 
tuées à Perpignan ; — la concession emphytéotique des 
bains de Vernet en Confient, confisqués sur Jacques Pascal, 
« condamné au dernier supplice, comme rebelle au roi 
u d'Aragon et adhérent de l'infant de Majorque », en fa- 
veur de Raymond Costa dit Semaler, de Villefranche, 
moyennant une censive de 6 livres 10 sous par an, et un 
prix d'entrée de 20 sous barcelonais ; — la confirmation 
du droit concédé à Raymond Maria, de Cirach, Perpenya 
Fulols, marchand, et Pierre Besseda, de Villefranche, de 
prendre dans la Tet toute l'eau nécessaire pour l'arrosage 
de leurs propriétés de Gorner ; — l'autorisation accordée à 
Jacques Sere, menuisier, de prendre, pendant quatre mois, 
dans le ruisseau de Perpignan, toute l'eau qui passera 
« par l'ouverture d'un menu denier barcelonais, » pour 
son moulin à huile situé au Safranar de cette ville ; — la 
vente du domaine dit champ du Roi situé à Perpignan, près 
de la porte de Bages, — Concession du bailliage de Villech 
et de sa vallée, en faveur de Jean Gavella, donzell. — Bail 
à lover de la maison de feu François Roma, située à Per- 
pignan, pour l'habitation du procureur royal ; — contrat 
de mariage de Jean Pincart, mercier de cette ville, avec 
Ricsende, fille de Pierre Blanca, de Baxas. -— État des 
biens saisis aux Florentins dans la ville de Perpignan et re- 
mis à Raymond Alamany de Cervellon, chevalier, conseil- 
ler et camerlench (chambellan) du roi d'Aragon, commis- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



75 



saire spécial désigné par le Roi pour « saisir eo Roussillon 

< et Cerdagne les personnes et biens desdits Florentins, con- 

< formément à la réquisition et commission de notre sel- 
« gneur le pape : » les biens séquestrés consistent en objets 
d'orfèvrerie et de draperie, ou en fonds déposés chez divers 
facteurs ou procureurs de commerce. — Quittances des 
revenus de Montesquiu, au nom du duc (de Gerona). 

B. 133. (Registre.) — In-folio, 148 fenillets, papier; latin etcaUlan. 

19 95-18 99. — Registre X de la procuracio reaL — 
Charte de Jacques i*% roi d'Aragon, afffranchissant les 
juifs de Taljama de Perpignan de tous droits de foriscapi 
(mutation) pour leurs maisons construites sur le Puig de 
cette ville. — Reconnaissance d'une censive de six eymi- 
nés de blé, dite blat del vegueriu, consentie par les habi- 
tants de Polleslres à Bérenger de Peraperlusa, viguier de 
Roussillon. — Chartes de Jacques II, roi de Majorque, por- 
tant : indemnité pour le passage du ruisseau de Thuir et 
la construction d'un moulin dans le territoire de Canohes ; 

— concession des hautes justices de Saint- Jean-la-Cella, 
en faveur du chevalier Dalmau de Banyuls. — Provisions, 
lettres et ordonnances du roi Pierre III d* Aragon et de ses 
procureurs en Roussillon et Cerdagne, portant : concession 
de la châtellenie et du bailliage de Salses à François de 
Perellos, huissier d'armes du Roi ; — exemption de droits 
de foriscapi pour Elicsende, veuve de Pierre de Noguer et 
épouse de François Tauler, de Perpignan ; — autorisation 
donnée à Bernard Geli, bourgeois de la même ville, d'éta- 
blir sur le ruisseau royal, près de la porte Saint-Martin, 
un moulin à moudre pastel, garance, olives ou tout autre 
objet, sauf le blé ; — à Sibille, prieure de Saint-Sauveur 
de cette ville, pour acheter 100 Hvres de rentes perpétuel- 
les ; — franchise de garde et de guet, pour les écrivains et 
emploj es de la procuration royale ; — concession à vie de 
la châtellenie d'Opol, en faveur de François Ça Garriga ; 

— érection des terres de Rueda et d'Épila (en Aragon) en 
vicomte, avec titre de vicomte de Rueda (ou de Roda), en 
faveur de François de Perellos, seigneur de Millas, pour 
services rendus au Roi et notamment pour avoir fait venir 
contre Pierre, roi de Castille, les compagnies et gens de 
guerre qui couraient en France, Bourgogne, Lombardie et 
autres pays, sous la conduite de Bertrand Du Guesclin {de 
Clequino)^ comte de Longueviilc ; — nomination de juges 
et de baillis royaux d'Estagell ; — bail à ferme des reve- 
nus de Vilallonga-de-la-Salanca, appartenant à Pau- 
quet, fils de feu François de Bellcastell ; — permis d'aller 
en France, pour affaires commerciales, donnés à divers 
juifs de Perpignan et d'autres lieux de Roussillon» Cerdagne 
et Catalogne; — concession de la châtellenie de Rodés, -en 



faveur de Raymond de Perellos et de ses descendants, à 
perpétuité, avec le droit « d'y faire la guerre ou la paix 
c contre qui que ce soit, excepté contre le Roi et les habi- 
< tants dudit lieu ; » — renouvellement, en faveur de 
Pierre de Vilanova, dépensier de l'infant Jean, du droit 
d'extraire du Confient certaine quantité de minerai de fer, 
comme en jouissait Castello Patau, de Villefranche ; — 
commission de châtelain et bailli de Tautahuli, pour 
Raymond de Perellos, vicomte de Roda, fils de François de 
Perellos ; — délimitation de la partie de la forêt de Conat 
accordée à Arnald Luquès pour l'usage de son moulin à 
scie ; — saisie de la seigneurie de Vilallonga-de-la-Sa- 
lanca ; — criées concernant la police du maheyl (bouche- 
rie) du call des juifs de Perpignan ; — nomination de re- 
guiers du ruisseau de Thuir ; — fixation du salaire dft à l'in- 
quisiteur ; — attribution à l'infant Jean d'une rente viagère 
de 80 livres dont jouissait feu François de Ribes ; — con- 
cession de l'usufruit d'une vigne située sous le château de 
Perpignan, et qu'il faudrait céder « si le Roi se décidait à 
« clôturer la devèse qu'il a le projet d'établir autour de ce 
« château ; x> — saisie des revenus de Casteli-Rossello, ap- 
partenant à André de Fonollet, vicomte d'Ille et de Canet ; 

— permission de six mois donnée à Na Flors, juive de 
Perpignan, pour aller à Carcassonne donner ses soins à une 
juive enceinte ; — nomination de Jacques de Monell à l'of- 
fice d'assesseur du gouverneur, en remplacement de Jas- 
pert de Tregura, décédé ; — collation d'un bénéfice fondé 
dans la chapelle Sainte-Marie du château de TautahuU ; — 
commission de bailhs royaux à Maurellas, à Banyuls-del- 
Marezme et aux Abellcs; — règlement pour l'entretien du 
jardin, du figueral et des prairies du château royal de Per- 
pignan ; — autorisation donnée à frère Arnald Guitart, com- 
mandeur du Mas Deu, d'acheter au prix de 10 ou 11,000 sols 
barrois les droits justiciers, seigneuriaux, de pêche et autres 
possédés à Saint-IIippolyte par les donzells Raymond de 
Montlaur et Guillaume dez Castell ; — privilège (de Tin- 
fant Jean) dispensant Jacques Padern, de TautahuU, garde 
du bois del Naret, de tenir le serment qu'il a prêté en qua- 
lité d'habitant de Perpignan et selon lequel il serait obligé 
de résider dans cette ville pendant une partie de l'année 
et surtout pendant les grandes fêtes ; — prestation de ser- 
ment par les secrétaires de l'aljama des juifs de Perpignan ; 

— ordre donné à la veuve de Michel Amarell de faire con- 
struire un ullal (ouverture) de meule à la prise d'eau 
qu'elle possède au ruisseau de Thuir. — Nominations : de 
Bonet Adrouerà la châtellenie de Força Real ; — de Pierre 
de Villanova, à l'office de garde des objets prohibés, pê- 
cheries, pacages et forêts de Roussillon et Cerdagne ; — de 
micer Pierre Comte, à l'emploi d'avocat fiscal général, et, 
plus tard, à Toffice d'assesseur du gouverneur; — di*. 



76 



François Vidal, à la scribanie de la Gobernacio et du patri- 
moine royal; — autorisation donnée aux châtelains de 
Rodés etd'Opol de se donner des lieutenants; à Pierre de 
Saint-Marti, d'entrer en possession des biens qu'il vient 
d'acquérir de Dalmau deSanta-Pau, à Maurellas, quoiqu'il 
n'en ait pas encore reçu l'investiture royale ; — concession 
emphytéotique du champ dit camp del Tor et des aires qui 
en dépendent, le tout situé près de la lisse et du grainenar 
du château royal de Perpignan ; — autorisation donnée 
par le procureur royal aux familles qui habitent le mas den 
Capeylcr^ dans la même ville, de s'y clôturer au moyen 
d'un mur large d'un demi cayro (brique) et d'une porte 
qu'ils fermeront, « à cause des infamies et des crimes qui 
« se sont commis de tout temps » dans ce quartier ; — 
exemption de certains droits de justice, affranchissement 
des droits d*exorquia (stérilité), intestia et autres, et con- 
cessions de pacage, en faveur des habitants de Cortsavi et 
de tous les hommes « qui sont de la recollecte et contri- 
bution » dudit château ; — défense d'abreuver des bes- 
tiaux au ruisseau de Perpignan, soit dans la ville, soit 
dehors, sauf certains endroits désignés par les criées ; — 
— plainte de l'aljama des juifs de cette ville contre un pa- 
reur qui veut élever à deux étages sa maison voisine de 
leur Call; il en résultera que, de sa maison u il aura vue 
« dans ledit Call » ; le gouverneur ordonne d'arrêter la 
construction et condamne les juifs de Perpignan à payer 
au propriétaire une indemnité tellement forte que les se- 
crétaires de l'aljama déclarent ne pas vouloir la payer, et 
préfèrent que ledit pareur « élève sa maison autant qu'il 
f lui plaira ; » — autorisation donnée aux habitants de 
Perestortes, pour l'arrosage des terres qu'ils possèdent au 
territoire de Rivesaltes; — donation de la scrivanie de la 
procuration royale, faite par G. Talo à André Romeu, no- 
taire ; — concession d'un filet d'eau « de l'ouverture et 
« dimension d'un denier menu », pour l'usage d'une mai- 
son située à Perpignan, près de la porte del Pes de les fa- 
rines ; — prise de possession de la châtellenie et du bail- 
liage de Salses, par le donzell Guillaume dez Rach qui en 
a obtenu la concession à vie ; — délai de six mois accordé 
aux habitants de Sahorra pour le payement de leurs con- 
tributions, et ce, « à cause des pertes qu'ils viennent 
« d'éprouver par l'invasion des gens de guerre de Tinfant 
a de Majorque; » — mandements donnés : à Dalmau de 
Banyuls, pour qu'il ait à reconnaître les fiefs de la Roca, 
de Porcinyans et d'Anyer, à lui appartenant par décès de 
son neveu; — à Rérenger d'Ortafa et à Pauquet dcBcllcasiell, 
pour reconnaître, le premier, la moitié du lieu de Saint- 
J«an-Pla-de-Corts, le second, les seigneuries de Pontella 
et de Vilallonga-de-la-Salanca, à eux parvenues par décès 
de Jean de Rellcastell ; — nominations : de Rérenger de 



ARCHIVES DES PYRÉiNÉES-ORIENTALES. 

Magarola, citoyen de Barcelone, à la procuration royale et 
à la maîtrise des ports de Roussillon et Cerdagne ; — de Rer- 
nard Pauquet, de Perpignan, à l'office de maître des ginys 
(engins), avec charge de réparer et entretenir tous les gi- 
nys, trebuquets, molines (moulins) de sang e de vent (à 
bras et à vent) et autres machines de guerre des châteaux 
royaux des deux comtés ; — ordre de payer toutes les dé- 
penses faites par les quatre gardes de la porte ferrée du 
château de Perpignan, ainsi que la paille pour les farons 
(signaux par le feu) qu'ils sont tenus de faire ; — engage- 
ment de diverses scrivanies à Rarthélemi Gari, changeur 
de Perpignan, qui a prêté de l'argent pour les provisions 
et armes de guerre ; — restitution des fontaines de Salses, 
engagées par le Roi à François Roma ; — nomination de 
Raymond de Perellos, chevalier, à l'office de gouverneur 
des deux comtés, en remplacement d'Araald d'Orchau ; 
— défense de faire écouler les eaux du ruisseau, comtal de 
Perpignan vers les moulins des Quatre-Casals ; — con- 
ventions entre le Roi et lessyndics de la Cerdagne, au sujet 
de la sortie des grains ; la charge de neuf mesures de blé 
n'aura plus à payer que 3 sous pour droit de sortie ; — 
sentence relative au droit d'usage de Teau de la Tet pour 
la forge de Thuès ; — criées concernant la vente du pois- 
son à Perpignan ; — ordre de laisser la garde et l'entretien 
du château de Segura à la charge des habitants de la vallée 
de Ribes, et de supprimer l'emploi de châtelain du château 
de Formiguères ; — défense, à toute autre personne que le 
procureur royal, de délivrer des permis aux juifs du Rous- 
sillon, pour aller en France ; — mandement adressé à 
Pons-dez-Calllar, pour la reconnaissance de la châtellenie 
de Llivia qui lui a été inféodée ; — règlement des droits 
dus par André de Fonollet, vicomte d'Ule et de Canet, 
pour l'acquisition de la baronnie de Mosset et de la Ras- 
tida-de- Mascarda. — Criées du bailli royal, portant dé- 
fense aux arrosants du ruisseau de Thuir, d'user de Teau 
dudit ruisseau, s'ils n'exhibent leurs titres dans un délai de 
cinq jours. — Lettres du Roi qui exemptent les fermiers 

■ 

des revenus royaux de Roussillon et Cerdagne, de tout 
service d'hosl et de chevauchée pendant la durée du bail, 
sauf le cas où ces pays seraient envahis ou occupés par 
l'ennemi ou par des gens de guerre étrangers. 



B. 134. (Registre.) — lo-folio, 54 feuillets, papier; latin. 

1899. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
— Vente de deux esclaves de race tartare, Tune âgée de 
vingt-deux ans, pour 27 livres 10 sous, l'autre âgée de 
seize ans, pour 31 livres 11 sous. — Payements divers sur 
les revenus possédés à CoUioure et Montesquiu, par l'infant 
Jean, duc de Gerona; à Vinça et Clayra, par le comte 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

^^Empories, époux de Tinfante Jeanne ; à Argelès, par Ber- 
nard Luquès, notaire de Perpignan, et Pierre dez Pla, che- 
valier. — Affranchissement de Pierre Vilarem, fils d'En 
Prada de Riunoguers, consenti par François d'Oms, che- 
valier, seigneur d'Oms. — Procuration faite par Bernard 
Maresa, marchand barcelonais, pour comparaître en justice 
devant Raymond Alamany de Cervello, gouverneur de Ca- 
talogne, pour Taccusation portée contre ledit Maresa^ et 
autres, à Tocoasion du meurtre d'un marin de la galère de 
rAlmoyna. — Lettres du roi Pierre III et actes du procu- 
reur royal de Roussillon et Cerdagne, concernant : l'éta- 
blissement d'un moulin dit tornall à aiguiser, au-dessous 
du moulin dels juheus (des juifs) et des coteaux de Saint- 
Lazare, à Perpignan ; — le salaire de l'inquisiteur ; — 
ramortissement des dîmes d'Adaç, en faveur de la cure 
d'Enveitg; — les saisies de récoltes opérées sur les habi- 
tants de Llivia qui ne pouvaient représenter les litres de 
leurs propriétés, détruits, disaient-ils, lors de la révolte de 
la Cerdagne contre Philippe de Majorque, tuteur du roi 
Jacques II, et plus tard, soit par le pillage et l'invasion de 
« Henri alors comte de Transtamare et maintenant roi de 
€ Castille », soit par la dernière invasion de l'infant de 
Majorque ; — les rentes viagères dues : à Nicolas Père, 
donzell de Perpignan ; à Guillaume Cofolent, familier du 
Roi, et à Bérenger d'Oms, ces dernières à prendre sur les 
biens des rebelles des deux comtés ; — la vente d'une 
propriété dite le champ du Roi, à Perpignan; — la contri- 
bution imposée aux riverains de la Tet pour redresser le 
cours inférieur de cette rivière ; la part de la grange cister- 
cienne de Canomals s'élève à 52 aymines de froment ; — 
la vente d'une coupe du bois des oliviers plantés dans le 
bois royal du château royal de Perpignan- 

B. 135. (Registre.) — In-folio, fiS feuillets, papier; lalin. 

t899. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpi- 
gnan. — Actes du procureur royal accordant des conces- 
sions d'eau du ruisseau de Perpignan, pour l'arrosage 
de vergers et jardins situés al Safranar, — Lettres du roi 
Pierre III : accordant 600 sous à Pierre Brandi, citoyen de 
Sasser (Sassari dans l'île de Sardaigne), pour l'indemniser 
de la place de sous-bailli de Perpignan, qui vient de lui 
être enlevée ; — portant exemption du fouage levé en Rous- 
sillon pour la défense du royaume de Sardaigne, en faveur 
des lieux d'Estagell, Prades et Rivesaltes, dont la seigneurie 
appartient au chambrier de la Grasse, Pierre, cardinal de 
Saint-Laurent in Lucina : ces lettres restent sans effet, 
attendu que tous les lieux du royaume, même ceux de l'É- 
glise, ont déjà payé ce fouage. — Lettres de l'infant Jean, 
gouverneur général, ordonnant de payer son ancien traite- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 77 

ment à Bernard Pauquet, machinier et obrcr du château de 
Perpignan, quoiqu'il n'occupe plus cet emploi depuis qua- 
torze mois. — Testament d'Agnès Posola, « femnie de laPé- 
« nitence de la Tierce Règle, ordre de Sauit-François, » 
instituant héritière universelle Colombe de n'Ava, femme 
du même ordre. — Vente d'un esclave baptisé, de race 
tartare, âgé de treize ou quatorze ans, faite par Bonanal 
Nadal, écrivain de l'infant Jean, duc de Gerona, pour le 
prix de 38 livres. — Appel porté au bailliage de Perpignan 
par Pierre Ferrer, de Besalu, de la maison de la reine 
d'Aragon, Raymond, abbé' de Saint-Feliu de Guixols, Ber- 
nard Corona et autres, contre une sentence des consuls de 
Perpignan qui condamnait les susdits à une amende, pour 
une injure faite à un habitant d'Arles. — Bail à ferme de 
la scribanie (greffe) de l'officialité de Perpi;?nan, apparte- 
nant au donzell Pierre de Planella. — Vente de diverses 
pièces de terrain situées à Tanyères, pour le passage d'un 
ruisseau : ces aliénations sont confirmées par le procureur 
de frère Elle, maître général de l'ordre des Prêcheui^s, au 
nom du couvent des sœurs du môiue ordre qui doit être 
construit à Perpignan avec les biens de feu François Roma, 
chevalier et docteur es lois. — Contrats de mariage, quit- 
tances de legs, obligations, ventes, etc., concernant divers 
habitants ou des propriétés des lieux dePena, Pezilla, Saint- 
Estève, Pia, Rivesaltes, Clayra, Crie, Perpignan, Vilarasa, 
Céret, etc. — Une pension ou provision alimentaire four- 
nie à une femme de Vinça, comprend, par an, le loyer 
d'une maison, une eymine et demie de froment à œil de 
moulin, deux charges de bon premier vin pur et net, et un 
barrai (demi-charge) de vin tiers ; un quartier de carn 
salada (viande salée) bonne et suffisante ; 30 sous en de- 
niers; pour le vêtement, 1 canne et demie de drap, la 
canne valant 18 sous ; deux paires de souliers et 3 cartons 
d'huile. 

B. 136. (Registre.) — In-folio, 118 feuillets, papier; lalin et catalan. 

1844-1 3SO. — Registre XVI de la procuracio real. 
— Chartes, provisions, lettres et ordonnances du roi 
Pierre III d'Aragon, portant : nomination de Michel Ama- 
rell et de Bernard Ramon aux fonctions de procureurs 
royaux des comtés de Roussillon et de Cerdagne.; — créa- 
tion d'un réguier chargé de veiller à l'usage et à la réparti- 
tion de l'eau entre les arrosants du territoire de Thuir, de 
telle sorte qu'il vienne au moins une meule d'eau pour 
faire aller la nora du château de Perpignan; — injono- 
tion de faire exécuter entièrement et avec toute rigueur 
les provisions et règlements relatifs au ruisseau de Thuir ; 
— nomination des donzells : Ashert Ça Trilla, de Massanet, 
au commandement du château de Perpignan ; Pierre 



78 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



d*Âragall , à celui de Bellver , et Pierre de Rovira , à 
celui de Bellegarde, leur vie durant ; — ordre de ne faire 
payer aux habitants de Formiguères que la moitié du sa- 
laire du capitaine de leur château, ou même de confier 
cette capitainie aux consuls ou au bailli du lieu, excepté 
en temps de guerre; — criées défendant l'exportation 
de Tor, de l'argent et d'autres métaux ouvrés ou non, des 
chevaux, armes, vivres et munitions de guerre, des juifs 
ou juives, de la laine, des cochons, etc. — Lettres patentes 
défendant de porter devant la cour du Roi le procès soute- 
tenu par Pauquet de Bellcastell, pour la seigneurie dePon- 
tella, cette cause devant être jugée dans la vigaerie de 
Roussillon, conformément aux constitutions du pays. — Le 
procureur de l'infant Jean se donne un substitut dans la 
ville deColiioure, dont la seigneurie appartient audit infant. 

— Ordre donné aux châtelains d'Opol, de Força Real et de 
Perpignan de veiller à la conservation de leurs provisions 
de bouche et de les renouveler à temps ; — nomination à 
l'office de forestier de Gonflent et de Cerdagne, en faveur de 
Raymond Marti, de Puig Baladors, qui s'est distingué lors 
de rinvasion de l'infant de Majorque ; — saisie du château 
et de la juridiction de Pontella, sur dame Gucralda, veuve 
du donzell Dalmau dez Volo, qui en avait pris possession 
sans autorisation royale ; mais, comme il est reconnu que 
cette dame possède cette seigneurie par droit d'hypothèque, 
elle est autorisée à y percevoir certains revenus, malgré la 
saisie ; — ordre donné par le procureur royal au viguier du 
Gonflent de mettre « l'empara » (saisie) sur toutes conces- 
sions d'eau de la Tet ou d'autres cours d'eau de sa vigue- 
rie, emphytéotiques ou autres, faites depuis trente ans par 
des prélats, nobles, chevaliers, ou autres personnes, ces 
concessions ne devant émaner que du souverain. — Lettres 
du Roi : réduisant en temps de paix à huit, au lieu de seize, 
le nombre des servants du château de Perpignan; — sup- 
primant l'office de réguier des canals (aqueducs) des mou- 
lins de cette ville, parce que ces aqueducs, construits autre- 
fois en charpente, sont maintenant à pierre et à chaux ; — 
augmentant le salaire des portiers du château de la même 
ville, pour les frais des farons (signaux par le feu) ; — 
nommant Grimau d'Avellanet à l'office de juge du patri- 
moine, à la place de Bérenger Ysern, démissionnaire ; — 
déclarant que, « par l'importunité de ses familiers et 
domestiques, » le Roi rend souvent des ordonnances et 
provisions préjudiciables à son patrimoine ; dans ce cas, 
ses officiers du Roussillon ne les exécuteront qu'après le lui 
avoir fait observer et lors qu'il leur aura réiléré ses ordres. 

— Lettres de l'infant Jean accordant à Bernard Aurioi, son 
médecin, une rente viagère de 6,000 sous sur les revenus 
de la leude du port de Gollioure. — Ordonnance royale 
pour le renouvellement général du capbreu (papier 



terrier) des revenus royaux en Roussillon et Gerdagae : 
ces revenus se trouvent considérablement diminués, 
par suite de la guerre qui a amené la chute de Jacques 
de Majorque, par l'enlèvement fait par ce dernier d'une 
grande partie des registres et actes de ses archives qu'il a 
emportés en pays étranger, par les grandes pestes et mor- 
talités venues ensuite, et par les invasions des routiers et 
autres gens de guerre doutées deux comtés principalement 
ont eu à souffrir ; la plupart des manses et des ténements 
ruraux sont aujourd'hui inhabités et abandonnés ; le pro- 
cureur royal exigera la présentation des titres de toutes les 
tenances royales et réduira à un seul deux ou trois manses, 
s'il le faut, et à telles conditions jugées convenables pour 
qu'ils rapportent au moins quelque chose ; enfin, « pour 
« éviter tout murmure et enlever toute difficulté, » il 
faudra, autant que possible, réduire à des mesures et à des 
poids actuels certains poids et mesures mentionnés dans 
les anciens documents, « mais qui sont aujourd'hui com- 
« plètenient inconnus. » — Provisions royales portant dona- 
tion de 4,166 sous 8 deniers de rentes viagères à prendre 
sur les lieux d'Ayguatebia, Ralleu, Planés, le Vilar d'Ovança, 
Saint-Pierre dels Forçats et Riufret, Thuès, Llar, Sansa, 
Tharerach, Gerola et Ganavelles, Gelra, Gauders (en Gon- 
flent), Liés et Travessères, en faveur de Bérenger de Cas- 
tellnou, pour le mettre à même de payer à Bérenger d'Oms 
les sommes pour lesquelles sa seigneurie deMontferrer 
est engagée et d'acquitter ses autres dettes ; — autorisation, 
pour Raymond de Perellos, vicomte de Roda, de vendre à 
pacte de rachat le château dcMoutuer à son frère, Pons de 
Perellos, pour lui payer 83,000 sous qui lui reviennent de 
l'héritage de leur père ; — ordre de remettre et faire tenir la 
foire et marché dit de Saint-Barthéleini sur les graves (grèves) 
de la porte Notre-Dame du Pont de Perpignan, entre ladite 
église et le couvent des Augustins, où elle existait de temps 
immémorial, au lieu de la place et des grèves sises devant 
• la porte du Poids ou du Toro où elle s'était portée depuis 
peu; — injonction : au vicomte d'Ille, de faire construire 
un pont sur le ruisseau de Thuir, dans le territoire de Bula 
de Terrenère, au passage du chemin royal du Gonflent; — à 
dame Marguerite, veuve de François Roma, de reconnaître 
ses fiefs de Saint-Estève. — Griées portant ordre aux 
frontalers (riverains) du ruisseau de Thuir d'avoir à net- 
toyer, dans un délai de trois jours, ledit ruisseau le long 
de leur frontière et dans la mesure qui leur sera donnée. 
— Raymond Albagès, de Perpignan, arrêté par ordre du 
procureur royal pour la résistance qu'il a faite au réguier 
majeur « avec paroles criminelles, moqueries, menaces 
K et autres blasphèmes », promet de se représenter lors- 
qu'il en sera requis, « en vêtement laïque et sans ton- 
sure », et fournit caution. — Lettres et ordonnances du 



SERIE B. ^ PROCURATION ROYALE DES COMTES DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 79 



Roi ou (la procureur royal, concernant : l'autorisation don- 
née à Bérenger d*Oms de prendre possession du château 
de Toren, du lieu de Mentet et du bailliage de Py, quoi- 
qu'il n'en ait pas encore reçu l'investiture ; — la déclaration 
de tous les biens meubles ou immeubles qui auraient ap- 
partenu à micer Bérenger Des Prat, que le Roi à condamné 
à avoir la langue arrachée {tolte), le poing droit coupé, et 
les biens confisqués ; — la vente du bailliage d*Osseja ; 

— le salaire du bailli royal de la Sagionie de Serdinya; — 
la saisie de la seigneurie de Saint-Estève sur les héritiers 
de François Roma ; — l'envoi du chevalier Pierre-Guillaume 
de Stanybos en pays étranger « pour certaines affaires 
« secrètes du Roi », avec ordre de suspendre, pendant son 
absence, tout procès intenté contre lui ou contre sa femme. 

— Commission royale du bailliage du Pertus et de Panis- 
sai'S, en faveur du châtelain de Bellegarde. — Règlement 
de police pour le niisseau de Rivesaltes tenu en fief pour le 
Roi par P.-G.de Stanybos, applicable depuis la prise d'eau 
située sous le château de Pena jusqu'au moulin neuf dit 
de la Tina dudit Stanybos. — Criées du gouverneur por- 
tant défense d'entrer de jour ou de nuit dans le bois royal 
situé derrière le château de Perpignan, avec ou sans chiens, 
arbalètes ou autres engins de chasse, sous peine de mort 
pour tout noble {si es hom de paratge^ de perdre lo cap) 
et d'être pendu pour toute autre personne. — Ordres royaux 
concernant : l'obligation, pour le§ arrosants autorisés du 
ruisseau de Thuir, de nettoyer les regadores (rigoles) de 
leur prise d'eau ; — la recherche des droits féodaux pos- 
sédés dans le lieu de Gorlaç, par Pierre d'Aragall ; — 
la nomination du bailli de Vingrau ; — la réserve des af- 
faires relatives aux pasquiers de Gonflent et de Cerdagne, 
au procureur royal. — Ordonnances : de l'infant Jean, lieu- 
tenant général, prescrivant de remettre le ruisseau de Thuir 
en l'état voulu par les édits des anciens rois de Majorque, 
en donnant au lit une largeur de 16 palms de Mont- 
pellier et à chacun des francs-bords une hauteur de 
4 palms ; — du Roi ; pour réduire l'ouverture de certains 
« ullals » (prises d'eau) dudit ruisseau, qui ont été agran- 
dis sans autorisation ; — criées du gouverneur, sur le net- 
toiement dudit ruisseau, l'élargissement, la réduction et 
l'entretien de certains « ullals, » avec défense d'employer 
le ruisseau pour le flottage du bois, au-dessous du pont de 
Vinya Borbona (territoire de Bula), et de passer avec des 
bêtes chargées ou non sur certains ponts ou aqueducs, tels 
que ceux de Saint-Pierre et de la Baus. — Lettres du Roi, 
concernant : la nomination de Bernard Marti à la châtel- 
lenie de Llo ; de Jacques Costa, à l'office de juge du patri- 
moine royal ; — la levée du séquestre mis sur la seigneurie 
de Saint-Estève. — Lettre de l'infant Jean pour le payement 
du salaire dû à Bernard Pauquet, pour la réparation des 



moulins « de sanch e de vent » (moulins à bras et à vent)^ 
engins, trabucs et ballistes des places fortes du Roussillon. 
— Ordonnances et lettres du procureur royal, concernant : 
une rente prise par le prieur de Gornella-de-Gonflent sur 
les revenus de Llivia ; — les fiefs possédés à Rodés par l'é- 
pouse de Guillaume -Bernard de So; àOnzès et à Galdegas» 
par les héritiers de Bérenger Sa Faga ; à Isogol et à Sanc- 
sor, par les héritiers de G. d'Onzès ; àDorria, par Elicsende 
de Travessères ; à Gampelles, Gaborriu et Vilavedre, par 
l'épouse d'En Luartères ; à Palau (Cerdagne), par les héri- 
tiers de G. de Vilacosida ; à Vedrinyans et à Aneç, par R. 
de Junya; à Ger, par Jacques Comes, de Puigcerda; à 
Beders, par Jacques Mercader ; àMiralles, Queralt, Nan- 
sovell et Arenser, par Roger-Bernard de Foix, vicomte de 
Castellbo ; à Valcera, par l'héritière de P. Araleu, de Ville- 
franche ; à Odello (Cerdagne), par G. de Viialta, donzell ; 
à Vilella, Joch, Rigarda, Vinça, Sahorla et Sofrunys, par 
Jean Secdenya, de Villefranche ; par Jean de Ribes, dans 
la. vallée de Ribes; — la reddition des comptes du bailliage 
de Rodés occupé par Gui de Cadell et Pierre Sa Guardia ; 
— la nomination du châtelain de la Tour del Far de Tauta- 
hull ; — une saisie contre l'abbé de Saint-Genis, qui n'a 
pas payé un cens de 10 sous dû pour sa prise d'eau des 
moulins de Brulhà. — Commissions de caminers pour l'en- 
tretien des chemins du Gonflent, faites par Raymond de 
Perellos, gouverneur des deux comtés. — Lettres du Roi : 
autorisant la vente, sans droit d'aucune sorte, des poissons 
sortis et pris « hors de la fontaine de Salses; » — accor- 
dant une rente viagère de 1,860 sous 8 deniei's, à prendre 
sur le lieu de Prados en Gonflent, à frère Jacques Dome- 
nech, de l'ordre des Prêcheurs, inquisiteur du royaume 
de Majorque et tles comtés de Roussillon et Cerdagne, quia 
plures libros hystoriales et aliosy ad preces nostras et pro 
nobiSj transtulistis de latino in vuJgari^ eosque compo- 
suistis et compilastls ex aliis libris hystorialibus^ non si7ie 
magnis quippe laboribm et expensis (19 mai 1380). 

B. 137. (Registre.)— In-foIio, 72 feuillels, papier; latin. 

tSSO. — Notule à' André Romeu, notaire à Perpi- 
gnan. — (Le parchemin qui sert de couverture à ce registre 
contient trois chartes de l'infante Constance, reine de 
Sicile, relatives à la concession d'une rente de 500 sous 
prise sur les droits de cenâ (repas) que cette princesse pre- 
nait à Vilareal, concédée à Bernard Pometa, et reportée sur 
les revenus de Saint-Laurent-de-la-Salanca, lorsque le Roi 
eut donné ce lieu, avec ceux de Vinça et de Clayra, à ladite 
Constance et à sa sœur l'infante Jeanne, en compensation 
du lieu de Vilareal donné à Henri, comte de Transtamare, 
et d'autres lieux à elles appartenant donnés au chevalier 



80 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Alvaro Guarcia d'Alboriios 13S6-1370.) — Testaments, 
contrats de mariage, obligations et autres actes de divers 
particuliers, ventes de terres et de maisons situées à Perpi- 
gnan, Vernel, Malloles, Ortolanes, Rivesaltes, Pena, Saint- 
Hippolyte, la Roca d'Albera, Tanyères, Clayra, Alenya et 
Boaça. — Sentence de Tofficial de Perpignan, donnant un 
curateur à Raymond Julia, clericus solutus devastator bo- 
norum suorum, — Charte du roi Pierre III, qui établit en 
defens, « autrement dit en devèse ou boalar » avec inter- 
diction de chasse, une propriété en partie iuculte, sise à 
Saint-Laurent-de-la-Salanca, entre l'Agli Velle et Tétang de 
Salses, appartenant à Nicolas Nègre, marchand, de Perpi- 
gnan. — Concessions emphytéotiques de terrains situés à 
Brulhà, faites par François Luquès, prieur de Fontclara. 

— Provisions de l'infant Jean, lieutenant généra), relatives 
à une sentence arbitrale de l'évoque d'Elne qui avait con- 
damné les héritiers de François Roraa à verser une somme 
de 4,000 florins, pour la fondation d'un monastère de reli- 
gieuses dominicaines. — Sentence rendue par l'auditeur de 
la cour du seigneur duc (l'infant Jean, duc de Gerona), 
dans un procès entre les Carmes de Perpignan, d'une part, 
et Geraldà, veuve du donzell Guillaume de Sant-Sadurni, 
au sujet d'une rente viagère. — Ventes : du mas Je Pe- 
ralba avec ses dépendances, sis au territoire de Passa, à 
Jacques Comte, de Saint-Jean-Pla-de-Corts; — d'un pitxer 
(vase) d'argent, couvert d'émail, et d'une coupe d'argent 
couverte d'émail et dorée cu7n signis de vibres, les deux 
pesant 9 marcs, 4 onces et demie d'argent au poids de Per- 
pignan, vendus par des Juifs au prix de 61 livres 6 sous. 

— Quittance du prix du quart de la dîme de Forques, 
vendu à Pierre Guerart, par François de Bellcastell, sei- 
gneur de Vilallonga. — Confirmation d'acquisitions de di- 
verses propriétés situées à Vinça, par le procureur de l'in- 
fante Jeanne, comtesse d'Empories et dame dudit lieu. — 
Commande de draps de diverses couleurs en laine de 
Villefranche, et de draps blancs étroits dits de Banyoles, 
expédiés en Remanie par des pareurs de Perpignan. — 
Bérenger d'Oms, chevalier, seigneur de laCIusa, affranchit 
François Losa, bailli dudit lieu, de toute servitude déborde 
et de remença personal ; celui-ci promet à son seigneur 
de ne jouir de cette concession, qu'en tant que lui ou les 
siens conserveraient la seigneurie de la Clusa; s'ils la ven- 
daient, la concession serait considérée comme nulle. 

B. 138. (Registre.) — In-foIio, 94 feuillets, papier; lalin et catalan. 

ii93-t890* — Registre !«' A de la prociiracio 
real, — Donation des manticas (forges) et des forêts et 
pacages qui en dépendent dans une partie délimitée du 
territoire de Py en Gonflent, faite par le roi Ildefonse P"" à 



l'abbaye de Saint-Pierre de Camprodon. — Privilège ac- 
cordé par le roi Pierre l" aux habitants de Salses, portant 
concession de diverses exemptions, avec établissement d'un 
marché public et général le mardi de chaque semaine et 
d'une foire annuelle à la Saint-Michel de septembre. — 
Charte du roi Jacques I" d'Aragon concernant la construc- 
tion d'une forteresse sur le Puig nouvellement appelé de 
Salvaterra et anciennement Caslart d'Oped, et les privilè- 
ges accordés aux habitants d'Opid (Opol) et de Perdions 
qui viendront s'y établir. — Exemption de foriscapi (droit 
de mutation) accordée par l'infant Jacques, héritier de Ma- 
jorque, aux habitants de Perpignan, pour toutes les pro- 
priétés qu'ils possèdent depuis soixante ans au moins ; — 
tarif des leudes perçues de temps immémorial dans la ville 
de Puigcerda et dans la vallée de Querol (rédaction cata- 
lane de 1288). — Chartes du roi Jacques I^de Majorque 
portant que certaines maisons de Villefranche seront te- 
nues, malgré leurs privilèges, de prendre part aux hosts, 
chevauchées et autres services royaux, lorsqu'il y aura à 
défendre le pays contre une invasion ennemie. — Conces- 
sions d'arrosage : pour les habitants de Cirach, en prenant 
une partie des eaux des rivières de Fillols et de Cornella ; 

— pour les habitants d'Eus et de Marquexanes, avec l'eau 
de la Tet, prise au territoire de Prades ; — pour ceux de 
Codalet et de Prades, au moyen des eaux de la Tet et des 
sources dites Fonts de Corner ; — déclarations royales, af- 
franchissant du foriscapi les propriétés emphytéotiques 
possédées par des habitants de Salses, d'Eus et par les au- 
tres hommes royaux du Gonflent ; — transaction entre les 
habitants d'Estagell et leur seigneur Bérenger Dalmau, ca- 
mérier de la Grasse, sur la dîme des olives et des fèves 
cueillies avant la maturité, l'établissement de fours à chaux, 
le parcours pour le pacage et la confirmation des anciens 
privilèges de la commune. — Vente de deux champs sis à 
Orle tenus pour la maison du Mas Deu (de l'ordre du Tem- 
ple), confirmée par le lieutenant du châtelain d'Emposta, 
de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui, à la prière de la 
reine Sclarmunda, affranchit ces deux propriétés de, l'obli- 
gation de mansata à laquelle elles étaient tenues (1313). 

— Règlement entre les communautés de Prades, Codalet 
et Ria, pour la propriété et le partage des eaux des Fonts- 
de-Gorner. — Bref du pape Jean XXII qui exempte du 
payement des décimes et autres subsides, dans les royaumes 
d'Aragon et de Majorque, les bénéfices ecclésiastiques qui 
n'ont qu'un revenu de 20 livres et au-dessous. — Charte 
du roi Sanche de Majorque, qui exempte les écrivains et 
notaires publics de Perpignan et des cours royales de cette 
ville du payement des droits de scribaniey pour tous les 
actes qui les concerneront, sous la condition de faire gra- 
tuitement tous les actes et écritures relatifs au domaine 



SÉRIE B. — PROCURATION ROÏALE DES 

tDyal. — - Ordonnanceâ et provisions de Jacques II, roi de 
Majorque, ou de ses procureurs, concernant : l'arrosage 
d'un arenal (gravier) de Pierre Sanxo , de Prades ; — 
l'obligation, pour les scribes ou greffiers des cours royales, 
d'inscrire sans abréviation sur leurs registres les cédules et 
autres actes des procédures, et pour les notaires publics, 
de rédiger au long c et sans le mot et cetera >, les testa- 
ments et autres contrats, avec le tarif de cbacun des actes 
ainsi rédigés ; — la défense faite aux prélats, barons et 
chevaliers, d'ordonner aucuu vet ou prohibition pour trans- 
porter ou exporter le blé, hors du royaume ou d'un lieu à 
un autre ; — la construction de trois ponts ayant chacun 
une ouverture de 14 cannes de Montpellier, sur le ruisseau 
de Thuir et dans le territoire de Corbera ; — la défense de 
Tendre ou d'acheter ni de faire aucun contrat avec aucune 
autre monnaie que c les barcelonais de tern, en comptant 
c 12 deniers menus ou un croat d'argent pour un sol ; » 

— les aliénations de terres, fiefs ou alleux en faveur des 
gens d'Église ; — les attributions du trésorier et du mases- 
tre radonal (maître des comptes) de la maison royale ; — 
les concessions d'arrosage, accordées : pour le Mas de 
Sainte-Marie de la Garriga-sur-Reard ; — pour des terres 
situées entre Villefranche et le torrent de Cirach, au terri- 
toire de Ria ; — les conventions faites, lors de la construc- 
tion du ruisseau de Thuir, entre les procureurs royaux et 
les consuls de cette ville, sur la quantité d'eau qui leur 
serait réservée, l'établissement des moulins et les redevan- 
ces payées par les arrosants; — les droits dus aux 
notaires pour la rédaction et l'expédition des actes; — 
l'établissement de vingt-deux notaires dans la ville de 
Perpignan ; de dix-huit scribes et dix élèves dans la scriba- 
nia nova dite de la Bxiada (de la voûte) ; de sept scribes 
et de douze élèves (scolares) dans la scribanie vieille ; — 
la commission donnée à Guillaume Àdalbei*t, bourgeois de 
Perpignan, de vérifier les comptes des pi*ocureurs royaux; 

— les fonctions remplies par chacun des écrivains de la 
procuration royale ; l'un d'entre eux est chargé de mettre 
les titres et rubriques sur tous les registres et manuels {en- 
titular e rubricar tot% los libres e manuals), — Conven- 
tions pour la délimitation et la levée des agriers, dîmes et 
autres droits des propriétés sises au lieu dit Marcely^ ter- 
ritoire de Toluges, entre les procureurs royaux, l'adminis- 
trateur de l'aumône instituée à CoUioure par Guillaume 
Puig d'Orphila, le chapelain, le sacristain et l'hebdomadier 
de l'église de Toluges. — Accord entre le roi Pierre III 
d'Aragon et le donzell François de Ribes, au sujet du par- 
tage des revenus de la vallée de Ribes ; — confirmation 
des privilèges d'Opol ou Salvaterra; — enquête sur la 
construction d'un moulin sur le ruisseau de Thuir près de 
la porte de Sages, à Perpignan ; — commissions de gardes 

PYRÉNÉES-ORIEPiTALES. — SÉRIE B. 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 81 

des passages et des objets prohibés ; — état détaillé du dret 
real (droit royal) appelé de maestre de ports (de la maîtrise 
des ports) levé dans la ville de ColHoure ; — ordre donné 
à Sicart de Lordat de reconnaître au vicomte de Castellbo 
le fief de Toloriu, dépendant du château de Bar que le Roi 
vient de vendre audit vicomte. — Le Roi et l'infant Jean 
vendent à François Bertrand, citoyen de Barcelone, une 
rente annuelle de 9,648 sous 10 deniers, à prendre sur les 
revenus de Puigcerda, Querol et autres lieux de Cerdagne, 
pour rembourser 12,000 florins d'or de France que le vi- 
comte Aymeri de Narbonne tenait en dépôt chez deux mai*- 
chands de Perpignan et que le Roi s'était fait livrer pour 
payer les lieux d'Ella et de Novella (dans le royaume de 
Valence) à lui vendus par noble Bertrand Du Guesclin {de 
Glerquino)^ comte de Longueville. — Lettres patentes pour 
le payement d'une rente de 300 livres que le commandeur 
du Mas Deu reçoit sur les revenus de la procuration royale. 

— Criées concernant la vente du poisson, la défense d'ex- 
porter des espèces monnayées, des ânes, des chevaux, etc. 

— Conventions entre le procureur royal et les habi- 
tants de Prades, concernant l'usage des sources, fontaines 
et cours d'eau de leur territoire, pour l'arrosage de leurs 
propriétés. — Criées : sur l'entretien et la police du ruis- 
seau de Thuir ; — sur la devèse du château royal de Per- 
pignan. — Achat de deux maisons par les consuls de Per- 
pignan, l'une près de la Loge ou maison du consulat, pour 
y établir des latrines, l'autre au-dessous du couvent de 
Saint- Sauveur, pour y construire la fontaine Neuve. — 
Conventions entre Pierre Yilademont, pareur de Perpignan, 
propriétaire de moulins à foulon et à scie, et le procureur 
de frère Pierre de Vilafranca, commandeur de Bajoles, de 
l'ordre de THôpital-Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de 
la prise d*eau et de Tentretien du ruisseau qui amène Teau 
aux usines susdites et aux moulins à faiine de la maison de 
Bajoles, situés au-dessous de Téglise Saint-Jacques de la 
ville de Perpignan. 

B. 139. (Registre.; — la-folio, 98 feuillels, papier; lalin. 

t890-t89f • — Notule de Bernard Frigola, notaire k 
CoUioure. — Contrats de mariage, testaments, inventaires, 
obligations et actes divers concernant des habitants de 
CoUioure. — Ventes : de terres à Banyuls-dels-Aspres, 
appartenant au couvent des Dominicains de CoUioure ; — 
d'un lembe (net) appelé Sant-Anthoni ^ avec inventaire 
détaillé de tout l'appareil et armement; — de diverses 
terres et maisons à CoUioure, tenues en directe seigneurie 
pour l'infant Jean, duc de Gerona. — Levée de la saisie 
faite par Bérenger de Perapertusa, chevaUer, capitaine et 
bailli de CoUioure, sur diverses marchandises de plusieurs 

tl 



82 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



marchands de Perpignan ; — le elavaire (caissier) de trois 
galères mouillées à Port-Yendres, proteste contre la saisie 
d'effets et de marebandises opérée sur des fnstes (nefs) de 
Barcelone par nobles Ximenes Periz d'Arenos et Roger de 
Honcada, capitaines desdites galères, en déclarant que ces 
prises ne sont pas de bonne guerre ; cependant, le même 
jour, le chevalier Simon deSalset, conseiller de l'infant Jean, 
reconnaît avoir reçu sur ces mêmes prises ' soixante-douze 
ballots de draps , de safran et autres objets , entre autres un 
esclave tartare nommé Latzer. — Le père d'un jeune homme 
de Gollioure fait citer devant le bailli une femme de mau- 
vaise vie (femina peceatrix) , qui déclare par trois fois que le 
bruit, d'après lequel elle aurait épousé ce jeune homme, est 
complètement faux» — Quittance des réparations faites au 
four banal, à la Derasana (arsenal) royale et à la prison 
de Gollioure; — poursuites contre un marin de cette ville, 
en exécution d'une sentence émanée des consuls de mer 
de Barcelone. — Un juif et une juive de Gollioure recon- 
naissent devoir à un habitant de cette ville le prix de la 
laine qu'ils lui ont achetée et s'engagent, en cas de non 
qayement dans un délai fixé, à rester enfermés dans une 
tour située dans la maison du créancier. — Commandes de 
drap, de miel et d'huile, expédiés vers les ports de Re- 
manie par des marchands de Gollioure et de Perpignan. 

fi. 140. (Registre.) — In-folio, 88 feaillets, papier; latin et catalan. 

f f SO-tSSt. — Procès de Llivia. — Procédures sui- 
vies aux cours des premiers appels, du patrimoine et des 
derniers appels, coutre les habitants de LHvia, à l'occasion 
de diverses acquisitions de pièces de terre et de censivcs 
dépendantes de masades tenues en directe seigneurie pour 
le Roi, faites par Barthélemi Font ; le procureur fiscal dé- 
clare ces propriétés tombées en commise, parce que les 
droits de lods n'ont pas été acquittés; les habitants de 
Llivia prétendent avoir des franchises à cet égard, pourvu 
que les aliénations soient faites entre habitants de cette 
ville ; ils exhibent divers actes de vente dans lesquels ce 
droit n'est pas mentionné, et une lettre du roi Jacques I" de 
Majorque qui maintient en effet celte franchise, cum ho- 
mines de Livia habeant privilegium de non soîvendo lau- 
dimiis seu foriscapHs (1296), ladite lettre confirmée en 1306 
par Tinfant Sanche, lieutenant du Roi; — l'enquête testi- 
moniale, faite à ce sujet à Puigcerda, est interrompue par 
des criées portant « que tout le monde ait à suivre la ban- 
« nière du Roi pour marcher surCarol ; » les témoignages 
sont tous favorables à Llivia ; mais le tribunal, se fondant 
sur ce que le privilège mentionné dans la lettre du roi 
Jacques P' n'a jamais été exhibé et n'a sans doute jamais 
existé, déclare le commis en faveur du fisc ; — il est fait 



appel de cette sentence, mais par le jugement qui intervient 
il est déclaré bien jugé et mal appelé, et la sentence est 
confirmée. 

B. 141. (Registre.) — In-folio, 48 feuillets, papier; latia. 

tSSt. — Notule d'André Romeu, notaire à Perpignan. 
— Ventes, aveux et autres actes concernant : la dtme de 
Gampelles (vallée de Ribes) ; — les salines possédées à 
Saint-Hippolyte pai* dame Blanche, veuve du chevalier 
Guillaume dez Puig; — une maison à Perpignan provenant 
d'Ermengarde, religieuse du couvent de Sainte-Marie^Ha- 
deleine de cette ville ; — diverses propriétés : à Tura, te- 
nues pour l'abbé de Fontfrohle ; — à Alcnya, pour Per^ 
penya Elan ; — à Orle, pour le prévôt du Vilar; — contrats 
de mariage d'habitants de Perpignan : — testaments de 
divers particuliers et de Jacques Goch, prêtre, recteur de 
l'église de Domanova ; quittances des legs. — Poursuites 
exercées, malgré l'opposition du bailli de Perpignan, con- 
tre divers ecclésiastiques, pour le payement de la dîme 
concédée au Roi d'Aragon par le souverain pontife ; — le 
procureur de Pierre Pallarès, supratothi (factotum ?) de 
l'infant, duc deGerona, reconnaît que Ferrer Riba, prêtre, 
curé de Billerach, lui a payé, tanquam compulstis et coactus 
per me et auctoritate apostolka^ 66 sous barcelonais dus 
par le curé Pierre Gapell, son prédécesseur, pour arrérages 
de la dîme triennale < accordée au Roi par feu seigneur 
« Grégoire, XI* souverain pontife. »] — Jean Navarra, de 
Perpignan, fait signifier aux préposés de l'office des tenders 
(étalagistes) de cette ville, qu'il est et veut être membre 
de la communauté des travailleurs, et qu'il n'est et ne veut 
plus être tender, ainsi qu'il l'avait déjà déclaré depuis un 
an et demi, en plein conseil des tenders, dans Téglise Saint- 
Martin. — Vente de deux femmes esclaves, de race tar- 
tare, amenées de Sicile. — Jean Homdedeu, bourgeois de 
Perpignan, affranchit et rend à toute liberté son esclave 
Gatherina qu'il déclare désormais personne Hbre, ita quod 
deincepsipsapossit testari., codicillariy contrahere et qtios- 
cumque alios actus facere que quilibet civis romanus et sut 
juris facerepotest, — Jean Père ou Periz, porter (huissier) 
•du roi d'Aragon, ayant par concession royale la faculté 
d'extraire chaque année 366 charges de minerai de fer du 
Gonflent sans payer la leude de 12 deniers par charge, 
afferme ses droits pour quatre ans au prix de 40 livres de 
Barcelone. — Le parchemin qui sert de couverture con- 
tient l'amortissement de rentes vendues par la ville de 
Perpignan au bénéfice fondé dans l'église Saint-Jean par 
Gatherine, épouse de Huguet de Sent-Just, avec copie d'une 
lettre du Roi d'Aragon (du 17 février 1376) autorisant les^ 
consuls et prohomens de Perpignan à vendre des rentes 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSiLLON ET DE CERDAGNE. 



poar armer la place et résister « aux gens d*armes étran- 
« gers qui menaeent d*atiaquer, au prochain printemps, les 
€ comtés de Roussillon et de Gerdagne et principalement 
ff ladite yilie. > 

B« 148. (Registre.) — In-foiio, 7é foniUeU, papier; latin et catalan. 

tSfU-tSSA* ^ Actes du règne de Pierre III. — Sen- 
tence du juge du patrimoine, qui condamne Raymond Per- 
peaya, de Puigcerda, à payer une redevance de deuK «quar- 
tals > de froment due à Vernet Marti, de Llivia, pour la 
masada de R. Onzès, acquise pat* ledit Perpenya ; — vente 
d'une rente constituée en faveur du bénéfice fondé dans la 
chapelle du château royal de Perpignan, par André de Fo- 
oollet, vicomte d*Iile et de Canet, pour Tàme de Sibille, 
son épouse : ladite vente faite au Roi, patron dudit béné- 
fice, par Pierre Fabre, de Sainte-Marie-la-Mer. — Le roi 
Pierre lU d'Aragon constitue une rente de 2,300 sous bar- 
celonais, sur les produits de la scribanie des appels de 
Roussillon et de Gerdagne, en faveur d*Alegrancia, nièce 
et héritière de feu Jacques d'Aragons, de Casier (Cagliari 
en Sardaigne), à Foccasion du mariage qu'elle doit con- 
tracter avec le donzell Raymond Limos, camérier du Roi. 
— Amortissement d'une rente de 15 livres sur les dtmes de 
Pnig, Vall Sabolera et Corbera, dans la paroisse d'Osseja, 
«n faveur du bénéfice fondé dans l'église de Sainte-Marie 
de Liilet par le donzell Rernard de Yilacorba. — Traité de 
paix et d'amitié, juré à la suite de meurtres, blessures, 
coups et autres méfaits exercés contre les amis, parents et 
valedors des deux parties, par André de Fonollel, vicomte 
d'Ule et de Ganet, Bernard de Vilacorba et Jean de Basta- 
ran dit Barber, d'une part, François d'Oius^ chevalier, 
Othon d'Oms dit Perestortes, Berenger, Guillaume, Ber- 
nard et Pierre-Arnald d'Oms, et Guillaume dez Bach,don- 
2ells, d'autre part ; les serments sont prêtés entre les mains 
de Raymond de Perellos, seigneur de Joch, gouverneur des 
ileux comtés. — Ferrand Arnald, hôtelier de Perpignan, 
fait donation de tous ses biens à Bartholomena Amill, sa 
belle-mère ; — conti*at de mariage de Raymond Vensa, 
d'Avellauet, diocèse dcHirepoix, avec Ricsende Ortola, de 
Perpignan. — Sentence arbitrale qui déclare bonne et va- 
lable la vente de la forcia dite de Ribera, faite par Guc- 
ralda, veuve de Guillaume de Saint-Saturnin, à Asbert Sa- 
Trilla, au prix de 17,500 sous, à la charge pour ce dernier 
de servir diverses rentes au couvent des Carmes de Perpi- 
gnan. — L'infant Jean, d'accord avec Bernard Ça Garriga, 
chevalier, Jean Lull et les autres commissaires chargés par 
le Roi de vendre et aliéner divers domaines de la couronne, 
afin de payer les intérêts des sommes empruntées pour 
« restaurer » le royaume de Sardaigne, vend en franc- 



83 

alleu à Berenger d'Oms, chevalier, le mère et mixte empire 
avec toute juridietion, host et chevauchée, des châteaux et 
lieux de Toren et de Mentet, qui appartiennent déjà audit 
chevalier ; de Cauders (eu Gonflent), qui appartient à En 
Morer de Serrât ; de Pi,appartenant à l'abbé de Caraprodon; 
d'Uytesa, appartenant à Grimaid d'Avellanet; de la Clusa, 
de Crou (Creu) et de Vilaaova eu Capcir, ces trois derniers 
appartenant aussi audit Berenger d'Oms, le tout au prix de 
1,500 florins d'or d'Aragon. — Ordonnances de Berenger 
de Magarola, procureur royal et féodal, signifiées : à Beren- 
ger Steva, écrivain du Roi, pour qu'il ait à faire l'aveu de 
sou fief de la dtme de Gampelles, dans la vallée de Ribes ; 
— à Raymond de Junya, pour ses possessions au territoire 
d'Anez; — à Pierre Garboneli, pour sa part des dîmes de 
Llivia et de Gorguja ; —k Pierre de Rocafort, donzell, pour 
ses fiefs du CDnflentjj-- à Bertrand d'Axat, donzell de Ro- 
pidera, pour les fiefs de Rodés, Ropidera, Vilella et Ses 
Closes (Croses) ; — au doyen de l'église de Tolo, pour di- 
verses censives eu Gerdagne ; — à Pierre de Casanova, 
prêtre de Ribes, pour un fief à lui vendu par Na Romia, 
épouse d'En Bernard d'Axs, de Ripoil. — L'infant Jean as- 
signe à son épouse Yolande, 11,405 sous de rente sur les 
leudes majeures de Perpignan, à lui vendues par Pierre 
Blan, seigneur de Céret, qui les avait obtenues par conces- 
sion royale. — Lettres du Roi concernant la reddition des 
comptes de Pierre Vilanova, chargé du teulell (bureau) de 
la cour du bailliage de Perpignan. — Quittances de rentes 
concédées par l'infant Je:m, duc de Gerona, à divers em- 
ployés de sa maison, entre autres à Pierre d'£>cea, qui se 
qualifie de musenus domini ducis ; — ordre de faire rem- 
bourser par Rigaud del Vern, prieur de Montserrat, 
300 florins prêtés par Barthélemi Garl, banquier de Perpi- 
gnan, en aide des dépenses faites par ledit seigneur duc 
pour la célébration de son mariage avec Yolande, fille du 
comte de Bar; — ordre de l'infant duc, de vendre ses re- 
venus de Thuir, Montesquiu et le Volo, pour payer les in- 
térêts dus à Barthélemi Gari ; — les habitants de Thuir, 
font, dans ce but, diverses ventes de rentes en faveur des 
chevaliers Berenger de Cniilles et Bernard de Senesterra, 
seigneur de Palau-Saverdera, et l'infant leur promet 
qu'elles ne devront être payées que sur les produits des 
fours, de l'arrosage, des moulins et des autres biens propres 
qu'il possède dans leur ville. 

B. 143'. (Registre.) — In-folio, 82 feuilieis, papier; latin. 

tS8A-t8S«. — Prlnceps namqtie: — t Notule de 
c Guillaume Casols, des quittances des payements faits par 
c les communautés des comtés de Roussillon et de Cerda- 
« gne, pour l'appel de l'usage Princeps namque, (premiers 



8& 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



<c mots de Tarticle des usages de Barcelone, relatif à Tappel 
« des hosts) proclamé par le Bol, à roccasion de la guerre 
< qu'il fait au comte d*Empories, et de l'entrée des gens 
iK d'armes qui, en Tan MCCCLXXXY, entrèrent dans la 
c terre du seigneur roi. > — Les quittances sont délivrées 
par le délégué royal, Jean de Biusecb ; les communautés 
des deux comtés ont été exemptées de faire marcher leur 
levée, moyennant une imposition d'un florin d*or d'Aragon, 
par feu et par mois. Les lieux dont le nombre des feux est 
déterminé dans les quittances sont : — dans la viguerie de 
Boussillon et Yallespir : Garrius, imposé pour 24 feux ; 
Saint- André de Sureda, pour 10 ; Clayra, 92 ; Saint-Lau- 
rent-de-la-Salanca, 34; Vemet, H ; Argelès, 161 ; Llotes, 

5 ; Trullas,25 ; Salses, 69 ; la Tour d'Elne, 18; Gastellnou, 
38 ; Bula-Temera, 36 ; la cité d'Elne, 347 ; Sainte-Marie- 
la-Mer, 46 ; Bellpuig, 18 ; Forques, 29 ; Llauro, 5 ; Baho, 
15; Serrabona, 6; Tordères, 14 ; Torrelles, 23; Pontella, 
19 ; le Soler d'Amont,*13 ; Bages, 43 ; Saint-Peliu d'Amont, 
18 ; Calce, 18 ; la Baslida, 52 ; la Pausa, 7 ; Saint-Cyprien, 
58 ; Cornella-de-la-Bivière, 20 ; Cornella de Bercol, 6 ; 
Llupia, 16 ; Vilaïlonga-de-la-Salanca, 31 ; Montauriol et 
Taulis, 14; Montbaulo, 26; lesFonls, 12; le Soler d'Avall, 
5; Sainte-Eugénie, 7 ; Banyuls-dels-Aspres, 36; la Boca, 
91 ; Croanques, 9 ; Saint-Genis de Fontaynes, 14; Millas, 
86;Nefiach, 12; Beglella,9; Saint-Jean-PIa-de-Corts, 65; 
Vilaclara, 15 ; Céret, 242; Montferrer, 42; Les Illes, 12; 
Arles, 176 ; Vivers, 12; Gortsavi, 32 ; La Selva et Arbre- 
Gros, 6 ; Ganet, 95; Pia, 36; Calmella, 14; bailliage de 
Passa, 18 ; Vallée de Banyuls, 50 ; Thuir, 161 ; Collioure, 
395; Pena, 10; Vilamolaca (indivis enlre le commandeur 
du Mas Deu et le prieur del Gamp), 6 feux dépendants du 
prieur; la vallée de Prats-de-Mollo est imposée, outre les 
feux de la ville, pour 14 feux dépondants de la Maso, 
14 du château de Perella et 20 de l'Église ; Tatzo d'Avall, 
imposé d'abord pour 60 feux, n'en paie que 40, parce que 
le village vient d'être ruiné par les compagnies venues de 
France, et par les ennemis du chevalier Jean-Pierre, sei- 
gneur du lieu ; — dans la viguerie de Gonflent et Gapcir : 
Bodès, imposé pour 20 feux ; Vilella, pour 4; Bopidera, 8; 
Glorianes, H ; Marcevol et le Mas-de-la-Autzina (dans la 
paroisse de Vilella), 9 ; Rigarda, 9 ; Sansa, 9 ; Prades, 32 ; 
Fomols, 5 ; Tercsach, 4 ; Cornella-en-Gonflent, 14 ; Goma 
5; Mosset, 45; Spiranell, o; Matamala, 13; les Angles, 
14; Vallsera, 3; Molitg, il ; Gampoma, 8; Grosells, 4; 
Galllar, 16 ; la Sngionia de Secdenya, 21 ; Bia, 19 ; Vall 
del Feu, 8 ; la Llagona, 11 ; En, 4 ; Prats, 17 ; Thoès, 8 ; 
Glera, 5 ; Ganavelles, 5 ; Taurinya, 11 ; Godalet, 18; Llech, 
4 ; Saiul-Michei (de Guxa), 2; Villefranche, 171; Fillols, 
13 ; Lugols, 7 ; Vernet, 20 ; Serola, 3 ; Marians, 6 ; Soanyes, 

6 ; Sirach, 8; Escaro, 15 ; Salra, 3 ; Aurella, 4; Guissa, 3; 



Estoher, 12 ; Eus, 33 ; Seners, 5; Billerach, 3 ; Erbnssols^ 
8 ; Vallmanya, 6. — Payements faits par Jean de BioseclH 
collecteur de l'imposition du Princeps namque de Boassil» 
Ion et de Gerdagne : aux habitants de la vallée de BanyidSt 
pour la garde du château de Garroig ; — à Pierre Tixedor, 
de Perpignan, pro frangendo certes passus terre Rossilio^ 
nis et Vallespirii; — àPierre-Arnald d'Oms, donzell, pour 
tenir, avec sa compagnie, le blocus de Gast6llo-d*Empories; 

— au clavaire (caissier) de la galère royale la Victoria^ 
commandée par le chevalier Bernard de Senesterra, pour 
le biscuit et autres provisions de la xurtnia dudit na- 
vire; — au juge de la viguerie de Boussillon, pour aller à 
0ms, ainsi qu'à Palalda et autres lieux de « l'honneur » de. 
feu Pierre-Galcerand dcBocaberti, t dont les habitants nV 
« valent pas voulu envoyer leur host au Boi, ni consentir 
« à aucune imposition, à Toccasion de la proclamation de 
€ l'usage Princeps namque ; i — à Patroman aliàs Petrrn 
Amanty allemand, écuyer de Baudin Seguin f capitaine de 
« 5 lances ou gens d'armes i qui doivent venir du comté 
de Foix ; — à divers charretiers de Perpignan, pour avoir 
transporté des vivres, t des pierres de ginys (engins) * et 
autres matériaux, aux sièges de Verges et d'autres places 
du comté d'Empories ; — à Pierre de Gasadavall, conné- 
table de trente hommes arbalétriers, établis au coU du 
Pertus, à la solde du Boi ; — à divers capitaines, qui s'in- 
titulent « connétables » de gens d'armes, arbalétriers et 
pavoises, tenant garnison à Pau, Far, Viiamalla, Vilasacra, 
Marza, Vilanova, Ventalld, Gasa d'En Sort, Sant-Glement, 
Garriguella et autres lieux du comté d'Empories. 

B. 144. (Registre.) — In-folio, TOfeuiUets, papier; latin. 

«»*•• — Notule d'André Bomeu, notaire à Perpignan. 

— Gollation d'un bénéfice fondé en l'autel Saint-Nicolas, 
dans l'église Saint-Jean de Perpignan, dont le patronat ap- 
partient au chapitre de la cathédrale de Narbonne. — Quit- 
tance d'un legs fait par une femme de Baixas, à l'église de 
Bivesaltes, pour l'achat d'une chape. ■— Ventes de terres, 
maisons et autres propriétés, tenues en directe seigneurie : 
pour frère François Xatmar, au territoire du Mas de la Gar- 
riga-sur-Beard; —pour la maison de Saint-Lazare, à Per- 
pignan; — pour dame Philippe, épouse de Pierre-Guil- 
laume de Stanybos, chevalier, à Bivesaltes ; — pour l'abbé 
d'Arles, à Forques ; — pour l'abbé de Fontfroide, à Tura; 

— pour Antoine de Perapertusa, seigneur de Montalba, 
Arnald de Verniola, seigneur de Galce, Guillema, épouse de 
Bernard deç Puig, et autres coseigneurs de Vernet. —Prêts 
d'argent faits par Jean Gastello, menuisier de Perpignan, k 
divers habitants d'En, Porcinyans, Llar, Saint-Thomas et 
Prats de Balaguer, en Gonflent. — Beconnaissance d'une 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



85 



dette de SO livres, faite à Jacques Honso* prêtre, par Pierre 
de Perapertusa, donzell. — Aliénations de terres : sises à 
Yeniety par Janbert Des Fonts, donzellyéponx de Prancisca, 
fille et héritière de Pierre Borrè, bourgeois à Perpignan ; 
«- sises à Halioles, au lieu dit Stagnum d'en Gavella^ 
proTenant de Jean Bertran, pareur de la même ville. — 
Testaments : d'Isabelle, fille de Guillaume Cofolent, épouse 
d*Arnald Nègre, pareur, de Perpignan ; — de Geraud Dau- 
der, prêtre bénéficié à Saint-Jean ; — de Ferrer Llobet, 
sellier; — de Laure, veuve de Guillaume Hercer, notaire. 

— Frère Jacques Palarès, prieur du Has de la Garriga-sur^ 
Agli, confirme une concession emphytéotique d'une vigne, 
faite à un habitant de Rivesaltes par Bernard Laurador, 
prêtre, possesseur du bénéfice fondé clans l'église de Saint- 
Martin de Tura, par feu Raymond Maurell. — Pierre Gi- 
rona, peintre, de Perpignan, reconnaît que l'ocrer de l'é- 
glise de Millas a payé 11 livres IS sous 3 deniers barce- 
lonais, pour l'achat de 13 onces et demie moins un quart 
de a%ur d'acre y et 38 livres 1 sou pour 2^000 pains (pans) 
d'or fin, 500 pains d*or « partit » et 500 pains d*ar- 
gent, le tout destiné à l'œuvre du retable que ledit Girona 
doit l'aire dans ladite église ; mais ces fournitures resteront 
entre les mains des fabriciens pro securitate dicti operis 
fiendi et complendù 

B. 145. (Registre.) — In-folio, 128 feuillets, papier ; lalin el catalan. 

t •••-18911» — Procuracio real, registre UL — Pri- 
vilège de rinfant Jacques, héritier de Majorque, confirmant 
aux juifs qui habitent à Perpignan, en Gerdagne et en Con- 
fient, et à tous ceux qui dépendent de leur collecta (com- 
munauté), la franchise de toute leude pour eux et pour 
leurs montures, dans lesdits pays ou à la frontière. -— 
Lettres, provisions, ordonnances et autres actes du roi 
Pierre III d* Aragon, de l'infant Jean, son fils, de Berenger 
de Magarola, procureur royal, et de Raymond de Perellos, 
gouverneur des comtés de Roussillon et de Gerdagne, con- 
cernant : le salaire de Guillaume Jorda, assesseur du gou- 
verneur ; — la possession du lieu de PoUestres, vendu à 
Philippe Roig ; — l'administration de la vallée de Banyuls, 
confiée à Bernard Venrell; — la réparation des moulins 
migans (du milieu) de Salses ; — la nomination d'un fo- 
rester ou garde, pour le bois de la Matha de Formiguera ; 

— la nomination dé Raymond Madrens, à la châtellenie de 
Força-Real; — la défense de confier la scribanie du bail- 
liage de Perpignan à Bernard de Jonquera, lieutenant de 
protonotaire de Tinfant Jean, malgré la concession que 
celui-ci lui en a faite ; — la réparation des moulins d'Es- 
tagell ; — la criée des leudes royales de Perpignan ; — la 

nomination de Pierre Feliu, en qualité de juge de la vallée 



de Banyuls que nune tenetur ad manum regiam. — Nomi- 
nation provisoire de Guillaume Jorda à Toffice de gouver- 
neur, vacant pai* décès de Raymond de Perellos ; — no- 
mination définitive à cet emploi, de Gilabert de Cruilles, 
chevalier. — Commission de châtelain de la tour de Tau- 
tahuU, en faveur de François Paschal ; — ordre de mettre 
sous séquestre les revenus de la vallée de Banyuls, par 
suite du décès de l'infante Jeanne, comtesse d'Empories. 
— Ordonnance royale portant règlement pour les signaux 
que devront faire les châteaux et tours du Roussillon, quand 
ils auront c ardit (nouvelle) de gents d'armes. » — Ordre 
d'annuler toutes concessions de rentes sur les mines du 
Confient, autres que celles faites par le Roi en faveur de 
Jacques de Gualbes et d'Eymeric Dusay, citoyens de Bar- 
celone. — Précautions militaires prises à Opol, Força- 
Real et autres châteaux, sur l'annonce que 500 lances doi- 
vent venir de France au secours du comte d'Empories. — 
Ventes : de rentes sur les leudes de Perpignan, faites à di- 
vers par Pierre Blan, fils de Perpenya Blan ; — de la fon- 
taine de Salses, consentie par le Roi, en faveur de Bernard 
Senesterra, pour l'indemniser des frais par lui faits pour 
l'armement de la galée dite Victoriay chargée de surveiller 
les mers de Roses et le port de Cadaquers, et surtout pour 
trois galiotes que le comte d'Empories enait dans ce der- 
nier port pour piller les côtes du Roussillon. — Transac- 
tion entre le procureur royal, d'une part, les habitants de 
Rodés et Éléonore, fille de Raymond de Perellos, au sujet 
des obligations des uns et des autres pour la garde du châ- 
teau de Rodés, dont la châtellenie avait été concédée audit 
Raymond. — Répression d'abus et de négligences commis 
par le chapelain du château de Perpignan. — Nominations : 
d'un lieutenant du procureur royal, dans la vallée de Ba- 
nyuls; — de Jean de Banyils, donzell, en qualité de châ- 
telain de Bellver et de sous-viguier de Barida. — Confir- 
mation de la franchise des leudes en faveur des juifs de 
Roussillon et de Gonflent ; — ordre à Raymond Exelada, 
capitaine de Yinça, de rendre compte des revenus de ce 
lieu par lui perçus, au nom de feu l'infante Jeanne, com- 
tesse d'Empories ; — état des revenus et des dépendances 
féodales de la seigneurie d'Enveitg, récemment acquise par 
Raymond d'Arainon; — serment prêté par les quatre se- 
crétaires del'aljama des juifs de Perpignan, nouvellement 
élus ; — ordre de réparer les lices du château de cette 
ville ; — commission de commissaire des amortissements 
dans les pays de Confient, Capçir et Gerdagne, en faveur de 
Pierre Vidal, notaire de Perpignan et scribe de la procura- 
tion royale ; — autorisation accordée aux consuls de Per- 
pignan, d'acquérir trois maisons pour y construire l'hôpital 
des malades de Saint- Antoine ; — levée de la saisie mise 
sur le tiers des dîmes de Llivia, appartenant à Élicsende, 



8Ô 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



veuve de C.-R* d'Alou; — recoQoaissaDce du lieu de Sal- 
teguel en Gerdagne, acquis en franc-alleu par Jean de La- 
can, donzeil ; — révocation de Raymond Madrens, chàte* 
lain de Força-Real, remplacé par Raymond de Ger; — 
commission de juge de la vallée de Ranyuls, pour Domi- 
nique Otger, jurisconsulte d*ArgeIès; — saisie de la vallée 
de Tosesy restituée ensuite à dame Guillema, veuve de 
Pierre-Gaicerand de Pinos, à laquelle elle était hypothé- 
quée pour sa dot. — Lettre de Bernard de So, vicomte 
d'ÉvoU époux de Blanche d*Aragall, à Bartbélemi Roca, 
marchand de Puigcerda, lui enjoignant de venir rendre 
hommage à cette dame pour le lieu de Cortas; opposition 
du procureur royal, prétendant que ce lieu est tenu en nef 
pour le vicomte deCastellbo, feudataire du Roi; — cession 
de 827 livres 4 sous 7 deniers à prendre annuellement sur 
les revenus des pasquiers royaux, perçus à Vinça, faite par 
le Roi à Bernard Margallo, marchand de Leucatc, pour l'in- 
demniser des pertes quMl a éprouvées à Caller (Cagliari), 
dans rtle de Sardaigne, de la part des officiers royaux; — 

— ordre donné àPerpenya Blan, chevalier, d'acquitter les 
droits dus au domaine, pour l'acquisition qu'il a faite du 
lieu de Montferrer ; — révocation d'Aruald-Guillaume de 
Loran, châtelain de Llo, remplacé par Pierre d'Aguilar dit 
Burd (bâtard) d'Aguilar; — vente aux enchères publiques 
d'une maison sise â Perpignan, appartenant à Perpenya 
Blan, acquise par mker (maître) François Gastello, docteur 
es lois ; la vente est faite « en la place de les Gorts i, et le 
crieur public l'annonce après avoir mis una candela en una 
lanterna^ axi com es acostumat a Perpenya en semblants 
coses ; — • préparatifs militaires à Força-Real, Opol et Puig- 
Valadors, à l'occasion des compagnies de gens d'armes, au 
nombre de mille lances réunies à Montpellier, qui se pré- 
parent à envahir le Roussillon, pour le compte du comte 
d'Empories, e aporten arlificis per escalar forces {l^^ dé- 
cembre 1383); — ordre aux feudataires royaux de Bellver 
de venir reconnaître leurs fiefs ; — règlement du salaire 
des porters royaux, chargés de faire les farons (signaux 
par le feu) au château de Perpignan ; — reconnaissance de 
divers manses, acquis à Perpignan par la communauté 
ecclésiastique de Saint- Jacques, et provenant de Jean de 
Mora, chevalier ; — confirmation des franchises de leude 
en faveur des habitants de Puigcerda, et de leurs droits de 
pacage dans la vallée de Querol ; — défense de reconnaître 
à l'abbé d'Arles la franchise de leude du Volo par lui ré- 
clamée. — Arrestation de Guillaume Tallet, lieutenant du 
procureur royal en Cerdagne, exposcentibus eius demeritis; 

— règlement du salaire d'Antoine Paschal, châtelain de 
Puig-Baladors ; — collation d'un bénéfice du château de 
Perpignan, en faveur de François Fogacer, hebdomadier de 
Tatzo d'AvaU-; — provision royale qui charge Raymond de 



Junya, chevalier, châtelain et bailli de Querol, de percevoir 
les revenus de la cour du bailliage de cette vallée, atlendo, 
dit le Roi, quod hominum memoria non reperitur quûd 
procuratores nostri habuerint compotum de emolutnentis 
dicte curie. — Donation des juridictions civiles et erirai- 
uelles avec host et chevauchée dans les terroi tires de Sainte- 
Marie d*Espira (de TAgli) et de Notre-Dame de Pena, faite 
par le Roi, à Pierre-Guillaume d'Estanybos, chevalier, 
conseiller et auditeur de la cour royale. — Gommission de 
jardinier du château royal de Perpignan, en faveur de 
François Englada ; le Roi se réserve racemos vitium va- 
catorum del Grechy que le procureur royal fera cueillir, et 
faeiat inde fieri vinum quod nabis transmittat ubicumque 
fuerimus personaliter constituti ; — règlement du salaire 
de l'écrivain et du vergxer qui accompagnent le gouver- 
neur, lorsqu'il visite la province ; — confirmation de la con- 
cession de l'eau d'une source qui jaillit du fossé du châleau 
de Perpignan, faite par Jacques I*'', roi de Majorque, en 
faveur du couvent des Carmes de cette ville, et du droit de 
prendre un filet d'eau du ruisseau de Thuir sous la tuora 
dudit château, faite au même couvent par Jacques II de 
Majorque. — Commission de lieutenant du procureur royal 
en Cerdagne, donnée à Gui Bertrand par Guillaume Miro, 
procureur royal. — Décision de Bérenger Massana, procu- 
reur royal, portant que les propriétés du territoire de 
Salses, qui ont été hermes pendant 30 ans au plus, c faute 
c de possesseurs », reviennent au domaine qui peut les 
bailler en emphytéose. 

B. 146. (Registre.) ^ In-folio, 125 feuillets, papier ; latin et catalan. 

fiitO-f 89i« — Pragmatiques, sanctions, annotations, 
lettres et déclarations des Rois d'Aragon. — Notes histo- 
riques sur l'émission des monnaies quaern^ de doblench et 
de tem, en Catalogne; chronologie des Rois d'Aragon, 
comtes de Barcelone. — Statut du roi Pierre l" défendant 
l'aliénation d*un bien tenu en censivc, sans le consente- 
ment du seigneur direct; — constitution du même contre 
les excommuniés, confirmée parle pape Grégoire (IX). — 
Constitutions, édits, etc., du roi Jacques ï" d'Aragon : pour 
le maintien des lex^ pondus et figura de la monnaie de 
Jacca qu*il avait fait frapper; — défendant aux viguiersde 
Catalogne de s'occuper d'affaires autres que celles du res- 
sort de leur viguerie ; — prescrivant la restitution des gages 
et des actes de dettes, lorsque les intérêts auront été payés; 
— déclarant qu'il ne sera accordé aucun second délai pour 
les sommes dues au Roi, avec ordre de saisir sans miséri- 
corde tous les biens meubles ou immeubles, en cas de non- 
payement, exceptis tamen vestibuSy lectiSy cupis^ archis et 
aliis supellectilibus dornorum ; — ordonnance sur les ma- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

riages clandestins, sans consentement do père, de la mère 
on des tuteurs : la damicella sera déshéritée et le ravisseur 
condamné à Texil •, — défense aux officiers royaux d'exer- 
cer aucune poursuite dans les tiefs ou alleux de Gaston, 
Tîcomte de Béam, seigneur de Montcada et de Castellvell; 
il ne sera tenu aucun compte de ce privilège pour les rau- 
beries et homicides commis par des chevaliers ou autres 
habitants des terres dudit Gaston ; — réponse au viguier 
de Roussillon, sur des questions relatives à Tobservation 
des paix et trêves; — statut sur les droits des parents suc- 
cédant à leurs enfants ; — consentement donné au Roi par 
tous les peuples du royaume d* Aragon, universi populi reg- 
ni Aragonum^ de faire frapper 15,000 marcs, savoir : 
iS,000 marcs en deniers Jacquais et 3,000 en oboles de 
même monnaie, dans l'espace d'an an et demi, par grâce 
spéciale et comme subside de la Terre-Sainte, contre le 
peuple des Tartares ; — défense aux femmes de prendre 
hypothèque sur les biens de leurs maris, au-dessus de la 
dot qu'elles ont apportée ; — décret portant création de la 
monnaie perpétuelle barcelonaise, dite de îem^ dont la 
taille sera de 18 sous en deniers au marc, ou de 20 sous 
en oboles au marc ; cette monnaie seule aura désormais 
cours légal en Catalogne et spécialement en Roussiilon, 
Gerdagne, Confient et Yallespir, où la monnaie de Barce- 
lone a eu cours jusqu'ici ; celle de Malgone n'y sera plus 
admise; — défense d'exporter et de vendre chez les Sarra- 
sins, et surtout dans les pays soumis au soldan d'Alexandrie, 
de la farine, des armes, du fer, du plomb, de la poix, des 
cordes, des nefs, des lenys, ni des navires d'autre espèce ; 
tout autre objet pourra être exporté et vendu au roi de 
Tunis et dans les autres pays des Sarrasins, excepté dans 
ceux du soldan d'Alexandrie ; — privilèges et franchises 
accordés aux riehs homens et aux chevaliers catalans, por- 
tant faculté pour les seigneui*s de faire des saisies sur les 
manants de leurs châteaux, qui manqueraient à l'obligation 
où ils sont de sortir ad sonum (au son du tocsin), etc. — 
Pragmatiques du roi Alphonse II, portant défense à qui que 
ce soit, et dans toute la Catalogne, de prendre ni garder au- 
cun bien nomine nauffragii vel eciam trobadure ; — ordre 
d'arrêter tout pirate qui aborderait dans les États d'Ara- 
gon, et de mettre les prises sous séquestre, — Provisions 
et ordonnances du roi Jacques II d'Aragon, portant : con- 
firmation des privilèges des églises et des comtes, vicomtes, 
richs homenSy chevaliers, cités, villes et lieux de Catalogne; 
— maintien des villes et lieux de vigueries, concédés à 
dame Guillolma de Montcada, sa vie durant ; — défense à 
tout clerc et à toute personne portant tonsure cléricale, 
d'exercer l'office de tabellion et de recevoir des actes pu- 
blics, et d'occuper aucune charge municipale, sicut actcnus 
extitit per aliquos usurpatum ; — nomination de François 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 87 

Carroç, à l'office d'amiral des royaumes d'Aragon, de Va- 
lence, de Sardaigne et de Corse et du comté de Barcelone ; 

— défense aux juifs de prendre des intérêts au-dessus 4^. 
4 deniers pour livre par mois ; — criées pour interdire 
toute relation commerciale avec les Sarrasins des pays 
d'Egypte et d'Alexandrie ; — interdiction du commerce aux 
clercs ; — règlement pour la répression des voies de fait 
commises contre les ecclésiastiques, et pour la violation des 
constitutions de paix et trêves. — Ordonnances et lettres 
patentes d'Alphonse III, roi d'Aragon, concernant : la dé- 
fense d'admettre les clercs aux charges civiles et judiciaires; 

— l'ordre donné aux viguiers de refuser des lettres de 
sauvegarde aux assassins et aux voleurs ; - les dettes des 
défunts ; — la réserve aux cours royales, des incestes et des 
autres crimes compris dans le mère empire; — la puni- 
tion des traîtres (proditores) féodaux ; — lettres patentes 
du même Roi et de Philippe VI, roi de France, concernant 
le maintien entre les deux couronnes des anciens stils et 
usages, relatifs à l'instruction et à la poursuite des c rau- 
beries », pillages et attaques commis en mer entre leurs 
sujets. — Ordonnances, lettres et statuts de Pierre III, roi 
d'Aragon, concernant : l'observation des traités de paix et 
trêves ; — les intérêts des sommes prêtées par les juifs ; 

— l'aliénation des fiefs ; — les donations testamentaires ; 

— la remise des armes saisies sur les malfaiteurs ; — la 
nécessité de réduire le nombre exagéré des huissiers {sa^ 
giones) employés par diverses cours; — le droit de passage 
exigé pour certaines marchandises. — Défenses faites :aux 
barons, de porter des défis et de faire la guerre aux gens 
d'Église ; — aux hommes des églises, d'aller s'établir dans 
les villes et lieux du Roi ou des barons, sans consentement 
de leurs seigneurs ; — aux avocats et procureurs, d'user 
de leur ministère contre le fisc, s'ils n'y ont été autorisés. 

— Création d'un bailli général de Catalogne, dont l'autorité 
s'étendra jusqu'au col de Paniçars. — Défense faite aux 
collecteurs des tailles de Vich, d'imposer les jurisconsultes 
de cette cité, pour les livres de droit qu'il peuvent avoir 
pour leur office. — Déclaration royale sur l'application de 
l'article Princeps namque des usages de Barcelone, relatif 
à l'appel aux armes en cas d'invasion étrangère. — Con- 
ventions sur les cas réservés aux juridictions royales ou 
aux officialités diocésaines. — Règlements : sur l'établis- 
sement des baiTcs pour la création ou la réparation des 
ponts et*des chemins ; — sur les délais accordés pour le 
loyer des maisons ; — sur la comptabilité de divers em- 
plois publics; — sur diverses mesures de police. — Statuts 
faits aux corts de Barcelone,en faveur de la noblesse (1380). 

— Provision de l'infant Martin, frère et lieutenant général 
du roi Jean P' d'Aragon, assignant une pension de 8 de- 
niers par jour à chacun des détenus pour dettes dans les 



88 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES, 



prisons de Barcelone, à la charge des créanciers. — Dëli* 
mitation de la viguerie de Barcelone et du Vallès. 

Ç^ 147. (Registre-.) — In-foUo, 143 feoillets» papier; latin et catalan. 

tS4S-l4«s. — Procuracîo real, registre XVIIL — 
Ventes de rentes sur les leudes de Perpignan, faites par 
rinfant Jean d*Aragon, en faveur de Pierre Bian, et par 
celui-ci en faveur de Narcisse Vilella, citoyen de Gerona, 
de Pierre Barrau, notaire de Perpignan, et d*Arnald Gui- 
tard, bourgeois, de cette ville. — Lettres patentes et provi- 
sions de Pierre III, roi d* Aragon : nommant Pierre Oliver, 
€ obrer » du ruisseau de Thuir ; — conférant à vie la châ- 
telleuie et le bailliage de Salses, ainsi que la capitanie, en 
cas de besoin, à Guillaume dez Bach, donzell : confirmé 
par l'infant Jean, qui ajoute à cette concession le droit 
pour ledit dez Bach de transmettre ces offices à son fils; 

— nommant Raymond de Ger à la châtellenie de Força- 
Real, et Pierre de Roviria à celle de Bellegarde ; — assi- 
gnant à Bernard Pauquet carpentarius et magister machi- 
narum^ commis aux machines, engins et molendina (mou- 
lins à bras) royaux en Roussillon et Cerdagne, un salaire 
de 3 sous par jour sur les revenus de la scribanie du bailli 
de Perpignan ; — ordonnant de payer sur les revenus des 
deux comtés, d'abord les salaires des châtelains, les rentes 
et pensions viagères, les travaux d'entretien des châteaux, 
et les autres charges; ensuite, d'appliquer les revenus des 
amortissements à la réparation des châteaux de Perpignan, 
d'Opol et de Força-Real, qui sont presque ruinés ; — dé- 
clarant que le fisc n'a aucun droit d'amortissement à récla- 
mer, sur une rente vendue par Taljama des juifs de Per- 
pignan à Raynald d'Olms, archidiacre de Gonflent ; — or- 
donnant de faire payer les droits dus au Roi par quelques 
marchands de Perpignan qui sont allés, sans autorisation, 
a les parts de Damas ^Damas) ab lurs robes e mercaderies; 

— quittance de 23* livres 2 sous perçus par le procureur 
royal, à raison de 4 deniers pour livre, sur les marchan- 
dises expédiées dans le pays de Damas, par Barthélemi Ma- 
neu, marchand de Perpignan, rentré depuis peu sur la nef 
ou coque d'En Terrassa, de CoUioure. — Ordonnances, 
lettres patentes et autres actes émanés du roi Jean P' d'A- 
ragon, portant nomination : de Guillaume Miro aux fonc- 
tions de procureur royal de Roussillon et Cerdagne, en 
remplacement de Bercnger de Magarola ; — de Pierre 01- 
zina de Berga, à celles d'avocat fiscal aux cours royales 
desdits comtés; — de Jean de Vallseca, à l'office d'assesseur 
du gouverneur et de commissaire des juifs de Taljama de 
Perpignan ; — de Bernard de Tarba, à la geôlerie de la 
même ville ; — ordre d'empêcher la chasse dans le bois 
du château royal de Perpignan ; — nomination de Pons de 



Gurb, donzell, à la châtellenie et bailliage de Puig-Balados* 

— Commissions : de juge du patrimoine royal, pour Jacques 
Costa, docteur es lois; — de greffier des appels desdits 
comtés, pour François Haçana ; — de greffier de la procu- 
ration royale, pour Pierre Vidal ; — a d*obrer > du ruis- 
seau de Thuir, pour Fortuny Lope-Mutço ; — de bailli de 
Tresserra, pour André Carbonell. — Ordre donné à Jao^ 
ques Cadell, donzell, de reconnaître le fief des Parayries 
de Perpignan, qu'il tient pour le Roi. — Confirmation de la 
châtellenie de Força-Real, à Raymond de Ger. — Nomi- 
nation et serment des secrétaires de i'aljama des juifs de 
Perpignan. — Reddition des comptes du bailliage de Llivia» 

— Commission de châtelain d'Arestot, en faveur de Jacques 
Esqueriu ; — payement d'une rente de 4,400 sous, reçue 
par Pons de Perellos, donzell, sur la leude du poisson & 
Perpignan. — Nomination de Pierre Ravayre « mestre de 
pera > ou c lapicide » de Vinça, en qualité « d'obrer ou 
cequier » du ruisseau de Thuir ; — de Pierre Malet, de Bula 
de Terranera, à l'office de réguler de Thuir, c de Bula et 
de Corbera ». — Privilèges accordés aux habitants d'Os- 
seja et de VallsaboUera, pour les pacages desdits lieux et 
vallée; — commissions de gardes du ruisseau royal et des 
places de la ville de Perpignan; — concession de 70 livres 
de rente sur. les moulins royaux de Salses, accordée à 
Ëléonore Boyl, < doinicella ^ de la Reine, en faveur d# son 
mariage avec Bérenger dez CatUar, donzell ; — autorisa- 
tion d'établir en devëse ou défens pour la chasse, la pêche, 
le pacage et le boisage, soixante-sept eyminates de terre 
situées au territoire de Toluges, et appartenant à Bernard 
Aybri, bourgeois de Perpignan : suntque ipse possessiones 
taliter circum clause marginibus et rippis nemorosis^ plantis 
et arboribus^ quod vix aliquis homo seu bestiare potest in- 
trare eis nisi per certos introitm. — Ordre aux consuls 
de Figuères de restituer « moites e diverses bombardes, 
ballestes i, des caisses de flèches et autres armes de guerre, 
laissées dans cette ville par le roi Pierre, qui les avait fait 
venir du château de Perpignan pendant la guerre qu'il sou- 
tenait contre le comte d'Empories. — Nomination d'un 
garde pour le ruisseau comtal t qui entre per lo portail de 
« sant Marti en la vila de Perpenya ». — Confirmation 
d'une rente reçue par Raymond Marques sur divers lieux 
de Gonflent, entre autres sur la t Seionia » de Secdenya. 

— Suppression des emplois du t ffaraoner » (chargé de 
faire les signaux par le feu), du maître du ruisseau et de 
la « nora », et du garde des paons, lapins et autre gibier, 
du château royal de Perpignan ; — survivance de l'emploi 
de t fuster » (menuisier) du même château, accordée au fils 
de Pierre Carrera ; — réduction du salaire du châtelain de 
la môme ville, à 1,200 sous par an. — Concession de la 
châtellenie de Monlesquiu et du bailliage de Tresserra, à 



■ 



SERIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



89 



Pierfe de Caborriu^ donzell; — réyocation d'un privilège 
relatif aux aliénations de biens, que les habitants de Bell ver 
avaient obtenu c par séduction ». — Autorisation d'aliéner 
9,000 sous de revenus royaux sur les lieux de Llo, Angos- 
trina, Vallsabolera et Prats, en Gerdagne, en faveur de ces 
communautés; — nomination d*un bailli royal dans la 
vallée de Banyuls. — Confirmation de la châtellenie et du 
bailliage, de Salses en faveur de Guillaume Dez Bach, 
donzell. — Règlement des comptes du droit de barre 
perçu pour la construction d'un pont sur le ruisseau de 
Corbera, au territoire de Bula. — Concession à vie de la 
châtellenie de Bellegarde et du bailliage du Pertus et du 
Paniçars, en faveur de Bernard Sa Rovira, qui se révolte 
peu de temps après ; le procureur royal reprend le château 
dont le commandement est donné à Guillaume Campolatge ; 
mais le roi révoque ce châtelain nommé gar le gouverneur 
Raymond Sa Garriga, et le remplace par Pierre Rovira. — 
État des armes remises au châtelain de Salses : « XII eu- 
€ rasses, XII gorgeres, XII capels de ferre » etc. — Nomi- 
nation de Jean Garrius à la procuration royale, en rempla- 
cement de G . Miro, démissionnaire, qui conserve la jouissance 
viagère du jardin du château royal de Perpignan. — Sur 
la nouvelle que des compagnies étrangères se rassemblent 
« en gran multitut en les parts de França, » le gouverneur 
nomme Guillaume Cases à Toffice de capitaine de la tour 
royale du Pug-des-Bains (d'Arles), avec ordre de t fer 
recullir tots e sengles homens e fembres de la reculleta de 
la dita torra, ab tots lurs hens, dins la dita força » ; — nomi- 
nations : de quatre t servents » de plus au château de 
Perpignan, c per gardar e gaytar de nits e de dies » (fé- 
vrier 1389); — de Guillaume dez Vivers, donzell, à la châ- 
tellenie de Puig-Balados. — Criées pour la police et Ten- 
tretien du ruisseau royal de Thuir. — Lettres du roi au 
viguier de Gonflent, annonçant que le comte de Dénia et 
de Ribagorça, les vicomtes de Cabrera, d'Ule, et de Roda, 
Jean d« Reliera et Raymond de Rages, chevaliers, et Pierre 
de Queralt, donzell,^ sont poursuivis comme accusés f de 
tants e tais e tan greus crims que mes no porien » ; or* 
donnant de saisir leurs biens, de se faire remettre leurs 
châteaux, et défendant de leur donner aucuns secours. — 
Chartes et provisions de Martin, roi d'Aragon : accordant 
le titre et les privilèges de chapelain, familier et domestique 
du roi, à Guillaume Sabater, bénéficié en l'église Saint- 
Jean de Perpignan; — conférant la châtellenie du château 
royal de cette ville à Bernard d'Oms, donzell, en remplace- 
ment de François Ça Garriga; — portant union perpétuelle 
de la t scribania de la Gobernacîo » des deux comtés au 
domaine, avec assignation de 3,000 sous par an sur les re- 
venus d'icellc pour le salaire du châtelain de Perpignan ; 
— criées faites dans la même ville par ordre du roi, or- 

PTRÉNÉES-ORIEirrALES. — SÉRIE B. 



donnant de dénoncer tous les biens et marchandises appar- 
tenant à des habitants d'Avignon, enjoignant à ceux-ci de 
déguerpir dans vingt jours au plus tard de toutes terres et 
dépendances du roi d^Aragon, avec défense à tous sujets 
aragonais d'aller ou de résider à Avignon, et ordre à ceux 
qui s'y trouvent d'en sortir avant trente jours, sous peine, 
pour les clercs, de perdre leurs bénéfices et autres biens, 
et pour les laïques, de perdre leurs corps et avoir. — 
Charte d'Alphonse V, roi d'Aragon, confirmant en faveur 
de Bernard d'Oms tous les privilèges accordés à ses pré- 
décesseurs, châtelains du château royal de Perpignan. 

B. 148. (Registre). — lo-folio, 42 feuillets, papier (lalio et catalan). 

tSS1f-IS0^. — Actes de la procuration royale. — 
Adjudication d'une c mata » de forêts domaniales, située 
près de la forêt de Vira, dans le pays de Fonollet, en fa- 
veur de noble Arnald-Guillaume Du Vivier, de Bernard 
Pons^ bailli de Fossa, et autres associés ; cession des droits 
dudit A.-G. Du Vivier en faveur de Guillaume Jorda, li- 
cencié en droit, de Perpignan. — Traité de paix conclu 
entre le roi Pierre III d'Aragon, d'une part, dame Éléonor, 
Jvdicissa d'Arborea, et les Sards (Sardes) d'Arborea, 
d'autre part, pour la pacification du royaume de Sardaigne, 
la mise en liberté de « micer Brancaleo Doria », époux de 
dite Éléonord, etc., renouvelé et signé, au nom du roi 
Jean I" d'Aragon, par Exemen Perez d'Arenoz, gouver- 
neur général de l'île, et juré par les syndics de Barcelone ; 
l'un des articles porte que la convention devra être ratifiée 
par les communes de Barcelone, Saragosse, Valence, Mal- 
lorca, Perpignan, Elne et Collioure (en catalan). — Chartes 
du roi Jean P% portant donation des droits du roi sur l'hd- 
tellerie dite c de la corona » ou « d'en Perestortes » située 
à Perpignan sur la place de c la Boria », en faveur de 
Raymond d'Apilia, chevalier; celui-ci vend ces mêmes 
droits à Pierre Taqui, marchand, de Perpignan ; — assi- 
gnation de rentes sur la c scribania » de la cour de Puig- 
cerda, en faveur de Guillaume Gibeli, natif de la même 
ville, pour les services rendus au roi lorsqu'il surprit les 
•compagnies étrangères réunies dans le lieu de Durban pour 
envahir le Roussillon, ainsi que dans diverses ambassades 
auprès du Souverain Pontife, du roi de France et du comte 
de Foix; — promesse de la première châtellenie qui va- 
quera en Roussillon, en faveur de Pierre Santa-Célia, 
donzell ; — vente des justices des lieux de Saint-Hipy oly te et 
de Garrius, à Alamanda, épouse de Jean Garrius, trésorier 
du roi, tutrice et au nom de son fils, Hippolyte Garrius. — 
Sentences d'amortissement rendues par Gui Beitrand, lieu- 
tenant du procureur royal en Cerdagne et Barida, concer- 
nant : diverses possessions et rentes léguées â l'église de 

t2 



90 



ARCHIVES DES PVRÉNÉES-ORIENTALES. 



Gaborriu; — la s«cces^ofn de Gmllaume Perrères, curé 
de Talltendrc; — une reute léguée à huit chanoines pour 
un service à célébrer dans Téglise de Sainte-Eugénie, de 
Nerilia (bailliage de Rellver); — diverses possessions 
situées au vilar de Vilella, provenant de Jean de Neffell, 
chanoine de Sainte-Marie de Tolo ; — la succession de Bar- 
tiiélemi Mulner, prêtre, de Bellver. — Quittances de divers 
payements faits par la procuration royale, entre autres 
pour la saisie des lieux de Céret et de Montferrer; pour 
800 florins d'or, provenant d'une composition faite par Gi- 
labert de Cruilies, gouverneur des comtés de Roussillon et 
de Cerdagne, t una composicio de D. florins dor que feu 
c ab una Juheua de Yilaffrancha de Gonflent qui s*era pen- 
« jada, del quai penjament no mori. » — Amortissement 
d'une maison située au t barri » .de Sainte-Marie-la-Mer, 
achetée par les consuls ad opus cujiisdam hospitalis qui 
amstrui débet in dicto loeo. 



B. 149. (Registre.) — In-folio, U feuillets, papier (latin). 

tt0»-tS0S. — Capbreu de Confient. — Concessions 
et confirmations de droits de pacage, de boisage et d'arro- 
sage, faites par le procureur royal aux habitants d'Àygua- 
tebia, de Prats de Balaguer et de Planés; ces derniers 
pourront aussi, à leur gré, mettre le feu dans tous les prés, 
devëses et forêts de leur territoire, excepté dans la c Mata » 
dite € del Senyor Rey, pro ardendi$ arboribus et aliis 
broces et locis erboses^ pro occidendis ac effugandis ani- 
malibns silvestribus atque brutis. — Réconnaissances de 
cens d'avoine, d'orge et de blé, d'albergues et autres rede- 
vances faites au Roi : par un habitant d'EsposoUa et neuf 
(le Formiguères, pour diverses prairies sises au territoire 
du Vilar de Caselles; — par quatre habitants de la Lagona, 
un du Vilar d'Ovensa, un de Saint-Pierre dels Forçats, deux 
de Riufret, deux de Planes, un de Canavelles et un de Ce- 
rcla, pour diverses possessions ; — par plusieurs habitants de 
Yillefiranche, pour des possessions sises à Serdinya; — par 
an habitant de Cirach, pour ses propriétés sises à Ria; — 
par plusieurs habitants de Secdenya (Serdinya), pour leurs 
possessions ; — par quatre habitants de Bileracli ; — par 
Pierre Fabre, d'Estoher, homme royal, c amansat et 
abordât; » — par Spira Hualguer, d' Aspira, qui se recon- 
natt aussi homo regitis et fait un cens de 6 deniers; — par 
trois habitants de Yilella et un de Glorianes, pour une al- 
bergue qu'ils font au bailli royal de la Sagonis^de Serdinya; 
— par treize habitants d'Arbossols, parmi lesquels Ermen- 
gaud Teresach, qui s'institule bajulus naturalis pro domino 
rege in loco de ErbosolliSj et est homo regitis amatisatus 
et abordatus^ tenu également défaire une albergue au bailli 






de la Sagonia de Serdinya. — État des frais faits par Guil- 
laume Castanyer, notaire de Yillefranchei pour la confèc* 
tion du « Capbreu » ou papier terrier royal de Jujols, 
Joncet, Flaça, Marinyans, les Horts, la Guardia et autres 
hameaux voisins de Serdinya; parmi les dépenses : entre- 
tien de quatre habitants de Joncet chargés de dire au no- 
taire par qui étaient possédées les propriétés dénommées 
dans le dernier « Capbreu » royal c qui eramoltantich, » vîi 
que dans toute la Sayonia il n'existait plus un seul survi- 
vant de l'année des mortalités (c'est-à-dire de la graude 
peste de 1348), « cor dins la Sayonia no havia hom quèy 
fos Tany de les morts. » 

B. 150. (Registre). — in-folio, 108 feuillets, papier (latin). 

t89f-t8SS. — Manuale amxn'titzacionum de Ga- 
briel Resplant, notaire à Perpignan. — Actes d'amortisse- 
ment et dépenses faits par Barthélemi Cardona, commis 
aux amortissements en Roussillon et Cerdagne par Jean 
Garrius, conservateur général, délégué par le roi d'Aragon, 
concernant : les rentes, possessions, revenus, anniversaire£(, 
bénéfices ecclésiastiques et autres fondations ou œuvres 
pies dans les églises dont les noms suivent : Saint-Jean, 
Saint- Jacques et Saint-Mathieu, de Perpignan; — Saint- 
Ëstève del Monestir; Cornella-de-la-Rivière; Sainte-Marie 
de Baxas ; — Sainte-Cécile de Garrius ; — Sainte-Marie du 
Yolo; — Saint-André de Saint-Feliu d'Avall ; — Sainte- 
Marie de Cabestany ; — Saint-Marcel de Yilallonga, de la 
Salanca; — Sainle-Marie-la-Mer ; — Saint-Jacques de 
Canet; — Saint-Julien de Yilanova de Raho; — Saint- 
André de Rages ; — Sainte-Marie d'Espira, de Confient ; — 
Sainte-Marie del Prat d' Argelès ; — Saintes-Juste-et-Ruf- 
fine, de Prats-de-MoUo ; — les possessions et revenus de 
réglise ou chapelle de Sainte-Marie de Paradis, près dé 
Cornella-de-Bercol ; — les bénéfices fondés : dans l'église du 
couvent de Saint-François de Yiilefranche, par Guillaume de 
Sexa; — au couvent des FF. Prêcheursde Collioure,par Pierre 
Palomer ; au monastère d* Arles, par Dalmau de Santa-Pau; 

— à Saint-Christophe de Yemet, par Guillaume Jorda, che- 
valier; — les possessions de l'aumône commune de Per-^ 
pignan, au territoire de Labeja ; — la charité ou aumône 
fondée à Sainte-Colombe-sur-Thuir, par Guillaume Yilar; 

— une rente faite à Tabbaye de Saint-Genis de Fontaynes, 
par la communauté de Montesquiu; — deux maisons ache-^ 
tées par la communauté de Baxas, pour le four commun 
et pour le logement du crieur public. — Quittance de 
10 florins d'or, payés par frère Bernard d'Atzat, prévôt de 
Pezilla, pour l'arrérage des décimes concédés au roi Pierre 
d'Aragon par les souverains pontifes. 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 91 



B. 151. (Registre.) — In-4<», 16 feuillets, papier (latin). 

t S9S* — Manuel de Pierre Roore, notaire à Perpignan. 
— Actes de Pierre Vidal, procureur royal, portant conces- 
sion d'arrosage pour des propriétés sitées à Perpignan, près 
de la porte de Bages, au-dessous du moulin de Saint- 
Georges; — payement du salaire de Jean Guiter, chargé 
de la châtellenie de Rodés ; d'Antoine Pascal, ex-châtelain 
de Pug-Balados et sous-viguier de Capcir ; de Pierre Car- 
rera, menuisier, chargé de « Talaroge > (horloge) du chft* 
teau de Perpignan ; — concession en emphytéose du droit 
de forestage du bois et du moulin à scie de Querença, en 
faveur de Bernard Saquet. — Raymond Quinta, de Co- 
dalet, jure sur les quatre évangiles qu'il^n'a aucun seigneur, 
et choisit pro domino suo le Roi, à qui il promet de payer 
un cens de 13 deniers par an ; — Pierre Blan, donzell, 
seigneur de Hontferrer, défend aux habitants de ce lieu de 
continuer le payement d'une ancienne rente à un certain 
Beoda, d*01ot. — Procuration faite par Gilabert de Cruiiles, 
g<»uverneur du Roussillon, à sœur Constance de Cruiiles, 
religieuse da couvent de Saint-Sauveur de Perpignan, pour 
affermer ou donner à c miges » un champ dit c lo camp 
del Rey, > situé à Perpignan près du « figueral > du Roi. 

B. 15S. (Cahier.) — In-folio, 36 feuillets, papier (latin). 

• 

tS90-t89S« — Amortissement des rentes, fondations 
et propriétés de cent trente-trois bénéfices ecclésiastiques 
fondés dans Téglise Saint-Jean de Perpignan ; — du bénéfice 
fondé dans l'église de Prats-de-MoUo, par Marguerite, épouse 
de Guillaume de Puig, chevalier. — Quittances de dépenses 
relatives à la procuration royale de Roussillon et Cerdagne. — 
Concessions emphytéotiques, faites au nom du Roi : d'une 
table du grand f macell » à Perpignan ; — de patus et jar- 
dins sis à Argelès ; — du droit d'arrosage avec l'eau du 
ruisseau de Thuir, pour une propriété de 2 éminates 
située à Corbera lieu dit c à Ganter » , avec cens annuel 
de deux sous par éminate; — du droit de prendre les eaux 
perdues qui coulent tempore pluviali par la porte dite 
c del BatUe > et par le chemin de Pujols, pour arroser cinq 
éminates de terre sises à Argelès et attenant au Tou ou 
fossé de la ville. — Indemnité accordée aux fermiers du 
droit sur le minerai de Sahorra, en Confient, pour les pertes 
et dommages occasionnés par la défense faite de poiter le- 
dit minerai aux forges de Gotmar, de Sainte-Colombe et 
autres « molines * de France; ladite prohibition motivée 
par la fraude d*un faux minerai de fer qui a été récemment 
découvert et ouvré en la terre de France, au lieu dit Res- 
clf usa, faux minerai dont il serait impossible de faire ni 
ouvrer aucun fer bon ni fin, même en le mélangeant avec le 



minerai de Sahorra, j708/^o qiu>d fiât mesclacum diotamena 
de Sahorra. — Aveu féodal fait au procureur royal par le 
procureur de Bernard de So, vicomte d'Évol, pour la 
moitié des dtmes de Formiguera^ de Riutort, d'EsposoU» 
et de Galba, un manse sis au lieu d'Anglars, en Capoir, le 
tiers des dtmes de Paracols et Molitg et diverses possessÎQiis 
à Fornols et Campoma. 

B. 153. (Registre.) — In-folio, 144 feuillets, papier (latin el cataUa)* 

tt88»iS94« — Procuracio real\ registre XI. — Prir 
viléges accordés aux habitants de Clayra par Nunyo-Sanch^i 
seigneur du Roussillon et de la Cerdagne, — Nomination 
de Gila))ert de Cruiiles aux fonctions de gouverneur et capi- 
taine général de ces deux comtés, faite par le roi Pierre m 
d'Aragon; — collation d'un bénéfice fondé dans la chapdUie 
du château royal de Perpignan dont le dernier titulaire a 
.pris la fuite ojxasione criminis per ipsum comiusi, ^ Con- 
cession d'une propriété sise à Perpignan, faite par l'infant 
*Jean d'Aragon, à Jean del Moli, pister de la maison de la 
reine Éléonore; — r ventes de rentes sur lesleudes de cette 
ville, consenties à Jean Garrius et à Raymond de Planella, 
donzell, par Pierre Blan. — Ordonnances, lettres pa- 
tentes, etc., de Jean I*', roi d'Aragon, et de ses procureurs 
en Roussillon et Cerdagne, portant : remise du droit de 
dixième sur le château, la vallée et l'honneur de Mosset, 
la tour de Mascarda et le fief de Paracols, en faveur du 
donzell Huguet de Santa-Pau, à qui ces domaines ont été 
légués par André de Fonollet, vicomte d'Ille et de Canet; 

— concessions : de la châtellenie de Bellegarde et du bail- 
liage du Pertus, à Michel dez Guell, camérier de la reine 
Yolande; — de la tour Cerdane, à Pierre d'Aguilar.ditBurd 
(bâtard) d'Aguilar; — franchise pour une charge de minerai 
de Sahorra à exporter chaque jour en France, accordée à 
Jacques Quinta, scribe du roi, à Toccasion de son mariage; 

— concession emphytéotique de la châtellenie de Bellver, 
à François Castello, docteur es lois, moyennant un cens 
annuel d'un paou ou de 30 sous barcelonais, et un prix 
d'entrée de 20,000 sous ; — règlement pour l'entretien du 
c faroner > (chargé de faire les signaux par le feu) et pour 
la garde des paons, lapins et autre gibier du château de 
Perpignan; — nomination d'un réguler et « obrer majjor > 
du ruisseau de Thuir, et d'un crieur pubUc à Argelès; — 
confirmation de franchises pour l'exportation du minerai 
de fer de Sahorra, en faveur de Jaspert de Tregura; — 
prestations de serment sur la sainte loi de Moïse par les 
secrétaires et clavaire de Taljama des juifs de Perpignan; 

— concession à vie de la châtellenie d'Opol à Bernard de 
Yilacorba qui a acheté cet office de Bérenger de Perap^r- 
tusa; — nomination de Pierre Bérenger, licencié en droit. 



92 



aux fonctions de jage du patrimoine royal; — ordre donné 
aax propriétaires des moulins d'Elne qui ont changé, sans 
autorisation, la place de la prise d'eau de leur ruisseau, de 
remettre les choses dans l'ancien état, parce que < tots los 
fluvis nevals e corrents son principals regalies del senyor 
rey ; • — criées sur la leude de Salses, le ruisseau de Thuir 
et la chasse dans le bois royal du château de Perpignan; 

— obligation pour un habitant de Perpignan de payer le 
droit dit c cens de vegueriu >, pour une borde qu'il pos- 
sède au territoire de Tordères; — ordre à des habitants 
de Ropidera de reconnaître les possessions tenues pour 
leur dame Na Serena, épouse du donzell Bertrand Sa-Torra; 

— autorisation accordée au donzell Bérenger d'Ardena de 
faire descendre des planches par le flottage sur le ruisseau 
de Thuir; — retrait d'ordonnances qui autorisaient les 
habitants d'Argeiès à faire moudre leur blé, pesé ou non, 
aux moulins de Jean Guerau, contrairement aux privilèges 
de cette ville relatifs au poids ou pesage du blé ; — co.n- 
cessions : de la châtellenie et du bailliage d*Aristot, à 
Pierre dit Burd d'Aguilar; — des fonctions d'obrer du 
château de Perpignan, à François Palou; — vente des jus- 
tices de Brulhà^ au chevalier Bérenger d'Ortafa; ^- octroi 
à un meunier de Perpignan, enrôlé pour passer en Sicile 
avec rinfant Martin d'Aragon, à sa femme et à ses débi* 
teurs, do toutes les grâces, garanties, délais et sursis ac- 
cordés en pareil cas, ledit octroi consenti par le procureur 
de Galcerand Horey, seigneur de la Roca d'Albera et patron 
d*une galère qu'il fait armer pour le service dudit infant; 

— inféodation du bailliage de Tresserra, à Pierre Lorens; 

— vente des hautes justices de Gasafabre et de Liotes, et 
de la moitié de la seigneurie des moulins de Corbera 
et d'autres droits féodaux dans le territoire de ce dernier 
lieu, en faveur de François Ça Garriga, chevalier; — no- 
mination à vie de Raymond Ferrer, à Toffice de maître des 
ports et passages de Roussillon et Cerdagne; — ' concession 
de la châtellenie et du bailliage de Querol à Pierre Damien 
de Bergues ; — commission de « réguler ou obrer major » 
du ruisseau de Thuir, depuis « l'exaugador » de Sainte- 
Cécile jusqu'à Perpignan, donnée à Jacques Torner; — 
confirmation des privilèges de Clayra; — concession, 
pour quatre années, de la devèse dite « del Ëstany », aux 
habitants du lieu de Valcera, ruinés par les compagnies de 
Bernard d'Armanyac ; — exemption du droit de forestage 
d'orris et d'autres bois vendus par les habitants de Formi* 
guera; — commission de châtelain du xshâteau royal de 
Perpignan, pour Bérenger d'Hostalrich, donzell, après le 
décès d'Asbert Ça Trilla; — autorisation accordée aux ha- 
bitants d'Esposoyla, qui seraient obligés d'abandonner ce 
lieu, parce qu'ils sont « maltractatz per moites salvatgines, 
axi de porcs senglars (sangliers) com d'osses (ours), > d'in- 



ARCHIVES DES PYBÉNÉES-ORIENTALES. 

cendier ou détruire, toutes les fois qu'ils le voudront, les 
forêts de la châtellenie de Pug Beledors, excepté celle de 
la « Mata > du Roi; — réduction du droit de pasquier et 
c penturatge » en faveur de deux manses de Ralleu; — 
faculté pour les habitants de Prats-de-Balaguer de retirer 
à leur profit, pendant dix ans, le prix de ferme des devèses 
ou pasquiers dits c les Thoses ; » — nomination de bailli^ 
à Vingrau et à Canomals ; — autorisation accordée pour 
six mois aux habitants d'Opol, de c lenyar e fer cloa » 
dans tout leur territoire; — ordre à un meunier d'Arles 
d'exhiber ses titres à la jouissance de l'eau de son usine ; il 
doit savoir que le cours du Tech d'Arles « es aygua neval, e 
totes les aygues nevals son es pertanyen al senyor Rey. » — 
Vente des châteaux de Llo et de Rodés et de toutes leurs 
dépendances à Raymond, vicomte de Perellos et de Roda; 

— reconnaissance des droits allodiaux de l'abbaye de Cuxa 
sur l'eau de la rivière de Querença, jusqu'à son embouchure 
dans la Tet ; — ordre de remettre Pierre d'Empories, fils 
de l'infante Jeanne, en possession du lieu de Vinça; — au- 
torisation accordée à Pierre Gurguja, de Formiguera, de 
pêcher dans toutes les eaux et rivières du Capcir; — con- 
firmation du droit de boisage « sur terre et sous terre » y 
compris le bois dit < la cloua ou coscolla >, en faveur des 
habitants de Salses; — bail emphytéotique d*un moulin à fa- 
rine, sis à Salses, consenti à Bérenger dez Catllar, donzell ; 

— nomination provisoire de Raymond Totzo, donzell, à la 
châtellenie de Puig-Balados; — concession à vie de la châ- 
tellenie du château royal de Perpignan, accordée à Gispert 
de Tregura, donzell, sur la démission de Bérenger d'Hos- 
talrich ; — nomination d'un bailli royal à Opol. 



B. 154. (Registre.) — In-folio, 112 feuillets, papier (latin). 

tii88-t89A« — Notule de Pierre Roure, notaire à 
Perpignan. — Lettres du roi Jean 1*' d'Aragon, prescrivant 
au gouverneur de Roussillon de faire séquestrer et inven- 
torier les biens de tous les juifs de l'aljama de Perpignan 
qui seraient soupçonnés de vouloir quitter cette ville pour 
aller s'établir en France; — délibération des juifs de ladite 
aljama réunis dans la < Sala Romana » du château de Per- 
pignan, et envoi de leur syndic à la cour pour s'opposer 
à cette mesure. — Quittances de dépenses faites par le 
procureur royal de Roussillon, notamment pour des envois 
par terre et par mer de vin muscat destiné à la table du 
Roi et de la reine à Valence. — Payement du salaire de 
châtelains. — Reconnaissances féodales faites au procureur 
royal, concernant : une rente sur les moulins de Llo ; — 
une terre sise à Gaborriu; — les fiefs possédés à Nahuja, 
Cort-Vassill, Quers, Bena, Ces Cases, Faners, Salit et 
Vilangoli, par Pierre de Cos, fils d*Arnald de Cos, de 



SÉRIE B, — PROCURATION ROYALE DES 

tille d'Ax; — les portions de dîmes de Porcinyans vendues 
par Jean Siracb, de Villefranche ; — les lieux de Salteguel, 
Segramorta et Ovella, appartenant à Pierre de Lussan ; — 
les chftteaux de Pena et de Yiianova-de-Rauter et le lieu 
d'Ortolanes, tenus par l'abbé de Sainte-Marie de la Real 
qui a succédé au prieuré d'Espira de TAgli ; — la borde del 
Adrer, sise à Montferrer ; — les châteaux de Calce et de 
Vemet, appartenant à Sibille, veuve de Bertrand de Verniola 
et tutrice de son fils François. — Confirmation royale 
d*une charte de privilèges (transcrite dans Tacte) ac- 
cordés par Nunyo-Sanche aux habitants de Clayra, le 3 des 
ides de décembre 1233. — Payement du salaire de châte- 
lain du château royal de Perpignan, à Raymond Albert, 
bourgeois de cette ville, qui en a rempli les fonctions pen- 
dant la maladie et depuis le décès d'Asbert Ça Trilla, 
jusqu'à la prise de possession dudit château par Bérenger 
d'Hostalrich. — Les quatre secrétaires de Taljama des 
juifs de Perpignan déclarent que Bonanasch Cresques Al- 
faquim, juif de Cervera, résidant à Arles, n'est pas tenu 
de contribuer aux tailles, dettes et autres charges de 
leur aljama ou collecte. — Concession emphytéotique 
faite par le procureur royal, en faveur de Bernard Saquet. 
de Perpignan, du droit de forestage sur les bois de la 
vallée de Querença, et sur le moulin à scie qui s*y trouve 
établi. — Reconnaissances de censives sur des maisons si- 
tuées à Perpignan, tenues en directe seigneurie pour Hip- 
polyte, fils de Julien Garrius, trésorier du Roi. 

B. 155.. (Registre.) — In-folio, 64 feuillets, papier (catatan). 

tWBA» — Summa de rendes del reyal patrimoni. — 
Recherche et mémoire de tous les revenus et droits que le 
Roi recevait anciennement dans les comtés de Roussillon 
et de Cerdagne, et de leur valeur en moyenne, d'après les 
comptes des procureurs royaux rendus au matlre rational 
de la cour : ces revenus sont évalués en moyenne à la 
somme annuelle de 16,906 livres 13 sous barcelonais. — 
Recherche et tableau général fait par le mestre rational de 
la cour du seigneur Roi, de la valeur actuelle des revenus 
et droits appartenant à Sa Majesté dans lesdits comtés, et de 
tous ceux qui ont été aliénés par le feu roi Pierre RI et par le 
roi aujourd'hui régnant (Jean I*'), avec indication des per- 
sonnes qui les possèdent; — les revenus des leudes ont diminué 
considérablement par suite des franchises et libertés ac- 
cordées à divers lieux et à une infinité de particuliers, et 
aussi parce que c la terra dels dits comtats es fort minuada 
e quaix desfeta e despoblada; » — le droit d'étal du 
ff masell > du call des juifs de Perpignan ne peut rapporter 
plus de S livres par an, c per la destruccio del dit call; > 
— les droits de c fonscapi » (aliénation) de Perpignan ont 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDÂGNB. 93 

diminué de 400 livres, c car la dita vilases molt despoblada 
e enpobrehida > ; enfin, toutes les sources de revenu sont 
épuisées par suite des ventes, engagements, donations et 
aliénations de presque tous les lieux, revenus et juridictions 
des deux comtés, opérés par les deux rois susdits, et en outre 
c lo senyor rey ara régnant ne fa gracies tôt jorn e dona* 
cions a aquells a qui li plan, de ço qui romas hi es >, de 
sorte que le procureur royal ne peut plus compter que sur 
un revenu de 474 livres 2 sous par an ; il y a donc une 
diminution de 16,432 livres 11 sous par an dans les re- 
venus des deux comtés; — état des dépenses et charges ordi- 
naires de l'office de la procuration royale : châteaux et 
places fortes, offices divers, fondations et anniversaires» 
secours aux maisons religieuses,' rentes viagères, etc. — 
Dépenses extraordinaires : courriers, entretien du ruisseau 
de Thuir, réparationet armement des châteaux, etc. c Part 
aço, hi es ço quel senyor rey demane cascun any, axi 
per vin moscat, ministrers, isarts o pells e altres coses, 
axi corn li plan, que cascun any poden muntara LXliures. > 
Il en résulte que les dépenses annuelles de la procuration 
s'élèvent à 2,783 livres et qu'elles dépassent de 2,308 livres 
18 sous les revenus royaux des deux comtés, c per que, lo 
senyor rey proveeschahi segons sa merce sera. > 

B. 156. (Registre.) — In-folio, 60 feuillets, papier (Utio). 

t89ll« — Manuel de Gabriel Resplant, notaire à Per- 
pignan. — Engagement pris par une fille, native de Tou- 
louse et âgée de moins de vingt-cinq ans, envers Pierre 
Nomdedcu, étudiant, de Perpignan, quod ego unquam de 
mea vita^ absque voluntate vestra^ faciam amicum alir 
quem nisi vc/s, comme aussi de ne jamais quitter cette 
ville sans son consentement ; le jeune homme s'engage k 
la défendre et garder de tout son pouvoir, elle et ses biens, 
partout et contre tous. — Baux à ferme : des leudes royales 
de Perpignan; — des revenus possédés à Thuir, Llupia et 
Casteilnou, par François Roure, chanoine et infirmier de 
Tabbaye de la Real, de Perpignan; — des terres, dîmes, 
censives et possessions quelconques du monastère de 
Sainte-Marie-Madeleine de Fontclara, consenti par le prieur 
François Garriga ; t- ^6 la scribanie du patrimoine royal 
des deux comtés, cum tabulario ubi scripture scribanie 
dicti patrimonii soient stare, — Cession du tabularium de 
Bernard Adela, notaire de Perpignan, en faveur de Ber- 
nard Rafahel, notaire; ce bureau est situé dans la scribanie 
commune. — Quittances des payements faits : au sous- 
collecteur du décime triennal dont le tiers a été accordé 
au roi d'Aragon par le pape qui s'est réservé le reste, par 
réglise de Saint-Sébastien de Mudasoos, et par la prévôté 
dé Sainte-Marie du Vilar; — à Jean del Postigo, commis 



94 

• 

à la recette des droits ou aides payés au roi, à Toccasion du 
mariage de Tinfante Jeanne d* Aragon avec le comte deFoix, 
par les habitants de Toluges, Canohes, Vilanova-de-Raho 
et Vilarnau d*Âmont ; — au collecteur du « tall » (réparti- 
tion) imposé pour les fontaines nouvellement construites 
au t Gremenar » de Perpignan. — Paix et trêves jurées, 
k la suite de querelles et rixes privées, par divers habitants 
de Bages, parmi lesquels se trouvent deux prêtres ; pardon 
accordé à la plupart d'entre eux, par dame Sibilie, épouse 
du chevalier Raymond de Llupia, seigneur de Bages. — 
Quittances de payements faits par le procureur royal : au 
patron d'un navire de Collioure, pour le port du vin muscat 
expédié de Perpignan à Barcelone; — à des châtelains 
royaux, et aux gardes du chftteau de Perpignan ; — à un 
habitant de cette ville envoyé en Rouergue, pour recueillir et 
rapporter toutes les nouvelles possibles sur le comte d'Ar- 
magnac, qui, disait-on, réunissait un grand nombre de 
gens d'armes pour attaquer le Roussillon ; — à François 
Genre, courrier, de Perpignan, pour diverses courses, et 
spécialement pour celle qu'il a heureusement faite en un 
jour et demi, en allant de cette ville à Barcelone apporter 
au Roi des lettres quomodo Piffet, Ffrecer, Nicle^ Cibus^ 
Mestre Johan e Coli^ omnes ministrerii (ménétriers) dicti 
damini régis habitaverant in villa Perpiniani; — à Pierre 
Garrera, menuisier, chargé de l'entretien du < simbalum de 
les ores > (horloge) du château de la même ville. — Actes 
du procureur royal, portant : bail emphytéotique de la 
barque établie sur le Tech entre Elne et Tatzo, en faveur 
de Biaise Vidal ; — confirmation du droit de planter des 
arbres sur les bords du canal du moulin à farine de Ber- 
nard Pauquet et d'un moulin à aiguiser couteaux et ciseaux, 
situés près de Perpignan, au-dessous de la côte de l'église 
de Saint-Lazare ; — reconnaissance de la propriété de 
c Texauch » (déversoir) du ruisseau de Thuir, au lieu dit 
c l'AguUa >y près du chemin de Font-freda, en faveur des 
tenanciers arrosants; — concession d'arrosage de l'eau 
du ruisseau royal pour plusieurs jardins ou vergers si- 
tués à Perpignan^ devant le couvent des sœurs Mineures, 
hors la porte Saint-Martin; Tarrosage ne pourra avoir 
lieu qu'en temps de vigiles et jours de fêtes in quibus mo^ 
Icndina non sunt consueta molere et operari^ et l'on at- 
tendra qu*on ait sonné les cloches de l'église Saint-Jean 
peur les vêpres. — Aveu fait au procureur de frère Bar- 
thélemi, évêque d'Elne, pour le tiers de la dtme de Thuir, 
tçAue en fief par Bérenger d'Oms, donzell, seigneur d'Oms. 



B. 157. (Cahier.) — In-folio, 36 feaillets, papier (latin). 

t9es«tSSII. — Bernard de So, fils de Guillaume de 
SOy réduit à la simple prestation de l'hommage les obliga- 



ARCfflVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

tiens du fief possédé à Paracols par Guillaume de Gonil- 
lach ; — reconnaissance du même fief faite par Guillaume 
de Sexa, donzell, à noble Bernard de So^ vicomte d'Évol. 
— Provision du roi Pierre III défendant à tous officiers 
d'intervenir dans les affaires domaniales, excepté en cas 
d'appel , et alors le procureur royal pourra remettre 
Ta^aire aux juges des appels ou du gouverneur, qui devront 
procéder sommairement et sans écrits ; — confirmation de 
ladite provision par le roi Jean !•'. — Quittances des paye- 
ments faits pour le « fogatge > par les habitants des lieux 
d'Arceguel pour 23 feux, d'Angostrina pour 18, d*Enveitg 
pour 45, et de Liés, comprenant les lieux de Liés, Valielles 
et Travessères, pour 17 feux. — Amortissement des 
rentes données : à l'église Saint-Jacques de Villefranche 
de Gonflent, pour la fondation d'une messe, par Pierre 6i* 
labert, cordonnier; à l'église de Sainte-Marie de Puigcerda, 
pour un bénéfice ecclésiastique fondé par Jean Jaulent. -— 
Vente du lieu de la Roca de Villech, faite par le roi 
Jean I*' à son trésorier Romeu Ces Planes • — reventes 
dudit lieu et de divers domaines et revenus à Aristot, 
Isogol, Puigcerda, Maranges et autres lieux de Gerdagne, 
en faveur d'Hippolyte Garrius. — Reconnaisances faites au 
procureur royal : des fiefs de l'abbaye de la Real, de 
Perpignan, succédant au prieuré d'Espira-de-l'Agli ; — des 
fiefs de Calce et de Ver net, possédés par la veuve de Bertrand 
de Verniola. — Autorisations données par le procureur 
royal : à un habitant d'Argelés, de clôturer et de faire ce 
qu'il voudra de deux pfttus ou femorasseSy situés dans la 
ville d^avall : c'étaient d'anciennes maisons détruites par 
ordre du Roi ; — à deux habitants de Perpignan, d'arroser 
leurs jardins avec les eaux perdues qui proviennent du 
ruisseau de Thuir, et s'écoulent par le ravin dit Cava de 
Bajoles. — Permission accordée à Bonanat Reig, d'Argelés, 
de suppléer Pierre Borda, crieur et commissionnaire 
public de cette ville, attendu que celui-ci va, tous les 
dimanches et jours de fête, faire des publications dans la 
cité d'Elne et lieux circonvoisins, et emploie les autres 
jours au travail de la terre ou à la pêche pour gagner sa 
vie, in tantum quod dictum offidum curralerie non exer- 
citur prout decet. — Vente d'une rente de 10 livres, reçue 
par un juif de Perpignan, sur une vigne sise au territoire 
d'Argelés. — Procès-verbal des aveux faits devant la 
prieure et autres religieuses du monastère de Sainte-Marie- 
Madeleine, de Perpignan, par une sœur conventuelle qui 
déclare qu'avant son entrée dans ce couvent elle a eu un 
enfant dont le père serait un prêtre bénéficié en l'église 
Saint-Jacques de cette ville. 



B. 158. (Registre.)-* In-folio, 130 feoilletf, papier (Udn). 

1899-1 89II. — Notule de Gabriel Resplant, notaire à 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Perpignan. — Quittance d'une somme offerte à Jean-Fer- 
dinand d^Heredia, maître de Thôpital Saint-Jean de Jéru- 
salem, par Jacques de Millas, donzell, co-seigneur de 
Néfiach, pour la défense et conservation de la cité Cinir- 
rarurriy conformément à une bulle du pape Clément VII. 
— Modération de la taxe imposée à Na Petita, juive de 
Taljama de Perpignan, épouse de Guillaume Nomdedeu, 
néophyte ou nouveau converti. — Prise de possession de 
la chapellenie de Tura,par le clerc Pierre Corneli, pourvu 
de ce bénéfice par bulles du pape Benoît XIII. — Procu- 
ration faite par les religieuses de Saint-Sauveur de Perpi- 
gnan, pour recouvrer partie de la dot de Saurina, épouse 
du chevalier Raymond de Junya. — Protestation présentée 
par Pierre d*Enveig, donzell, contre une sentence rendue, 
au sujet du fief d'Enveig, en faveur de Berengarona, veuve du 
donzell Raymond d'Aramont. — Discussion entre le prévôt 
de Bages et Tabbé de la Real, commissaire apostolique, au 
sujet d'une chapellenie fondée dans l'église de Saint-Jean 
Pla-de-Corts. — Autorisations données par le procureur 
royal: à Pierre Davall, de Castellnou, pour la construction 
d'on pont sur le ruisseau de Thuir; — aux habitants de 
Corbera, pour employer, en tant que de besoin, à l'entre- 
tien du ruisseau de cette commune^ le cens qu'ils payaient 
pour l'arrosage. — Payements divers faits par le procureur 
royal, pour le salaire des châtelains, des gardes des ruis- 
seaux, etc. — Bail emphytéotique d'une partie du fossé ou 
thoua delà força de Malloles, sur une largeur de 4 cannes 
et une longueur de 47 cannes de Montpellier. — Prise de 
possession de la prévôté du Vilar, par François Roure, 
chanoine de la Real, pourvu de ce bénéfice par le pape 
Benoît XIII, malgré l'opposition du prieur de Llado qui 
avait déjà conféré ce bénéfice à un religieux de Saint- 
Genis. — Protestation de l'abbé et des chanoines, prêtres 
bénéficiers et paroissiens de l'église de la Real, de Perpi- 
gnan, contre l'official de cette ville qui ne voulait pas 
autoriser la sortie de la procession du 15 août en dehors 
des cloîtres de cette ancienne église paroissiale. — ^Inféoda- 
tions de propriétés sises à Bages, par Bernard Andreu- 
Oltzina, chanoine d'Elne et prévôt de Bages. — Lettres et 
provisions du Roi Jean P' : donnant commission à Jean 
del Postigo, pour recouvrer en Roussillon et Cerdagne 
les sommes dues par les communautés à l'occasion du 
mariage de l'infante Jeanne, fille du roi et comtesse de 
Foix ; — défendant, aux percepteurs des leudes de Cer- 
dagne, de rien exiger pour le passage des troupeaux de 
Catalogne qui vont pacager pendant quelques mois dans 
les montagnes de ce pays ; — ordonnant de payer à Tordre 
de Saint-Jean de Jérusalem une rente annuelle de 4,000 sous 
barcelonais que les Templiers du Mas Deu recevaient jadis 
sur les revenus royaux de Roussillon et Cerdagne; le Roi, 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



95 



sur la demande de frère François Xammar, commandeur 
du Mas Deu, délivre une nouvelle expédition sur parchemin 
de sa lettre dont. l'original avait été brûlé accidentellement. 
— Procès entre Guillaume Coll, habitant de Perpignan, et 
son ancien seigneur, Georges de Saint-Augustin, seigneur 
de Vilaclara. Celui-ci avait déjà fait incarcérer son ancien 
vassal dans les prisons de son château ; mais les juges d^ 
la main armée de Perpignan étaient intervenus en faveur 
de leur nouveau concitoyen et l'avaient arraché aux pour- 
suites de son ennemi. Georges de Saint-Augustin avait alors 
déclaré, que si Coll et ses enfants tombaient en son pouvoir^ 
il les « ferait manger les uns aux autres, car il ne leur 
c donnerait que de la paille, et pas autre (chose), et qu'il 
c les mettrait en un lieu où ils ne verraient ni soleil ni lune 
c et n'oseraient pas même dire que Dieu leur soit en aide :»: 
quels farets menjar los uns als altres, e quels farets men- 
jarpalla e no ate, e quel metrets en loch que no veuran 
sol ni luna^ ni sol no gosaran dir que deus li ajui, 

B. 159. (Registre.) — ln-folio,130 feuiUets. papier (latin). 

t890-t8fNI. — Bail en emphytéose d'une maison 
sise dans la grand'rue de Villefranchc de Gonflent, fait par 
le roi Pierre III, en faveur de Jacques Quinta, moyennant 
un cens annuel de deux chapons, réduit plus tard à une 
redevance de 6 deniers par an ; — confirmé par le roi 
Jean P'. — Vente d'une maison sise à Perpignan, faite 
par le donzell Pierre Guiter en faveur de Bernard GarriuS| 
marchand. — Payements des salaires dus ; à Jacques Mir, 
recteur de la chapelle du château royal de Perpignan ; à 
Pierre Damien de Bergues, châtelain de Querol; à François 
Pascal, châtelain de la Tour du Far de Tautahull ; à ElvirÇi 
veuve de Gilabert de Cruilles, gouverneur de Roussillon et 
de Cerdagne, décédé, d'après la quittance, le 14 novembre^ 
1395. — Concession d'une table de boucherie et de pois- 
sonnerie à Argelès, en faveur de Bonanat Reig. — Actes 
d'armortissement faits par Jean Garrius, conservateur gé- 
néral des droits d'amortissement en Roussillon et Cerdagne, 
concernant : les biens, rentes et autres revenus de l'hôpital 
de Bellver ; — ceux des chanoines et prêtres bénéficiés de 
Sainte-Marie de Telo ; — un champ sis à Bellver, acquis 
par le recteur de l'église d'Anez qui l'a rétrocédé à Sibille 
Feliu, sa fille ; — les biens provenant de frère Guillaume 
Limosi, religieux de Cuxa, originaire de Bellver ; — les 
legs pieux de Guillaume Pages, marchand, Sibille Roca, 
Jean Verdaguer et Sibille Bonach, de Puigcerda ; — les 
biens achetés par Nicolas Pinyana, recteur de l'église 
d*Alp; — les dîmes de Bar et de Toloriu, possédées par le 
recteur de l'église de Villech ; — diverses maisons situées 
à Puigcerda et le manse ou alberch de Raymond de Ger, à 



96 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



Seneja, acquis par Bernard Pradell, prêtre, recteur de 
Téglise d*Ëller, qui les a rétrocédés à Ersinde Roca, sa 
fille. 

B. 160. (Registre.) — In-folio, 68 feuillets, papier (latin). 

tS99-tS9«. — Notule de Raymond Pastor, de Ville- 
franche, notaire royal. — Concessions faites par Pierre 
Vidal, procureur royal et des fiefs en Roussillon et Cer- 
dagne : portant, pour les habitants de Ria, faculté de faire 
pacager dans la devise d*autzines (chênes verts) et autres 
arbres dite la Costa^ avec défense d*y couper du bois ; — 
pour les communautés de Caldègues et d'Onzès, d*Àlp, 
d'Hix, de Ro, de Sallagosa, d'Alf, de Prats et Samsor, de 
Saga, de la Vallée de Querol, et d'EstoU, faculté d'ar- 
roser leurs propriétés avec les eaux de leur territoire; 
— pour quelques habitants de Palau, de Santa-Eulalia et 
de Vilalobent, faculté d*arroser diverses possessions ; — 
pour Guillaume Has, de Vilanova (des Escaldes), faculté 
de changer de place la prise d'eau de son moulin à 
farine sur la rivière d'Angostrîna ; — faculté de mettre 
eu défens deux devèses sises à Sallagosa ; — pour Pierre 
Baro, peintre de Perpignan, faculté d'arroser une pro- 
priété sise à Malloles , avec Teau du ruisseau de 
Thuir. — Baux emphythéotiques : des moulins dits de 
Sent Miquel situés dans le fossé de Perpignan, hors la 
porte de Canet ; — de la saionia (l'office d'huissier) d'Ar- 
gelës, et de diverses propriétés sises dans la même ville. — 
Lods seigneuriaux de maisons sises à Perpignan, et réduc- 
tion de censives de propriétés sises à Toluges. — Paye- 
ments faits par la procuration royale : pour un pennon 
qui servira pour les foires de Perpignan ; — pour les sa- 
laires de Bernard de Vilacorba, chevalier, châtelain d'Opol, 
et de Michel Dez Guell, châtelain de Bellegarde ; — pour 
les servants, portier et autres employés du château royal 
de Perpignan ; — pour Jean Preborde, qui garde et fait 
pattre les cerfs et paons, le menuisier qui entretient Tale- 
rotge (horloge), et pour diverses réparations et fournitures 
dudit château ; toile de Constance pour les fenêtres de la 
cour ou palais dels timbres; étoffe cirée (drap encerat) pour 
les fenêtres des chambres du Roi et de la Reine, etc. — 
Payements : de deux charges de vin muscat pour le roi 
d'Aragon, à 8 florins la charge ; — de ciseaux pour tailler 
des croats (pièces de monnaie) ; — de trois douzaines de 
peignes en buis, pour le Roi ; — du rostoll ou paille, pour 
faire les farahons (signaux par le feu) au château de Per- 
pignan, etc. — Quittances de divers revenus des domaines 
royaux. — Charte du roi Jean I*' concédant la châtellenie 
et le bailliage de Puig Balados, avec la sous-viguerie du 
Gapcir, à Pierre Oltzina de. Berga. — Frais de courriers. 



entre autres, pour G. Ciffre, de Perpignan, qui est allé de 
cette ville à Torroella de Montgri où le roi Jean était alors 
(14 mai 1396), avec une lettre du gouverneur du Rous- 
sillon pour annoncer que les compagnies qui devaient 
envahir ce pays se rassemblaient du côté d'Avignon. — 
Lettre de la reine Marie, épouse et lieutenante du roi 
Martin d'Aragon, adressée à Jaspert de Tregura, chevalier, 
châtelain du château royal de Perpignan, lui ordonnant, 
par suite de la nouvelle d'une prochaine invasion que veut 
faire le comte, de Foix, d'ajouter quatorze servants aux 
six qui composaient jusque-là la garnison de ce château 
où Ton fera aussi ramener immédiatement Vartilleria dels 
ginys, que le roi Jean I" en avait tirée pour le siège de 
Torroella de Montgri. 

B. 161. (Registre.) - In-foUo, 126 feuillets, papier (latin). 

t898-t81M, — Notule de Gabriel Resplant, notaire 
à Perpignan. — Sentence arbitrale relative à la succession 
de Jeanne, épouse de Bérenger d'Oms, chevalier, sei- 
gneur d'Oms ; — acte de procuration de frère Barthélemi, 
évêque d'Elue, en faveur de Pierre Garrejat, prêtre de 
Saint-Jean de Perpignan ; — concessions en emphytéose 
de terres situées à Bages, faites par le chanoine Bernard 
Andreu-Oltzina, prévôt de Bages. — Pierre Donat, procu- 
reur de la reine Yolande d'Aragon, dame de Vilamolaca, 
accorde aux habitants dudit lieu le droit de tenir leurs 
propriétés en devèse ou défens pour la dépaissance des 
troupeaux. — Serment de paix et trêves entre deux cor- 
donniers de Perpignan et trois autres habitants de la même 
ville. — Payement d'une rente faite par le consul du Vilar 
à François Roure, prévôt de Sainte-Marie du Vilar. — 
Autorisation donnée par le procureur de la reine Yolande, 
à Guillaume Fabre,de Tresserra, de prendre toute l'eau de 
pluie qui tombera dans ce village, pour Tarrosage d'un 
jardin. —Pierre Taqui, marchand de Perpignan, procureur 
de frère Hugues de Faye, camérier de la Grasse et sei- 
gneur de Prades, présente Arnald Garriga, bourgeois de 
Perpignan, qu'il a créé capitaine du château de Prades, à 
Bernard de So, vicomte d'Évol et capitaine général de Con- 
fient et de Cerdagne, pour la confirmation de cet office. — 
Amortissements des rentes des bénéfices ecclésiastiques 
fondés : dans l'église du monastère d'Arles, par Raymond 
Portai; — à Saint-Mathieu de Perpignan par dames 
Sclarmunda, épouse de Guillaume Roig, et Ermenjarde, 
épouse de donzell Arnald de Perapertusa, filles de Pierre 
Plasença ; — à Sainte-Marie des Fonts, par Jaubert des 
Fonts, donzell, seigneur dudit lieu ; — à Sainte-Marie du 
couvent de Belloch (à Peralada), par dame Fina Trauer, 
religieuse dudit monastère. — Lettres patentes du roi 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



97 



Jean I'' d*Aragon, au sujet de l'assassinat commis dans la 
ville de Collioure sur la personne de Laurent Amoros, don- 
zell de cette ville, par noble François de Caramany, assisté 
de ses valedorSy parmi lesquels figurent divers habitants de 
la même ville. Le Roi reconnaît que ces derniers, en don- 
nant aide et protection audit F. de Caramany, qui était en 
guerre déclarée avec ledit Amoros, n*ont fait qu'user de 
leurs droits et privilèges, conformément aux usages de 
Barcelonne et aux constitutions générales de Catalogne ; 
est donc défendu de les poursuivre ou inquiéter pour ce 
motif, et toutes procédures faites contre eux sont décla- 
rées nulles et illégales. — Acte de procuration fait par 
sœur Sancia Dez Bach, prieure du couvent de Saint-Sau- 
veur de Perpignan, pour retirer un legs à elle fait par 
dame Guillema, épouse de noble Adhemar de Hosset. — 
Payements divers fait par le procureur royal : pour le sa- 
laire des ch&telains d'Opol et de Força Real ; — pour un 
siège {seciale) en bois construit au château de Perpignan, 
dans la salle appelée lo Palan blanche etc. — Bail à ferme 
des revenus des bans du territoire de Yernet ; — nomina- 
tion de Pierre de Rocafort, donzell, en qualité de châte- 
lain du château de Cortsavi, dont la seigneurie appartient 
k la reine Yolande ; — protestation d'un habitant de Per- 
pignan contre une saisie judiciaire opérée par le bailli de 
cette ville, qui a fait enlever par son chef de guet un char- 
donneret avec sa cage, una cardina ab sa gabia\ d'après 
le réclamant, cet oiseau ne pouvait être compris dans la 
saisie; — inventaire et vente aux enchères des biens meu- 
bles laissés à Perpi/2[nan par feu Gilabert de Cruilles, gou- 
verneur de Roussillon et de Cerdagne. — Bail à ferme du 
droit de barre perçu par le Roi au Pertus, en faveur de 
Michel dez Guell, châtelain de Bellegarde. — Concession 
emphytéotique du ruisseau royal de Thuir, depuis sa prise 
d'eau au territoire de Vinça jusqu'aux moulins dits de 
l'Hôpital, près de Perpignan, faite par le procureur royal en 
faveur de Jacques Tomer, réguler majeur dudit ruisseau, sa 
vie durant, â la charge de payer â ses frais le salaire des 
régulera ou gardes de Vinça, Rodés, Boule et Corbera, et 
de réserver au domaine le produit des taxes d'arrosage. — 
Procès-verbal d'une notification faite par François Roure, 
prévôt du Vilar, à Pierre Calmels, chanoine de Saint-Ruf, 
procureur de Guillaume, cardinal de Sainte-Cécile, pourvu 
de la même prévôté. 

B. 162. (Registre.) — In-folio, 122 feuillets, papier (catalan). 



^-t899. — Libre dels Castells Reyals, — Lettre 
du roi Pierre III d'Aragon, ordonnant à son procureur Er- 
mengaud Mai*ti de faire l'inspection des châteaux, places 
fortes et tours du Roussillon et de la Cerdagne, et de dresser 

Pyrénées-Orientales. — Série B. 



pour chacun d'eux un état de l'armement et des approvi- 
sionnements existants, ainsi que de ceux qui seraient né- 
cessaires, et des travaux ou réparations indispensables. — 
Les états ou inventaires, dressés en 1369, concernent : les 
châteaux de Salses, Tautahull, Força Real et Bellegarde, 
les tours del Far (à Tautahull), de Hontalé (près de Cos), 
de la Guardia et du Gasteyllar (à Prats-de-Mollo), le châ- 
teau et la ville de Prats, en Roussillon ; — les châteaux de 
Rodés et de Conat, en Confient ; de Formiguera et de Pug- 
Baledors, en Capcir ; — ceux de Bellver, Arestot, Scnt- 
Harti dels Casteylls, Querol, Llo, Llivia et Vall-Johan, 
la tour Cerdana, celle d'Adaç et la ville de Prats, en Cei^ 
dagnc ; — les châteaux de Ribes et de Segura, la tour de 
Campelles et la força de Pardines, dans la vallée de Ribes. 

— États des armes, munitions et vivres du château royal 
de Perpignan, depuis 1373 ; — mémoire des armes et mu- 
nitions existantes ou nécessaires et des réparations à faire 
dans les châteaux de Llivia, Arestot, Bar, Sent-Marti dez 
Castells, Adaç, Torra Cerdana, Querol et Segura fvers 1390). 

— Inventaires des armes et munitions de la Torra Cerdana, 
châteaux de Querol, Llivia et Bellver, en 1399; — inven- 
taire des capbrettë ou papiers terriers remis par le procu- 
reur royal à son lieutenant en Cerdagne. — Les états 
de 1369 mentionnent des gabies de fer farahons (cages, 
pour faire des signaux par le feu) à Opol, â Força-Real et 
à Perpignan ; — en 1376 seulement, il est question de 
canons et ballestes de tro (arbalètes de tonnerre); —dans les 
derniers inventaires, on trouve des bombardes et des sachs 
de polveres per les bombardes. 

B. 163. (Registre.) — In-folio, 96 feuillets, papier (latin et catalan) 

t9tO-t404« — Pracuracio realy registre XXL — 
Charte de Pierre P% roi d'Aragon, portant confirmation des 
privilèges et possessions de l'hôpital Saint-Jean, de Perpi- 
gnan. — Délimitation de trois devèses de la communauté 
de Py, faite par Jean Ribera, chevalier, viguier de Confient. 

— Concession de la carceraria de Perpignan, faite par le 
roi Pierre III à Pierre Carreres, subadzemilarius (sous-chef 
des convois) de la Reine. — Lettres, chartes et ordonnances 
du roi Jean I^' concernant : la rente de 4,000 sous perçue 
par l'hôpital Saint-Jeai^ de Jérusalem sur les revenus 
royaux de Roussillon et de Cerdagne ; — la concession de 
la scribanie de la cour des appels séant à Perpignan, en 
faveur de François Massana ; — la survivance de l'office de 
menuisier du château royal de cette ville, accordée à Perieo 
Carreres; — la concession de l'office de reguier et obrer 
majeur du ruisseau de Thuir, à Jacques Tomer, sa vie du- 
rant ; — l'assignation de rentes sur les revenus des lieux 
d'Argelès, Tresserra et le Camp, faite aux religieuses du 

13 



9» 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



GOUTent desi Repenties de Perpignan ; — la faculté donnée 
à Bernard de Vilacorba de léguer la châteilenie d*Opol à 
son fils ou à son héritier immédiat ; — l'extension de la 
même factrlté, faite au même châtelain, en faveur de ses 
trois héritiers immédiats ; — la cession de censives perçues 
sur des maisons sises à Perpignan, faite à Pierre Oltzina de 
Berga, promoteur de la cour du Roi ; — Tordre donné au 
régisseur des revenus royaux perçus à Géret de rendre ses 
comptes à François Çu Garriga, chevalier, qui tient actuel- 
lement ledit lieu au nom du Roi ; — l'affranchissement de 
payer aucunes dettes pendant quatre ans^ accordé à tous 
ceux qui viendront s'établir dans la ville du Volo, ruinée 
par les gens de guerre, et dont les habitants ne sont plus 
assez nombreux pour défendre cette place absolument né- 
cessaire à la sûreté du pays ; — l'attribution de 8S livres 
de rentes à prendre sur les revenus de Llivia et d'autres 
lieux, en faveur de Marc Pujol, camérier du Roi, ladite 
somme lui ayant été donnée à l'occasion de son mariage 
avec Sibille Navarre, demoiselle de la Reine \ — l'obliga- 
tion des revenus royaux de Salses, Pontella, Gorbera, Gi- 
rach et autres lieux, consentie en faveur des communautés 
de Comella et Villefrancbe-de-Conflent, Serdinya, Gonat, 
Sahorra, Fnlhà, Rodes, Formigaera,Puig-Balados, Argelës, 
Salses, TautahuU, Opol et Maurellas, dont les habitants 
avaient prêté 14,760 sous barcelonais au feu roi Pierre III, 
pour racheter la secca (monnaie) d'qr établie alors dans 
la ville de Perpignan et engagée à diverses personnes par 
la Généralité de Gatalogne ; — la nomination de frère Pierre 
Riba aux fonctions d'inquisiteur du royaume de Majorque, 
faite par frère Nicolas de Yalladolit, maître de l'ordre des 
Frères Prêcheurs ; — l'ordre donné au régisseur de l'hôpi- 
tal des pauvres de Perpignan, possesseur du château de 
Gornella, qui, d*après un acte ancien trouvé aux archives 
de la procuration, devrait être tenu en fief pour le Roi , — 
Tautorisation accordée à Bonjuha Gracia, juif de Perpi- 
gnan, de faire moudre son blé où il voudra, lorsque les 
moulins du Roi, établis dans le fossé de la ville, ne pourront 
pas travailler par le manque d'eau ; — le serment prêté 
par quatre notaires de la même ville de représenter tous 
actes d'obligations et autres contrats par eux reçus, sur la 
simple réquisition du percepteur de Vajuda (aide) des 
effets mobiliers, habits, marchandises, prêts et engage- 
ments des juifs ou juives de Perpignan et des comtés de 
Roussillon et de Gerdagne ; — les commissions : d'écri- 
vain de la procuration royale, donnée à Gabriel Resplant, 
notaire de Perpignan ; de lieutenant du procureur royal en 
Gerdagne, à Bernard Montaner ; des fonctions de « fabrc de 
c la ferrerie et de toute l'artillerie royale » du château de 
Perpignan, à Pierre Johan ; — le salaire de Pierre Garreies, 
maestre de la alarotja et menuisier dudit château ; — Tau- 



torisatiou donnée à François Pascal, châtelain de la Tour- 
del-Far de TautahuU, de pouvoir librement ramasser du 
bois et de \bl cloua (tan), en quelque lieu que ce soit dans 
les deux comtés, afin de pouvoir convenablement vivre, 
lui et sa compagnie, vu l'insnffisance de son salaire de 
châtelain ; — l'union dû bailliage d'Opol à la châteilenie 
dudit château. — Ordre du gouverneur aux consuls de 
Thuir de nettoyer et tenir en bon état le ruisseau dit de 
Thuir, et d'en rétablir les barrages, comme ils y sont obli- 
gés à cause des moulins de leur ville, de telle sorte que 
ledit ruisseau ait les dimensions voulues pour recevoir 
l'eau nécessaire aux moulins et à la nora du château de 
Perpignan. — Lettres de Pierre Vidal, procureur royal : 
au châtelain de Bellegarde, lui enjoignant de bien garder 
son château et de prendre les mesures nécessaires, à cause 
de la prochaine invasion des hommes d*armes du comté de 
Foix; — au viguier de Gerdagne, pour qu'il ait à maintenir 
aux habitants de Belvir les droits d'arrosage et autres de 
leur territoire donné jadis k l'abbaye de Guxa par le eomte 
Seniofred; — à François Palao-l, otr^' du château royal 
de Perpignan, pour l'exécutian immédiate des ordres don- 
nés par feu le roi Jean P', au sujet de la réparation de la 
toiture de la sala de Mallorqudj du passage sur la porte de 
la chapelle et d'autres parties dudit château. — Lettres de 
Marie, reine d'Aragon, « Lochtenent gênerai » du roi Mar- 
tin, son époux, encore retenu en Sicile, nommant le vi- 
comte d'Evol capitaine général en Gerdagne et Gonflent, et 
ordonnant de réparer et d'approvisionner les châteaux 
royaux; comme la caisse de la procuration royale est 
épuisée, par suite des largesses et dons gracieux faits par 
le dernier roi, on saisira tous les revenus qui ont été ainsi 
gracieusement donnés, et on les consacrera provisoirement 
à cette dépense ; — ordres donnés, en conséquence de cette 
lettre, à Raymond de Ger, châtelain de Força-Real ; — no- 
mination d'André Steve, tailleur de Perpignan, aux fonc- 
tions de fardhœwr du château de cette ville ; il prête ser^ 
ment entre les mains du châtelain Jaspert de Tregura. — 
Gession de rentes sur les revenus de Perpignan faite par 
Ferrer de Gualbes et ses frères à Agnès, épouse de Pierre 
Dusay, de Barcelone ; — saisie du salaire de Pons dez 
Gatllar, châtelain de Llivia, à la requête de la veuve de 
Romeu Ces Planes, citoyen de Majorque, son créancier. — 
Gomptes delà châteilenie et du bailliage de Qoerol, rendus 
par P. de Bergues, ex-châtelain, remplacé par Louis Fol- 
quet. — Prestation de serment par les quatre secrétaires 
annuels de Taljama des juifs de Perpignan, élus par le 
gouverneur. — Griées pour le nettoiement et l'entretien du 
ruisseau royalde Thuir; — nominations de reguiers du ruis- 
seau comtal de Perpignan. — Lettres patentes de Martin, 
roj d'Aragon, portant nomination : à l'office de châtelain du 



SÉRIE B. ^ PROCURATION ROYALE DES 

lîhâteau royal de Perpignan, vacant par décès de Jaspert de 
Tregura, en favear de François Ça Garriga, chevalier, con- 
seiller et camerleng de Martin, roi de Sicile, fils atné du Roi ; 
— à l'office de châtelain de Bollegarde, vacant par décès 
de Bernard Ça Pera; — aux fonctions de procureur royal 
«t des fiefs en RoussiUon et Cerdagne, en faveur d'Arnald 
Porta, en remplacement de Pierre Vidai suspendu le même 
jour suis demeritis. 

B. i6é. (Registre.) — la-folio, 38 feuiUets, papier (latin). 



ktSSY. — Liber amortitzacionum. — Lettre du 
roi Jean I**" d'Aragon donnant plein pouvoir au procureur 
royal de Roussillon et de Cerdagne d'amortir à perpétuité 
toutes rentes et propriétés, avec l'assistance du gouverneur 
et de son assesseur. — Actes d'amortissement consentis 
par Pierre Vidal, procureur royal, et par Bertrand Jtfon- 
taner, son lieutenant en Cerdagne, concernant : une rente 
sur une maison de Puigcerda, en faveur de Guillaume 
Bexech, prêtre; — les revenus du bénéfice fondé par 
Guillaume et Raymond Graus dans la chapelle Saint-Jacques 
de l'église d'Aja ; "— le bénéfice fondé par 'Sclarmunda, 
veuve de Bernard Companys, dans l'église des Frères Prê- 
cheurs de Puigcerda ; — les legs de Pierre Basset, de la 
même ville, pour le mariage des filles pauvres ; — les ren- 
tes d'un anniversaire fondé par Guillaume RosselJ, dans 
l'église de Sainte-Marie de Belloch, située dans la paroisse 
de Dorres; — diverses rentes ou propriétés acquises : par 
R. Bonadona, curé de Talltorta; — par l'église de Bolvir; 

— par Raymond Bonet, prêtre, d'Enveitg ; — par le curé 
de Téglise de Caborriu-de-Thello ; —parle curé de Llivia ; 

— par Vilar Vilar, prêtre, d'Osseja; —par Pierre Çabater, 
curé de Caldègues; — par Pierre-Guillavme Querot, cuté 
d'Odello; — une rente de 20 sous, pour l'anniversaire 
fondé dans l'église de Sainte-Léocadie par Pierre Anglada, 
prêtre, de Puigcerda ; — la succession de frère Guillaume 
Limos, de Bellver, religieux de Saint-Michel de Cuxa ; — 
les revenus possédés à Bar et à Tholorîu, en Barida, par 
Roger de Besora, chevalier, qui les a assignés au bénéfice 
par lui fondé dans la cathédrale d'Urgell ; — divers legs 
pieux faits par Pons Estève, curé de Sancta-Eulalia, par 
Blanche Clément et autres, à l'église de Sainte-Marie de 
Puigcerda. — Saisie des revenus possédés'en Cerdagne par 
le comte de Foix, ci-devant vicomte de Castellbo,c ennemi 
« public du roi d'Aragon » . — Quittances du salaire reçu 
par Pons Dec Catllar, donzell, châtelain du château de 
Llivia, à raison de 100 livres par an. 

B. 165. (Registre.) — In-folio, 50 feoillels, papier (latin). 

.IS99. — Manuel de Gabriel Resplant, notaire à Per- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 99 

pignan. — Actes de procuration consntis pour divers 
motifs : par le couvent de Sainte-Claire, de Perpignan ; — 
par les consuls de Montesquiu et de Terrats ; — par Dal- 
mau de? :Fonts, donzell ; — par Antoine de La Pausa, don- 
zell, procureur de f^ère Hugues de La Fâye, camérier ^e 
la Grasse , pour la nomination de capitaines dans les liepL 
et eh&teaux de Prades, Rivesaltes etEstagell ; — par Bé- 
renger de Perapertusa, chevalier, nommant Aldonsa, son 
épouse, pour administrer en son nom les ^çeig^euries de 
.Saint-Jean-Pla-de-Corts et d'Ortafa. — Baux à ferme de 
divers revenus du Roi, entre autres dee deux' parts iefi 
dtmes de Vemet ; — des revenus du prieuré de Serrahona, 
dans les lieux de Rigarda, Vinça, Sahorla, Joch et Gjloida^ 
nés. — Payement d'une dette de 12 florins, pàv frère Gu^- 
laume Gilmon, commandeur du couvent de Saînt-Martiii 
de Perpignan. — Quittances : du salaire de Bernard de 
Yilacorba, donzell, châtelain d'Opol ; — du menuisier charge 
de Vahroge (horloge) du château royal de Perpignan, .et .de 
divers autres officiers ou employés du Roi. — Eogagemont 
pris par un drapier de Perpignan de ne plus jouer de toute 
sa vie à aucun jeu de dés ni de mesallola; — idonution 
d*ttne maison sise dans la même viUe, en faveur d'Bhmoré 
Âlanya, curé de Saint^Nazaire de Solsa ; — lods de vente 
d'une maison dans la même ville, fait pour frère François 
Xaimar, commandeur de Bajoles, de l'ordre de SaintrJean 
de Jérusalem. — Testament de Marguerite, épouse de Guil- 
laume Galvet, bourgeois de Perpignan. — Reooni^^ssance 
.d'une vigne sise à Finestret et tenue en .fief pour leRoi,par 
Bernard Capdevila. — Concessions d'arrosage, de l'eau du 
ruisseau de Thnir, pour diverses propriétés sises à Perpi- 
gnan, faites par le procureur royal. — Baux emphytéoti^ 
ques faits au nom du Roi : d'un terrain à la sortie d'Argelès, 
entre les portes d'EIne etdu Bailli ; — de l'eau de la Vassa, 
pour l'établissement d'un torn(ill à aiguiser ou remouler, 
entre la porte du Poids {del Pes) et le Portalet de la Trilla, 
à Perpignan ; — d'un terrain sis au territoire de Malloles 
au lieu dit P.ug^ohatiy ubi antiquitus solebant esse furxe 
régie; ledit terrain contient neuf cannes carrées de Mont- 
pellier et on y trouve encore des fondements de «murs des- 
tinés à la construction d'une chapelle ; le concessionnaire 
.pourra utiliser tous les matériaux, à l'exception des murs 
de ladite chapelle et de ceux qui s'y trouvaient bien avant 
propler fur chas. 

B. 166. (Registre.) — In-folio, 48 fenilleU, papier (latin). 

t899. — Commission de subdélégués de Pierre Vidal, 
procureur royal, pour Jacques Fabre, drapier, et Pierre 
Servia, marchand, de Perpignan. — Assignations judiciai- 
res, données : à'Georges de Sant-Agosti, donzell, seigneur 



lOO 

de Vilaclara, par son ancien vassal Guillaume Col! ; — à 
Guillaume Cornes, bourgeois de Perpignan, bailli et châte- 
lain de Collioure, pour qu*il ait à rendre ses comptes à la 
reine Yolande possédant la seigneurie de cette ville ; il de- 
mande un délai, car il est trop occupé en ce moment 
(24 mars) par la grande affilnence de grands personnages et 
d^antres gens venus à Collioure pour y attendre le roi Mai*^ 
tin d'Aragon qui doit arriver de Sicile. — Baux à ferme de 
divers revenus royaux ; — concession d'arrosage de l'eau 
du ruisseau de Thuir, pour une propriété sise à Perpignan, 
lieu dit Stany iVEn Vaçaquer ; — amortissement des reve- 
nus du bénéfice fondé dans l'église de Salses par Boneta 
Garcia; — protestation contre Barthélemi, évêque d'Elne, 
qui n'a pas voulu admettre en justice, dans un procès entre 
son écuyer et Tabbé de la Real, le procureur élu par ce 
dernier ; ce n'était qu'un simple bachelier en droit ; — 
payement de 4 livres 8 sous fait à un sei*vant du château 
royal de Perpignan, pour la garde et nourriture des cerfs 
et des paons dudit château, pendant un mois. — Actes de 
procuration consentis : par Bernard De$ Puig, chevalier, 
de Perpignan, pour la vente du blé qu'il a transporté par 
mer à Valence ; — par dix marchands, de Perpignan, pour 
prendre et louer à leur compte des navires de Barcelone 
ou d'autres lieux, pour expédier de huit cents à mille pièces 
de drap en Sicile. — Réclamation adressée à Dalmau de 
Canet, viguier de Roussillon, par le procureur de Bérenger 
d'Oms, donzell, qui demande 800 florins d'or, prix d'un 
cheval à lui appartenant et mis hors de service par le fait 
de Guillaume Fabre, bourgeois de Perpignan, dans un 
tournoi où il joutait contre le donzell François d'Oms : le 
tournoi avait eu lieu en la lissa del castell de Perpenya e 
enlo loch acmtumat dejunyer. — Permis accordé par le 
roi Martin à Tavian Jehan, familier et domestique du roi de 
France, pour exporter sept chevaux ou poulains des pays 
et états d'Aragon. 

B. 167. (Registre.) — In-folio, 44 feuillets, papier (latin). 

t898-t899« — Notule de Gabriel Respiant, notaire h 
Perpignan. — Constitution d'une rente de 3,500 sous sur 
les revenus royaux en faveur de Jacques Fabre, drapier, 
de Perpignan, jusqu'à complet remboursement des sommes 
qu'il a avancées pour l'entretien et c la provision » du roi 
Jean d'Aragon, pendant son séjour à Perpignan. — Sen- 
tence rendue par le juge de la cour de Tresserra, au nom 
de la reine Yolande, dame de ce lieu, dans un procès relatif 
à des contestations de juridiction entre la communauté de 
Terrats et le commandeur du Mas Deu. — Quittances : 
de la ferme des revenus et droits seigneuriaux possédés à 
Coma et à StaniUs par François de Trégura, donzell, sei- 



ARCHIVES DES PYRENÉES-pRlENTALES. 



I 



gneur de Paracols ; — du salaire de divers officiers royaux, 
entre autres, Raymond de Ger, châtelain de Força-Rcal, et 
Raymond de Masmija, chargé du faron du ch&teau royal 
de Perpignan. — Donation d'un moulin sis dans le fossé 
de la ville de Perpignan sous la nora du château royal» 
faite par Jean Auda, mounier, à Jean Cunill ; — amortisse- 
ment des revenus et rentes du bénéfice fondé dans l'église 
de Saint-Cyprien par Françoise, épouse de Bernard Cas- 
tello, dudit lien. — Commission de receveur général des 
fonds qui proviendront des demandes faites à tous les 
sujets du roi d'Aragon, à l'occasion de la fête du couron- 
nement de Sa Majesté, en faveur de Pierre Pallarès, citoyen 
de Barcelone; — subdélégation de Pierre Genis, marchand 
de Perpignan, pour recouvrer lesdites sommes dans les 
comtés de Roussillon et de Cerdagne; — quittances déli- 
vrées par ce dernier, à l'occasion du couronnement du roi 
Martin d'Aragon, concernant ; la communauté de la Tour- 
sous-Elne taxée à 18 florins d'or d'Aragon, dont 17 seule- 
ment ont été payés, la communauté ayant été exemptée de 
payer le reste a parce que le nommé Domenech, dudit lieu» 
a n'a pas voulu contribuer en sa qualité d'habitant de Per- 
« pignan; » — celle de Palau, taxée à 70 florins, dont 
53 florins 8 sous 3 deniers seulement ont été payés, le 
reste ayant été supprimé c à cause de 13 hommes dudit 
€ lieu habitants de Perpignan ; » — celle de Salelles, taxée 
à 12 florins, n'a payé que 6 florins 4 sous 6 deniers, le 
reste a été retenu à cause de « quelques » habitants de 
Perpignan; — celle de Targasona, taxée à 8 florins; — 
celle de Saint-Cyprien, taxée à 40 florins, a fait aussi une 
retenue pour sept de ses « hommes > qui sont « habitants de 
Perpignan; » — celle de Saint-Jean-la-Cella, taxée à 
14 florins ; — celle de Saint-Genis de Fontaynes, taxée à 
14 florins, a reteïiu 14 sous pour un homme dudit lieu ha- 
bitant de Perpignan, qm.liçet perconsules talliatus, tamen 
ad solvendum in dicta coronacione contribuere minime 
voluit* 

B. 168. (Registre.) — In-folio, 30 feuiUets, papier (latin). 

tS99. — Mantiel de Gabriel Respiant, notaire à Per- 
pignan. — Actes du procureur royal : cédant à Pierre Bé- 
renger, juge du domaine, comme payement de son salaire» 
les droits de foriscapi dus par Bérenger de Codalet, bour- 
geois de Perpignan, pour le rachat d'une rente faite à Gal- 
cerand d'Urg, donzell ; — autorisant l'arrosage d'une terre 
sise à Corbera, avec l'eau du ruisseau de Thuir; — amor- 
tissant une rente achetée par la fabrique de Téglise de 
Montner. — Reconnaissance de diverses propriétés tenues 
en fief pour le Roi, à Salses. — Rôle des sommes imposées 
aux habitants de Saint-Cyprien et de Salelles, pour le cou- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

ronnemeut du roi Hartia d'Aragon ; — dépôt fait par les 
cousais de la cité d*Elne, chez un banquier de Perpignan, 
de 300 florins qu'ils ont promis de payer pour ledit cou- 
ronnement; ils déclarent, d'ailleurs, que ce dépôt n'tst 
que provisoire et qu*ils retireraient la somme dans le cas 
où les autres cités de la principauté de Catalogne ne paye- 
raient pas cette imposition; — quittances de 6 florins 
payés par la communauté d'Eguet, et de 6 autres florins 
payés par celle d'Odello (en Gerdagne), pour les frais dudit 
couronnement. 

B. 169. (Registre.) — lo- folio, 73 foaiilets, papier (catalan). 

XI V« siècle. — Fragment d'enquête testimoniale faite 
à Perpignan, après la mort du roi Jean I*' d'Aragon (1396), 
sur les abus de pouvoir, extorsions et actes frauduleux de 
divers procureurs et autres officiers royaux, et notamment 
de Jean Garrius, régent de la trésorerie royale; — empri- 
sonnements et vexations de consuls et autres habitants 
d'Argelès, Arles, Pezilla, Baho, Prades, Font-Pedrosa et 
autres lieux, pour les forcer à verser diverses sommes 
c pour entretenir le Roi qui n'avait pas de quoi vivre ; » 

— arrestation des principaux juifs de l'aljama de Perpi- 
gnan, enfermés dans une sitja (basse-fosse), pour en obte- 
nir 200 florins, etc. 

B. 170. (Regis:re.) — In-folio, 62 feuillets, papier (catalan et latin). 

1S9S» — Procès d'Argelès, — Dépositions testimo- 
niales, requêtes et procès-verbaux, concernant : la mission 
de Pierre Bérenguer, assesseur du gouverneur, envoyé à 
Argelès pour calmer le différend élevé entre le donzell 
Pierre Amoros, capitaine de cette ville, et le bailli Pierre 
Trilles, au sujet de l'élection des consuls ; — la rixe sur- 
venue entre ces deux officiers pendant les danses qui 
avaient lieu sur la place publique, dans la nuit du premier 
jour de carême ; — Témeute qui vint ensuite, à l'occasion 
des mesures prises par le capitaine pour mettre la ville en 
ét;it de défense contre les compagnies dont on annonçait 
Tinvasion en Roussiilon ; — l'attaque à main armée opérée 
par les partisans du bailli contre les partisans du capi- 
taine, car la population s'était partagée en deux camps ; 

— la mise en accusation des consuls et de toute la popu- 
lation, pour avoir permis aux bannis de rentrer en ville. 

— Assemblée générale de la communauté dans laquelle les 
deux partis se pardonnent tous les crimes ou délits anté- 
rieurs et se jurent paix et amitié à perpétuité ; — pardon 
générai accordé par Raymond de Ça Garriga, gouverneur 
de Roussiilon et Cerdagne> à tous les habitants d'Argelës, 
moyennant une somme de 100 florins payés par les par- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE GERDAGNE. 



101 



I 



tisans du capitaine, et de 30 florins payés par ceux du 
bailli. 

B. 171. (Registre.) — In-folio, 38 feuillets, papier (latin). 

1894-1 SMI. — No:ule de Gabriel Resplant. — Let- 
tres apostoliques du pape Benoît XIII nommant François 
Clément, chanoine de Barcelone, administrateur général 
des dignités et bénéfices ecclésiastiques possédés par Sa 
Sainteté, alors qu'elle portait le titre de Pierre, cardinal de 
Sainte-Marie in Cosmedin ; — le chargeant de recueillir 
toutes les sommes appartenant à la Chambre apostolique. 

— François Clément se donne pour substitut Pierre de Ça 
Garriga, archidiacre de Venasque. — Engagements reçus 
et payements faits à GoUioure, du 9 décembre 1398 au 
2 janvier suivant, par Pierre de Ça Garriga, pour V armada 
commandée par Pierre de Luna et destinée à secourir le 
pape Benoît XIII assiégé dans Avignon : — parmi les enga- 
gements se trouvent ceux de Jean Marti, Antoine Serra, 
Jean Toyr et François de Pau, donzell, patrons de barque^ 
de Collioure ; de commandants de galères, de Barcelone ; 
de Jean de Finestres, donzell, François de Pau, chevalier, 
Jean de Rivesaltes, sacristain de l'église Saint-Jean de Per- 
pignan, Raymond d'Estanybos, Ferrer de Sant-Marti, 
Pierre de Lebia, Bernard de Vilacorba, Jean de Pau, Pierre 
d*Ortafa ou de Perapertusa, donzells, engagés chacun avec 
un certain nombre de leurs hommes d'armes. — Frère 
Arnald, abbé de Saint-Jean des Abadesses, s'engage à ser- 
vir dans Vaimada au secours du pape avec vingt hommes 
d*armes, autant de pillarts bien munis et huit arbalétriers, 
pendant quinze jours seulement; — embarquement de 
vivres, d'armes et de munitions; — remise d'une paire de 
balances en laiton, avec leurs poids, pour peser « lespol- 
« veres de les bombardes. » 

B. 17â. (Registre.) — Peiii in-8o, ÎVC feuillets, papier (latin). 

1 891-1 8MI. — Notule de Raymond Fen*er, notaire 
de la procuration royale. — Payements faits parle procu- 
reur royal, concernant : le salaire des châtelains d'Opol et 
de Puig-Baledos; — un courrier expédié à Saragosse pour 
annoncer au Roi que les compagnies s'en retournaient 
d'Italie et menaçaient le Roussiilon; — les réparations 
faites au château d'Opol ; — des envois de vin muscat de 
Perpignan, pour la table du Roi; — dix paires de paons 
et quatre ballots de viande salée envoyés de Perpignan à 
Barcelone, pour la fête des noces de la comtesse de Foix. 

— Ventes de terres tenues pour le Roi, à Perpignan, à 
Rodés et à Céret, dont la seigneurie, appartenant à Per- 
penya Blan, a été saisie par le domaine. — Payement des 



102 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTÀlfiS- 



droits de foriscapi (mutation) d'un terçon de dîmes de Ral- 
ieu acheté par Philippe Fabre, de Villefrauche. — Quit- 
tances : de 12 florins d'or payés au Roi par les habitants de 
Prades, pour la concession qu'ils ont oMenue de faire 
passer Teau (de leurs canaux d'arrosage) par les chemins 
royau:^ ou publics ; — de 30 florioB payés par la commu- 
nauté de Formiguères^ pour la confirmation de ses devéses 
et pâtures ; — de 400 florins payés par la cité d^Elne» pour 
une transaction au sujet de l'eau du Tech. — Payement 
4i'une rente faite au chevalier François Ça Garriga, sei- 
gneur de Corbera, par Bérenger de Perapertusa ou d'Or- 
tafa, chevalier, seigneur de Saint-Jean Pla de Corts. 

B. 173. (Cahier.) — In-folio, 48 fenmets, papier (latin et catalan), 

t9S9-tSMI« — Engagement de la fontaine de Salses^ 
pour 30,000 sous barcelonais, consenti par le roi Pierre III 
à François Roma, chevalier, pour le payement des sommes 
dues au noble Bertrand ie Clerquino {Du Guesclin); — 
extrait du testament fait à Avignon par François Roma, qui 
laisse Tusufruit de ses biens à Marguerite, son .épouse, et 
sa succession à Bernardon Roma ; — Lettres du Roi, qiOi 
légitiment ledit Bernardon, fils dudit François et de son 
aiicicnne esclave nommée Maria, mulier soluta; — racliat 
de la fontaine de Salses par le domaine. — Expédition de 
blés, <]e Collioure à Perpignan. -^ État des prêtres et seo- 
lors employés dans la chapelle du château royal d^ Per- 
pignan. — Enquêtes ordonnées par le procureur royale 
concerpant : les droits perdus sur les bestiaux dans les pa:^ 
quiers du Gonflent, du Gapcir, de Cerdagne et de Goina- 
de-Vaques, et sur les franchises dont jouissent à cet égard 
les habitants d'Àlp, Via et Bolquera ; — la leude ou droit 
de passage perçue à Puigcerda; copie du tarif dressé à ce 
sujet en 1288 ; — la leude perçue par le Roi dans la vallée 
de Querol, d*après le tarif établi de la inanera antiga; — 
les franchises accordées aux habitants de la vallée d*An- 
dorra, pour les leudes de Puigcerda et de Querol. — 
Payement de 33 florins d'or par un brassier de Perpignan 
à Guillaume Bonet, jardinier de la même ville, pour la dé- 
livrance ou l'achat de Jean Matheu, du lieu de Saverdu^, 
« prisonnier » quem vos captum tenebatis. — Testament 
de Jeanne, épouse du donzell Garcia Dayhe et veuve du 
donzell Guillaume Sagui. — Amortissement des rentes du 
bénéfice fondé par Pierre Guitard en Tautel de Saint-Luc, 
dans l'église d'Argelès. — Paix et trêves Jurées entre les 
mains du gouverneur de Rousillon et de Cerdagne par les 
habitants d'Argelès, pour terminer les rixes, bandosilés, 
inimitiés et dissensions qui existaiem entre eux. — Procu- 
ration donnée à François Capdevils^ marchand de Puig- 
cerda, par Bérenger de Perapertusa, chevalier, seigneur de 



I 



Saint-Jean-Pla-de-Gorts, d*Ortafk'et de « l'honneur de 
€ Liés, Trdvessëres et Valiella, > pour administi*er ce der- 
nier domaine et Taliéner au besoin. — Vente d'une maison 
sise à Perpignan dans la rue dite la Tent, tenue en directe 
seigneurie pour le pont de Sainte-Marie de dite ville ; cette 
vente est confirmée par Guillaume Blanca, « obrei* des 
« ceuvres communes de la ville de Perpignan et régisseur 
c du patrimoine du Pont de Sainte-Marie. » 

B. 174. (Cahier.) — In-folio, 94 feaillets, papier (latin et çatalanV 

tSV0-t400. — Lettres patentes : du roi d*Aragon 
Pierre III, ordonnant aux communautés du Roussillon de 
concourir aux dépenses faites pour le transport des blés 
d'outre-mer à Perpignan ; — nommant des commissaires 
pour la direotion et le redressement du cours des rivières 
de TAgli, de la Tet, du Tech, de Vagulla d'Avalri et autr^ 
iîours d'eau du Roussillon ; — du roi Martin d'Aragon, auto- 
risant les consuls de Perpignan à modifier le sceau de la 
communauté ^n ajoutant la figure de saint Jean aux arm^s 
royales. - Quittances de payements faits par la procura- 
tion royale : à Guillaume de So, chevalier ; à Raymojad Ça 
Garriga, gouverneur des deux comtés ; au procureur fiscal, 
pour être allé, accompagué de trois agents ou sags à che- 
val, recueillir, au nom du Roi, des débris de navires (naU" 
ffrag de fustes) naufragés sur la plage d'Argelès ; à divers 
employés. — Abandon de droits consenti par Éléonor^ de 
Perapertusa, religieuse du couvent de Saint-Sauveur de 
Perpignan, en faveur de son frère Bérenger de Perapertusa, 
seigneur d'Ortafa et de Saint-Jcan-Pla-de-Corts, — Criée3 
du bailli de Perj;)ignau, concernant la vente du poisson 
dans la grande poissonnerie de cette ville. — Bail à ferme 
4u champ dit Figueral del senyor Jley, situé à Perpignan 
près de la porte de Ba^es; le fermier devra, dans le cc^uvs 
du bail, planter trente figuiers «n droite ligne, a dreta linyçt 
.0 lâcha, et si» da»s cet intervalle, le Roi ou la reine ou leur 
.fils aîné se trouvent à Perpignan, ils feront usage, comme 
par le passé, des figues et autres fruits de cette propriété. 
— Concessions emphytéotiques faites par le procureur 
royal : d'un sotol (rez-de-chaussée) et d'une boutiqu0 
attenants à la maison de la procuration, consentie en fa- 
veur de trois notaires qui pourront y tenir des tables ou 
bureaux pour y recevoir tous actes publics, nonobstant 
le privilège royal qui prescrit à tous les notaires de Perpi- 
gnan de se lenir dans les deux « écoles de scrivania » de 
cette ville ; — d'un terrain sis à Perpignan près de la fon- 
.taine du thoro des Carmes. — Quittance de 5 livres payées 
au domaine par Terren Castello, bourgeois de Perpignan, 
fermier général des revenub du prieuré del Camp. — Etat 
des anciens actes de concession présentés à la cour du 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE RÔUSSILLON ET DE CEKDAGNE. 



103 



domaine : par Michel Vola, bourgeois de Perpignan, pour 
la jouissance des eaux qui naissent au territoire du Soler ; 
— parle propriétaire du moulin de la Roca d'Albera; — 
par la veuve d'Arnald Luquës, pour son moulin situé sur 
le ruisseau de Thuir, à Perpignan, près de la porte de 
Bages ; — par le donzell Bérenger dez Catllar, pour la 
rente qu'il reçoit sur les moulins de Salses ; — par Jean 
Marti, pour les citges (fosses à blé) qui lui ont été concé- 
dées sur la place du Blé, devant l'église de la Real et au- 
tres places ou rues de Perpignan; — par le propriétaire 
d'un moulin à foulon établi à Thuir, en vertu d'une conces- 
sion faite par dame Marguerite, veuve du banquier Bar- 
tbélemi Gari, possédant le tiers de la seigneurie de cette 
ville ; — par le donzell Pierre de Caborriu, pour les terres 
qui lui ont été acensées à. Saint-Laurent de la Salanca par 
Constance, épouse de Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille et 
de Canet. 

B. 175. (Registre.) ~ In-folio, 50 feuillets, painer (latin). 

t S9S-t 40t • — Assignation sur les revenus del Camp, 
d'Argelès et de Tresserra, d'une rente de 10 livres fondée 
par la reine Sclarmunda de Majorque^ en faveur du couvent 
de Sainte-Maleleine ou des Repenties de Perpignan. — 
Discussions entre la communauté d'Argelès et le viguier de 
Roussillon, pour l'exécution d'un privilège accordé à cette 
ville par le roi Jean I®' d'Aragon, et concernant le service 
des hosts et chevauchées et la juridiction locale. — Assem* 
blée de l'aljama des juifs de Perpignan, pour envoyer au 
roi Martin d'Aragon des députés, avec mandat de lui offrir 
en don gracieux une somme de 4,000 florins, à Tocca- 
sion de son avènement à la couronne ; — sentence rendue 
par la reine Marie, épouse du roi Martin, sur l'aliénation 
des justices du château de Tomamira et de ses dépen- 
dances, en faveur de Raymond de Peguera, chevalier. — 
Quittance d'une rente sur la communauté d'Enveitg, en 
faveur de Jaspert de Tregnra, seigneur de Paracols et châ- 
telain du château royal de Perpignan. -^ Compromis entre 
trois pécheurs de Collioure, relatif à une tenance ou bras 
de mer appelé la Calaso; — paix et trêves conclues entre 
divers habitants de Thuir et de Perpignan, à la suite d'ini- 
mitiés, attaques, blessures, etc. — Procédures dirigées par 
Jean de Hasguillem, commissaire royal, et par Jean Vaquer, 
commissaire de l'évéque d'Elne, délégués en Confient, con- 
tre des concubinaires et des usuriers : à Sahorra, Oleta, 
Comellà et Prades; à Villefranche, Sancho Dahes, du lieu 
de Xecba de los Caballeros (en Aragon), promet de ne plus 
garder chez lui une certaineTemme publique, sous peine 
de courir la ville et d'être a$sotat (fouetté), en cas de con- 
travention ; — & Vinça, poursuites contre une femme la 



quai solia estar ah lo rector de Ropidera (demeurant chez 
le curé de Ropidera) ; — à Jach, contre un usurier, etc — 
Quittances de sommes payées par la procuration royale : 
pour les coussins des cloches, Yalarogium (horloge) et le 
paradis du château royal de Perpignan ; — pour le mil, 
l'orge et Fherbe fournis aux pacms et aux cerfs qui y sont en 
tretenus ; — pour la litière de la reine de Naples, lors de 
son passage à Perpignan, etc. — Actes d'amortissement de 
rentes et de propriétés, pour : Jean Troch, recteur 
l'égHse de Bellocb en Confient; — la fabrique del'éghse 
neuve de Vinça; — l'hôpital de Rodés ; — 'aumdne com- 
mune de Mosset ; — frère Guillaume Tellet, prévôt de 
Saint-Martin de Joch; — la maison commune du consula 
de Villefranche. — Estimation du lieu et de la dîme de 
Cortas (en Cçrdagne), vendus à Bernard Soldevila par Bar- 
thélemi Roca, de Puigcerda. — Inféodation d'un manse 
tenu pour le Roi à Beders, dans le bailliage de Bellver. 

B. 176. (Registre.) » In-folio, 30 feuillets, papier (latin). 

lS99-t40té — Notule de Raymond Ferrer, notaire 
à Perpignan. — Lettres du roi Martin d'Aragon, concer- 
nant : le salaire de Dabnau de Canet, donzell, viguier de 
Roussillon ; — plusieurs hommes propres, solim et affa^ 
cats du lieu de Tatzo, qui ont abandonné les maisons et 
terres qu'ils tenaient pour Jean-Pierre de Puig, seigneur 
dndit lieu. — Actes du procureur royal, concernant : Je» 
rentes perçues sur les revenus royaux par Pons de Pecei- 
los, chevalier, Pierre Tequi, marchand, et Pierre Des 
Camps, notaire, de Perpignan; les héritiers Vilella, de 
Gerona; Pierre Bas, prieur des Carmes, de Perpignan ; les 
héritiers de Pierre de Santa-Eulalia et de Raymond de 
Planella; André de Contijoch, de^Barcelone ; Pierre Mer- 
cader, de Puigcerda ; — le salaire de Pierre Berenguer, 
juge du domaine royal ; des châtelains François Ça Garriga, 
chevalier (du château royal de Perpignan), de Jacques Ça- 
Yla (de la Tour Cerdane), de Pierre de Berga (de Puig- 
Baladors), de Raymond de Ger (de Força-Real), et de 
Michel Dez Goell (de Bellegarde) ; — l'achat de parchemins 
de chevreau pour le service du Roi, vendus par Leyon 
Cohen, juif de Perpignan, ligator librorum; — la répara- 
tion du pont de la Coma de Sent Pere^ sur le ruisseau do 
Thuir ; — les écussons royaux faits par un perperurerius 
de Perpignan, pour une saisie opérée à 0ms par le gouver- 
neur ; — la gi-ille en fer fabriquée par un faber de Col- 
lioure, pour la chapelle nouvellement construite dans 
l'église du Grand-Palais royal de Barcelone; — la cession 
à un particulier d'un ancien purts situé dans le quartier dit 
lo Mas d^En Capeller, à Perpignan, et dont les ruines ne 
servaient plus fue de refuge pour les femmes de mauvaise 



104 

vie et les gens sans aveu ; — diverses autorisations, à Per- 
pignan; pour un évier dans une maison particulière; 
pour des privades (commodités), dans une ruelle de la 
Place d'En Molar; — Tinféodation d'un terrain pour une 
boutique, sur la place de la Caulaceria major ; — lods 
de vente d'une terre sise à Salses, au lieu dit TEstrada. 

— Amortissements de rentes et de propriétés, pour les 
églises d'Estagell, de Pezilla et de Cornella-de-la-Rivière ; 

— pour le bénéfice* fondé dans la cbapelle de Sainte-Made- 
leine, à Maurellas. — Lods de vente d'une maison sise à 
Nefiacb, par Jacques de Millas, donzell, et Sibille, épouse 
de noble Guillaume deBellera, coseigneurs dudit lieu. 

B. 177. (Registre.) — In-foUo, 128 feuillets, papier (laiia et catalan). 



t09ft-t40t. — Registre II delà Procuracio Real, — 
Donation de l'église de Sainte-Marie de Cornella-de-Con- 
flent, faite par Bérenger, évéque d'Elne, à Guiffred, comte 
de Gerdagne, en échange de Téglise d'Ascbaro ; — testa- 
ment de Guillaume-Raymond, comte de Gerdagne ; — 
fondation et dotation du monastère de Sainte-Marie de Cor- 
nella-de-Conflent, de l'ordre de Saint-Augustin, par Guil- 
iaume-Jorda, comte de Gerdagne; — Raymond, par la 
grâce de Dieu, comte et marquis de Barcelone, de Besalu 
et de Gerdagne, affranchit le prieuré de Gornella de toute 
soumission envers l'abbé de Saint-Jean des Abadesses; 
— donation du droit de quart des olives et de tasque sur 
un jardin sis à Thuir, faite à Pons, prieur de Gornella, 
par le roi Ildefonse d'Aragon ; — Nunyo-Sanche, seigneur 
de Roussillon et de Gerdagne, voulant restaurer une cha- 
pelle anciennement construite dans le palais de Gornella 
par les comtes de Gerdagne et depuis longtemps abandonnée 
et dénuée de tout service divin, lui unit divers revenus 
de la villa de Gerola, de Ganavellcs et de Gornella, et donne 
le tout en franc-alleu au prieuré de Gornella; — autre 
donation de divers revenus au territoire de Gornella faite 
par le même, en faveur de ladite chapelle et du prieur 
Michel. — Privilège de Jacques I*% roi d'Aragon, qui 
exempte les juifs de Perpignan de tout péage ou leude, 
pour leurs personnes et leurs biens, dans les vigueries de 
Roussillon, Gerdagne et Gonflent. — Sentence de l'infant 
Jacques, héritier désigné de Majorque, qui attribue à Tab- 
baye de Villelongue et à sa grange du Mas-de-la-Garriga 
divers droits d'agrer, de pacage et de parcours sur une 
garrigue sise au territoire de Salses ; — ordonnance du 
roi Jacques V' de Majorque qui accorde au prieur du Mas- 
de-la-Garriga le droit de désigner un garde ou banner pour 
les propriétés que les habitants de Tura possèdent dans le 
territoire du prieuré. — Gonfirmation faite pdr Yolande, 
épouse de Tinfant Jean, fils atné du roi Pierre d'Aragon, 



ARGHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

de la vente de 40,000 sous sur les leudes et autres revenus 
de la ville de Perpignan, en faveur de noble Pons de Pe- 
rellos, comme payement de la dot de Marie d'Esteenhont, 
son épouse. — Gbartes du roi Pierre lil d'Aragon, assi- 
gnant une rente de 75o sous 2 deniers sur les revenus des 
pasquiers perçus à Vinça, à Bernard Morgollo, marchand 
de Leucate ; — assignant à Bernard Ferrer, de Gerona, 
une part des revenus perçus par le bailli de Perpignan sur 
les peines ou bans imposés à ceux qui. jouent au jeu de 
gresca ou à tout autre jeu, pour le dédommager de l'office 
de sous-viguier de Roussillon et Vallespir qu'il n*a pu 
conserver, et de celui de capitaine d' Argelès dont il n'a pas 
pu prendre possession, par suite de l'opposition et des 
tracasseries que divers individus lui ont suscitées. — 
Lettres et ordonnances du roi Jean P*" d'Aragon : concédant 
à vie la scrivania des appels de Roussillon et Gerdagne à 
François Maçana ; — enjoignant aux collecteurs de leudes 
de Salses, Gollioure, Arles, le Volo, Puijcerda, Bellver 
et Querol, d'observer les privilèges des juifs de l'aljama de 
Perpignan et de sa collecte ou contribution, en ce qui con- 
cerne la franchise des péages ; — conférant à ^ie l'office 
de régner et maître majeur du ruisseau royal de Thuir à 
Jacques Torner, de Perpignan; — établissant un droit de 
barre à percevoir par Michel dez Goell, châtelain de Belle- 
garde, pour la réparation et l'entretien de ce château fort 
qui menace ruine; — ordonnant de payer â Pierre, comte 
d'Ëmpories, les rentes qu'il reçoit sur les revenus des pas- 
quiers de Gonflent, et de maintenir ses droits sur la juri- 
diction du lieu de Vinça ; — mettant en devèse ou defens 
la garrigue et territoire que possède, près de l'Agh, frère 
Jacques Pallarès, prieur du Mas-de-la-Garriga ; — portant 
qu'aucun étranger, même avec la dignité de cardinal, ne 
puisse obtenir des bénéfices ecclésiastiques dans les Etats 
du roi d'Aragon. — Testament de François Maçana, de 
Bergaj scribe du roi d'Aragon, instituant pour héritier son 
fils François. — Lettres, provisions et ordonnances de 
Martin, roi d'V&ëfou» conférant à vie à son uxer (huissier) 
d'armes Bernard-Berenger de Perapertusa, donzell, l'of- 
fice de garde des ports et côtes maritimes des comtés de 
Roussillon et de Gerdagne, en remplacement de François 
BatUe (datée de Gatane, le 21 août 1396); — ordonnant : 
aux gardes des passages du Roussilloa de laisser passer 
librement avec escorte de dix chevaux, Bernard de Zamo- 
neres, bachelier es lois, et Jean Ferrer, écuyer, ambassa- 
deurs du marquis de Monferrat; — à Sibille, veuve de Ber- 
trand de Verniola, de reconnaître les fiefs de Vernet et de 
Galce, au nom de l'un de ses petits-fils; — nommant 
G. Arles, garde des passages à Saint-Hippolyte; Jean Gar- 
riga, garde du ruisseau de Thuir ; — confirmant à Ëléo- 
nore de Sancta-Pau une donation de 3,000 florins sur les 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



i05 



revenus royaux de Mosset, à elle faîte en aide de son ma- 
riage ; — autorisant les consuls de mer, de Perpignan, à 
acheter un local pour y construire leur loge ; — accordant 
k Bernard Ça Fera le bailliage des lieux du Pertus et de 
PanissarSy en . récompense des services qu'il a rendus au 
Roi et à son fils en Sicile; — confiant au même la garde du 
château de Bellegarde vacante par décès de Bernard Ça 
Rovira ; — * conservant son salaire pendant deux ans à Jac- 
ques Hir, recteur de la chapelle du château royal de Per- 
pignan, qui se propose d'aller visiter le Saint-Sépulcre à 
Jérusalem ; — nommant Pierre Oizina de Berga à l'office 
d'assesseur du gouverneur de Roussillon ; — ordonnant de 
détruire un sceau du juge du domaine royal fabriqué sous 
la procuration de Pierre Vidal, et de sceller les actes de 
cette cour du sceau de la procuration royale, comme on le 
faisait précédemment ; — attribuant aux portiers du châ- 
teau royal de Perpignan le salaire à eux anciennement al- 
loué pour faire des forons (signaux par le feu) chaque soir; 
— conférant une scolonia de Téglise dudit château, va- 
cante par le fait du mariage deFrànçois iwWeiOlimscolaris ; 
-^ nommant à deux offices de portiers de la porte de fer 
dudit château ; — ordonnant une enquête sur les actes de 
Pierre Vidal, ancien procureur royal. — Lettres et ordon- 
nances d'Arnaud Porta^ régent de la procuration royale de 
Roussillon et de Cerdagne, concernant : la reddition des 
comptes de la communauté de Collioure ; — l'exécution 
des règlements du ruisseau de Thuir ; — les comptes de la 
chambre apostolique dont les revenus avaient été accordés 
par le pape au roi Jean l*' pendant tout le temps que lo ex- 
cellent e glorios rey En Père, pare seu, fo indiffèrent ; —les 
dépenses faites au pont de Peracals et au château de Per- 
pignan ; — l'état de l'armement et des provisions des tours 
et châteaux royaux ; — les biens vacants d'un individu in- 
connu mort accidentellement à Collioure ; — les fiefs te- 
nus à Villefranche et à Fulhà par la veuve de Jaubert 
d'Avellanet; — à Céret, par le donzell Berenger dez Vi- 
vers ; — une mine d'argent au territoire de Sahorra, con- 
cédée à divers habitants dudit lieu ; — une part de la sei- 
gneurie de Casesnoves, tombée en main-morte par la 
fondation d'un bénéfice à Perpignan ; — les moulins de 
Nossa, de la Comella et autres situés au territoire de Vinça 
et tenus en fief pour le sacristain du prieuré de Cornella ; 
— les censives et autres revenus légués au couvent des 
Frères Prêcheurs de Collioure par Berenger Oliba, clerc de 
la maison du Roi ; — la nomination d'un bailli pour la part 
de la seigneurie de Casesnoves qui avait appartenu à feu 
Guillaume Fuster ; — les legs pieux provenant des héri- 
tiers Valls, Cordanet et Puy, de Canet ; — la fondation d'un 
bénéfice ecclésiastique par P. Vaquer, deMiilas ; — la nomi- 
nation d'un garde du ruisseau de Rivesaltes ; — la cession 






des matériaux, pierres et briques provenant de la bordure 
d'un ormeau de la place des Tisserands de Perpignan, 
pour la construction de la chapelle de Saint-Barthélemi 
dans l'église Saint Jacques de ladite ville ; — les droits à 
payer pour le minerai de fer porté du Gonflent aux forges 
de Hosset et du Volo; — la prise de possession du lieu du 
Volo dont }a seigneurie vient de rentrer au domaine du 
Roi ; — Tautorisation donnée aux habitants du quartier dit 
Mas den CapeUer^ à Perpignan, d'en clôturer et fermçr les 
avenues pendant la nuit, pour empêcher tous scandales 
de mauvaises femmes et de malfaiteurs ; — Taffectation 
aux travaux du château de Perpignan des droits provenant 
de l'aliénation du terço dit ien Totzo^ à Collioure ; — la 
réparation de la cour et dtiPgreffe royaux de Salses. -^ 
Prestation de serment par les secrétaires nouvellement 
élus de l'Âljama des juifs de Perpignan. 

B. 178. (Registre.) — In-folio, 34 feuillets, papier (latin). 

tS9t-t409. — Notule de Raymond Ferrer, notaire 
de Perpignan. — Promesse faite par le procureur royal 
au fermier des revenus royaux de Toiuges, de faire renou- 
veler avant six mois le capbreu (papier terrier) de ce lieu, 
et de lui en reiàettre une copie ; — vente d'une pièce de 
terre appelée lo fossar dels Juhetis (la fosse ou cimetière 
des juifs), à Céret. — Payements faits par la procuration 
royale : au tuteur des filles de Raymond de Perellos, pour 
la châtellenie de Rodés ; — à divers courriers expédiés au 
Roi, pour annoncer que les compagnies menaçaient d'en- 
trer en Roussillon, et que Blascho, ménétrier, était arrivé 
à Perpignan; pour la saisie des seigneuries de Céret ; pour 
l'envoi de vingt paires de paons, de soixante jambons et 
de dix tonneaux de vin pour les noces de l'infante avec le 
comte de Foix; — aux six servants du château de Perpi- 
gnan; — à un habitant de Baixas, 10 livres 15 sous 6 de- 
niers, prix de 52 charges de chaux fournies pour la répara- 
tion du château de Força Real; — aux châtelains de 
Bellegarde, de Querol , de la tour del Far de Tautahull et 
de Puigbalodors, pour leur salaire. — Emprunt fait à un 
Juif de Perpignan par Julien Garrius, trésorier du Roi : 
deux cents florins d'or, pris à un intérêt de onze florins 
pour trois mois. — Engagement pris par Jacques Ganta, 
marchand de Perpignan, de fournir au Roi une galère ar- 
mée à ses frais, si Sa Majesté passe en personne dans 
l'île de Sardaigne. — Vente d'une maison léguée à l'hôpi- 
tal de Perpignan par Pierre Jaume, donat de cet établisse- 
ment; — lods de terres tenues pour le commandeur du Mas 
Deu. — Payements : de 400 florins dus par la commu- 
nauté d'Elne pour la convention qu'elle a faite avec le pro- 
cureur royal au sujet de la prise d'eau du Tech; — de di- 
verses pensions et rentes sur les revenus royaux : à Pierre 



Ptrénées-Oriei«tales. — Série B. 



il 



106 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES, 

Oteina de Berga ; — à sœor Françoise d*Euna, prieure de 
Sainte-Madelatae de Perpignan ; aux recteur, prêtres, bé- 
néficiés et $colars de la chapelle du château royal de cette 
▼ille, etc; — amortissement d'une rente léguée à l'église 
de Pia par Agnès, yeuve du donzell Amald Dez Vivers. 
— Quittance d'une somme due par la communauté de 
Formiguères à Jean Garrius^ seigneur dudit lieu. 



B, 179. (Registre.) — In-folio, 52 feidllets, papier (latin). 



U — Notule de Pierre Omos, notaire à Per- 
pignan. — Vente de diverses propriétés sises à Vemet, à 
Malloles et à Perpignan, tenues en directe seigneurie 
pour le commandeur du mAPDcu, pour Taumône com- 
mune de Perpignan et pour le bénéfice fondé dans [l'église 
Saint-Jean de cette ville par Struga, épouse de François de 
Caldes, — Jugement sur la délimitation d'une propriété, 
rendu par les préposés de la Orta de Perpignan siégeant 
en la place du Blé au lieu où ils rendent leur justice; — 
abandon d'une pièce de terre et de droits perçus à Besalu, 
par Jean Roca, cordonnier établi à Perpignan,'en faveur de 
son frère Antoine Cassan, chambrier du monastère de Saint- 
Pierre de Besalu. — Actes de procuration : de divers habi- 
tants de Perpignan, pour des intérêts privés ; — d'Albert de 
Puigcalm ,chevalier, seigneur de Sachi-le-Grand et camerleng 
(chambellan) du roi de France, en faveur de Jean Thala- 
peny, prévôt de Brives, et de Chrétien d'Auteribe, reli- 
gieux Augustin, pour l'administration de ses biens pendant 
son absence. — Payement de 15 florins d'or dus à Jean de 
Canet, de la maison de Pierre d'Empories ; — bail à ferme, 
de la prébende reçue sur la vallée de Banyuls par le comte 
d'Empories ; — testament de Pierre d'Empories, seigneur 
de Yinça, fait dans l'église du prieuré de Sainte-Marie de 
Marcevol de Tordre du Saint-Sépulcre ; — prorogation de 
neuf mois consentie en faveur du fermier du droit de barre 
perçu à Yinça au nom de Pierre d'Empories, en compen- 
sation des pertes subies par suite de l'invasion des gens 
d*armes du comte de Foix : le bail passé en 1393 portait 
que le seigneur de Yinça serait responsable de toute perte 
causée per guerruy o comppnyesj o per host alguna, o per 
eavalgaia oper earreguda. — Testament de Guillaume de 
Bragayrach^ de Grenade (diocèse de Toulouse),négociant et 
marchand de peaux de chevreau, à Perpignan ; — inventaire 
de ses biens. — Protestation de Pierre Calmels, chanoine 
deSaint-Ruf et prieur de Sainte-Marie de Saint-Feliu-d'A- 
mont, contre Bernard de Puig, chevalier, viguier de Rous- 
ttllon et Yallespir, qui l'a fait arrêter et l'a fait détenir 
dans ses prisons pendant trois jours et trois nuits, sur nn 
simple monitoire de Tofficial de Narbonne. 



B. 180. (Registre.) — In-folio, 70 feoillets, papier (latin). 



t40l-t4ll8« — Notule de Pons Gilabert, notaire à 
Perpignan. — Provision du roi Martin d'Aragon ordonnant 
d'appliquer c aux nécessités du château, de Caller (Gagliari), 
c de la ville d'Alguer et des autres lieux de Sardaigne, » 
le produit des décimes ecclésiastiques des trois dernières 
années, dont la moitié a été accordée au roi par le Saint- 
Père , l'autre moitié devant rester à la chambre apostoli- 
que ; — lettres de citation de Martin Garcia, prieur de 
Sainte-Christine d'Osca et sous-collecteur des décimes 
ecclésiastiques dans les provinces de Tarragona et de Sara- 
gosse et dans le royaume de Majorque, contre l'archevêque 
de Narbonne, pour le payement des décimes dues pour ses 
possessions du Roussillon, et notamment pour sa seigneurie 
de Pia taxée à une somme de 37 livres 3 sols 6 deniers par 
an ; opposition de Bernard dez Yivers, donzell, bailli de 
Pia, fondée sur ce que l'archevêque de Narbonne est déjà 
exempté du payement des décimes par les privilèges de 
son église, et sur ce que son château est cosa prophana 
(bien séculier), puisque ses prédécesseurs l'avaient acheté 
d'une personne laïque. — Actes du procureur royal, 
amortissant : les revenus d'un bénéfice fondé dans la cha- 
pelle de Sainte-Akrie de Fausta par Jean de Pobols, doyen 
de la cathédrale de Nicosia (dans l'tle de Chypre) ; — une 
propriété sise à Rivesaltes, en faveur de Jacques Domenecb^ 
prêtre ; — les rentes du bénéfice fondé dans l'église de 
Cabestany par G. Jaubert; — inféodation de diverses pro- 
priétés tenues pour le Roi aux territoires d'Argelès^ de 
Perpignan et de Malloles. — Concession d'un terrain sis à 
Perpignan, par Marie, veuve de Pierre Baro, peintre. — 
Quittances de • payements faits par la procuration royale 
aux châtelains de Força Real, de Puig Baladors, de la 
Tourdel Far de Tautahull et d'Opol ; — aux servants, 
gardes et portiers du château royal de Perpignan ; — & 
Pierre de Castres et à Raymond de Masmija, chargés de la 
nourriture des paons et des cerfs dudit château; — pour 
diverses réparations qui y ont été faites à la noriay h la 
tour del Bosch^ etc. — Achat de cinq douzaines de par* 
chemins de chevreau, pour Pierre Artès, chevalier, con- 
seiller et mattre Racional de la cour du Roi, à 11 sols 
barcelonais la douzaine. — Ordonnance du roi Martin, 
prescrivant à tous bénéficiers de venir à bref délai des- 
servir leurs bénéfices et de s'a-^treindre à la résidence per- 
sonnelle : — notifiée par le procureur royifl de Roussillon 
et de Gerdagne à Galcerand, évêque d'Urgell, et au cardinal 
administrateur du diocèse de Gerona. 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 107 

gelés. — Bail emphytéotique du bailliage de Gornella de 



B. 181. (Cahier.) — In-folio, 22 feuillets, papier (latin et catalan). 



i. — Payements divers faits par la procu- 
ration royale : à Bernard de Yilacorba, donzell, châtelain 
d'Opol ; François Ça Garriga, chevalier, châtelain du châ- 
teau royal de Perpignan ; Raymond de Ger, châtelain de 
Força Real; Michel de Goell, donzell, châtelain de Belle- 
garde ; François Paschal^ châtelain de la tour de Tau- 
tahull ; Pierre Oltzina, dit de Berga, châtelain de Puig- 
Balados; — dépenses diverses pour la réparation et 
Tentretien des châteaux royaux de Perpignan et de Força 
Real ; — achat d'orge, à 90 sols Teymina (charge), et de 
miel à 14 sols barcelonais, pour les paons du château royal 
de Perpignan. — Réclamations d'impositions faites: aux 
consuls d'Elne, pour le couronnement de la Reine d'Aragon; 
— à ceux de Vinça et de Prades, par le viguier de Con- 
fient^ Ârnald de Savarres, donzell ; — à divers habitants 
de Baixas, Sainte-Colombe et Miilas, par le fermier des 
pasquiers de Confient. — Amortissements de propriétés, 
en faveur des prêtres Jacques Amill, de Perpignan, et 
Pierre Ponsa, dllle ; — don du patronat du bénéfice fondé 
dans réglise Saint-Jacques de Canet par Jean Vinoy, meu- 
nier, fait à Bernard Serra, tisserand de Perpignan, par la 
veuve du fondateur. — Lettre de Marie^ reine d'Aragon, à 
la comtesse d'Urgell, lui annonçant que le roi Martin, son 
époux, demande l'abolition de toutes poursuites judiciaires 
contre les communautés et habitants des lieux et châteaux 
possédés dans ledit comté par Tabbé de Poblet, aumônier 
du Roi, et la remise de toutes peines qu'ils auraient en- 
courues pour avoir soutenu un joglar (musicien) banni à 
Agramont . 

B. 182. (Registre.) — In-foUo, 22 feaillets, papier ^latin.) 

i40S-t404« — Manuel de Raymond Ferrer, notaire 
de Perpignan. — Payements faits par la procuration royale, 
concernant : la réparation du château de Força Real ; — 
le salaire de divers employés etofficiers royaux, châtelains 
et gardes ; parmi les châtelains des châteaux royaux figu- 
rent Bernard d'Oms, à Perpignan; Raymond de Ger et 
Pierre Ça Rocha, son successeur, à Força Real ; François 
Pascal à la tour del Far, Michel Dez Goell à Bellegarde, 
Bernard de Viiacorba à Opol, Jacques Ça Ylla à la Tour 
Geardane ; — les frais des farahons faits au château de 
Perpignan ; — diverses pensions sur les revenus royaux 
en faveur de Pons de Perellos, chevalier, Jean de Marça, 
donzell, Guillaume de So, etc. — Amortissements : de pro- 
priétés en faveur d'ecclésiastiques séculiers, àCéret, Joch, 
Vinça et Salses : d'une rente pour la coqfimunauté d'Ar- 



Conflent fait par le procureur royal en faveur d' Arnald Reg, 
moyennant un cens annuel de dix sols. — Traité de paix 
et trêves conclu entre les mains du chef de guet de Perpi«« 
gnan, par François Cavalier dit Galtaroja (joue-rouge) et 
quatre autres habitants de Barcelone. 

B. 183. (Registre.) — In-folio, 44 femllels, papier (latin). 

t4Ot-t40ft. — HoiuU de Raymond Ferrer, notaire à 
Perpignan. — Payements des pensions, salaires et firais 
divers de la procuration royale de Roussillon et de Gerda- 
gne : Pierre Oltzina, châtelain de Puig Baladors ; Pierre 
Aurus, de Querol ; Pons dez GatUar, de Llivia. — Ventes : 
de papier pour la procuration, faite par un apothicaire de 
Villefranche ; — de 50 douzaines de parchemins de cbe* 
vreau grand format, pour la Reine et de 50 autres, moyen 
format, pour le Roi, par Louis Scrus, relieur de livres de 
Perpignan. — Criées faites à Salses, Estageil et Perpignan 
par ordre du gouverneur, contre le juge du petit sceau de 
Montpellier. — Payement de douze jours du traitement ^ 
à Raymond de Ger, châtelain de Força Real, décédé danft 
l'exercice de ses fonctions, à sa veuve Beatrix. — Cession 
d'une rente sur les leudes de Perpignan consentie par 
Guillaume de So, chevalier, en faveur de Jean Fabre, dra- 
pier; — reconnaissance d'un payement fait par le procu- 
reur royal au couvent des Frères Prêcheurs de Puigcerda. 
— Lods de vente de maisons tenues pour le Roi à Argelèa 
et au Call des juifs de Perpignan. — Réparation de la 
Tour del Far de TautahuU. — Achat de deux épées, deux 
dagues et un belisart cum suis ganivetiSy pour le service 
du Roi. 

B. 184. (Registre.) — In-foUo, 104feQmet8, papier (latin et catalan). 

t40K« — Inventaire des biens de feu Bernard Saquet, 
marchand de Perpignan, fait par les tuteurs de Georges, 
son fils, mineur, reçu par Pierre Ornos, notaire : — maison 
à Perpignan al trauch d*En Aman BatlU, un moulin à 
scie près de la Tet, au lieu dit la Grava de la Paret trenn 
cada; — propriétés rurales à Malloles, Vernet, Babo, 
Canohes, Vilanova-de-Raho ; — inventaire des titres et 
registres du défunt, relatifs : à la ferme de divers revenus 
royaux, leudes, forêts de Querença et de Gonat; à la sei- 
gneurie de Vilanova-de-Raho, anciennement possédée par 
les seigneurs de Canet et vendue ensuite à l'abbaye de 
Fontfroide ; à l'étang de Canohes ; — détail des opérationa 
commerciales de B. Saquet, dettes et créances : ventes 
d'esclaves, envois d'étoffes en Sicile et dans le Levant, en 
Remanie, à Chypre, Barut, etc. — États des dépenses pour 



/^ 



108 

la culture des vignes et Tentretien de diverses propriétés, 
entre autres» le 14 octobre 1382, une charge d'anguilles 
portées de l'étang deCanohes à celui de Yilanova, au nom- 
bre de mille environ, et le 23 janvier suivant, transporté 
de même une charge de lagostins vivants. 

B. 185. (Registre.) ~ In-foUo, 137 feoillets, papier (latin et catalan). 



tstv«l409. — Registre IV de la Procuracio Real^ 
de letres e provisions reyals e dels procuradors reyak^ de 
citaeions ealtres coses, e manamentSy ordinacions e altres 
actes acostumats fer en lo dit offici, del temps den Arnau 
Porta e del honrat En Dalmau de Biert. — Règlement 
fait par le roi Sanche, de Majorque, pour seize tables et 
trois boutiques de la Poissonnerie nouvellement construîie 
près de Tancicn Macell de Perpignan, inféodées par ses 
procureurs à divers poissonniers. — Privilège du roi 
Pierre m d'Aragon établissant en devèse ou défens trois 
parts du territoire dit Los Gortals en Gonflent appartenant 
aux enfants de Guillaume Joi*da. — Concessions de terrains^ 
pour y établir des étaux de boucherie, dans la paroisse 
Saint-Jacques, à Perpignan ; — sentence qui attribue au 
prieuré du Mas-de-la-Garriga la dîme du poisson péché 
dans l'étang de Salses par les habitants de Garrius, con- 
firmée par le gouverneur du Rousâillon en faveur du prieur 
Jacques Palares ; — vente des lieux de Llauro et de Tres- 
serra et des justices de Nidolères, Vilamolaca, le Gamp, 
Passa, Forques, Tordères, Terrats et Llupia, faite par le 
roi Jean I*' d'Aragon à la reine Yolande, son épouse, au 
prix de 2,000 florins d'or d'Aragon, pour l'armement de ga- 
lères et l'envoi de vivres et autres munitions destinés à 
secourir l'infant Martin en Sicile, et à soumettre la Sardai- 
gne insurgée au nom de Brancaleo Doria, d'Ëléonore, son 
épouse et de Marie, leur fille; — sentence rendue par le 
juge du lieu de Tresscrra, au nom de la reine Yolande, 
restituant la juridiction des lieux de Passa et de Yilamolaca 
au prieur del Gamp ; — ordre du procureur royal, à son 
lieutenant en Gerdagne, de restituer les droits de passage 
perçus à Sant-Marti-dels-Gastells sur les bestiaux apparte- 
nant à des habitants de Barcelone. — Yente des lieux de 
Llauro, Tresserra et autres, consentie à Pons de Perellos, 
chevalier, par la reine Yolande, veuve de Jean ^^ — Let- 
tres, provisions et ordonnances de Martin, roi d'Aragon, 
nommant à l'office de procureur royal et des fiefs des 
comtés de Roussillon et de Gerdagne, le donzell Dalmau 
de Biert, ex-préposé aux convois {supra atzemularius) en 
Sicile; ^- autorisant la permutation d'un bénéfice du châ- 
teau royal avec la cure de Saint-Mathieu de Perpignan; — 
nommant Pierre Oltzina de Berga à l'office d'assesseur du 
gouverneur des deux comtés, en remplacement de Bernard 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

de Galbes; — confirmant au même P. Oltzina la concession 
emphytéotique|[de la châtellenie et du bailliage de Puig- 
Balados, avec la sous-viguerie du Capcir; — renouvelant 
les franchises, bonnes coutumes et privilèges des préposés 
des meuniers de Perpignan ; — autorisant TAljama du Gall 
des juifs de Perpignan à faire un emprunt pour le payement 
de leurs dettes qui s'élèvent, avec les arrérages et intérêts, à 
28,408 livres, 6 sous 6 deniers. — Collation d'un bénéfice du 
château de Perpignan faite, sur la présentation du Roi, par 
frère Barthélemi, évêque d'Elue. — Lettres et ordonnances 
d' Arnau Porta, régent de la procuration royale, concernant : 
le rétablissement des limites de l'ancien lit de la Tet dans 
la partie dite Forta deMalloIes^ et la restitution au domaine 
des terrains usurpés dans ledit lit par la communauté des 
prêtres de Saint Jean ; — l'autorisation donnée à Guillaume 
Costa, pareur de Perpignan, de faire construire un oratoire 
sous l'invocation de Sainte-Marie, dans une de ses pro- 
priétés au lieu dit Taulet; — le droit pour le domaine, de 
faire prendre du bois de construction dans la forêt d'Osseja 
pour la réparation du château royal de Llivia; — le sé- 
questre du fief de Mossellos, tenu pour le vicomte de Ganet 
par Jean-Pierre Dez Puig, chevalier; de divers revenus en 
Gerdagne, appartenant aux héritiers de Pierre de Santa- 
Eulalia; du fief tenu â Céret pour le vicomte de Roda par 
le donzell Bérenger de Vivers; des revenus de Cases- 
noves, etc. — Conventions entre le procureur royal et Ber- 
nard-Bérengcr de Perapertusa, maître des ports et passages 
de Roussillon et de Gerdagne. — Autorisation donnée aux 
habitants d'un carrero (ruelle) de Perpignan, de le clôturer 
avec de bonnes portes fermées pendant la nuit et dont 
chacun d'eux aura une clef; — nomination d'un bailli 
royal pour le lieu d'Albera; — défense au bailli de Vemet 
d'arrêter l'eau du ruisseau qui va au moulin dit D'En Spe- 
ramais; — criées sur la vente du poisson à Perpignan, et dé- 
fense de chasser dans le bois et la devèse du château royal; 
— serment prêté par divers notaires de cette ville, par le- 
quel ils s'obligent à faire la déclaration de tous les contrats 
judaychs (de juifs) qu'ils recevront, lorsqu'ils en seront 
requis par les souscripteurs de l'emprunt de l'Aljama des 
juifs. — Ordre de réserver au Roi en personne la presta- 
tion de foi et hommage que doit faire Galcerand de Santa- 
Pau, pour son fief de Mosset; — d'obliger le commandeur 
de Bajoles et les autres propriétaires des moulins de Bon- 
pas, à nettoyer le ruisseau dit d'£n Fortanet Violetf^e- 
puis l'église de Saint-Genis (de Tanyères) jusqu'aux dits 
moulins; la même obligation est imposée aux propriétaires 
des terrains traversés par le ruisseau dit àe Saint-Genis qui 
passe devant le Pont de la Pera de Perpignan. — Ordre 
donné : à quatre notaires de Thuir, d'exhiber les titres en 
vertu desquels ils exercent le notariat; — à Jean de Gar- 



/ 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

rius, nouveau propriétaire de la seigneurie de Formiguières» 
de continuer à exiger les droits de leude et de pasquierqui 
s*y percevaient anciennement, pour que le domaine ne soit 
pas frustré de ses droits dans le cas où le Roi viendrait à 
recouvrer cette seigneurie. — Prestation de serment par 
les quatre secrétaires et le clavaire nouvellement élus de 
rAlJama de Perpignan. — Nomination de Bérenger Armany 
à Toffice de réguler du ruisseau royal de Thuir. — Lettres 
et ordonnances de Dalmau de Bieii^ procureur royal et des 
fiefs; défendant aux nobles et aux habitants de Perpignan 
d*acqnérir^ à moins d'une autorisation spéciale, des biens- 
fonds dans les seigneuries de Clayra et de Saint-Laurent 
de la Salanca actuellement occupées par le vicomte d'Ille 
et dé Gauet et qui, « par la grâce de Dieu, feront bientôt 
< retour au domaine royal » migansant la gracia de Deu, 
dim breus dies tomaran e seran a man del Senyor Rey ; 
— ordonnant au bailli de Thuir de restituer aux héritiers 
de Barthélemi Gari, qui possédait dernièrement cette sei- 
gneurie, les droits de lods dus pour des propriétés achetées 
par Jean Tai*diu ; — nommant un bander (garde) pour le 
ruisseau de Rivesaltes et le bois de Pena. — Lettres du roi 
Martin, concernant : le payement des farom (signaux par 
le feu), la nomination d*un trompette, le remplacement de 
François Palou mis à la retraite, par Antoine Carbo, en 
qualité d'Obrer du château royal de Perpignan; — la no- 
mination de Pierre Burgues, de Perpignan, à Tofûce de 
fuster et maître des machines et autres artilleries royales 
du dit château, emploi occupé précédemment par Bernard 
Pauquet; le nouveau titulaire est mis en possession de la 
maison dite la Casa del Guinyayre. — Défense au vicomte 
d'Ëvol , de faire la reconnaissance de ses ûefs d'Ëvol, 
Estavar, Gaylastre , Bajanda et Nansovell , réclamée par 
Ysabelle, comtesse de Foix en qualité de vicomtesse de 
Gastellbo, ces lieux devant être tenus directement en âef 
pour le Roi, d'après les anciens documents; — autorisation 
donnée aux consuls et prohomens de la châtellenie de Puig 
Baladors, d'affermer leurs devèses jusqu'à ce qu'ils aient 
parfait la somme de 10,000 sous à eux réclamée par des 
créanciers qui les malmènent à tel point qu'ils seraient 
obligés d'abandonner leurs biens et de quitter le pays, si 
cette autorisation ne leur était accordée; — ordre de mettre 
le verger royal du château de Perpignan à la disposition da 
châtelain Bernard d'Oms; — levée du séquestre mis sur 
les revenus d'un bénéfice fondé dans l'égUse de Puigcerda 
par Sibille Embertat et dont le patronage appartient à 
Pierre Cadell, donzell, seigneur d'Espira en Gonflent. — 
Défense de payer au procureur royal de GoUioure les droits 
dus par les navires partant pour Alexandrie (en Egypte] ; 
Raymond Traginer de Gollioure, dont le navire se dispose 
à faire ce voyage, acquittera ces droits plus tard, s'il y a 



GpMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 109 

lieu ; — ordre à Ëléonore de Santa-Pau, de lever la saisie 
qu'elle a mise sur les fiefs possédés dans la vallée de Mos- 
set par Guillaume de VilardelL — Bail à ferme du figueral 
et du verger du château royal de Perpignan ; le fermier 
s'interdit la chasse dans ces deux propriétés, de manière à 
ne pas détruire les lapins, les paons et œufs de paon qui 
s'y trouvent. — Nomination de Bernard Roqueta à l'office 
de lieutenant du procureur royal à Gollioure; — saisie du 
fief de Sauteguel sur les consuls de Puigcerda qui ont ac- 
quis ce fief sous le roi Jean P' et n'en ont pas encore fait 
la reconnaissance au roi Martin , son successeur; — créa- 
tion d'un bailli pour la grange de Canomals, tenue en pa« 
riage pour le Roi et pour l'abbaye de Fonlfroide. — Auto- 
risation accordée à Antoine Galva, de Puigcerda, de pécher 
en tous temps dans les étangs et cours d'eau de Gerdagné 
et deBarida; — levée de la saisie des revenus de Gasesnoves 
dont la seigneurie appartient aux bénéfices fondés par Guil- 
laume Fuster, bourgeois, dans l'église Saint-Guillaume de 
Perpignan; — serment prêté au procureur royal par les 
collecteurs des leudes et barres établies aux six portes dé 
Perpignan ; — ordre au vicomte d'Ille et de Ganet de lever 
la saisie qu'il a mise sur la moitié des dîmes de Sauto et 
de Fetges, ce fief étant tenu directement pour le Roi par 
Guillaume Galvet, bourgeois de Perpignan; — inventaire du 
mobilier de la maison de la leude de cette ville. — Lettre 
de Raymond Sa Garriga, gouverneur, adressée aux châte- 
lains pour qu'ils aient à bien garder et à tenir en bon état 
les forteresses de la frontière, vu les nouvelles qu'il a re- 
çues sur les nombreuses compagnies qui s'assemblent au 
château de Lorde (Lordat? 2 août 1403). — Concession 
d'une des quatre tables ou bureaux de notariat des scriba- 
nies publiques de la cour royale de Perpignan, en faveur 
de Siméon Dez Gamps; — du Mas dit de Gerinya au terri- 
toire de Bellver, en faveur de Guillaume Sorribes. — Ré- 
clamations de biens vacants provenant d'étrangers décédés 
ab intestat à Anyils, aux Angles et à Formiguera; — au- 
torisation d'arracher une vieille vigne sise près du Bois 
royal du château de Perpignan; — acte du décès de Ray- 
mond de Ger, châtelain de Força Real ; — défense d'entrer 
sous aucun prétexte dans la cava (fosse) du puits de la 
Colomina, à Perpignan ; — engagement pris par deux né- 
gociants de celte ville, d'acquitter les droits qui pourraient 
èti*e dus par le navire Santa Maria e Santa Eularia allant 
à Alexandrie ou dans les états du Soudan de Babylone ; — 
confirmation de la propriété des dîmes d'Isogol en Gerdagnc, 
en faveur de Pierre Onzès, de Villefranche-de-(]lonflent. 



I 



B. 186. (Registre.) — In-foUo, 46 feuiUets, papier ^latin et catoUo). 

t400-t409. — Payements de réparations faites au 



M9 



cbiteim royal de Perpignan, au ParadU^ à la chambre de 
la r^iîie, aux vHrials (verrières) de la chapelle etc, — Sea- 
toQoe rendue par Amald Vira, doui^ll, et les deux autres 
jug^ME^nqu^teurs royaux chargés d'examiner les comptes 
et actes des officiers royaux en fonctions pour le dernier 
trienni (trois ans) dans la vigaerie de Roussillon et Yal^ 
la^pir, déclarant qu*il n'y a eu aucune plainte ni rédama- 
(ion contre Guillaume de Vita, qui a exercé dans ledit 
trienni\e& fonctions de juge de ladite viguerie, et par suite 
dégageant les cautions qu'il avait fournies lors de son en* 
irée en exercice. — Donation de plusieurs maisons ou bos- 
tais avec jardin, dont cinq sont connues sous le nom de 
hastals à deux portes et confrontent avec deux rues, le tout 
«itué au bordel àe Perpignan, consentie par Mathieu Basset, 
4e domo domini régis, en faveur du donzell Dalmau de 
Ganet, domicilié à Bonpas, ce dernier demeurant obligé 
d'entretenir le donataire chez lui juxta sui condcceneiam^ 
•^ Testament de Pierre de Mar, citoyen de Barcelone, por- 
tant affranchissement d*un esclave et institution d'héritier 
en faveur de Raymond YendrelK *- Concession emphytéo- 
tique de la mansate dite d*En Gotmar et dépendances dans 
les territoires de Gereja et Nirvol, en faveur de Gerda Mas- 
(emer, faite par le procureur royal et par le titulaire du 
bénéfice fondé à Puigcerda par Agnès Goga, seigneurs par 
indivis. — Actes d'amortissement faits par le procureur 
royal, concernant : les rentes léguées à la ville de Puig- 
cerda par Pierre Morer, pour le mariage des filles indigen- 
tes ; -^ divers legs acquis par frère Guillaume Tellet, 
prévôt de Saint-Martin de loch ; les biens possédés par 
G.Matet, prêtre* de Thuir, par Guillaume Saorla, officiai de 
Gonflent, par Pierre Taylabosch, prêtre de La Roca d'Al- 
bera, par les deux frères Safont, prêtres, de Banyuls-dels- 
Aapres, par François Giscafre, curé de Finestret ;'-les pro- 
priétés acquises par Guillaume Miga, curé de Saint-Pierre 
de Riu-Ferrer; — une maison sur la Loge de Perpignan, 
acquise par les préposés des pareurs; — le bénéfice fondé 
à Sainte-Marie de la Real, de Perpignan, par Bernard Fe-> 
liu, prêtre; ■— divers legs en faveur des curés et p^;ôlres 
des églises de Saint-Sauveur et de Saint-Étienne d'Arles et 
des prêtres de Géret; — une rente acquise par Taumône 
commune de Maurellas. — Bail perpétuel de la geôle ou 
prison des cours royales de Perpignan, c'est-à-dire des 
cours du gouverneur, du viguier, du bailli, du sous-bailli, 
du chef de guet et des alcades des monnayeurs, consenti 
par le roi Martin d'Aragon à Pierre Garrera, de Besalu, 
moyennant une redevance annuelle de 12 livres de Barce- 
lone et un prix d'entrée de 300 florins d'or dont la moitié 
sera consacrée à la réparation de ladite geôle ; le conces- 
sionnaire devra entretenir un botxi (bourreau), chargé de 
f faire les justices des officiers royaux; >.il maintiendra en 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

bon état les chaînes, fers, ceps et autres instruments de la 
Casa 4el tortar (maison de la torture), et réservera tou- 
jours un local pour les archives de chacune desdites 
cours* 



B. iS7. (Liasse.) -- 64 pièces^ pa^hemin; 7 piôoes, papier. 

(laUn et catalan). 



ISAt^tAOI* — Lettres et provisions du roi Pierre ID 
d'Aragon : déclarant que les dtmes d*agneaux, de laine et 
fiutres objets, vendues à Michel Fustet, chanoine d'Urgdl, 
par Arnald de Llupia, chevalier, de Çlayra, sont tenues en 
jBef pour le domaine royal et que les di^oits prétendus à cet 
égard par noble Arnald de So n'ont aucun fondement; -* 
réglant divers cas d'exemption de droits d*amortissemeiil, 
pour les fondations de chapellenies, d'anniversaires et au* 
très œuvres pies ; — de lean P% roi d'Aragon, donnant 
commission à Jean Garrius de percevoir les sommes encore 
dues en Roussillon et Gerdagne pour les décimes concédées 
audit prince et à son père par les souverains pontifes. -^ 
Déclaration faite par Bonjuha Gracia^ juif, courtier public 
de la ville de Perpignan, portant qu'il a fait, au nom de 
Julien Garrius, trésorier du roi, et pour les besoins de la 
cour, diverses opérations commerciales, entre autres nu 
achat de 60 charges de pastel cédées par Guillaume de Ga^ 
lavella, marchand de Toulouse, au prix de dix florins la 
charge, et sur lesquelles il a perdu 33 livres de Barcelone. 
— Testament de Bernard Laurador, marchand de Perpi- 
gnan) au profit de Glaire Vola, son épouse. — Lettre de 
Pierre Blan, donzell, de Perpignan, au très-puissant noble 
et grand baron Mgr Gharles de Lebret (d'Albret) et aux 
douze chevaliers dénommés dans la missive présentée par 
Alvernye, leur hérault, à Raymond Ça Garriga, gouver- 
neur de Roussillon et de Gerdagne. Il leur annonce qoe, 
pour amour de sa mie {yoperamor de me aymf^), il a 
fait vœu de faire une passe d'armes devant le roi de Sicile, 
fils aîné du roi d'Aragon, et pour acquitter son vœu, il 
porte et portera certain temps un ruban à la jambe {per 
les quais acomplir yo port e portare cert temps una tirefa 
en la cama); il défie celui desdits chevaliers qui voudra le 
dégager de son vœu, et se met à sa disposition pour le com« 
bat (datée de Perpignan le 30 mai 1400) ; — la lettre est 
présentée le même jour audit Alvernye, hérault du duc de 
Berry, mais celui-ci déclare qu'il va présentement aux pays 
d'Aragon, Gastille et Navarre, et qu'il ne pourra accomplir 
cette commission qu'après son retour. -^ Vente d'une es- 
clave blanche, figée de trente-cinq ans, de génère Buxituh 
rum, pour six livres de Barcelone ; — réclamations de Jao- 
ques Lobet, notaire, de Perpignan, contre François Le- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

gima» mareband, de la même ville, qui lui a vendu une 
esdate de race tartare (de Tartres) appelée Sibille et ftgée 
de vingt-cinq à trente ans, pour 52 livres ; celle-ci se dit 
libre et fille de franc» la dita selava allega que es franeha 
e M selava^ e que es filla de franch e de franeha ; — acte 
d6 procuration consenti par Pierre Bandinel, marcband, 
d*Âgde, cbargeant Georges Blanquer, marcband, de Perpi- 
gnah, de vendre une esclave nommée Lucie, actuellement 
dans cette dernière ville. — Quittances du traitement : de 
Jacques Tomer, réguler majeur du ruisseau de Tbuir ; — 
de Micbel Dez Guel, cbâtelain de Bellegarde, et de Raymond 
Ça Garriga, gouverneur du Roussillon et de la Cerdagne. 

B* tes. (Registre.) — In-folio, 54 feuîlleu, papier (latin et catalan). 

t4ll9-t4ll9. — Manuel de Pierre Roure, notaire à 
Perpignan. — Lettres patentes du roi Martin d'Aragon» 
donnant commission à Jean Servent, arcbidiacre d'Elne et 
auditeur en la cour royale, de recbercber et poursuivre en 
Roussillon et Cerdagne divers cbapelains et prêtres royaux 
et autres ecclésiastiques coupables de débauches et autres 
excès que Févèque ne peut réprimer, vu leur qualité de 
< familiers du Roi », ainsi que les nombreux incendiai- 
res, quêteurs et voleurs d'églises, concubinaires mariés, et 
usuriers « qui prêtent à des taux immodérés :» ; — nom- 
mant Pierre Redon, bourgeois de Perpignan, receveur des 
sommes qui proviendront de ladite commission ; — ordon- 
nait la saisie des biens occupés comme biens de main- 
morte par divers ecclésiastiques, et des poursuites contre 
Jean Garrejat, officiai de Perpignan pour Tévêque d'Elue, 
qui dans une procession a, sans motif, insulté et frappé le 
commandeur et les religieux de la Merci ; — instructions 
données à Jean Servent pour la commission susdite, et 
pour obtenir de l'évêque et du clergé d'Elue des subsides 
pour Varmada (expédition) que le Roi prépare contre les 
Mores ; — procès-verbaux des poursuites et décisions du 
commissaire Jean Servent, daus la vOle de Perpignan, con- 
tre : Guillaume Germa, recteur de Theza ; Jacques Serra, 
recteur de Tresserra ; Jean Gardia, hebdomadier de Prats; 
Jean Angles, prêtre de Géret ; Pierre Roma, recteur des 
IBains (d'Arles) ; Pierre Bach, Guillaume Gabruma, Jean de 
Ribesaltes, Martin Gavella, Ëlie Prebost, Pierre Gardiola, 
Pierre Roca, Bérenger Ganavelles, prêtres, 'Bernard Roca 
et Pierre Prats, chanoines de Perpignan ; Raymond Bonet, 
Honoré Pradell et Jean Oliver, bénéficiés auchftteau royal; 
Jean Tomer, réguler majeur du ruisseau de Thuir ; Ber- 
nard de Montroig, héte d'Aries, procureur de la quête de 
Notre-Dame du Puy de France ; Jean Garrejat, « prêtre 
royal i, accusé de concubinage et autres crimes; — paye- 
ment : d'un sceau d'argent du poids d'une once, t potnr 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE, Ht 

c les commissions de J. Servent », fabriqué par François 
Alerigues, orfèvre, de Perpignan ; — don gracieux : de 8 
écus d'or de France par Bernard Just, bébdomadier de 
Saint- Jean, et de 20 florins par frère Guillaume Curt, corn*- 
mandeur de Saint-Antoine, pour Varmada du Roi contre 
les Maures. — Actes de procuration pour divers motifs, 
faits : par Guillaume Patau, marchand, de Perpignan ; par 
Perpenya Salvat, recteur de la Llagona ; — par François 
Gastello, ancien recteur de Saint-Laurent de la Salanca ; 
— * par Pierre Giscafre, bailli d'Estavar, syndic et obrer de 
la cbàtellenie de Llivia ; — * par Marguerite, mère de Guil- 
laume de Vilardell, de Besalu ; — par la nommée Ermes- 
sende « en baptême », autrement dite Margarita c en coq** 
« firmation », fille de Pierre Soler, de Mières (diocèse de 
Gerona) ; — par François de Ribes, donzell, pour recou- 
vrer une somme due par le donzell François de Bellcastell; 
— par Galcerand d'Oms, prévôt mineur de Guxa, en faveur 
de sa sœur Beatrix, religieuse à Saint-Sauveur dé Perpi- 
gnan ; — par Gerdana, veuve de Bernard Figueres, pour 
une rente due par le donzell Guillaume Dec Puig. — Baux 
emphytéotiques : d'un pâtus à Torrelles, par Adhemar, 
abbé de la Real; — d'une maison attenante au clocher de 
la Real à Perpignan, par Marguerite, épouse de Jean Ga- 
nelles, marchand. — Baux à ferme : des revenus d'Ar** 
gelés, par Jean Servent, archidiacre de Vallespir; — de 
deux vignes au lieu dit los PosoUy paroisse de Perpignan, 
par Pierre Batlle, chirurgien. *— Quittances de dettes 
faites : à Jean Borda, recteur de Gaudiès en Gonflent, par 
l'héritier de Jean Jaubert, archidiacre de Gonflent; -^ par 
Constance de Cruifles, prieure de Saint-Sauveur de Per- 
pignan, pour le legs à elle fait par son frère Bérenger de 
Grailles, chevalier; — par Raymond de Sainc-Menat, don- 
zell, d'une rente due par Éléonore, veuve du chevalier 
Huguet de Santa-Pau, seigneur de Mosset; -^ par François 
de Puig, jurisconsulte de Perpignan, pour un censal sur les 
communautés de Méranges, Eller et Geru en Cerdagne ; — 
par des Frères Mineurs du couvent de Barcelone, pour le 
vêtement de leur ordre qui a servi à la sépulture de Pierre 
Oliver, de Perpignan ; — par les héritiers de Pierre Pi- 
nyana, bailli de Gabestany, pour divers censaux dus par 
Bernard Lucia, prêtre dudit lieu; — par Sagriana, veuve 
de Pierre Gadany, marchand de Perpignan, pour une dette 
de Bernard Dec Puig, chevalier; — par Jean Gatala (mes- 
sager) nuncius de la cour de la vignerie de Roussillon, 103 
sous 6 deniers barcelonais à lui payés par Dalmau deCanet, 
donzell, ancien viguier, f pour son habillement de S ans, 
« 7 mois et 7 jours pendant lesquels il a régi ladite vigne- 
c rie ; » — par Guerald Albert, sacristain de la Real, pour 
une rente de 31 livres à lui faite sur la dune de Pereslortes 
par Bérenger de Puig, chanoine et camérier de ladite lA- 



il2 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



bftye. — Ventes : de censaux sur les scrivanles deRoussil-> 
Ion et de Gerdagne, par Marquesa, veuve du chevalier 
Raymond de Limos, eu faveur de Pierre Vidal , écrivain; — 
d*nne rente sur la maison de Bernard Angles, peyrer^ de 
Perpignan ; — d*une esclave âgée de 12 ans, appelée Ge$- 
semina^ de race sarrazine^ provenant de Mont .de Barcas, 
pour 45 livres de tem; — de rentes constituées, par Maler, 
de Tatzo d'avall^ et Etienne Pelfort, de Salses. — Tran- 
sactions : sur le fermage des prévôtés de Garrius et de 
Nidolères, appartenant à Tabbaye de Saint-Hilaire ; — 
sur un procès entre la veuve de Nicolas Salavert, apothi- 
caire, de Perpignan, et Jaufre-Gilabert de Gruilles et sa 
mère Elvira, veuve du chevalier Gilabert de Cruilles, sei- 
gneur de Pedracisa et de Gruilles. — Vente de deux tasses 
d'argent, dont l'une est dorée et « marquée de Valence », 
r&utre est blanche et « marquée Perpenya ». 

B. 189. (Registre.) — In-fotio, tS feuillets, papier (latin), 

t401f-t4ll9* — Notule de Pierre Roure, notaire à 
Perpignan. — (La plupart des actes du Manuel B. 188.) 
*— Gonsentement donné par Jean Servent , archidiacre de 
Vallespir, à l'admission de Jacques Jaubert au bénéfice dit 
de chœur mineur fo^dé dans la cathédrs^le d'Elne par Jean 
Jaubert, archidiacre de Gonflent; — constitution d'une 
rente par les frères Maylol, de Perpignan, en faveur de 
dame Marguerite Mener. — Donations : d'une maison sise 
dans la même ville, faite par Bérenger Pereta, notaire, à 
Bérenger Beneset, d'Elne; — d*un pré sis aux Vasses du 
Vegueriu, territoire de Clayra, par Beatrix Galia à sa fille 
Arsende, épouse de Pierre Forroyll, marchand de Perpi- 
gnan. — Renonciation de droits de succession : par Jean 
Gilabert, « de la chambre du roi d'Aragon, » fils de Jean 
Gilabert, de Perpignan; — par Arnald Stoher, notaire de 
la même ville. — Gonstitution de procureur par Agnès, 
veuve de maître Pierre Orts, chirurgien, de Perpignan. 

B. 190. (Registre.) -— Grand in-folio, 88 feuillets, parchemin et papier 
r (latin et catalan), 

t949-t4IM* — Memories de Dalmau de Biert^ pro- 
cureur royal, ou Libreordenat sobre lo quitament faedor 
de les coses patrimonials dels comtats de Rossello e de 
Cerdanya, — Aveux féodaux prêtés par les rois de Major- 
que aux rois d'Aragon, pour le fief honoré du royaume de 
Majorque, Minorque, Iviça et autres lies adjacentes, et des 
comtés et terres de Roussillou, Gerdagne, Gonflent^ Val- 
lespir et Gollioure(en latin). — Notes des actes et des re- 
venus anciens et actuels des domaines royaux de Roussil- 
}0D et Gerdagne aliénés de la couronne ; — analyse détaillée 



des actes de concession et d'aliénation des juridictions, 
revenus, rentes et biens domaniaux, faits par : Jacques P' 
roi d'Aragon, concernant : l'échange de la vallée de Ba- 
nyuls, en faveur de Pons-Hugues, comte d'Empories ; — 
la juridiction des lieux possédés en Roussillou et Gerdagne» 
par frère Jaubert, abbé de Saint-Michel de Guxa, et pat 
l'abbé de, la Grasse ; — le fief d'Eus, Évol, Sahorra, Puig- 
Baladors et Estavar, appartenant à Guillaume de So ; <— 
l'établissement des scrivanies publiques de Puigcerda et 
de Gerdagne, aux consuls de cette ville ; — les châteaux de 
So et de Queragut tenus en fief pour le]vicomte de Castell- 
bo par G. de So ; — la juridiction des lieux possédés par 
Raymond, abbé d'Arles : Arles,Gostoja et Saint-Laurent de 
Gerdans; — par l'infant Jacques d'Aragon, héritier désigné 
de Majorque, concernant : les juridictions de Guillaume» 
vicomte de Gastellnou, des Templiers du Mas Deu, et de 
Raymond, abbé d'Arles ; — par le même (Jacques I*'),roi 
de Majorque, concernant : les juridictions appartenant à 
Guillaume de Canet sur les lieux de Canet, Sainte-Marie<* 
la-Mer, Vilanova de Raho, Galce, Rodés, Ropidera, Fulhà 
et Mosset; — le fief de Raymond d'Urg, eff Gerdagne; les 
possessions de Pons, abbé de Saint-André de Soreda, à 
Reglella et Saint-André ; — la concession des justices de 
Llupia à Arnald et Ermengaud de Llupia, chevalier; de 
Castell Rossello, àArnald de Gastellnou, donzell ; d'Ortafa, 
à Sibille, veuve de Guillaume Durban et à leur fils Pierre- 
Arnald ; de Bajoles, Cabestany, Bonpas et Saint-Nazaire, à 
l'ordre de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem ; de Pères- 
tortes, à Pierre de Perestortes, donzell ; de Neffiach, aux 
chevaliers Jacques et Pierre de Millas, frères ; de Tatzo 
d'Avall, à Pierre dez Puig, chevalier ; d'Alenya, h Guil- 
laume et Raymond d'Alenya, frères ; de Montner, au che* 
valier Arnald de Saint-Marçal ; de Calmella, à Bérenger 
d'Oms, chevalier; de Soreda, à Na Beatriu Rossellona, 
veuve de Guillaumede Gastellnou; de Saint-Feliu d'avall et 
d'amont, d'Avia (Via en Gerdagne), de Bula de Terranera 
etd'Ille, à noble Pierre de Fonollet; de Sainte-Golombe 
(sur Thuir), à Bernard de Palauda, fils de Raymond.; du 
«Soler d'Avall, à Na Garauda, fille de Raymond de Vilarnaa 
et épouse du donzell Raymond Aban ; de Vilamau d'a- 
vall, à Sibille,épouse de Jacques de Vallgornera, chevalier; 
d'Enveig, à Raymond Xatmar d'Enveig, donzell ; d'Avalri, 
à Guillaume •d'Alenya, chevalier; de Porcinyans, Anyep 
et château de la Rocha, à Guillem Ça Rocha, chevalier ; 
de Saint-Martin de Fonollar, à Pierre de Sent-Narti, che- 
valier ; de Toren, à Pierre Guilhem ; de Liés, Valielles et 
Travessères en Barida, au donzell Arnald dez Puig ; des 
nies, à Pons d'Avinyo, chevalier ; de Serrallonga, château 
de Gabrenç, Fontanills, Vilaroja, Vilar Gastelar, Montalba, 
Palauda, Rayners et Vali de Mondouy, à noble Guillaume- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



113 



Oalceran de Cabrenç ; de Sauto, à Guillaume de So ; du Vi- 
lar (d'Albera), à Guillaume dcSaxa, prévdtde Sainte-Harie 
del Vilar ; de la moitié de Maurellas, à Sibille, épouse de 
Bernard Boshom, de Perpignan; du château de Vivers, 
h Guillaume de Vivcrs , chevalier ; de Saint-Genis , 
Saint-Jean Ça Gella et Bruhlà, à frère P. d'Ardena, 
abbé de Sainl-Genis; de Casesnoves, à Pons de Caramany 
et à Raymond d*Ille, donzell, par indivis ; de Jujols, à 
Hu^et de Tatzo, chevalier; de Perellos, à Raytûond de 
Perellos, donzell. — Analyse des chartes et autres actes 
de Sanche, roi de Majorque, concernant : — la concession 
des justices d*Évoi, Estavar et Bajanda, à Bernard de So, 
chevalier; d'Eus, à Pierre de FonoUet ; du château de Pa- 
racolls, à Pons de Caramany ; de Canet, Vilarnau d*avall, 
Mosellos et Jujols, à Guillaume de Canet ; de Vilanova de 
Rauler, à Bernard Veciat, prieur de Sainte-Marie d'Espira 
(de TAgli;; de Montferrer, à Dalmau de Castellnou; 
d'Olopde, à Raymond Ses-Puyola, chevalier ; d'Arceguel, 
Qaeralt^ Arancer et Vilar de Muntzer, à Arnald de Saga; 
de Mentet, à Bernard-Guillaume de Toren; du Vilar de 
Pegueroles en Barida, à Jean de Cadell ; de Forques (sur 
Tel), Sainte-Marie la mer, Cornella-de-Bercol, Vilarasa, 
Vilarnau d*amont et d'avall, Alenya, Salelles, Torrelles, 
Theza, Boaça, Llo, Salagosa, Roca de Villech, Rodés, 
ROtâdera, Saint-Nazaire et Saint-Hippolyte, à Guillaume, 
vicomte de Canet; de Vilallonga de laSalanca, à Pierre 
de Bellcastell, chevalier ; — la création de la vicomte 
dille, en faveur de Pierre de Fonollct ; — une donation de 
rentes sur les scrivanics publiques de Perpignan, en faveur 
de Roger de Rovenac. — Analysa des chartes et autres 
actes de Jacques II, roi de Majorque, concernant: réchange 
des fiefs possédés à Mosset et à la Bastida de Mascarda par 
noble Guillaume de Narbonne, avec le fief de Plixan et 
Adissan dans la baronnie d'Omelas au diocèse de Béziers ; 
— la concession des justices et des fiefs de Hosset, Mon- 
tesquiu, La Roca, Nidolères, le Volo et château de 
Sant Marti (sur Tet), à noble Adhémar de Mosset ; de Mil- 
las, à Bernard de So ; de Prullans, à Jean de Cadell ; de 
Vernet (en Roussillon), à l'infant En Ferrand de Mallor- 
ques, frère du Roi ; de Tatzo d'amont et de Montescot, à 
révéque d'Elne ; de Palau, à frère Pierre Alqner, lieute- 
nant du mattre général de l'HApital Saint-Jean de Jérusa- 
lem en Catalogne. — Analyse des chartes et autres actes 
de Pierre 10, roi d'Aragon, portant concession, confirma- 
tion ou aliénation de justices, hosts et chevauchées ou 
autres droits féodaux : de Celra, Ayguatebia et Jujols, à 
Jean de So, vicomte d'Evol; de Codalet (sur Tech), les 
Bains et Forques, à l'abbé d'Arles; de Tatzo d'avall, à 
Raymond de Tatzo; desagriers de Saint-Estève delMones- 
tir,à Jean Fabre,. bourgeois de Perpignan ; d'Evol, Santo et 

Ptrénées-Orientàles. — Série B. 



Maison dite La Bastida en Confient, à Bernard-Guillaume 
d*Entença ; de Toren, à François de Perellos ; de rentes 
sur divers lieux, à Franeesca, épouse de Thomas de Marça; 
du Heu de Bages, à Raymond de Llupia, fils d*Huguet ; da 
cbftteau de Saint-Estève, à François Roma, docteur es lois; 
d'Oms et Tallet, à Bérenger d'Oras ; du mas de Gasnach 
(paroisse de Montbolo), à Raymond Llimos, donzell ; des 
baronnies de Castellnou et Bellpuig, Gortsavi, La Bastida 
(en Vallespir) et Montbolo, à noble Bérenger de Castellnou; 
du lieu de La Roca, à G. Morey ; du chftteau de Joch, à 
Raymond de Perellos; d'Argelès en échange de Neffiacb, 
à François de Perellos, vicomte de Roda ; d'Oltrera, Soreda 
et la Pausa, à Pierre Blan, bourgeois de Perpignan ; de 
Salteguel, Ovella et Segramorta, à Jacques de Pallars, 
seigneur de Mataplana; des revenus d*Argelès, à François 
de Clasqueri, citoyen de Barcelone, et à Bernard Luquès, 
notaire de Perpignan ; de revenus à Perpignan et Canohes, 
à Aymeric Dusay et à Jacques de Gualbes ; de la chfttellenie 
de Rodés et Ropidera, à Raymond de Perellos, chevalier ; 
de Vinça, Clayra et Saint-Laurent de la Salanca, à Tin** 
fante Jeanne, comtesse d'Empories ; de Tautahull, à An- 
dré de FonoUet, vicomte d'IUe et de Canet; du château de 
Paracolls, à François de Tregura, donzell ; de diverses 
maisons sises au port d'amont de CoUiourc, à Janbert de 
Besella ; des vallées de Prats et Conat, Montbolo, Gortsavi 
et La Bastida, à la reine Yolant ; de Thuir, à Bérenger de 
Cruilles et Bernard de Senesterra ; de Céret, à Perpenya 
Blan ; d'Estageli , à noble Bernard de Senesterra ; 
de Toren, Mentet ,' Candies, Pi, Huyteza, Sahorra, 
Fulhà, La Clusa, Creu et Vilanova (en.Capcir), à Bérenger 
d'Oms ; de Pollestres, à Philippe Roig, donzell ; de Belle- 
garde et Maurellas, à Philippe Dalmau, vicomte de Roca- 
berti ; des scrivanies de Gonflent et Capcir, à Raymond 
Pastor, de Villefranche; de Montesquiu, à Barthélemi 
Griri, changeur de Perpignan; de rentes sur CoUioure, à 
Bérenger de Perapertusa; d'Espira et Pcua, à Pierre- 
Guillaume de Stanybos ; du lieu de Llauro h Constance, 
épouse de Bérenger d'Oms. — Analyse des chartes et 
actes de Jean P% roi d* Aragon, portant aliénation ou con- 
cession des justices ou antres droits et revenus : de Saint- 
Jean-Pla-de-Corts, Ortafa et Tautahull, à Bérenger de Pe- 
rapertusa ; de la scrivanie de la viguerie de Roussiilon et 
Vallespir, à Guillaume Casols et Pierre Dez Camps, notaires; 
et de celles de Cerdagne, à Jean Rafart; des lieux de Mil- 
las, Reglella, Neffiach, Saint-MarçaU Père los et Sant- 
Marti-de-la-Ribera, à Raymond de Perellos, vicomte de 
Roda ; des pacages de Vall Marans, Laners, Maura et au- 
tres, à la communauté de Puigcerda ; de Llo , Sala^osa, 
Oceja, Angostrina et Prats en Cerdagne, à divers; des 
moulins et revenus de Salses, à Bérenger dez Catllar, 

15 



114 



ARCHIVES DES PYRENEES-ORIENTALES. 



doDzell; des mines de Sahorra et da Confient, à Jacques 
Quinta ; de la chûtelienie et bailliage de Bellver, ii François 
Gasteilo et à Hippolyte Gardas ; de rentes sur la vallée de 
Prats et autri^s lieux, à Etienne de Torres et à Bernard 
Margarit, chevalier; d'un hôtel à Perpignan, à Raymond 
d'Abella; de la fontaine de Salses, à François Bertrati^ 
chevalier, et à Louis de Galbes; de la Bastida (en Vallès- 
pîr), à Raymond de Bages, chevalier ; de Sàlses, Saint- 
Hippolyte et Garrius, à Alamanda, veuve de Jean Garrius, 
et à Hippolyte leur fils ; des revenus de la cour du viguier 
de Roussillon et du bailliage de Perpignan, à Pierre Oit- 
zina deBerga; de revenus sur Sahorra et Fulhà, à Bernard 
Fabro, drapier de Villefranche ; d'Estagell et de Llo, à 
Raymond, vicomte de Pereîlos et de Roda; du figueral del 
Rey au château de Perpignan, à Gilabcrt de Cruilles ; des 
justices de Casefabre et Saint-Michel de Llotes, à François 
Ça Garriga, chevalier ; des lieux de Liés, Travessères et 
Vilella en Barida et de Vingrau, à Bérenger d'Ortafa ; de 
revenus h Pontella,*Tresserra, Corbera, Tordères, Vilamo- 
laca, Toluges, le Camp et le Vegueriu, à Sibille Navarra, 
c donzclla » de la reine et épouse de Marc Des Pujol ; de la 
for^t de Quereiiça, à Bernard Saque t; de Formiguera et 
Matamala, à Jean Garrius; de Glorianes, Mas de TAlzina, 
Rigarda et Çahilla, à Pons de PeroUos ; d'Aristot, Isogol, 
Meranges et autres lieux de Cerdagne, à Pierre Bertran ; 
de Llauro, TresseiTa, Nidolères, Vilamolaca, le Camp, 
Passa, Forques, Tordères, Terrats et Llupia, à la reine 
Yolant ; des albergues de Cerdagne, à Guillaume Gibeli ; 
des scrivanies d*Opol et Salses, à Pierre Nègre, notaire. 
— Analyse des chartes de Martin, roi d'Aragon, concer- 
Bant : une rente assignée à Ëléonore de Santa-Pau sur la 
seigneurie de Mosset; — l'inféoda tion de la châtellenie de 
Puig Balados et sou5-vigueri« de Capcir, à Pierre Oltzina de 
Bergua ; — rafferme du lieu de Bar en Barida, hypothé- 
qué en faveur de Guerald de Mauléon ; — la concession 
de la geôle de Perpignan, à P. Carrera ; — rengagement 
du lieu de Conat fait parla reine Yolant h Speraiideu Car- 
dona. 

B. 191. (Registre.) — Grand in-folio, 26 feoillets, papier; catalan. 

f te5te-iS08« — Memories de Dalmau de Biert. — 
Copie d'une partie de Tarlicle B. 190, contenant l'analyse 
des actes de concession ou d'aliénation de biens domaniaux 
faits par les rois de Majorque et d'Aragon. 

B. 192. (Registre.) — 183 feuillels, papier; latin et calalao. 

f tev9-t4tt. — Registre XXV de la Procuracio 
lical. — Confirmation faite par Galcerand de Pinos à Vi- 



tal de Rocha, des dîmes, manses féodaux et autres droits 
qu'il lui avait déjà concédés dans la vallée de Saint-Martin 
deVillech, avec faculté d*y tenir un bailli et d'y faire rendre 
la justice en ce qui concerne ses possessions. — Chartes 
de Jacques P**, roi de Majorque, portant : autorisation en 
faveur de frère Pierre Missa, prieur des Prêcheurs de Per- 
pignan, d'amener jusqu'à son couvent l'eau qui lui a été 
concédée par Simon Arria ; — donation à Guillaume de Puig- 
Orphila, de droits dominaux sur des maisons, jardins, vi- 
gnes et autres terrains sis à CoUioure. — Ordonnances et 
provisions de Pierre HI, roi d'Aragon, portant : que tous les 
appels des comtés de Roussillon et de Cerdagne, et des ter- 
res de Confient, Vallespir et CoUioure, seront portés et jugés 
à Perpignan; qu'il ne sera exigé d'aucun habitant de cette 
ville aucuns frais autres que ce qui est réglé à la cour du 
bailli par la coutume ; — annulant un décret accordé à la 
ville de Puigcerda, d'après lequel les appels de la Viguerie 
de Cerdagne devaieitt être jugés dans cette ville; le roi 
déclare qu'en accordant ce privilège il avait « oublié » ce- 
lui qu'il avait lui-même donné à Perpignan ; — faisant re- 
mise des droits du domaine sur une maison où frère Jean 
Curt, commandeur de Saint- Antoine, de Perpignan, veut 
bâtir un hôpital pour les malades pauvres et étrangers; — 
concédant divers droits sur les jeux de Perpignan, à Ber- 
nard Ferrer, de Gerona, pour le dédommager de la capitanic 
d'Argelès qui lui avait été accordée mais dont il n'a pu 
prendre possession. — Partage des biens de Raymond Sera- 
gut, marchand, de Perpignan, entre ses héritiers. — Or- 
donnances et provisions du roi Jean I*^ d'Aragon, étendant 
aux habitants de Villefranche-de-Conflent les franchises 
de leudi's dont ceux de Perpignan jouissaient déjà à Tor- 
tosa, Alicant et autres lieux du royaume de Valence au 
delà de Sexona ; — prescrivant que les droits d'amortisse- 
ment en fait de legs pieux et de biens donnés aux églises, 
seront exigibles à partir du jour de la donation ; — défen- 
dant aux clavaires ou mostaçafs de Perpignan < qui n'ont 
« qu*un pouvoir limité sur les maisons et bâtiments », de 
rien décider au sujet des tables ou étaux fixes des rues qui 
dépendent du domaine; — inféodant les agrersde Salses à 
Hippolyte Garrius ; — annulant les concessions arrachées 
au souverain par des demandes importunes et subreptices; — 
portant des instructions générales sur la ferme elles recou- 
vrements des revenus et domaines, et le payement des sa- 
laires des officiers royaux de Roussillon et Cerdagne ; — 
criées concernanl le ruisseau d'arrosage de Thuir. — Clau- 
sulc du testament de Pierre Batlle, prêtre de Perpignan, 
portant legs d'une rente sur Agnès de Salin, religieuse de 
Saint-Sauveur ; — attestation donnée par Pierre Bertran, 
citoyen de Barcelone, sur l'achat de la vallée de Villech 
qu'il avait acquise au nom d^Hippolyte Garrius. — Chartes, 



SÉRIE B, — PROCURATION ROYALE DES 

ordonnances, lettres et provisions du roi Martin d* Aragon 
et de son procureur, portant : confirmation de franchises 
dans le royaume de Valence, aux habitants de Villefranche- 
de-Conflent; — concession à Bernard d'Oms, donzell, de 
la ehâtellenie du château de Perpignan, vacante par la no- 
mination de François Ça Garriga^ camerlench du roi de 
Sicile, au gouvernement du chftteau de Callaiis (Cagliarien 
Sardaigne ) ; — partage de la dime de Saint^Lanrent de la 
Salanca, entre divers bénéfices fondés à Saint-Jean de Per- 
pignan ; — ordre de réduire de quatre à deux le nombre 
des offices de porters du château de la môme ville ; — rè- 
glements pour Toffice de ïObreria dudit château, et pour 
les droits perçus par les notaires royaux; — franchise de 
tous droits à la fontière pour toutes personnes à pied ou à 
cheval et de toute condition qui voudront aller au service 
du pape ; — nomination de Pierre Ça Rocha au comman- 
dement de Força Real dont la châtelain, Raymond de Ger, 
vient de mourir ; — autorisation de faire de la cloua (tan) 
dans les territoires de Vespella, Salses et Aspira, moyen- 
nant une redevance mensuelle de 3 sols et 6 deniers ; — 
liberté donnée aux juifs de Perpignan de faire moudre leur 
blé ailleurs qu'aux moulins royaux^ tant que ceux-ci man- 
queront d'eau ; — permissions : de boiser dans la forôt de 
de Hont-Arruf, et de pécher dans Tétang et les rivières de 
la vallée de Querol ; — d'établir une barque au pas dit 
lo Pont de Peracaus sur TAgli ; — ordres : de veiller à la 
sûreté des châteaux de la frontière, à cause de la nouvelle 
d'une invasion de compagnies; de rechercher et remettre 
à la procuration tous livres ou écritures concernant la 
ieudc de Collioure ; aux viguiers de Gonflent et de Gerda- 
gne, de ne livrer le bâton de leur office à leurs successeurs 
qu'après l'engageiiftent pris par ceux-ci de tenit* une caisse 
pour les deniers qu'ils recouvreront pendant le tri^nni (trois 
ans) de leur charge ; aux feudataires, de prêter foi et 
hommage au Roi qui, après neuf ans de règne, ne l'a pas 
encore reçu, « parce qu'il a jusqu'ici été occupé à courir 
c dans les royaumes d'Aragon et de Valence pour y tenir 
c des corts particuliers » ; — collation de Tuffice de la 
scolanie de la chapelle Sainte-Groix du château de Perpi- 
gnan ; — défense aux nobles et ecclésiastiques d'acquérir des 
biens dans les lieux de Glayra et de Saint- Laurent, qui ap- 
partiennent au vicomte d'Ille et de Ganet; — ordre de 
payer le droit d'arrosage d'un champ sis près du monastère 
de l'Ëula, au fermier des arrosages dcThuir, et les droitsde 
pacage dus au prieuré de Gornella ; — autorisation de fer- 
mer pendant la nuit une rue appelée Mal Burgat dans la- 
quelle est située la maison de l'Aumône, commune de Per- 
pignan; élection et serment des secrétaires de l'Aljama des 
juifs de cette ville ; — permission de pécher dans la Tct 
accordée à Perpeny a Noguer,de Ria ; — règlement du compte 



COMTÉS DE ROOSSILLON ET DE GERDAGNE. 115 

des sommes reçues par les consuls de Mer de Perpignan, 
c pour l'œuvre de leur Loge » ; inféodation de la escarcele^ 
ria (gôolerie) de cette ville, à Pierre Garrera ; — payement 
de droits d'amortissement par Bernard Lucia, prêtre de 
Gabestany, et par P. Serra, sacristain de Palau ; — saisie 
de censives et autres revenus perçus aux territoires de Le- 
cha et Anglars par Antoine Gapella, des bains d'Arles; — 
ordre de saisir le limon et les voiles de la nef Sancta Ma- 
ria e sent Nicholau du patron Gabriel Guich, de Barcelone, 
mouillée dans les mers ou port de la ville de GoUioure et 
devant partir vers c les prats del Solda de Babilonia, > tant 
qu'elle n'aura pas payé les droits ; — conventions avec 
Raymond Merquès, nouvellement pourvu de la charge de 
bailli de Perpignan, pour la tenue de sa caisse; — envoi d'un 
commissaire spécial pour prononcer sur une saisie faite à 
des habitants du lieu de Gastellnou appartenant au vicomte 
Pierre de FonoUel ; — permission défaire delà cloua au ter- 
ritoire d'Opol ; — défenses relatives à la sortie des matières 
d'or et d'argent; — restitution de 58 écus de France saisis 
au pas de Salses sur les religieux Guillaume Sicart, com- 
mandeur de Sosterres et de Sescar, et Bernard de Vilaragut, 
de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, < qui allaient au ser- 
vice du pape » ; — permis de passer c pour aller audit 
c service », accordé à frère Mathieu de Ruffa, du monas- 
tère de Sainte-Marie de Pedra, diocèse de Tirassona, por- 
tant 40 florins d'or d'Aragon ; — conârmation des fonctions 
de procureur royal et léodal et de directeur général des 
amortissements de Roussillon et Gerdagne, à Dalmau de 
Bien, sa vie durant ; — payement de droits seigaeariaux 
pour la masada d'En Feliu, à Argnlès, possédée par Ber- 
nard Biatriu; — nomination de Gnillanme Seguer, comme 
garde au pas de Salses ; — admission de ferrers et fabres 
à la fabreria du château royal de Perpignan ; — inventaire 
des meubles de la carceleria de la cour royale de ladite 
ville : entre autres objets, un pilode fust ab sa picassaper 
tolre caps e membres ; — permission donnée à Dalmau Ses 
Fonts, donzell, d'habiter dans la maison dite d'£n Cabrera^ 
sise dans la lisse du château de Perpignan, mais sans qu'il 
puisse y accueillir « compagnie qui ne soit de la seigneurie 
c du roi » ; — collation d'un bénéfice fondé à Sainte-Ma- 
rie Madeleine d'Elne, à Julien Forner, prêtre de Tortosa; 
— autorisation donnée à Jean Giginta, de réduire les agrers 
et censives qu'il tient en fief pour le roi à Perestortes ; — 
sauvegardes royales : pour les arbres plantés au Correch 
de la porte des Comes (à Perpignan) où est le déversoir du 
ruisseau de Thuir;pour un moulin drapier sis dans le 
fossé entre les portes del Thoro et d*En Ribesaltes ; — 
permissions accordées : à Guillaume Gerda, de Gollioure, 
de chercher des mines à'alcoffoly or, argent et autres mé- 
taux, en tous lieux de Roussillon et Gerdagne ; aux habt- 



116 

tants de Paig Baladors et de Vallcera, d'affermer leurs de- 
7èses; — règlement pour la garde du ruisseau de la ville 
de Perpignan ; — ordre au notaire François Bonsenyor^ 
d'exhiber les minutes des actes relatifs à la création de la 
Fontaine Neuve et de la Fontaine de Na Pirtcarda (à Perpi- 
gnan) ; — saisie du vilar d*Envalls au bailliage de Bellver, 
appartt.nant à Pierre Blanch, bachelier en droit; — com- 
missions : de lieutenant de procureur royal en Gerdagne et 
Banda, pour Bertrand Montaner, en remplacement de son 
père décédé ; de bailli de Perpignan, pour Guillaume Des 
Puig, donzell ; — autorisation accordée à Jusse Bonnaffos 
et aux autres juifs propriétaires de maisons dans la rue 
sise devant le Call des juifs de Perpignan, de s'assembler 
pour empêcher que leursdites propriétés ne soient 
obligées à payer le morabatin que les créanciers de l'al- 
jama reçoivent sur les autres maisons du call; — \érifîca- 
tion des comptes d'Antoine Carbo, obrer du château royal 
de ladite ville ; permission donnée à trois jardiniers de la 
paroisse de la Real, de pouvoir aplanir le pré appelé 
Mata toros; — poursuites contre les consuls du Soler 
d'amont, pour avoir fait passera travers les chemins royaux 
Teau qu'ils ont amenée pour l'arrosage de leur territoire ; 
— concession de la châtellenie de Perpignan à Bernard 
d'Oms et à celui de ses fils qu*il désignera ; — réclamation 
des porters et servants dudit château royal, se prétendant 
exempts de la juridiction du bailli, pour le port d'armes 
prohibées ou non ; — reconnaissance faite par Ysabel, 
fille de G. Calvet et épouse de Georges Gaucelm, donzell, 
du fief des dîmes de Sauto et Fetges ; — vérification des 
comptes de Guillaume Castanyer, lieutenant du procureur 
royal en Gonflent ; ordre à Pierre Mercader, dePuigcerda, 
de reconnaître comme fief royal trois muids de blé qu'il re- 
çoit sur le Mas d'En Baderles alias Raholf; — permis- 
sion accordée à Guillaume Fabre, obrer de la loge de Mer 
de Perpignan, de faire clôturer tout l'espace, depuis la rue 
qui part de la Carniceria major jusqu'à l'extrémité des 
auvents de la maison de ladite loge; — obligation pour le 
barquier du Volo, de tenir des palanques pour la barque 
établie au passage du Tech devant celte ville; confirmation 
à Jaubert Lober, notaire de Perpignan, d'un bureau qu'il 
possède depuis vingt-deux ans dans la Scrivania royale pu- 
blique de ladite ville qui est contiguë à la maison de Tau- 
dience de gouverneur : c'est le troisième bureau de notaire, 
entre ceux de Bernard Rafel et Pierre Ornos ; — autorisa* 
tion accordée à deux habitants de Collioure, de construire 
des fours à cbaux ; — payement des dettes contractées en- 
vers Gispcrt de Tregura, possesseur du lieu d'Knveig dont 
il a fait cession au Roi ; — concession accordée à Guillaume 
Yerdera, docteur en droit, de faire une prise d'eau de la 
rivière de la Tet, i la condition de la faire d'abord venir 



ARCHIVES DES PYHÉNÉES-ORIENTALES. 

jusqu'à la Nora du château de Perpignan, et de s'en servir 
ensuite àson gré pour l'arrosage ; — amortissement des ren- 
tes léguées à un bénéfice de l'église Sainte-Marie du pont 
à Perpignan et à l'aumône de Jacques Sere , menuisier ; — 
décision sur la plainte de Guillaume Saquet, damoiseau, 
chambellan du duc de Berry et d'Auvergne et gouverneur 
royal des ville et baronnies de Montpellier et Omelas, au 
sujet des droits de leude perçus à Collioure sur Jean Ter- 
rin et autres marchands de Montpellier; — exemption de 
leude au Volo, pour les habitants de Lerida; — autorisa- 
tion, pour Berenger Alp, prêtre, de recevoir divers cens et 
rentes sur des boutiques de cordonnerie sises à Perpi- 
gnan et tenues en directe seigneurie pour le domaine ; 
— saisie d'une somme sur un prêtre de la même ville, à 
la requête de Na Druda, veuve du juif Samuel Boffill ; — 
ordre pour les habitants de Fulhà et autres lieux qui, pour 
frauder les droits de barre et de leude, suivent des che- 
mins qui ne sont « ni royaux ni publics », d'avoir désor- 
mais à passer par le chemin royal ; — payement de droits 
pour la vente d'un navire à Collioure, vendu et acheté par 
des Barcelonais ; — information sur des vols commis à la 
chapelle du château de Perpignan; ordre à Bernard d'Oms, 
de livrer ledit château « au Très-Saint père en J.-C. et 
« seigneur, le seigneur Benoît (XIII), souverain pontife de 
c la très-sainte et universelle Église romaine», à qui on 
donnera en toute liberté les lits en planches, tables, bancs, 
astores et autres meubles, absolument comme on le ferait 
pour le Roi en personne ; — permis de sortie de 40 mon- 
tures, or, argent et autres effets, pour Jean Jublay, cheva- 
lier camerlench, et Tarcellet des Echelles (de les Scales), 
cavallericius du comte de la Marche, retournant d'Espagne 
en France ; — commission donnée à Bernard Yvern, en 
qualité de c maître de l'horloge de la cloche qui sonne les 
« heures », au château de Perpignan; — ordre à Raymond, 
vicomte de Roda et de Perellos, de reconnaître son fief de 
Saint-Marçal ; — nomination de Jean Jou, docteur en droit, 
à la charge de commissaire royal de l'Aljama des juifs de 
Perpignan, vacante par décès de Pierre de Berga ; — ac- 
cord avec les syndics de Thuir, pour le rétablissement du 
ruisseau de ladite ville c actuellement cessant et vacant » 
par suite de la destruction du Pont dit de Sent-Pere ; — 
autorisation accordée aux fermiers de l'étang de Salses, 
d'en ouvrir le grau à partir de la fête de Saint-Julien ; — 
saisie de la devèse de YAygual de Font calent dans la 
vallée de Ribes, léguée par testament de Jean Pradell à 
l'église de Queralps et inféodée plus tard par Bernard de 
Pinos, alors seigneur de ladite vallée ; — vérification des 
comptes de la châtellenie et du bailliage de Querol ; — con- 
firmation d'une ancienne franchise de leudes, pour les ha- 
bitants de Puigcerda; mise en possession du bailliage dit 



SÉRIE B. ^ PROCURATION ROYALE DES 

de sac de Puigcerda, du moulin de Porta (yallée de Querol) 
et d'une masada sise à Gurguja, en faveur de Violant, 
épouse de Jean Harangcs ; saisie du Mas d^En Galin pos- 
sédé par G. Vila, de Prats en Cerdagne, à l'instance de 
Tabbé de Cuxa ; — nomination d'un bannicr et huissier, 
pour la garde du droit de pasquier à Vinça; — pennission 
donnée à Bernard Allot, de Perpignan, de transporter cent 
charges de farine en Sardaigne ; — confirmation d'une vente 
de vignes sises à ÂristotenGerdagne; — autorisation donnée 
à mattre Yssach Cabrit et Abrarn Macip Choen, juifs de 
Perpignan^ de fermer pendant la nuit la rue qui conduit 
à leurs maisons sises dans le Call ; — commission de bailli 
du Perthus en faveur de Bernard-Guillaume de Canadal, 
donzell, régissant la ch&tellenie de Bellegarde vacante par 
décès de Michel Dez Guell ; — défense à Arnald de Sainte- 
Colombe, chevalier, procureur de Jean, vicomte de Cas- 
tellbo, d'exiger les droits d'arrière-fief des châteaux et lieux 
de Joch, Fineslret et Sahorla, appartenant à Elienor, veuve 
de Michel de Perellos. — Sentences dn juge du domaine, 
sur le droit de passage des troupeaux qui vont pacager 
aux pasquiers du prieuré de Cornella situés en Gonflent et 
Capcir. — Renouvellement d'une charte du roi Jacques de 
Majorque qui affranchit de payer la leude de Salses, tous 
habitants de Trulles, Feuilla, Ortous et Novelles (La Nou- 
velle) passant par la plaine d'Opol, par la Coma de Cratè- 
res et par le lieu de Rivesaites. — Quittances de rentes 
sur les revenus de la ville de Perpignan , en faveur de 
Pierre Taqui, Pierre Des Camps et Pierre Blan, donzell, 
de Perpignan ; André de Conlijoch, de Barcelone ; Fran- 
çois Basset, de Lerida ; Jean Vilella, de Gerona, et autres. 

— Lettres du procureur royal, concernant : le moulin à 
scie de Querença, appartenant à Arnald Folcra, de Gain- 
prodon; — la réparation de la maison de la cour de Sal- 
ses ; le fief possédé par Barthéicmi Pons-Ramon, de Cor- 
nella-de-la-Riviëre; l'afferme de la forêt du château royal 
de Perpignan; — la franchise de leudes, accordée aux ha- 
bitants de BayonadeMin^o en Galice (royaume de Castille). 

B. 193. (Registre.) — 48 feuillets, papier ; latin. 

tS99-t4ti.— Manuel ei notule de Raymond Ferrer, 
notaire à Perpignan. — Obligation de Guillaume Sala, de 
Nidolères, envers Deulosal Amoro?», de Saint-Jean Pla-de- 
Corts, qui a payé les joyaux de noce de sa fille ; — 
constitution de procureurs par le couvent des Frères-Pré- 
cheurs de Puigcerda. — Actes de Dalmau de Biert, pro- 
cureur royal, portant confirmation : d'un fief honoré con- 
sistant en une rente de 19 rouids de seigle, vendu par 
Jean de Ganals à Guillaume Pujol, marchand, de Berga; 

— des propriétés sous directe royale, acquises par Ber- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 117 

nard Borreil, à Cornella-de-Conflent, et par Guillaume Ga- 
vella, bourgeois, à Perpignan ; — à Bernard Vila, d'un 
moulin dans ladite ville près delà place Neuve; — conces- 
sions emphytéotiques - d'une table devant le moulin du 
Roi, à R. Domenech, teinturier, de Perpignan ; de maison!( 
et terrains, à Argelès ; de Citges (fosses à blé) situées à 
la Colomine-de-l'Évéque, paroisse Saint- Jacques de Perpi- 
gnan ; — amortissement de rentes et acquêts en faveur de 
Jacques Fabre, chanoine d'Urgell et recteur ou pleban de 
Balaguer ; de Jean Caries, prêtre de Sainte-Maric-la-Mer, 
pour une vigne située à Vilarnau ; des recteurs et églises 
de Bar, Planoles, Osseja et Vallventosa; — permission 
accordée à un marchand de Perpignan de fermer à pierre 
et à chaux, jusqu'au premier étage, le porche qui est de- 
vant sa maison, rue de la Borseria, à Perpignan ; à Jacques 
Duran, de Puigcerda, de clôturer un chemin qui avoisine 
le pré commun de cette ville dit Pré de Pallerols ; — ra- 
chat, pour le domaine, d'un verger sis hors la porte de Ga- 
net, à Perpignan, entre les moulins dits de Saint-Michel et 
des Juifs ; — payements des salaires des réguiers du ruis- 
seau de Thuir ; des châtelains des châteaux royaux ; de 
Bérenger de Fontjoncosa, donzell, viguier de Gonflent ; de 
Pierre de Terrades, ancien bailli de Perpignan, et d'autres 
officiers royaux ; — aveux féodaux : des châteaux de la 
Bastida, Prullans et Penacadell, en Cerdagne, par Jacques 
et Pierre Cadell, frères, héritiers de Jacques Cadell ; de 
tasques et autres redevances sur diverses propriétés sises 
à Cornella-de-Conflent au lieu dit les Querines, par Ber- 
nard Banyuls, donzell, de Vernet ; — frais de courriers 
expédiés au Roi : à Valence, au sujet d'une plainte de rup- 
ture de paix et trêve, du prieur de Saint-Augustin contre 
le bailli de Perpignan ; à Barcelone, pour annoncer que le 
vicomte de Narbonne était parti du lieu de Serenyan pour 
aller dans 111e de Sardaigne ; — 60 livres payées à Jean 
Pi, patron de barque, do GoUioure, pour faire savoir au 
Roi de Sicile, qui était alors à Alquer (Alghieri), que le vi- 
comte de Narbonne se préparait à aller en Sai*daigne 
(140B) ; — achat de vin muscat à 60 sols la charge, pour le 
Roi ; de papier, pour les registres de la procuration royale; 
— frais de réparation de la grande tour de Bellegarde, et 
autres dépenses. 

B. 194. (Registre.) — In-folio, 9i feuillets, papier ; lalin et calalui. 



iSS0-t4f te* — Comtessa d'Empories. — Provisionii 
des rois d'Aragon Pierre III et Jean I*% portant révocation 
de toutes concessions viagères et de survivances des charges 
d'alcaydes, baillis, juges et autres offices royaux ; — enquête 
faite à l'instance de l'infante Jeanne, fille du roi Pierre III et 
épouse de Jean P' comte d'Empories, sur la valeur des 



tl8 



ARCHIVES DES PYRÉNEES-ORIENTALtS. 



revenus de Clayra et de Saint*Laureut de la Salanca, de- 
puis que ces lieux appartiennent à André de Fonollet, yi- 
comte d'IUe et de Canet ; inventaire des meubles, Hyres, 
vêtements et autres effets de rinfante-comtesse Jeanne, 
trouvés à Castello d*Eiiipories dans la maison de P. Gi- 
bern ; — ti*ansaction entre les deux fils de Tinfante, 
Jcaa II, son successeur au comté d'Empories, et Pierre, 
héritier de la seigneurie de Vinça ; le premier vend au se- 
cond les châteaux de Verges, Ça Tallada et Bellcayre 
avec les droils de bulle de plomb et de sceau de cire sur 
les draps du comté d'Empories, pour le payement de la 
dot de leur mère. — Mémoires, lettres, états de dépense 
et comptes des manumisseurs de l'infante Jeanne, pour le 
règlement des droits de la comtesse Jeanne de Rocaberti, 
V9uve du comte Pierre d*Empories, décédé sans enfants; 
le comté d'Empories avait fait retour à la couronne, et 
Jeanne de Rocaberti n'avait conservé que la jouissance de 
la seigneurie de Vinça. 

B. 195. (Registre.) -^ In-folio, 46 feuillets, papier ; latin. 

tSMI-t4tt9. — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 
— Ordonnances des rois: Jean d'Aragon, portant union 
des revenus des amortissements de Roussillon et de Cer- 
dagne à la procuralion royale : — Martin d'Aragon, nom- 
mant provisoirement Dalmau de Biert receveur desdits 
amortissements, fiefs et procuration ; — lui conférant les 
mêmes offices sa vie durant ; — subdélégation pour les 
amortissements, donnée à Pierre Forroll, écrivain de Per- 
pignan. — Amortissements de biens de mainmorte, con- 
cernant : les bénéfices fondés par Bernard Thalo, de Baxas, 
et par Jacma,. épouse de Bernard Janberl, de Cabestany, à 
Saint-Jacques de Perpignan ; — les acquêts de Bernard 
Moner et Vincent Scalverat, prêtres d'Estageli ; Jean Car- 
dia, bénéficié de la Real ; Gabriel Estève, prêtre de Perpignan, 
et Arnald Soler, prêtre d'Enveitg ; — les revenus et rentes 
des prêtres et des chanoines de la Real et deSainte-Marie- 
dlL-*-Pout, de Perpignan ; — un anniversaire fondé à Sainte- 
Marie de Palau en Cerdagne, par Raymond Fabre. — Quit- 
tance de la taxe payée au syndicat de la rivière de TAgli, 
par Pierre Forroll, pour ses propriétés de Clayra. — Con- 
cessions en emphytéose : d'une table de jardinage sur la 
place de la Caulasseria près de la place de les Galines, à 
Perpignan ; — du droit d'arroser un pré, en faveur de Ber- 
nard Calvel, sacristain deSerdinya; — de toutes les terres 
situées entre le ruisseau de Tliuir et la rivière de la Tet, 
depuis le pont de Ropidera jusqu'à celui de la Baur, et du 
riberal de la même rivière depuis le barrage dit de Na Ala- 
manda, en faveur de Bertrand Sa Tor, donzell, domicilié 
à Vinça. 



B. 196. (Registre.) — In-folio, 58 fouillrls, papier ; latin. 

iS94-i4ite, — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 
— Payement de 13 livres de Barcelone à Jean de Ribes- 
altes, chanoine de Gerona et collecteur de la chambre 
apostolique, par Jacques Caramany, recteur de Vilanova- 
de-Rauter, pour la vacance de son église. — Bérenger de 
Perapertusa, chevalier, seigneur d'Ortafa, assigne une rente 
viagère sur ses revenus de Tautahull à ses sœurs Sclar- 
munda, religieuse de Saint-Sauveur de Perpignan, et Élé5- 
nore, qui doit aussi entrer dans ce couvent ; — le même 
réduit le cens de deux alberchs ou maisons sis au lieu de 
Valielles en Barida ; — testament de Clémence, sœur dudit 
Bérenger, nommant pour être ses exécutrices testamen- 
taires sa sœur Francisca de Perapertusa, épouse du cheva- 
lier François de Pau, et Aldonça, épouse dudit Bérenger 
qu'elle institue héritier; elle veut être ensevelie dans l'église 
Sainte-Eug(''nic d'Ortafa en la tombe de défunt Bérenger de 
Perapertusa, son père. — Sentences du juge du patrimoine 
ou domaine royal : confirmant aux habitants de Lli via leurs 
droits sur la forêt d'Usclada qui leur étaient contestés par 
la ville de Puigcerda ; — déclarant que le territoire de La 
Llagona et la vallée de Conat sont compris dans les dé- 
pendances des pasquiers de Confient, et que les troupeaux 
étrangers qui les traversent ou qui y vont pacager sont 
soumis aux droits perçus par indivis par le domaine et par 
le prieuré de Cornella ; — ordonnant de restituer à des 
marchands florentins Fept barriques « d'argent vif » sai- 
sies par le receveur des leudes de Collioure; — attribuant 
à Béatrix d'Oms, prieure de Saint-Sauveur, la directe sei- 
gneurie d'une maison sise à Perpignan. — Quittance d'une 
rente sur les lieux de Liés et Travessères en Barida, payée 
à Bérenger d'Oms, chevalier, fils • d'autre Bérenger qui 
l'avait acquiî^e du chevalier Bérenger de Castellnou. — Pro- 
cès-verbal d'expertise sur la mesure de la hauteur de la 
chute d'eau d'un moulin à foulon situé dans les fossés de 
Perpignan près de la porte du Thoro. -— Payements faits à 
la procuration royale : par les consuls de Vinça, 180 florins 
d'or dus après une transaction; — 8 livres 10 sols, par 
Astruch Yssach,juif,de Puigcerda, accusé d'avoir contracté 
mariage avec la juive Richa, fille du juif Deulosal Vidal, 
quoiqu'il eût déjà une autre épouse du nom de Stero, ab- 
sous moyennant le p^aycment de ladite somme ; — 210 li- 
vres payées par André Borrell, de Collioure, patron de la 
nef sent Johan Batista^ pour les droits sur les marchan- 
dises qu*il transporte au pays du Soldan. — Abandon de 
droits de succession : *sur un manse situé à AU en Cerda- 
gne, par Pierre Gros dit Patau, de Fontrabiosa ; — sur les 
biens de la famille Asemar, de Tautahull, par G. Barrât et 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Bernard Figuères. — Constitulion de procureurs par frère 
Galcerand d'Oms, prévôt majeur de Cuxa, Uuguet de Cas- 
8an,donzell, et François Picalast, de Cornella-de-Gonflent. 

— Actes du procureur royal, portant : concession au col- 
lège des prêtres de Sainte-Marie de Puigcerda^de la faculté 
de prendre au ruisseau des moulins royaux un filet d'eau 
c de la largeur ou rondeur d'un denier menu de Barce- 
c lone» > et de ramener au réfectoire de leur église ; — 
renouvellement d'un ancien règlement concernant les mou- 
lins à foulon de Saint-Estève-del-Monestir. — Reconnais- 
sauces féodales : de rentes sur divers ouvroirs de la Pe- 
tite Parayria de Perpignan, par Jacques Cadell, seigneur de 
Prullans ; — de terres sises à Vilella et à Céret, tenues 
pour Raymond, vicomte de Roda et de Perelios. — Renon- 
ciation d'une maison à Perpignan , tenue en directe pour 
Grégoire Boxeda, marchand. — Lods de vente d'un héri- 
tage situé àHuyteza, fait par Marguerite, épouse de Pierre 
Olzina de Berga, dame dudit lieu. — - Procès entre Bernard 
de Belloch, chanoine d'Elue et collecteur du subside imposé 
par le pape au clergé du royaume d'Aragon, et Jacques de 
Sa Maso, donzcll, administrateur de l'abbaye de Cuxa, au 
sujet des droits réclamés pour ledit subside sur la pré- 
vôté de Fillols ; — marché fait entre Jean Trinyach, tein- 
turier^de Perpignan, et Guillaume, abbé de Cuxa, pour la 
coupe des bois appartenant à ce monastère. — Bail à ferme 
des aides et impositions extraordinaires de la communauté 
de Salses, pour dix ans : l'imposition est établie, entre 
autres objets, sur toute viande débitée à Salses, excepté 
celle deporch senylar (sanglier). — Ventes en faveur du 
donzell Dalmau de Biert, des moulins dits Reyal et de 
Sent Miquel, et du moulin à foulon dit de la Juheua (de 
la Juive), situés dans les fossés de Perpignan, près de la 
poite de Canet ; ces usines n'allaient plus, à cause des 
inondations qui avaient rompu le ruisseau de Thuir en plu- 
sieurs endroits. — Payement des revenus de Heranges et 
de diverses rentes dues par des habitants d'Urgell, au profit 
du chevalier Galcerand de Sent-Menat, à qui le roi Martin 
en avait fait don c pendant la guerre du comte de Foix. » 

— Délibération de la communauté de Bellver, pour la no- 
mination d'un notaire. — Testament du chevalier Pierre 
Dez Pia , fils du donzell Barlhélemi de Vilafrancha ; 
son héritier Jean Dez Pla est mis en possession de di- 
vers revenus domaniaux h Argelès et à Perpignan. — Dis- 
cussion entre le procureur royal et Tofficial de Perpignan, 
au sujet d'un castill in nommé Diago de Alcaraç, accusé 
d'avoir assassiné sa femme, prétendu clerc selon Tofficial, 
mais qui, d'après le procureur, n'était qu'un simple laïque 
€ bigame, lavernier, tafurer (jouer, fripon) et ayant long- 
« temps exercé un métier honteux. » — Payement de 
78 livres pour les réparations du château de Piiig Balados, 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 119 

prises sur les deux mille florins d'or que les manumisseans 
du roi Martin ont remis aux consuls de Perpignan pour là 
réparation des châteaux de la frontière de Roussillon et it 
Cerdagne. — Livraison de deux bassinets, gantelets, cotle 
de mailles de fer et autres armures,à Scguer de Perapertusa, 
chevalier, procureur de Jean Maurine,notaire de Narbonne, 
par Jean Morer, de Collioure. 

B. 197. (Re^pstre.) » in-folio, 56 feniUets, papier ; Utio. 

f S9i-t4f te. — Notule de Pierre Roure, notaire. — • 
Prêt de 1,500 florins d'or communs d'Aragon, fait par 
François de Bellcastell, donzell, seigneur de Vilallonga, à 
Barthélemi Cari, banquier, de Perpignan, qui donne pour 
caution Vidal et Ermengaud Grimau, Bérenger d'Arle», 
Guillaume Vallespir et autres ; — procès, poursuivi en au- 
dience royale par ledit F. de Bellcastell contre les héritiers 
de G. Vallespir et principalement contre sa fille Marie, 
veuve de Bernard Miquel, pareur. — Vente aux enchères 
des biens meubles de François-Jean Vidal, de Perpignan : 
entre autres objets, « un écu au signe A et trois fleurs de 
lis » livré pour 4 sols. — Amortissemeut des legs de Pieri*e 
Basset, de Puigcerda; — vente de terres situées à Baxas, 
par Florencia, veuve du bailli Raymond Comte ; — ^contrat 
de mariage de Jean Miqnel, notaire du château de Palaa 
Ça Tor au diocèse de Geroua, avec Honorée, fille de Fran- 
çois Barbaroge, de Perpignan; — accord sur la succession 
d'Arnald Vernet, chirurgien, de Millas, entre ses nls Jean, 
maître en niédecine,et Pierre, citoyen d'Elue ; — quittance 
d'une dette payée à LehonSamiel de Masèresjuif, de Pei^- 
pignan, par Jean Saguer, bailli de la Tour-sous-Elne. — 
Pierre Miquel, de la Bisbal, du diocèse de Gerona, affran- 
chit {llberum franchum et alforrum facio) son esclavo, 
serf et captif, Jean Palou c né dans la maison de Pierre Pa- 
« lou, à Gerona^ » en déclarant qu'il le rétablit, lui et les 
siens nés ou à naître, natalibus antiquisetjuriingenuitatis 
et juri primo secundum quod omnes homines liberi nas- 
cebantuVy née erat illis manumissio introducta, cum ser- 
vitus esset incognita (acte fait à Perpignan le 26 juillet 
141 â). — Donation de propriétés situées à Saint-Hippo- 
lyte, par Jean Jaume, faxerius sive bracerius, de Perpi- 
gnan, en faveur de Pierre Doues ; — affranchissement de 
droits d'agrer, cossura et bajuliu, pour des propriétés sises 
à Toluges et tenues pour le Roi par Bernard Sagarro, du 
Soler d'Amont. — Payements : de frais de procès par les 
consuls d*Argclès ; — d'une rente, par la communauté de 
la Vallée de Meranges ; — de divers frais pour le procès 
soutenu par les consuls de Corbera; par Jean de Marça, 
donzell ; par dame Auda, de Vinça ; En Palet, de Castell- 
non ; En Noell d'ille et autres, contre la communauté de 



120 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORffiNTALES. 



Thuir, au sujet de l'eau et du ruisseau de ladite ville. — 
Conventions entre le procureur royal et la communauté de 
Gorbera, au sujet du ruisseau de Thuir et des dépenses 
faites pour y remettre Teau. 

B. 198. (Registre.) — In-folio, 60 feuillets, papier ; latiD. 



^-t4iS« — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 
— Actes de la procuration royale, concernant : la prise de 
possession de la scrivanie du bailli de Perpignan, vacante 
par le décès du titulaire Barthélemi Servent; — la confir- 
mation : d*une rente en Cerdagne achetée par G. Pujol, de 
Berga ; du tiers des dtmes de Ger, vendues par Jacques 
Estève, notaire de Barcelone, au tuteur de Raymond Mul- 
ner, de Puigcerda; — la reconnaissance féodale : d*un 
champ à Safses, tenu par G. Fuster ; des dtmes de la pa- 
roisse d'Orbanya et de Sainte-Eulalie de Fulhà, tenues par 
Michel d'Avellanet, donzell de Codalet, fils de Jean d'Âvel- 
lanet; du vilar de Real en Capcir et de Veccechata dite de 
la Madro sur la rivière d'Aude près de Formiguera, tenus 
par Bernard Colomer, de Vernet en Gonflent, héritier de sa 
sœur Marguerite, épouse d*Arnald-Bérenger Vidal, donzell 
de Fulhà, succédant à Guillaume Squilat ; de deux man- 
$e» dits Les Taylledes au territoire de Gortsavi,et du manse 
Ott borde del Bosch à Bula-d'Amont, acquis de Guillaume 
Stoer, d*Ille, par Jean Germa, notaire d'Arles ; — la con- 
cession en emphytéose d*un « marge » près de la rivière 
Regur avec faculté d*y faire des plantations, à Guillaume 
Sala, d*Aragolisa ; du Mas de Serinya dans le bailliage de 
Bellver, au donzell Pierre de Soler ; d'une maison dans le 
eall de Puigcerda, au juif Jacob Gohen, tailleur; d'une 
maison dans la rue de la Morera de la même ville, à Jean 
Capdevilla, hfttelier ; — la ferme des bans du jeu, à Perpi- 
gnan ; — l'autorisation d'arracher une vigne située près du 
bois du château royal de la même ville ; — la renonciation 
faite au domaine : d*un moulin h foulon situé au territoire 
de Vinça au lieu dit al Vemedal^ par Jacques Catala; de 
la barque établie sur le Tech au passage d'Elne, par Biaise 
Vidal; — divers payements faits : pour annoncer au roi 
(Martin) les projets d'invasion du comte d'Armanyach ; pour 
les frais du géomètre Pierre Mener, jeumetra sive livela^ 
tOT^ de la Roca, employé avec deux de ses aides au nivel- 
lement des lieux par ou l'on pourrait amener l'eau de la 
Tet au ruisseau de Thuir ; pour couvrir la place Neuve, de 
Perpignan ; pour divers travaux de peinture exécutés dans 
la salle de Mallorcha et aux verrières du château royal de 
cette ville; pour aller à Marseille chercher deux paons 
blancs destinés au Roi; — les appointements des châte- 
lains et autres officiers royaux ; — les rentes ou pensions 
reçues par les Dominicains de Puigcerda, Guillaume de So, 



vicomte d'Evol, Yolande de Planella, Pons de Pereilos et 
autres ; — les réclamations : de frère Roderic de Luna, 
commandeur du Mas Deu, sur la directe d'une maison si- 
tuée à Perpignan ; de la ville de Barcelone, pour l'exemp- 
tion des droits de leude à Collioure; — l'indemnité des 
terres et d'un moulin au territoire de Vinça, pris pour le 
nouveau tracé du ruisseau de Thuir; — le rachat d'une 
rente constituée en faveur de Jeanne, épouse de Guillaume 
Blanca, marchand, de Perpignan ; — la reconnaissance de 
tables des marchés de ladite ville, tenues pour le couvent 
de Sainte-Claire ; — l'aniortissement des biens et rentes 
légués, pour une fondation pieuse, à l'église de Cabestany, 
par Jean Finestro ; pour un bénéfice fondé à Saint- Vincent 
de Baho, par Pierre Johan. — Contrat de mariage d'Agnès, 
fille de Jacques Bernard, notaire de Perpignan, avec Jac- 
ques Tura, marchand. — Procuration donnée par les don- 
zells Jean et Pierre Cadell, fils de Jean Cadell, seigneur 
d'Arceguel et de Vilanova-de-Banat en Barida, pour plal* 
der contre leur tante Agnès, veuve de Jacques Cadell, sei- 
gneur de Prullans, La Bastida et Penacadell, et réclamer 
la restitution de ces derniers lieux. — Transaction entre 
le procureur royal et Georges Barbaroge, marchand de 
Perpignan, au sujet du droit de quatre deniers pour livre 
sur les marchandises que ce dernier a expédiées sur la nef 
d'André BoVell, de Collioure, aux villes de Messine en Si- 
cile, Xarinas (Selino !) en Xipre et Barut « soumise au Sol- 
dan 9 ; la somme réclamée s*élève à 40 écus d'or de France 
valant 36 livres de Barcelone. 

B. 199. (Registre.) — In-foUo« 36 feuillets, papier; latin. 

141^9-1414.— Manuel de Jacques Nadal, notaire. 

— Actes et notes de la procuration royale, concernant : 
les procès de la communauté d'Estoher contre celle d'Ës- 
pira de Confient, des prêcheurs de Perpignan contre la 
communauté de Salses, des habitants de Planoles dans la 
vallée de Ribes contre les fermiers des pasquiers royaux ; 

— le payement des châtelains et autres officiers royaux, et 
diverses dépenses de fournitures, courriers, etc. — Con- 
cessions emphytéotiques de diverses parties d'un ancien 
chemin abandonné, allant de Pia à Salses et traversant la 
rivière de TAgli sur l'ancien pont dit de Peracals ; — 
amortissement des rentes des bénéfices fondés par Arnaid 
Pe-Ramon, de Miilas, et par Catherine, épouse de Jacques 
de Ça Maso, donzell, d'Arles ; — concession donnée à frère 
Guillaume Blanquet, prévôt et seigneur de Pézilla, et aux 
syndics de cette communauté et des habitants de Perpi- 
gnan ayant des possessions à Pézilla, de prendre l'eau de 
la Tet et de la conduire audit lieu par un nouveau ruis- 
seau, pour l'usage des moulins et l'arrosage des terres ; — 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

payement de 210 livres de droits dus au domaine par les 
deux nefs de Georges Camprodon,marchand de Perpignan, 
commandées par les patrons Jean Bonet et Jean Pi, de 
Gollioure, pour le voyage qu*elles vont faire au pays du 
Solda ou d'Orient, ad partes del Solda sive Orientis ; — 
quittances de rentes sur les revenus royaux de Perpignan 
et d'Argelès ; — payement de 166 livres 13 sols 4 deniers 
à Barthomeua, épouse de Raymond Ça Garriga, chevalier, 
gouverneur de Roussiilon et de Cerdagne, pour le salaire 
d'un trimestre dû à son mari. 

B. 200. (Regi&tre.) — iD-folio, 20 feuillets, papier (latio). 

1414* — Manuel de Pierre de Candell^ notaire. — 
Quittances et autres actes de Jean de Ribesaltes, conseiller 
et grand conservateur du domaine royal, commis à la re- 
cette des sommes Imposées aux communautés de Roussiilon 
et de Cerdagne, pour les frais du couronnement du roi et 
de la reine d'Aragon ; -:* concernant : en Roussiilon, les 
communautés de Salses, taxée à 40 florins d'or d* Aragon ; 
Argelès, 120; Perpignan, taxée à 5,000 florins, par compo- 
sition faite entre le roi et François Giginta, député de la ville; 
l'aljama des juifs de Perpignan, 130 florins ; — en Cer- 
dagne, les lieux d'AIp, Age, Aristot, Adaç, Ail, Anas, An- 
gostrina, Avia(yia), Bolvir, Bar, Bell ver; Callastre, 2 flo- 
rins d'or, pour le couronnement de la reine ; Concellabre, 
6 florins; Dorres^ Eguet, Eller, 6 florins ; Eyna; Estavar ; 
Ënveitg, 18 ; Garexer ; Ger, 10; Guils ; Hix, 4 florins pour 
le coui*onnement de la reine ; Sainte-Léocadie, 22 ; Llivia; 
Sent-Marti-d'Aravo, 5 ; Sent-Marti dels Gastells, 4 ; Ha- 
ranges etMiula, 14 ; Hosoyl, 6; Musser; Naliuja, 6; Odello; 
Onzès et Caldegues, 8 florins ; Orden et Talltendre, 4 ; 
Osseja, 30 ; Palau ; Planés ; Prats et Sançor, 12 ; Puig- 
cerda, 800 florins; Queralbs, Pianoles, Fustenya et autres 
lieux de la vallée de Ribes ; Riufret ; Roset (Rohet) ; Sa- 
lagosa, 16 florins ; Soriguera et Soriguerola, 6 ; Sanavas- 
tre, 8; Targasona, 12; Ur, 9; Les Vikrs (d'Ovança); 
Vall Johan, 3 florins ; Yilanova de-les-Galdes, 12 ; Ysogol, 
5 florins pour le couronnement de la Reine. — Constitution 
d'une rente par Raymond Ça Garriga, bourgeois de Perpi- 
gnan, en faveur de Jean-Pierre Fahena, donzell. 

B. soi. (Regislre.) — In-folio, 84 feuillets, papier (latin). 

1409-1415, — Notule de Berenger Pereta, notaire 
de Perpignan. — Lettre du roi Martin d'Aragon, ordonnant 
au fermier des leudes et autres revenus royaux de Gol- 
lioure, de payer sur le prix d'affermé 2,000 florins d'or à 
Guillaume Ça Trilla, grand intendant de la maison royale ; 
— traités et conventions entre Raymond Traginer, Bernard 

Pyrénj^es-Orientales. — Série B. 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. m 

Son, Jean de Mas Guilhem, Pierre Ventes, Georges Andreu , 
Pierre Marsal et Pierre Feliu, associés pour la ferme des 
leudes et revenus de Gollioure; — quittances des 'paye- 
ments faits sur lesdits revenus, à Simon Bules, prêtre, bé- 
néficié à Elue, François de Pau, chevalier; Jacques et 
Bernard Raséres, Pierre Genset, marchands ; Jacques Gras, 
peintre ; Jean Fabre, drapier ; Pierre Tallant, jardinier ; 
Guillaume Valis et Jean Ganta, bourgeois ; François Roure, 
chanoine et infirmier de la Real ; Sibille, veuve de Jean 
Vidal, notaire de Perpignan ; Pien»e Lombart, cordonnier 
de Vinça, et Sibille, épouse du donzell Pierre de Vilacorba, 
pour les rentes qu'ils reçoivent sur la communauté de Gol- 
lioure; ^ à François Ferrer et Jaubert Gaucelm, peintres, 
de Perpignan, pour le faraho qu'ils doivent faire pour la 
tour de Port-Vendres. 

B. 202. (Registre.) — In-folio, 216 feuillets, papier (latin et catalan). 



l9SlO-t4t5. — Registre XXIV de la Procuracio 
Real. — Tarif des leudes perçues à Perpignan : draps de 
Gand, Douai, Cambrai, Ipre, Ras (Arras), Saint-Quentin, 
Sant Thome (Saint-Omer), Provins, Chartres, Bruges, 
Narbonne, Gourdon, Figeac, AIbi, etc. — Concession des 
justices du lieu de Sureda, faite par Jacques P'', roi de Ma- 
jorque, à noble Béatrix de Castell Rossello , veuve de 
Guillaume de Castellnou, fils de Dalmau de Castellnou ; — 
ordonnance du roi Sanche de Majorque, défendant la chasse 
dans la devèse du château royal de Perpignan, comprise 
entre les portes Saint-Martin et d'Elne et les lieux de To- 
luges, Canohes, PoUestres, Vilanova-de-Raho et Salelles. 
— Autorisation donnée à Bernard Geli, d'établir dans sa 
maison située sur le ruisseau royal , hors des murs de 
Perpignan et près de la porte Saint-Martin, un moulin à pas- 
tel, garance, olives ou tout autre objet excepté un moulin 
à farine ou à foulon. — Vente delà baronnie de Castellnou 
et du château de Beilpuig, faite par Berenger de Castellnou 
à André de FopoUet, vicomte d'Ille et de Canet, et prise 
de possession. — Chartes et provisions de Pierre RI, roi 
d'Aragon, portant vente : à son conseiller Pierre Blan, du 
mère empire et des justices du château d'Ultrera, du lieu de 
Sureda et des manses de la Pausa dans la vallée de Saint- 
Martin ; — des châteaux et lieux de Bellegarde et de Mau- 
rellas avec toute juridiction, à Philippe-Dalmau, chevalier, 
vicomte de Rocaberti; — règlement pour les signaux par 
le feu que devront faire les châteaux de Roussiilon pour 
annoncer l'entrée des gens d*armes étrangers ; — obliga- 
tion pour le gouverneur de consacrer deux jours de la se- 
maine aux affaires qui concernent le domaine; — conces- 
sion du moulin à farine dit moulin Royal, situé dans Per- 
pignan près de la place Neuve ; — confirmation de la venta 

16 



122 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



d'une terre dans la même ville, en faveur de Pierre Albert, 
parear» — Testament de Pierre dez Pla, chevalier, nom- 
mant héritières ses filles Violant et Constance. — Ordon- 
nances et lettres de Martin, roi d'Aragon, concernant : 
ramortissernent des biens et revenus des prêtres bénéficiés 
à Saint-Jean de Perpignan, et à Sainte-Marie de CoUioare; 
— la caisse ou cautionnement que doivent tenir les offi- 
ciers royaux ; — le privilège dit de pariatge concédé aux 
consuls de mer de Barcelone ; — * les fraudes commises à 
GoUioure, en ce qui concerne le droit dit de maneyt ou dtme 
du poisson étranger ; — une sentence en faveur du collec- 
teur des leudes de cette ville, contre les marchands et ha- 
bitants de Valence. — Lettres, ordonnances et provisions 
du roi Ferdinand P' d'Aragon, portant : défense de laisser 
sortir du Roussillon aucun cheval de course ; — conflr- 
mation des provisions du pape (Benoît XIII, antipape) qui 
nomment frère Bernard Pages, du couvent des prêcheurs 
de Perpignan, à l'office d'inquisiteur dans le royaume de 
Majorque et les comtés de Roussillon et de Gerdagne ; — 
ordre aux châtelains de la frontière de veiller nuit et jour 
à la sûreté des places qui sont sons leurs ordres; — 
abandon du droit de mutation sur diverses maisons sises à 
Perpignan près de la Loge ou c place du Consulat », en 
faveur de Raymond de Bages ou de Llupia ; — réintégra- 
tion du sous-bailli de cette ville dans son ancien droit de 
tenir son siège en la cour du bailli, et de connattre et 
poureuivre en matière de rixes entre prostituées, ienonSy 
joueurs et autres affaires de police; — nomination de 
servants et gardes du château royal de Perpignan ; — sta- 
tuts pour les masellers ou bouchers de ladite ville ; — 
commission de régent de la châtellenie de Bellegarde et 
bailliage du Perthus, en faveur de Bernard-Guillaume de 
Ganadal, pendant la minorité de son neveu Bernard-Guil- 
laume Dec Guell, fils de Michel ; — ordre de mettre à exé- 
' cution une sentence concernant la devèse, dite causma, 
tenue en fief pour le roi par Guillaume de So, vicomte 
d'Evol, héritier de noble Jeanne de So, épouse du donzell 
Guillaume Ça Tor, et dont les habitants de Puig Balados 
réclamaient la propriété ; — nominations : de Jean de Ri^ 
besaltes, bourgeois de Perpignan, à Toffice de grand con- 
servateur du domaine royal dans tous les états et teiTCs 
du royaume d'Aragon, sauf les royaumes de Sicile et de 
Sardaigne; — de Pierre Grimau, aux bailliage et châtellenie 
deCollioure, vacants par décès du donzell François de 
Saint-Vincent; — de Pierre Tregura, menuisier de Perpi- 
gnan, comme maître des giiiys ou machines de guerre dans 
tous les états d'Aragon, en considération des services qu'il 
a rendus et des talents qu'il a déployés, notamment aux 
sièges du château de Loari et de Balagner défendus par 
Jacques ci-devani comte d'Urgell (prétendant à la cou- 






ronne) ; prise de possession dudit emploi, et inventaire 
des machines de guerre de la « maison des ginys :» du châ- 
teau de Perpignan; — franchise du droit de passage à 
Salses : pour Sanche Sanchez, abbé de Salses (en Gastille); 
Jean de Nant, conseiller du roi de Navarre ; Othon de Bêl- 
ions, ambassadeur de l'empereur d'Allemagne; Jean, mi- 
nistre général de l'ordre des Frères Mineurs, envoyé de 
Benoit (XID) ; Jean Martinez de Sares^ envoyé du roi ; — 
collation de bénéfices fondés dans la chapelle Sainte-Croix 
du château royal de Perpignan ; — pouvoirs donnés à 
Blanche, veuve de Michel Dez Guell, châtelain de Belle- 
garde, de proposer telle personne qu'elle jugera à propos 
pour régir ladite châtellenie pendant la minorité de son 
fils. — Contrat de mariage de Jeanne, fille de Thomas Tâ- 
qui, marchand, de Perpignan, avec Guillaume Johan, — 
Sentence arbitrale rendue par Diago Gomez de Font Sallida, 
évêque de la cité Çamor^ne, et Jean Gonzalvez'de Azevedo, 
docteur es lois, de Salamanca, sur la succession du cheva- 
lier Pierre Dez Pla. — Ordonnances et lettres de Dalmau 
de Biert, procureur royal , ou de son subdélégué Pierre 
Roure, concernant : le payement des censives du Mas de 
Na Roquera, au fermier de Montesquiu ; — la reconnais- 
sance du fief tenu à Vilella , Joch , Rigarda , Sofrunys, 
Vinça et Sahorla, pour Ëiéonore de Perellos, dame de Joch, 
par Agnès, héritière de Jean Sechdenya; — la nouvelle 
construction de la prise d'eau et du canal d'arrosage de 
Pezilla ; — la nomination de Jean Duran, d'Estagell, en 
qualité de lieutenant de maître des ports et passages audit 
lieu ; — la défense faite aux habitants de Galba de faire 
entrer leurs troupeaux dans la devèse de Carremat ; — la 
remise d'un cerf du château royal de Perpignan, qui s'est 
tué au pont-levis ; — la reddition des comptes de Bernard 
de Serbol, donzell, bailli de Pratsen Gerdagne ; — la sup- 
pression de la capitainerie de Sant-Marti-dels-Castells ; — 
les droits sur le minerai exporté des mines de l'abbaye de 
Cuxa ; — l'amortissement du bénéfice fondé dans la cha- 
pelle Saint-Michel, par P. Lcguna, d'Argelès; — le paye- 
ment des censives dues par le Mas Costa à Guillaume Cau- 
cina, en qualité de bailli de Saint-Jean et de Saint-Martin 
d'Albera, savoir : une cariera et trois gerbes d'avoine, un 
dîner de pain, vin et fromage, le jour de Saint-Pierre, et à 
la Noël un col de porc large d'un pàlm, Talbergue de saw- 
cell ou 12 deniers par an, et huit œufs ; — le passage e:i 
franchise d'armures pour Raymond de Montesquiu ; — la 
permission donnée au donzell Arnaud dez Volo, d'ouvrir 
un évier, dans sa maison, à Perpignan ; — la mise en de- 
vèse des terres dites Puig de Manibert, formant ancienne- 
ment une borde, au territoire d'Argelès, possédées par 
Bernard Casaldava; — la défense de laisser passer des 
bestiaux sui les ponts du ruisseau de Thuir, aux territoires 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

de Vinça et de Rodés ; — la franchise des droits de foris- 
capi (aliénation) poar les terres du lieu d*Ânez compris 
dans le bailliage de Bellver ; — la réparation d*un mur 
écroulé dans la clôture du call des juifs de Puigcerda; — 
la dime du poisson de Salses, due au prieur du Mas de la 
Garriga ; — la saisie des rentes de Galceran de Marça, 
chanoine d'Urgell et de Gerona ; — l'autorisation de pft- 
cher dans le Sëgre, donnée au cabaner de la Cabana del 
GoU de Greu ; — la ferme des devèses dites les Planes et 
al Solùy appartenant à la communauté de Formîguera ; — 
le rachat des scrîvanies de la vallée de Ribes ; — le pas- 
sage en franchise d'Alvero Garriello, chevalier, d'Alphonse 
Rodrjguez, docteur es lois, ambassadeurs ; et de P. Com- 
))anyo, de Stanyol, secrétaire de l'infant Alphonse ; — le 
payement des jôties (corvée) dues au fermier de Thuir, 
pour les propriétés situées au territoire de cette ville pos- 
sédées par des habitants de Perpignan ; — le four banal 
de Vinça vendu par François d'Oms, donzell de Céret, à 
Pierre de Rocafort, donzell de Gortsa\i ; — la nomination 
d*un garde ou bannier pour le ruisseau de Rivesaltes ; — 
la contribution due par les habitants d'Espira pour les 
frais du ruisseau d'Estoher ; — le remplacement d'un des 
secrétaires de l'aljama des juifs de Perpignan ; — la re- 
cherche des actes relatifs aux tables de boucherie qui exis- 
taient autrefois sur la place du Pont d'En Bastit, à Perpi- 
gnan; — l'attribution du tiers des prises d'or et d'argent 
en espèces, à Jean de Barqueres, percepteur du droit dit 
du général de Catalogne; — les droits d'agrier et autres 
reçus à Salses par Hippolyte Garrius ; — le payement du 
droit de quint sur une galiote, c les maures » et autres 
biens qu'elle portait, prise dans la mer de CoUioure par 
noble Rodrigo de Luna, commandeur du Ma» Deu et de 
Bajoles ; -— la dtme de Porcinyans, tenue en fief pour le 
vicomte d'Ille ; — diverses réclamations et plaintes au su*- 
jet des pasquiers de Gonflent; — la fermeture d'un carrero 
situé dans le Mas d'en Gapeller, à Perpignan ; — la con- 
struction d'un moulin de sanch (à bras), à CoUioure ; — 
les terres tenues à Saint-Laurent-de-la-Salanca, pour un 
bénéfice du château royal de Perpignan, par Tristany de 
Hallorques, d'Elne ; — le bailliage de Riutort, apparte- 
nant à Raymond de La Maso ; — les saisies faites dans la 
devèse del Sola au territoire de Formiguera ; — la fran- 
chise des lendes de CoUioure, pour les habitants de Major- 
que ; — l'ordre de mettre immédiatement sous séquestre 
les biens des juifs qui cherchent à sortir du royaume ; -* 
l'autorisation de chercher de Tor, argent, cuivre, alcofoll 
et autres minerais, donnée à P. Marti, de Queralbs, et à 
divers habitants de Yivers; — le serment prêté au bailli 
général cle Catalogne, parle gouverneur, les viguiers, sous- 
viguiers, baillis, sous-baillis et antres juges; — la recon- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAONE. 123 

naissance d'une terre sise au lieu dit CasteUars près de la 
Darassana de Salses ; — l'autorisation donnée aux habi- 
tants de Vallcera d'affermer leur devèse ; — l'élection et 
la prestation de serment des secrétaires de l'aljama des 
juifs de Perpignan ; — la franchise de passage pour divers 
juifs allant en Gonflent et Cerdagne ; — l'ordre donné au 
vicomte de Castellbo de mettre Pierre Gadell en possession 
du Heu de PruUans qu'il a acheté ; cette terre est tenue en 
fief pour le Roi par ledit vicomte ; — la reddition des 
comptes de la sous-viguerie de Gapcir occupée par GuU- 
laume Âltzina dit de Berga, chevalier; — l'autorisation 
donnée à P. Aybri, de Thuir, de fonder trois oratoires sur 
les chemins royaux ; — la saisie du salaire de Jacques 
AmiU, recteur de la chapelle du château royal de Perpi- 
gnan, à la requête de Richarde de Pontos, religieuse de 
Saint-Sauveur, « laquelle lui a prêté une tasse d'argent 
c dont il renvoie trop loin la restitution. » — Lettre du roi 
Ferdinand à Raymond Ça Garriga, gouverneur de Roussil- 
lon et de Cerdagne, ordonnant de faire des criées pour dé- 
fendre qu'aucun homme d'armes ne sorte du royaume 
pour raison de guerre, à cause du voyage qu'U va faire à 
Nice avec le Saint Père, pour avoir une entrevue avec le 
roi des Romains c sur les faits de l'union de la sainte 
c Église. » 

B. 203. (Registre.) — In-folio, 74 fenilletSi papier (latin}. 

14tS-t4i0« — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 

— Procuration pour la procuration royale, les fiefs et 
amortissements de Roussillon et Cerdagne, donnée à Pierre 
Roure , notaire , de Perpignan , par Dalmau de Biei*t, 
donzeU, pourvu de Toffice de bailli général de Catalogne. 
Payements du salaire de Raymond de Ça Garriga, gouver- 
neur ; de Jean Jou, assesseur du gouverneur; — des châ- 
telains : François Paschal, de la Tour du Far ; Pierre Ça 
Roca, de Força Real; Bernard-Guillaume de Canadal, de 
Bellegarde ; Pons deç CatUar, de LUvia ; Bernard de Vila- 
corba, d'Opol ; Guillaume Oltzina dit de Berga, de Puig- 
Balados, et autres officiers royaux ; — dépenses diverses 
de la procuration royale ; — réparations à la Sala blanca 
et à la Casa dels lehons (Uons), du château royal de Per- 
pignan ; — prise de possession d'un bénéfice de la cbapeUe 
Sainte-Croix dudit château, -r- Amortissement de rentes 
des bénéfices fondés : à Arles, par Catherine de Ça Maso ; 

— à Sainte-Marie du Pont, de Perpignan, par Bernard 
RuU, teinturier ; — à Sgkint-Jean, de la même yiWe^ par 
Guillaume TeUet, chirurgien, et par le^n Colom, notaire ; 

— de messes fondées à Saint-Jacques de Perpignan ; — de 
divers revenus des frères Prêcheurs de CoUioure ; — d'un 
legs fait à l'église de Saint-Nazaire par Uonoré Aleuya, 



12i 

recteur du lieu. — Lods de venle : de maisons tenues pour 
le roi, à Perpignan et à Alenya ; — d'une terre à Vinça, 
tenue pour frère Galcerand d'Oms , sacristain majeur de 
Cuxa. — Sentence rendue par les consuls de Perpignan, 
décidant les difficultés survenues entre les pareurs et les 
tisserands de cette ville, et portant que les préposés de ces 
deux offices jugeront ensemble toutes fraudes en fait de 
draps écrus ou embellis, apprêtés ou colorés portant la 
marque de Perpenya; — payements de rentes et pensions 
sur les revenus royaux de ladite ville, à Guillaume de So, 
vicomte d'Évol, Guillaume Johan et autres. — Quittance 
de 20 florins payés par la communauté d'Estoher, pour la 
concession de l'eau delà rivière de Seners. — Constitution 
d'une rente par Raymond Coll, de Torrelles, en faveur de 
Jean Griffe, de Perpignan. 

B. 204. (Registre.) — In-foUo, St8 feuillets, papier (latin). 

14111. — Confirmation faile par le roi Alphonse d'A- 
ragon, de la commission donnée par le roi Ferdinand P% 
son père, à Barthélemi Miralles, conseiller et trésorier de 
la reine Éléonore, pour le nettoiement {super mundiffica- 
cioneet purgacione) du ruisseau royal de Thuir, avec man- 
dat de poursuivre toutes personnes qui auraient illéga- 
lement pris une partie quelconque dudit ruisseau, en au- 
raient endommagé les francs-bords ou l'auraient obstrué 
par des terres ou des pierres, et d'accorder de nouvelles 
concessions pour l'arrosage; — nouvelles concessions et 
taxes de l'eau du ruisseau de Thuir, faites par Pierre Tre- 
gura, menuisier, de Perpignan, subdélégué de Barthélemi 
Miralles, pour l'arrosage de champs, jardins et vergers 
situés à Malloles et autour de la ville de Perpignan près 
des portes de l'Exugador, d'Elne et de Bages : — le 
préambule de toutes ces concessions expose que l'eau avait 
cessé de couler dans le ruisseau de Thuir c depuis douze 
ans et plus :» à la suite d'une forte inondation de la rivière 
de la Tet qui avait emporté un des ponts-aqueducs (au 
territoire de Rodés) ; le roi Ferdinand en avait entrepris 
la reconstruction, en établissant la prise d'eau beaucoup 
plus haut que par le passé, mais il avait décidé que les 
anciens arrosants n'obtiendraient de nouvelles concessions 
qu'à la condition de contribuer avec le domaine aux fortes 
dépenses de cette reconstruction. 



fi. 205. (Liasse.) — 7 pièces, parchemin ; 13 pièces, papier (latin et 

catalan). 

tS0S-t4ill* — Provisions et lettres : du roi Pierre III 
d'Aragon, portant que les cises^ aides et autres imposi- 
tions des filles seront levées par les collecteurs élus par 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

les habitants, sans intervention des officiers royaux; — 
déclarant confisqués et acquis au domaine, les maisons , 
terres, censaux et autres biens, frauduleusement aliénés 
dans la ville de Perpignan : confirmée par les rois Martin 
et Ferdinand ; — ordonnant au viguier de Gonflent, d'au- 
toriser les habitants du lieu de GatUar, appartenant à l'abbé 
de Saint-Michel de Cuxa^ à se donner des syndics ou pro- 
cureurs pour plaider même contre leur seigneur, lorsque 
celui-ci leur refusera pareille autorisation ; — accordant 
un sursis pour la mise sous séquestre des biens de reaJenc 
(du domaine) < tombés en mainmorte ou cléricale ; » ^ 
prescrivant de saisir les biens et fiefs domaniaux aliénés, 
dont on a négligé de faire la reconnaissance ; — du roi 
Jean P% concernant le rachat des biens du domaine aliénés 
ou engagés par ses prédécesseurs; — ordonnant aux vi- 
guiers et baillis royaux de tenir une caisse pour les deniers 
dont ils font la recette; — indiquant divers cas où il y a 
lieu de faire le rachat des domaines royaux aliénés ; — de 
Marie, reine d'Aragon, épouse et lientenante générale du 
roi Martin, concernant le rachat des justices des châteaux 
de Tomamira, d'Alost et autres, aliénés enjfaveur de che- 
valier Raymond de Peguera ; — du roi Martin, au sujet 
d'un alberch (hôtel) frauduleusement acquis par Jacques 
Puig-d'Auluch, changeur, de Barcelone ; — autorisant son 
conseiller et camerlench Raymond de Llupid dit de Bages, 
chevalier, à établir pendant cinq ans des impositions 
ou aides sur le pain, le vin, la viande, les grains et autres 
marchandises, dans ses terres de Bages, Saint-Jean-Pla-de- 
Corts, La Bastida et Montoriol, pour la réparation et l'en- 
tretien des murs et fossés desdits châteaux et lieux. — 
Vente d'un esclave noir de la race des Sarrasins, nommé 
Barra, âgé de vingt-deux ans, pour S5 livres de Barcelone. 
— Sentence rendue par François dez Soler , chevalier, 
viguier de Gerdagne, Barida, Urgellet et baronnie d'Or- 
chau et bailli de Puigcerda,condamnant François de Ribes, 
donzell, à payer sur ses revenus de la vallée de Ribes, 
3,495 livres au donzell Raymond-Bérenger de Tort et à 
son épouse Francina; — lettres exécutoires du gouverneur 
de Roussillon et de Gerdagne, portant aussi révocation de 
Jean Goma dit Morera, régent de la viguerie de Ribes, et 
son remplacement par ledit R. B. de Tort. — Ordonnance 
du roi Alphonse d'Aragon,déclarant nulle la concession du 
greffe de la cour des terços de Puigcerda accordée à Ber- 
nard Mercer, et restituant cet office à Johana, veuve de 
Guillaume Gibeii, à qui le roi JeanTavait concédé. 



B. 206. (Liasse.) — 37 pièces, papier ^catalan). 

tS9e«i4t0. — Notes des recettes et de l'état des 
revenus royaux dans le Gonflent. — Griées relatives à 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

l'exclasion des clercs tonsurés, de tous les offices muni* 
eipaux ; — sentence arbitrale rendue par Bérenger d'Oros, 
pour rétablir la paix/ à la suite de rixes et querelles pri« 
Tées, entre Antoine Massot et P. TeboU, de Perpignan, et 
leurs valedors; — conventions : entre deux tisserands de 
ladite Tille, pour l'expédition de draps en Sardaigne et en 
Sicile; — entre deux habitants de la même ville, dont 
Tun expédiera des draps en Sicile, l'antre .les vendra à 
Païenne ou à Naples et aura le quart des bénéfices ; — 
constitution d'un procureur faite par trois marcbands 
de Perpignan, chargeant l'un d'entre eux de se rendre à 
Marseille pour réclamer des balles de draps par eux expé- 
diées sur la nef de Bernard Jaume, patron 'de Coliioure, 
à l'adresse de Jacques Jansema, marchand et citoyen de 
Marseille, où lesdits draps ont été saisis par noble Diego 
de Moransa, patron de la galère de noble Jean Gonsalgo, 
son oncle. — Lettres : des consuls de mer de Perpignan, 
au bailli de Gollioure, notifiant une sentence par eux ren- 
due contre Ârnau Auriol, marchand, par laquelle celui-ci 
est condamné à payer i5 livres, prix d'assurance maritime 
d'une valeur de 280 livres « de Coliioure à Palerme en 
c Sicile » faite par G. Fabre, changeur, de Perpignan ; — 
lettre du roi Ferdinand, à Dalmau de Biert, bailli général 
de Catalogne, datée de Balaguer c pendant le siège » 
(24 octobre 1413), • ordonnant d'arrêter toutes poursuites 
contre les vassaux des comtes, vicomtes, barons et cheva- 
liers, et du bras ecclésiastique, qui auront signé une obli- 
gation de 82,000 florins proposée aux prochaines Corts ou 
parlement. — Projet de réforme et réorganisation du gé- 
néral de la principauté de catalogue : — la principauté 
serait divisée en deux départements; le premier au 
delà du Llobregat, comprenant les cités de Leyda, Tor- 
tosa et Manresa, et les villes de Cervera, Vilafranca- 
de-Penadès, Montblanch et Larbos c qui ont coutume 
c d'intervenir aux Corts générales :» ; le second en deçà 
du Llobregat, comprenant les cités de Barcelona, Ge- 
rona et Vich, et les villes de ^Perpenya (Perpignan), 
Pugeerda, Vilafranca-de-Conflent , Gochliure (Coliioure), 
Berga, Gamprodon, Torroella-de-Montgri, Besalu et Fi- 
guëres, « qui représentent le bras royal de Catalogne » ; — 
tous les députés et régisseurs actuels du général seraient 
suspendus et révoqués; les nouveaux députés seraient 
élus pour trois ans; les baux à ferme des! droits du gé- 
néral se feraient toujours pour trois ans ; — les premières 
ressources du général seront consacrées à étouffer la ré- 
volte de Sardaigne; — c les ennemis du nouveau roi 
(Ferdinand !•') voyant c qu'il^ commence son règne par des 
c actes dignes d'un monarque' courageux et d'un seigneur 
c excellent, le tiendront en honneur, crainte, gloire et 
« grande renommée, et notre nation en sera aimée, re* 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



125 



1 



c doutée et honorée : » e nostra nacio ne sera amada, te- 
muda ehonrada. 

B. 207. (Registre.) —In-folio, 126 fenillets ,papier (latin et catalan). 

tS9i-t4t9* — Lettres patentes du roi Pierre III 
d'Aragon, autorisant l'infant Jean, son fils atné, à aliéner 
les revenus de Coliioure, de Thuir, de Montesquiu et du 
Volo, pour le payement des sommes qu'il a empruntées ; 

— ventes : des châteaux et lieux du Volo, Thuir et Mont- 
esquiu, faite par l'infant Jean, duc de Gerona et comte 
de Cervera, en faveur de Barthélemi Gari, banquier de 
Perpignan, pour le prix de 24,28S livres i 2 sols 11 de- 
niers barcelonais, somme prêtée par celui-ci audit infant 
pour diverses dépenses telles que les frais de son mariage 
avec l'infante Yolande, et 71,341 sols payés par ordre du- 
dit infant en pensions, habillements et autres objets donnés 
c aux chanteurs, ménétriers, fauconniers et autres gens de 
(( sa maison » als xandres^ ministreriis , falconeriis et 
aliis de domo nostra ; — du château de Montesquiu, faite 
par ledit B. Gari à Bérenger d'Oms; — prise de possession 
dnditlieupar ce dernier. — Chartes du roi Jean I^ d'Aragon, 
portant : concession de la scrivanie de la cour du viguier de 
Cerdagne et bailli de Puigcerda, en faveur de Jean Rafard ; 

— vente des justices, host et chevauchée des paroisses de 
Saint-Martin de Casafabre et de Saint-Michel de LIotes,et 
d'une censive de 16 eymines d'orge et de la moitié de la 
directe seigneurie du moulin de Corbera, en faveur de 
François Ça Garriga, chevalier ; — engagement de censives 
tasques, rentes et autres revenus et droits seigneuriaux 
sur divers lieux du Roussillon et de Gonflent, en faveur 
de communautés de Villefranche, Puig Baladors, Formi- 
guera, Cornella-de-Conflent, Fulhà, Sahorra, Rodés, la 
Sayonia de Secdenya, la Vall de Conat, Argelès, TautahuU, 
Opol ou Salvaterra, et Salses, pour les aider à racheter des 
censaux et rentes viagères s'élevant à une somme de 
14,760 sols qui avaient été consentis par lesdites commu- 
nautés à la demande du roi Pierre d'Aragon et employés 
au rachat de la Sécha (monnaie) d'or que l'on frappait 
alors à Perpignan. — Ventes : des lieux de Sauteguel, 
Ovella et Segramorta, faite à la communauté de Puigcerda, 
par Pierre de Loçan, donzell domicilié dans l'île de Minor- 
que ; — du lieu de Maurellas, par Jauffre, vicomte de Ro- 
caberti, fils et héritier de Philippe-Dalmau de Rocaberti, 
en faveur de Jean Fabre, bourgeois de Perpignan, fils de 
Pierre Fabre; prise de possession par le nouveau seigneur, 
prestation de serment par les habitants et érection de 
fourches en bois au lieu dit lo Tor de les Brugueres, — 
Enquête sur un procès entre Arnald Guitard, d*Anyils, et 
sa belle-mère. — Inventaire des biens de Bérenger d'Arles, 



126 

parenr de Perpignan, pris par sa veuve Catherine ; vente des 
meubles sur la place dels Richs homens ; — payement des 
dettes et legs ; — 15 livres léguées à Catherine, épouse de 
Jean Gracîadeii parcheminier, fille de Hartha, esclave du 
défunt; — 30 sols légués à trente religieux du couvent de 
Saint-François, de Perpignan, etc. — Présentation des 
titres de la seigneurie de Saint-Estève, possédée par dame 
Castellona, veuve du donzell François Roma. 

B> 208. (Cahier.} — In-folio, 48 feuiUets, papier (latin et catalan). 



14105-1419. — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 

— Amortissements faits par le procureur royal : de diverses 
terres acquises à Thuir par Guillaume Malet, prêtre ; — 
des rentes du bénéfice fondé à Saint-Jean de Perpignan 
par Pierre Bofill, potier ; — d'un champ légué par Bernard 
Coma, menuisier, de ladite ville, au bénéfice fondé dans la 
même église par Guillema, épousé de Raymond de Belloch, 
mercier ; — de diverses rentes et fondations de l'église de 
Maurellas ; — des legs faits à Faumône commune de Puig- 
cerda, par Jean RDjavila, berger ; — du bénéfice fondé en 
réglise de Pia par Arnau Riquelm. — Constitution d'un 
procureur par les nommés Catala, Comte et Clusa, de Cor- 
nella-de-la-Rivière, habitants de Perpignan. — Lettres et 
actes du procureur royal : autorisant Perpenya Noguer dit 
Font, fermier du droit sur les minerais exportés du Con- 
fient, à employer pour ses recouvrements tous missatges 
et huissiers qu*il jugera à propos^ sans en demander la per- 
mission au Tiguier ; — portant concession emphytéotique : 
d'une table de boucherie et de jardinage établie au Call des 
juifs de Perpignan ; d'une maison dite lo fom située près 
de réglise Saint-Pierre de Thuir; de l'eau de la rivière 
Seglanell pour l'arrosage de terres sises à la Massana, dans 
la vallée de Ribes ; — payement des frais des mines pour 
la construction de la prise d'eau du ruisseau royal de 
Thuir, près du moulin d'En Bosca, au territoire de Vinça ; 

— confirmation du droit d'arroser avec l'eau dudit ruisseau 
diverses propriétés sises à Perpignan et àMalloles* — Pré- 
sentation de titres : par la ville de Perpignan, pour justifier, 
de ses droits sur le quart de la seigneurie de Thuir ; — 
par l'aumône commune, l'hôpital des pauvres, la commu- 
nauté de l'église Saint-Jean, de Perpignan, et l'héritier de 
Nicolas Salavert, pour établir leurs droits sar la seigneurie 
du Volo, en vertu d'une sentence royale rendue contre 
feu Guillaume Jorda, ancien seigneur de ladite ville, et 
contre Bernard Jorda, son fils. — Constitution d'une rente 
par Jean Geli et sa mère, de Cornella-de-la-Rivière, en fa- 
veur du donzell Jean de Marça. — Procès entre Jérôme, 
évêque d'Elue, et Julien Amill, notaire de Vinça, au sujet 
de la scrivanic de la Plaine de Joch. — Fragment de let- 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

tre, en catalan, écrite de Londres le 7 mai 1417, annon- 
çant que, c le 20 avril, sont parties d'Antona 80 fastes 
c armées pour garder le canal; il y a 5 carraques, 15 
c grandes urques^ 20 barques et 40 ballenes^ portant plus 
« de 800 hommes d'armes, qui sont sur le détroit où ils 
< ne laissent passer aucun ennemi ; ^ Lo rey d'Anctaterra 
passa, dimarths a XXVI d'abril^ per Londres, epres comjat 
de tôt le poble^ e anassen envers Anthona per passar la 
mar ; nos sap hom ont se vulla anar ; far a una gran poys- 
sançay que yo me smagin que seran mes de mil velles^ entre 
grans e petites^ e hauray mes de XXV homens d'armes, e 
ha fêtes grans provisions de bombardes e altres engins per 
combattre. Les naus quis armaven açi per lo rey de 
Ffrança no fan negun preparatori. Smagin me que aquest 
stiu hic haura de grans coses. Deu hi metabona pau ! 



B. â09. (Registre.) » In-folio, 48 feuillets, papier (latin et catalan). 

t90t«l4i9. — Registre XXX de la proeuracio reah 

— Confirmation par Raymond, évêque d'Elne, de la dona* 
tion des dîmes de Malloles et Toluges faite à l'hôpital et à 
l'aumône de Collioure par Guillaume de Puig-d'Orphila ; 

— chartes du roi Jacques P^ de Majorque, portant confir- 
mation de la donation susdite, et concession de la juridic- 
tion civile et des basses justices, en faveur du donzell Ray- 
mond de Furques, sur les « hommes » qu'il possède dans 
la paroisse du Yolo. -« Clauses des testaments de Guil* 
lema, épouse de Pierre de Lillet, et de Jean Hagench, pa- 
renr, portant fondation de bénéfices dans l'église Saint- 
Mathieu, de Perpignan, — Ordonnances du roi Pierre III 
d'Aragon chargeant les mostasafs de Perpignan de l'exé- 
cution des provisions qui défendent l'exportation du pois- 
son ; — conférant à Laurent Luquès, recteur de la chapelle 
du chftleau royal de ladite ville, l'administration d'un bé- 
néfice qu'André de Fonollet, vicomte dllle et de Canet, a 
été condamné à y fonder pour obtenir le pardon de l'as- 
sassinat de la vicomtesse, son épouse ; — prescrivant au 
bailli de Rodés de faire disparaître les croix et autres fign* 
res déjà mises à la porte d'une maison achetée par les con- 
suls pour y faire un hôpital, et de les remplacer par les 
insignes du Roi, cette propriété étant tombée eu commise 
par le non-payement des droits de mutation. — Lettre de 
l'infant Jean d'Aragon à Raymond de Perellos, gouverneur 
du Roussillon, défendant à qui que ce soit de faire p&turer 
dans le gramenar (glacis) du château de Perpignan, qui 
doit être réservé aux chèvres et autre bétail destiné aux 
lions dudit château. — Chartes du roi Martin d'Aragon, 
concernant : les rentes reçues sur les leudes de Perpignan 
par les familles Gualbes et Dnsay, de Barcelone ; — la 
contribution des habitants de Thuir, à la reconstruction du 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



127 



ruisseau royal de cette ville détruit par les inondations ; — 
la garde des dévèses et forêts royales. — Lettres et prag- 
matiques du roi Ferdinand I" d'Aragon^ portant création 
de Toffice de grand conservateur du patrimoine royal, et 
nomination à icelui en faveur de Jean de Ribesaltes, bour* 
geois de Perpignan; — défendant aux officiers royaux 
toute composition pour des crimes appartenant au mère 
empire ; — interdisant aux habitants de Canct et de Saint- 
Laurent de pécher dans Tétang de Salses, sans permission 
du seigneur ou de son fermier ; — autorisant les consuls 
de Saint-Hippolyte à lever des aides ou impositions pen- 
dant dix ans pour la réparation et l'entretien des murs et 
des fossés ; — ordonnant aux châtelains royaux de résider 
personnellement dans les chftteaux qui leur sont confiés. 

— Lettres, ordonnances et provisions du roi Alphonse V 
d'Aragon, concernant : l'exécution de la convention passée 
entre le roi Martin et la communauté de Thuir, relative- 
ment au ruisseau de cette ville ; — la nomination de Jean 
Amarell à un bénéfice fondé à Saint-Jean de Perpignan par 
le roi Sanche de Majorque ; — la restitution de la fontaine 
de Salses à Brunissende, veuve de Dalmau de Biert, et à 

, Poucet, son fils; — la nomination de Barthélemi Miralles 
à l'office de procureur royal et féodal et mattre des eaux, 
ports et passages des comtés de Roussillon et de Cerdagne; 

— la reddition des comptes de Pierre Grimau, châtelain et 
bailli de Collioure ; de Jean de Pau, viguier de Roussillon 
et Vallespir ; de Gonsalvo d'Avila, bailli de Bell ver et sous- 
viguier de Barida ; de Martin de Riu, sous-bailli de Perpi- 
gnan ; de P. Maura, bailli d'Argelès; de Bérenger de Tou, 
sous-vigaier des Bains d'Arles et du Vallespir ; de Ray- 
mond de Stanybos, viguier de Confient ; de Bernard Dena, 
bailli, et de P. Dorria, sous-viguier, de Puigcerda ; de 
Joffre de la Bracerola, viguier de Cerdagne; — le délai 
accordé à Raymond, vicomte de Perellos et de Roda, pour 
la présentation des titres de ses seigneuries. — Lettres, 
actes^ ordonnances et criées du procureur royal ou de 
Pierre Roure, son lieutenant, de Pierre Berenguer, juge 
du patrimoine royal, et de Jean Jou, assesseur du gouver- 
neur, concernant : la caution à fournir pour les juifs qui 
sortent du Roussillon ; — la restitution d'un carquois et 
d'une arbalète saisis, au passage de Salses, sur le nommé 
Jean de Palerm, attendu que c'est un pauvre homme, e attes 
dit hom es companyo de ballesta e haa viure ab axo ; — 
le curement du ruisseau de Thuir, sur toute sa longueur, 
pour la nouvelle immission d'eau qui doit y être faite après 
sa reconstruction; — la discussion entre les habitants 
d'Estoher et d'Ëspira, au sujet de Tarrosage de la rivière 
de Seners ; -^ la nomination de Raymond Bergunya à la 
châtellenie de Bar ; — la reddition des comptes d'Açbert 
Ça Trilla, donzell, ancien viguier de Cerdagne, et de Pierre 



Uruç, châtelain de Querol ; — la défense de faire sortir 
aucun juif ou ses biens, par mer ou par terre ; — la provi- 
sion de garde des passages ou cols del Tribe, de Jau, de 
Guers et de Sequera en Gonflent^ en faveur de Baldo Bo- 
het, chirurgien, de Vinça ; — la reconnaissance des fiefs 
possédés au territoire de Sainte-Marie-de-Tello, de Sena- 
vaslre et de Sayg en Cerdagne, par le nouvel archidiacre 
de Telle ; — le payement du droit de quirat par la nef du 
patron Antoine Aumar, de Barcelone, nouvellement arri- 
vée à Collioure et venant des pays du Soldan ; — la pré- 
sentation des anciens titres d'arrosage par les tenanciers 
du ruisseau de Thuir ; — la nomination des secrétaires et 
clavaire de Taljama des juifs de Perpignan ; — Tordre 
donné aux habitants de Serrallonga, Vilaroja, Palauda, 
Rayners et autres dépendances du château de Cabrenç, de 
considérer leur seigneur Guerau de Rocaberti comme vas- 
' sal du Roi ; — la nomination d'un sergent supplémentaire, 
chargé d'arrêter les juifs de Perpignan, sur la simple ré- 
quisition des secrétaires, attento quod quotidiemultijudei 
et judee fugiunt a villa Perpiniani secretey ita qmd ali- 
quando non possint inveniri nuncii procurationis régie; 
— la saisie des revenus d'un bénéfice royal par Léonard 
de Sos, manumisseur de Jeanne^ comtesse d*Ëmpories, 
dame de Vinça; — la nomination de Jean de Barqueres, 
faite par le bailli du général de Catalogne, comme collec- 
teur du ilroit perçu sur les Italiens dans la ville de Perpi- 
gnan ; — le serment prêté par une juive, qu'elle ne s'éloi- 
gnera pas au delà des vieilles croix du territoire de ladite 
ville ; — Tautorisation donnée à un habitant de Quillan de 
creuser un fossé sur la place ou bord de la mer du port 
d'Avall de Collioure, « pour faire entrer un arbre de nef 
€ dans la boutique d'un charpentier ; » — la surveillance 
des châteaux royaux et de la frontière, sur la nouvelle de 
l'apparition de certains hommes masqués {desfressats) qui 
rôdent dans le pays ; — l'ordre donné à Tofficial d'Elne de 
retirer les poursuites qu'il avait faites contre Bernard Abat 
et autres pêcheurs de Collioure, à la requête de frère Mar- 
tin Januer, aumônier de Saint-Pierre de Rodes, au sujet de 
la pêche dans les mers de Cap de Creus ; — le procès- 
verbal d'ouverture de la caisse tenue par Bérenger Batlle, 
chevalier, bailli de Perpignan; — la nomination de Jaubert 
Gaucelm, peintre, de Perpignan, comme bailli de Vingrau, 
et d'Arnau Bou, comme bailli de la Grange de Canomals, 
faite par le procureur royal et par le cardinal de Mont- 
Aragon, ce dernier comme possédant les biens et revenus 
de l'abbaye de Fonlfroide, en Roussillon ; — le payement 
des censives et autres droits appartenant à Jean d'Aguilar, 
fils du donzell Pierre d'Aguilar^ ancien châtelain et bailli 
d'Aristot ; — des saisies de meubles faites pour le paye- 
ment de la contribution due par les arrosants du nouveau 



128 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



ruisseau de Bonpas ; — la défense faite de jouei* publique- 
ment dans la ville de Perpignan, ailleurs que sur la place 
au Blé ; —^ les droits dus par le moulin de Rodes pour la 
nouvelle immission de Teau dans le ruisseau de Thuir ; — 
le règlement des frais du procès des leudes du Confient 
possédées en pariage par )e Roi et le prieuré de Gornella- 
de-Conflent ; la part du Roi est engagée aux communautés 
suivantes qui sont taxées en raison du nombre de leurs 
feux 1 Viilefranche-de-Conflent, 171 feux ; la châtelleiiie de 
Puig Valadors 58, Rodés 32, Sahorra22, Cornella-de-Con- 
flent 14, Fulhàll, la Vall de Gonat 30, Formiguera.22, 
la Sajonia 22, Argelès 161, Salses 69, Opol 28, Tauta- 
huU 38, Haurellas 60 ; — la défense faite aux habitants 
de Thuir de faire cuire leur pain ailleurs qu'au four banal; 
— la nomination d'un reguer pour le ruisseau de Thuir 
au territoire de Rodés ; — la saisie de monnaies d'or et 
d'argent sur des c courriers du royaume de Castille, » au 
passage de Salses ; — la saisie de bois appartenant à des 
habitants de Verne t. Pi et Mentet, pour n'avoir pas acquitté 
la leude de Gonflent ; — Tindemnité des terrains pris pour 
le ruisseau d^arrosage de Rodés ; — le nivellement du ruis- 
seau de Thuir dans tout son parcours ; — la caution four- 
nie pour la sortie de chevaux par Laurent de Lerchia, che- 
valier, majordome du Roi ; — la nomination de gardes de 
la maîtrise des ports, àCanet et Sainte-Marie-la-Mer; — le 
règlement des comptes de Raymond Bérenger de Tort, 
donzell, ancien viguier de la Vallée de Ribes ; — la cession 
de rentes sur la leude de Perpignan entre les familles de 
Togores, de Planella et de Vallseca, de Barcelone ; — la 
saisie d'une rente sur la même leude, appartenant à noble 
Pons de Perellos, fils d'autre Pons ; — la défense d'ac- 
cepter en Roussillon et Cerdagne aucune monnaie en 
hlanque^ ^\. écus de France; — l'autorisation donnée à la 
communauté de Montesquiu de s'assembler pour délibérer 
au sujet du rachat dudit lieu, avec ordre aux habitants de 
réparer la %a\le dite Au Rai; — la pose de moylons ou pilons 
en pierre et chaux pour la aélimitation des devèses de la 
châtellenie de Puig Beladors ; — la mise en possession du 
tiers des dîmes d'Hix vendu par Pierre Gadell. à Bernard 
Parayre, marchand, de Puigcerda; — le payement du 
droit de leude de Tortosa par Raymond Taulari, Jean Pin 
et Pierre Capmany, patrons de nef, et par P. Romaguera, 
patron de leny, de Collioure. — Permission donnée par le 
bailli de Perpignan à Jean de Beyhona, de laisser jouer 
sur la table d'En Patau, moyennant un droit de dix florins 
par mois payables audit bailli qui ne donne, d'ailleurs, au- 
cune garantie contre l'opposition que pourraient faire les 
consuls. 



fi. 210. (Registre.) — In-folio. 78 feaiUets, papier (latin et catalan). 

t4Mlt-i4id. — Nottdes de Pons Giiabert et de Ray- 
mond Ferrer, notaires à Perpignan. — Quittances de trai- 
tements et dépenses diverses d*officiers et employés de la 
procuration royale, frais de courriers, réparations au châ- 
teau royal de Perpignan ; — dépenses du voyage fait en 
Cerdagne par Alfonso s'intitulant botxinus sive morrede" 
vaques (bourreau) de Perpignan ; — 70 sols payés pour 
transcrire ou copier en bonne lettre un registre intitulé 
compte final de la procuration royale, transmis au Maître 
racîonal; — envoi de six paons du château de Perpignan 
au, roi d'Aragon qui était alors dans la ville de Fraga ; — 
reddition des comptes de Pierre de Terrades, bailli de 
Perpignan et de Bérenger de Fontjoncosa, donzell, viguier 
de Gonflent; — payements divers faits au viguier de Cer- 
dagne et au sous-viguier de Barida par divers individus 
accusés de meurtre et de bandosités, entre autres, 466 florins 
d'or payés par Pierre Terrago, prêtre, de Puigcerda, par 
suite de la composition faite par son fils Antoine Terrago, 
pour la résistance par lui faite au donzell Bernard de Gas- 
tella, lieutenant du chevalier Guillaume de Castella, viguier 
de Cerdagne. — Actes du procureur royal , portant : af- 
franchissement de toutes servitudes féodales pour trois 
manses dulieud'Osseja, achetés par JeanSabaterdeLlivia ; 

— approbation en faveur des donzells Pierre et Romeu 
d'Enveitg, père et fils, d'engager au donzell Jaspert de 
Tregura leurs revenus et droits des lieux d'Ur et Flori tenus 
en fief pour le roi ; — bail à cens d'un chemin ou passage 
qui longe le pré commun dit de Pallerols, k Puigcerda; — 
amortissement des rentes du bénéfice fondé à Saint-Jacques 
de Perpignan par François Jaubert, notaire et de diverses 
propriétés possédées à Vinça par Bernard Guilla, prêtre ; 

— estimation des biens du lieu deCortas en Cerdagne tenus 
en fief pour le roi par le vicomte de Castellbo. — Criées 
faites parle bailli de Perpignan, portant que les drapiers, 
apothicaires, tailleurs, forgerons, menuisiers et autres ma-* 
nouvriers ne pourront réclamer aucune dette en raison de 
leur travail, métier ou office, après un délai de deux ans* 

B. 911. (Registre.) *— In-folio, 43 feuillets, papier (latin). 

t4IO9-i4i0« — Notule de Guillaume Roure, notaire 
k Perpignan. — Commissions données par le roi Martin 
d'Aragon : à Jean Sirvent, archidiacre de Vallespir> pour 
poursuivre dans le diocèse d'Elne tous prêtres et clercs 
possédant des bénéfices royaux , coupables d'immoralité 
ou d'autres délits ; — à Pierre Redon, bourgeois de Per- 
pignan, pour la recette des fonds provenant desdites pour- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

«aites, lesquels seront appliqués à Varfnada{croUade) nou- 
velle que le Roi doit faire contre les Sarrasins; — quittan- 
ces des fonds provenant desdites condamnations et des dons 
Tolonlaires faits par divers ecclésiastiques de Perpignan. 
— Procuration donnée à Martin de Gurrea , chanoine et 
prévAt de Féglise d'Osca, par Jean Sirvent, pour prendre 
possession d'un conicatdans ladite église, lequel vient de 
lui être conféré par le pape Benott XIII. — Quittances : 
>des frais d'un procès entre frère Grégoire Gibern, infirmier 
île Tabbaye de Saint-Pierre.de Rodes, contre Thebdoma- 
dier de Téglise Sainte-Croix de Rodes; — d'une rente sur 
les revenus de Mosset, due à Éléonore» veuve du chevalier 
Hugnet de Santa-Pau, seigneur dudit lieu ; — d'une rente 
payée par la communauté de Vernet en Gonflent, au béné- 
fice fondé par Jean Puig à Sainte-Harie-la-Mer. — Dona- 
tion faite à Elicsende, veuve du donzell Pons de Biert et 
mère de Dalmau de Biert, bailli général de Catalogne, par 
Pierre Amoros, donzell d'Argelès , fils de Pierre Amoros 
et de Fina de Puig-d'Orfila, de droits divers sur la succes- 
sion de son oncle Dalmau de Tatzo, donzell de Collioure, 
4)t de son grand-père Aruald de Puig-d'Orfiia ; — sœur 
Cionstance de Gruilles^ prieure de Saint-Sauveur de Per- 
pignan, promet c pour la rémission de ses péchés > à 
Abram Gabrit, juif de ladite ville, qu'elle n'exigera plus 
que 44 sols barcelonais par an pour une rente d'une eymine 
et sept mesures de froment qu'il était tenu de lui faire. — 
Vérification des comptes de Guillaume de Vilardell, don- 
2ell de Besaiu, qui. a exercé pendant trois ans l'office de 
bailli de Perpignan, faite par les trois juges-enquêteurs] du 
trienni désignés par le Roi, François de Puig, juriscon- 
sulte, Georges Blaucha, bourgeois, et Jean-Pierre Fahena, 
douzell, ce dernier remplaçant le donzell Bérenger de Vi- 
vers, décédé. — Vente d'une terre sise à Cabestany, tenue 
«n directe seigneurie pour Barthélemi Pinyana, marchand 
de Perpignan et bailli du lieu, et pour Michel, prieur do 
Sainte-Marie-del-Camp. — Amortissement des rentes d'un 
bénéfice fondé à Saint-Ëtienne de Bonpas par Barthélemi 
Opol. — Reconnaissances de terres sises aux territoires de 
Perpignan, MaUoles et Orle, à l'arrosage dn ruisseau royal 
de Thuir. 

B. 212. (Regisu^.) — In-foUo, 146 feaillets. papier (latin). 

tAtV-tAl9« — Notule de Guillaume Roure. — 
Chartes d'Alphonse, roi d'Aragon : conférant à Barthélemi 
Miralles, procureur royal en Roussillon et Cerdagne, la 
perception de tous les revenus royaux des deux comtés et 
celle des trois deniers pour livre levés sur les Italiens ; — 
attribuant au voyage qu'il se propose de faire en Sicile 

PTRélfÉBS-ORIBEfTAtES. — SÛUB B. 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 129 

toutes les sommes provenant des 50,000 florins accordés 
au Roi par le cardinal de Pise, légat du Saint-Père, comme 
compensation des dépenses faites par ledit Roi pour arri- 
ver k l'union de la sainte mère Église, (cette somme doit 
être prise sur le subside nouvellement imposé sur le clergé 
des royaumes d'Aragon, de Valence et de Majorque et sur 
la Principauté de Catalogne), ainsi que le don exigé dans 
lesdits pays à l'occasion du mariage de l'infante Marie, 
sœur du Roi, avec le roi de Castille, les sommes dues par 
le clergé de la Principauté à l'occasion de la nouvelle che- 
vallerie du Roi, et les 50,000 florins à recouvrer sur les 
manumisseurs du roi Ferdinand, son père; ces fonds 
seront recueillis par Bernard de Cruilles, majordome de la 
reine Marie d'Aragon. — Paiement de 500 florins d'or à 
Toccasion du mariage de l'infante Marie, fait par les pré- 
lats, communautés, aljames de juifs et autres personnes 
des comtés de Roussillon et de Cerdagne. — Cession de 
droits sur le manse dit « d'en Cadahy > sis à Baho, faite 
à Martin Calvet, bourgeois de Perpignan, par Agnès, son 
épouse. — Résignation d'un canonicat de Comella-de- 
Conflent et de la cure de Saint-Jacques de Villefranche, 
faite par frère Pierre Banbasser entre les mains du procu- 
reur de Charles, cardinal de Saint-Georges ad vélum aureum 
et prieur de Cornella. — Actes du procureur royal, por- 
tant : lods d'une rente vendue à Jean Cassanyes, apothicaire 
de Perpignan, par Perpenyana, épouse de Guillaume Ro- 
berty donzell de Canohes; de la vente d'une fosse à blé sise 
à la colominedite de l'Évéque, à Perpignan; — inféodation 
de diverses propriétés tenues pour le Roi au territoire de la 
inème ville; — amortissement des revenus du bénéfice 
fondé à Sainte-)tarie delà Real par Jeanne, épouse de Jean 
Hot, pâtissier du roi de Majorque. — Procédures contre 
noble Garau de Rocaberti, tenant en fief pour le Roi les 
châteaux de Cabrenç, Serrallonga, Montalba et autres lieux, 
accusé de les avoir tellement appauvris et dépeuplés par 
ses exactions et exi^'ences, que des lieux où il y avait 
80 feux n'en comptent plus que trente. — Procurations don- 
nées : par frère Galcerand d'Oms, camérier de Cuxa, pour 
recouvrer les revenus de son bénéfice ; — par Brunissende, 
veuve du donzell Dalmau de Biert, p3ur réclamer une 
rente due sur les fontaines de Salses, payable par le domaine. 
— Sentence relative aux pasquiers de Coma de Vaques 
compris dans les pasquiers de Gonflent. — Vérification des 
comptes du droit de trois deniers pour livre que les Flo- 
rentins, Lucquois et autres Toscans, les Lombards, Pié- 
montais, Romagnols < et Marchons, > les Génois, Vénitiens 
et beaucoup d'autres Italiens, ainsi que tous leurs sigets, 
sont tenus de payer pour l'entrée et la sortie de toutes leurs 
marchandises dans les États du roi d'Aragon; il a été 
perçu en Roussillon, du 7 mars au 2 septembre 1418, la 

17 



130 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES 



somme de 213 liyres 6 sols S deniers, les frais de percep- 
tion se sont élevés à ISS livres 2 sols 8 deniers. 

B. 213. (Registre.) — In-foUo, 74 feoillets, papier (latin). 

t AIft-t490« — Notule de Ra^'mond Ferrer, notaire. 

— Dépenses diverses de la procuration royale : — travaux 
et réparations à la porte de Cauet , à la place Neuve et 
au château royal de Perpignan ; — au ruisseau royal de 
Thuir, etc. — Achats : de graines et d'arbres fruitiers pour 
les jardins du château royal ; — de barques et de filets 
pour la pêche dans la fontaine de Salses; d*un cheval pour 
faire aller la noria du château de Perpignan. — Frais de 
courriers; -— salaires des châtelains et autres officiers 
royaux. — Amortissements : de rentes et revenus des 
églises du Volo et de Bonpas ; des legs faits à Téglise Saint- 
Mathieu de Perpignan par Alamanda, épouse du donzell 
Galcerand de Llupia. — Concession d'arrosage pour une 
propriété sise à Bula Terranera , en faveur de Dalmau 
Buffart, bailli du lieu; — vente d'une maison située à 
Vflallonga-de-la-Salanca, faite à Guillaume Sauto» donzell; 

— acquisition des biens de la famille Roca, d'Alenya, par 
Pierre Clemens. — Quittances de rentes sur les revenus 
royaux, prises par l'abbaye de Sainte-Claire de Perpignan, 
par Guillaume Johan, marchand, et autres pensionnaires; 

— frais du séquestre mis sur les revenus du château de Ray- 
ners appartenant à Eulaiie, épouse de Bernard Albert, bour- 
geois de Perpignan. 

B. il4. (Registre.) — In-folio, 20 feuillets, papier (larin et catalan). 

t4I0-t49O. — Manuel de Guillaume Boure, no- 
taire. — Testaments, ventes et autres contrats dé divers 
habitants de Perpignan, Arles, Thuir, le Volo et Passa; — 
vente du bailliage royal du Volo, faite par Arnald Miralles, 
nommé pour trois ans à cet office, en faveur de Baymond 
Bach, du Volo, au prix de 27 livres 10 sols ; — quittances 
de divers revenus royaux. — État des villes et lieux , 
juridictions, censaux, revenus et droits royaux de Bous- 
sillon et de Cerdagne, rachetés par les juges et commis- 
saires des domaines royaux aliénés, au moyen du don de 
100,000 livres accordé à cet effet par la Cort générale de 
Catalogne, au roi Ferdinand d* Aragon : — une rente de 
9,000 sols sur les moulins des fossés de Perpignan, sur les 
droits de mutation de la même ville, et sur la sortie du 
minerai de Confient, rachetée de Louis et Ferrer-Nicolas 
de Galbes, Perlco et Galcerand Dusay, citoyens de Barce- 
lone; -— rentes diverses sur les droits de leude majeure et 
mineure et sur le taulatge du poisson frais et salé de la 
ville de Perpignan, appartenant à Simon Dez Camps, no- 



taire de Perpignan, Jean Vilella, de Gerona, Guillaume d^ 
So, vicomte d'Eve!, François Basset, de Lerida, André 4e 
Contijûch, de Hontblanch, Louis de Planella, donzell, 
Bobte Pons de Perellos et le chevalier Guillaume de 
Berga ; -*- les droits sur la fontaine de Salses engagés à 
François Bertran ; — * une rente de 20 livres sur le lieu de 
Maranges en Cerdagne , engagée à la communauté dudit 
lieu ; — les serivanies publiques de Perpignan et le four 
banal d'Argelès, appartenant à Jean dez Pia, à Hugnet de 
Vilafrancha, et aux héritiers de François Cestrada, ci-^ 
toyens de Barcelone ; -^ les leudes et revenus de CoUioure, 
engagés à la communauté pour 1,100 livres prêtées à l'in- 
fant Jean, duc de Gerona ; — une rente de 80 livres sur 
les revenus royaux de Llo et sa chitellenie, Angostrioa, 
Prats eu Cerdagne, Osseja et Vall Cebollera, engagée aux 
communautés desdits lieux ; — les censives, rent( s, cen- 
saux et revenus quelconques des moulins, des fours, des 
serivanies, de l'arrosage, des bans, justices, boucherieset au- 
tres droits royaux de Thuir, engagés à la communauté pour 
91,000 sols barcelonais; — tous les revenus de Villefiraii"' 
che, Cornella-de-Conflent, château et châtellenie de Rodés, 
vallée de Conat, Saionia de Secdenya, lieux et vilies de 
Sahorra, Fulhà, Argelès, Opol, Taltahull, Formiguera^ 
Salses, Maurellas et châtellenie de Puig^^aldors, engagés 
auxdites communautés pour 138,534 sols 2 deniers; — 
deux mille sols sur les revenus de Montesquiu, engagés à 
la communauté; — les droits possédés par Ermengaud 
Grimaù, bourgeois de Perpignan, mari de Marguerite fille 
de Barthélemi Gari, changeur de la même ville, sur les 
revenus royaux de Thuir, le Volo et Montesquiu, jadis 
engagés audit Gari ; — les [droits de la ville de Puigcerda 
et du comté de Cerdagne, engagés pour 12,280 florins 
d'or d'Aragon, donnant 9,648 sols 10 deniers barcelonais , 
de rente, à Antoine Bertran, â Jeanne, épouse de Galce- 
rand de Sent-Menat, et à Jeanne, fille de Nicolas Bertran 
et veuve de Jean-Galcerand de Bosanès; — divers revenus 
du Volo appartenant à la communauté ecclésiastique de 
Saint-Jean, à l'Aumône commune et à l'Hôpital de Perpi- 
gnan, et à Bartholomeua, veuve de Nicolas Salavert. 

B. 215. (Registre.) — In-folio, 176 feuillets, papier (latin et catalan). 

t4itt-i49i« — Notule de Guillaume Boure, notaire. 
— Provision du roi Alphonse d'Aragon autorisant Barthé- 
lemi Miralles, procureur royal et des fiefs , maître des 
ports et passages et commissaire des amortissements en 
. Roussillon et Cerdagne, k se donner des subdélégués dans 
«es diverses charges ; -^ substitutions dudit Miralles, en- 
tre autres « en faveur de Baymond de Serinya , Juge du 
patrimoine ou domaine royal. — Contrat de mariage de 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DBS 

Barthélémy Pereta,âeVmça, ayec Yolande, fille 4e Pierre 
Giro, de Perpignan; — réclantation de droits sur les leudes 
de Gollioure, par Isabelle, veuve de François Marsal, de 
Lerida; — procuration donnée par frère Antoine de Por- 
taies, franeiscain de Saragosse, fanûiier de Charles, cardi- 
nal de Saint-Georges ad vélum aureum^ pour faire restituer 
par le vîguier de Caudîès et Puyvert et par le nommé 
GonîU dudit Caudiès 3 florins d*or d'Aragon, un ducat, une 
deitû<«dottble morisca d'or et un franc et demi en blancs de 
France, que les susdits lui ont violemment soustraits et 
volés. -*- Sentence arbitrale entre le fermier du moulin 
royal de Perpignan et les tenanciers arrosants de sonruis* 
seau, au sujet de récuremant et de la distance à laquelle 
les arbres doivent être plantés sur les fruies-boi^ds. -^ 
Concessions d'arrosage de l'eau do ruisseau royal dcThuir 
pour diverses propriétés sises dans la ville et au territoire 
de Perpignan; «^ remises des droila de Commise sur 
diverses maisons et rentes aliénées à Perpignan. — Or- 
donnance du roi Alphonse par laquelle H reconnaît que 
Barthélémy Miralles, procureur royal en Roussillon, lui a 
donné ei cédé 5,500 livres de ses propres deniers, pour 
subvenir, dit le Roi, an grand besoin d*argent]oÙBOus nous 
trouvons à cause dit passage que nous allons Mre avec 
notre flotte (ostolio) en Sardaigne et Sicile ; il lui engage, 
pour le remboursement de cette somme^ la ieude de Col- 
iioufe et divers autres revenue royaux de celle ville, de 
Thnii"^ Perpignan, Montesquiu^ Corbera et le Volo. — Ra« 
chat d'une rente due par Jean Des Tor, notaire, aux héri- 
tiers Jaubert, sur une propriété sise à Perpignan près du 
BMulia de Saint-Lazare. — Actes du procureur royal, 
portant : renouvellement en faveur de Bernard Genis, de 
BiaÉfellas, d'une concession d'un moulin à foulon et à 
fhrine sis audit lieu; h lui fiHte précédemment par le 
donzeli Ferrer de Saim-'Hàrtin, seigneur de Haurellas ; — 
confirmation de la vente de maisons et patns situés dans 
le eaU des juifs de Perpignan^ aliénés par Guillaume Bian- 
cha, néophyte (juif converti) ; -^ Iode de la vente d'une 
terre à Salses tenue en directe seigneurie pour le Roi, 
avec droit d'agriar et foriseapi pour Jean Garrius, bourgeois 
de Perpignan ; — autorisations données : au bénéfice fondé 
À Saiat^ean de Perpignan par Guillaiime Gàfrias, pl^être, 
d'aofaéri» des rentes sur des maisons de cette ville; -*- à 
Jean Viader, jardinier, d'établir une table ou Une bodtique 
devait sa maôson sise dans la ne de Sainte-*Marie, pa* 
roîsse 8aint*«Jaoquea ; -^ à un menuisier, de construire un 
p0Bt Sir le r«issea« r«^al, devam sa matse»^ dans ta rue 
des FrSres Mmeor». ^ Payemem de 45 sols h Bernard 
Pliqamenuda (pluie menue), courrier, qui est venu c en 
c trente héui^s ■ de Barcelone à Perpignan avec une let* 
tre de la Beine ordonoanl d'iBUTéter « le nominé Antoine 



ÇOmÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 131 

« Rigau, notaire de Barcelone, s'il passait en Roussillon ; > 
-*- Jean Jou, assesseur du gouvemem', donne procuration 
à Georges Huguet^ tisserand* à Bernard Guilhem et Ber- 
nard Faena, canven et agents d'affaires, de Perpignan, 
pour réclamer une somme due par François Bonsenyor 
néophyte. — Rachat des greffes dea cours du bailli de 
Yillefranche et de la vignerie de Confient et Gapcir qui 
avaient été engagés à Raymond Pastor, notaire. — Recon- 
naissances féodales du lieu de Real et de divers droits en 
Capcir, tenus en. fief pour le Roi par Bernard Golomer, de 
Vertiet ; et des dîmes d'Orbanya , Yillef rmitbe et Falha, 
parGrimald d'Avellanet^ avec payement de droits de eom- 
mise, parce que la reconnaissance n'avait pas été renouv^e 
dans le délai d'un an et un jour après le décès du roi Fer- 
dinand. — Lettres de la reine Marie, épouse du roi Alphonse 
et lieutenante générale du royaume, concernant : un pro- 
cès du domaine contre les créanciers de l'Aljama des juifs 
de Perpignan ; — le procès Contre un habitant de cette 
ville accusé d'avoir voulu assassiner Jean Vaquer, licencié 
en droit : l'assassin portait une arbalète de acer et des 
traits empoisonnés [cum treytU entuxicatis) ; — le rachat 
de rentes sur les leudes de Perpignan, appartenant à Ro- 
meu de Sant^Ylari, de Barcelone ; «— la levée du séques- 
tre mis sur les temporalités de Tévèque d'Elne par le vi- 
guier de Roussillon. — Sentence rendue sur l'arrosage 
d'une propriété appartenant à Raymond Pascal, recteur de 
Sàin^Ciénent-de-la-Serra, avec l'eau d'an canal construit 
à Comella-de-Conflent aux frais de François Costa dit Se- 
maler, de Viliefranche. — Concessions en devèse ou défends 
pour la pêche : du ravin qui descend de la Maison de la 
Maso, à Prats de MoUo, tenue en fief pour le Roi par 
Raymond-Dalmau Ça Cella, bourgeois de Perpignan ; — 
des eaux de la Tet, aux territoires d'Évol et de la Bastida, 
eu faveur de Guillaume de So, vicomte d'Évol. — Lettres 
du roi AJphonse d'Aragon portant don de mille florins d'or 
en favenr de son eaoalleris Bérenger d'Oms, pour le ré«* 
compenser de ses services et du grand nombre de gens 
d'armes qu'il a amenés à son armée, et lui assignant la 
ferme de la Font Dame de Salses jusqu'à ce que eeUe somme 
seît remboursée : datées c du siège de Bonifacio le 20 no* 
vembre 1490. » — Actes du procureur royal, portant r 
concession en faveur de Pierre Brenaeh des eaux des ri« 
vières de Riu-major, Sent-Vincens et Fillols, pour l'éta- 
blissement d'un moulin à farine sous les murs de Ville- 
franche ; -«- remise des droits de commise dus pour toutes 
alèénatiens de propriétés faites par les habitanu des lieux 
de Sechdenya, de Flaça, de Juncet, de Hirles et autres de 
la Sajonia de Confient ; -^ mise en défends de la devèse des 
habitants de Fornols en Confient; — lods de la vente des 
dtmes de la paroisse de Saint-Martin d'Hix, données en dot 



132 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

par le donxel] de Guillanme de Peguera à sa fille Violant, 
époase da donzeU Pierre Cadell, seigneur d'Ëspira, et 
Tendues par ce dernier à Bernard Parayre» marchand de 
Pnigcerda ; — concession d*arrosagej pour diverses pro- 
priétés sises à Cornella-de-ConOent; — amortissement de 
rentes viagères en faveur de divers ecclésiastiques de Vinça, 
Gomella et Villefranche-de-Conflent. 



B. 216. (Registre.) — In-folio, 96 feuillets, papier (latin). 

tA90-t49i. — Notule de Raymond Ferrer. — Dé- 
penses diverses de la procuration royale : — achat d'une 
voOe pour la barque de la fontaine royale de Salses ; — 
entretien du « figueral, » des jardins, vergers et c olivar > 
du château royal de Perpignan ; — réparations au ruisseau 
royal de Thuir : salaire de Jacques Tomer, réguier majeur, 
«lépouillé injustement de son emploi par ordonnance 
royale en faveur d*Aj*nald Hiralles, mais réintégré peu 
après ; — réparations aux remparts de Salses ; — indem- 
nité accordée au fermier des bancs des joueurs, ou de la 
< tafuraria » de Perpignan, parce que le gouverneur, à la 
requête des consuls, avait fait détruire les tables, bancs et 
autres constructions en bois existant sur la place du 
Toro où se tenait la c tafuraria, > avec jeu à la c gresca » 
et à la c maylola ; > — fourniture d*armes au château de 
Força Real; — réparation des arbalètes des châteaux 
royaux du Roussillon, par Jean Lobet, arbalétrier du Roi ; 
— achat de trois étuis garnis de ciseaux, couteaux, poin- 
çons, pinces et autres ustensiles de femme» pour la reine 
Marie d*Aragon ; — frais des sept pèches annuelles faites 
dans la fontaine de Salses ; — payement d'une rente sur 
les greffes de Perpignan, à Raymond de Llupia dit de Ra- 
ges, chevalier ; — achat de deux cents charges de blé por- 
tées à l'escadre au siège du lieu de Bonifacio ; — frais de 
perception de la leude de Tortosa et des droits de trois de- 
niers pour livre ou des Italiens et de la maîtrise des ports, 
à Collioure. — Reconnaissance des propriétés tenues pour 
le Roi, dans la paroisse de Sechdenya, par Bernard Clé- 
ment, de Hirles. — Confirmations : des privilèges de Pra- 
des et d'Estagell, par le procureur de noble Galcerand de 
Vilanova, chanoine d*Urgell, archidiacre de Cerdagne, rec- 
teur de Téglise paroissiale de Montcada au diocèse de Va- 
lence, pourvu de la camérerie de l'abbaye de la Grasse; — 
du droit de pécher dans la rivière de la Tet, en faveur des 
habitants de Prades, droit déjà établi par une sentence du 
gouverneur.** Recherche faite par le procureur royal, des 
titres et droits sur les eaux et forêts possédés par les habi- 
tants de Sansa, titres de concession des devèses dites 
« Coma Vinya, La Garnga et Prat Boa! ou al Pla; » — 
Vall del Féu : il n'y a que quelques prés, appartenant à des 



particuliers ; les habitants n'ont ni devèses ni moulins, ils 
prennent leur bois dans la forêt de l'abbé (de Cuxa, leur 
seigneur), sans pouvoir y faire du charbon ; — En et Cana- 
velles : les habitants ne peuvent donner aucun renseigne- 
ment positif sur leurs titres ; — Planés : titre de conces- 
sion des devèses, d'arrosage et de boisage ; il y a un mou-* 
lin à farine ; — La Llagona : titres de concession de deux 
devèses dites c dels Bous », et droit de boisage ; — Riu-» 
fret et Saint*Pierre-d*Enforcats : titres de concession 
pour mettre en défends tout leur territoire à l'exception 
de la devèse de la c Coma ; » boisage dans tous les bois 
royaux, celui de la Hatha excepté ; — Prats de Bala- 
guer et Fontpedrosa : titre de deux devèses dites c d'Âlio 
et dels Bachs », droits d'arrosage et de charbonnage; -— 
Les Angles : concession et délimitation de la devèse c del 
Pla » que les habitants ont uniquement pour leur -usage, 
sans pouvoir la vendre ni l'affermer; droit d'usage dans 
les forêts du territoire ; titre de la « Font Caminada » pour 
l'arrosage; — Hatamala : titres des trois devèses du 
« Bach, du Tor et de la Cloella^ » droits de charbonnage 
et d'arrosage ; — châtellenie de Puig-Balados : les deux de- 
vèses de la c Granolla » et du « Sola, » à Riutort ; celles 
de la c Caussana » et de la c Coma, » à Fontrabosia ; celle 
du c Sola, » à Sposolla ; une autre à Galba, une autre à 
Odello, et celles de « Serralonga, » d' c Albasset » et de 
c Carramat; » une autre à Vilanova, une autre à Real, et 
celles de la < Costa, » des < Cessais » et de Puig; droits de 
boisage et d'arrosage, moulins à scie: — le droit ap- 
pelé < Domegueres du bailli de Riutort, » et le droit du 
dixième ou du onzième sont perçus par le fermier des pas^ 
quiers du Capcir; — le droit du < pasquier de Confient » 
n'est levé que sur les bestiaux du Roussillon, de la Cer- 
dagne et autres, ceux du Confient et du Capcir en sont 
exempts ; — les droits de pasquier dits « de la Sajonia, de 
c Bordoll, de Conat » et autres lieux de Confient, sont 
payés aux seigneurs locaux et distincts de ceux que lève le 
fermier du grand pasquier. . 

B. 217. (Registre.) — In-folio, 139 feuilleu, papier (latin et catalan). 

i 995-1499. — Registre XI II de la Procuracio Real. 
— Chartes : de Jacques P roi d'Aragon, affranchissant de 
tous droits de lods et de censive les maisons que l'Âljama 
des juifs de Perpignan achètera ou construira au Puig de 
ladite ville ; — de Jacques I*', roi de Majorque, accordant 
une rente annuelle de BOO sols de Halgone, à prendre sur 
les revenus des fours de Collioure, au couvent des Frères* 
Prêcheurs, nouvellement construits dans cette ville dans 
les locaux et terrains donnés par Guillaume de Puig d'Or-» 
phila ; — de Jacques II, roi de Mijorque^ ordonnant le 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

payement de la rente susdite audit couvent, nonobstant 
l'assignation des revenus de Collioure par lui faite à la 
reine Constance son épouse ; — de Pierre III, roi d'Ara- 
gon, ordonnant à Blas Pemandez de Heredia et à Gomez 
Martin, prieur de Lausana, manumisseurs de la reine Éléo- 
nore d'Aragon, de payer la même rente sur les revenus de 
Collioure qni avaient été par lui attribués à ladite reine 
son épouse. —Sentence qui déclare les habitants de Céret, 
francs de tout payement de leude au Volo ou à Maurellas. 
— Ordonnance du roi Pierre m, confirmée par les rois 
Martin et Alphonse d'Aragon, portant que, conformément 
à ce qni s'est pratiqué de temps immémorial, tous navires 
et marchandises de Provence, de Pise, de Gênes et autres 
lieux, venant vers les pays des États d'Aragon et passant 
entre Ttlé de Majorque et la Catalogne, c en vue ou non de 
la terre, » devront payer le droit de leude à Collioure ; en 
cas de fraude de la part des patrons de nef, les droits se- 
raient réglés par voie de saisie ou autrement par les natio- 
naux établis dans le pays ; — état des franchises de peytes 
ou dé leudes de Majorque : sont francs de tout droit, les 
Pisans, Génois, habitants de Gerona, Alicant et royaume de 
Valence, Saragossa, Montblanch» Tarragona et Montagnes 
de Prades ; francs de moitié de droits, les habitants de Mé- 
quinenza ; francs de deux parts des droits, les hommes des 
terres qui ont appartenu aux Templiers ; francs du tiers, 
tous habitants de Majorque et des tles (Baléares), de 
Collioure, Palamos, Barcelone, Cervera, Leyda, Calatayud, 
Daroca, Osca, Terol, Alzezira, Xaliva, Morvedra, Borriana, 
Morella, Calatrava ; paient la leude en entier, les hommes 
de Narbonne, Béziers, Limoux, Perpignan, Puigcerda, 
comté d*Empories, Banyoles, Besalu, SantFeliudeGuixols, 
Roses, Cadaquers, Torroella de Muntgri, Blanes, Tossa, 
Tarrega et Falcet ; — tarifs payés par les marchandises et 
marchands qui passent par les mers et territoire de Tor- 
tosa. — Criées du bailli de Perpignan portant règlement 
pour la circulation des charrettes dans cette ville. — Char^ 
tes du roi Pierre ID, concernant les rentes possédées par 
le couvent de Sainte-Claire de Perpignan sur des maisons 
de cette ville ; — déclarant que les anciens Juifs baptisés 
et convertis doivent être considérés comme de vrais chré- 
tiens, s'ils sont cités comme témoins ; — du roi Jean !•' 
d'Aragon, portant que les étrangers ne peuvent occuper 
aucun bénéfice ecclésiastique, ni remplir aucun emploi ci- 
vil dans ses États ; — du roi Martin d'Aragon, ordonnant 
d'établir dans la c Juiverie > de Perpignan, un local spé- 
cial qui servira de 'prison pour les Juifs de l'Aljama de 
cette ville et ceux de sa collecte ou contribution ; — por- 
tant que la seigneurie de Céret, achetée par Raymond, vi- 
comte de Perellos et de Roda, sera mise sous séquestre jus- 
qu'à parfait payement de 16,000 ûorins d'or dus au Roi, 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 133 

pour les droits de lods et de foriscapi de ce fief; — con- 
cernant la ferme du preu royal ou droit revenant an do- 
maine sur les actes des notaires de Roussillon et de Cerda* 
gne.— Ordonnances du roi Ferdinand d'Aragon, concernant 
le payement de la leude de Collioure; — contenant da 
nombreuses défenses faites aux Juifs de Perpignan, de lire 
et enseigner la doctrine du Taltnutj ainsi que le livre par 
eux appelé Mahaee lehu^ composé contre Jésus-Christ par 
c certains faux rabbins, > de prendre en gage des calices 
ou autres vases sacrés, de construire de nouvelles syna- 
gogues, d'exercer les professions de médecin, chirurgien, 
épicier, apothicaire, etc. — Lettres et provisions du roi 
Alphonse d'Aragon : portant don de 90 livres barcelonai- 
ses à Mathias dez Puig, chevalier, conseiller et promoteur 
de la cour royale ; — déclarant expiré le bail des mon- 
naies royales consenti par le roi Martin à Berenger dez Cortey 
et Pierre de Torrent, citoyens de Barcelone ; — prise de 
possession de la Monnaie, de Perpignan, au nom du Roi, et 
inventaire des outils et du mobilier; — révocation de tous 
les privil^es ou exemptions ci-devant obtenus par des che- 
valiers, juristes, gentilshommes, citoyens et autres person- 
nes de divers métiers, inscrits comme monnayeurs dans le 
seul but d'être soumis à la juridiction des alcades des 
Monnaies, et d'être exempt des hosts, chevauchées et au- 
tres charges ou services royaux réels ou personnels ; ces 
prérogatives ne seront attribuées à l'avenir qu'à ceux qui 
seront réellement employés aux Monnaies et, comme tels, 
inscrits à la matricule ; — conférant au procureur royal et 
à son juge, la connaissance des affaires domaniales ; — oi*- 
donnant aux propriétaires engagistes des domaines royaux 
aliénés, de représenter leurs titres ; — concernant le réta- 
blissement du ruisseaii^de Thuir dans ses anciennes dimen- 
sions; — portant les conventions faites avec les habitants de 
Montesquiu, pour faire retourner ce lieu à la Couronne ; — 
révocation d'une provision qui conférait la régie des cours 
d'eau du Roussillon et de Cerdagne au Gouverneur, au 
procureur royal et aux consuls de Perpignan : cet office 
demeurera uni à celui de la maîtrise des eaux dont le pro- 
cureur royal est revêtu ; — attribution de la connaissance 
des affaires concernant les Juifs de Perpignan au procureur 
royal ; — ordre donné à la suite d'actes de piraterie commis 
par des navires catalans à Rhodes et dans diverses dépen* 
dances de l'ordre de THôpital Saint-Jean de Jérusalem, à 
tout capitaine ou patron de navire partant des ports de 
TAragon, de se munir de lettres du Roi ou de ses amiraux 
ou vice-amiraux attestant qu'ils sont autorisés à s'armer, 
s'ils veulent être admis dans les ports et villes de l'ordre 
susdit; — confirmation du droit d'arrosage des habitants 
de Bula-Terranera et fixation des dimensions de leurs 
ullak (prises d'eau) dits des Mallols^ des CardoneU^ 



13'i 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



ée la Beguay da Pont d'en Bertran et du Portol d'en 
Gaget^ établis sur le raisseau royal do Thuir ; — visite gé- 
nérale du ruisseau de Tbuir» depuis sa prise d'eau jusqu'au 
château de Perpignan : criée» eoDcemant son entretien et 
celui dtt ruisseau royal du moulin de cette dernière ville. 
— ' Criées : prohibant le cours des monnaies bUmques et 
écus de France; -^^ défendant le parcours de» charrettes 
dans les rnes de Perpignan où il y a des toirte» royales ; 
— défendant le port d'armes dans cette ville : e sî, per 
venturai algvm hamem hi ha los qualê rahonaNament 
hagen bandositat» (qui soient légitimement en guerre pri- 
vée), que 9embl(mt9 hemens puguen portar cota de malles 
eu^ratses, dagua o coltell qtd no sien fora de mides^ e 
servelUra^ sens algwta pena. — . Lettres et provisions 
royales, concernaut : l'opposition faite par Bérenger d'Oa» 
an rachat du Iteu de Hontesquk ; — le fermage du droit 
des pasqniers royaux, perçu à Vinça ; -^ la défense de 
vendife dans 1& ville d'Argelès eu pain cnit aâleurs qu'au 
font banal, k moins d'avoir payé au fermier les droits de 
puja et de fbumage ; -^ la restitution d'un bénéfice du 
ch&lean royal de Perpignan, à Pierre de Garrot, docleur 
ès-4ois ; -^ l'aûtorisatioii donnée à Mathias dez Puig, ebe-« 
valier, d« chercher et exploiter en Houseillon et Cerdagne 
des « mines do couleurs, > c'est-àHiire d'alcofoH, d'or, 
d'argent et autres quekonqnes, en donnant le quinzième 
du produit au domaine, sanf l'or, l'argent et les pierres 
précieuses dont il devra donner la moitié. — Défense aux 
inquisiteurs de poursuivre et de molester les néophytes ou 
juifs nouveaux converliis, accusés d'apostasie par d*aatres 
Juifs. — Lettres^ du Roi : à Bernard Miroy maître de la 
Seeca (Meanaie) de Pej^ignan^ lui ordonnani de remplacer 
sur les croats et demi-croats d^arggit frappés dans cette 
viile ou dans le diocèse de 6erc»ta, le signo des lettres PP^ 
qui leur avait été attribué, par la lettre ; ^ aux notaires 
royaux, pour ki recherche du revenu des biens domaniaux 
aliénés- dans les six dernières années ; -^ & Bernard Gî- 
PttU, dit Riembau et Pierre Riart, bourgeois de Perpignan 
et bailfci de Collioure, pour qu'ils rendent compte de leur 
administration ; -^ aux chfttelains royaux, pour qu'ils re- 
dottbiont de vigilance. -^ EMfense à tout homme d'armes 
d'aller guerroyer k l'étranger, à cause de rexpédition que 
le Roi se propose de faire en Sicile ; — ordre d'empêcher 
tout envoè de munitions de bouche ou de guerre à Sacer 
et ain utres lieux rebelles de File de Sardaigne. — Lettre 
da Roi à Raymond de Ça Garriga, gouverneur du Roussil- 
Ion et k Jean Jouy son assesseur, leur déclaram qu'il est 
fort surpris et indigné de la t dîbsimulation' téméraire > 
avnc laqueUo ils ont laissé impunies les résistances faites 
par diverses communautés à Pierre Roure et Michel Jaume, 
soa commissaires pour le recouvrement du don c qu'il a 



droit d'exiger de tous ses sujets » à l'occasion du mariage 
de sa sœur l'infante Marie ; ils auront à poursuivre rigou- 
reusement les récalcitrants, sans appel ni rémission ; — 
ordre de prendre possession des lieux et domaines sui- 
vants qui ont été rachetés et réintégrés à la couronne : la 
fontaine, l'étang, les pasquim*s et autres revenus de Salses; 
les revenus de Thuir^ jusqu'à la somme de 6,800 sols bar- 
celonnais ; ceux de Meranges, Ârgelès, Uo et sa châtelle- 
nie, Angostrina, Osseja et Vallcebollera, Prats en Gerda- 
gne, le Volo et Collioure ; les scrivanies publiques de 
Perpignan ; le sous-bailliage de Cerdagne, etc. — Lettre 
de frère Marc, abbé de Montserrat^ François Bacct, Beren-^ 
ger d*Hostalrich, chevalier, BonanatPera et Jean de Ri- 
besaltes, conservateur du domaine royal, commissaires dé- 
légués par la Gort générale de Catalogne pour le rachat des 
anciens domaines aliénés de la Couronne, portant les con- 
ditions relatives au rachat du domaine de Tbuir. — Pro- 
vision royale rendue au sujet de la saisie de pierres (tumu- 
laires ?) du fossar (cimetière) des >uifs de Perpignan, faite 
par le procureur royal, à l'instance de Raymond Dome- 
nech, gardien des lions du château royal de ladite ville 
dont la provision doit être payée sur les revenus de l'aljaBia 
dos juifs ; les créanciers de l'aljama s'étant opposés à cette 
saisie,. le roi déclare que, depuis cent ans, le salaire du 
gardien et la provision desdiis liouf^ ont été payés sur la- 
dite djama, avec droit de priorité sur tout créancier,, il 
sera donc procédé à la vente des pierres saisie» jusqu'à 
complet payement du âalâtre de R. Domenech ; — vente 
aux enchères publique» des pierres provenant du fossar 
des Juifs, acquises par divers entrepreneurs de travaux 
publics de la ville de Perpignan. — Ordonnances concer- 
nant :- la levée des droits sur les Italiens, à Collioure, à 
Sant-Feliu-do<juixols et au Volo ; — la ferme des bans et 
peines contre les joueurs; les officiers royaux devront 
prêter main-forte aux fermiers et entrer avec eux dans 
toute maison suspecte. — Pragmatique portant de nouvel- 
les prérogative» pour l'office de la prok^nratioto royale de 
Roussillon et Cerdagne, e(t lui attribuant^ entre autres, la 
juridiction de la pèche dans les eaux domaniales'. — Char- 
tes et provisions du roi Alphonse et de la reine Marie^ son 
épouse^ concernant : l'engagement de la leode et deà autres 
revenus de Collioure à la comnranauté de coite ville, pour 
une somme de douize mille florins d'or prêtés au Roi pour 
l'expédition de Sardaigne et de Sicile ; — ' le raclvait des 
revenus de Montesquin, en faveur de Bérenger d'Oms ; — 
la nomination de Raiymond Seguer, de PérpîgMm, àf l'office 
de porter royal.> -^ Lettres du procureur royal, portant : 
nomination de Raymond Pu^ol à la charge de bailli de la 
baronio de Rayners, saisie au nom du Roi ; -^ révoeâtion 
dudit Pujol et réintégrâtlM à ladite charge du donécH 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Guillaume de Çastellet, époux de Beneseta, fille de feu Be- 
renger Sa Riba, « bailH naturel » de Rayrters, qui avait été 
injustement dépossédé par Guilhera-Huc de Rocaberti, sei- 
gneur dudit lieu ; — ordre au capitaine et bailli de Col- 
lioure, de résider eonstamment dans cette ville avec six 
servants, et de tenir la place toujours approvisionnée de vi- 
vres pour deux mois; — nomination de Perico Doria au bu- 
reau des tiers et réclamations de la viguerie de Gerdagne. 

— Présentation d'une cbarte royale au cbevalier Dalmau 
de Damius, lieutenant de Raymond de Perellos, gouver- 
neur de Roussillon et de Gerdagne ; il se dit prêt à exéeu* 
ter les ordres du Roi, mais, attendu qu'il ne sait pas le latin 
atêento qfwd if se ignorai lalinum, il consultera son asses- 
seur pour ce qu'il a i^ faire. -^ Griées faites à Perpignan, à 
l'instance de l'inquisiteur, défendant aux chrétiens nou- 
veaux, de cobabitei* avec leurs femmes encore juives qui ré- 
sident au Gall ; — nomination de Pierer Castelio, bourgeois, 
à l'office de gardien de la secca ou Monnaie de Perpignan, 
faite par les consuls. — Règlement des sommes ducs à 
Jean Basler, patron d'une nef du port de 2,200 salmes, 
pour le transport de gens d'armes et de chevaux de Col- 
lîoure à la ville d'Alguer (en Sardaigne), et pour avoir 
servi dans la flotte du roi d'Aragon pendant les sièges de 
Calvi et de Bonifaci (en Corse). — Lettres de la reine Ma- 
rie, lieutenante générale du royaume : exemptant les navi- 
res de Barcelone du payement de la leude de Collionre et 
même de l'obligation de faire aucune déclaration (mam- 
fest), lorsqu'ils passeront dans le leudaire de cette vilJe 
sans pouvoir y entrer à cause du mauvais temps ; — dé- 
fendant l'exportation des chevaux, des monnaies et métaux; 

— cassant une ordonnance du bailli de Perpignan relative 
à la vente du poisson ; — ordonnant de mettre Jean Fus- 
ter, chapelain de la chapelle royale, en possession de la 
reclorie du château de Perpignan ; — retirant les privilè- 
ges, sureis de poursuites et autres garanties données à 
P. Genset, qui s'était engagé à armer une galiote ou rampi 
à la suite du Roi, et ne l'a point fait; — déclarant que les 
fermiers des agrers royaux de Salses n'ont pas à contri- 
buer aux impositions de cette ville ; — défendant à l'in- 
quisiteur du Roussillon toute intervention dans les procé- 
dures contre les juifs de Perpignan, « sauf le cas de haine 
et de profanation des lois morales ; » — ordonnant de re- 
chercher une bulle portant union des châteaux et lieux 
possédés en Roussillon par Guigo Plandini ; — défeudant 
de s'approprier le bois laissé par les eaux courantes ; — 
fixant le salaire de Pierre Sola, inquisiteur, à 80 livres par 
an, à prendre sur le produit des causes et procès qu'il aura 
jugés. — Conventions faites pour la prise d'eau du nouveau 
ruisseau de Bonpas. 



COMTÉS DE ROtJSSlLLON ET DE GERDAGNE. 



135 



B. 818. (Registre.) -> In-folio, 50 feuillels, papier (laiin et catalan). 

1409^1499. — Notule de Raymond Ferrer et autres 
notaires.— Payement fait par les consuls deThuir, pour lés 
frais d'un procès au sujet de leur canal d'arrosage ; — in- 
féodatîon d'un ancien chemin situé près de Besalu, par 
Dalmau de Biert, en qualité de bailli général de Catalogne ; 

— amortissement de rentes et d'acquêts, en faveur de 
Guillaume Gaucelm, bénéficié à Sainte-Marie de la Real 
de Perpignan ; de Bernard Bach dit Portela, sacristain da 
Volo, et des prêtres de Saint-Sauveur d'Arles; —remise 
de marchandises appartenant à Antoine Saul, marchand de 
Montpellier, qui les avait rachetées de divers patrons de 
galiotes; -—traité fiait entre Bernard Jou, G. Campredon 
et Jean Canelles, marchands de Perpignan, pour l'expédi- 
tion de draps du Languedoc, de sel d'Iviça et d'huile, à 
Gaête, à Naples et en Romanie, sur la nef castellana eom- 
mandée par Arnald Taulari, de CoUioure. — Lettro écrite 
de Tarrasona le iO octobre (i418) racontant la délivrance 
de l'infanl don Henri qui était prisonnier du roi de Navarre 
à Agreda, et son arrivée auprès du roi d'Aragon son frère. 

— Provisions et lettres du roi Alphonse d'Aragon, portant 
notminatioa à vie de noble Raymond de Perellos, chevalier, 
à l'office de gouverneur des comtés de Roussillon et de 
Gerdagne, vacant par la résignation qu'en a faite Ray- 
mond Ça Garriga ; — permettant à « son cousin » Othon 
de Lusignan (de Lezinya), comte de Tripol au royaume de 
Chypre, de faire sortir cinq chevaux {cosserios) du Rov»- 
silloB ; — ordonnant l'exécution des franchises accordées 
par les rois Pierre et Ferdinand aux habitants de Perpignan, 
pour la vente des biens fonds. — Lettres : de Bernard de 
Gualbes, maître racional du roi d'Aragon, au sujet des 
rentes réclamées par François Marsal, de Moatblanch, sur 
les revenus dé Perpignan ; — de Jean Germa, secrétaire 
du gouverneur de Catalogne, sur les troubles survenus à 
l'occasion d'une guerre privée. — Sentence arbitrale rendue 
par Arnald de Llupia, donzell et P. Garard, bourgeois de 
Perpignan, sur les droits de Jeanne, épouse de Jean Marques, 
boiLrgeois, à l'héritage de Raymond Lanrera, son père. -^ 
Protestation faite par le eouveirî des Carmes, de Perpignan, 
contre le procureur royal, au sujet d'une visite faite par ce 
dernier dans l'égout qui amène l'eau du ruisseau royal andit 
couvent et à celui des religieuses de Saint-Sauveur; -^ 
amortissement des l^gft faits aux pareurs et tisserands de 
ladite ville par Berenger de Sant-Feliu dit Vendrell, dra^ 
pier et 6. Costa, palpeur. ^—Procès-verbal de remise et in- 
ventaire des livres, vêtements et autres objets confiés à 
Pierre-Guillaume de Queralps, habitant de Perpignan, par 
Thomas Poliquino, donzell, étudiant en droit, originaire du 



136 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

diocèse de Syracuse en Sicile : ii y a 54 volumes, ouvrages 
de droit, philosophie, Boèce, Ovide, Salluste, Virgile : 
item un tros de Dant (Dante) sobre Vlnfern sçrit en per- 
garni; item alguns Proverbis castellam disputais : un petit 
livre appelé Modus signiffkandi où il y a quelques ques- 
tions et arguments de la Coneeptio de madona Sancta 
Maria, — Lettre de Barthélemi Ros, de Perpignan, procu- 
reur de &. de Huntanyans, chevalier, commandant de trois 
navires armés contre les Génois et les autres ennemis du 
roi d*Aragon, annonçant que Garrius Joffre, du lieu de 
GarriuSy vient de s'enrôler en qualité d'arbalétrier pour 
servir snr l'un desdits navires, et qu'à ce titre^ il est dé- 
sormais, lui, sa famille et ses biens, sous la sauvegarde 
royale. — Actes de société faits : par un barbier et un ar- 
balétrier de Perpignan, pour la fabrication à'ayga cuyta 
(colle ?) ; — par deux fusters, pour la fabrication de foudres, 
tonneaux et comportes ; — pour la construction d'un navire, 
à Collioure. — ^Association commerciale entre marchands de 
Perpignan, pour la vente de marchandises diverses à 
Valence, Majorque, Barcelone, Montpellier et Avignon. — 
Testament de Dalmau de Darnius, chevalier, lieutenant du 
gouverneur du Roussillon, instituant héritier universel, 
son frère Pierre de Darnius, chanoine de Gerona, qui sera 
tenu de faire ramener du château de Termens en Sicile, 
les restes d'Auger d« Darnius, frère du testateur, en son 
vivant inspecteur des châteaux du royaume de Sicile, et 
de les faire ensevelir en la chapelle Saint-Jacques du cou- 
vent des Carmes de Peralada : et in dicta capella ponantur 
seittum et siandart in altum cum armis meis et unus ex 
bassinetis meis qui pendens maneat et stet cum dicto scuto 
et stendart, prout morts in similibus fieri ; fait à Perpi- 
gnan dans la chambre du commandeur de la maison de 
Sainte-Marie de la Merci.— Lettre de la reine Marie d'Aragon, 
prescrivant aux communautés de Céret, Argelès, Millas, 
Rivesaltes, Baxas et Thuir, d'exhiber leurs titres pour jus- 
tifier du droit qu'elles prétendent avoir d'établir des sises 
ou impositions sur le pain, le vin et la viande ; — nomina- 
tions de baUlis à Queralps et à Pardines dans la vallée de 
Ribes ; — prise de possession de la rectorie du château de 
Perpignan, par Guillaume Cortina, chanoine de Barcelone, 
pourvu de ce bénéfice par suite de la résignation qu'en a 
faite lean Fuster; —renonciation d'un héritage àLlivia, 
faite par le couvent des Frères prêcheurs de Puigcerda, en 
Caveur du père d'Antoine Johan qui vient d'entrer dans leur 
ordre;— achat d'une esclave baptisée, nommée Caterina, 
4c la race « de Borguar > âgée de 17 ans, par Michel Jaume, 
•employé à la trésorerie de la Reine, au prix de 48 livres. 



B. 219. (Registre.) -- In-folio, 172 femUets, papier (latin et catalan). 



tt^W'téWW.—Registre XXII de la Procuracio Real. 
— Chartes d'Ildefonse, roi d'Aragon, portant confirmation 
à l'abbaye de Fontfroide : des pacages de Mentet, donnés 
par Bernard de Gortsavi et Pons de Guardia; de la costa 
de Garavella, donnée par Arnald de Lerç; des pacages de 
Roja et de la Coma de Pausa Guilhem jusqu'à Camp Magre, 
donnés par Arnald Jaufre. — Privilèges pour la franchise 
des leudes, accordés par le roi Pierre I** d'Aragon aux 
habitants de Saint-Laurent-de-la-Salanca et de Tortosa. — 
Concessions et ventes de terrains faites pat Jacques P% roi 
d'Aragon, Ferrer de N'Aida, Arnald de Purques, Ferrer 
de Malloles , Pierre de Solage , Arnald de Montescot , 
chevalier, et autres, à Pons Pauc et à Raymond Roig, 
son successeur, poar la prise d'eau et le passage de son 
canal dit ruisseau moyen, dans son parcours depuis la Tet, 
au-dessous du château Sainte-Eugénie, jusqu'à la ville de 
Perpignan. — Concessions du roi Jacques P' de Majorque : 
à Jean Pinyan, Bernard Saland, Pierre Ayguin et Pons 
Godonyol, notaire, tous de Frontignan, les autorisant à éta- 
blir des bordigols, ou maneguères pour la pêche, dans 
l'étang de Salses ou de Saint-Laurent, dans la partie dite 
Matamolar, avec faculté de mettre des ballestes depuis ledit 
lieu jusqu'à la rivière de l'Agli ; — à la communauté de 
Saint-Laurent, droit exclusif de pèche c au moyen de bor- 
» digols, maneguères, ballestes et pantanes, » dans les par- 
ties de leur étang appelées Dosdiles et Manexella; — par- 
tage des pêcheries de Dosdiles et de Manexella, entre les 
habitants de Saint-Laurent et Jean Saland ; — confirmation 
de la vente des dîmes de Toluges acquises par Guillaume 
de Puig-d'Orphila ; — concession des justices civiles et 
mineures sur certains habitants du Volo, en faveur du don- 
zell Raymond de Furques.— Vente de 200 livres de rente 
sur diveraes maisons et tables des places de Perpignan, 
faite au couvent de Sainte-Claire de cette ville par le roi 
Jacques II de Majorque, pour le prix de mille onces d'or 
ou de 5,000 florins d'or de Florence donnés à ce couvent 
par Sancia, reine de Jérusalem et de Sicile. — Confirmation 
de la franchise de leudes pour les habitants de Tortosa, 
par les rois d'Aragon, Alphonse IV, Pierre III et Jean V. 
Certificat délivré par les consuls de Villefranche-de-Conflent 
à Jacques Mos, teinturier, attestant que ledit Mos est 
c homme et habitant .de ladite ville > dont tous les habi- 
tants ainsi que leurs marchandises et biens sont francs de 
tout « droit de leude, péage, portage, mesuragç, poids, 
c usage, moxeriffat, douane, ancrage, transit, passage et 
c gabelle n en quelque lieu que ce soit. — Lettres : du roi 
Martin d'Aragon, évoquant à la cour royale, pour cause de 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON £T DE CERDAGNE, 



137 



pauTreté, un procès soatena à la cour du viguier de Rous- 
sillon par Guillaume de Vie, porter royal ; — du roi Fer- 
dinand V^j déclarant les habitants de Perpignan, exempts 
do payement de leude à Tortosa. ^Lettres du roi Alphonse 
d'Aragon : autorisant un marchand de Perpignan à faire 
porter des tnarchandises dans son magasin à i*aide de char- 
rettes, en répondant des dommages qu'elles pourraient oc- 
casionner aux maisons ou aux égouts des rues ; — défendant 
toute communication par terre ou par mer avec le lieu ou 
château de Paniscola où Tantipape (Benoît XIII) persiste à 
se maintenir avec quelques-uns de ses adhérents, on olim 
B. ab alscuns seus adhérents dies ha ses incltis, e de présent 
senforteeix (16 août 1418). — Lettres d'Alaman, cardinal 
de Saint-Eusèbe, légat du Saint-Siège en Aragon, Valence, 
Navarre, Majorque et autres pays, défendant aux inquisi- 
teurs, sur la demande du roi d*Aragon, d'inquiéter et mo- 
lester les juifs pour les forcer à recevoir le baptême; 
— suspendant diverses ordonnances préjudiciables aux Juifs, 
données par le ci-devant Pierre de Luna, nommé Benoît XIII 
en temps de son obédience, — Vente de la haute justice, 
host et chevauchée du lieu d^Ayguatebia et Pujals, faite au 
chapitre d'Urgell, par Guillaume de So, vicomte d'Evol. — 
Saof-conduit royal accordé pour deux ans à Samuel Alfa- 
quim, fisic (médecin) juif de Perpignan. — Lettres du 
procureur royal concernant : la défense de faire pacager 
les bestiaux sur les francs«bords du ruisseau de Thuir; ^ 
la nomination d'un garde pour le passage ou pas d'Estagell, 
6t d*un collecteur de la leude du Volo au territoire de 
Prats de HoUo; — le payement des redevances royales par 
les habitants d'Osseja, entre autres celle dite pinturatje 
consistant en dix fromages par manse ou masade ; — Tauto- 
risation donnée aux habitants de Salses d* entrer avec des 
barques et de pécher dans la fontaine royale du moulin 
Slremer; — la réparation des mottes des bords de l'Agli; 
— la permission donnée à un habitant d'Isavals de pécher 
daus Tétang d'Evol situé dans la vallée de Quei*ol; *la 
nomination d'un bailli du lieu de Tura dont la seigneurie 
appartient en pariage an Roi et à Tabbé de Fontfroide ; — 
la présentation d'une citation faite par le procureur royal 
à Guerau de Rocaberti, seigneur de Gabrenç, Serrallonga et 
autres lieux, accusé d'avoir ruiné et dépeuplé ces seigneu- 
ries par ses exactions; — Tobligatien pour le barquier de 
la barque royale du Volo d'entretenir nwpalancha sur le 
Tech, à l'endroit appelé Trencada e malins ; — une saisie 
faite par le fermier de la leude du Volo à En Petit Galter 
d'Allemagne, marchand de faucons, se disant franc de toute 
leude, parce qu'il y avait un épervier sur la première de 
ses trois barres où étaient les 42 faucons qu'il voulait faire 
passer par le leudaîre ; — la défense de laisser partir aucune 
nef, barque ou vaisseau des ports de Collioure ou Port- 
Pyrénées-Orientales. — Série B. 



Vendres, sans permission du Roi; — la reddition des 
comptes de Raymond-Berenger de Tort, donzell, ancien 
viguier de la vallée de Ribes ; — l'admission de Barthélemi 
Ubach et autres monnayeurs à la Seca ou monnaie de Per- 
pignan. — Confirmation générale des privilèges et franchises 
des aljames des Juifs des royaumes de Valence et Majorque 
et de la principauté de Catalogne; — délimitation du vilar 
ou lieu de Vilamanya dans la vallée de Ribes, tenu en fief 
par P. Oliver, du lieu de Rial ; — restitution du bailliage de 
Mondony ou Montalba à Bernard Limos dit Prat à qui il 
avait été inféodé par les seignears de Gabrenç; — défense 
de pêcher dans la rivière de Mondony avec tout engin 
autre que la verga (ligne?) ; — ordre aux habitants da Pertus 
de payer leur part aux contributions de la seigneurie de 
Montesquiu ; — nominations de gardes des ports ou passages 
à Pezilla, les Fonts, Força Real, Saint-Cyprien et autres 
lieux; — lettres sur diverses saisies de bestiaux pour le 
piayement de droits de pasquier ; — sauvegarde royale pour 
Berenger d'Oms et Huguet d'O.ns, son frère, et tous ceux 
qui vont avec eux à l'armée que le roi prépare pour aller 
en Sicile; toutçs poui*suites contre eux seront suspendues 
tant qu'ils seront à l'armée et jusqu'à un an et un jour 
après leur retour. — Lettres du Roi mettant sous sa protec- 
tion la verrerie {furnus vitrearius) construite dans la forêt 
en face de l'abbaye de Vallbona, par Jacques Roger, qui est 
devenu fou et se trouve actnellement compedibus et ca- 
ihena alligatus à Thôpital de Barcelone. — Ordre du pro- 
cureur royal donné à Mosse Lévi et Jusse Lévi, Juifs de 
Perpignan, de remettre tous les biens meubles de Taljama 
de cette ville, y compris les rotols (rouleaux) et autres 
livres. — Déclaration du juge du do:naiue portant que le 
pacage de Coma de Vaques est compris dans les pasquiers 
royaux de Confient, et que les habitants de Qneraips, de 
Fustanyà et de la vallée de Ribes peuvent y envoyer leurs 
troupeaux en franchise; — concession du geôlage de Ville- 
franche-de-Conflent à Nicolas Oliver; — autorisation donnée 
à Bernard Genis, de Maurellas, de prendre pour son moulin 
l'eau du ruisseau dit d'£n Sabater. — Sauf-conduit général 
du roi d'Aragon pour tous les citoyens et marchands de 
Florence, leurs biens, procureurs, agents et facteurs, en 
exceptant parmi ces derniers ceux qui seraient sujets de la 
dominationgénoise. — Ordre donné à Jean Baster, patron 
de nef, de Collioure, de partir immédiatement de Port- 
Vendresavec sanef et d'aller rejoindre au port des Alfachs 
la flotte qui doit accompagner le Roi dans son expédition de 
Sicile et dont le départ doit s'effectuer avant la fin du mois 
(mars 1420). — Ordre de placer des badules pour délimiter 
la devèse concédée aux habitants de Sansa ; — mise sous 
séquestre de la seigneurie de Rayners vendue par Guil- 
laume-Hugues de Rocaberti à Eulalie, épouse de Bernard 

18 



133 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES, 



Albert, bourgeois de Perpignan^ sans que les droits de mu« 
tation aient été acquittés. — ^ Nomination de Jacques dé 
PujalSy de Figuères, à la châtçllenie de Belkgarde» jusqu'à 
la majorité de Bernard-Guillaume Dec Goell; inventaire 
des armes et proTisioas. — Ordres : de présenter les trtres 
des créances aliénées par le domaine sur Tarama des juife 
de Perpignan; — de saisir deux femmes esclaves, origi- 
naires de Ragossa (Raguse), tenues cbez une femme d'Ar- 
gelès par un habitant du Volo, sans en avoir fait la décla- 
ration ; — de faire Tessai on épreuve d'un nouveau minerai 
de f«r découvert à Mosset; — de faire payer conformément 
aux anciens eapbreus les redevances des terres de Prats- 
de-Mollo, malgré les réductions consenties par les procu- 
reurs de la reine Yolande à laquelle ces revenus n'ont été 
donnés qu'à titre de ehafnbre (usufruit) sans qu'elle ait le 
droit de les diminuer. — Remplacements : de Michel de 
Yera, châtelain de Bar, qui ne remplit pas son office depuis 
dix mois au moins; — de Gonsalvo d'Avila, ch&telain 
d*Àristot, qui, depuis longtemps, ne réside plus en ce châ- 
teau, et ne s* est jamais occupé d'autre chose que d'en 
prendre les revenus sans y entretenir un sejul servant ni le 
mosti (dogue) réglementaire, et sans y faire aucune répa- 
ration; — avis aux châtelains de la frontière, de redoubler 
de vigilance à cause des hommes d'armes qui se rassem- 
blent du câté du Languedoc ; — reddition de comptes par 
Pierre Urnç, châtelain de Querol ; — * réclamation des foris- 
capis dus au Roi : par P. Blanch de Puigcerda, pour l'ac- 
quisition de la tour d'Ovella ; par Bernard Paray re, pour 
la vente des dunes d*Hix; — autorisation d'établir un pas- 
sage d'eau à travers le chemin royal dit Via de Caries; — 
élection des secrétaires, clavaire et conseillers de l'aljama 
des Juifs de Perpignan ; — publication de l'acte par lequel 
Catherine, veuve de Raymond Colomines, de Vinça, s'est 
faite femme propre du Roi, avec ordre de la faire jouir de 
tous les privilèges, franchises et libertés accordés aux 
hommes et femmes royaux ; — établissement d'un caminer 
(cantonnier) pour l'entretien des chemins de la vallée de 
Querol; — saisies d'arbalètes, traits, matracs, lances, bale- 
sarts et autres lances, pour délit de chasse dans }a de\è8e 
royale de Perpignan ; — procès entre le chevalier Aban et 
le donzell Grimau d*Avellanet, au sujet des çcnsives, agrers 
et autres droits, qu'ils reçoivent à Orbanya ; — tarif des 
droits de barre payés, pour Tentretien des chemins de 
QueroU par les bestiaux des habitants d*Andorra; — - auto- 
risation donnée à François Fabre^ marchand de Perpignan, 
et à son facteur, de faire et adresser des lettres de change 
en tous pays. — Sentence du juge du domaine ordonnant 
que le ruisseau comial de Perpignan sera ramené à ses an- 
ciennes dimensions, c'est-à-dire à une largeur de 23 palms 
de Montpellier, depuis son embouchure jusqu'au lieu dit la 



partio ou Rayg^ de 16 palms pour la branche qui va de la. 
partio au moulin d'En Palayrach et à ceux des Quatre- 
Casals, et de 10 palms pour la branche dite Rech miga^ 
partant de la partio^ vers le moulin à foulon, le moulin de 
la Tour et le moulin du Roi situé dans la ville. 

B. SiO. (Registre.) ^ In-folio, 74 feaillets, papier (latin). 

t49S. — Manuel de Berenger Pereta, notaire, à Per- 
pignan. — Ventes, obligations, contrats de mariage, testa* 
ments et autres actes faits par des habitants de Perpignan 
et lieux circonvoisins; — Antoine Baster, orfèvre, accablé 
de vieillesse et d'infirmités qui l'empêchent de travailler, 
fait donation de ses biens à un apothicaire qui devra Ten- 
tretenir sa vie durant; ^- ventes de terres : à Saînt-Hippo- 
lyte^ tenues en seigneurie pour ft*ère Jean de Squerides, 
commandeur du Mas Deu; à CoUioure, tenues pour les 
héritiers d'Arnald de Puîg-d'Orphila; à Vinça, tenues pour 
le vicomte de Rocaberti ; — vente d'une rente au bénéfice 
fondé à Saint-Jean de Perpignan par l'épouse de feu Ber- 
nard d'IUe, donzeli, coseigneup de Casesnoves ; — recon- 
naissance d*une dette contractée en 1410 envers Leho Samiel 
et Ysach Salomon, juifs aujourd'hui convertis et appelés 
l'un Honoré Pera et l'autre Honoré Serra; — concessions 
emphytéotiques de terres : à Saint;;Estève, par Raymond 
Calvet, prieur de Saint-Estève-del-Monestir; à la Clusa, 
par dame Jeanne d'Oms, veuve de Berenger d'Oms et mère 
d'autre Berenger d'Oms, seigneur dudit lieu; — le procu- 
reur de G. Ramonet, dlUe, vend à Raymond Pi, dudit lieu, 
le droit de marque à lui appartenant en raison de l'arresta- 
tion dudit Ramonet opérée au territoire d'iile par les 
hommes d'armes du comte de Foix et des IH) florins qu'il a 
dû leur donner pour cette prise; — vente d'une rente con- 
stituée à Georges Dez Bach, donzeli de Salses, et à son 
épouse Elissende ; — Jean Gassies, prévôt de la corpora- 
tion des peintres, deux selliers, deux notaires, Amald 
Pintor et Janbert Gaucelm, peintres, un marchand, un 
matelassier, deux tenderSy un boucher, un jardinier et un 
pareur, tous habitants de la rue de la Freneria de Perpi- 
gnan, constituent des procureurs pour faire exécuter le 
privilège qui défend à tout fabre de résider dans ladite rue, 
catisa malleandiy — * résignation d'un bénéfice fondé dans 
Téglise de Sainte-^lombe-sur-Thuir, dont le patronat ap- 
partient au commandeur du Has Deu ; ^ testament d'un 
hôtelier de Perpignan, fait en présence de Bernard-Guil- 
laume de Bellcastell, donzeli, seigneur de la Tour de Fo- 
nollèdes, et de Pierre Couipanyo, secrétaire de la reine 
Marie d'Aragon; — concession du prix d'une vente de 
raisins (17 livres 7 sols) faite à l'aljama des juifs de Per- 
pignan par Pierre Vola, bourgeois ; — cession de droits 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

d^hérita^e faite par Bernard Dec Puîg, QheTalier, mano- 
BUsseiBur de daine Jacma, époase de Gnillanme d'Oms, en 
favear de Mathias Des Piiig, chevalier, nevea de ladite 
dame; — d<Hiation de biens faite à ThApital Saint-Jean de 
Perpignan, par Bernard Cabrera, de Vilanova-^de^Raho, 
originaire deClermontenNarbonnais, reçn comme religieux 
dans cet établissement. — Bail à ferme des biens et reve- 
nus possédés par indivis à Saint-Laurent-de-la-Salanca 
par Jeanne, fille de Mathias Dec Pnig et par réponse du 
donzell Qfiillaume Dec Castell. 

B. «21. (Registre.) » In-foUo, 64 femUeu, pafiier (latin). 

t AtA-t49S. — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 
— Amortissements faits par le procureur royal, concer- 
nant : réglise Saint-Gyr de Pia, pour une messe fondée 
par Akmanda, veuve de Jacques Pauquet; — une messe 
fondée par Pierre Fexes, prêtre, dans l'église de Prats-de- 
HoUo ; — une cause pie fondée k Paigcerda par Pierre 

m 

BatUe, prêtre ; — les acquêts de Jean Boxo, prêtre, de 
Millas ; — une colomina sise à Yilarasa et un vignoble sis 
à Saint-Martin de la Rlbansur^Tech, appartenant à Tévêque 
et au chapitre d'Elue; — les rentes achetées par frère 
Jaeqnes Paleres, prieur du Mas de la Garriga-sar-Âgli ; *- 
raffranchissement d'une esclave léguée par Guillaume Dez 
Bach^ don£ell de Salées, à Bérenger Dez Catllar, donzell 
de Saint-flippolyte. — Dépenses diverses de la procuration 
royale; ^^ réparation du ruisseau royal de Perpignan; — 
fournitures d'armes aux cb&teaux d*Opol, Força Real, 
Salses et Goliioure ; — frais d'entretien et de réparations 
du ehftteau royal de Perpignan; — nivellement de terrains 
pour le nouveau ruisseau de Millas; — payement de rentes 
au commanf!eur do Mas Deu; — quittances de divers offi- 
ciers royaux; — révocation de la donation des vicomtes de 
Canet et d'Ille faîte à Raymond de Perellos. — Quittance 
de S livres dues au Roi, pour une maison sise à Perpignan, 
à chaque mutation d'abbé du monastère de Saint-Martio de 
Canigo^ payées par le nouvel abbé Jacques Esquert ; — no- 
mkiaiton de procureurs et substituts par Bernard Coma, 
sous-viguîer de YaUespir; — autorisation donnée à Jor*^ 
dana, veuve de Raymond Espana, de Sainte4Iarie-la-Mer, 
d'aefaotor une maiaoa •an lieu de Bon^as pour y fonder un 
faApital; — inveataire des biens de Pierre Groella, pareur* 
de Perpignan ; — èail à cens d'un patus sis à Sûnt-Laureot 
de fat Balança. — Amortiaaeatent d'une rente annuelle de 
27 tivrea en faveur de Jeta Belero^ notaire de Perpignan 
et de «es faéritîcn, pour loi tenir Heu d'une somme de 
707 livres 7 aols à lui due par ia procuration royale, pour 
^eratt^aranx et servicea, entne autres pour les démarches 
quil a Ailes afin ée décider le vicomte de Narbonne k ac« 



COMTÉS DE R0US6ILL0N ET DE CERDAGNE. 1S9 

cepter 73,000 florins que le roi d*Aragon lui ofArait pour 
les droits qu'il réelamait sur le royaume de Sardaigne. 

B. ftt. (R«gistTO.)- la-féliD. 71 fenUlali, papiw (iMhi et calalaB). 

••••-•4«4. — Notule de Pierre Roure, notaire à 
Perpignan. — Lettres du roi Martin d'Aragon : à rofBcial 
de révoque d'Elue dans la ville de Perpignan, lui défendant 
d'exeraer aucune juridiction sur les chapelains et c scolars a 
du château royal; —à frère Pierre de Vilafranca, prieur 
de Catalogue et commandeur de Bajoles de Tordre de 
l'Hêpital Saint-Jean de Jérusalem, lui défendant de compa- 
raître en cour de Rome pour une alTailre évoquée par 
révêque d'Elne. — Prise de possession de la vallée de 
Banyuls au nom du Boi ; >— vente de moulins situés à 
Puigcerda, appartenant à Raymond Ça Garrtga, gouverneur 
de Rottsaillon et de Gerdagne, et à lui attribués en vertu 
d'un ordre du Roi par Jean Dieç, administrateur du sé- 
questre de la vicomte de Gaslellbo; -- frère Galcerand Dec 
Catllar, abbé de Saint-Michei de Goxa, engage à son cousin- 
germain Guillaume-Raymond de Loret, douEell, les reve- 
nus de son abbaye dans les^ lieux de Puigcerda, Bolvir, 
vallée d'Unis, Llo, Vinça, Bula et Thuir et ceux de la 
moline (forge) de Yallmanya, comme garantie d*un prêt de 
1 4,000 sols barcelonais à lui prêtés par François Ces Planes , 
marchand, citoyen de Menresa.» -^ Payements de rentes 
faits : par le tuteur de Marie et Françoise, filles de feu 
Galcwand Morey, seigneur de la Roca d'Albera; ^ par 
Huguet de Santa-Pau, seigneur de Mosset. — Ratification 
faite par le gouverneur de Roussillon, du testament de 
Jean Soler, d'Argelès, reçu in artkulo mortis par le sa* 
cristain du lieu, en l'absence d'un notaire; — abandon 
consenti par le même, de toutes poursuites contre la com- 
munauté de Thuir, à l'occasion du ruisseau d'arrosage. — 
Quittances : d'une rente sur les leudes de Perpignan reçue 
par Pons de Perellos, chevalier; — d'un legs fait à s«ur 
Genfitanee de Cruilles, prieure de Saint-Sauveur de PerpI* 
gnaa, par son neveu Bernard de Cruilles, fils ée Bérenger 
de Cruilles, chevalier; — d'une rente sur les revenus de 
Mosset due au donzell Raytnond de Sant-Marti par Aliéner, 
veuve d'Huguet de Santa-Pau, chevalier; — d*un censal 
fait par Alvira, veuve du chevalier Gilabert de Cruilles, à 
un bénéfice de l'église de Cadaquers possédé par Jacques 
Mooso, recteur de Saint-*'Ëtiennc de Salses; — dé 103 sols 
6 deniers pour les habits que Dalraau de Canet, donzell, 
ancien viguier de Roussiilen, devait fournir 4 son aag ou 
messager pendant la durée de son triennf (trois ans de 
fonctions). — Quittanoes des sommes payées par le procu- 
reur royal de Roussillon, en qualité de séquestre des 
vicomtéb d'Ille et de Canet occupées au nom du Roi après 



140 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES- 

le décès du vicomte Pierre de Fonollet : — au donzell 
Arnald Volo, châtelain de Canet; — à Pierre Aladern, 
donzell, viguier de Roussillon; — à Jean Fabre, châtelain 
d'Eus; —à Bernard Roure, châtelain de Castellnou; — 
dépenses pour les réparations et l'armement du château 
de Canet ; — restitution de divers objets mobiliers prove- 
nant de la succession du vicomte, à Yolande, fille de noble 
François de Perellos et de feu Constance de Fonollet, son 
épous*. 



B. 223. (Registre.) — In-folio, 20 fenillets, papier (latin). 

t499-i494l. — Mantiel de Guillaume Roure, notaire 
il Perpignan. — Obligations, quittances, poursuites judi- 
ciaires et autres actes concernant le domaine royal ; — 
ventes de maisons et autres possessions à Perpignan et à 
Tolnges; — concessions d'arrosage pour diverses pro- 
priétés, avec l'eau des ruisseaux dits « del Spital » près de 
la Vassa, et c Comtal > au territoire de Malloles. — Amor- 
tissements : de rentes, en faveur de l'aumône fondée par 
Berenger de Sant-Feliu, drapier, de Perpignan ; — d'une 
devëse située près de la Te| au lieu dit c lo adempriu, » 
vendue à la communauté de Saint-Feliu-d'Avall par dame 
Guillemona, veuve du donzell Jean de Marça. — Nomina- 
tion d'arbitres par les habitants de Real et de Vilanova en 
Capcir, pour terminer leurs procès au sujet de leurs de- 
vèses, limites et pasquiers. — Assignation donnée à Ster, 
juive, épouse de Codalet, pour le payement de la dot de 
Blanca, sa fille. — Bail h cens d'une maison du domaine 
royal sise à Collioure sur la place Rodona, confrontant 
avec les fossés et les anciens murs du château. 

B. 224. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin; 1 pièce, papier (latin, 

castillan et catalan}. 

t400-t494« — Actes de procurations consenties : à 
Jacques Vidal, procureur fiscal de Villefranche-de-Conflent, 
par Jean de Coll, commissaire fiscal délégué par le roi 
Martin d'Aragon, pour l'exécution des conventions faites 
avec révêque d'Elne pour instruire contre les usuriers, 
concubinaires et sacrilèges de son diocèse; — à Jean 
Barquères, marchand de Perpignan, par Jaufre d'Ortigues, 
licencié en droit, citoyen de Barcelone et auditeur de la 
cour du Roi, pour recouvrer de Jean de Ribesaltes, con- 
servateur généra] du domaine royal et receveur des sommes 
levées au sujet du prochain couronnement du roi (Ferdi- 
nand), ce qui lui est du pour le voyage qu'il vient de faire 
en compagnie de Dalmau de Demius et par ordre du roi 
d'Aragon, auprès du roi de France. — Reconnaissances 
faites par le roi Alphonse d'Aragon et par la reine Marie, 



son épouse, relatives aux payements déjà effectués par le 
roi Jean de Castille et de Léon, frère de ladite Marie, de 
diverses sommes sur la dot de 200,000 doubles castlllannes 
en or à elle promise; tontes les sommes versées ont été 
employées au rachat des domaines royaux aliénés ou enga- 
gés en Roussillon par les rois Pierre et Jean, leudes de 
Perpignan, revenus de Puigcerda, seigneuries de Montes- 
quiu, Saint-Estève, etc. (en castillan). — Lettre du roi 
Alphonse d'Aragon aux consuls et < prohomens » de Pena 
et de Spira (de TAgli), leur annonçant qu'il a fi^é la célé- 
bration de la fête et solennité de son. couronnement au 
6 août prochain (1424), et comme il a fait et doit faire à 
cette occasion de nombreuses et grandes dépenses aux- 
quelles il ne pourrait satisfaire si ses vassaux ne lui ve- 
naient en aide, il les supplie affectueusement d'agir de 
telle sorte « que nous soyons portés à vous combler de fa* 
veurs, » les prévenant d'ailleurs que havem mester vostra 
presta ajuda be necessariament e copiosa. 

B. 225. (Registre.) — In-folio,î;i 60 feuillets, papier (latin et catalan). 

tSt 9-1494. — 'Notule de Guillaume Roure, notaire à 
Perpignan. — Privilège de Sanche, roi de Majorque, por- 
tant que tous les tisserands de la ville de Perpignan 
devront établir leurs maisons et ouvroirs sur le Puig de 
Saint- Jacques dont les terrains leur seront cédés au prii 
d'estimation; pour favoriser cet établissement, le Roi prê- 
tera 8 livres barcelonaises pour chaque « monallada » de 
terrain, moyennant un intérêt ou rente de 10 sols rache- 
table au gré du concessionnaire. — Sentences de la cour 
du domaine royal, concernant : l'esclave sarrasin Georges, 
ci-devant appelé Ali, appartenant à Jacques Rodon, de Per- 
pignan, lequel ayant été condamné à mort et à être € cor- 
porellement brûlé, » avait été déjà conduit au lieu dit la 
Grava ubi soient taies eomburi, lorsque, t sans autre forme 
c de procès, il fut relevé ou délivré de sa condamnation 
c par le bailli de Perpignan, » ce qui en fit un esclave du 
fisc royal; — les dimensions du ruisseau des moulins des 
Quatre Casais. — Actes de la procuralion royale portant : 
inféodation d'une maison à Perpignan, en faveur de Fran* 
cisca, veuve du chevalier Amell de Perapertusa; — confir- 
mation du droit d'arrosage de diverses propriétés sises 
au-dessous du ruisseau des moulins de THôpital de Saint- 
Jean de Jérusalem; — vente d'une maison d'un juif, à l'iii- 
stance des créanciers de l'aljama; - lods d'une maison 
achetée à Thuir par Pierre Castello, potier; — autorisation 
d'établir des éviers dans diverses maisons, et un pont sur 
le ruisseau royal de Perpignan ; — bail à ferme des leudeé 
royales et du droit sur le fer perçu à Collioure; — transac- 
tion entre le domaine et les héritiers d' Arnald Roig, notaire 



PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSlLLON ET DE CERDAGNE. Ul 



SÉRIE B. - 

à Perpignan, dont le fisc réclamait la succession tanquam 
ex dampnato cohitu videîicet ex presbitero et Judea geniti 
et nati et ab ititestato defuneti; — confirmation dé la de- 
vèse de Saint-Felia d'Avall; — lods de ventes par le sé- 
questre des vicomtes d'Ille et de Canet: — amortissement 
des rentes de la communauté des prêtres de Saint-Jean de 
Perpignan; — inféodation de deux parcelles de Tancien 
chemin du lieu dé Malloles, et d'une partie du lit du ruis- 
seau royal qui traversait anciennement le territoire de 
Toluges ; — concession du bailliage de Queralbs à Pierre 
Marti. — Donation d'une maison sise à Bonpas, pour ser- 
vir d'hôpital» par Jordana, veuve de Raymond Spana, de 
Sainte-Marie-la-Mer. — Lettre de la reine Marie d'Aragon, 
concernant la réparation des moulins de Molins de Rey. 

B. 326. (Registre.) — In-folio, 190 feuillets, papier (latin et catalan). 

tt«S-t4«ft. — Registre XVIII de la Procuracio 
Real. — Consécration de Téglise Saint-Saturnin in Villa" 
nova de Pede montis (Montesquiu), par Pierre, évêque 
d*Elne. — Chartes des rois d'Aragon : Ildefonse prend 
sous sa protection le prieuré de Saii\te-lfane-d'Espira (de 
l'Agli) et son prieur Gausbert; — Pierre 1", confirme 
leurs privilèges aux habitants de Salses, et leur accorde 
franchise des leudes et péages ; — Jacques P', affranchit 
les citoyens de Lérida de toute leude dans ses États. — 
Testament de Guillaume de Montesquiu, instituant pour 
son héritier universel son fils Bernard, et laissant la sei- 
gneurie de Saint-Estève à son second fils Guillaume Gerre- 
gat. — Confirmation faite par Raymond de Serrallonga et 
par son fils Bernard de Cortsavi, en faveur du monastère 
d'Espira et du prieur Pierre^ de la devèse dite du a Cortal 
d'Espira, » située au territoire de Cortsavi, et donnée audit 
monastère par Raymond de Cortsavi, leur père et aïeul; — 
vente d'une autre devèse ou pacage près de Col Bas au 
même territoire de Cortsavi, faite à Bernard, prieur 
d'Espira^ par Arnald de Cortsavi, seigneur dudit lien. — 
Sanche, roi de Majorque, reconnaît à Raymond Roig, son 
familier, que celui-ci a vendu au roi Jacques I^, son père, 
deux moulins à farine situés dans la ville de Perpignan 
avec leur ruisseau et son barrage situé au-dessous des 
moulins à foulon dits de la Tour, que le vendeur s'est ré- 
servés et qui sont dans la paroisse de Malloles ; le Roi de- 
meure chargé de construire ledit barrage avec déversoir 
dans la rivière de la Yassa, ainsi que d'entretenir ledit 
ruisseau dont le niveau devra être assez bas pour né pas 
gêner le fonctionnement desdits moulins à foulon. — Re- 
connaissance du cens dit « blat de Yegueriu, » faite par 
les habitants de PoUestres à Berengerde Perapertusa, vi- 
guier de Roussillon et de Yallespir. — Lettre du juge du 



domaine royal, concernant la franchise de pacage dont 
jouissent les communautés de Queralbs et Fustenya, dans 
la vallée de Ribes. — Conventions entre le roi Martin d'A- 
ragon et les habitants de Yinça, pour le rachat de cette 
seigneurie et sa réintégration à la couronne. — Lettres et 
provisions du roi Alphonse d'Aragon et du procureur 
royal, concernant : le remboursement des frais d*un pro^ 
ces soutenu par le vicomte de Canet contre Mathias Dec 
Pug, chevalier, au sujet du fief de Mosellos ; — un don de 
3,000 florins d'or, en faveur de Berenger d'Oms, à cause 
des frais qu'il a faits pour la guerre de Corse ; — un don de 
400 florins d'or, accordés à Nicolas Eymerich, secrétaire 
du Roi, pour ses frais de vingt -deux mois de séjour à la 
cour de Rome ; — les exemptions et privilèges des clercs 
et chapelains de la maison royale ; — le séquestre mis sur 
la dime de Queralps, tenue en fief pour le Roi par Pierre 
de Stamariu, de RipoU ; — le fief de tasques et autres re- 
devances possédées à Villefranche, Plaçantes Horts et Mari- 
nyans, par Antoine Deulofeu, notaire de Perpignan, suc* 
cédant à François Gras; — la nomination de François 
Fabre à .l'office de réguler du ruisseau de Thnir, en rem- 
placement de Bernard Coll. — Bulles du pape Martin Y, 
abolissant plusieurs interdictions relatives aux rations 
contre les chrétiens et les juifs convertis ou non. -f Exhi- 
bition des titres d'un moulin à farine, possédé à itaurel- 
las par Bernard Genis, à la requête de Francesca, veuve 
de Jean Fabre, bourgeois de Perpignan, dame dudit lieu ; 
— ordre de délivrer aux consuls de Montesquiu copie de 
de la vente du bois d'Abrera, consentie à la dite commu- 
nauté par feu Dalmau de Banyuls, donzell, seigneur de Ba- 
nyuls-dels-Aspres ; — élection de François Grimau, bour- 
geois, à Toffice de garde de la « Seca » (Monnaie) de 
Perpignan ; — ordre donné au fermier de Saint-Laurent- 
de-la-Salanca, pour qu'il ait à fermer le grau de Tétangà 
l'époque accoutumée ; — reddition de comptes de la fermé 
des revenus de Maranges, appartenant à Galcerand et à 
Constance de Sent-Menat ; — levée du séquestre mis sur la 
part des dtraes de Fustinya appartenant au donzell Guil- 
laume Strader; — vente de revenus sur la Cerdagiie, faite 
à Barthélemi Miralles par Jeanne, veuve de Jacques Ac- 
ceptanti, citoyen de Barcelone ; — élection des secrétaires 
et du clavaire de l'aljama des juifs de Perpignan ; — nomi- 
nation de commissaires pour la réparation des chemins 
royaux entre Olette et le Capcir détruits par une inonda- 
tion ; — contribution des communautés du Gonflent à la 
réparation du chemin du Grau de Cerola, créé ancienne- 
ment pour éviter le passage des Lansades ; — ordre au 
bailli du Yolo de poursuivre, rigoureusement En Bernard 
Fabre, generos (noble), du dit lieu, pour le payement 
d'une redevance de vin qu'il doit faire au Roi. — Ordres 



142 



ARCaiIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES, 



du gouverneur aux iHûUis, consuls et habitaats des lieux 
d*Ille, Bula Terranera» Eus, Saint-Feiiu d'ainoBt et d'avali, 
Giayra, Saint-Lanreiii, Tonrelles, Sai!ite-lIarie-la<*Her et 
CastellnoU) appartenante Pierre d« Fonollet, vicomte d'Ille 
et de Canet, lequel est sur le point de mourir « sta en punt 
de cloure sosextrems dies, » pour prendre possession des- 
dits lieux au nom du Roi, poui* éviter les excès et scanda^* 
les auxqads peut donner lieu cette succession (12 janvier 
^i^6) ; «^ contestations entre les tenanciers de Bonpas, au 
sujet du nouveau ruisseau eonstrult au-dessous du pont 
de la Pierre ; -^ saisie des troupeaux de deux bourgeois 
de Perpignan dans les pasqoiers communaux ^de PrtAs de 
Mollo ; — iramination de Raymond Seguer, à l'office de 
garde géiiéral des passages^ d«vëses, bois, fleuves, rivières^ 
goufi^s et ruisseaux des comtés de Roussillon et de Gel^ 
dogve ; -^ saisie et vente dans le port de Collioure de la 
nef appelée Haria, patron Pedro Martinez» castillan ; parmi 
les objets se trouvent un esclave blanc vendu 100 florins, 
«ne esclave appelée Caterina, vendue 48 litres ; etc. — 
Ordre de restituer à Mathias de Pug, chevalier, moyen* 
nant remboursement du prix de vente, un chaudron en 
cuivns vtendu aux enchères publiques après saisie sûr le 
susdite '^ Conventions entre la ville de Perpignan et le do* 
maine, pour la construction d'un nouveau canal d'arrosage 
qui ae^a appelé Ruisseau royal de la ville de Perpignan^ 
aura sa prise d*eau au-^dessous d'Ille, ira rejoindre l'anciefi 
ruisseau au-dessous de Tfauir et remplacera la partie supé- 
rieure de ce dernier dont les ponts aqueducs ont été dé- 
truits par les inondations de l'année précédente <7 avril 
i4S3)« — Confirmation royale des anciens privilèges ac- 
cordés aux habitants d'Opol^ en ce qui concerne la fran* 
cbise des leudes, péaf^es, barres et pacages ; — sauf-con* 
duit pour dettes accordé pendant cinq ans aux habitants 
du même lieu et à ceux qui viendront y établir leur rési- 
dence ; -^ collation de la rectorie de la (Chapelle fondée 
sous le vocable de TExallation de la Sainte-Croix dans le 
château de Perpignan, en faveur de Bernard Sayol, prêtre 
de la chapelle du Roi ; ^ sauf-conduit pour deux galères 
floi'entine&oommandées par Salomo de Carlo de Llistrossie, 
«e dirigeant sur Barcelone, en évitant de passer à Col- 
lioure, i cause des droits exorbitants de leude qu'il y aurait 
A payer ; -^ défense faite à dame Anna, veuve du cheva- 
lier Seguer de Perapertusa, de s'opposer à l'arrosage d'une 
propriété sise à l'extrémité du pont de « la Pera » de Per- 
pignan ; — payement des redevances dues à l'abbé de la 
Raal pour les pasquiers, fours et « cloues » (tan) aux terri- 
loires d'Espira et de Pena ; — sauf-conduit pour la nef 
Sancta Caîarina, du patron Antoine Ferrandis, de Séville, 
du port de l&O à 190 tonneaux» chargée pour des mar- 
chands de Barcelone, Peringnan et Avignon. •— Édit royal 



défendant de recevoir dans les états d'Aragon, aucuns man- 
dements, édita» rescrits, lettres, balles et provisions do 
pape, s'Us n'ont été visés et reoonaus par le Roi ; — poro^ 
messe de la première chAtellenie qui vaquera en Roussil- 
lon ouCerdagne, en favefur de GuOlaume-Amald Esquert, 
« fils de chevalier de la maiscm du Roi, » pour les services 
qu'il a rendus dans la présente guerre (datée du Cfaftieau- 
neuf de Ntples, 20 février 1423) ; — criées pour la leude 
majeure de Perpignan ; — confirmation de la franchise des 
leudes de Collioure et de Canet, en faveur des habitants de 
Salses ; — reddition des comptes de la leude royale du 
Yolo, perçue au pas d'Arles ; — donation à vie des droits 
provenant de la viguene de la vallée de Ribes, en faveur 
de Bernard Palegri, chevalier ; ^- restitution de droits de 
<K brassatge » indûment perçus sur des troupeaux passant à 
Vinça ; — remise de la succession vacante de Jean Cer- 
bilo, natif du comté de Savoie, décédé à Montoriol-d'Amont, 
à Gaspar de Bages, seigneur dudit lieu; — tevée du sé- 
questre mis sur les biens d'un habitant de Rodés par Ray- 
mond de Perellosi vicomte de Roda ; — défense faite à 
deux juifs par le clavaire de Taljama « de sorlir de la 
Scola des juif^, » tant qu'ils n'auront pas réglé ce qu'ils 
doivent pour leurs tailles; ^*- renvoi d'une assignation 
faite à un jaif « le samedi 11 octobre, » à cause de leur 
prière qu'IIS faisaient en ce jour, < ho fa la lur oracio ; » 
— remise de la successioh de feu P. de Brescba, du Volo, 
i ses neveux G. et R. de Bordés ; — proéès des habitants 
de Belloch contre ceux de Gohat^ au sujet de pacages ; — 
prise de possession dôs lieux de Glayra, Saint-Laurent, Eus 
et baronnie de Castellnou, provenant de feu Pier^e de Fo- 
nollet, au nom de la reine Marguerite, veuve dé Martin 
d'Aragon; •— sauf- conduit pour Mathieu Fabre, pareur 
de Perpignan, qui s'est engagé & suivre le chevalier Ber- 
nard Albert « dans la bienhenreuse campagne que le Roi, 
si Dieu le veut, «mtend faire bientôt au royaume de Naples 
et autres parts; » *— détîlaration d'\ntoine Càrbo, protec- 
teur dé la carona (communauté) des créanciers de l'al- 
jama des juifs de Perpignan, portant que tous les juifs ou 
juives étrangers qui viendront s'établir dans ladite aljama 
« pour la peupler, » seront Hrancs et quittes de tous cen- 
saux^ tailles, exactions et oontributions levés ou à lever 
pour la satisfactioh desdits créanoiers ; — mise ea dépôt 
des sommes dues pour droits de pasqnier et de forestatge 
dans la vallée de Quel*ehça« appartenant aut héritiers de 
Bernard Saquef ^ machand, de Perpignan ; — partage des 
eensives d'une propriété sise à Ria, entre le Roi, le prévôt 
de Gomella et le prieur de Maroevol ; — discussion entre 
le viguier de Cerdagne et les habitants de Sanavastre, au 
sujet de la propriété d'un c ribei*al » et devèse; ~ autorisa- 
tion donnée an chapitre d'Elhe de faire reconuattre ses 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

possessions de Bala ; — règlement des appointements dn 
donzell Arnald Uavi, chfttelain et bailli du chfttean et 
seignearie de GasteUnon ; — coneessîoii des revenus de 
Saint-Feliu d'amont et d'ayali, provenant de Pierre 
de Fonollet, à Yoknde de Perdlos, fille et héritière de 
Constance, seeoade éponse dnéit Pierre ; — poursuites 
pour délits de pèche dans la fontaine de Salses ; — remise 
des droits d'aliénation de ia nef Saneta Catharina, rendue 
dans le port de Gallioure peur le eompte de frère Hugues 
de Pau, commandeur de Bajoles, de Tordre de Saint-Jean 
de Jérusalem ; — inféedatîon de la calaho ou bras de mer 
appelée c Punta d*En Boscb, » à Barthélemi Calvet, pê- 
cheur de Gollioure ; — défense d'obstruer par de nouvel- 
les tables ou étaux la place de Pnigcerda < com per aquexes 
taules séria tolta la bellesa de la dita vila, la quai es enno- 
blesiila de la dita plasa per lo mercat que si te ; » — con- 
firmation de la dtnae de laine, eamalatges et fromages des 
troupeaux qui pacagent à la Coma de Vaques, au terri- 
toire de Queralbs, en faveur de P. de Stamariu; — ordre 
du bailli de Perpignan, de requérir tous charpentiers et 
calfats de son ressort pour mettre immédiatement en étAt 
une nef de Georges Gamprodon, engagée pour l'armée 
royale ; — prise de possession d*un fief sis à Ille, par Dal- 
mau de Damius, chevalier ; — Pierre Sola, de Yinça, se 
fait homme propre du Roi, avec sa famille et ses biens, 
moyennant un cens de 12 deniers par an, avec la faculté 
de se désister de cette dépendance quand il lui plaira; — 
saisies pour dettes, de biens en Gonflent, par des ouvriers 
de la forge de Gincla ; — restitution d'amendes indûment 
perçues par l'abbé de Cuxa sur des troupeaux de passage à 
Taurinya; — ordres pour la réparation de la prise d'eau 
du ruisseau de Pesilla ; — franchise de leudes royales du 
Volo, en faveur des vassaux de Tordre de Saint-Jean de 
Jérusalem, et des habitants de Villefranche-de-Gonflent et 
de Lérida ; — oommisaion de consul des Allemands et Sa- 
voybenchs dans tous les états du roi d'Aragon, donnée à 
Raphaël Ferrer» marchand, de Barcelonne; — règlement 
des appointements accordés à R. Domenech, pour la garde 
et nourriture de deux lions dans le château royal de Per- 
pignan ; — ordre de laisser dans tout le cours de la Tet, un 
passage de seize palms de Montpellier, libre de tous barrages 
ou autres obstacles pour le flottage des bois du Roi ; — 
amortisseuAsttt des rentes de l'hôpital de Garrius ; -^ sup- 
pression du cens dit « del vegueriu b perçu à Vilamulaca par 
noble Pons de Perellos; — payement de 800 quintaux de 
biscuit préparé à Perpignan pour Tannée royale, à un flo- 
rin et demi le quintal ; -^ poursuite de délits de chasse 
dans la devèae de SaintrFeliu d'avall ; — ordre de mainte- 
nir la communauté de Bula dans ia coutume et droit de 
s'approprier le bois amené par la rivière du Bulès ; — ex- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 143 

hibition de titres relatifs au droit de parcours des trou- 
peaux du lieu de Flaça, dans le territoire de Jujols; — 
payement de SOC florins par Georges Gamprodon, bour- 
geois, de Perpignan, comme droit de < quirat > dû par sa 
nef pour le voyage qu'il va Oaire c aux parts du SoMan ; » 

— présentation de frère Raymond Jaubert, du eouvent de 
Sainte-Anne de Barcetone de Tordre de Saint-Sépulcre , 
comme précepteur de Thftpital d'IUe ; — lettre du Roi, arrê- 
tant toutes poursuites ordonnées contre son camerleneh, 
frère Hugues de Pau, qui avait en son pouvoir quelques 
reliques du chef et du corps de Saint-Louis, et membres 
d'argent d'icelles, c alsqunes reljquies del cap e cors de 
Sent Luys e membres d'argent de aquelles, ^ attendu que 
ee religieux s'est empressé de faire arrêter tous ceux qui 
avaient pris part à l'enlèvement desdites reliques. » — Au- 
torisations données à Pierre Gomelles, d* Arles, de cher- 
cher des mines d*or, d'argent et autres métaux dans ses 
propres vignes ; — à Urbain Aygabella, épicier de la m^me 
ville, et à Hugues Tardiu, mercier, de Perpignan, de cher- 
cher partout où il le voudra des mines de couleurs, c'est- 
à-dire d'aloofoll, plomb, cuivre, étain, argent et autres 
quelconques, à l'exception des mines d'or et pierres pré- 
cieuses. — Lettres et ordonnances du procureur royal, con- 
cernant : l'aliénation de la dtme des paroisses de Dorria et 
de ForneUs, tenue en fief par le donzell Antoine d'Enveitg, 
pour Bernard de Pinos, seigneur des baronnies de P<inos et 
de liathaplana ; — Touverture du grau de Tétang de Saint- 
Laurent, tous les ans à la Sainlnlulien (7 janvier), et sa 
fermeture à la fin de juin ; — l'évaluation du produit de la 
pèche de Font-Dama de Salses ; — le droit de pacage 
perçu sur les troupeaux passant Bellpuig et allant aux 
pasquiers de Cortsavi ; — la recherche des soi-disant habi- 
tants de Perpignan, établis en divers lieux du Roussillon, 
qui n'ont pas payé le couronnement du Roi et de la Reine; 

— la nomination du dontell Arnau des Tolo, châtelain de 
Canet, en qualité de subdélégué du procureur royal dans hi 
vicomte dudtt lieu; — l'obligation pour les entrepreneurs 
du château de Ganet, de refaire diverses constructions qui 
n'ont pas été reconnues oonfbrmes aux convBntions par 
eux acceptées, sous peine de perdre le cautionnement qu'ils 
avaient déposé ; — la défense faîte au juif Bonafos Roget 
de couper des robes et habits, tant qu'il n^aura pas été 
examiné par les préposés des tailleurs de Perpignan ; — 
les difficultés que faisaient les consuls de Villefranche-de- 
Conflent, à un meunier qui voulait retirer les meubles qu*11 
avait dans cette ville : chacun pouvant changer son domi- 
cile là oii il veut, à moins qu'il ne soit homme < aniansat » 
et «abordât; » — le serment prêté par Pierre Perpenya, de 
Millas, qui se fait homme du Roi ; — les droits de mouture 
du moulin royal de la vallée de Ribes, appartenant à Bc~ 



u\ 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 



renger du Pont; — la nullité de criées au sujet du ruis- 
seau de Rivesaltes, faites par Galcerand de Vilanova, ca- 
mérier de la Grasse et seigneur dudit lieu ; — la demande 
d'établir en devèse pour le pacage une partie du territoire 
de Prats de Balaguer, en faveur des habitants; — la ferme 
des devèsesde.Formiguera par P. Seragut, de Baxas; — 
le serment prêté par Abraham Prioa, juif de Perpignan , 
nommé crieur de l'aljama ; — la répression d'usurpations 
faites sur le domaine au territoire d* Arles, en matière 
d*arrosage ; — les vexations commises contre G. Gansera, 
homme royal de Fontrabiosa, par Guillaume de So, vicomte 
d'Evol, qui voulait le forcer à le reconnaître comme son 
seigneur. — Procès-verbal de la mise de l'eau dans le nou- 
veau ruisseau royal de Perpignan, le lundi 33 avril 1435; 
Teau n'arriva à Perpignan que le samedi 5 mai, vers la 
neuvième heure avant minuit; les travaux dirigés par 
Pierre Tr^ura, menuisier, avaient été commencés le 8 mai 
1423 ; — conventions entre les meuniers de Perpignan et le 
réguier dudit ruisseau. 

B. 227. (Registre.) — In-folio, 32 feuiUets, papier (latin). 

tAti4»t495*— Manuel de Guillaume Roure, notaire. 
— Actes de la procuration royale, portant : vente d'une 
esclave chrétieune de race circassienne {Xarcorum), âgée 
de 18 ans, pour 60 livres ; — fourniture de cinquante quin- 
taux de biscuit à la galère de noble Raymond de Peguera, 
pris sur les mille quintaux que la ville de Perpignan a pro- 
mis de donner au Roi ; — concession de la rocbe dite 
Molada, à Collioure, en faveur de Jean Castellnou, mar- 
chand ; — constitution de procureurs faite par Jean Costa- 
bella, marin de Barcelone, .pour réclamer et obtenir de 
Gabriel Thomas et de soù frère ainsi que de tous autres, 
habitants de Collioure, la part à lui appartenant, de l'argent 
et autres « joyelles » (joyaux) qui se sont trouvés dans le 
reliquaii'e et le chef (in techa ei capite) de Saint-Louis de 
la cité de Marseille; — amortissement d'une rente reçue 
par la communauté des pécheurs de Collioure sur la 
« calaho » ou bras de mer dit c Punta den Bosch ; » — 
ioféodation du même bras de mer en faveur de Barthélemi 
Galvet ; ^ abandon de droits sur un moulin emporté par 
une inondation de la rivière du Ravaner ; — achats de bois 
de construction, de pierre taillée et autres objets pour les 
travaux du château royal de Perpignan ; — quittance du 
traitement de 50 livres accordé à Franvois.Fahena, châtelain 
de Puig Valadors. — Payements : de; 700 florins valant 385 
livres de Barcelone, à noble Arnald de Lac, procureur de 
Guillaume, vicomte de Narbonne, comme à-compte de la 
somme due par le roi d'Aragon à feu Pierre de Fonoliet, 
vicomte d'Ille et de Canet, somme pour laquelle avaient 



été mis en gage un c fermall » appelé c la caslanya » (la 
châtaigne) et un autre < fermall » contenant plusieurs dia- 
mants et autres pierres précieuses et « joyells ; » — de 
deux douzaines de gants et de peignes achetés à Perpignaa, 
pour le Roi et pour la Reine ; — concession viagère du bail- 
liage de Cornella-de-Conflent à Pierre Bosch, de Ville- 
franche ; — règlement d'une rente au profit de Bernard 
Albert, sur les moulins de Rivpsaltes, appartenant au don- 
zell Pierre de Stanybos ; — amortissements de rentes, en 
faveur d'ao bénéfice fondé à Millas par Clara, épouse de 
Bernard Real, et de l'hôpital de Garrius. — Concessions 
emphytéotiques : d*un bassin près de la fontaine du Yole, 
pour l'arrosage d'un verger; — d'une partie de la boutique 
où sont déposés les gages du bureau des < clams > de la 
cour du bailli de Perpignan ; — d'un < arenal » ou gravier 
près du Tech au territoire de Sainte-Eugénie (de Tresmals}, 
en faveur de Guillaume Paulet, d*Elne; — de terrains va- 
cants à Halloles; — d'une portion de Tancienne place près 
de Téglise de Toluges ; — d'un moulin à farine et à foulon 
situé entre le Tech et les remparts du Volo. — Bail à ferme 
des revenus royaux des pasquiers de Confient, sur lesquels 
le vicomte Dalmau de Rocaberti reçoit une pension de 243 
livres ; — amortissement d'une maison léguée par Guillaume 
Fuster, banquier, dePerpignan, pour la fondation de la cha- 
pelle de Saint-Guillaumî; — quittances des revenus de la 
vallée de Prats reçus par le chevalier Pierre Yilagut, au nom 
de la reine Yolant. — Lettre de Bertrand Muntaner, lieute- 
nant du procureur royal en Cerdàgne, exposant l'horrible 
misère dans laquelle sont tombés les habitants de Bar et 
d'Âristol ; tous les autres lieux de Cerdagnc sont d'ailleurs 
dans la même situation, la plupart des habitants sont déci- 
dés à abandonner ce pays, car ils n'ont de blé que pour 
deux mois, et la contribution du fouage qui est venue là- 
dessus les a presque mis au désespoir : < e per lo fogatge 
quils ve de mont son mig desesperats > (16 août 1425). 

B. 228. (Registre.) — lo-folio, 37 feaillets» papier (latin). 

t AitO-t4««* — Notule de Raymond Ferrer, notaire 
à Perpignan. — Quittances des payements faits par la pro- 
curation royale ; — étoffes, peignes, gants et autres objets 
achetés pour le Roi et pour la Reine ; — réparations et tra- 
vaux divers faits à Perpignan, aux châteaux royaux et au 
ruisseau de Thuir; — achat d'armes; — envoi de farines 
à la flotte royale ; — frais de courriers ; — pension sur les 
scrivanies de Perpignan payée à Gaspar de Llupia dit de 
Bages, chevalier, fils de Raymond de Llupia ; — dépenses 
laites pour arrêter l'host de Perpignan qui s'était déjà ren- 
due à Argelès avec diverses bombardes et artilleries, pour 
venger Tinjure faite par la communauté de Collioure à un 



s ÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

habitant de Perpignan ; — deux livres payées à Pierre Aiis- 
send, hôtelier des courriers de ladite ville, pour avoir con- 
duit ou déclaré tous les courriers allant ou revenant du 
pays de France, pro reeognoscendo literas quasportabant^ 
si aliquid faciebant contra dominum nostrum regem et ejus 
regnum; — prise de possession des scrivanies dePuigcerda 
appartenant à feu Jean Rafard ; — salaire des châtelains : 
Bernard de Yilacorba, d^Opol ; Arnald dez Volo, de Canet; 
Bernard d'Ouis, de Perpignan; Bernard-Guillaume dez 
Guell, de Bellegarde ; François Paschal, de la tour del Far ; 
Martin-Benoît de Torrelles, de Beliver ; — payements pour 
4e rachat du lieu du Volo ; — réparations au t masell » 
(boucherie) des juifs; — frais de surveillance faits par la 
niattrise des ports aux territoires de la Rocha, Sureda et 
Argelës, pour faire des embuscades et épier 28 chevaux 
qui devaient sortir secrètement par des passages et che- 
mins déserts ; — collation de la rectorie de la chapeUe du 
château de Perpignan à Bernard Sayol, prêtre de la cha- 
pelle du roi ; — nomination de Pierre Tregura à l'office 
c d'obrer a en menuiserie de tous les châteaux et maisons 
du roi en Roussillon et Cerdagne, et de garde des engins 
ou € trebuchs » du château de Perpignan, en remplacement 
de Pierre Carrera, démissionnaire, nommé portier de la 
porte de fer dudit château. 

B. 229. (Registre.) — In-folio, 36 feniUeis, papier (latin). 

tSOA«tA99. — Notule de Raymond Ferrer, notaire à 
Perpignan. — Cession de la vallée de Villech etdes revenus 
domaniaux d'Aristot, Ysogol, Heranges et autres lieux de 
€erdagne acquis par Pierre Bertrand, citoyen de Barcelone, 
pour le compte d'Alamanda, épouse de Julien de Garrius ; 
— vente d'une vigne sise à Perpignan, tenue pour la mai- 
son de Saint-Lazare ; — cession de rentes sur les vallées de 
Prats et de Conat et sur les lieux de la Bastida, Cortsavi 
et Montbaulo, en faveur de TaumAne commune de Perpi- 
gnan, piar Gaspar de Llupia, chevalier, seigneur de Bages 
et de Saint-Jean-Pla-de-Gorts. — Quittances de dépenses 
diverses faites parla procuration royale de Roussillon et de 
Cerdagne ; — transfert de trois individus « que Ton disait 
« Génois ou Milanais et ennends du roi », arrêtés à Vemet 
€t amenés à la reine à Barcelone ; — armement des châ- 
teaux royaux : une grande peau de poudre de bombardes, 
pour le château de Salses ; deux ccelades » en fer, remises 
à Pierre Hurus, châtelain de Querol ; une grande peau de 
« polvera de bombarda, ballestes » à étrier c d'asser > et à 
4a « genouesa », bombardes en fer et c semsonies », pour 
le château de Collionre ; — travaux exécutés au château de 
Bellegarde, sdus la direction du châtelain Bernard Fabre, 
donzell du -Volo ; — salaire de divers officiers et de Jean 
Pyrénées-Orientales. — Série B. 



COMTÉS DE RODSSILLON ET DE CERDAGNE. J45 

Pierre Fahena, donzell, châtelain de Puig-Balados ; — pro' 
cédures faites à Collioure contre diverses personnes de.cette 
ville, accusées d'avoir enlevé à Marseille l'argent du reli- 
quaire de Saint-Louis ; saisie d'un navire du commandeur 
de Bajoles ; — envoi d'une partie de Thost de Perpignan 
pour la défense de la vUle de Collioure, menacée par. la 
flotte des Génois; — vente d'une table de boucherie à 
Perpignan pour payer les créanciers de Pierre Maurellas. 
— Payements : sur les revenus de la fontaine de Salses, 
faits à Berenger d'Oms, gouverneur de Majorque et au don- 
zell Bernard dels Angles, son procureur ; sur les revenus 
du Roussillon, au donzell Bernard d'Avinyo et aux. cheva- 
liers Mathieu de Jenaro et Pierre de Pagano. — Achats 
faits à Perpignan ; de trois douzaines de peignes à 21 sols 
la douzaine, et de 12 paires de gants à 33 sols la douzaine, 
pour le roi, et de 12 paires de gants à 48 sols la douzaine, 
pour la reine ; -^travaux exécutés à la maison de l'audience 
du gouverneur, à Perpignan ; — poursuites faites à Arles 
contre Pierre Comelles et ses associés, au sujet d'une 
mine d'argent découverte au territoire de Montbaulo dans 
une vigne dudit Comelles, 

B. 230. (Registre.) — In-foUo, 58 feuillets, papier (latio). 



±A9MmtA99. — Notule de KsL^mond Ferrer, notaire. 

— Quittances de dépenses de la procuration royale de 
Roussillon et de Cerdagne ; — frais divers pour le séques- 
tre des vicomtes d'IUe et de Canet ; — réparation du 
c macell » (boucherie) du Volo ; — salaires : de Bernard 
de Vilacorba, donzell, châtelain d'Opol, et de Pierre de 
Perapertusa dit d'Ortafa, chevalier, son successeur; de 
Raymond de PereDos, gouverneur et Jean Jou, son 
assesseur ; de Bernard Albert, procureur royal et des fiefs ; 
de Raymond de Serinya, juge du domaine ; — armement 
du château de Canet ; — prise de possession d'une pièce 
de terre sise à Salses, près du moulin Extremer« donnée 
par le roi, Alphonse d'Aragon, à la maison des pauvres 
malades de la confrérie des saints Martial et Elme; ^ sen- 
tence relative à la succession d'un chanoine de Serrabona 
dont le prieur réclamait l'héritage ; — lettre du roi portant 
don gracieux de 400 florins à Carrafello de Caraffa, 200 k 
Colamaria Buçuto et 200 k Ludovico de Malaclergua, 
tous les trois napolitains ; — dépenses diverses pour les 
travaux du nouveau ruisseau de Perpignan, et pour le palais 
de la royale audience; — réduction des censives de diverses 
propriétés sises à Thuir; — payement de rentes sur les 
revenus royaux, à Guillaume Johan, marchand, de Perpi- 
gnan, et à Gaspar de Llupia, chevalier, seigneur de Bages.; 

— appointements de Bernard d'Oms, châtelain du château 
royal de Perpignan ; — achats d'armes, de gants et autres 

19 



1 



U6 

foiunitures pour le roi et la reine. — Colin Boysart, Jehan 
Gay, M athias Verdet et Jehan Boysart dit Berdolet, méné- 
triers da roi d*Aragon, reconnaissent avoir reçu da pro- 
cnrenr royal à Perpignan (30 août 1428) ane somme de 
400 écus d'or de France, c'est-à dire 619 montons d'or poor 
346 écos^ chaqae monton compté en raison de 11 livres 
6 sols harcelonais, et 54 antres écus comptés en raison 
de 14 sols barcelonais chacun , le tout s^élevant à 336 livres 
4 sols et 6 deniers barcelonais de tem* somme que le roi 
a ordonné de leur payer pour leur salaire et pour les 
dépenses qu'ils ont faites ou qu'ils auront à faire pour son 
senrii^e. 

tk S31. (Registre.)— In-folio, SSfeaiUets, papier (latin). 



ARCHIVES DES FYBÉNÉES^ORIENTALES. 



K — Manuel de Guillaume Roure, notaire. 
— ^Âctes de la procuration royale, portant : amortissement 
de renies pour les bénéfices fondés dans les églises Saint- 
Eadald, deRipoll, par Pierre-Bernard de Casanova; Saint- 
Félix, de Pezilla, par Saura, veuve de Pierre Qaeret, 
notaire; Sainte-Marie-la-Mer, par Guillema, veuve de Pierre 
Pnig; Saint-Jacques de Canet, par Arnald Paladar; — 
payements : du salaire de Jean Molar, ancien ch&telain 
d'Aristot; d'une « pomme » en terre vernie, pour la grande 
tour du château royal de Perpignan ; — baux à ferme : des 
droits de leude et de pasquier du territoire de Junegals 
près de Vingrau, appartenant à l'abbé de Fontfiroide; des 
droits sur les pasquiers de Confient, appartenant à Dalmau, 
vicomte de Rocaberti et seigneur de Yinça. — Transaction 
sur la succession de Bernard Jorda, jurisconsulte de Per- 
pignan, dont les héritières sont : Eulalie, épouse du cheva- 
lier Bernard Albert et Raphaelle, épouse de Bérenger 
d'Oms. — Concessions emphytéotiques : des greffes ou 
scrivanies de la cour de Thuir, à Pierre Lombart, notaire, 
et de celle du viguier de Villeft*anche-de-Gonfient, à Jean 
Sobira; — d'un pfttus à Perpignan, confrontant avec les 
archives de la cour du bailliage; — d'un ancien chemin, 
à Thuir; lieu dit c Mont mira » ou « Mates. » — Protesta* 
tion de divers propriétaires de bestiaux du Roussi lion contre 
la concession d'une devèse faite par le domaine aux habi* 
tants de Prats de Balagner ; — compromis au sujet de divers 
joyaux confiés à un orfèvre de Perpignan par le donzell 
Dalmau de Banyuls, seigneur de Banyuls-dels-Aspres; — 
quittances de divers revenus de l'église d'Elue faites par le 
procureur de Galcerand Albert, évêqueélu; — concessions 
d'eau du nouveau ruisseau de Perpignan pour diverses 
propriétés sises dans cette ville et en son territoire, à Mal*- 
loles et à Orle ; — renouvellement de concessions d'arrosage 
pour les terres du monastère de l'Eula; ^- payements d'a- 
mendes pour délits de chasse commis par des habitants de 



Pezilla dans la devèse de Saint-Feliu-d'Avall ; — concession 
d'eau pour un moulin à huile construit à Thuir par Pierre 
Foguet; — vente d'une maison à Perpignan, confrontant 
avec la maison de l'aumône des Juifs et provenant de Gnil* 
laume-Benoît de Luna, juif converti de ladite ville ; — 
prestation de serment par Jacques Vidal, de Yilauova en 
Capcir, qui se fait homme de Formiguera pour jouir des 
droits de pacage dans les devèses dudil lieu ; — permis de 
pêche accordé aux habitants de la vallée de Prats-de-Mollo ; 
— prise d'eau dans la rivière de Mosset, concédée au chevalier 
Gispen de Tregura, seigneur de Paracols, pour sa forge de 
Gampoma ; — réduction de censives sur les propriétés d' An- 
toine Maler, d'Argelès; — nomination d'ua bailli à Garrius, 
dont la seigneurie appartient à Bernard Albert, procureur 
royal ; — inféodation dés deux manses dits de la Palmera et 
de la Batallola au territoire de Rayners, dont la seigneurie 
appartient à Eulalie, épouse de Bernard Albert. 

B. 232. (Registre.) ^ In-folio, 192 feoilletfl, papier (latin et catalan). 

±9BSmtA9t*^Reg%stre XV de la Procuracio Real.-^ 
Sentence rendue par le roi Jacques P' d'Aragon sur le 
payement des droits de lods des propriétés allodiales ou 
féodales, dans la ville de Perpignan. — Concession des pa* 
cages de Qaeralps et de Fustenya dans la vallée de Ribes, 
aux habitants de ces deux communautés, par l'infant Jacques, 
héritier désigné de Majorque ; — lettre du même à dame 
Sibiile de Ribes, concernant ses prétentions sur les ports 
ou pasquiers de c Coma de Vacha; » — privUége dudit 
infant, roi de Majorque, attribuant à Raymond, prieur de 
Gomella-de-Conflent, la moitié de l'augmentation des re* 
cettes de la leude de Villefranche, provenant de Texemp- 
tion du péage vulgairement appelé c touta » accordée à cette 
ville pendant toute la durée d'une foire de quinze jours.-*— 
Chartes du roi Sanche de Majorque, concernant : l'établis- 
sement des tisserands sur le Puig de Perpignan ; — la con- 
cession de droits de pacage et de boisage aux habitants de 
Salses*— Lettres et ordonnances du roi Pierre TU d'Aragon, 
confirmantles privilèges des habitants de la vallée de Ribes; 
— concernant les rentes desanniversaires fondésàSaint-Jean 
de Perpignan par la reine Sclarmonde et le roi Sanche 
de Majorque; — portant que les consuls et les quinze con- 
seillers sortants de la communauté de Thuir feront tous les 
ans à la Saint-Jean de juin l'élection de leurs successeurs; 
— autorisant le port d'armes pour les fermiers des revenus 
royaux du Roussiilon et de la Cerdagne> et les exemptant 
des obligations d'host, chevauchée et guet, sauf le cas d'in* 
vasion du pays par l'ennemi ; — défendant aux avocats et 
procureurs de prêter leur ministère contfe le domaine 
royal, à moins d'une autorisation spéciale; •*- attribuant 






SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

exclosivement au procoreor royal le droit de faire des con- 
cessions et de connaître en matière de cours d'eau et 
d'étangs; — faisant remise à Raymond de Perellos de 
6,333 sols 4 deniers dus an Roi et au vicomte de Castelibo, 
pour droits de fief et de lods des lieux de Joch, Finestret 
et Sahorla. — Ordonnances du roi Martin d'Aragon, portant : 
obligation pour les négociants de Valence de payer la leude 
dans le lendaire de Collioure; — amortissement des rentes 
des prêtres de Saint^acques, de Perpignan ; — règlement 
pour l'élection des secrétaires, clavaires, auditeurs de 
comptes et écrivain, et divers autres faits d'administration 
intérieure de l'aljama des Juifs de ladite ville. — Statut du 
pape Martin, défendant de contraindre les Juifs à se faire 
baptiser, quelques engagements qu'ils aient pris à cet égard« 
— Lettres, ordonnances et provisions du roi Alphonse 
d'Aragon et de son épouse Marie, lieutenante générale du 
royaume , portant : retrait de la juridiction des Juifs de 
Perpignan au gouverneur du Roussillon, en l'attribuant au 
procureur royal ; — traitement de dix mille sols par an à 
Raymond de Perellos, chevalier, c munter » majeur du 
Roi, gouverneur de Roussillon et de Gerdagne; — autorisa- 
tion d'imposer tes boissons et comestibles, donnée à la 
communauté de Salses pendant dix ans; — défense aux 
Allemands, Savoisiens et autres sujets de l'empereur d'Al- 
lemagne, d'exporter les marchandises hors des états d'Ara- 
gon, autrement que par des navires catalans, et imposition 
de 4 deniers pour livre sur toutes leurs importations ; — 
i^romesséde la première chfttellenie vacante en Roussillon, 
au donzell François Des Gatllar, c cavalieris » du Roi ; — 
donation de tous les droits du Roi sur les biens de Pierre 
de Fonollet, vicomte d'Ule et de Canet, en faveur du vicomte 
Raymond de Perellos, en considération de ses services en 
Sardaigne et à Naples ; — ordre de faire recueillir les arbres 
et bois emportés lors de l'inondation des rivières et fleuves 
du Roussillon (1421); — demandes de s'imposer extraordi- 
nairement faites par les lieux d'Argelès, Elue, Baxas, Mil- 
les, Céret, Rivesaltes et Thuir ; — décision sur un procès re- 
latif aux leudes de Golhoure. — Articles des Gorts célébrés 
à Barcelone (22 avril 1422), portant suppression du pri- 
vilège exclusif du c descharregador » (débarcadère) de Gol- 
lioure, et autorisant le débarquement des marchandises sur 
tous les points de la cdte de Ronssillon, articles votés, 
entre autres, par François, patriarche de Jérusalem, admi- 
nistrateur de l'église de Barcelone ; frères March, abbé de 
Montserrat et Jean Scarrigues, procureur du prieur de 
Catalogne; Guillaume de So, vicomte d'Ëvol, Pons de 
Perellos, Bernard de Pinoe jeune, Raymond Ça Garriga, 
Raymond de Bages, Hugues de Viliafranca, Jacques Gallic, 
BereugerMiquel, chevaliers; Dalmau de Sant-Dlonis, Louis 
et Jean de Planella, donzells; les syndics de Barcelone, 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE GERDAGNE. 1Û7 

Lerida, Gerona, Tortosa, Vich, Gervera, Menresa, Berga 
et Vilafranca de Penedès ; Jean Fabre et Pierre Gastello, 
syndics de la ville de Perpignan, et Bernard Millars, de 
YillefrancheHle-Gonflent ; Georges Mbrera, syndic de Gol- 
lioure, vote contre l'article relatif au débarcadère de cette 
ville ;--collation de l'office de receveur des bans et amendes 
imposés sur tous ceux qui, dans la ville de Perpignan, 
jouent au jeu de grescha seu quodeumque Itidum aliud 
tatxillorum seu aliàs, en faveur de Martin de Riu ; — 
criées ordonnant la vente du jardinage de Malloles sur la 
place du c Pont d'En Bastit, » à Perpignan ; — rente an- 
nuelle de 4,000 sols sur les revenus royaux du Roussillon, 
payée au conunandeur du Mas Deu successeur des Tem- 
pliers; — promesse d'un bénéfice à Barthélemi Félin, 
c scolar » de la chapelle du Roi ; — virement des rentes 
reçues à Niula et Angostrina par Marc Pujol, reportées sur 
les revenus royaux de Llivia; — abandon d'un cens de 
25 livres que Simon de Vallgornera, chevalier, payait au 
Roi pour l'étang Ner de Pontella, en considération des ser- 
vices qu'il a rendus aux sièges de Galvi et Bonifacio ; — 
élection d'un garde de la Monnaie de Perpignan, faite par 
les consuls ; — défense au bailli de cette ville de détruire 
une maison qui devait être rasée en vertu d'une sentence 
rendue sur infraction de paix et trêves; — retrait du droit 
de leude pour la première année d'une nouvelle foire éta- 
blie à Thuir; — révision de la matricule des employés de 
la Seca ou Monnaie de Perpignan, où seront admis seule* 
ment ceux qui seront trouvés suffisamment experts après 
examen ; — déclaration portant ^qu'il n'y a pas d'appel, en 
matière d'amortissement, contre les décisions du procureur 
royal ; — admission d'Antoine Pages, barbier, à l'office de 
monnayeur; — publication de la rupture des négociations 
poursuivies par Pierre Seccano, ambassadeur du roi d'Ara- 
gon auprès du duc de Milan, pour signer la paix ; — con- 
ventions sur la construction d'un nouveau ruisseau qui sera 
appelé ruisseau royal de la ville de Perpignan ; — règlement 
des appointements du donzell Arnau dezVolo, châtelain de 
Ganet ; — nomination de JeaQ Morer à la cure de Géret ; — 
autorisation donnée à la commune de Gastellnou de faire 
un emprunt; — privilège accordé aux communautés du Gon- 
flent pour l'entretien des ponts et des chemins; — nomina* 
tionde Bernard Albert, chevalier, k la procuration royale de 
Roussillon et de Gerdagne; — ^ rente de 10 livres accordée 
à la communauté des prêtres de l'église Saint-Jean de 
Perpignan, pour les anniversaires du roi Sanchç de Major- 
que et de sa mère la reine Sclarmunda qui in dicta ecclesia 
8uam elegerunt canonice sepulturatn; — remise des lieux 
de Glayra, Saint-Laureut-de-la-Salanca, Eus, Le Soler et 
baronnie de Gastellnou, provenant de la succession de feu 
Pierre de Fonollet, à la reine Marguerite, veuve du roi 



us 



ARCHIVES DES PYHÉNÉES-ORIENTALES. 



Martin d'Aragon ; — attestation au sujet de Bernard Bea- 
tria, chapelain de la chapelle du Roi; — rachat de deux 
« fermalls, » Tan appelé c la Gastanya > (1& ch&taigne), 
Tautre garni de nombreuses pierres précieuses et perles, 
de « balays, » de c cafirs » et de diamants, engagés aux 
manumisseurs du vicomte dlile et de Canet pour deux 
mille florins; — payement de 200 florins d'or à Bernard 
Albert, procureur royal^ pour le prix d'un cheval acheté 
pour le Roi ; — nomination de Pierre Bosch, deVillefranche, 
au bailliage de Comella-de-Conflent; — attribution à la 
reine Marie, à titre de douaire, du quart de tous les revenus 
du domaine des royaumes d'Aragon, de Valence et de 
Majorque et de la principauté de Catalogne, vu l'insuffi- 
sance de la donation déjà faite, au même titre, de la cité de 
Syracuse, de Château-Marquet et autres lieux et revenus 
du royaume de Sicile; — amortissement des revenus de 
l'hôpital de Garrius; ^ payement de mille florins avancés 
par Bernard Albert, pour l'armement de l'expédition pré- 
parée pour aller au secours de l'infant Pierre, frère du Roi ; 

— don de 500 florins d'or à Bérenger de Fontcuberla, che- 
valier, « cavalleris » du Roi, en récompense de ses services; 

— autorisations données aux communautés : de Bula Ter- 
ranera, de s'imposer sur le vingtième du revenu pendant 
deux ans ; d'Ille, Canet et Sainte-Marie~la-Mer, d'établir 
des « sises » (impositions) sur le pain et la boucherie pen- 
dant dix ans; — levée du droit de couronnement du Roi 
et de la Reine; — nomination à un bénéfice de la chapelle 
du ch&teau royal faite par Etienne, abbé de Saint-Pierre de 
Rodes, vicaire général de Jérôme, évéque d'Elne; — ordre 
à Jean Garrius de produire les titres de sa seigneurie de 
Formiguera; — bail emphytéotique des droits de leude sur 
le minerai de fer du Gonflent, en faveur du chevalier Bé- 
renger d'Oms; — admission de Bernard Marquet, marchand, 
au collège des monnayeurs de Perpignan; — don de 
€ plates et d'un elmet » à François Batlle, camérier du 
Roi; — défense de laisser exporter des chevaux; — criées 
faites à Perpignan, à la requête des consuls, sur les jeux, 
les jurements et blasphèmes : < tôt hom qui jurara lo cap 
» per lo cor, per lo fetge, per lo c... o altres membres 
» de nostre senyor Deus o de madona Santa Maria, de 
» Sants Santés, etc. » — Défense à tout homme marié, 
dans les ordres ou religieux, de « tenir sclaua en casa o 
» fora casa per usar ah aquella camalment; » sur les 
femmes et maisons publiques, « los alcavots qui tinguen 
» fembres, » les usuriers, le port d'armes, les guerres pri- 
vées ; — règlements pour le nouveau ruisseau de Perpi- 
gnan; — levée du séquestre apposé au château de Perella 
dans la vallée de Prats, appartenant au donzell Pierre 
Blan; — règles à suivre pour la juridiction des ouvriers 
employés à la mine d'argent découverte au territoire de 



Montbaulo ; — ordres donnés au donzell Raymond de Rîbes 
dit de Forques, de remettre au procureur royal la clef du 
« portai de la collera » du Volo, et de réparer le ch&teau de 
laRocha qui avait été engagé à Bérenger Morell, son beau- 
père ; — reconnaissance faite par le Roi à Laurent Taqoi, 
bourgeois de Perpignan, d'une dette de 1,500 florins d*or, 
pour un bracelet ou collier d'or du poids de six marcs d'or, 
dans lequel sont enchâssés 80 perles et 16 balaix ; signée 
dans le palais royal de Valence, avec caution de fy*ère 
Bérenger de Fontcuberta, précepteur du Mas Deu,de l'ordre 
de Saint-Jean-de-Jérusalem, < cavalleris, » François Sar- 
çola, trésorier, Guillaume de Vie, camérier, chevaliers, et 
François d'Arinyo, secrétaire, conseillers du Roi, et d'Ali 
Xupio jeune, sarrazin de la c moreria » de Valence; ce 
dernier prête serment à Dieu et « al Quibela ; » — autori- 
sation de chercher des mines d'or, d'argent et d'autres 
métaux au territoire de Cabrenchs au lieu dit c La Mè- 
nera, » à Arles, Montbaulo, Gortsavi, Prats, Mont Colon 
et au Puig de Notre-Dame du Coral ; — permis de fran- 
chise pour des draps expédiés par des marchands de Per^ 
pignan sur la galère des Florentins commandée par Pero 
Sent-Pini, consignés à 6. Vidal à Pise ; avec détail des 
pièces, marques et numéros de chaque ballot; — conven- 
tions avec la communauté de Thuir, pour la mise de l'eau 
dans le ruisseau de cette ville nouvellement construit, & 
partir de la c dressera » de Cases Noves au-dessus d'Ille ; 
— attribution de 500 florins à prendre sur les leudes de 
CoUioure, à la réparation du château de Perpignan ; -* 
"^ assignation d'une rente annuelle de cent florins d'or sur 
la scrivanie de la viguerie de Roussillon, à Laurent Taqui, 
marchand de Perpignan, et à l'héritier qu'il désignera, 
pour services rendus au Roi « dans diverses parties de 
France ; » — criées défendant de donner du travail aux 
juifs de Perpignan, de les laisser habiter chez des chré- 
tiens, d'aller boire ou manger dans le Cail ni d'y pénétrer 
le samedi; — concession de l'ancien ruisseau royal de 
Thuir détruit par des inondations, à Louis d'Oms, seigneur 
de Corbera; — conventions sur le ruisseau dllle; — défense 
faite aux gens de la maison du Roi et à leui*s serviteurs, 
ecclésiastiques ou autres, à l'exception des dames et demoi- 
selles, d'avoir pour montures des mules ou des bêtes autres 
que des chevaux ; — obligation pour la communauté de 
Thuir de payer les dommages qui pourraient être portés 
par son ruisseau à celui d'Ille, dans les territoires de Cases 
Noves et d'Ille ; — attribution d'un salaire annuel de cent 
livres à Bérenger d'Oms, gouverneur du royaume de Ma- 
jorque, en sa qualité de châtelain de Collioure ; — nomina- 
tion de Pierre Emfos, à l'office de trompette du château 
royal de Perpignan; — confirmation de la vente des lieux 
de Clayra, Saint-Laurent, Eus, Le Soler, Gastellnou et 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS *DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



149 



Belipnig, faite à Raymond de Perellos, par la reine Mar- 
guerite, qui les tenait de son oncle Pierre de Fonollet; 
Tacte est signé par la Reine, alors religieuse du monastère 
de Valldonzella, en dehors du monastère, près de Barce- 
lone, la communauté n'ayant pas pu se réunir au lieu ac- 
coutumé, à cause du tremblement de terre qui istis tempo- 
ribtis mgetj et qui a causé les plus grands désastres dans 
la ville de Barcelone et en diverses autres parties de la 
Catalogne (23 février 1428) ; — concession d'un filet d'eau 
du ruisseau de Perpignan, faite par les consuls à Pierre 
Roure, lieutenant du procureur royal; — réprimande 
donnée à Arnald de Llupia, lieutenant du gouverneur, pour 
sa faible attitude vis-à-vis de Pierre de Fontcuberta, bailli 
de Perpignan; — défense d'établir des bancs sur le marché 
de la place Neuve de ladite ville; — sauf-conduit pour le 
trompette P. Emfos, engagé au service du Roi dans la pro- 
chaine expédition de Naples ; — ordres donnés au procu- 
reur royal en Confient, pour le règlement des limites des 
pacages de Puig Baledoi's, Real, Odello et Puig en Capcir ; 

— défense aux charrettes de passer dans les râes de Per- 
pignan où il y a des voûtes ; — permissions de port d'armes 
données aux fermiers royaux du Volo et des dîmes d'Opol 
et de Junegals ; — autorisation donnée aux secrétaires de 
Taljama de Perpignan et autres Juifs de leur collecte, de 
construire une école ou synagogue dans leur Call ; — attri- 
bution d'une rente sur les scrivanies du bailliage de Perpi- 
gnan à Marc Johan, attaché à la trésorerie royale, pour 
services rendus au roi Ferdinand, à l'infant Henri et au 
roi d'Aragon ; — suppression de la renie prise sur les leudes 
de Collioure pour la réparation du château de Perpignan. 

B. 233. (Registre.) — In-folio, 50 feuillets, papier (latin). 

tA99-t4St. — Notule de Guillaume Roure, notaire. 

— Quittances de payements faits par le procureur royal : 
saisie d'une grande quantité de « blafards » et < blancs » 
en billon, monnaie de France, que voulaient exporter un 
agent de Laurent Tequi, marchand de Perpignan et Andréa 
de Florence, habitant de Montpellier; — salaires de Fran- 
çois Fahena, chevalier, châtelain de Puig Balados, et d'au- 
fres châtelains ; — réparations au château de Collioure, 
dans la crainte d'une attaque de la flotte génoise, au châ- 
teau de Perpignan, à la fontaine de Salses, au ruisseau de 
Thuir, à la maison de l'audience du Gouverneur ; — dis- 
tribution de mille quiutaux de pain offerts par la ville de 
Perpignan, et de 300 florins d'or par celle de Pnigcerda, 
pour les galères du Roi ; — rachat de la « castanya » et 
autres bijoux engagés au vicomte d'IUe et de Canet; — 
< fogatge > des habitants de Fontpedrosa et Prats de Bala- 
guer» à l'occasion du couronnement du Roi et de la Reine; 



-^ remise de plates et d'un elmet d'acier valant 40 florins, 
donnés par le Roi à François BatUe, donzell, de Clayra; — 
rentes sur les leudes de Collioure, en faveur de François 
de Pau et de Bernard d'Oms, seigneur de Gorbera, cheva- 
liers ; — frais d'entretien des paons du château royal de 
Perpignan"; — envoi de François Ferrer, maître de la Seca 
pu monnaie royale de Valence, pour l'examen et la recher- 
che de mines d'argent au territoire de Montbaulo ; — 
courriers envoyés à Tours, Bourges et Melun, à la recher- 
che de Bernard Albert, procureur royal en Roussillon et 
Cerdagné, au service du roi de France; — livraison de 
cent mille florins d'or, prix des droits sur la judicature 
d'Arborea en Sardaigne vendus au roi d'Aragon par feu 
Guillaume, vicomte de Narbonne, remis à Pierre Raymond 
de Montbrun, donzell, seigneur de Maurcllan, procureur 
du chevalier Pierre de Tinières, seigneur de Val et de Mar- 
doyne, père et administrateur de Guillaume, vicomte et 
seigneur de Narbonne et d'Apchon ; . — arrivée à Perpignan 
(12 avril 1428) de Jean Boysart dit Verdalet, Jean Boysart, 
son fils, Colin Boysart et Mathias Verdet, ménétriers du roi 
de France, engagés à Bourges par Bernard Albert, sur la 
demande du roi Alphonse d'Aragon qu'ils vont rejoindre à 
Valence; — salaire de François de Blanes, néophyte (juif 
converti), collecteur des censives de Perpignan dont le pro- 
duit est destiné à la réparation du château de ladite ville. 

B. 234. (Registre.) — In-foUo, 157 feuUlets, papier (latin et catalan). 



— Registre XXIII de la Procurado Real. 

— Concession des pacages de Coma de Vaca et Coma de 
Freder à l'abbesse de Saint-Jean de Ripoll, par Oliba, 
co(nte (de Cerdagné). — Transaction entre Raymond, abbé 
d'Arles et Gauzbert, vicomte de Castellnou, au sujet d'une 
mine d'argent découverte au lieu dit: «^ Coma de Boxeda » ; 

— abandon de droits sur la mine de « Puig Alduc, ' à l'ab- 
baye d'Arles, par le roi Pierre l!^ d'Aragon. — Chartes de 
Jacques P', roi d'Aragon, portant : franchise de droit de 
pasquier en faveur des habitants de Cecdenya, Flaça, Me- 
rinyans et Juncet; — validation des serments, en matière 
d'obligations, prêtés par les juifs de Barcelone et ceux de 
leur collecte ou contribution. — Vente des justices de Pol- 
lestres, consentie par le roi Pierre III d'Aragon, au donzell 
Philippe Roig. — Confirmation par le roi Martin, des con- 
ventions faites entre l'aljama des juifs de Perpignan et 
leurs créanciers. — Sentence du juge du domaine, sur le 
passage des troupeaux qui vont aux pasquiers royaux ou 
qui en reviennent. — Privilèges, édils, lettres et provision3 
du roi Alphonse d'Aragon, portant : autorisation de- lever 
des aides ou impositions extraordinaires pendant dix ans» 
en faveur de la cité d'Elae et de la ville de Salses; — dé* 



150 ARCHIVES I)ES PYHÉNÉES-ORIENTALES. 

fense de recevoir ou exécuter ancnnes balles ou lettres du 
pape, si elles ne sont expressément reçues ou acceptées par 
le Roi; — concession des censives ou morabatins perçus 
par le domaine sur les maisous de l'aljama des juifs«.de 
Perpignan, à leurs créanciers ; •— donation dé 50 florins 
par an à prendre sur le révenu des albergues de Cerdagne, 
en faveur de Jacques Soler, brodeur de la reine ; — ordre 
de faire faire le « capbreu » des redevances perçues par 
Martin-Benoît de Torrelles, châtelain de Bellver ; — quit- 
tance des legs fails au couvent des FF. Prêcheurs de Per- 
pignan par Isabelle, fille de Jacques 1" roi de Majorque et 
de Sclarmunda ; — nomination de Raymond Coma, de Per- 
pignan, aux fonctions de procureur fiscal de la procuration 
royale, en remplacement de Georges Huguet qui a été sus- 
pendu et banni de la viguerie de Roussillon pendant dix 
ans, pour crime de faux. — Relation des démarches faites 
par Pierre, cardinal de Saint-Elienne in Celio monte^ vul- 
gairement dit cardinal de Foix, pour se faire admettre 
comme légat du pape en Aragon ; — reconnaissance de 
rinnocence de Jacques Aguilo, marin de Gollioure, fausse- 
ment accusé d'avoir participé à renlëvement de la châsse 
et reliques de Saint-Louis de Marseille; — permission 
d'aller au chapitre de son ordre donnée à frère Perpenya 
Adhemar, précepteur de la maison de Saint-Antoine de 
Perpignan ; — indemnités accordées pour les terres prises 
à Ille pour la construction du nouveau ruisseau de Thuir . 
— Ëdit rendu à l'occasion de la déclaration de guerre faite 
au roi d'Aragon par le roi de Castille, défendant tous défis 
et déclarations de guerres privées ou de « bahdosii^s » ; — 
franchise de passage pour noble Cassemanico Spinolo, de 
Gênes, vanant de Castille et se rendant chez lui. — Ordon- 
nances et lettres du chevalier Bernard Albert, procureur 
royal ou de ses lieutenants Pierre Roure et Raymond de 
Serinya, concernant : les franchises accordées à divers 
habitants de Millas, Vinça et autres lieux, qui se sont faits 
hommes du Roi ; — Jean Servent, d'Ille, nommé adjoint au 
réguler du ruisseau nouveau de Perpignan ; — le partage 
des dîmes de Montesquiu, entre le recteur et un bénéficié 
dudit lieu et le prévêt du Vilar ; — les droits de pasquier 
illégalement réclamés par le donzell Antoine Mulner, sei« 
gneur de Jujols, sur les habitants de Serdinya et autres; — 
rautorisation de chercher des mines et c monnaies » d'or 
et d'argent au territoire de Saint-Jean-Pla-de-Corts, et no- 
tamment dans le champ appelé « del Trésor » ; — la dé- 
fense faite : à Bérenger de Pontos, abbé de Saint-Michel 
de Cttxa, commissaire du cardinal de Foix dont les pou- 
voirs n'ont pas été reconnus, de procéder à quoi que ce 
soit contre frère Jacques Prada, élu prieur de Serrabona 
en remplacement de frère Jean Juher qui a été déposé sui$ 
démentis; — à l'abbé de Saiut-Genis, commissaire du 



même cardinal, d'installer un bénéficier à Elue; — la no- 
mination du donzell Aman dez Volo, en qualité de coinmis- 
saire royal inspecteur des mines d'Arles, Montbaulo et au- 
tres lieux du Vallespir; — les franchises justicières de 
Barthélemi Cantamissa, garde de là maîtrise des ports à 
Prades; — la réparation des dommages causés par les 
inondations à Bonpas, Glayra, Yilallonga, Canet et autres 
lieux de la Salanca ; — l'échange d'un paon mâle donné 
par Antoine Plnya, bourgeois de Perpignan, pour une fe- 
melle cédée par le château royal; — l'autorisation donnée 
à l'hôpital de cette ville de faire des « prises et des arcs » 
au mur du dit établissement, du côté des remparts; — la 
levée d'une contribution pour fermer la rupture des digues 
de l'Agli entre Glayra et Saint-Laurent; — la nomination 
de Ferdinand d'Olivega au bénéfice de l'église heremitana 
de Sainte-Marie de Paradis (près de Gornella-del-Bercol) ; 
— la défense faite au bailli de Géret de lever aucune leude 
dans cette ville qui se trouve comprise dans le Icudaire^de 
Gollioure ; — le payement du fermage de la devèse des 
habitants de Prats de Balaguer; — la nomination de gar- 
des de la maîtrise des ports et passages à Bonpas, Salses, 
Opol; — l'élection d'obrers de la prise d'eau ou barrage du 
ruisseau Gomtal; — le don d'une pièce de bois de chêne 
amenée par l'inondation, pour servir de « bassech » d'une 
cloche au couvent de Saint- Augustin de Perpignan détruit, 
il y a un an, par un incendie, attenta miserabilitate dicti 
convenXus qui anno elapso igné deperiit, quod dolenter 
reffertur (10 octobre 1426) ; — la nomination d'un bailli & 
Tura ; — la destruction faite par le prévôt d'Age, moine 
de Ripoll, d'une croix gravée sur un rocher près du pont 
d'Ysogol, pour marquer les limites du bailliage de Bellver 
et de la viguerie de Cerdagne ; — les droits de bailliage, dus 
à Jean Torrent, bailli du Ueu de Saga ; — le moulin possédé 
^ Bolvir par Bérenger de Riu ; — le séquestre mis sur les 
biens possédés à Tbuir par le donzell François de Ribes ; 
— la nomination de Michel Alerigues, orfèvre de Perpignan, 
en qualité de maître de fonte du minerai découvert à Arles 
et Montbaulo ; — la dîme réclamée à des pêcheurs de Gol- 
lioure par le fermier de la Grange de Pujols, pour le thon 
qu'ils ont pris dans les mers ou côtes de ladite grange; — 
l'enquête faite au sujet d'un paon du château royal de Per- 
pignan tué à coups de pierres par une bande d'enfants; — 
la franchise de pacage dans les territoires d'Ovella et de 
Segramorta et dans les ports de Gomell et de Gomabella, 
réclamée par les habitants du diocèse de Vich ; — l'envoi 
de Jean Pi, patron de nef de Gollioure, pour transporter 
des commissaires du Roi en Sicile; — la nomination d'ex- 
perts pour les terres destinées au nouveau ruisseau de 
Thuir ; — le payement des bans des tenanciers arrosants 
d'Espira-de-Gonflent ; — l'élection de deux juifs de Taljama 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

de Perpignan pour la confection des rôles d'imposition ; — 
l'acquit dn droit de < qnirat » à Collioure, par la nef du 
patron Antoine Roig, de Barcelone, allant à Alexandrie; — 
la nomination d'un collecteur des sommes demandées aux 
communautés à l'occasion du mariage de l'infante Eléonore, 
sœur du Roi, avec l'infant Odoart (Edouard), fils aîné du 
roi de Portugal ; — Tautorisation de construire un pont sur 
le ruisseau des moulins à farine dlUe, pour le passage du 
ruisseau de Thuir; — la prise de possession des lieux de 
Saint*Feliu d'amont et d'aval], par noble dame Yolant de 
Perellos ; — la permission donnée à Jean Ganta, bourgeois, 
Arnaud Vila, marchand, et aux autres « joueurs du jeu 
d'arbalète » , de construire un pont sur le ruisseau de Per« 
pignan, devant le veiner près de la porte de Bages; — la 
séparation de la « crida » et de la « correteria » d'Argelès, 
qui appartiennent à Estranya Reig ; — la nomination d'un 
délégué royal pour la foute des mines de cuivre, azur, 
alcoffoll, boliarmin et plomb, trouvées en Berida par Guil- 
laume Andreu, juriste, Pierre Felio, marchand et Huguet 
Tardiu, boutiquier, tous de Perpignan ; — le s^uf-condnit 
accordé, pour accompagner le Roi dans sa prochaine expé- 
dition, aux donzells Arnaud et Antoine Devi, d'IUe ; — l'é- 
tat nominatif des prêtres et bénéfîciers du ch&teau et des 
églises de Perpignan qui sont de nomination royale ; -— le 
sauf-conduit pour les troupeaux qui vont aux pasquiers 
royaux ; — le règlement des dépenses et contributions le- 
vées pour la construction du ruisseau de Bonpas qui a sa 
prise d'eau près du Pont de la Pera de Perpignan ; — la 
réparation du château de Prats-de-Mollo, ajournée à cause 
du tremblement de terre « qui cascun jorn continua » (août 
1428) ; — l'enquête faite au sujet de Pierre Gomte, de 
Bages, qui se prétend exempt du droit de pasquier, en sa 
qualité d'homme propre da commandeur du Mas Deu ; — 
le payement du droit dû par le chevalier Gispert de Tre- 
gura et par son beau-fils Antoine de Vilanova, pour leurs 
possessions de Saint-Feliu d'amont ; — la réclamation dn 
bailliage de Saint-Feliu faite par dame Yolant de Perellos et 
par frère Georges Ferrer, Prieur de Saint-Feliu d'amont, 
qui prétendent l'ane et l'autre avoir droit de nomination ; — 
la destruction de tous les fours à cuire du pain du lieu de 
Glayra, à l'exception du four banal possédé parle chevalier 
Arnaud de Llupia; — la défense faite aux consuls de Prats- 
de-Mollo, d'accorder des permissions de pêche ; — la con- 
fection du < capbreu » (papier terrier) des droits possédés 
en fief dans la vallée de Ribes par Bérenger d^Oms, héri- 
tier des maisons de Mosset et de Saga ; — le refus fait par 
les consuls et prohomens de Saint-Feliu d'avall de payer 
une cloche fondue par Bernard Godinach, t maestre de 
senys > , de Banyoles; — la remise des clefë des portes du 
Volo aux consuls de cette ville ; -— la présentation de Ni- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 151 

colas Amau et autres pour être admis en qualité de t mè- 
nerons » (mineurs), faite par Pierre Comelles, d'Arles, au 
nom de la « Société de sa concession de recherche de 
« mines » ; — le remplacement de François Paschal, châ- 
telain de la Tour du Far, par Pierre Jorda, d'Eslagell ; — 
la nomination d'Arnau Perer, pareur, d'Arles, en qualité 
de délégué royal pour les mines de cette ville, et de Jean 
Gamplan, comme garde des mines recherchés en Vallespir; 

— la défense de percevoir aucunes leudes de terre ou de 
mer à Canet; — l'exemption de leude du Gonflent pour les 
mulets et moutons que G. Fabre du lieu de La Leguna 
amène du royaume d'Aragon ; — la dîme possédée à Salte- 
guel par Catherine Sobira, de Ripoll ; — la criée faite à 
Perpignan, portant défense de frapper ou faire fhipper au- 
cun juif ; — la renonciation du droit sur les scrivanies du 
Gonflent, faite par les consuls de Villefranche en faveur du 
donzell Galcerand de Marça ; — l'amortissement d'un béné- 
fice fondé à Saint- Jacques de Ganet par le prêtre Garrejat ; 

— le recensement des feux de Pezilla et Rivesaltes : dans 
le premier lieu existent 34 feux de contribution locale, et 
28 d'habitants de Perpignan ; dans le second, 27 feux de 
la première catégorie, et 28 appartenant à des habitants de 
Perpignan ; — la nomination à un bénéfice fondé dans Té- 
glise de Thuir par Bernard de Montferrer, dont le patronat 
est réclamé par Jean Tardiu dudit lieu ; — le règlement 
du droit de passage pour aller aux pacages des lieux de 
Real et Vilanova en Gapcir ; — l'enquête sur le « tall » ou 
imposition établie pour la construction du ruisseau de Pe- 
zilla ; — la nomination de répartiteurs pour la contribution 
levée sur les juifs de l'aljama de Perpignan pour la con- 
struction de la nouvelle « scola * ; — le départ d'un gar- 
dien de la porte de fer du ch&teau de ladite ville, * qui 
nccompagne Galcerand Albert, évêque de Malorca; — la 
réclamation de l'évêque d'Urgell contre la leude levée à 
Taltendre, au préjudice des habitants de la vallée de La 
Losa qui sont ses vassaux ; — la discussion à propos d'ar- 
rosage entre Urbain Aygabella, épicier, Amador Albert, 
barbier et Pierre Gomelles jeune, d'Arles; — la prétention 
du Prieur du Mas de la Garripra-sur-l'Agli, d'être exempt 
du droit de c brassatge > payé par les troupeaux qui pas- 
sent à Vinça, droit appartenant & l'Aumône commune de 
Perpignan ; — les dévastations commises au bois de Palan 
en Gerdagne par les habitants de Gaxans, Age et Yilalo- 
bent ; — la mise en possession des revevus de Saint-Feliu 
d'amont et d'avall, en faveur d'Antoine Pinya, bourgeois 
de Perpignan, héritier de feu Yolante de Perellos; — l'ex- 
emption du droit de pacage à Thuir, réclamée par Jacques 
Garbonell, de Gastelinou. 



152 



B. 235. (Liasse.) — 1 pièce, parchemin; S7 pièces, papier 

(latin et i*atalan). 



t4ti^-t4St* — Concession de la sarvivance de la 
procuration royale de Roussillon et de Cerdagne en favenr 
de Bernard Albert, chevalier. — Traités de paix et trêves: 
pour un mois, entre Pierre Galvell et Pierre Manganell, de 
Perpignan; — entre Jean Gonill et François Terrades, 
meuniers ; — pour dix mois, entre Jean Durand» tailleur, 
et François Terrena ; — pour deux ans, entre Raymond 
Horato, prêtre, et Bernard Angles, maçon. — Lettres et 
provisions : de la reine Marie d'Aragon, lieutenante géné- 
rale du royaume, ordonnant de lui transmettre tous les 
Génois arrêtés en Roussillon, et de mettre à exécution une 
sentence rendue dans un procès entre Louis d'Oms, che- 
valier, et la ville de Puigcerda ; — du roi Alphonse: or- 
donnant de saisir en Sicile une somme due par Guillaume 
Bajoles, marchand de Perpignan, ancien fermier des leudes 
de Collioure ; — donnant commission à Galderic Pages, 
docteur en droit, de Perpignan, de juger un procès relatif 
au lieu de Montella en Gerdagne ; — annulant une saisie 
faite à Barcelone, à Tinstance du viguier de Roussillon, 
sur des marchandises de Pierre Trinyach et autres mar- 
chands, de Perpignan, attendu que les susdits ne sont ni 
nobles ni de race noble, non esse militares née de génère 
militari^ sed mercatores^ et qu'ils ne sont pas soumis à la 
juridiction du viguier. — Société pour le commerce du bois 
de charpente, entre deux menuisiers, de Perpignan ; — 
procuration donnée à Bernard Jou, de ladite ville, par Ber- 
nard Sunyer, de Gastello-d'Empories, patron d'une galiote 
mouillée au Port-Vendres de Collioure, pour enrôler des 
marins, n'importe où ni comment, même parmi les crimi* 
nels et malfaiteurs faeinorosos et delatos qu'il pourra au 
besoin faire sortir de prison, en vertu des pouvoirs à lui 
donnés par le roi pour l'armement de son navire ; — sauf* 
conduit donné par Bernard Jou à P. Sot qui s'est engagé 
avec lui pour le service d'une galiote du roi. — Traité 
entre Berenger de Roda, citoyen de Barcelone et Paulino 
Miqui, ce dernier s'engageant à aller dans cette ville où il 
construira un tour à filer la soie ; il travaillera en outre 
pendant six mois au compte du premier, qui lui payera 
15 deniers par livre de soie qu'il filera et lui fournira deux 
esclaves pour son travail. — Reconnaissance d'une, dette 
par Jean Scapat à Jean Gomes, marchands de Perpignan, 
.résidant'à Palerme; — affranchissement fait par Blanca, 
épouse de Jean Pericoles, pareur, de Perpignan^ de ses 
esclaves Sardinya et Lneia, à la condition que celle-ci ne 
se mariera pas sans le consentement de sa mère ; — vente 
d'une esclave noire appelée Gatarina^ faite par P. Nomde- 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

deu, à Bernard Millas, de Villefranche-de-Conflent, pour 
55 livres ; — interrogatoire de deux esclaves qui se sont 
enfuis de Gastello-d'Empories, et payement de 18 sols, 
pour droit c des eaux navales, » an viguier de Roussillon 
dans le ressort duquel ils ont été arrêtés. — Procuration 
donnée par Jean Fabre, donzell d'Ille, à Galvano Salviati et 
Jean Ventura, marchands florentins résidant à Barcelone, 
pour recouvrer deux mille florins d'or sur les revenus de 
la cité de Sacer (Sassarî) en Sardaigne, attribués par le roi 
d'Aragon à Guillaume, vicomte de Narbonne. — Traité 
entre trois pareurs de Perpignan, pour l'exploitation d'un 
ouvroir de draps blancs et en couleur, chemises etc. — 
Sauf-conduit donné par Jean Sort, donzell, patron de galère, 
à Bernard et Guillaume Prada, frères, d'Olette, qui se sont 
enrôlés au service de sa galère pour suivre le roi dans sa 
prochaine expédition. — Notification du remplacement du 
vicomte de Perellos et de Roda, décédé, par noble Raymond 
de Perellos, en qualité de capitaine général des comtés de 
Roussillon et de Gerdagne. — Traités: entre François 
Pages, de Collioure, patron de la nef Santa Maria du port 
de mille tonneaux, et P. Greyxell et Bernard Riambau, 
marchands, de Perpignan, pour l'expédition de 200 ton- 
neaux de vin muscat et autres vins au port de l'Ecluse en 
Flandre, en passant par « Xabessa; » — entre Arnaud 
Taulari, de Collioure, patron de la nef appelée Jhesus du 
port de 300 tonneaux, et P. Crexells, pour l'expédition de 
diverses marchandises, passant parAlacante et allant au 
pays de Flandres ; — entre François de Raxach, donzell, et 
Jean Hontoliu, patron de la nef Sent Miquely pour l'arme- 
ment de ladite nef dans le port de Collioure; le premier, 
en qualité de capitaine, se charge d'y faire monter 30 hom- 
mes d'armes et 100 combattants, marins ou compagnons, 
tous bien armés et munis chacun d*une cuirasse, arbalète, 
carquois et 100 traits par homme, avec les vivres nécessai- 
res; le patron fournira 40 hommes de mer, avec les armes 
voulues, bombardes, poudre, etc.; les prises seront parta- 
gées entre l'équipage et le patron, le capitaine et ses gens. 
— Concession d'un « arenest » situé près du Tech, à la 
prise d'eau des moulins de Nidolères, en faveur d'Arnald 
de Fnrques, docteur en droit, de Perpignan. 



B. 236. (Registre.) — In-folio, 230 feuillets, papier (latin 

ei catalan)., 



U — Notule G de Guillaume Roure, notaire 
à Perpignan. — Réduction de la tasque et du droit de 
oc cossura » d'orge et d'avoine des deux bordes c del Puig 
et Sabatera », sises au Vilar de Vilaplana dans la vallée de 
Prats-de-Mollo, en faveur de Jean Maynada, par le procu- 
jreur de la reine Yolande, veuve du roi Jean d'Aragon. — - 






SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Reconnaissance d'une dette de 23,750 sols à prendre sar 
les revenus du cardinal de Pîse, consentie par te roi 
Afphonse d'Aragon en faveur de Jacques Fabregues, patron 
de nef et marchand de Barcelone; — donation de 10,000 
florins d'or, faite par le même à Jean<-Raymond Folcb, 
comte de Gardona, amiral et capitaine général de l'armée 
de secours expédiée parla principauté de Catalogne pendant 
le siège des cités de Naples et d'Iscla. — Testament de 
Bernard Yvero, menuisier de Perpignan ; — ventes de ren- 
tes sur des maisons de la ville; — protêt d'une lettre de 
change tirée de Gaête par Pierre Ferrer, patron de galère. 

— Autorisations: de racheter une rente donnée par Ber- 
nard Arces, officiai de Jérôme, évêqoe d'Elne ; — de clô- 
turer un carrefour situé derrière le cimetière de l'église 
Saint-Jean de Perpignan ; — inféodation de la « calaho » 
ou bras de mer du nom de c Punta d*En Bosch », à un pê- 
cheur de Collioure ; — ventes de maisons et antres biens 
situés dans cetle ville, à Thuir et Perpignan, saisies sur 
Guillaume Tragtner, ancien fermier des leudes de Col- 
lioure; — payements de sommes accordées par le Roi à son 
« cavalleris » Bérenger de Fontcuberta ; — inféodations : 
de la « scrivanie » de Collioure, à Guillaume Jaume; du 
bailliage de Cornelia-de-Conflent, à P. Bosch ; — collation 
d'un bénéfice fondé dans l'église Saint-Martin du chftteau 
dé Canct ; — concession emphytéotique du moulin à foulon 
de la < Jeheua » (Juive) situé près la porte de Canet à Per- 
pignan; — attribution du bailliage de Torrelles à Antoine 
Devi, donzell; — amortissement d'une table de boucherie 
acquise par la communauté de la ville et vallée de Ribes ; 

— investiture d'un fief honoré consistant en manoir avec 
tour, dtmes et redevances diverses, le tout dans la paroisse 
d'Ille, faite par le procureur royal tenant en séquestre les 
vicomtes d'Iile et de Canet, en faveur du chevalier Dalmau 
de Damius, héritier du chevalier Jean d'Avinyo. — Quit- 
tances des sommes payées à l'occasion du couronne- 
ment du Roi et de la Reine (14S4) par les communautés 
taxées à raison d'un florin d'or d'Aragon par feu : Le Per- 
tus et Panissars, 8 florins ; Garrius, 19 ; Vilanova de Rau- 
teri 8; Serrabona, S; Prades, 32; Calllar, 16; Salra, Au- 
rélia et Guissa, 4; Marquexanes, 13; Les Angles, 7; Sansa, 
8 ; Mathamala, 6 ; La Leguna, 4 ; Arria, 7 ; Fillols, 6 ; 
LIonat, 3; Saint-André de Sureda, 10; Marceval, 3; Le 
Vilar en Vallespir, 10 ; la ville de Collioure, 636 ; Baxas, 83 ; 
Vernet et Castell, 7; Espira de Gonflent, 16 florins pour 
huit hommes propres du Roi qui y résident ; Tura, 6 ; Mont- 
escot, 11; Pezilla, 58; Estagell, 33; Rivesaltes, 63; 
Ayguatebia et Les Pujals, 5 ; Escaro, 6; La Vall del Feu, 
5; Soanyes et Marians, 8; Canavelles, 2; En, 1 ; Prats de 
Balaguer et Fontpedrosa, 6 ; Lugols en Gonflent, 18 ; Cor- 
nella-de-Conflent, 22 ; Salses, 42 livres ; La Torra d*EIne, 

PYRÉNÉBS-OrIKNTAIES. — SÉRIE B. 



COBITÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 153 

18 florins ; Argelès, 200; Saint-Nazaire, K; Formignera, 8; 
Espira en Roussillon, 10; Le Volo, 178; Vallée de Qnerol, 
30 livres; la cité d'Elne, 110 florins, non compris S2 feux 
d'habitants de Perpignan ; Puigcerda, 400 ; Villefranche- 
de-Gonflent, 127; Cornella-de-la-Rivière, 18; TruUars, 
2S; Baho, 12; Palan en Vallespir, 86; Les Fonts, 12; 
Saint-Jean delà Cella, 10; Terrats, 13; Santa-Coloma- 
sur-Thuir, 7 ; Anyils, 6 ; Pia, 36 ; Cabestany, 18 ; Prats- 
de-Hollo, 100; Tordères, 1&; Gortsavi, U livres 2 sols; 
Saint-Laurent dels Gerdans, 86 florins pour 86 feux aux- 
quels cette communauté a été taxée dans l'ancien dénom- 
brement de Cervera, bien que le dernier dénombrement 
l'ait taxée à 18 feux seulement ; Montbaulo, 82 sols 6 de- 
niers; Les Bains d'Arles, 20 florins ; Godalet en Vallespir, 
10; Cases. Noves, 3; châtellenie de Puig Balados, 40; 
Arles, 176; Thuir, 180 livres; l'aljama des juifs de Perpi- 
gnan, 28 florins. — Concessions emphytéotiques : du droit 
de pacage sur les bords de la rivière du Sègre, anx habi- 
tants de Sanavastre; — de parties de chemins abandonnés 
aux territoires de Malloles et de Tolnges; — du moulin à 
farine de Gauohes, à Perpenya Mas; — d'un arenal ou gra- 
vier près du Tech au-dessous d'Elne, à Guillaume Paulet; 

— d'un tomall de remouleur sit\ié près du pont Notre- 
Dame et de la Vassa à Perpignan ; — de la devèse ou pas- 
quier de Prats de Balaguer, aux habitants de la paroisse ; 

— du droit d'arroser diverses propriétés à Perpignan, Orle 
et Halloles. — Sentences du juge du domaine : concernant 
la succession d'un certain Georges Rabasser, drapier, de 
Perpignan, accusé d'avoir pratiqué de son vivant l'art des 
c phitons et magiciens; » — condamnant un écrivain de 
la même ville à remettre à Barthélemi Pinyanà, bourgeois, 
un « capbreu » (terrier) des censives qu'il perçoit à Cabes- 
tany ; — déclarant nulle une concession des scrivanies de 
Puigcerda faite par le Roi à Jean Serda, employé à la Tré« 
sorerie royale ; — déboutant de sa demande le donzell 
Pierre de Stanybos, seigneur des moulins de Rivesaltes dont 
le ruisseau avait été endommagé par des bestiaux amenés de 
France par des bouchers de Perpignan; — autorisation 
donnée à Bernard Bellots, pareur, de construire un moulin 
à farine ou à foulon près du Tech et sous les remparts du 
Volo, avec ce privilège < que toutes les personnes de ladite 
c ville qui sont du ressort du Roi, c'est-à-dire les officiers 
« et fermiers royaux, les flequers (débitants de pain) et les 
€ Juifs, sei*ont du ressort (districtu) dudit moulin. » -^ 
Contrat de mariage de Pierre Vernet, marchand, de Per- 
pignan, avec Marquesa, fille de Pierre de Masguillem, pa- 
reur, d'Olot. — Concession des scrivanies des cours : de la 
viguerie de Cerdagne, à Raymond Dorria; du Gonflent, à 
Jean Sobira; de Thuir, à Pierre Lombart. — Quittance des 
frais d'un procès au sujet des revenus possédés dans la 

20 



15& 

yaUée de Conat par le cbevalier Àban et le donzell Grîmau 
d'Avellanet; — inféodation de la barque établie à Elue sur 
le Tecb, à Jean Illa, marin de Gollioure ; — autorisation 
donnée à un poissonnier de Perpignan, de faire constraire 
un albello (communs) dans sa maison pro neeessitatibus 
personamtn in dicta domo habitancium. — Engagement 
pris à Perpignan (2 juillet 1426) par Ravat de So, Bernard 
de Montfalco et Pierre Carrera, donzells du diocèse d'Alet, 
de serrir pendant 4 mois, cbacun avec son cheval et deux 
hommes d*armes, c'est-à-dire un « pillart » et un page, 
sous le commandement du chevalier Bernarà Albert, pro- 
cureur royal en Roussillon, capitaine des gens d'armes de 
la Principauté de Catalogne et d'autres pays, qui, à la 
prière du rpi de France, vont marcher à son secours pour 
arrêter les ravages commis par le roi d'Angleterre et par 
sa suite, qui, ut fertur, cum maximo exercitu intravit 
regnum Frande ïUud pro suo passe usurpando ; — récla- 
mation de 120 florins de solde avancés à Ravat de So qui 
a refusé de tenir son engagement (22 août) ; — nomination 
d'un collecteur des censlves destinées à l'entretien du châ- 
teau royal de Perpignan. — Concessions: d'un terrain 
vacant au territoire d'Argelès, à Bernard Casaldava; — 
d'une table de boucherie sur la grande place de Perpignan, 
dont le produit 'servira au payement des créanciers de Taur 
cien possesseur. 

B. 237. (Registre.) — In-folio, 30 feuillets, papier (latin). 



ARCHIVES DES PYRÉNÉBS-ORIENTALES. 



u — Manuel de Guillaume Roure, notaire, 

— Actes de la procuration royale concernant : la conces- 
sion en acapte d'un ancien chemin allant de Cabestany au 
fossar des Juifs de Perpignan; — l'abandon d'une vigne 
de six cartonates, faisant un barrai de vin de cens annuel; 

— la concession d'une terre par Jean de Banyuls, cheva- 
lier, seigneur de Banyuls-dels-Aspres; — l'amortissement: 
de 5S livres léguées pour une messe à célébrer chaque se- 
maine dans la chapelle Sainte-Catherine dite « del Ermite, » 
près de Baxas ; de 200 livres léguées pour le bénéfice 
fondé dans l'église de Yinça par François Sapte, prêtre; — 
le bail à ferme des leudes royales de terre et de mer de la 
ville de Collioure ; — le payement de 32^ sols barcelonais 
par le lieu de Glorianes contenant quatre feux, pour le 
4roit du mariage de l'infante Éléonore avec le prince 
Odoart de Portugal ; — Tautorisation d'établir un moulin 
ou tomall à aiguiser au Heu dit Exaugador d'En Grimau ou 
c Costa d'Eu Cayro », donnée à un armurier de Perpignan; 

— le payement de droits de succession par Jean d'Urg, 
donzell, héritier de Pierre Linars, citoyen d'Elne; — l'a- 
mortissement d'un patus acquis par les tisserands de Per- 



pignan pour agrandir lenr hôpital; — le serment prêté par 
Jean Serradell, de Joch, qui s'est fait homme du domainfi 
royal ; — l'arrosage de diverses propriétés aux territoircjA 
de Perpignan, Malloles et Orle; — la concession d'eau h 
prendre dans le ruisseau de Thuir, pour l'arrosage desteiv* 
res de PoUestres ; — Tautorisation donnée à Bernard Nq-* 
guerol et Pierre Selva, de la Bastida, de rechercher des 
mines d'argent au territoire dudit lieu, à la conditioQ, do 
faire tous les frais de recherche ou d'exploitation et de 
donner au Roi la part qui lui revient, savoir, la huitième 
partie, si le quintal de minerû produit deux marcs d'af" 
gent, le sixième s'il ne produit que de deux à six marcs, et 
le quart, s'il produit au delà de six marcs ; ils ne donne- 
ront que le douzième pour les mines de plomb, de fer, 
d'alcofoU et de cuivre. — Reconnaissance d'une somme 
prêtée à Galcerand Albert, évêque d'Elne, par dame An- 
tonia, veuve de Jean Sales, notaire. — Nomination d'ex- 
perts pour l'évaluation du Jïas de la Garriga-sur-Reart dont 
le donzell Pierre de FontcuberU veut faire l'acquisition ; 

— pouvoirs donnés par Bernard Albert, seigneur de Saint- 
Hippolyte, à Berenger dez Catllar, pour mettre qui il vou- 
dra en possession de la cour dudit lieu, — Réductions de 
tasques et de cossures des terres du Mas d'En Sunyer del 
Cabats et d'une ancienne vigne, situées au territoire de 
Prats de MoUo et dépendant de la maison de La Maso tenue 
en fief par Raymond Ça Cella, bourgeois de Perpignan. 

B. «38. (Registre,) — In-foUo, 34 feuillets, papier (latin). 

flAt9-flAS9. — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 

— Concessions d'arrosage et réductions d'agrier pour 
diverses propriétés sises à Thuir et Perpignan ; — rachat 
d'un censal de 20 sols que faisait anciennement la commu- 
nauté de Garrius pour l'entretien du pont de Peracaus ; — ' 
quittances d'appointements de châtelains et de divers em- 
ployés de la procuration royale ; — amortissement d'une 
maison achetée à Perpignan par Pierre Torner, curé de 
Vinça ; — payement d'une rente à Éléonore dez Catllar, 
abbesse de L'Eula; — concession d'un carrero (petite rue) 
situé près du « gramenar » du château royal de Perpignan, 
à Raymond de Perellos, gouverneur des deux comtés ; — 
marché pour la construction de la nora destinée à faire 
monter l'eau audit château; — nomination: de Bernard 
Sedacer, de Perpignan, à la châtellenie de la tour du Far 
de TauUhull, en remplacement de François Pascal, décé- 
dé; ledit Sedacer est remplacé ensuite par Castello Agusti, 
en vertu de provisions royales ; — payement du salaire de 
Raymond Domenech, lehoner ou gardien des lions du 
château royal de Perpignan, avec l'état des frais de nour- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

tfltnre d'un lion, et ceux d*ane lionne qui lai a été confiée 
lé 13 octobre 1431. 



B. 239. (Registre.) — In-folio, 90 fenilieu, papier (latin). 

t49«-t4SS. — Notule de Gabriel Resplant, notaire à 
Perpignan. — Constitution d*une rente par la communauté 
de Ganet en faveur de Jeanne, yeuve de Pierre Ximenès, 
hételieri de Perpignan. — Sauf-conduit du roi Alphonse 
d'Aragon, en faveur du chevalier Gaspar de Sant-Harti, 
eiQEagé à iM>n service pour la guerre de Gastille. — Assi- 
gnations en justice, concernant: Bernard Gencet et son 
épouse, de Perpignan, pour avoir cueilli les raisins d'une 
vigne de Pierre Gencet, bourgeois, pendant que celui-ci 
était à la cour et au service du Roi à la suite de noble 
Raymond de Perellos; — le partage de la succession de 
Francisca, veuve de Jean Fabre bourgeois de la même 
ville, entre ses héritiers, Francisca, épouse de Bernard 
Beuda', et Marguerite, épouse du chevalier Bernard de 
Llapia, d'une part, et les enfants mineurs de Jean Ganta, 
bourgeois ; — un procès entre le chevalier Pierre d'Urg 
el les donzells Georges et Jean d'Urg, frères. — Ventes 
de rentes : sur la communauté de Banyuls-dels-Aspres, 
par Gaucelm de Bellcastell, seigneur de Vilallonga-de- 
Ifl^Salanca et Francisca, son épouse; — sur les biens 
de Guillaume Gralio, recteur de Saint-Jean Pla de Gorts 
et autres, en faveur de dame Vesiada de Gleu et d'Oli- 
vier de Gleu, son frère. — Aveux de divers abus et 
préjudices commis contre le Roi, sa juridiction, ses réga- 
lies, prééminences et suprématies et contre les stils de la 
cour du viguier de Roussillon et Vallespir, par le bailli 
d'Arles, nommé par Bernard, abbé du monastère de ladite 
ville dont il est seigneur; il reconnaît, entre autres, qu'il a 
fait faire des criées illégales hors de la ville, mais il expli-^ 
que qu'elles ont été faites à l'époque du tremblement de 
tdne (1428) , tempore terremoim et quo populus ville de 
Arulis exwerat villam cho(û>itando simuL — Transaction 
au sujet d'une rente, entre la communauté de Vemet en 
Confient et le patron du bénéfice fondé par Jean Puig à 
Sainte-Marie-la-Mer ; — présentation pour le bénéfice 
fondé à Saint-Jacques de Ganet par Bernard Alenya, ma- 
çon ; — reconnaissances de terres sises à Gastell Rossello, 
tenues pour la communauté de l'église Saint-Jean de Per- 
pignan; — procuration consentie par frère Bérenger de 
Pontons, abbé de Saint-Michel de Guxa, en qualité de tuteur 
du donzell Bernard-Raymond de Pontons, fils de Louis de 
Pontons, chevalier; l'abbé déclare qu'outre ses graves 
occupations, non decetnos hineindèpersanaliterdiscurrere 
attenta nostra dignitate. — Acte de répudiation fait par 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 155 

on avocat citoyen de Barcelone, dont la femme ^est enfuie 
à Perpignan avec son amant: le mari prétend que celle-ci 
est passible des plus grandes peines et de la plus grande 
correction etiam capitaU^ selon la eoutume de Catalogne; 
dans tous les cas, la dot qu'elle lui a apportée lui est acquise 
de droit, mais il renonce à toutes poursuites, coneedens tibi 
quod ut honestius poteris vivas et tua négocia géras. -^ 
Vente d'un moulin à huile sis à Perpignan, près la porte 
Saint-Martin, appartenant à Pierre Rossello, barbier; — 
testaments, ventes, obligations diverses, concernant des 
habitants de Perpignan ; — lods de ventes et inféodations 
de terres, jardins et maisons tenus en directe seigneurie ; à 
Perpignan, pour Denis de Pomers, prieur de Comella-de- 
Confient; — à Vemet, pour le chevalier Arnald de Ver- 
niola, seigneur de Calce et de Vemet ; — à Saint-Estève- 
del-Monestir, pour Pierre Gasteilo, bourgeois de Perpi- 
gnan; — à VUanova de Rauter, pour Jean d'Avinyo, abbé 
de la Real. — Lettres du Roi : au sujet de l'abbé d'Arles 
qui se plaint de ce que les fermiers de la leude du Volo 
vont la percevoir jusques dans la ville d'Arles ; — ausiyet 
de Jean de Camplonch, originaire de Bordeaux, qui avait 
placé 84 écns et un fiorin d'or chez un banquier de Per- 
pignan, lequel a déposé son bilan et feeit fugam de abaHU : 
cette somme s'étant trouvée inscrite danales registres- du 
failli, sera comprise dans la liquidation. — Constitution de 
rente par Guillaume Ganta, néophyte (juif converti) de 
Perpignan, en faveur de Charles del Bosch, donzell de 
Castello d'Empories. 



B. 240. (Registre.) — Io^dUo, 846 feidUets, papier (latin et 

catalan). 

fl9«9-t ASA. — Registre IX de la Procuracio ReaU 

— Privilège du roi Pierre 1** d'Aragon, portant donation 
annuelle du dixième des revenus royaux aux Templiers. — 
Charte de Jacques 1*% roi d'Aragon, portant fïranchise allo- 
diale pour un champ situé à Perpignan, entre la Vassa et 
le ravin de Saint-Martin, vendu par Pierre Roma à Ermen- 
garde de Botonach, abbesse de Sainte-Glaire, de la même 
ville. — Donation de 30 livres de rente, faite par l'infant 
Ferrand de Majorque à son écuyer François Dec Fonts, 
donzell, pour qu'il puisse plus honorablement se marier ; 

— sentence qui ordonne de payer ladite rente sur les rêve» 
nus de Calce et de Vemet, rendue en faveur de Francisca^ 
veuve de Dalmau Dec Fonts. — Ordres donnés au bailli de 
Prats de Mollo, pour faire payer tous les ans à l'abbaye de 
Saint-Pierre de Gamprodon 90 setiers de Aroment et 160 
setiers d'avoine, pris sur les revenus royaux de la vallée. 
<— Ventes faites par le roi Jean d'Aragon et par la reine 
Yolande, son épouse : de 1,833 sols 4 deniers de rente sur 



156 ARCHIVES DES PTRÉNÉES-OWENTALES. 

les reyenns de Prats de Mollo, Conat, Gortsavi et Mont- 

baulo, en fayeur d'Ëlëonorej épouse de noble Huguet de 

Santa^Pau; lîonzeH ; — de 3,500 sols de rente sor les 

mêmes lieux et sur les revenus de la Ba^tida en Valle^pir, 

en faveur d*Étienne de Torre, apothicaire du Roi et citoyen 

de Barcelone, qui les revend au chevalier Raymond de 

Llupia dit de Bages. — Pj-iviléges accordés par le roi Jean, 

portant franchises on libertés en matière de dettes pendant 

quatre années, pour les personnes'qui viendront établir leur 

résidence au Volo. — Vente de 6il sols de rente sar les 

revenus de Prats de MoUo et de Conat, par Éiéonore de 

Santâ-Pau, à Jacques Guiraud, de Perpignan; — ces- 
sion d'une rente de 7 livres sur les revenus de Prats de 

Mollo en faveur de l'abbesse de Yall Donzella, par le che- 
valier Georges de Queralt, seigneur de Mosset, en exécution 

du testament de sa mère Éiéonore. — Donation de 57 livres 

de rente faite par Raymond de Llupia à sa fille Bartholo- 

meua, à Toccasion de son mariage avec Berenger Batlle, 

chevalier, de Rivesaltes. — Collation d'un bénéfice royal 

fondé au couvent de Sainte-Glaire de Perpignan, donnée 

par Pierre Arenès, recteur de Domanova, procureur d*É- 
tienne, abbé d'Amer, vicaire général de Jérôme, évoque 
d'Elne. — Confirmation : du privilège des dîmes accordées 
aux Templiers et à l'ordre de Saint-Jean qui leur a succédé, 
par Ferdinand et Alphonse, rois d'Aragon; — des droits de 
justice et autres possédés à Ur et Flori par le donzell An- 
toine d'Enveitg. — Cession de rentes sur La Bastida et 
autres lieux, faite par Gaspar de Llupia, chevalier, seigneur 
de Bages et de Saint-Jean-Pla-de-Corts, fils de Raymond de 
Unpia, en faveur de l'Aumône commune de Perpignan. — 
Concession à François Pastor, notaii*e, du deuxième bureau 
des scrivanies publiques situées sur la place de la cour de 
ladite ville, jusqu'à ce que Pierre Bosqueros, fils du titu- 
laire décédé, ait passé son examen de notaire et soit auto- 
risé à gérer et signer les écritures de son père ; — ordre 
donné au châTtelain dePuig Baladors de maintenir Bernard 
Spia en possession d'un manse qu*il a acquis à Formiguera. 
— Donation de la ville de Thuir faite par le roi d'Aragon 
à Raymond de Pcrellos, gouverneur des comtés de Rous- 
sillon et de Cerdagne et < général des mers, » en récom- 
pen9c des services qu*il a rendus dans le royaume de 
Naples et lors de la prise de l'Ile des Querquens sur la côte 
d'Afrique; — reconnaissance de l'allodialité des dtmes pos- 
sédées dans la paroisse de Campels, dans la vallée de Ribes, 
par Jacques Estève, marchand de Barcelone. — Confirma- 
tion : des scrivanies du Gonflent cédées par la communauté 
de Yillefranche au donzell Galcerand de Marça ; — de l'an- 
cien ruisseau de Gorbera, acquis par Louis d'Oms. — Let- 
tres et ordonnances royales portant : défense à tous notaires 
apostoliques, impériaux, épiscopaux ou autres, à Texcep- 



tion des notaires royaux, d'exercer dans les villes et lieux 
dont la seigneurie appartient au Roi; — Comoussion donnée 
à Mare Johan, de la trésorerie royale, poui* composer avec 
divers usuriers détenus ou poursuivis à Perpignan; — 
cession de rentes sur les revenus de Collioure, en faveur 
de Berenger d'Oms; — vente de la Font Dama de Salses, à 
Jean de Pau, chevalier, huissier d'armes du roi; --* érec- 
tion en < Secca > ou Monnaie Royale des < palais j> et 
autres bâtiments construits et appropriés par Pierre Lobet, 
à Perpignan ; — défense de pécher, chasser ou faire dé- 
paître des bestiaux aux abords de la Font Dama de Salses; 
— levée du séquestre mis sur les lieux de Saint-Feliu 
d'amont et d'avall, Glayra et Saint-Laurent, appartenant k 
Raymond de Perellos. — Criées faites à Perpignan pour la 
publication: de la trêve conclue à Almayano le 16 juillet 
l/i30, entre Domingo, évéque de Lerida, Raymond de Pe- 
rellos, maréchal d'Aragon et de Sicile et Guillaume de 
Yichj ambassadeurs et procureurs du roi d'Aragon, Pierre, 
archevêque de Tiro, Pierre de Peralba, grand majordome 
et Remh*o de Gomi, doyen de Tudela, ambassadeurs du roi 
et de la reine de Navarre, d'une part, et Alvaro de Luna, 
connétable de Castille et Lop de Mendoça, archevêque de 
Sant-Iago, ambassadeurs du roi de Castille; — des franchi- 
ses commerciales accordées aux navires catalans et arago* 
hais, dans les mers de Naples, Gaëta et Pussoles, par 
« illustre dame Johanella, reine de Jérusalem et de Sicile 
<K ou de Naples. > — Bail à ferme de la Secca royale de 
Perpignan, consenti pour cinq ans à François Andreu, 
changeur et à Bernard Riambau, marchand, pour frapper 
des florins d'or d'Aragon au titre de 18 carats, du poids et 
taille de 68 florins d'or au marc de Perpignan. — Conces- 
sion viagère des scrivanies de Gapcir à Jacques Dena, no« 
taire ; — défense faite à Jean, évéque d'Ëlne, de troubler 
Raymond dels Angles en sa possession de la rectorie des 
Angles qui lui est disputée par un certain Jean, français 
d'origine. — Prise de possession de la tour du Far par 
Martin Campla, après décès du châtelain François Pascal ; 
— sentence qui condamne l'abbé de Cuxa à payer les droits 
de leude pour le fer de ses molines (forges) qu'il vend ou 
exporte en dehors du Gonflent; — permission donnée à 
Hippolyte Burges, menuisier, d'établir un cadaffal (amphi- 
théâtre) en bois sur la place du Puig à Perpignan» près de 
la porte de la Miranda, et d'y tenir des « lances de junyiri 
(pour joutes et tournois) ; — sauvegarde pour les trou-* 
peaux qui montent aux pasquiers royaux. — Privilège 
royal, par lequel Barthélemi Dantonio de Ser Bartholomeo 
Nelli, citoyen de Florence, est admis au titre de domesti«-i 
que, familier et commensal du roi. — Prêt de trois caisses 
de passadors (flèches) puniaforts^ de &75 c passadors de 
proua, 9 de 26& c passadors de leua, » provenant du ch&^ 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DBS 

teau royal de Perpignan, à Thomas Taqui, marchand, poar 
l'approvisionnement de sa nef armée ; — leltre de Guicbard 
de RoQgemonty juge de la coar d'Avignon, au sujet d'une 
saisie de vin embarqué à Valence au nom de noble Pierre 
Dumoulin et de Barthélémy de Martine, marchand, d'Avi- 
gnon ; le chargement a été arrêté à Coliioure, sous le faux 
prétexte qu'il appartenait à des Vénitiens. — Conventions 
entre le roi d'Aragon et la communauté de Thuir^ portant 
que la donation qui attribue cette ville à Raymond de Pe- 
rellos sera révoquée, attendu que Tbuir a été précédem» 
ment uni à perpétuité à la couronne ; si ce privilège était 
encore enfreint à Taveuir, cette ville deviendrait, par ce 
fait même, c rue de Perpignan ; » pour le retrait de ladite 
donation, la ville promet de donner au roi 5,000 florins 
d'or d'Aragon de bon poids et en monnaie barcelonaise de 
tern, au compte de onze sols par florin, et cette somme 
sera remboursée au moyen de l'engagement des revenus 
royaux de Thuir pendant un certain nombre d'années ; — 
ordre de remettre dame Marquesa, veuve du chevalier 
Gaspar de Bages, en possession du Uju de la Bastida et des 
rentes de la vallée de Prats, qui avaient été engagés à ses 
auteurs par le roi Jean et la reine Yolande, et que le pro- 
cureur royal avait occupés à la mort de cette dernière ; — 
indemnité accordée à un marchand de Perpignan dont le 
brigantin, venant de Barcelone, avait été attaqué et pillé 
dans le port de Collloure par un certain Barthélemi Terra- 
des, patron de la galiote dite de Iscla^ alors mouillée dans 
ce port: les coupables n'avaient pas encore pu être arrêtés; 
— confirmation en faveur de Michel Cardona, de la dona- 
tion de la vallée de Gonat faite à son père Sperandeu Car- 
dona par la reine Yolande; — autorisation donnée à Louis 
d'Oms, seigneur de l'ancien ruisseau de Gorbera, de pren- 
dre aux territoires de Vinça, Ropidera, Rodés et Cases 
Noves tous les arbres, pierres et autres matériaux néces- 
saires à la reconstruction dudit ruisseau ; — renouvelle- 
ment du privilège concédé aux habitants de Ropidera, de 
pouvoir passer avec leurs bestiaux sur les bords du ruis* 
seau de Gorbera, et même sur le pont dit de Saint-Pierre, 
jusqu*à l'ancienne prise d'eau ; — engagement de revenus 
royaux, pour le remboursement de 34,300 florins d'or prê- 
tés au roi par Jean-Raymond Foie, comte de Cardona et 
amiral des mers, et par son fils Jean-Raymond Foie, 
vicomte de Vilamur ; — défense faite au sous-viguier de 
Vallespir, dont le c . siège et consistoire 9 est fixé au lieu 
des Bains, d'aller établir sou dit consistoire au territoire 
de Montbaulo ; — ordre de mettre Raymond de Perellosi 
capitaine général des armades (flottes) des mers royales, en 
possession des revenus qui lui ont été donnés par le Roi au 
Volo, àGortsavi et Montbaulo; — ordonnances concernant 
la délimitation de la vallée de Conat et le droit de boisage 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 157 

que les communautés voisines ont dans sa forêt; — levée 
du séquestre mis sur les revenus possédés à Flori par le 
Prévôt d'Age ; — mise en devèse de pacage et de chasse 
d'un tènement sis à Perestortes, appartenant à Agnès, veuve 
du chevalier Segner de Perapertusa, dame dudit lieu, en 
récompense des services rendus dans la dernière guerre 
de Gastille par son fils Othon de Perapertusa. — Ordres 
donnés aux châtelains des châteaux < roquers » de la fron- 
tière du Roussillon, de redoubler de surveillance; — no- 
mination d'un bailli pour le territoire de Saint-Estive-del- 
Pi et de Sainte-Eugénie de Labeya, et de portaliers pour 
la garde des portes de Perpignan, savoir de Sant-Marti, 
des Cornes, d'Elna, de Canet, du Peut de la Pera, du Pes 
et du Thoro ; — ordre de saisir chez Pierre Gaytano, ban- 
quier de Palerme, onze onces monnaie du royaume de 
Sicile, déposées par un débiteur de Jacques Foqt, ancien 
fermier des leudes de CoUioure en failli^ e ; — >• donation à vie 
de la scrivanie de la cour de la < Goveroacio » de Rous- 
sillon et de Cerdagne à Jacques de Villa ; — inscription de 
Bernard Albert en qualité de Majordome du Roi; — déli- 
mitation des devèses de Conangles et de Mercadal dans 
les territoires des Angles et de Matamala, appartenant à 
l'abbé de Cuxa; — défense de rendre exécutoire tout rôle 
de tailles concernant les juifs de l'Aljama de Perpignan, à 
moins que les juifs d'Elne n'aient concouru à sa confec-* 
tion ; — remise de toutes sommes dues au roi par les vas- 
saux de Bernard-Galcerand de Piuos, vicomte d*Ille et de 
Canet; — nomination d'un bailli du lieu de Tura qui est 
en paréage entre le Roi et l'abbé de Fontfroide ; — prise de 
possession de rentes sur Prats, Conat et Gortsavi, par Eléo- 
nore, épouse du chevalier Bernard de Centelles, sœur et 
héritière de Georges de Queralt. — Commission de garde 
royal des mines d'or, d'argent et autres métaux, donnée à 
En Ferrando Menero ; — permission donnée à G., évêque 
de Vich, de construire un égout pour les eaux du puits 
d'une maison qu'il possède à Perpignan ; — remise au 
vicomte d'Évol de diverses saisies de bestiaux opérées au 
territoire de Fontrabiosa par les habitants de Puig Bala- 
dors; — donation de 4,000 florins d'or sur ses reve- 
nus du Roussillon, faite par Jean-Raymond Foie, comte 
de Cardona, à son ûls Jacques de Cardona pour qu'il 
puisse vivre plus honorablement, se sustentare in stU" 
dio, et emere libros et alla ad statum. vestrum neces^ 
saria. — Ordonnances de la reine Marie, lieutenante 
générale du royaume d'Aragon: portant défense d'ex- 
porter du blé des comtés de Roussillon et de Cerda- 
gne où la récolte a été assez abondante, tandis que la 
famine désole les pays de Toulouse et presque tout le Lan- 
guedoc ; — autorisant les communautés du Gonflent et du 
Capcir, où la récolte a été insuffisante, à s'approvisionner 



158 



ARCHIVES DES PTRÉNÉES-ORIENTALES. 



en Ronssillon et en Gerdagne; —états des permissions 
d'extraire des grains du Roussilion, données aux commn- 
nautés et particuliers du Gonflent, à divers priyQ^és et à 
des malheureux qui meurent de faim dans quelques lieux 
du Narbonnais et du pays de Fonollet (du 18 octobre 1432 
à juin 1433); — permissions royales d'extraire du blé du 
Ronssillon données : à Arnald-Roger de Pallars, bachelier 
en décrets, chanoine et archidiacre de Gerona, 80 charges 
de froment qu'il pourra faire porter à Toulouse où il réside 
gracia stiidendi ; au comte de Foix, cent charges de fro- 
ment ; au vicomte d*Ille et de Ganet, 16 charges de fro* 
ment, pour sa provision, à Barcelone; à demoiselle Yesiada 
de Gleu, 28 charges, etc. — Défense au bailli de Gollioure 
de connaître d'un délit concernant le fils du lieutenant du 
procureur royal dans cette ville; — enquête sur la succes- 
sion d'une femme publique décédée ab intestat à Perpi- 
gnan, et dont les biens sont réclamés comme vacants par 
le domaine. — Levée du séquestre mis : sur le fief possédé 
à Prats, Bolvir et Eler en Gerdagne, par Blanche, épouse 
du donzell Gabriel de Serabon ; ^- sur un bois situé à Gas- 
tell Rossello, appartenant à Raymond Albert dit de Pera- 
pertusa, chevalier, seigneur du lieu. — Sentence de l'au- 
dience royale rendue en faveur de Jeanne de Perellos, 
veuve du comte de Tonnerre, contre Louise de Mur, veuve 
de Pons de Perellos et épouse du comte de Luna, au sujet 
des droits de succession et autres appartenant à dite Jeanne, 
sur les biens dudit Pons son frère. — Reconnaissance 
d'un fief possédé à Montesquiu par Alissen, veuve de P. 
Gloter et tenu pour le chevalier Berenger d'Oms, seigneur 
dudit lieu ; — autorisation donnée par la Reine à frère 
Perpenya Asemar, précepteur du couvent de Saint-Antoine 
de Vienne, à Perpignan, de prendre une partie de la rue 
dite « del Safranar » pour la construction du chevet de son 
église ; — criées pour défendre de jouer aux jeux de 
« taulella, billes, rutila » ou autres, dans les limites du 
château royal de ladite ville ; — confirmation d'un privi- 
lège du roi Martin qui bannissait les « alcauots » de la ville 
de Perpignan, en défendant aux officiers royaux de les 
soutenir ; — lettre sur la franchise des leudes du Yolo, en 
faveur des habitants de Géret. — Privilège général pour 
la recherche et l'exploitation des mines de Ronssillon, Ger- 
dagne et Gatalogne, en faveur de François Desideri, de 
Barcelone; — renouvellement des privilèges accordés, 
pendant cinq ans, à ceux qui s'établiront au Yolo ; ils ne 
pourront être poursuivis pour dettes pendant cet espace de 
temps; — plaintes contre la négligence de c Tobrer, » qui 
a cessé d'entretenir et de réparer le château royal de Perpi- 
gnan; — réclamation de Raymond Gella, de RipoU, et de 
Gatherine, épouse d'Amald-Guillaume Sa Muntada, au sujet 
d'un fief sis au territoire de Gortsavi, possédé ancienne- 



ment par Raymond d'Argilaguers et qui a été concédé par 
le procureur royal à Bernard Frigola, notaire d'Arles; — 
concession à Jean Bonfill, notaire, d'un bureau de notariat 
sis aux scrivanies publiques de Perpignan, occupé précé* 
demment par Pierre Omos qui a renoncé c a nsar de la 
art de notaria; » •'—autorisation donnée aux obrers de la 
fontaine nouvellement construite sur le Puig des Tisserands 
de ladite ville, pour y amener l'eau du ruisseau royal de 
Perpignan; — confirmation delà franchise des leudes et 
péages, en faveur des habitants de Salses ; — privilège de 
pêche dans le Tech au lieu dit < lo Pas delGau, » en faveur 
d'un habitant des Bains d'Arles ; — sentence qui maintient 
la qualité d'hommes du Roi, seulement à ceux des habi- 
tants de Millas qui ont déjà prêté serment à ce sujet; -** 
permission donnée à la communauté de Thuir de faûre un 
emprunt pour la réparation de son ruisseau. — Attestation 
donnée par P. Marti, écrivain des comptes de la nutison du 
roi d'Aragon, portant qu'an mois de mai 1432, Bernard 
Albert (procureur royal en Ronssillon et Gerdagne) a livré 
à la « cambra > du Roi c una Biblia en vulgar, scrita en 
c pergamins a dos corundells, capletrada en moites parts 
c daur e dasur e de diverses colors; ab alguns senyals, en 
c lo principi de aquella, de les armes de Sant-Johan e dd 
c Mestre de Rodes, que son castells blanchs en camp ver* 
c mell, que son armes propries d'Eredia; son les cli« 
c bertes de ladita Biblia de cuyr. » Ladite Bible a été ra- 
chetée par ordre dudit Roi, pour le prix de cent florins 
monnaie de c reyals » de Perpignan» d'Etienne Ça Torre, 
seigneur de PoUestres, qui la tenait en gage pour ladite 
somme qu'il avait prêtée sur ladite Bible à la reine Mar- 
guerite, laquelle la possédait comme bien de la succession 
du feu roi Martin son mari, de glorieuse mémoire. — As- 
sociation pour rexploitation des mines du Yallespir, entre 
François Desideri et Pierre Gomelles père et fils, Urbain 
Ayguabella et Bernard Frigola, notaire d'Arles, Barthélemi 
Pnjol, de Prats de Mollo, Bernard Mènera, des Bains, et 
Berenger Beneset, citoyen d'Elne. — Donation faite par le 
chevalier Jean de Pau à son frère Hugues de Pau, comman* 
deur de Bajoles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de 
tous ses droits sur la fontaine de Salses, le château des 
Abelles, le lieu de Ginclaus, un moulin dans les fossés de 
Perpignan, la moitié des dtmes de la vallée de Banynls et 
sur ses autres biens; — prise de possession de la fontaine 
de Salses par le donataire. — Bail à ferme du pacage du 
fossar (cimetière) des juifs de Perpignan; — nomination de 
Bernard Jouer, marchand, de Puigcerda, à l'office € d'obrer i 
des travaux royaux en Gerdagne, vacant par le décès d'AiH 
toine Galva, notaire. — Griées faites à Perpignan, défen- 
dant sous peine de mort, de prendre ou de donner aucun 
homme étranger ou non pour le forcer à servir sur aucune 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DBS 

galère» ear le Roi veut que les galères ne soient années dé- 
sormais qae de gens c qnide bon grat se vollen acordar. » 
— Lettres de la reine Marie : concernant les indemnités 
dues anx habitants d*Ille, pour les dommages occasionnés 
àlenrs propriétés par la construction du ruisseau de Thuir; 
^ ordonnant une enquête pour obvier aux dangers qui 
menacent la ville et Téglise d'Ille, par suite de la cons- 
truction du ruisseau de Perpignan» dont la prise d*eau a 
amené des changements dans le cours de la rivière de la 
Tet. — Réclamation du fermier de la leude de Querol con- 
tre un habitant de ladite vallée qui lui devrait 84 livres 
pour 1,400 agneaux, à raison d'une maille pour chacun. — 
Inscription de deux tanneurs de Limoux ? et d'un marchand 
de Toulouse qui se mettent sous la sauvegarde de Raphaël 
Ferrer, marchand et citoyen cle Barcelone, nommé par le 
roi d'Aragon au consulat des Allemands, Savoisiens et 
autres sujets de l'empereur d'Allemagne et du duc de 
Savoie ainsi que des sujets de Limoges, des Toulousains, 
de Saint-Laude (sic) et autres nations étrangères qnelcon** 
qnes, et le reconnaissent comme leur consul et protecteur 
en promettant de payer pour leurs marchandises les mêmes 
droits que les Allemands. 

B. S41. (Registre.) — hi-folio, 106 fenilleU, papier (latin}. 

• 

i409f — i4S4. ^ iVo^ute de Gabriel Resplant, notaire 
à Perpignan, — Testaments : de Pierre Suau, marchand; 
de Marguerite, veuve de Jacques Molères, chirurgien ; d'I- 
sabelle, veuve d'ArnaldMudat, marchand ; de Jeanne, veuve 
de Pierre Andreu, pareur, de Perpignan; — de Bernard 
Hualguer, de Saint-Feliu d'avall. — Ventes : de maisons 
et de terres sises à Perpignan et à Orle ; — de rentes; à 
Marguerite Struch, religieuse du couvent de TEula, à Per- 
pignan et à Barthélemi Montalba, docteur en droit, par la 
corporation des pareurs. — Donation de meubles faite à 
une veuve de la même ville par frère Hugues de Pau, che- 
valier, commandeur de Bajoles ; — procuration générale 
donnée par Pierre Peregri, précenleur de l'église d'Elne, 
résidant à Rome ; — protestation au sujet de la juridiction 
d'Arles, présentée à Pierre de Sant-Marti, viguier de Rous- 
sillon et Vallespir, au nom de Bernard,^ abbé de Sainte- 
Marie d'Arles. — Testament de François Genis, mattre es 
arts et en médecine, de Perpignan, portant fondation d'un 
bénéfice en l'église de Perpignan ; léguant à Pierre Vila, 
chirurgien, le livre intitulé Lectura de Pierre de Padua 
sobre Arktotil, à Jacques Ledo, barbier, lo Rosis e lart 
dlpocras, avec la Praticha de mestre Arnau de Vilanova; 
10 livres à Jauberl Gaucelm, peintre de Perpignan ; 10 li- 
vres à chacun des enfants du chevalier Bernard d'Oms, 



GÛHTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 15» 

c'est-à-dire à Éléonore épouse du chevalier François Des 
Pla, à Louis d'Oms chevalier, Charles d'Oms donzell,. 
François d'Oms chanoine de Gerona, et Élisabet, épouse 
du donzell François de Rexach; — quittance de 30 livres- 
dues par ledit F. Genis à André Vila, recteur de l'étude 
générale (Université) de Perpignan, c pour droits de 
rUniversité, de la cloche et du bedeau. » 

B. 24S. (Registre.) « In-folio, 56 feuillels, papier (\al\n), 

1419 — i4SS. — Notule de Raymond Ferrer, notaire. 
— Quittances de payements faits par la procuration royale : 
réparations et entretien des canaux royaux de Tbuir et de 
Perpignan; — salaires des châtelains et autres officiers et 
employés; — achat de plomb pour affiner le minerai d'ar- 
gent de la mine de Pierre Gomelles d'Arles, découverte à 
Montbaulo; — frais du voyage fait par Bernard Tallada, 
clerc de Perpignan < en divers lieux du Dauphiné et autres 
c parts de France, pour chercher quelques ménétriers pour 
c le roi (d'Aragon) ; » — courriers expédiés au comte de 
Foix, à l'évèque de Gap et autres conseillers du roi de 
France; — réparation de la maison du pas de la barque du 
Yolo ; — achats : d'un « faroner » en fer (pour les signaux 
par le feu) pour la tour du Far de Tautahull ; d'une bom- 
barde fondue à Saint-Feliu d'avall par Guillaume del Arp, 
bombardier de Bordeaux, pour le château de Perpignan ; 
de peignes, de gants, d'étuis garnis de ciseaux et poinçons, 
et de vin muscat de Salses, pour l'usage de la Reine. — 
Lettre du roi Alphonse ordonnant de payer cent florins 
qu'il a donnés à son panicer (pannetier) le chevalier Ber^ 
nard d'Avinyo, pour l'achat d'un cheval qu'il amènera avec 
les autres c qu'il a déjà à notre service pour la présente 
guerre» (5 avril 1430). — Pierre Sola, religieux dominicain 
du couvent de Perpignan et inquisiteur en Roussillon, 
reconnaît avoir reçu comme à-compte de son salaire vingt 
florins d'Aragon, provenant des biens de feu Pierre Dôme- 
nech, tisserand, condamné et jugé par moi, dit-il, comme 
hérétique, lequel a été déterré (dessolerrat) et brûlé. ^ 
Payement de frais de conduite : pour trois charretées 
d'hommes « alcauots, tafurs e del partit »j gens de mau- 
vaise vie, arrêtés à Perpignan et conduits à Collioure ; — 
pour l'entretien d'une lionne remise par le Roi à Pierre 
Roure, lieutenant du procureur royal, et amenée du palais 
majeur de la cité de (Barcelone?) au château royal de Per- 
pignan; — frais des travaux de l'audience du gouverneur 
de Roussillon; — achats d'armes pour les châteaux de la 
frontière; — envoi de fromages de la Vallée de Ribes à 
Barcelone, pour la Reine ; — visite des places fortes, à 
cause des craintes de gens d'armes, et notamment du capi- 



160 

teine Rodrigo de Vilaudrau, qnî se trouve, dit-on, en Lan- 
guedoc avec cinq, mille hommes armés (26 février 1433) ; 
— transport de lettres de Bernard Albert, procureur royal 
en Roassillon et adressées au Roi en Sicile, par Pierre de 
Mediano, patron d'un brigantin. 



B. 243. (Registre.) — In folio, 38 feuillets, papier (latin). 



— i4SS. — Notule de R. Ferrer, notaire. — 
Ordonnances des rois Jean 1" et Alphonse d'Aragon, con- 
cernant les amortissements. — Vente d'une maison sise à 
Canet en faveur de Jean del Pont, notaire, avec lods de 
Bemard-Galcerand dePinos dit de FonoUet, vicomte d'ille et 
de Ganet, et d'Aldonsia, son épouse; — réductions de cen- 
sives pour des terres et maisons sises au VjIo. — Amortis- 
sements : d'anniversaires fondés en l'église Sainte-Marie 
de Puigcerda par Pierre Tartera, recteur de l'église de 
Sainte-Léocadie; — de deux bénéfices fondés dans l'église 
de la Real de Perpignan par Jacma, épouse de Jean Font, 
marchand, et par Paula, épouse de Bernard Berenguer, 
marchand. — Inféodations : de la scrivanie de la cour des 
appels de Perpignan, à Raymond Torrent, notaire ; — 
d'une partie du < gramenar » situé près de la a casa dels 
leyhons », au fossé du château de ladite ville, pour y 
faij'e une aire. — Concession d*arrosage pour un champ sis 
à Orle; — autorisation donnée à Jean Belero, notaire, de 
clôturer une ruelle près de sa maison située près l'église 
de la Real à Perpignan. — Remise de toutes dettes au 
sujet du pont de Peracaus, en faveur de la communauté 
de Pia. — Protestations : des tenanciers de jardins au- 
dessous de la Porte de Bages, à Perpignan, au sujet de 
l'arrosage ; — de Jean Rodon, fermier des leudes de Gol- 
lioure, réclamant des droits sur diverses saisies. 



B. 244. (Registre.) — In-folio, 170 fenillets, papier (latin). 



t49ft — t4Sft. — Notule H de Guillaume Roure, 
notaire de Perpignan. — Concession de la survivance de 
l'office de porter du château royal de Perpignan, en fa* 
veur de Berenger Marti dit Calm, et prise de possession 
après démission de Martin Calm, son frère, qui occupait 
cet emploi ; — confirmation de la concession de Tancien 
ruisseau de Gorbera en faveur de Louis d'Oms, seigneur 
duditlieu; — autorisations d'arroser diverses propriétés 
au territoire de Perpignan ; — sentence qui reconnaît aux 
habitants de Thuir la franchise de leude pour tout ce qu'ils 
feront sortir de la ville de Perpignan pour leur nourriture 
ou pour les besoins de l'agriculture, en tout temps, à l'ex- 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

ception des jeudis et des jours de foire. — Procurations 
données : par Bernard Albert, seigneur de Saint-Hippolyte, 
et par Eulalie, son épouse, dame de Rayners, pour l'ad- 
ministration de ces domaines ; — par Bernard Albert, à 
JeanCorbos, pareur, pour recouvrer une somme de 1,500 
moutons d'or au cours du royaume de France en 1426, à 
lui due par noble Hugues de Lordat, seigneur de Gaseneuve 
au diocèse de Pamiers, et pour enrôler en France tous 
nobles, chevaliers et c généreux » ou autres personnes qui 
voudront aller à cheval on à pied avec ledit constituant à 
l'armée que prépare le roi d'Aragon (avril 1429) ; — à Jean 
Oltzina, secrétaire du roi d'Aragon, pour réclamer de 
Martin, évéque de Clemiont en Auvergne, une dette de 
S40 écus de France ; — quittance d'un legs fait aux Car- 
mes de Perpignan par Raymond Albert, bourgeois, père 
dudit Bernard Albert, chevalier et procureur royal en 
Roussillon. — Concessions de maisons, champs, jardins, etc. 
situés à Perpignan, Canohes, Argelès et Salses; — per- 
mission donnée à une femme d'établir un passage en plan- 
ches sur une rue, pour communiquer d'une de ses maisons 
à une autre située dans la paroisse Saint-Mathieu à Per- 
pignan. — Confirmation de la mise en devèse du communal 
de Saint-Feliu d'avall ; — permission d'établir un tornall 
de remouleur dans le fossé de la porte de Sainte-Colombe, 
à Thuir; — remise de droits de commise de rentes ou 
autres propriétés, en faveur du couvent de Saint-Augus-- 
tin et de l'ëglise Sainte-Marie-du-Pont, à Perpignan. — 
Protestation du chevalier Bernard de Gentelles, seigneur 
de Mosset, contre une concession d'eau accordée au che- 
valier Jaspert de Tregura, seigneur de Paracols. — Lettre 
de la reine Marie, lieutenante générale du royaume, 
ordonnant la cessation de la guerre entre les habitants de 
Perpignan et Raymond de Perellos, seigneur de Millas, 
Thuir et Castellnou ; — les habitants de Perpignan avaient 
marché en armes contre le lieu de Millas, ob ils avaient 
commis divers dégâts et opéré des arrestations d'hommes 
et des saisies de bestiaux; Raymond de Perellos était 
accusé d'avoir établi à Castellnou, une multitude de c gens 
de partit » et de brigands qui commettaient toute espèce 
d'excès ; de leur côté, les habitants de Thuir, qui n'avaient 
pas voulu reconnattreR. de Perellos en qualité de seigneur 
de cette ville, avaient résisté à l'autorité royale; — répon- 
ses des consuls de Perpignan, du procureur royal, du 
viguier de Ronssillon et deR. de Perellos, à la lettre de la 
Reine. — Sentence arbitrale relative à une rente de mille 
sols sur les leudes de Perpignan, possédée par indivis par 
Romeu de Sant Ylari, citoyen de Barcelone et Marc Dez 
Lor, chevalier. 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE; DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 161 

de la Reine, prétend maintenir le séquestre, « attendu que, 
€ selon les stils, on n'admet pas Fimposition d'interdit en 
« ce pays, et, s'il y en a eu d'imposés, les évoques ont dft 
9 avouer qu'ils ne pouvaient le faire et ils ont été obligés 
« de les retirer et facere debitam submissionem, ut cons- 
« tat in registris vicarie Rossilionis. » 



B. 245. (Registre.) — In-folio, 40 feuUlets, papier (latin). 

t99ft - 1486. — Notule de Raymond Doria, notaire 
de la procuration royale. — Autorisation donnée par le 
chevalier.Guillaume Sespuyola (seigneur d'Olobde en Cer- 
dagne), de faire une prise d'eau dans la rivière dite Riu 
Duran, pour un moulin à farine situé au territoire d'Ysogol ; 

— renouvellement de cette concession par le procureur 
royal. — Commission de Nicolas Amat, en qualité de 
représentant, à Perpignan, de Raphaël Ferrer, consul des 
Allemands, Savoisiens et « nations de Limoges, Toulou- 
« sains et Saint-Laudi. » — Actes du procureur royal, 
portant : investiture du Mas Carbonell situé dans] la 
paroisse Saint-Saturnin de Gaborriu-de-Thelo, en faveur 
de G. Barber, de Puîgcerda; — amortissement : des legs 
testamentaires de Guillaume Bonet, apothicaire de Ville- 
franche-de-Confient, faits à l'hôpital du Pont et à l'église 
de ladite ville; d'un patus acquis par Bernard Quexans, 
recteur de Llivia ; des quêtes faites pour l'entretien d'une 
lampe dite de « Saint-Vincent >> et des legs de Pierre Galva, 
en faveur de l'église de Llivia; — retrait d'autorisations pour 
deux tables de boucherie établies en dehors de la cami- 
ceria de Puigcerda; — payement par anticipation d'une 
somme due par Bernard Rovira, marchand, de Llivia, 
pour droits de lods des dîmes de ladite ville; le procureur 
royal déclare que ce mode de payement a été ordonné 
pour subvenir aux frais causés par les désastres survenus 
en Italie où le roi d'Aragon a été fait prisonnier par les Gé- 
nois, pro/jï^r tmtemet amarlssimam capcionem, fortuna 
adversante^ in personam illustrissimi domini régis, quam 
proch dolor ! stispirando ex corde profundo, cogor propa- 
lare, sequtam (6 déc. 1435); — confirmation de la dîme 
dite deumar de Cortsavi, possédée par Jean de Stameriu ; 

— bail en acapte de la scrivanie de la cour du bailli de 
Perpignan, en faveur de Pierre Barrera et de Jean Moner, 
notaires; — concessions de terres sises à SalsesetàThuir. 

— Provisions de la reine Marie d'Aragon, concernant : 
l'arrestation d'un écrivain, d'un cordonnier, et de deux 
pareurs, de Perpignan, réclamés, comme tonsurés, .par 
l'autorité ecclésiastique; — Ermengald Grimau, clerc 
marié (conjugatus) de la même ville, arrêté par ordre de 
Louis de Perellos, vicomte de Roda, lieutenant du gouver^ 
neur, comme complice de l'assassinat de Guillaume Ama- 
rell ; la liberté de ce détenu ayant été réclamée d'une 
manière inconvenante par un prêtre, commissaire de l'offî- 
cîal, et le gouverneur l'ayant aussi fait arrêter, Tévêque 
lance l'interdit sur la ville de Perpignan; Louis de Perel- 
los fait saisir les revenus de l'évêché et, malgré les ordres 

Pyrénées-Orientales. — Série B. 



B. 246. (Registre,).— In-folio, 90 fenUlets, papier (latin). 

tSOâ - t4S9f. — Concession des justices civiles des 
lieux de Sansa et d'Eyna, faite à Raymond, prieur de Cor- 
nella-de-Conflent, par Jacques I"', roi de Majorque ; — 
vente du lieu des Horts et de divers droits sur Secdenya, 
Juncet, Marioyans, La Guardia, Mirles et Flaça, consentie 
par Pons Guilhem, fils de Bernard Guilhem, de Villefran- 
che, à Pons Durand, jurisconsulte de Perpignan; — 
sentence de noble Guillaume de Canet, commissaire délé- 
gué par le roi Sanche de Majorque, portant règlement de 
limites entre la ville du Volo et le lieu de Saint-Martin de 
Fonollar, dont la seigneurie appartient à Pierre de Sant- 
Marti, chevalier, de la Roca ; — conventions entre les 
commissaires du roi Pierre d'Aragon et le prieur de Cor- 
nella, pour la confirmation des justices concédées à ce 
monasière par leroi de Majorque;— vente des justices cri- 
minelles avec mère et mixte empire possédés par le roi 
Alphonse d'Aragon dans le territoire de Reynès en Vallès- 
pire, en faveur du chevalier Dalmau dez Volo, pour le prix 
de mille florins d'or; les justices civiles et autres droits 
seigneuriaux du même lieu appartiennent à Eulalie, épouse 
de Bernard Albert, maréchal et conseiller du Roi. 



B. 247. (Liasse.) — 7 pièces, parchemin; 15 pièces, papier 

Oatin et catalan). 



tSS9 - t4S9f* — Lettres du viguier de Gerona, 
dénonçant au roi de Majorque Tinvasion et le pillage du 
ch&teau de Vilabin, situé dans sa viguerie, opérés par les 
chevaliers Ermengald d'Alenya seigneur d'Avalri, Hugues 
de Cuyxos, Bernard de Corbera, Raymond d'Urg, Beren- 
ger d'En, Bernard d'Enveitg, Bernard de Castelet, Fran- 
çois de (ioernau et autres sujets roussillonnais. — Provi- 
sion de Pierre III, roi d'Aragon, ordonnant aux procureurs 
royaux de Roussillon et de Cerdagne, de remettre à Jacques 
Roig, son trésorier, chargé spécialement des dépenses de 
la maison du Roi, tous les fonds provenant de leur adminis- 
tration, après avoir payé les sommes affectées à la garde 
des châteaux, aux rentes viagères, aux salaires, pensions, 
indemnités et dépenses ordinaires des employés et des 

21 



162 



ARCHIVES DES ^VrÉNÉES-ORIENTALES. 



chapelains; — quittances du salaire de Guillaume de Bel- 
lera, gouverneur des deux comtés. — Ordonnance du roi 
Jean l*', sur le mode d'effectuer les payements et de 
Térifier les comptes de la procuration royale. — Lettres 
et provisions du roi Martin : autorisant le procureur royal 
à s'adjoindre tel juge qu'il voudra, pour la décision des 
causes patrimoniales ; — révoquant Raymond Traginer, 
lieutenant du procureur royalà Collioure; — ordonnant 
l'exécution des pragmatiques-sanctions, statuts, stils et 
provisions concernant la conservation, l'intérêt ou le 
recouvrement du domaine royal; — nommant François 
Juliâ à l'emploi de nourrisseur des cerfs et paons qui sont 
ad nostri delectiohem et usum au château royal de Perpi- 
gnan ; -— quittances d'orge et de mil destinés à la nourri- 
ture desdits cerfs et paons. — Lettres et provisions du roi 
Alphonse d'Aragon, posant : nomination de Barthélemi 
Miralles, à la charge de régent de la procuration royale et 
des fiefs, commissaire des amortissements et niaître des 
ports et passages de Roussillon et de Cerdagne ; — noti- 
fiant la confirmation des pouvoirs donnés par le roi Ferdi- 
nand à Jean de Ribesaltes pour la conservation du domaine 
royal; — ajoutant de nouvelles attributions à l'office de la 
procuration royale ; — défendant à tout officier royal d'in- 
tervenir dans aucune affaire concernant ladite procuration ; 
— évoquant à l'audience royale un procès entre Pierre 
Tregura et Etienne Joffre, charpentiers, employés aux 
travaux du château royal de Perpignan. — Lettres et 
ordonnances de la reine Marie, lieutenanle générale du 
royaume, adressées à B. Miralles: pour réclamer l'envoi 
des sommes provenant des saisies faites sur les exportations 
frauduleuses ; — donnant commission à Guillaume Roure, 
notaire de Perpignan, pour la confection des e capbreus » 
ou papiers terriers royaux; — évoquant à l'audience royale 
les affaires et procès : de Bernard Giginta, de Rivesaltes, 
contre le donzell Bèrenger de Montoliu; de Caterina, 
esclave ut serva detenta^ contre Jacques Boffill, briquetier, 
de Perpignan; — concédant à la communauté de Salses le 
droit de percevoir pendant vingt-cinq ans les droits de barre, 
établis primitivement pour la réparation et l'entretien du 
pont du Moulin Stremer; les sommes en provenant seront 
employées audit entretien ainsi qu'à celui des chemins 
et murs de la vil le. 



B. 248. (Registre.) — In-foUo, 18 feuiUets, papier (latin). 

*A^A-iA»*» — Notule de Gabriel Albert, notaire de 
Perpignan. — Reconnaissances de fiefs faites au procureur 
royal : par Raymond Mulner, notaire de Puigcerda, d'un 
téuement dans la dtmerie de Sainte-Eugénie de Pallarols ; 



— par Mathieu d'Alp, des justices du château de Via; — 
par Bernard Parayre, du quart des dîmes d'Hix ; — par 
Pierre Carbonell, de Gorguja et Mathieu Duran dit Car* 
bonell, de Llivia, de la sixième partie des dîmes de Llivia; 

— par le bénéfice fondé à Saint-Pierre de Ripoll par 
Pierre-Bornard de Casanova, du tiers de la dîme de la 
paroisse de Siânte-Marie de Ribes ; — par la communauté 
de Ger et de Niula^ du droit de boisage et de pacage dans 
la forêt de Ger; — par la veuve de François Planella, de 
Puigcerda, de la moitié des droits féodaux du manse « d'En 
Iglea de Nabuja» et d'un cortal avec ses dépendances situé 
au a port » de Salagosa près du Rigat d'Allo, possédé par 
indivis avec les héritiers Calva ; — par Jean Pera, mar- 
chand de Puigcerda, du manse dit < de Jean Sicard > sis 
au lieu de Caborria de Telle dans le bailliage de Bellver ; 

— par Jacques Casadall, de diverses possessions au terri- 
toire d'Ail; — par Jean Cadell, donzell, des justices du 
lieu d'Arceguel ; — par Raymond de les Ères, de Bolvir, 
d'un manse sis à Niula; — par Pierre Hurus, châtelain de 
Querol, du bailliage des tasques, censives et autres revenus 
du Roi dans toute la vallée de Querol ; de si^L mesures de 
seigle et une mesure de froment dit tremeso^ qu'il reçoit 
pour droit de levée sur les dîmes de ladite vallée; de mai- 
sons et greniers et de cinq parts des moulins à farine de 
Porta ; — par Jean Puig, marchand de Puigcerda, de la 
dîme du lieu d'Odello en Cerdagne ; — par Jean Torrent, 
d'un manse ou alberch et du bailliage qu'il possède à Saga; 

— par Pons dez Catllar, chevalier, châtelain et bailli du 
château royal et du lieu de Llivia, pour la tour dite « d'En 
So D et les autres propriétés et droits qu'il possède à Llivia 
et dans son district. — Actes du procureur royal, portant 
autorisation : pour Pierre Oliveda, du lieu de Querol, d'éta- 
blir un moulin à scie dans la Coma de Camp Cardos; — 
pour Jacques Arquimbau, hôtelier de Bellver, de construire 
un four dans sa maison pour le pain qui lui sera néces- 
saire, pourvu toutefois que le châtelain de Bellver ne s'y 
oppose pas. — Amortissements de legs faits aux églises 
de Llivia et de Quexans, et d'acquêts faits par un chanoine 
de Sainte-Marie de Tello ;— concession accordée à la com- 
munauté de La Llagona de mettre en devèse une partie 
délimitée de son territoire. — Demande adressée par 
Narcisse de Sant-Dionis, chevalier, ancien viguier de 
Puigcerda, à Louis de Perellos, vicomte de Per elles et de 
Roda, lieutenant de son frère Raymond de Perellos, gou- 
verneur de Roussillon et de Cerdagne, pour qu'il considère 
comme nulle et non avenue une citation faite à l'official 
d'Urgell à l'instance de deux religieux de Puigcerda; — 
nomination d'un bailli à Llo par Louis de Perellos, seigneur 
dudit lieu. 






SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 



16S 



B. 249. (Registre.) — In-folio, 60 feaillets, papier (latin). 

tSt9-t'AS9. — Notule de Guillaume Roure, notaire. 

— Statut du roi Sanche de Majorque relatif à rétablisse- 
ment des tisserands de Perpignan sur le Puig de ladite ville. 

— Cession de droits sur une maison sise à Perpignan, par 
Guillaume Trilla, du lieu de La Tour; — prêt d'argent par 
Antoine Pons, écuyer du chevalier François de Pau ; — 
don de cent livres de Barcelone fait par Arnald Paladar, 
prêtre, pour les travaux du ruisseau royal de Perpignan. 

— Amortissements: jJbur Thôpital des Tisserands de ladite 
ville, d*une rente de 12 livres sur une maison publique ; — 
pour l'église laReal, d'une charité instituée par Jean Garolf; 

— pour r Aumône commune de Saint-Sauveur d'Arles, 
d'un acquêt de 280 livres. — Contrat de mariage de Ber- 
nard Ciffre, marchand, de Perpignan, avec Jeanne Blanch ; 

— donation de biens par Agnès Griffa de ladite ville, à 
Bérenger, son fils ; ^- promesse d'une rente viagère de 
30 livres faite par Guillaume Roure, notaire, à Raymond 
Ferrer, écrivain de la procuration royale, à condition que 
celui-ci fera démission de son office en sa faveur; — lettre de 
la reine Marie d'Aragon concernant un procès de l'office des 
drapiers en laine de Perpignan contre Biaise Morata, tis- 
serand, pour avoir fabriqué une palmella d'étoffe noire ad 
modum Vervitii] — renonciation d'une des « scolanies » 
du château royal de ladite ville, par Michel Gitard, clerc. 
— Actes du procureur royal, portant : concession d'un ter- 
rain inculte situé près de la Tour de la Gardia à Collioure, 
en faveur de frère Laurent Prats, ermite de ladite ville ; 

— confirmation d'un mallol sis à Cortsavi, acquis par 
Pierre Gomelles, d'Arles; — réduction d'agrer d'un champ 
de Jacques Raull, de Salses; — vente d'une maison appar- 
tenant à un habitant de Perpignan qui a quitté cette ville 
ob tnolem débitorum ; — lods des ventes : d'une partie des 
dîmes de Llivia, acquise par Bernard Rovira ; des biens 
d'Antoine Montserrat, marchand, acquis par Jaufred d*Abel- 
lars, donzell, à Perpignan. — Rachat d'une rente constituée, 
par Catherine Cornes, épouse de Jacques Boxois, licencié 
en droit. — Vente de Tarrière-dîme ou onzième des revenus 
des habitants de Saint-Hippolyte, consentie pour cinq ans 
par la communauté à Bernard Albert, seigneur dudit lieu^ 
pour 195 livres ; — bail à ferme de tous les revenus et droits 
de l'évêché d'Elne, consenti pour quatre ans, ou jusqu'à 
parfait payement de cent dix mille sols barcelonais valant 
dix mille florins d'or d'Aragon, consenti par le procureur 
de l'évéque Galcerand Albert en faveur de sou frère, le 
chevalier Bernard Albert, seigneur de Saint-Hippolyte, 
pour le remboursement de la somme susdite qui a été prêtée 



par ce dernier à son dit frère « pour obtenir {racione 
c optentus) les évêchés de Majorque et d'Elne, et qui a 
« été réellement payée à la chambre apostolique^ c'est-à- 
c dire, au très-révérend seigneur Pierre, cardinal de Foix, 
< alors légat du siège apostolique en ces pays, ou, par 
c son ordre, au roi Alphonse d'Aragon. 9 



B. 250. (Liasse.) — 6 pièces, parchemin; 18 pièces; papier 

(latin et catalan). 

lSft9-t489. — Conventions faites au château de 
Caller (Cagliari) dans l'île de Sardaigne entre Jean Geli et 
Guillaume Laurador, marchand, de Perpignan, au sujet 
d'une somme de 201 livres en monnaie de petits alphonsins, 
provenant de Raymond et Guillaume Scuder, frères, de 
Perpignan, morts de la peste audit Calier (en 1348) mortes 
litatis seu pestis tempore per unîversum orbem invalentis. 
— Commission donnée dans le consulat de mer de Perpignan 
à Jacques Cases, d'Arles, par les commanditaires et créan- 
ciers de feu P. Ferrer, pour aller dans l'île de Chypre où 
il recouvrera les biens dudit Ferrer et en ira employer le 
prod.uit à Domas (Damas) en achetant du poivre, du gin- 
gembre et de la girofle; — BarthélemiMajench, marchand, 
de Perpignan, reconnaît avoir reçu de Jacques Sere, 
menuisier de ladite ville, 22 pièces de drap et trois gerres 
de miel qu'il se charge de porter de Collioure à Alexandrie 
(Egypte) ; — conventions entre des marchands de Perpignan 
et Jean Mares, patron de nef, de Collioure, pour le voyage 
de Barat (Syrie); le navire aura, entre autre armement, 
4 bombardes « ab XL pedres; » — accord entre P. Bonet, 
P. Genset et Jean Lobera, marchands, de Perpignan, et 
despatronsdegalèresdeBarcelone,pourlevoyagedeBarutet 
de Domas ; — vente de la nef appelée « Sant-Anthoni », faite 
à Collioure, à divers marchands et banquiers de Perpignan, 
par le patron François Stanyer, de Majorque ; — sentence 
arbitrale sur les sommes dues par G. Bruguera, G. Gavella, 
Bernard Bosom et Raymond Tinart de Perpignan, à Bernard 
Vidal, patron d'un « leny ; » — traité entre deux mar- 
chands de fourrures, pour la fourniture de peaux de lapin 
des pays d*Orta, de Litera, de Ribagorça et de la Ribera 
de Cinca, au prix de 2S sols « per vestit. » — Acte de 
société pour le commerce de Sicile entre quatre habitants 
de Perpignan; chacun apportera 300 livres et la société 
durera deux ans ; Antoine Montserrat sera tenu de faire 
fabriquer des draps de laine chez lui, à Perpignan, en 
s'aidant de sa femme et d'une servante pour ce travail ; 
Bérenger Macîp sera chargé d'apprêter les draps ; Pierre 
Tallavis les fera « tixer e tenyer » (teindre), et Pierre dei 
Puig, qui résidera en Sicile, à Syracuse, à Catane ou à 



16& 



ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORJENTALES. 



Messine, y fera vendre ces produits dont il renverra la 
valeur à Aigues-Mortes ou à Majorque et autres ports de 
Catalogne, à Texception du royaume de Valence ; pendant 
toute la durée de la compagnie, les deux régisseurs devront 
mettre la marque de la société (Ggurée dans l'acte) sur 
tous leurs envois, ballots et lettres; — convention passée 
. à Messara en Sicile, entre Jean Font et Georges Barbaroja, 
marchands de Perpignan ; le premier remet quatre pièces 
et demie de draps de Perpignan et trois pièces de draps de 
Cerdagne, le tout d*une valeur de 83 livres de Barcelone; le 
second les portera par le navire de Simon Moncoffa, de 
Barcelone, partant de Messine, et les vendra ou échangera 
en Orient pour du gingembre (zin%iparo)y de la girofle 
(garoffa)), de la soie (bonbicé) y ou des esclaves âgés de 12 
à 20 ans, qui seront adressés à Messine, à Syracuse en 
Sicile, à Aigues-Mortes, ou en Catalogne. — Donation 
d'une terre sise à Torrelles, faite par Michelle Mestre, du- 
dit lieu, à Jean delPont, notaire, en présence de Guillaume 
Tolosa, juge de Torrelles pour Bernard-Galcerand de 
Pinos, vicomte d*llle et de Canet; — autres acquisitions de 
biens sis à Canet par ledit Jean del Pont: — Inventaire des 
biens meubles d*Arnald Tixedor, de Serrabona, dressé 
par Pierre Civenach, bailli du lieu et approuvé par frère 
Barthélemi Montaner, chanoine du prieuré de Serrabona ; 
— contrat de mariage de Bernard Cifre, de Perpignan, 
avec Jeanne Blanch. — Lettres : de Jacques Veyrach, du 
lieu de Monclls, à son oncle Duran Aldrich dit de Veyrach, 
peaussier, de Perpignan, le priant de jurer le traité de paix 
et trêves qu'il a déjà conclu pour tous ses « valedors » avec 
les familles Serdaet Mascardell; — d'un habitant de Per- 
pignan à un notaire de Barcelone, le chargeant de lui 
acheter une esclave de plus de trente ans « que aya bon 
seny, ' et lui demandant à quel prix pourrait se vendre 
dans cette dernière ville un enfant naturel (bort) d'une 
esclave, âgé de quatre ans et demi environ et dont on lui 
offre déjà 35 livres ; — enquête sur l'enlèvement d'esclaves 
et autres biens meubles de la maison de G. Nomdedeu, de 
Perpignan, dont les biens avaient été mis sous séquestre 
par le député local du général de Cat'ilogne; — paix et 
trêves signées entre Jean Fabre, de Vingrau et les frères 
Salvat, d'Opol, avec leurs amis, parents et valedors. — 
Vente de rentes sur divers habitants de Vilallonga près de 
Comprodon, faite par François et Guiliaume-Blaise de 
Rexach, fils de Raymond de Rexach, en faveur de Jean 
Belero, notaire* de Perpignan, pour le remboursement de 
191 livres 15 sols dus à ce dernier pour avoir fourni 82 
charges de blé dont il a été fait du < pain à biscuit », 
pour l'approvisionnement de la galère dndit François de 
Rexach mouillée au port de CoUioure et destinée au service 
du roi d'Aragon dans le royaume de Naples; — quittances 



du traitement d'Antoine Gonsalvo, l'un des deux vergiers 
du gouverneur de Roussillon. 



B. 251. (Registre.) — In-folio, 24 feuillets, papier (latin et catalan). 

t4SO-t4S9. — Manuel de Raymond Ferrer, notaire. 

— Notes lie quittances, obligations, dépenses et autres 
actes de la procuration royale; — prestation de serment 
devant le sous-bailli de Perpignan, par Michel Estagell, de 
Vilallonga, pour être compris dans les paix et trêves jurées 
entre son père, Guillaume Coma, de la Roca, et Sauveur 
Vallespir, d'Elne. — Permissions données : à Martin de 
Burgo, gentilhomme, Michel Ferrandez, dePalencia, frère 
Jean et Gonsalvo Rodrigues, de passer librement avec les 
espèces monnayées nécessaires pour aller jusqu'à Rome ; 

— à Martin de Xamirs, de faire sortir du Roussillon trois 
chevaux « qui sont du roi de France, 9 l'un de < pel 
avelutat j» (poil velouté), un autre « pel rodet j> et le 
troisième de « pel bayart scur. » — Cession de droits 
sur une maison d'Argelès, en faveur du domaine, par Jean 
Oller, archidiacre de Confient. — Payements : des arrérages 
de censives dues par la communauté de Pia pour le ruis- 
seau du Pont de la Pera ; — de peignes fabriqués pour la 
reine par R. de Lorach, de Perpignan; conformément au 
modèle transmis par Sa Majesté « a mostra de una pinta 
de vori la quai trames la Senyora Reyna; » — Berenger 
Vilar, de Thuir, se fait homme du Roi en payant un droit 
d'entrée de 5 sols et un cens de 1^ deniers par an. — 
Amortissement du bénéfice fondé à la Real par Paula 
Berenguer ; — règlement des droits de fief dus par Jean de 
Stameriu succédant à Raymond d'Argilaguers; — cons- 
truction d'échelles pour la tour majeure de Bellegarde ; — 
envoi de six « paveses » pour le château de CoUioure ; — 
remise de trois bombardes de < coyre 9 (cuivre), pour le 
château de Perpignan ; — transport de trois charretées de 
bancs, bombardes et < autres artilleries, » de CoUioure à 
Perpignan ; — travaux de maçonnerie d'une tour de Força 
Real. 

B. 252. ^Registre.) — In-folio, 116 feuillets, papier (latin). 

t48<l-t4kS9. — Notule de Bernard Borga, notaire à 
nie. — Traité entre Louis d'Oms, seigneur du ruisseau de 
Corbera, et la communauté de Bula Terranera, sur l'arro- 
sage dej ce territoire avec l'eau dudit ruisseau, les habi- 
tants s' engageant, entre autres choses, à construire un 
mur au torrent de Mont Jusic et à réparer l'aqueduc de 
Rocha Colomera. — Concession de franchises faite à la 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

communauté de Bula par Jean de Llo, donzell, procureur 
général de Bernard- Galcerand de Pînos dit de Fonollet, 
vicomte d'ille et de Canet, et seigneur dudit lieu, portant 
exemption de droit d'alienetur (mutation) de borde et par- 
ties de borde : quod borde et squerde bordamm deinde non 
sint borde, ymo possint vendi et alienari per partitas vel 
insimul, etc. — Contrats de mariage, testaments, ventes 
et autres actes concernant les habitants ou le territoire de 
Bula; — prise de possession de la rectorie de l'église pa- 
roissiale Saint-Sulpice dudit lieu, par Pierre Carcanera, 
d'Ille, pourvu par le pape, sur décès de François Marques; 

— vente d'une table de boucherie située sur la place, pour 
le prix de 20 livres qui ont servi au rachat d'une renie de 
30 sols faite tous les ans à la communauté ecclésiastique 
de Bula pro precio atiticho dicte tabtUey etc. 

B. 253. (Registre.) — In-foUo, S34 feuillets, papier (latin et catalan). 

tS4l-t496i — Registre VI de la Procuracîo ReaL— 
Registre de les cartes e provisions régals e altres fahents 
per los officis de aquests comtats, e altres tocants lo Patri- 
moni Régal, — Concession de la châtellenie du chftteau et 
de la forteresse de Llivia et du bailliage de ladite ville, 
faite par Jacques II, roi de Majorque, en faveur de Jean 
de So, vicomte d'Évol et de ses successeui's, avec un 
salaire de 100 livres et le blé perçu, en raison de ladite 
châtellenie, sur les habitants de la ville et de son ressort; 

— vente de ladite châtellenie par Bernard de So, vicomte 
d'Évol, fils de Jean, à Pons dez Gatllar, donzell, pour 
13,000 sols barcelonais; confirmée par le roi Pierre III 
d'Aragon. — Provisions de ce dernier Roi : assignant les 
dîmes de la Bastida en Yallespir, de Tétang de Salses, de 
Salvaterra, et 7 parts sur 24 de la dlme de Vernet, pour 
l'entretien de trois chapelains et deux t scolars » ou clercs 
établis dans la chapelle Saiute-Croix du château de Perpi- 
gnan Bar Jacques I", roi de Majorque, de deux autres cha- 
pelains établis par le roi Sanchc, et d'un autre établi « par 
c( un familier ou domestique desdits rois » dans la même 
chapelle; — nommant Raymond Domenech à la garde des 
lions du château royal de Perpignan, et François Pascal à 
la châtellenie de la tour de Tautahull. — Ordonnances et 
provisions du roi Jean I" d'Aragon, portant : renouvelle- 
ment et confirmation de l'assignation des rentes en faveur 
des chapelains du château royal de Perpignan dont le titre 
primitif avait été endommagé et rongé par les rats, 
propter corrosionem murium; — confirmation: de Toffice 
de portier de la porte en fer dudit château, en faveur de 
Jean Calm ; — de la vente de la châtellenie d'Opol ou Sal- 
vaterra, faite au donzell Bernard de Vilacorba par le che- 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 165 

• 

I valier Berenger de Peraperlusa, qui l'avait achetée du 
chevalier François Ça Garriga, conseiller et t uxer » d'ar- 
mes du Roi. — Lettres et ordonnances du roi Martin d'Ara- 
gon, portant : concession en emph^téose de la châtelle- 
nie, du bailliage et des revenus de Puig Balados et de la 
sous-viguerie de Capcir, en faveur de Pierre Oltzina de 
Berga, conseiller du Roi; — nomination de Pierre Uruç, de 
PuigceMa, à l'office de châtelain et bailH de Querol, en 
remplacement de Louis Folquet, licencié en droit; presta- 
tion de serment dudit Uruç entre les mains du donzell 
François de Soler, lieutenant d'Antoine de Torrelles, vi- 
guier de Cerdagne ; — commissions : de sag ou messager 
de la procuration royale, pour Jean Castanyer; de la sur- 
" vivance d'un office de « verguer » de la Gobernacio, pour 
Jean Segell; de crieur public pour les enchères des reve- 
nus royaux, pour Bernard Crosells; de panseur et éleveur 
des paons et cerfs du château de Perpignan, pour François 
Julia; — nomination de Pierre Ça Rocha, donzell, à la 
châtellenie de Força Real, en remplacement de Raymond 
d'Ager décédé; — réunion à la procuration royale de 
Roussillon et de Cerdagne, de l'office de matlre des ports 
vacant par décès d'Amell de Perapertusa ; — provision de 
l'emploi de châtelain du château de Perpignan ad usum et 
consiietudinem Yspanie^ vacant par la nomination du che- 
valier François Çagarriga (camerlench du roi de Sicile) au 
gouvernement du château de Galler (Cagliari), en faveur du 
donzell Bernard d'Oms, camérier du Roi, avec un traite- 
ment de 3,000 sols par an à prendre sur les scrivanies du 
gouvernement et du domaine du Roussillon ; — abolition 
de ladite c coutume d'Espagne > en ce qui concerne la 
châtellenie de Perpignan, attendu que le chevalier Ber- 
nard d'Oms qui en est pourvu ne peut y vaquer sans ennui 
(hujusmodi oneris tedio) à cause de l'emploi qu'il occupe à 
la cour; il aura désormais cette châtellenie, sa vie durant, 
avec le même traitement et à titre de maison plénière [pro 
domo plana) ; — confirmation de ce nouveau privilé^'C par 
Martin, roi de Sicile, duc d'Athènes et de Neopatras, fils 
aîné et gouverneur général des royaumes et terres du roi 
Martin d'Aragon,' en considération des services rendus en 
Sicile à lui et à son père par ledit Bernard d'Oms, nouvel- 
lement décoré de la ceinture de chevalier ; — autre confir- 
mation du roi d'Aragon, portant que B. d*Oms pourra 
transmettre son office à un de ses fils; — commission via- 
gère d'avocat fiscal près les cours du bailli de Perpignan, 
de la viguerie de Roussillon et Vallcspir; et de la Gober- 
nacio de Roussillon et de Cerdagne, en faveur de Raymond 
Squert, conseiller du Roi. — Ordonnances et provisions du 
roi Ferdinand I*' d'Aragon ; confirmant à Jean Tegell un 
office de « verguer » du gouverneur de Roussillon ; — as- 
signant un traitement de 3,000 sols à Jean Jou, assesseur 



166 ARCHIVES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

du gouverneur ; — nommant des portiers de la porte de 

fer du château de Perpignan ; — conférant à Berenger 

Batlle, chevalier, la châtellenie et le bailliage de Salses; — 

donnant un office de messager de la procuration royale à 

Bernard de Traveres; — autorisant Blanche, veuve de 

Michel dez Guell et mère de Bernard-Guillaume dez Guell, 

châtelain de Bellegarde, à désigner quelqu'un pour remplir 

ledit office pendant la minorité de son fils, par suite du 

décès de Guillaume de Ganadal qui en était pourvu ; — 

concédîint à Pierre Roure, notaire, un office d'écrivain de la 

procuration royale vacant par décès de Jean Colom; — 

nommant Barthélemi Domenge à un emploi de portier du 

château royal de Perpignan ; — donnant à Raymond Dome- 

nech, gardien des lions dudit château, la faculté de trans- 
mettre son emploi à son fils : ces deux dernières datées de 

Perpignan (27 janvier et 8 février 1416) et signées par Tin- 

faut Alphonse, fils atné du Roi, propter indisposicionem 

persone nostre. — Lettres et provisions du roi Alphonse 

d'Aragon, et, eh sou absence, de la reine Marie, lieutenante 

générale du royaume, portant : concession à Jean Dedeu, 

du greffe et de la recelte des « clams et rereclanis » 

(plaintes et réclamations), des peines, bans, crimes et 

autres droits et revenus de la cour du bailli de Perpignan ; 

— commission de Barthélemi Miralles, trésorier de la Reine, 

pour la recherche et poursuite des empiétements faits 

sur le ruisseau royal de Thuir; — remplacement de 

Bernard Pastor, de Marquexanes, pourvu d'une scolanie 

du château royal de Perpignan qu'il ne peut occuper, at- 
tendu qu'il est déjà pourvu d'un bénéfice fondé dans le 

couvent des Sœui'S Mineures (Sainte-Claire) de la même 

ville, par André Salvet; — nomination du chevalier Pierre- 

Galcerand de Cartella à la châtellenie de Força Real, va- 
cante p.ir décès de Pierre Ça Rocha; — remplacement de 

Dalmau de Bierl, décé^ié, procureur royal et des fiefs et 
amortissements et maître des ports de Roussillon et de 
Gerdagne, par Barthélemi Miralles, avec faculté de se don- 
ner des lieutenants et substituts; — défense à Jean Jou, 
lieutenant du gouverneur, de donner des concessions d'eau 
du ruisseau de Thuir qui sont réser\'ées au procureur 
royal ; — attribution du régime, gouvernement et adminis- 
tration des fleuves et autres cours d'eau du Roussillon, à 
Barthélemi Miralles, procureur royal, avec titre de maître 
des eaux; ses décisions seront sans appel; — prestation de 
serment du châtelain de Força Real ; — commission d'avo- 
cat et défenseur du procureur royal, pour Jean de Masguil- 
lem; — défense d'affermer, comme parle passé, les jardin, 
figueral, verger et prés du <!Iiâteau de Perpignan, qui se- 
ront administrés par le procureur royal en personne ; — 
promesse du premier bénéfice vacant, en faveur de Pierre 
Maria, clerc, d'Ille ; — concessions : d'un emploi de sag ou 



messager de la procuration royale, pour Raymond Feiiu, 
sur décès de Jean Castanyer ; d'un des offices de portier de 
la porte ferrée du château de Perpignan, pour Huguet 
Fabre, sur décès d'En Domengo ; — confirmation des pri- 
vilèges accordés au chevalier Bernard d*Oms, en sa qualité 
de châtelain dudit château, avec injonction de ne tenir au- 
cun compte des lettres ou provisions obtenues par qui que 
ce soit et contraires auxdits privilèges; — nomination pro- 
visoire de Georges Huguet, à l'office de procureur fiscal de 
la cour de la procuration royale ; — ordre de mettre Mi- 
chel de Yera, de la maison de la reine, en possession de la 
châtellenie et capitanie de Bar ; — commission de juge du 
domaine, pour Raymond de Serinya ; — concession d'une 
scolanie du château de Perpignan, vacante par décès de 
Bernard Torner, à Etienne Opol ; — nomination de noble 
Raymond de Perellos, chevalier, conseiller et « munter » 
majeur du Roi, à la charge de gouverneur des comtés de 
Roussillon et de Gerdagne, sur démission de Raymond 
Çagarriga ; — confirmation de la châtellenie de Salses à 
Berenger Batlle, avec faculté de la transmettre à un de ses 
héritiei'S, en récompense des services par lui rendus no- 
tamment dans les préparatifs de l'expédition de Sicile et 
de Sardaigne ; — nomination d'Andria de Malta au bailliage 
de Sainl-Estève, vacant par démission de Guillaume Gres- 
tia ; — donation de la châtellenie et bailliage de Puig Ba- 
lades et de la sous-viguerie de Capcir, faite par Louis 
Oltzina dit de Berga, sacristain de Saint-Jean de Perpignan, 
chanoine d'Elue et pleban de l'église de Badencs dans Tar- 
chevôchédeSaragosse,etparses sœurs Gonstance, veuve du 
donzell Jean-Pierre Fahena, et Marguerite, demoiselle, hé- 
ritiers de leur père Pierre Oltzina, jurisconsulte, et de leur 
frère Guillaume Oltzina, chevalier, défunts, en faveur de 
François Fahena, donzell, fils desdits Jean-Pierre et Con- 
stance ; — création d'un troisième emploi de messager de 
la cour de la procuration royale, en faveur de Barthélemi 
de Burgos ; — supplément de traitement de 200 livres en 
faveur de Barthélemi Miralles, procureur royal; —nomi- 
nation d'Arnald Miralles à l'emploi de réguler et obrer ma- 
jeur du ruisseau de Thuir, révoquée peu après par le Roi 
« qui ignorait » que Jacques Torner en avait été déjà pour- 
vu; — commission de notaire et écrivain du t capbreu » 
(terrier) royal, pour Guillaume Boure ; — nomination pro- 
visoire faite par le procureur royal, de Jean Molar, de 
Berga, à la châtellenie de Bellver, dont il occupait déjà la 
lieutenance au nom de feu Raymond Torrelles, chevalier ; 
— prise de possession de la même châtellenie pai* Arnald 
Pebernat, de Puigcerda, nommé par la reine ; — révoca- 
tion de toutes promesses de survivance de bénéfices royaux 
obtenues par des ecclésiastiques autres que < les chape- 
« lains ou de la chapelle du Roi, les familiers et commen- 



SÉRIE B. — PROCURATION ROYALE DES 

Œ saux qui suivent la cour; » — remise de la rectorie du 
château de Perpignan à P. Maria, bien que P. Gicarts en 
eût déjà pris possession, attendu que la survivance de ce 
bénéfice avait été faite au premier avant que le second Teût 
également obtenue ; — promesse de la survivance de ladite 
rectoiie dès qu'elle sera vacante, en faveur de Jean Fuster, 
prêtre; — remplacement d'Huguet Fabre, portier de la 
porte ferrée dudit château, décédé, par Bartbélemi Torner; 
— nomination provisoire de Raymond Coma, écrivain de 
Perpignan, à l'emploi de procureur fiscal près les cours 
royales de ladite ville, vacant par la suspension successive 
de Bernard Laurens et de Jean Ferrer; — concession d'une 
scolanie du château de Perpignan, à Ferdinand de Riaça, 
de la chapelle de la reine; — remplacement de Pierre Car^ 
rera, fuster ou niattre de hache dudit château, mis à la re- 
traite, par Pierre Tregura, de Perpignan, qui devra, entre 
autres choses, tenir en bon état les machines de guerre 
« ginys » et « trebuchs; » — nomination de Bernard Cler- 
gue, à un emploi de garde de la porte ferrée dudit château, 
€ dont il prétendait avoir été anciennement dépouillé; » — 
concession de la châtellenie de Bar à Bartbélemi Blanch, 
de Puigcerda; — remplacement de Jacques Torner, ré- 
gner et obrer du ruisseau de Thuir, par Bartbélemi Torner, 
son fils; — nomination de Pierre Alibert à l'emploi de pro- 
cureur fiscal des cours royales de Perpignan ; — désigna- 
tion du chevalier Bernard Albert pour la procuration royale 
de Roussillon et Cerdagne, en cas de remplacement de Bar- 
tbélemi Miralles; — confirjnation de la nomination de 
Jean Dedeu à la scrivanie et recette des « clams » et 
« rereclams » du bailliage de Perpignan, avec faculté de se 
donner un substitut, en récompense de ses services lors 
du recouvrement du royaume de Sardaigne et pendant les 
deux sièges de Calvi et de Bonifaci dans Tîle de Corse ; — 
nomination de Bernard Fabre, donzell du Volo, à la lieule- 
nance de la châtellenie de Bellegarde et du bailliage du 
Pertus, pendant l'absence du châtelain Bernard-Guillaume 
des Goell, qui est retenu depuis longtemps au service du 
Roi dans le royaume de Naples ; — promesse du premier 
bénéfice vacant au château de Perpignan, à Bernard Ortola, 
de la maison du Roi; — concession d'un office de garde des 
portes dudit château, à Guillaume Not, de Perpignan, à qui 
cet emploi avait été déjà promis pendant le siège de Boni- 
faci, et qui s'est ensuite distingué dans le duché de Catabre 
et en Sicile; — nomination de Raymond Berenguera, 
comme reguer du ruisseau royal de Thuir, pour les terri- 
toires de Vinça et de Rodés ; — Michel Jachme, trésorier 
de la reine et lieutenant de Bartbélemi Miralles, procureur 
royal, confirme à Jean Bellero la concession qui lui a été 
faite par le chevalier Bernard d*Oms, de pouvoir amortir 
une somme de 6,400 sols barcelonais, sur les 14,400 que 



COMTÉS DE ROUSSILLON ET DE CERDAGNE. 167 

ledit d'Oms pouvait amortir en vertu d*une concession 
royale ; — suspension de Bartbélemi Miralles, procureur 
royal, commissaire des fiefs et amortissements et maître 
des ports, et pouvoirs donnés à Pierre Roure pour mettre 
ses biens sous séquestre et remplir ses charges jusqu'à ce 
que ses comptes aient été vérifiés; — inventaire des meu- 
bles et armes du château royal de Bellegarde ; — confir- 
mation d'un bénéfice de Saint-Jean de Perpignan, occupé 
par Bartbélemi Feliu; — mise en possession de Bernard 
Albert de ses fonctions de procureur royal ; — concession 
de la scrivanie des tables des c terços » de Puigcerda, en 
faveur de Guillaume Montaner, de ladite ville, qui s'est 
distingué dans la guerre présente, et notamment dans 
c chacun des combats de la cité de Naples et de la cité et 
« château de Tîle d'Iscla » (4 octobre 1423); — donation à 
vie de l'emploi de maître des travaux du château de Per- 
pignan, en faveur d'Antoine Carbo; — nomination de 
Julien Albert, boucher, au bailliage des lieux de Saint- 
Feliu d'amont et d'avall ; — nouvelle réunion et incorpo- 
ration de l'office de garde des ports à celui de la procura- 
tion royale, avec annulation des provisions qui nommaient 
le chevalier Berenger Batlle au premier de ces emplois; — 
concession de la châtellenie de la Tour Cerdane a à la cou- 
< tume d'Espagne, » en faveur de Jacques Soler, de Bar- 
celone, brodeur de la reine; nouvelle concession de la 
même châtellenie à vie en faveur du môme, en remplace- 
ment de Jacques Ça lUa, révoqué pour des raisons quas ho- 
nestatis causa exprimera non curamus; — commission de 
châtelain et bailli d'Aristot, pour le donzell Bertrand de 
Santa-Maria; — démission de la châtellenie d'Opol don- 
née par le chevalier Bernard de Yilacorba qui la possédait 
pour lui et pour trois de ses héritiers, en faveur du donzell 
Pierre d'Ortafa qui a épousé une nièce dudit titulaire; — 
prise de possession du château d'Opol ou de Salvaterra par 
le donzell Guillaume Gastell, procureur de* Pierre d'Ortafa, 
et inventaire de l'armement; — confirmation de l'office de 
juge du patrimoine royal, en faveur de Raymond de Seri- 
nya, sa vie durant, avec un supplément de traitement de 
20 livres ; — concession de la châtellenie et du bailliage de 
Gollioure, en faveur du chevalier Berenger d'Oms, pour lui 
et pour un de ses héritiers, en récompense des services 
qu'il a rendus dans les royaumes de Sicile, de Sardaigne, 
de Corse et de Naples; prise de possession et inventaire de 
l'armement; — bail emphytéotique à vie, avec cens de 
10 florins d'or par an, de la scrivanie des cours royales de 
Puigcerda, en faveur de Jean Serda, écrivain de la tréso- 
rerie royale, pour ses services dans le royaume de Naples 
où il a été fait prisonnier; — commission de subdélégué 
du procureur royal, pour faire les demandes d'argent à 
l'occasion du couronnement du Roi et de la Reine, pour 



?^ 



168 ARCHIV.es des PYRÉNÉES-ORIENTALES. 

Pierre Roiire, notaire; — collation en faveur de Berenger 
Pinyana, prêtre da diocèse de Tarragona, de la chapellenie 
presbytérale sous l'invocation de la Trinité fondée dans la 
chapelle Sainte-Marie du Pont de Perpignan, vacante 
c par le contrat de célébration du mariage de Bernard 
€ Genset » qui en était pourvu; — concession viagère d'un 
office de porter du cbâteau de ladite ville» en faveur de 
Berenger Marti dit Calm; — confirmation de Pierre Tregura 
et de Raymond Seguer, dans leurs charges de maître me- 
nuisier dudit château, et de garde des ports et passages de 
Salses ; — commission de rëguier du ruisseau de Perpignan, 
où l'eau va être mise sous peu (12 avril 1423), en faveur de 
Bernard Ministrol, pour le territoire d'iUe seulement; — 
nomination provisoire de R. Coma aux fonctions die procu- 
reur fiscal du domaine, par suite de la suspension de 
Georges Iluguet ; — confirmation de la châtellenie et du 
bailliage de Salses qui appartenaient à Berenger BatUe et à 
un de ses héritiers, à son fils Antoine-Franci BatUe, donzell, 
son héritier universel, qui sera aussi « en cas de besoin i» 
capitaine de la ville ; — confirmation de l'union de la maî- 
trise des ports à la procuration royale; — reirait de la 
concession des scrivanies royales de Puigccrda qui avait 
été faite jmr le procureur royal à Raymond Doria moyen- 
nant un cens de 20 livres barcelonaises, et rétablissement 
de Jean Serda dans ladite concession qu'il avait déjà obte- 
nue pour un cens de 10 florins d'or; il devra toutefois 
subir le nouveau cens de 20 livres ; — commission donnée 
à Jean de Montalba, pi'ocureur royal dans le royaume de 
Sardaigne, pour représenter le roi dans l'exécution du 
traité passé avec Urbain Aygabella, Pierre Comelles et 
Barthélemi Carreres, d'Arles, pour la recherche et exploi- 
tation des mines d'or, d'argent, de cuivre, de cofoll, d'af- 
zur, de plomb, de cuivre, d'étain, d'acier, de fer et de 
soufre ; — nomination de Jean Laytus au bailliage du lieu 
de Vingrau tenu en partage par le Roi et l'abbé de Font- 
froide, sur docès de Raymond de Pobolls ; — confirmation 
de l'office de rcguer et obrer du ruisseau de Thuir à Bar- 
thélemi Torner, sa vie durant ; — nominations : de B. Mi- 
nistrol à l'emploi de reguer et garde du ruisseau de Perpi- 
gnan, pour le territoire d'Ille, sa vie durant ; de Bernard 
Gelcen, lapicide de Perpignan, à foffice de lapicide du châ- 
teau royal de cette ville ; — installation de Pierre Feritza, 
à un bénéfice, et de Pierre Opol à une scolanie dndil châ- 
teau; — réintégration de Berenger Pinyana dans sa cha- 
pellenie de Sainte-Marie-du-Pont de Perpignan où il avait 
été installé par le Roi lui-même, et dont le gouverneur l'a- 
vait dépossédé après le départ de Sa Majesté ; — promesse 
du premier bénéfice ou scolanie vacant en Roussillon, à 
Pierre Cot, étudiant en droit ; — concession à vie de la 
charge de procureur fiscal de la procuration royale, en fa- 



veur de Raymond Coma, de Perpignan, qui la remplissait 
déjà depuis l'époque où Georges Huguet avait été sus- 
pendu et banni pour dix ans pour crime de faux ; — nomi- 
nation de Guillaume Marques, d'Ille, à l'emploi de reguer 
et obrer du ruisseau de Thuir, pour les territoires de 
Cases Noves, Ille et Corbera ; — autorisation donnée à 
Paul del Bosch, bachelier es lois, de faire régir par Jacques 
Geraud, bachelier et licencié, l'emploi d'avocat fiscal du 
domaine royal, qu'il avait eu déjà la faculté de faire g